S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Sélections du mois


À voter !

Les votes pour le thème de mars 2020 sont ouverts ! Arriverez-vous à choisir entre : Sang-Pur, Lemon, Recueil de drabbles ou Serdaigle ?

Rendez-vous sur ce topic pour voter jusqu'au 31 janvier 2020, 23h59.


De L'équipe des Podiums le 15/01/2020 16:28


Sélections du mois


Félicitations à Lyssa7 et Eanna qui gagnent la sélection de Noël ! Leurs fanfictions recevront une jolie vignette qui brille de mille feux.

Vous avez des idées pour améliorer les Sélections ou vous aimeriez en parler plus souvent et répondre à des défis, n'hésitez pas à vous rendre sur nos nouvelles pages : Les Eurêka des Sélectionneurs et Le Club des Sélectionneurs.

Pour février 2020, vous avez choisi le thème Enquête. Venez donc proposer vos deux fanfictions préférées en vous rendant ici ou bien en répondant à cette news.

Enfin, durant le mois de janvier, plongez dans nos OS tour à tour émouvant, drôle, tragique et léger. Il y en a pour tous les goûts ! Reviewez et votez pour vos favoris ici.

Bonne lecture à tous !


De L'équipe des Podiums le 03/01/2020 15:35


Voeux de bonne année et mouvement dans l'équipe


L'équipe de modération HPF vous adresse ses meilleurs voeux pour une année 2020 riche en inspiration pour voir éclore de nouvelles fics !

Un grand merci à Zakath Nath qui quitte aujourd'hui notre équipe de modération. Nous la remercions pour tout le travail effectué et lui souhaitons une bonne continuation !

A très bientôt pour de nouvelles aventures sur HPFanfic !!!

L'équipe de modération HPF
De Equipe de Modération HPF le 31/12/2019 21:21


15ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 15e édition des Nuits Insolites se déroulera le VENDREDI 3 JANVIER à partir de 20h. N'hésitez pas à venir vous inscrire !
Les modalités de participation sont disponibles sur le même topic.

A très bientôt !


De L'équipe des Nuits le 30/12/2019 20:16


Assemblée Générale Extraordinaire


Bonjour,

Une Assemblée Générale Extraordinaire est présentement en cours sur le forum de l'association. Les membres et non-membres de l'association Heros de Papier Froisse sont invités à y participer. Les votes sont toutefois réservés uniquement aux membres. La clôture de l'AGE aura lieu le 3 janvier 2020 à 14h.

Au plaisir de vous y croiser !


De Le Conseil d'Administration le 27/12/2019 21:42


Echange de Noël 2019


/! FLASH INFO EXPRESS /!


Comme vous avez pu le constater le forum est de nouveau hors service en ce 24 décembre.

Afin que l'Échange de Noël 2019 puisse tout de même se dérouler dans les meilleures conditions nous avons transmis aux participant.es l'adresse mail de leur enfant sage.

Si jamais vous n'avez pas reçu notre mail, contactez-nous sur notre adresse mail :

hpf.moderation[at]gmail.com


Passez de belles fêtes de fin d'année et à très vite !

L'équipe de modération HPF
De L'équipe de modération d'HPFanfic le 24/12/2019 12:36


Reviews pour Tapis dans l'ombre

Laisse par : Eejil9 le 06/05/2018 19:29 pour le chapitre 10. Survie

Oh là là... Mais je pleure... Je pleure et j'ai la gorge nouée et j'ai l'impression que mon coeur est descendu d'un étage. Pfiou cette fin. Je m'y attendais pas parce que j'avais jamais entendu parler de la mort d'Anthony pendant la bataille. En fait je ne sais pas ce qui est canon ou pas sur les morts pendant la bataille, dans ma tête Lisa y est morte mais est-ce que c'est canon ou est-ce que je le sors d'une fic ? Bref, je m'étais dit que la déchirure ça allait être la mort de Lisa. J'ai pas pensé une seconde que tu allais déchirer ce trio. Ils étaient inséparables, c'était juste pas possible.

Et tu l'as fait. Tu l'as fait, et c'est fort, et finalement ça coule de source (autant que le Techael, puisqu'ils ne sont plus que deux, il faut bien qu'ils reportent leur trop plein d'amour).

J'ai adoré ce chapitre, j'ai adoré cette fin et tout ce qu'elle a d'amer et de douloureux. C'était déjà amer et douloureux dès la première phrase. Il n'y a pas d'héroïsme, pas de prouesses. Pourtant j'adore ça, les batailles héroïques, mais après cette fic ça aurait été une sacrée fausse note. il fallait que ce soit comme le début : ce sont des personnages secondaires, même s'ils ont pris une grande place dans nos coeurs, et donc comme ils sont secondaires, ils ne sont pas des héros. Ce sont des personnages ordinaires à qui il arrive des choses extraordinaires parce qu'ils sont au mauvais endroit au mauvais moment. Et ça, tu as réussi à le maintenir du début à la fin, donc chapeau. Cette fin est amère et douloureuse depuis le début, c'est une bataille sans actes héroïques, avec juste une amitié soudée... Et qui se brise.

C'est cette cassure-là qui rend ton chapitre encore plus extraordinaire. Je t'en ai déjà parlé parce que je suis incapable d'organiser une review, mais je reviens dessus parce que je dois l'analyser, pas seulement t'expliquer que ça me fait pleurer et que je comptais manger, là, maintenant, mais que finalement non, hein. Cette cassure et vient jusqu'à ton style. Les phrases deviennent courtes. Comme s'il leur manquait quelque chose, parce qu'à Terry et Michael, il manque aussi quelque chose. Je ne sais pas si c'est voulu ou si c'est inconscient, mais dans tous les cas, c'est brillant. C'est une vraie fin, avec quelque chose de très définitif. D'atroce.

Et pourtant c'est un peu un retour au début, et au milieu, avec ce point de vue collectif qui évoque le premier chapitre et celui du milieu. C'est à la fois définitif et cyclique, dans tous les cas, la boucle et bouclée.

Chapeau, donc, parce que c'est peut-être la première fic longue que tu termines (gros bravo <3), mais tu la termines vraiment, pas à moitié. Tu te dis pas "ok, la bataille est passée, c'est la fin". Tu clos ton histoire, doublement, vraiment. J'en suis soufflée, parce que tout est fini, et c'est rare quand on termine une histoire.

Désolée, j'ai des soucis de ton avec cette review, j'ai l'impression d'être hyper froide, alors que c'est pas du tout mon intention, mais comme je te l'ai dit, j'ai l'impression que mon coeur est en train de tirer vers le bas, et je me sens franchement pas très bien, du coup j'arrive pas à être aussi hyperbolique que d'habitude. J'espère que ça ne se ressent pas trop. En tout cas, je voulais finir cette review en te remerciant toi, pour cette histoire géniale, pour m'avoir fait adopter ces trois Serdaigles qui n'étaient que des noms et qui ne m'intéressaient pas. Merci. Je sais maintenant que 1) je ne pourrai jamais les voir autrement que tu les as montrés, et 2) je ne pourrai jamais écrire sur eux, parce qu'ils t'appartiennent, à toi et ton style si changeant et si constamment adéquat.

Mille fois bravo, Fleur <3


Laisse par : Eejil9 le 06/05/2018 18:51 pour le chapitre 9. Terry Boot, choc et électrochoc

J'ai encore plus de mal à commenter ce chapitre là, en fait. Pour tout te dire, il me donne une impression d'attente. J'ai l'impression de ne pas pouvoir mettre de mots dessus si je ne lis pas la suite, si je ne lis pas la fin. J'ai l'impression qu'il prépare quelque chose d'énorme - je sais ce que c'est d'ailleurs, la bataille - et que sans la bataille, quoi que je dise, ce sera toujours incomplet, je ne pourrai pas commenter. Je vais essayer de le faire quand même parce que ce chapitre est brillant, d'ailleurs cette impression d'attente est brillante aussi, mais je vais avoir du mal, je pense. J'espère que tu ne m'en voudras pas trop si cette review est plus courte ou plus vide que les précédentes.

J'ai beaucoup aimé ce chapitre, et ce que j'ai aimé encore plus, c'est de sentir la rupture dans le style propre à Terry. C'est un peu différent, mais pas totalement. Comme Terry en fait, qui a été transformé : c'est lui mais ce n'est plus lui.

En fait je crois que ce qui ne m'aide pas à commenter, non plus c'est la structure du texte. On dirait presque que tu as commencé par une fin, vu que tu es très adepte des montées en puissance : en commençant par cette scène de torture, de double torture puisque Terry souffre presque autant que Michael (Techael forever <3 en plus je le prononce "teckel" dans ma tête et ça me fait rigoler), c'est un peu comme si tu commençais par une chute. Ensuite, le chapitre est assez fragmenté, un peu comme un début. Et à la fin, on a cette espèce d'attente insoutenable, qu'on partage avec les élèves, et qui est super bien faite. Bref, la structure est très très très intelligente et sert tout à fait l'ensemble de ton histoire mais elle m'a déroutée, je me suis rendue compte que j'avais pris de petites habitudes en te lisant, et là tu me montres que, quoi qu'il arrive, tu peux me surprendre. Bref, ça ne veut peut-être pas dire grand chose mais ce chapitre a une belle tête d'avant-dernier chapiter qui attend sa fin, et en le commençant comme ça tu as réussi à faire en sorte qu'il ne manque pas d'intensité, et ça, c'est génial.

