S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Sélections du mois


À voter !

Chers HPFiens, les votes pour la prochaine Sélection du Mois sont lancés ! Vous avez jusqu'au 31 août 2019 23h59 pour décider quel sera le mystérieux thème du mois d'octobre parmi Horreur/Angoisse, Épistolaire, Rubeus Hagrid, Secrets, Univers Alternatifs.

Rendez-vous sur ce topic pour voter et à bientôt !


De L'équipe des Podiums le 19/08/2019 11:08


Concours officiel "Souvenirs d'antan" - Votes


Les votes pour le concours organisé par l'équipe de modération HPF sont ouverts. Vous trouverez toutes les informations en suivant ce lien-ci. La série pour lire les textes se trouve par-là.

Bonne lecture à toutes et tous !!!

A bientôt pour l'annonce des résultats !
De L'équipe de modération HPF le 17/08/2019 17:38


92ème édition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 92e édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 31 août à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


De L' équipe des Nuits le 12/08/2019 12:00


Sélections du mois


 

Sélections du mois ~ JUILLET 2019

 

Bonjour HPFiens !

 

L'Équipe des Podiums félicite avec enthousiasme dedellia, Lul et Westyversionfrench pour le succès de leurs fanfictions pour lesquelles le peuple a voté et qui se verront ornés d'une SUPER vignette.

Pour le mois de septembre et la rentrée, le thème Gare de King's Cross a été voté. Comme d'habitude, vous êtes invités à proposer vos textes sur ce thème en vous rendant ici ou bien en répondant à cette news.

Les votes autour du thème Voyage étant cloturés, nous vous informons que ceux pour le thème d'Août viennent d'être ouverts : le thème Féminisme y est à l'honneur ! Vous pouvez dores et déjà lire les textes, les reviewer et voter pour vos fanfictions favorites en vous rendant ici.

 

L'équipe des Podiums vous souhaite une bonne journée !


De L'Équipe des Podiums le 05/08/2019 08:39


Vacances d'été et prolongation concours officiel


Bonjour,

Notre équipe profitant de la pause estivale pour voyager aux quatre coins de l'Europe, nous tenions à vous informer que les délais de validation des chapitres sont suceptibles d'être allongés !

Par ailleurs nous vous informons que vous pouvez soumettre votre texte pour notre concours officiel Souvenirs d'antan jusqu'au 13 août 23h59. N'hésitez pas à participer ! Vous trouverez toutes les informations ici.

Bel été à vous et à bientôt !
De L'équipe de modération d'HPFanfic le 31/07/2019 19:07


91ème édition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 91e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 26 juillet à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


De L' équipe des Nuits le 15/07/2019 07:42


Reviews pour Détermination

Laisse par : Haru Nonaka le 02/04/2018 20:32 pour le chapitre La forêt a perdu son cœur, mais son âme est grande

C'est un beau texte, triste aussi mais touchant. Parceque je pense que je concois mieux cette amitié entre Sirius et James dans quelquechose de complexe, que j'aime mieux Sirius dans ses hésitations, ses contradictions. C'est sympas de voir James utiliser un language pas très moderne, et s'en ficher. C'est une jolie image de leur relation, Sirius et ses doutes qui espère grace à l'insoucience de James. Il lui offre une ouverture à ne pas projetter une image mais à s'accepter et se construire en dehors, même si le jeune Sirius n'est pas encore près. L'alternance entre la rage, le desir de meurtre de Sirius et l'enfant qu'il etait est interessante mais tellement tragique, car le souvenir nourit sa resolution, sa resolution de n'ètre plus qu'un outil de vengeance, d'abbandoner le Sirius construit grace à James pour venger sa mort. Le labyrinthe est sombre. J'aime beaucoup aussi la volonté que tu decris, agir avant se definir par cette action, par ce mouvement, reflechir après sur ce qu'il est. Cette necessité, cette pulsion d'action, pour ne pas ètre freiné par la reflexion, qui lui a permi de depasser les detraqueurs, qui lui sert à présent à eviter de penser a ce qui pourait le defaire de sa rage, de sa haine, qui pourait le faire abandonner. On sent que pourtant au millieu de son chemin, les echos de l'ancien Sirius reviennent le hanter, les echos de celui qui doutait mais esperait, ceux que les detraqueurs avaient tenu à distance. La pulsion de mort à remplacer la pulsion de vie, il cherche à nourir son fantome pour ne pas penser aux siens, il oublie Remus qui est resté et se fixe sur sa perte, sur sa rage, sur un autre prisonnier, comme pour arreter le temps. Il est un fantôme. 