J'ai beaucoup aimé le passage sur la rage, aussi. Je ne sais pas, j'ai trouvé qu'il y avait autant de rage dans tes mots qu'il y en a dans les personnages. Je me répète mais j'admire vraiment ta manière de jouer sur les styles, j'en suis incapable, et toi tu le fais constamment, tu fais ce que tu racontes, et tu racontes un peu ce que tu fais. Il y a les personnages, mais il y a avant tout et surtout tes mots, et ça c'est grandiose.

Tu parles de la chronologie, de tes incertitudes, mais moi, je trouve au contraire que ce que tu construis est super intéressant. ça donne beaucoup de consistance à quelque chose qui est effectivement flou dans les romans, et ça montre que tu crées des choses. En fait, ça appuie tous ces petits détails qui m'ont frappée au début, que j'ai commencé à accepter, et qui prennent du relief ici à partir du moment où ça change. J'ai adoré découvrir la Salle sur Demande à travers les yeux de nos petits Serdaigles.

Bref, cette review est un gros bordel et je ne suis pas sûre qu'elle soit compréhensible, mais je vais cliquer sur "suivant" en espérant pouvoir te dire des choses plus claires dans mon dernier commentaire.

Coeurs sur toi <3


Laisse par : Eejil9 le 06/05/2018 18:16 pour le chapitre 8. Michael Corner, actions et conséquences

J'ai attendu un petit peu parce que tu m'avais dit que tu avais envie de faire tes ràr avant que je continue à lire, mais j'ai plus pu m'en empêcher, j'avais trop envie de lire la suite, et puis il y a l'objectif de cette semaine pour le Défi review, ça aurait été trop bête... Bref, me revoici, me revoilà !

J'ai vraiment, vraiment, vraiment adoré ce chapitre. J'adore Michael. J'adore Michael et tout ce qu'il a de déchiré et de déchirant. Ce chapitre, d'ailleurs, même s'il est un peu centré sur sa relation avec Mandy, ne m'empêche pas de le shipper avec Terry. C'est EVIDENT, et cet espèce de dégoût qu'il ressent me pousse encore plus à penser que c'est avec Terry qu'il devrait être. Mais je m'égare et je reviewe de nouveau dans le désordre, désolée.

Je vais commencer par sa relation avec Mandy, justement. Je trouve qu'il y a quelque chose d'absolument tragique dans ta manière de dépeindre tout ça. J'aime beaucoup ton jeu sur les mots, le fait que les choses se font sans personne pour les faire et que c'est l'aspect "public" (ou au moins connu) de leur relation qui les en rend responsables. C'est super intéressant comme idée, que c'est seulement face à une altérité qu'on peut être responsable d'une action, j'aime beaucoup. Et je trouve que tu as vraiment, vraiment bien choisi tes mots pour décrire ça. Cet espèce de réconfort coupable qu'ils s'offrent, le dégoûte et ta manière tantôt pudique, tantôt très crue de décrire les choses m'a vraiment touchée. Je sais pas, ça m'a donné les larmes aux yeux, et j'arrive même pas à expliquer pourquoi. Ou plutôt comment. D'habitude, je décortique tout, mais ça, j'arrive pas à le décortiquer, alors je vais juste te dire que je trouve ça grandiose de complexité, et que ça me fait ressentir un tel mélange d'émotions que je n'arrive pas à mettre des mots dessus. Mille fois bravo.

Ensuite, Michael le justicier masqué. C'est assez génial comme idée, j'aime beaucoup. Que ce soit les tracts ou le C sur la porte de Rogue, c'est toujours de l'action symbolique, c'est un peu du courage vide, et ça le rend hyper touchant. J'adore Michael. Et puis ce courage vide devient du courage avec un vrai but quand il sauve le première année. La scène de torture était grandiose, d'ailleurs, dans tout ce qu'elle a d'horrible, chapeau encore de réussir à décrire des scènes de torture du point de vue de la personne qui est torturée, à la fois de manière très vraie et très réaliste pour ce qui est de la perception, et sans pour autant perdre cet aspect distant et... réflexif n'est pas le mot, mais c'est ça qui est typique de cette fic, la réflexion. Donc on va dire ça : sans perdre cette dimension de réflexion. Parce que c'est ça que j'aime dans cette histoire. On est dedans mais on n'est pas dedans. Il y a de l'action, mais ce qu'on a surtout, c'est les sentiments de tes personnages. C'est très désancré, hors des dialogues et de quelques épisodes, on ne sait pas trop quand ça se passe, il n'y a pas de suite d'événements, seulement des ressentis. C'est sans doute dû à ton emploi magistral de la première personne - alors que d'habitude je n'aime pas ça, là je suis remplie d'admiration. Bref, ce paragraphe devient méga incompréhensible, mais juste pour te dire que j'admire ta manière de nous plonger ET de nous faire prendre du recul sur l'action en même temps. C'est brillant.

J'ai aussi envie de m'arrêter sur Rogue. Parce que c'est un personnage que j'adore. Enfin, non, je le déteste aussi, mais je le trouve super intéressant, et dans ton histoire il est toujours super intéressant, autant que dans les romans, alors que souvent, il perd un peu de sa consistance dans les fics. C'est cohérent, que les Serdaigle ne le soupçonnent pas d'être de leur côté. Alors que pourtant il est très évidemment de leur côté. Tu as vraiment réussi à rendre toute la complexité du personnage, et tout le talent dont il a dû faire preuve pour limiter la casse sans perdre sa couverture pendant un an. Qu'on se comprenne, c'était un prof haïssable, mais pour autant, heureusement qu'il était là, même s'il file des retenues à Michael. Parce que ça aurait pu être tellement pire. Et il lui sauve là vie. Et ce paragraphe ne veut de nouveau rien dire, mais c'est ton histoire géniale qui me fait perdre mon latin, désolée désolée !

Bref, c'est de nouveau une review assez hyperbolique et avec pas trop de contenu, mais j'arrive presque pas à analyser cette histoire tellement je la trouve géniale... Je suppose que c'est une analyse en soi !

Des bisous <3

(Tu vas t'habituer à cette parenthèse, mais je ne me suis de nouveau pas relue, donc ce sera comme ce sera :mg:)


Laisse par : Sadi le 06/05/2018 16:02 pour le chapitre 10. Survie

Alors j'ai pas grand chose à dire là. J'arrive pas. C'était trop intense et je chialé comme un gros caca. Par pour la mort d'Anthony mais pour les deux chatons restants et les filles. C'est horrible de perdre un proche, surtout quand c'est LA personne qui rend la vie plus belle, l'ami qui sait nous faire rire quoi qu'il arrive. C'est horrible. J'arrête pas de pleurer x)

Et sinon, pour la chanson des trois petits chats, keur sur toi, Adibou c'est bae :3


Laisse par : SayWhen le 03/05/2018 21:11 pour le chapitre 10. Survie

Coucou :)

Et bien... Je dois dire que ton final est dans la continuité de ta fic entière : déchirant,tragique mais tellement réaliste. J'en ai mal au cœur pour eux d'avoir eu à changer, à grandir si vite pour finir par ne même pas pouvoir savourer le retour à la paix tant ils ont été brisés...

Et surtout, finalement ,je pense qu'elle apporte un certain réalisme à la saga originelle : puisque HP est destiné à un public à l'origine assez jeune, je pense que JKR a volontairement limité la description de l'impact psychologique de la guerre sur ces enfants soldats presque malgré eux. Pas toi, et c'est important de le rappeler, parce que les victimes d'une guerre ne sont pas uniquement les morts ou les blessés physiques ^^ (Dumby a bien raison d'affirmer qu'il ne faut pas avoir pitié des morts mais plutôt des vivants ,à mon humble avis !)

Bref ,c'était une belle fic, je l'ai aimée, tu peux être fière de toi et tu mérites largement de figurer dans la sélection Résistance !

Bravo ,au plaisir de te retrouver :)


Laisse par : ImGW le 02/05/2018 22:32 pour le chapitre 10. Survie

Coucou Fleur. Je suis désolée de ne laisser de review que maintenant, je crois n'en avoir jamais laissée avant, ou peu. Tu sais ce que je pense de ta fic, si tu as vu ma proposition pour les Sélections.

 

Comme d'habitude, ton écriture t'est très personnelle. Et c'est un compliment. Très travaillée sur la forme, d'une manière qui ne ressemble qu'à toi et que j'apprécie. Je ne pourrais pas lire que tes textes, il me faudrait d'autres types d'écriture et de textes au milieu, mais ça me manquerait si je ne lisais pas les tiens de temps en temps. Il y a une épaisseur à ton texte, qui est due au moins autant à ta forme qu'à ton fond.

Et ton fond, je l'apprécie vraiment. La Résistance, déjà, c'est un chouette, thème, et j'aime beaucoup les textes à Poudlard en 97-98. Mais en plus, ton texte, il ne s'embarrasse pas de nous ménager. Non, il nous balance la vérité, aussi moche qu'elle a dû l'être durant cette année terrible. Même dans Résistants de Hedwyn qui est ma référence sur le sujet, il y a plus d'humour, de douceur et de joie que dans ton texte. Et j'aime ça dans ton texte, vraiment. Même si du coup, lire ta fic ne se faisait que dans les moments où j'acceptais de rentrer dans l'horreur, et en sachant que ça allait peut-être me retourner l'estomac et le coeur. Mais ta fic est vraie. Horriblement vraie. Et je te remercie pour ça ! J'imagine que ça n'a pas été facile de l'écrire et de rentrer dans l'horreur en tant qu'autrice... Pour ma part je suis contente qu'elle existe et je pense qu'elle aurait manqué à l'ensemble des fanfictions si tu ne l'avais pas écrite. Je suis contente de l'avoir lue, contente que tu nous l'aies partagée. Ce n'est sans doute pas une fic que je relirai souvent avec plaisir, parce qu'elle ne fait pas plaisir. Mais c'est parce que le fond est horrible, et que tu l'as abordé avec beaucoup de réalité et de talent, rendant très bien l'horreur.

 

J'apprécie aussi beaucoup le soin que tu as mis à respecter les petites infos qu'on a dans les bouquins - j'en avais oublié beaucoup, comme la torture de Michael et le coup d'éclat de Terry (pour ça j'imagine les Carrow encore beaucoup plus violents, ne pas le laisser finir sa phrase, mais je suis influencée par la même scène dans Résistants, et c'est difficile de lire la même scène aussi précise dans deux fics et d'être convaincue par deux propositions qui sont différentes. Si j'oublie l'image que j'avais de cette scène, la tienne me convainc aussi, elle pourrait devenir mon autre canon personnel, et j'ai de la peine et de l'affection pour la tante super de Terry. Et Anthony qui parle à sa place en lui épargnant de capituler, c'est adorable.) (rien à voir mais le Mandy/Michael est adorable aussi, et la façon qu'a Michael de ne pas vouloir faire face aux choses aussi. Délicieusement réaliste)

 

J'aime aussi beaucoup ce que tu dis dans ta note sur "l'effet Sirius", je n'y avais jamais songé, mais c'est très pertinent. Et vu comme tu connais Sirius, vu comme tu as réfléchi sur lui, ça prend d'autant plus de poids.

 

Je sais pas si je commenterai un jour tous les chapitres au cas par cas, parce que je sais pas si je relirai ta fic, et que je lis souvent sur mon téléphone ce qui rend les reviews compliquées - ce qui explique aussi pourquoi je reviewe si tard. Je pensais déjà ne faire qu'une petite review mais manifestement c'est pas le cas, j'avais beaucoup à dire sur cette fic. Merci encore pour nous l'avoir partagée, je suis contente de l'avoir connue... Tout en étant pas contente que nos personnages aient eu un jour à subir ça !

 

J'espère que ta fic sera sélectionnée, ça n'est plus de mon ressort mais elle le mériterait selon moi. Et peut-être à bientôt sur une nouvelle fic (tu me mets l'eau à la bouche avec tes futurs textes) !


Laisse par : Eejil9 le 23/04/2018 10:25 pour le chapitre 7. À cet instant le répit

Fleur, tu es trop choupie, tu parles de moi en nda et tout ! <3

C'est vrai que ce chapitre détonne sacrément avec le ton du reste, mais j'aime bien cet effet de contraste. C'est sur qu'on est moins dans le drama et que le drama et moi, c'est une longue histoire d'amour, mais pour autant, c'est pas un chapitre qui manque d'enjeu. En tant que lecteurs, on a peut-être besoin aussi de cette bulle d'air et de printemps au milieu d'un texte qui reste quand même très très noir dans l'ensemble. C'est vraiment la rupture qui donne tout ce prix au chapitre, parce que même si on ne le voit pas au départ, cette joie est teintée de désespoir, on a un peu l'impression qu'ils profitent de l'instant parce qu'ils sentent la catastrophe venir. Au moment où Michael fait son voeu en soufflant ses bougies, j'ai eu la chair de poule. Vraiment, et pas seulement parce que j'avais un peu froid (j'aurais dû prendre une photo pour avoir une preuve). Parce qu'on sait que c'est un voeu pieu et parce que c'est le moment où ton chapitre prend toute sa force : c'est le moment où tu montres que malgré la légèreté, la guerre a toujours été là, depuis le début, en toile de fond. C'est le moment où tu montres que le changement de tonalité n'est pas un changement de nature. C'est le moment où tu rappelles une fois de plus, si on l'avait oublié, que ce sont des ados, avec des préoccupations d'ado, mais qu'ils vivent ce qu'ils ne devraient pas avoir à vivre. Même quand tu parles de répit c'est fort, je me demande comme tu fais.

Et puisque tu es super forte pour faire passer d'une émotion à l'autre, il y avait cette légèreté, puis ce poids avec le souhait de Michael, et puis j'ai rigolé avec la chute. J'ai rigolé mais je suis déçue, j'aurais vraiment voulu que Michael s'envoie en l'air avec Terry. Dommage, ce sera pour la prochaine fois ! :D

Bon, cette review est totalement décousue mais je voulais revenir sur Anthony aussi. Je ne reviens pas sur ce que j'ai dit dans l'autre review, je suis bien plus Michael qu'Anthony, et Anthony a tendance à m'agacer (doublement avec sa remarque sur les hommes et la cuisine :mg:), mais ce chapitre est bien la preuve qu'il change sans changer, j'ai trouvé ça assez dingue, ta manière de lui faire reprendre, dans les dialogues et quand tu adoptes son point de vue, ce ton caractéristique qu'il y avait dans le premier chapitre qui lui était consacré, ton caractéristique et vraiment très original... Le personnage m'agace mais je suis vraiment fan de ta manière de le mettre en scène.

Mais par contre, il y a un truc... Ernie McMillan et une relation libre ?! sérieusement ?! tout ce qu'on sait de lui c'est qu'il est gentil mais pompeux, je l'aurais plutôt vu demander Lisa en mariage avant de l'embrasser. Je sais que c'est cliché et que finalement on ne sait rien de lui mais... hahahahaha j'ai trop ri, ça m'a paru tellement décalé ! Si tu avais casé Lisa avec Zacharias Smith ou Justin Finch-Fletchey, je dis pas, mais je crois qu'Ernie, c'est le dernier mec de Poudlard que je verrais en relation libre avec Ron. Bref, c'est un détail et une remarque inutile, mais il fallait que je la fasse ! :D

Bref, encore un chapitre de génie, même si forcément, c'était plus chair de poule que claque. On ne peut pas être claqué à chaque fois, et si on se déclaque, la claque suivante n'en est que plus forte, et avec la fin de cette année qui arrive, je te fais confiance pour envoyer des baffes puissance mille.

Des bisous <3

(Même remarque que d'habitude, je ne me suis pas relue, s'il y a des trucs WTF dedans... Bah c'est normal et c'est de ma faute. Désolée 0:) )


Laisse par : Sadi le 21/04/2018 11:22 pour le chapitre 8. Michael Corner, actions et conséquences

Encore un super chapitre ! J'adore ce que tu fais de Michael, son côté héros torturé, je trouve que ça lui va bien. J'aime aussi beaucoup la relation qu'il a avec Mandy, forte et ambiguë, ça les rend super attachant :3

Hâte de lire la suite ! :D



Réponse de l'auteur:

Merci pour ta review Sadi, et merci d'être toujours au rendez-vous :'D Ça me soulage beaucoup que tu aies été convaincue par Michael, j'ai eu peur de m'être trop éparpillée et de l'avoir raté. Rien ne pouvait me faire plus plaisir que tes remarques, et pour sa relation avec Mandy aussi <3 La suite a un peu de retard car je suis en période de partiels mais elle est à moitié écrite donc ça ne devrait pas être trop long non plus !


Laisse par : Eejil9 le 21/04/2018 09:00 pour le chapitre 6. Anthony Goldstein, tensions et réapparition

Waouh. J'ai sans doute été moins claquée (oui) qu'avec le chapitre précédent, mais j'ai adoré celui-ci aussi. Tu dis que tu n'as pas réussi à rendre le même ton que dans le premier chapitre sur Anthony, mais moi ça ne m'étonne pas vu l'évolution du personnage. Il pète un câble. Ils pètent tous un câble, là, entre Terry et sa folie, Michael et sa hargne, et Anthony... On dirait qu'il y a une grosse vague de folie sur les trois amis et que ça les gagne chacun d'une autre manière. Terry est  le plus touché, mais les deux autres aussi sont rendus autres... Et Anthony, le symptôme, c'est la perte de son tempérament débonnaire. Il devient hargneux et violent parce que, comme Terry, il n'est plus vraiment lui-même. C'est dingue. C'est très bien comme ça, je pense qu'avec le ton du chapitre précédent (enfin de l'autre chapitre sur Terry) ça n'aurait pas été aussi frappant et réussi. Malgré tout, il y a quand même une trace de cet humour qui était là avant, mais au lieu de dédramatiser, comme il dit, ça dramatise encore plus et ça rend les choses assez déchirantes. Je pense à cette phrase : "Michael et moi, on s’observait, l’air toujours pas très apaisé.", qui est à la fois drôle et triste et brillante. Il y en a plein d'autres mais ça a retenu mon attention. En fait, ça montre bien que même dans cette colère incroyable, Anthony est toujours Anthony et que tu as très bien géré l'évolution psychologique du personnage. Bref, le souci que tu as eu au moment de l'écriture ne m'étonne pas, et je pense qu'il est juste dicté par le contenu du texte.