Laisse par : ninipraline le 29/03/2018 12:34 pour le chapitre La forêt a perdu son cœur, mais son âme est grande

 

 

 

Désabusé et vulnérable.

Le contraste entre le jeune Sirius et le plus mature Sirius est assez intéressant.

Devenu froid et meurtrier après son expérience du deuil et de l’emprisonnement,Black a finalement atteint l’état pour lequel ses parents et sa famille le formaient. Mais c’est l’amour et sa brusque privation qui l’ont conduit là, et pas la caricature d’une noblesse pure comme le souhaitait ses parents.

Sa résolution “tuer Peter“ et sa ténacité, sa détermination à aller de l’avant sont très bien décrites. Et on sent vraiment que c’est à ce moment là, ce qui le fait vivre et tenir. Et l’on suit facilement sa fuite dans tous ce qu’elle a de physique, de dure. On ressent dans sa chair la lutte du héro pour avancer.

La maladresse sociale et la volonté d’être aimée du jeune élève sont assez surprenantes et plus difficiles à suivre. Sirius reste confus dans ses réflexions de première année (en même temps se sont des réflexions d’adolescents qui remontent à la surface dans un moment très confus après avoir été refoulées pendant son incarcération – mais j’ai eu du mal à décider si c’était fait exprès ou pas).

La narration de cette semaine charnière où, après sa rencontre et son attirance pour le jeune James, il doit se battre pour obtenir son amitié, apporte une lumière nouvelle à la fois sur le personnage et sur la relation Sirius-James.

C’est très novateur et agréablement inhabituel. Mais c’est une très belle « explication » pour le très grand attachement que Sirius ressent pour James, au point de confondre Harry et James lors du combat au ministère.

Beau texte (et ce malgré le manque de temps pour peaufiner ta fiction. ;-) )

Merci à toi.

 

 

 


Laisse par : Omicronn le 29/03/2018 10:09 pour le chapitre La forêt a perdu son cœur, mais son âme est grande
C'est dingue ce que j'ai ressenti en te lisant. J'ai genre laissé toutes les émotions et les sentiments de Sirius m'envahir. Toute la frustration qu'il ressent au début, sa colère vengeresse contre Peter. Je crois que le pire c'est quand il en vient à craquer et à penser à James j'ai ressenti sa détresse au plus profond de moi, c'était géant. J'ai toujours imaginé leur amitié comme un truc pur et puissant et qui ne peut pas être brisé même par la mort et là je l'ai ressenti comme ça en te lisant et ça m'a plu. Et j'ai adoré le moment où ils se disputent devant la forêt. Le moment où James lui donne la possibilité d'être quelqu'un d'autre, quelqu'un de différent, de mieux. C'était magique. Et puissant. Merci Taka.

Ton résumé est top, c'est lui qui m'a fait venir ici. Bravo pour le respect des contraintes, tout y est, et surtout, tout y est bien fait.

Laisse par : Fleurdepine le 27/03/2018 03:03 pour le chapitre La forêt a perdu son cœur, mais son âme est grande

Très chère Taka,

J'ai enfin lu ton texte sur Sirius. Je suis étonnée que tu n'aies eu aucun retour encore. C'est assez scandaleux, mais passons.

Je dois dire que j'ai été plus qu'emballée par ton récit - c'est surtout qu'il m'a prise de court. Je ne m'attendais pas à ça. Quand on lit un texte sur Sirius, on pense savoir à peu près ce qu'on va découvrir selon la période qui est traitée. Mais, cette fois-ci, je n'ai fait qu'enchaîner les surprises. J'ai eu le sentiment de lire quelque chose de totalement différent, que je n'avais jamais lu, et c'est cela qui m'a franchement emballé, qui a fait que je n'ai plus pu décrocher de ma lecture. 