Et quel contenu ! Entre la gestion plus ou moins difficile de la folie de Terry, que tu décris merveilleusement, et cette bagarre, cette haine temporaire mais profonde entre Michael et Anthony, on voit vraiment que la guerre les touche. Tu n'es pas juste en train de nous dire "regardez, ils sont malheureux". Tu nous montres par des épisodes de leur vie à quel point ils sont touchés par ça, tu nous le prouves, et c'est d'autant plus fort.

D'ailleurs, j'ai été vraiment baladée par les effets du texte. Quand tu as décrit leurs petits jeux, avec les débats et tout, je me suis dit, mais pourquoi tu écris ça maintenant ? Comment ils peuvent jouer à ça, et surtout, comment toi tu peux penser que c'est le moment de nous décrire ça alors qu'on est autant dans la tension ? Et quand Michael le reproche à Anthony, je comprends pourquoi. Et je me dis que tu es un génie.

Je crois que je suis un peu trop comme Michael, la hargne en moins. Du coup, Anthony m'a profondément agacée pendant ce chapitre. Je l'ai trouvé injuste, violent, à la fois un peu "vieux con" et immature. Mais ce n'est pas parce que le personnage est mauvais, le personnage est brillant et je ne reviendrai pas sur ce que je t'ai dit dans la première review lui étant consacrée. C'est juste que, je ne sais pas si c'est la fatigue, c'est d'autant plus bizarre que c'est le point de vue d'Anthony qu'on a ici, mais j'étais Michael dans cette bagarre. Bagarre brillante par ailleurs, parce que ça montre à quel point l'horreur frappe même ceux qui s'aiment, à quel point la guerre les déchire, et j'ai vraiment adoré ta manière de nous montrer ça, et de nous le montrer comme ça.

Maintenant un petit mot sur le retour de Terry. Il a quelque chose d'à la fois très simple et très rapide, comme si ce n'était pas de ça dont il était question. La vraie question c'est comment les personnages se déchirent. Le retour à lui de Terry est comme en parenthèse à côté, comme la conséquence directe de la déchirure, et pas comme une renaissance heureuse, et j'ai trouvé ça super génial. Parce qu'on se serait attendus à un passage fort avec des feux d'artifices et youpi, Terry et de retour ! Alors que non. Et c'est là qu'on voit que le problème, c'était pas que ça, et que vraiment, tu as su gérer brillamment la complexité psychologique de cette résistance et de cette guerre.

Bref, bravo. Et coeurs sur toi <3

Mais n'empêche, j'aimerais quand même savoir si c'est Michael et Mandy qui ont utilisé le préservatif.


Laisse par : Eejil9 le 21/04/2018 08:03 pour le chapitre 5. Terry Boot, l'intrigant

Oh bon sang... :O

Je crois que c'est mon chapitre préféré sur le plan du contenu, depuis le début. Sur le plan du style, c'était le drabble précédent, mais au niveau de l'intrigue et de la gestion du rythme, c'est celui-ci le meilleur.

Mais quelle claque ! Tu sais que j'ai la gorge nouée et que je me sens super mal maintenant ? Bon, je vais essayer de commenter dans l'ordre et de manière un peu organisée, mais j'ai vraiment du mal à ne pas commencer par la fin. Pfoouuu cette fin. Breeef, soyons organisés et rationnels, hop.

J'ai une amie synesthète, mais elle ne m'a jamais parlé de voir les gens avec des forme (ni des couleurs d'ailleurs). Elle voit les lettres et les chiffres, les notes de musique et les idées aussi, en couleur, mais elle ne m'a jamais rien dit à propos des gens. ça ne veut pas dire que ce que tu dis est faux, peut-être qu'elle me voit comme un triangle orange, je ne sais pas. Peut-être qu'il y a des degrés de synesthésie aussi. En tout cas, c'est vraiment original d'appliquer cette caractéristique à un personnage, et je trouve que tu l'as vraiment très bien fait. Tu en as fait une partie importante de ton texte sans en faire trop, sans que ça devienne illisible, et franchement chapeau. Parce que pour quelqu'un qui ne l'est pas, c'est difficile de mettre des mots dessus, c'est un peu à la limite de l'inconcevable quand même. Par contre, il faudra que tu me dises ce que c'est, comme couleur, l'opaque couché... :mg:

Ce que j'ai trouvé dingue surtout, c'est que tu as changé de style. Vraiment. Tu as eu des particularités stylistiques avec chacun des personnages, pour t'adapter à leur mode de pensée, mais c'est vraiment avec Terry que la différence est la plus flagrante, parce qu'il a une manière très rationnelle d'amener les choses : phrases plus longues, connecteurs logiques, beaucoup d'enchaînements causals (causaux ?). Bref, c'est assez incroyable de se dire que tu entres dans la tête des personnages jusqu'à changer ta façon d'écrire. Ou alors que tu changes ta façon d'écrire pour qu'on entre mieux dans la tête des personnages, tout dépend de ton degré d'intention là-dedans. Mais chapeau, je suis super admirative.

Avant d'en venir à l'intrigue, au rythme et à cette fin qui m'a vraiment soufflée, je voudrais juste revenir sur un truc qui m'a gênée. Luna. On voit que tu ne savais pas trop quoi faire d'elle alors tu l'as ramenée dans les coins. Mais autant je veux bien voir cette unité entre les Serdaigles, autant je ne sais pas trop comment lier cette manière qu'ils ont de tolérer Luna (au moins) et la solitude qu'elle a pu décrire à Harry, sa manière de se rattacher à ses seuls amis qui n'étaient pas de sa maison, de décrire les moqueries... Si ce ne sont pas les Serdaigles qui se sont moqués de Luna, qui ? C'est vrai qu'ils ne sont pas dans la même année scolaire et que ça peut très bien être les camarades de chambre de Luna qui ont fait le coup, mais pour autant, nos Serdaigles de septième année ne doivent pas être blancs comme neige dans l'histoire. Peut-être qu'ils auraient eu encore plus de relief si tu avais rendu cette cruauté-là, une cruauté qu'on peut à peine leur reprocher parce que les enfants sont cruels et qu'ils font ces choses-là. Je ne sais pas... Après comme je l'ai dit dans une de mes reviews, la guerre et la résistance resserre les liens, et rien ne dit qu'ils n'ont pas passé outre leurs préjugés pendant la septième année, mais toujours est-il que ça me chagrine.

Mais c'est un détail à côté de l'immense qualité de ce chapitre, l'intrigue et la gestion du rythme ET CETTE FIN PAR LES COUILLES DE MERLIN. L'histoire est très théorique au début, on est hors du temps, ou plutôt dans un temps large, la résistance en général. Et puis, tu amènes un épisode en particulier, un épisode déjà difficile - cette fouille par des raffleurs, c'est pas évident. Bon, sur le plan strict du canon, je me demande ce que des raffleurs feraient à Poudlard vu que ce sont un peu des sous-fiffres, et les Sangs-Purs n'auraient sûrement pas toléré qu'ils fouillassent (subjonctif imparfait rpz) leurs enfants, mais c'est pas très grave parce que ça renforce la scène, et on s'en fiche. Donc la scène est déjà difficile. En plus, c'est difficile mais ça n'empêche pas les personnages de rester des adolescents, alors qu'ils sont dans la résistance, ce qui les stresse, c'est un tas de matelas et des bouteilles d'alcool... Il y a cet espèce de décalage que tu réinvestis tout le temps, entre leur âge réel, et le vieillissement prématuré imposé par la guerre, qui resurgit dans des détails comme ça, et franchement, c'est brillant ! Donc je disais (je vais y arriver), cette scène est difficile. Mais la scène de torture... C'est tellement horriblement atroce et extrêment intelligent et incroyablement fort que je n'ai même pas les mots pour l'analyser comme je l'ai fait avec le reste du chapitre. Pfiou, c'était juste une claque, ça prend aux tripes, ça fait se sentir mal, mal mal... Un gamin qui est - temporairement j'espère - transformé en monstre, qu'on torture physiquement et psychologiquement pour qu'il en vienne à torturer ses amis alors qu'il en était incapable. Est-ce qu'il peut y avoir quelque chose de plus horrible et de plus dur que cette scène ? Ce que je te disais dans une review précédente, c'est que j'adorais qu'il n'y ait rien d'exceptionnel dans la vie de ces personnages parce que ça permet de dramatiser des choses qui n'auraient été que des détails dans HP. Tu imagines à quel point ça dramatise cette scène-là ?! Je ne m'y attendais pas, et quand je dis une claque, je l'ai presque ressenti physiquement, tellement c'était dur. Ils sont des gamins comme les autres dans une situation pas comme les autres, et cette espèce de point culminant de l'horreur frappe encore plus fort que si on avait été du point de vue des héros. Parce que ce sont des héros sans en être. Et tu as ta manière à toi de raconter cette scène horrible, qui la rend encore plus forte parce que tu ne sombres pas dans le pathos, comme je l'aurais fait (malheureusement) si j'avais dû écrire la même chose. Dans cette fin, on quitte le style un peu ampoulé et très rationnel de Terry depuis le début, et on en arrive à ton écriture habituelle. Je m'en étais déshabituée, du coup ça frappe encore plus fort. Ces phrases courtes, brutes, dures, cette simplicité de l'horreur. Pfiou, c'est tellement grandiose ce que tu fais.

J'ai particulièrement aimé aussi la mise en forme de la folie, du dédoublement sur laquelle tu termines ton chapitre, entre les "je" et les "Terry". (C'est une référence à Rimbaud, d'aileurs, "Terry était un autre" ?). Tu n'aurais pas pu mieux exprimer cette démence provoquée par la magie noire et par le traumatisme.

Bref, cette review est un peu trop longue, un peu trop décousue, et j'ai toujours la flemme de me relire alors que j'ai dormi 5h cette nuit, donc il est possible que certains passages ne veuillent rien dire du tout... Mais juste... merci pour ce texte incroyable, et pas merci pour la claque parce que j'ai vraiment la gorge nouée maintenant. <3



Réponse de l'auteur:

Bon, cette review, il faut bien l'attaquer quelque part !

Tout d'abord, un grand GRAND GRAND merci <3 

Contrairement au précédent chapitre, je comprends mieux que celui-ci soit l'un de tes préférés, je crois que c'est mon chapitre préféré aussi. Il a été beaucoup plus instinctif à écrire que d'autres même si j'y ai tout de même passé pas mal de temps ensuite, à revoir des formulations, etc., et j'avoue avoir eu un coup de coeur pour Terry au moment de rédiger son histoire donc voilà <3 J'avais hâte que tu le lises celui-là, justement, je me disais qu'il pourrait peut-être te plaire et je suis ravie de lire ton retour <3 Et même si j'avais pensé qu'il pourrait te plaire, je suis tout de même renversée par tes commentaires, encore une fois. 

Je suis désolée de t'avoir mis dans cet état-là :'( Mais pas tant désolée que ça parce que c'était le but, et même moi en l'écrivant, j'étais dans un état second. Genre, mais non, t'as pas osé faire ça à Terry ? Bah si x) Haha, bref. Bon, pour la peine, plein de câlins :hug: :hug: :hug:

Tu relèves un bon point pour la synesthésie car, effectivement, en faisant des recherches, rien n'était indiqué par rapport aux êtres humains. Aussi c'est une petite digression de ma part. Ce n'est pas très correct, mais ça me plaisit bien que Terry voit les autres personnes comme des formes aussi, enfin qu'il les associe à des formes et des couleurs, et comme on est dans une fiction, je me suis dit que je pouvais pousser le truc en fonction de mon imagination. Mais j'aurais peut-être dû l'indiquer en note d'auteur :) Ce qui est certain c'est que, oui, il y a des degrés de synesthésie, mais je n'en ai croisé aucun, dans mes recherches internet, qui parlaient de formes/couleurs pour les humains. Mis à part ce petit détail, je suis trop contente que cette caractéristique de Terry t'ait convaincue <3
Dès le départ je l'imaginais avoir une façon de voir les choses un peu "spéciale", différente des autres, et j'ai toujours été assez facinée par le concept de synesthésie, donc c'était l'occasion rêvée d'en parler. Mais comme je ne vis pas dans la tête d'un-e synesthète, ce n'était pas évident de viser juste. Merci du coup <3 Quant à l'opaque caché haha, j'ai simplement tapé sur google "couleur la plus moche" et on m'a indiqué cette couleur :') J'imagine bien que ce n'est pas très compréhensible balancé comme ça, c'est une espèce de marron dégueulasse et tiens, j'ai retrouvé l'un des articles qui en parle : https://www.huffpostmaghreb.com/2016/06/10/couleur-laide-opaque-couche-paquets-cigarettes_n_10392172.html (élue la couleur la plus laide du monde, carrément XD).

Je suis vraiment contente que tu remarques un changement de style entre chaque chapitre selon les personnages, je ne sais pas à quel point c'est conscient, dans le sens où tu as raison avec ta première hypothèse : c'est surtout que j'entre dans la tête de mes personnages pour changer ma façon d'écrire, c'est leur caractère respectif qui m'influence, Goldstein, j'adore écrire Goldstein, lui c'est une façon toujours un peu théâtralisée de voir les choses (d'ailleurs, vers la fin, j'ai mis du Goldstein dans du Terry, je m'en suis rendu compte mais je n'arrivais pas à formuler autrement donc j'ai gardé, surtout que, bon, tu n'as pas encore lu ce chapitre, mais à ce moment-là, Terry "imite" Goldstein donc ça peut se justifier), je ne sais pas comment qualifier exactement le style Goldstein mais il m'amuse à chaque fois, et j'arrive très bien à le reproduire parce que je l'ai totalement cerné donc j'adore <3 Et Terry, comme tu le dis, c'est des phrases plus longues, plus réfléchies, parce que Terry c'est un gars plus discret, plus posé, et d'une intelligence hors norme. Ça disparaît un peu par la suite, parce que de toute manière les événements font que... Mais Terry aussi, c'était cool à écrire <3 Je crois que c'est pour ça que j'ai autant de mal avec les chapitres Michael, je n'ai pas un style particulier pour lui car son caractère est plus difficile à cerner, peut-être moins "hors du commun", et ce qui me fait sourire aussi c'est que tu disais que tu te sentais proche de ce personnage, et bien j'avoue que pour son premier pov du moins, c'était aussi un peu moi, sans l'être tout à fait, en tout cas un caractère assez proche du mien, et c'était difficile de changer de style, difficile aussi de lui donner plus de liberté, j'ai l'impression qu'il est un peu plus "renfermé" (enfin je ne sais pas comment dire). Mais jsuis super touchée que tu le soulignes et que ça te fasse quelque chose <3 T'es trop mignonne :D

Luna, donc. Je vois que ça te chiffonne et j'en suis désolée :hug: Déjà, comme tu le dis, ils ne sont pas de la même promo, et perso je voyais surtout les gens de sa promo, de son dortoir, la rejeter, plus que les autres. Pour autant, je n'imagine pas que Corner & co l'aient accueillie à bras ouverts, je suis d'accord, je pense qu'eux aussi la trouvaient bizarre et pouvaient se moquer d'elle. D'ailleurs, dans le premier pov Goldstein, on le ressent bien lorsque Michael lui annonce que Ginny leur a demandé d'intégrer Luna à leur bande, et que Goldstein répond : "Loufoca ?" en pouffant. Je ne crée pas de liens amicaux entre eux. Donc oui, comme tu dis, j'imagine bien qu'ils aient pu être un peu cruels, sans pour autant faire partie de ceux qui volaient ses affaires, mais plutôt de ceux qui n'agissaient pas quand ils voyaient ce genre d'actes se produire, ou de ceux qui se moquaient d'elle, mais quand même sans en faire trop (je ne vois pas non plus Luna comme étant sans cesse attaquée par les gens de sa maison. Je pense surtout qu'elle était très seule, et qu'on pouvait se moquer d'elle, mais pas qu'elle avait toute une maison à dos). Aussi, et comme tu le remarques, pour moi il est évident qu'une occupation comme celle des Carrow et le contexte de guerre bouleversent la situation et resserrent les liens, surtout qu'elle (Luna), comme eux font partie de l'AD. A la limite, si elle n'avait pas été à l'AD, ils auraient pu s'en moquer, mais là, en fait pour moi c'est évident que tu mets de côté les moqueries et que tu deviens plus généreux dans des temps difficiles comme ceux-ci, avec des personnes de ton camp, qui ne t'ont rien fait en plus. Ajouté à cela, il ne faut pas oublier que Ginny a directement demandé à Corner qu'ils intègrent Luna dans leur bande. Dans ma tête, Ginny compte encore beaucoup pour Michael, il a envie de la satisfaire, donc même si au départ c'est plus par obligation, ils font des efforts à son égard. Puis encore une fois, le contexte tellement horrible fait qu'ils ne peuvent pas la rejeter, ils ne sont pas si cruels non plus (enfin à mes yeux !). Par exemple, dans le pov Corner, j'explique que le fait de voir le visage tuméfié de Luna provoque un choc en lui, et c'est pour cela qu'il lui propose de dormir avec eux. Je pense aussi qu'on devient protecteur envers les gens de sa maison dans ce genre de situation, surtout quand on est les septième années, les plus âgés du lot (cf l'accueil des nouveaux par Goldstein). On ne supporte pas de voir l'un des nôtres, même si c'est le plus bizarre, être abattu par nos ennemis. Surtout quand cette personne fait partie du même groupe de résistance que toi, que tu la vois se battre, se donner à fond dans les actions souterraines. Du coup, pour moi il n'y a pas de souci à ce qu'ils se soient rapprochés de Luna. Ça ne veut pas dire qu'ils l'aiment, ça veut juste dire qu'ils sont humains. Je suis désolée mais je n'aurais vu aucun intérêt à représenter les Serdaigle méchants envers Luna dans un tel contexte, je n'arrive pas à les imaginer comme ça en tout cas, et je ne vois pas qui pourrait agir de la sorte. Par rapport à ce chapitre en particulier et à Terry, ce n'est pas tout à fait vrai ce que tu dis, je n'ai pas ajouté Luna sans savoir quoi en faire. Je l'ai ajoutée parce que, dans mon esprit, elle est celle qui ressemble le plus à Terry dans leur façon d'appréhender et de visualiser le monde. J'imaginais donc tout à fait une confrontation entre eux. Mais je ne les rends pas amis pour autant, bien au contraire. Luna, qui n'a aucun filtre, balance à Terry sa particularité, lui montrant ouvertement qu'elle sait qu'il est synesthète et qu'elle lit, elle aussi, beaucoup de "pourpre" en lui. Mais lui, ça ne lui plaît pas, cette remarque. Il l'explique, d'ailleurs, qu'il n'a pas forcément envie de partager un lien aussi fort avec Luna et que ça le met mal à l'aise qu'elle puisse lire en lui. C'est ça qui me plaisait, avec ces deux personnages : qu'ils puissent être si proches dans leur façon de penser, sans l'être en réalité, parce que Terry ne le supporterait pas (et qu'il y a malgré tout une distance entre elle et les autres). Bref, ensuite, la dernière apparition de Luna dans ce chapitre : je dis qu'elle a disparu à Noel dans un train et que ça les a tous abattus, ou un truc du genre, je ne sais plus. Cette phrase s'inspire du discours de Neville car il ne faut pas oublier que Luna était une des chefs de la résistance à l'époque, l'une des figures les plus importantes, et je n'imagine pas "mes" Serdaigle être d'aussi mauvaise foi pour ne pas le reconnaître. Voilà ce que disait exactement Neville à ce propos : "Nous avons perdu Luna à Noël et Ginny n’est jamais revenue après Pâques. Or, nous étions un peu les leaders, tous les trois.". Ce sont les mots de Neville qui m'ont permis de représenter une Luna un minimum intégrée et qui expliquent aussi un peu les phrases de Terry.