Déjà, je suis absolument fan de ton idée d'un double récit, le présent mélangé au passé, ça fonctionne diablement bien. Ce qui est très intéressant aussi, c'est qu'on se rend compte uniquement à la fin à quel point le parallèle entre ces deux périodes fait sens, entre le désir passé de devenir quelqu'un de lumineux, se faire remarquer, être un autre, en somme, et l'obligation présente de devoir se cacher, se dissimuler. Comment pendant des années il a appris à être quelqu'un qu'on remarque, pour devoir tout déconstruire à présent. C'est parfaitement bien trouvé et bien expliqué. 

Si j'ai beaucoup aimé les parties du présent, avec ce Sirius qui se force à rester focalisé sur Peter, mener à bien sa tâche, pour ne pas avoir à penser à nouveau à James, car c'est trop douloureux (d'ailleurs, le moment où il le fait, par erreur, où le nom de James revient... très bien écrit, puissant (j'aime beaucoup aussi quand tu évoques l'"ennemi immatériel"), et ton écriture qui est efficace, parfois avec des phrases qui prennent totalement aux tripes, je t'avoue que mon gros gros coup de coeur est la partie souvenirs. C'est celle là qui m'a fichue une grande claque, qui m'a retournée, qui m'a fait m'accrocher sur ma chaise. Parce que la vision que tu proposes de Sirius est, déjà, très réfléchie (on sent que tu as passé du temps à te questionner sur ce personnage, ta vision est vraiment complète, ça se ressent à la lecture et c'est délicieux), et inédite. Je ne rigole pas lorsque je dis que je n'ai jamais lu une telle interprétation du personnage. Même de mon côté, je n'avais jamais envisagé les choses sous cet angle, et tes propositions, qui sont tout à fait cohérentes avec ce qu'on sait du personnage - et développées jusque comme il faut -, m'ont vraiment séduites. Franchement, un grand merci pour ça. C'est toujours particulièrement agréable pour moi de lire sur Sirius Black, vu que j'adore ce personnage, d'autant plus agréable quand les textes sont bien écrits et que l'auteur l'a bien cerné, mais alors lire un texte sur un Sirius Black qui nous dévoile une autre de ses facettes, une partie de sa personnalité qu'on connaissait pourtant, mais qu'on n'avait pas forcément regardé en face, c'est le summum de l'agréable (et plus encore).

Ce que j'aime chez ce Sirius de onze ans que tu dessines, c'est qu'il est plein de morosité, et qu'il n'est pas tout de suite le Maraudeur qu'on connaîtra plus tard. C'est surtout ça, je crois. Ce point que je n'avais envisagé. La difficulté avec laquelle il devient "lui". Et sa relation avec James aussi. Ta description du début de leurs rapports une fois arrivés à Poudlard m'a rendu leur amitié finale encore plus belle. C'est dingue parce qu'en réalité, je ne suis pas très attachée à cette amitié. Mais là, tu me l'as rendue belle. Et j'étais complètement happée par le dialogue qu'ils partagent, engagée, vraiment, à vouloir qu'il s'éternise encore, et quand ton texte se finit, on se dit : déjà ?

J'ai trop de choses à dire. Ça va être difficile de reviewer comme je l'aimerais, je vais devoir bâcler. L'alternance des deux périodes, je n'en ai pas parlé comme il le fallait, car si elle est si forte, ce n'est pas simplement pour le parallèle que j'ai relevé tout à l'heure, mais parce qu'il y a cet autre parallèle d'un Sirius devenu presque inhumain, si loin des rapports humains, triste, et quasiment neutre, fade ; et cet autre Sirius, en plein milieu de la vie, même si lui-même n'est pas lumineux encore, pas comme il l'aimerait ; c'est un gamin, qui vient d'entrer à Poudlard, c'est le début de son amitié avec James... C'est comme s'il y avait la vie d'un côté et la mort de l'autre, c'est ça que je trouve très fort. 