p.p1 {margin: 0.0px 0.0px 0.0px 0.0px; text-align: justify; font: 11.0px Helvetica; color: #000000; -webkit-text-stroke: #000000} span.s1 {font-kerning: none}


Ouf, voilà, longue réponse qui, j'espère, clarifiera mes choix scénaristiques par rapport à Luna :D (et désolée si je donne l'impression d'avoir mal pris ta remarque, j'essaie simplement de me justifier mais il n'y a aucun souci <3)


Aaw, je me sens toute *yeux de chats pottés* Merci ? Que dire de plus ? Whaou, merci, vraiment, merci. 
Pour les raffleurs, je peux comprendre ton interrogation, mais comme ils avaient justement besoin de sous-fifres pour fouiller les chambres et les élèves, je n'aurais pas imaginé Bellatrix ou Dolohov à cette place. Mais jsais pas, peut-être as-tu raison. 
Franchement je suis trop contente que la scène de la fouille t'ait convaincue, que tu l'aies trouvée difficile, mais qu'en même temps tu soulignes le décalage avec l'inquiétude des ados <3 Et tous tes compliments, merci du fond du coeur <3

La scène de torture. Ha ha. Oui, elle est horrible. Enfin, le choix donné à Terry est horrible. Je ne suis pas sûre qu'ils soient allés aussi loin dans l'horreur en réalité mais ils auraient très bien pu, alors bon, pourquoi pas. 

"C'est tellement horriblement atroce et extrêment intelligent et incroyablement fort que je n'ai même pas les mots pour l'analyser comme je l'ai fait avec le reste du chapitre. Pfiou, c'était juste une claque, ça prend aux tripes, ça fait se sentir mal, mal mal... "

<3 <3 <3 <3 <3 <3 

En fait c'est moi qui me prends une claque en lisant tes mots, désolée de ne pas pouvoir mieux te répondre...
Mais je suis vraiment soufflée par tes commentaires et je te remercie mille fois parce qu'ils sont juste magnifiques et qu'ils me font un bien fou à chaque fois et que tu es l'une des meilleures revieweuses qu'il m'ait été donnée de connaître <3 

Oh et oui, tu as bien trouvé pour la référence à Rimbaud ! C'est d'ailleurs sur cette référence à Rimbaud que je suis partie pour exprimer l'état de folie de Terry :)

Encore un immense merci à toi, t'es la meilleure Falafel <3 <3 <3 (petite joke parce que ça me fait trop marrer que tu t'appelles Falafel sur le chat, genre l'autre jour je t'ai appelé Falafel et je n'arrivais pas à te reconnaître :'))

LOVE


Laisse par : Eejil9 le 20/04/2018 17:04 pour le chapitre 4. Tapie, la résistance

C'est peut-être bizarre, mais d'une certaine manière c'est le chapitre que j'ai préféré depuis le début. Oui, il est court, mais d'une certaine manière, ça concentre ce que je trouve absolument génial dans ton écriture. Ces images totalements étranges - ici celles des insectes par exemple - que tu amènes avec un grand naturel, comme si c'était une expression de tous les jours, et du coup le décalage frappe plus fort encore que si c'était un style plein de chichis. Ton style est frontal, je crois que c'est ça le mot que je cherche depuis que je tente tant bien que mal de te laisser des reviews. C'est une claque directe, crue, pleine...

Et ce drabble-là, c'est très représentatif de ce qu'il y a de plus riche et de plus original dnas ce que tu fais. C'est un concentré d'images, de phrase claques, de tournures qui sont de véritables trouvailles. C'est comme si tu prenais toutes les phrases frappantes d'un texte, comme il y en a plein dans tes autres chapitres, pour les mettre à la file, en dépit de la narration. Et ça fait sens. On perd l'aspect histoire, on gagne en poésie, et pourtant, c'est toujours la même chose. Je ne sais pas si c'est clair, ce que j'essaie de te raconter...

Bref, j'ai beaucoup aimé l'espèce de rythme que tu donnes à ce texte, la narration au "nous", cette fusion des individus au sein d'une cause collective - puisque depuis le début, on avait des "je", fragmentés, abordés dans leurs différences, ici on a un "nous" unique, et fort. J'aime bien le fait que ce texte soit une caisse de résonnance des qualitiés de ton écriture en même temps qu'il est une caisse de résonnance des voix de tes personnages, comme si, alors qu'ils disent tous la même chose en même temps, c'est ton style qui est amplifié par cet élan collectif.

Et évidemment, il y a ce frisson quand le texte est le titre, que le titre et le texte, qu'on se rend compte qu'ici, on est au coeur de ce tu as voulu écrire... Je trouve ça assez impressionnant que ce soit l'un des premiers chapitres que tu as écrit, alors qu'on aurait pu voir ça comme quelque chose écrit à la fin. C'est un peu comme si ce cri, ce rythme poétique, cet élan plein de désespoir et d'espoir en même temps, avait dicté ton texte, et pas une potentielle histoire. C'est peut-être révélateur de ce que je disais dans la review précédente aussi : on a le quotidien et c'est le quotidien qui est fort. Ici, ça prouve tout : il n'y a pas une histoire exceptionnelle, il y a avant tout des personnages et leur lutte. Et c'est très très fort.

Bravo encore pour ce chapitre, des bisous <3 (Je ne me suis de nouveau pas relue donc... pareil que tout à l'heure, désolée ! :mg:)



Réponse de l'auteur:

J'ai lu cette review sur le chemin avant de te retrouver pour aller au cinéma, je me suis assise sur un banc pour bien en profiter, ma canette de coca à la main gauche, et ma cigarette à la main droite. J'ai dû la relire plusieurs fois tellement elle m'a iozhfldsfjzsdjl court-circuité je dirai ? :')
Franchement, Eejil, un énième merci serait-il suffisant ? Je ne crois pas.

Surprise que ce chapitre soit ton préféré, il est vrai. Mais je le comprends lorsque tu m'expliques pourquoi, et finalement, ça ne m'étonne pas, si c'est mon écriture qui te plaît plus que l'action en elle-même. En toute honnêteté, je trouvais ce chapitre assez simple, dans l'écriture justement, et comme il revêt un aspect poétique, je ne pensais pas qu'il te plairait autant car tu as un regard critique sur la poésie. Même si j'imagine qu'il est difficile de qualifier ce chapitre de poème à proprement parler. Je suis donc d'autant plus touchée de savoir qu'il t'a autant enthousiasmé. Les images étranges... je ne pensais pas qu'elles paraîtraient étranges. Mais ça me plait, bien sûr, que tu les trouves étranges. Puisque j'adore ce qui paraît étrange, surtout dans la littérature, et j'aimerais bien pouvoir écrire des choses étranges. Ca fait beaucoup d'étrange. Bref. Et bien, je suis ravie que tu aies trouvé les images étranges, celles des insectes, mes petits insectes <3 J'adore le mot "frontal" pour parler de mon style, je ne sais pas si c'est vrai, mais ça me plairait bien que ce soit vrai. Merci en tout cas, de décortiquer autant cette écriture qui est la mienne, moi, la modeste Fleur. Sincérement, ça me touche. 