Pour en revenir aux passages des souvenirs, parce que je ne suis toujours pas allée en profondeur sur le point qui m'intéresse, peut-être parce que je ne sais pas comment procéder, quels mots employer, c'est un peu difficile...
J'adore ton Sirius. Je ne sais pas comment le dire autrement. Je l'adore. Il est plein de faiblesses, il est calculateur, il est mal dans sa peau, dans une apparence constante, focalisé sur le regard des autres, dans la recherche perpétuelle d'impressionner ; il n'est pas forcément fréquentable, sans pour autant être un type désagréable ; il ne sait juste pas comment s'y prendre. Il a fait le choix de Gryffondor par instinct, juste pour cet autre gars avec qui il venait de se marrer. Il ne sait plus si c'est le bon choix. Rien que ça, tu vois (et tout le reste, tous les autres points soulevés), j'avais toujours pensé que Sirius avait tout de suite trouvé sa place à Gryffondor, que c'était la maison faite pour lui (par excellence), et là tu viens de remettre tout ça en doute. J'étais persuadée qu'il avait directement été ami avec James, que tout s'était passé si vite, si simplement. Et tu m'offres une autre possibilité, un autre point de vue. Alors que tout me semblait être évidence, tu viens me prouver le contraire. Mais tu le fais avec des arguments tellement convaincants, que ça nous paraît tout à fait logique, aussi, qu'effectivement, Sirius n'ait pas tout de suite su trouver sa place, qu'il n'ait d'ailleurs pas voulu, au départ, devenir quelqu'un de différent, qu'il se moquait des Moldus, etc. Merci de m'avoir proposé ce Sirius, de m'obliger à me questionner continuellement sur ce personnage.
Qu'est-ce qu'il est intéressant, ton Sirius. Toute la pression qu'il se met, à cause de sa famille, son besoin de jouer au connaisseur, etc. Ce sont des réflexions, au-delà du personnage, que je trouve franchement intéressantes. Du coup, c'était hyper agréable de lire ton récit, la façon dont tu développais les pensées, d'un point de vue psychanalytique, Sirius est un personnage très cool à étudier. On sent d'ailleurs que tu fais très attention à la psychologie de tes personnages ; et voilà, c'est ça qui rend ton texte si riche. Je touche enfin le cœur de ce que je cherche à dire depuis le début : l'attention que tu portes à la psychologie, qui rend ton texte plus que convaincant.

Et je crois que je vais m'arrêter là. Parce que je pourrais m'attarder encore à chaque passage de ton récit, traiter chronologiquement tes paragraphes, des souvenirs au présent, et commenter tout, tout, tout. Mais ça me prendrait trop de temps et je pense avoir dit le principal, ce que je pense de ce texte. En tout cas, sache que j'aurais encore trop de choses à en dire, que je pourrais en débattre des heures, revenir sur chacune des pensées de Sirius, le moment où il intervient enfin, où il fait entendre sa voix au milieu du Poufsouffle et de la Serdaigle, et que tout le monde le regarde, un peu gêné sûrement ; le moment où James lui tend une perche, qu'il la saisit pour exploser tout ce qu'il contient, sa frustration, sa colère et sa hargne, et que James lui propose une issue de secours (cette idée est terriblement intelligente) ; tous les petits détails que tu as mis, je ne vais pas revenir dessus mais ils m'ont soit marqué soit touché (il y a aussi des phrases, quelques unes, peut-être 5 ou 6, que j'ai trouvées particulièrement belles, ou percurtantes, que j'ai voulu relever, mais il faudrait que je relise le texte pour cela et je ne me sens pas de le faire).

Pour conclure tout ce bordel qui est dans ma tête, je te dis un grand bravo : bravo pour avoir répondu à la première épreuve du labyrinthe et pour avoir pondu un texte aussi bon en si peu de temps ; bravo pour m'avoir bousculé comme ça, pour ton Sirius que j'adore, qui me surprend mais m'intéresse, pour James, pour l'obsession de Peter, pour tout. Et bon courage pour les épreuves à venir !  


Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.