Je n'avais pas fait plus attention que cela au passage du "je" au "nous", tu m'apportes une nouvelle lumière sur mon texte, et je trouve ça très très intéressant, d'ailleurs, ce que tu en dis, et ta façon d'en parler aussi. La caisse de résonnance des voix de mes personnages, c'est trop beau formulé ainsi. Et que tu trouves mon style "amplifié par cet élan collectif", j'adore l'idée :D

Ouiii c'est vrai, on est là au coeur du texte avec ce Tapis dans l'ombre qui apparaît pour la première fois =) <3 Ce sont les premiers mots qui me sont venus. Au départ, je voulais partir sur un OS très court, un peu poétique, avec cette phrase  "Tapis dans l'ombre", cette marche résistante, mais finalement ça a surtout servi de base à tout un texte. Enfin, tu as tout à fait raison lorsque tu dis que c'est comme si cet élan avait dicté mon texte. C'est exactement ce qui s'est passé. J'aimerais commenter toutes tes phrases parce que chacune d'entre elles m'envoie un coup (qui me fait du bien, je te rassure !), mais c'est impossible de tout commenter d'un commentaire, souvent, il n'y a rien à ajouter à part merci, et si je commentais chaque phrase, ce serait un enchainement de "Merci. Merci. Merci aussi pour cette remarque "citation de la remarque", etc.". Mais je t'avoue que ça me touche beaucoup lorsque tu décortiques mon approche du sujet, en parlant "des personnages et de leur lutte" et ça me touche aussi énormément à chaque fois que tu dis trouver ça "fort" ou (pas ici, mais dans d'autres reviews) "intelligent". Je ne sais jamais quoi te dire alors je fais un remerciement global pour ces mots qui me rendent dingue.

Merci encore à toi pour ta review de folie <3 


Laisse par : Eejil9 le 20/04/2018 15:03 pour le chapitre 3. Michael Corner, l'émotif

J'ai encore adoré ce chapitre ! J'ai trouvé tout ce que j'avais aimé dans les autres, mais avec un infime jeu de variation qui fait qu'on ne s'ennuie jamais. Tu as toujours ce style absolument incisif, qui immerge dans l'action au point qu'on est surpris d'arriver à la fin du chapitre, et puis c'est toujours très original : depuis le début, on est dans la vie quotidienne. Le quotidien de l'horreur, certes, la résistance, quelque chose qui est hors du commun... Mais ça reste le quotidien dans ce qu'il a de banal. D'ailleurs, les scènes de torture, tu ne les décris pas. Tu nous donnes des dialogues, des petites conversations, des crises entre amis et pas de la grosse action et de la grosse bagarre. Je ne dis pas que je n'aime pas la grosse bagarre, mais j'apprécie beaucoup, et je trouve très originale ta manière de dramatiser le banal, d'en faire quelque chose de crucial, d'incroyable, de reporter l'attention sur les petites choses plutôt que sur les grosses aventures à la Harry. C'est ça aussi, écrire sur des personnages secondaires, et je trouve que tu le fais vraiment bien. On trouve beaucoup d'auteurs qui ont besoin d'inventer des aventures extraordinaires pour justifier le choix de personnages secondaires, mais ce n'est pas du tout ce que tu fais, et franchement, c'est bien plus brillant et intéressant comme ça !

Pour revenir sur les personnage de Michael, je l'aime bien, mais peut-être qu'il est moins frappant qu'Anthony. Il a moins d'incongruité, sans doute, il est moins décalé, d'un côté je le comprends beaucoup mieux : je suis tellement d'accord avec lui, vivre en permanence avec les autres, je ne pourrais pas. Bon d'un côté, il est aussi en permanence avec des autres dans le dortoir, déjà ça, c'est une expérience de la vie collective que je ne pourrais juste pas supporter... N'être jamais vraiment seul ? brr. Et puisque je comprends mieux Michael, justement, j'ai été moins frappée par sa découverte et par ses pensées. Cependant, il y a quelque chose de génial avec ce personnage, c'est que sa manière de vivre les choses fort, de s'énerver, renforce la dramatisation du quotidien, je trouve ça très intelligent comme manière de construire le texte. Par contre, autant ses potes le shippent avec Mandy, autant moi je le shippe avec Terry. Non mais y a quelque chose entre ces deux-là ! J'espère en tout cas, sinon je vais être super déçue :mg:

Et ça n'a pas trop de rapport avec le reste, et cette review est très décousue, mais j'ai adoré le passage avec Flitwick. C'est super drôle !

J'ai bien aimé aussi ta manière de lier Luna à tout ça, un peu, mais pas vraiment... Après, théoriquement les filles de Serdaigle ont martyrisé Luna et ont planqué ses affaires (c'est bien elle, non ?), mais elles ont toutes grandi, et ce genre de drames rapproche... J'aime bien ce lien qui se crée par la force des choses, implicitement, parce que ça ne peut que se passer comme ça... J'ai vraiment apprécié ça !

Et enfin, pour une fois je finis ma review avec un commentaire sur la fin, et pas en parlant de la fin au début et en mélangeant tout... Cette chute ! Pfiou, j'ai eu les larmes aux yeux, je me suis rendue compte quand le galion s'est mis à chauffer que j'étais surprise comme les personnages, et qu'il y avait eu une véritable montée en puissance dans le chapitre, pour arriver à cette acmé-là, ce refrain super fort, qui n'aurait pas été si frappant s'il n'y avait pas eu cet effet de sourdine pendant tout le chapitre... Bref, je trouve la construction du texte géniale et j'ai vraiment été touchée par la fin.

Encore un chapitre fabuleux, donc ! Des bisous <3

PS : j'ai trop la flemme de relire cette review, y a peut-être des coquilles terribles dedans et des moments pas compréhensibles. Désoléééée 0:)



Réponse de l'auteur:

Allez, on s'y colle !

Déjà.. whaou Eejil. Tu ne peux imaginer quel bonheur ça a été de recevoir toutes ces reviews, avec quel plaisir je les ai lues, tous tes commentaires sont soit diablement élogieux (et, du coup, AMOUR), soit terriblement intéressants, tu prends vraiment le temps de me donner ton ressenti sur chaque point et ça me booste tellement, puis ça me fait très plaisir aussi. Je ne m'attendais pas à ce que tu avances autant et aussi vite dans l'histoire, cette avalanche de review ça a été le Saint Graal pour moi. Je t'adresse ici un merci général pour tout ce bonheur que tu m'as apporté, mais je vais réitérer mes remerciements à chaque ràr, et surtout à la dernière <3 

J'avais un peu peur pour ce chapitre parce qu'il fait un petit retour en arrière - ça n'avance pas beaucoup quoi - et comme tu le dis à un moment, la personnalité de Michael n'est pas aussi "forte", du moins atypique, que celle d'Anthony. Par ailleurs, c'est aussi le chapitre que les gens ne reviewent jamais, va savoir pourquoi :') J'avais peur qu'il te déplaise, je l'aime un peu moins que d'autres je crois. Alors, franchement, merci pour ce commentaire qui est le premier sur ce chapitre, et merci de l'avoir aimé <3 <3 <3 

Encore une fois je suis très touchée par tes remarques sur mon style, ça vous fait sourire comme jamais ce genre de remarques, alors même si ça peut me donner un melon éphèmère, c'est magnifique <3 J'aime aussi que tu parles de quotidien, et que ça te marque, que ce soit ça qui en ressorte, ce quotidien banal, et que malgré ça, tu sois emportée dans l'histoire. Je crois l'avoir déjà dit dans une ràr mais c'était mon grand défi avec cette histoire : rester au plus près des personnages et de leur vie quotidienne pendant la guerre, tout en essayant d'être percutante et de donner envie au lecteur d'en lire plus. Merci du fond du coeur pour cette review qui me redonne confiance x 1000 en cette histoire (enfin, toutes tes reviews, en vrai).

D'autant qu'à ce moment-là j'avais très peur car tu expliques que ce que tu aimes dans ce texte, c'est qu'il n'y a pas besoin de décrire les tortures pour être dedans. Or, comme plus tard - et tu l'as déjà lu - je rentre plus dans le vif du sujet et je décris une torture en particulier (enfin une autre aussi mais tu n'y es pas encore :mg:), j'avais très peur que ça casse la "magie" de cette banalité, et que ça te détourne de l'histoire. Mais j'ai vu que ça n'avait pas été le cas donc tu imagines bien à quel point je suis comblée :")

Je suis ravie que tu aimes Michael, vraiment. Je trouve qu'il est moins mis en valeur que les deux autres parce que "moins frappant" comme tu dis, donc j'avais très peur qu'il soit un peu "rejeté" par les lecteurs. Puis, surtout, que tu aies pu t'identifier à lui, alors là, c'est génial. C'était mon but, de présenter des réactions très différentes, en essayant de faire en sorte que chacune puisse être compréhensible, et, pour Michael, avec les retours qui ne venaient pas sur son chapitre, j'avais peur qu'on n'ait pas pu le comprendre, ou qu'il ait été perçu de façon trop négative. Du coup merci <3 
Ce que je trouve fort, moi, c'est ta façon de décortiquer ce texte en parlant du côté irritable de Michael qui selon toi renforce la dramatisation du quotidien, oh la la, mais ça me fait tellement plaisir lorsque tu me sors des trucs comme ça !

Pour Terry et Michael bon dieu, je t'en ai parlé en privé, mais diable ! je n'avais pas du tout vu les choses ainsi ! Et j'avais très peur que tu sois déçue avec les chapitres à suivre mais tu n'as pas eu l'air de le prendre si mal que ça (quoique tu n'as pas encore lu le tout dernier chapitre sur Michael, c'est là que ça pourrait devenir terrible pour toi). Maiiiis tu m'as donné envie de réécrire l'histoire avec un ship Michael/Terry. Ou alors une suite avec eux deux, je ne sais pas, mais un truc quoi ! Quelle merveilleuse lectrice tu fais, tu me donnes des envies de ship avec mes propres personnages, que je n'aurais pas envisagées, j'adore :mg:

Ooooh le passage avec Flitwick <3 PUrée mais juste lire "c'est super drôle !" en parlant d'un passage à moi, je te jure que c'est splendide. J'ai beaucoup de mal à être drôle, cette remarque est donc particulièrement dingue à mes yeux. Merci ! Moi aussi j'adore lorsqu'il fait swinguer ses petits gâteaux <3

Pour Luna, je reviendrais dessus plus tard car tu m'en reparles dans une autre review avec un peu plus d'incompréhension je crois, donc je t'exposerai mon point de vue à ce moment-là =)

Hiiii tes réactions sur la fin :heart: :heart: (c'est le smiley avec des coeurs dans les yeux -->). Whaou, merci <3

Et merci <3
Et merci <3

Et tkt, cette review est très bien, aucune coquille, tout est compréhensible, ne t'excuse pas, et encore un triple merci <3 <3 <3 


Laisse par : SayWhen le 19/04/2018 19:06 pour le chapitre 8. Michael Corner, actions et conséquences

Coucou :)

Rassure toi, j'apprécie toujours autant ta fic, elle est tristement superbe !

Seulement ,comme j'ai tendance à lire les fics dans le métro, dans le bus ou entre deux cours, je ne prends pas toujours le temps de poster des reviews...

Courage et continue ainsi ,c'est toujours un aussi bel hommage à ces personnages de "second plan" qui ont sûrement beaucoup souffert à Poudlard ! :)



Réponse de l'auteur:

Hey SayWhen ! 

Quel plaisir de te retrouver :D Et de savoir que tu apprécies toujours autant cette fic, surtout avec ce chapitre dont je n'étais pas totalement convaincue ! 

Je comprends tout à fait que tu n'aies pas toujours le temps de reviewer et je ne vais pas te jeter la pierre pour ça, mais merci beaucoup d'avoir fait un effort pour ce chapitre, ça me touche :)

Merci aussi pour tous tes encouragements et merci d'apprécier ces personnages, tes remarques me boostent encore plus pour la suite ! J'essaie de poster au plus vite, j'ai mes partiels en ce moment donc c'est compliqué, mais j'ai déjà une bonne moitié ! Encore merci <3 


Laisse par : Omicronn le 15/04/2018 20:03 pour le chapitre 2. Anthony Goldstein, le bienheureux
Je ne sais pas quoi dire. La majorité de ton texte se passe avant le début réel de l'enfer et j'ai commencé à construire ma review dans ma tête, ce sur quoi je voulais rebondir et tout ça. Et puis je suis arrivée à la fin, et j'ai eu envie de tout envoyer balader. Oh, très belle idée, le début et la fin de chapitre qui se font echo. C'était très beau, et triste aussi.

Anthony... J'aime le caractère que tu lui donnes. Vraiment. Dans le premier chapitre je disais qu'on ressentait tout l'amour que tu éprouves pour tes personnages. Je rajouterai ici, que c'est tout l'amour d'Anthony pour ses camarades que j'ai ressenti. Il est sur le point d'encaisser tellement, de prendre tellement de douleur, de peur, de tristesse sur ses épaules. Ca m'en a fait mal pour lui. Ca a l'air d'être quelqu'un de fort. Il me rappelle un peu Harry. Enfin pas vraiment, mais pour le côté "prendre toute la misère du monde comme étant sa responsabilité, quelque chose que lui doit arranger". Et même si c'est difficile de voir des personnages sacrifier leur bonheur et leur innoncence, c'est tellement de belles valeurs à transmettre. L'amitié, la loyauté, l'envie de défendre les autres coute que coute.

Oh et j'ai vraimment ressenti l'atmosphère pesante de la Grande Salle pendant le premier banquet, c'était bien écrit. Mention spéciale pour "L’ambiance venait d’atteindre la chaleur d’une banquise antarctique." Poétique.

Réponse de l'auteur:

Déjà, un très grand merci d'être revenue sur ce texte (ça veut dire que, dans un sens, le prologue t'a emportée un minimum !) et merci aussi d'avoir laissé une trace de ton passage :hug:
La réaction que tu as eu à la fin de mon texte est tout aussi évocatrice qu'une review de 4 000 mots, du moins, ça m'a provoqué le même plaisir. Savoir qu'on a pu susciter une réaction aussi violente chez quelqu'un, c'est juste incroyable. Je te remercie grandement aussi pour toutes tes remarques, sur le début et la fin de chapitre qui se font écho, tous tes compliments qui me vont droit au coeur.

Je suis vraiment ravie que le caractère d'Anthony chéri te plaise <3 Et ta façon de l'analyser aussi, je pense que tu l'as très bien cerné. Je n'avais jamais pensé à la comparaison avec Harry pour être honnête :') Mais je vois tout à fait ce que tu veux dire. C'est vrai que les personnages qui cherchent sans arrêt à se sacrifier nous touchent forcément parce que c'est très chevaleresque comme attention, et, au final, ce sont des gens très sensibles, qui s'attachent beaucoup et qui ont peur de voir souffrir les autres. 

J'aime que tu relèves l'atmosphère dans la Grande Salle, ça a été beaucoup d'improvisation car je n'avais jamais vraiment réfléchi à comment s'était passé le premier banquet, et ça me fait d'autant plus plaisir que tu cites une phrase que j'ai écrit avec beaucoup de malice et que tu la trouves poétique, merci <3 


Laisse par : berserkr le 11/04/2018 22:06 pour le chapitre 2. Anthony Goldstein, le bienheureux

Brr, j'ai vu mieux comme rentrée scolaire.

J'adore Anthony, vraiment. C'est un mec simple, se prend pas la tête. Mais il a une sagesse vraiment déroutante pour un gamin de 17 ans. Et ça se voit quand il parvient à détendre l'atmosphère entre les Serdaigle, avec cette même simplicité.

Mais ce que m'a plu, c'est surtout la façon dont ils se rebellent déjà alors qu'ils ne savent rien de ce qui va se passer au final. Et que la réalité les rattrape un peu dès le premier cours d'Etudes des moldus. Je pense pas que j'aurais tenu plus de 10 minutes, à entendre la jumelle maléfique débiter autant de conneries :D

Je vais pas trop m'attarder sur la première réunion de l'AD où j'ai vraiment eu envie de mettre un pain à Smith x) Mais c'est exactement ce que je m'étais imaginé pour cette partie là.

Mais je crois que c'est la dernière phrase qui m'a le plus marqué. Juste le fait qu'il pense à l'éventualité de mourir à n'importe quel moment. Juste penser comme ça à son avenir incertain, ça glace le sang.



Réponse de l'auteur:

Tu m'étonnes, c'est un peu la rentrée scolaire de l'angoisse :') Perso, je me serais barrée en courant, je sais pas toi -->


Hii, je suis trop heureuse que tu aimes Anthony-chou ! Comme je le disais en ràr à Eejil, c'est un peu comme mes bébés, ces gosses, du coup j'ai l'impression que tu complimentes mon enfant, c'est magnifique comme sensation ! (et je ne m'inquiète pas de savoir si tu me prends pour une folle puisque je sais déjà que tu sais déjà que je suis folle -->)

En plus tes mots sont tout plein de bienveillance à son égard, ça me va droit au cœur. C'est vrai qu'il a une grande sagesse mais c'est marrant parce que je vois plus Terry comme le sage ; enfin, je ne sais pas, c'est difficile à dire. Ils ont deux types de sagesse très différente. Parce qu'Anthony n'hésitera pas à faire le rigolo, à vouloir tout dédramatiser au point de tout théâtraliser, tout exagérer, ce qui peut lui donner des allures de gamin, que Terry n'a absolument pas. Mais il a ce fort besoin de tous les protéger, quitte à ne rien montrer de ses inquiétudes, qui lui donne un aspect très noble et très sage comme tu dis. 

Oh la la, me parle pas de ce premier cours d'Etudes des Moldus :') J'aurais totalement bouillonné, moi aussi. Mais s'ils ne le font pas, s'ils ne quittent pas la salle, c'est parce qu'ils ne peuvent pas se permettre de le faire, dans le sens où ces gens ont le pouvoir et ils ne savent pas encore de quoi ils sont capables. Puis, ce sont des Serdaigle. Y avait qu'Harry pour ouvrir sa gueule face aux conneries d'Ombrage x)

Hahaha, j'adore que tu aies voulu mettre un pain à Smith XD Je ne peux que te comprendre ^_^ Et ça me fait très plaisir de savoir que ma façon de raconter la réunion ait été fidèle à ce que tu t'imaginais :)

C'est sûr que la dernière phrase est perturbante. Mais toute la situation l'est. Ça glace le sang d'avoir comme profs deux Mangemorts absolument stupides et dangereux. 

Encore une fois je suis très touchée par ton initiative de me laisser une review. Lorsque tu m'as dit que tu allais le faire, sur le chat, je ne pensais pas que tu le ferais réellement, et si tu le faisais, je pensais que ce serait une review globale en fin de chapitre, pas un retour chapitre par chapitre. Ce qui fait que j'ai été très surprise, et très émue, donc (oui, je radote, mais on a bien le droit ?).
Merciii <3 En plus, c'est génial d'avoir tes retours parce que tu as une façon bien à toi d'exprimer tes avis, que je trouve pertinente et différente. C'est donc un réel plaisir de te lire.


Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.