S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

61e édition des Nuits d'HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 61e édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 28 janvier à partir de 21h. N'hésitez pas à venir vous inscrire !
Pour connaitre les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A très bientôt !
De L'équipe des Nuits le 17/01/2017 08:37


Sélections du mois


Chers membres d'HPF,

Les votes pour la sélection Gryffondor du mois de janvier sont en cours. Vous pouvez découvrir les propositions des lecteurs et voter jusqu'au 31 janvier pour les textes que vous avez aimés sur ce topic !

Les propositions sont ouvertes pour le thème Professeurs de Poudlard du mois de Février : n'hésitez pas à proposer vos coups de coeur ici !

Félicitations aux textes sélectionnés sur le thème Famille : Perfusions de peinture de Catie et Julia Erwelin, Couronnés de nos pensées de Chouette et Distrait de SunonHogwarts.

Vous pouvez encore départager le quatrième texte sélectionné sur ce topic jusqu'à samedi !



Vous pouvez toujours trouver l'ensemble des Sélections du Mois sur le site et proposer vos thèmes et idées sur les topics du forum.
De L'équipe des Podiums le 02/01/2017 21:19


IRL Château en É


Vous souhaitez participer à une IRL officielle de l'association Héros de Papier Froissé ? Rencontrez vos lecteurs, vos auteurs favoris ou l'équipe de modération de HPFanfiction, du Héron à la Plume Flamboyante et du forum ?

Alors rejoignez-nous pour l'IRL Château en É !


Crédits : Labige


A l'occasion des 5 ans des Éditions HPF, toute l'équipe se réunit dans le Beaujolais du vendredi 18 août jusqu'au lundi 21 août 2017 et n'attend qu'une chose : vous rencontrer !

Pour tout détail concernant l'événement, les modalités d'inscriptions (avant le 8 janvier) et les tarifs : ici sur le forum ou sur le site de l'association.

A bientôt sur un de nos sites,

Le CA de Héros de Papier Froissé
De L'équipe du CA le 21/12/2016 14:07


Sélections du mois


Chers membres d'HPF,

Les votes pour la sélection Famille du mois de décembre sont en cours. Vous pouvez découvrir les propositions des lecteurs et voter jusqu'au 31 décembre pour les textes que vous avez aimés sur ce topic !

Les propositions sont ouvertes pour le thème Gryffondor du mois de Janvier : n'hésitez pas à proposer vos coups de coeur ici !

Félicitations aux textes sélectionnés sur le thème Hermione Granger : Hermione de Papier de Oflos, Magnifique mauvaise herbe de Selket et Canicule de Bibi



Vous pouvez toujours trouver l'ensemble des Sélections du Mois sur le site et proposer vos thèmes et idées sur les topics du forum.
De L'équipe des Podiums le 13/12/2016 20:19


60e édition des Nuits d'HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 60e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 21h. N'hésitez pas à venir vous inscrire !
Pour connaitre les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A très bientôt !
De L'équipe des Nuits le 06/12/2016 15:36


Concours officiel : Je voudrais un bonhomme de neige


Pour l'approche des fêtes, un nouveau concours officiel est organisé sur le forum !

Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce sujet.
De L'équipe du CA le 26/11/2016 00:30


Se relire efficacement

Merci à Verowyn pour avoir rédigé cette fiche de grammaire et nous avoir autorisé à la publier ici.

1. L'accord du verbe

Le verbe, pas la peine de le rappeler, s'accorde avec son sujet.
Qui fait l'action ?
Parfois, ça vaut vraiment la peine de se poser la question, car le verbe n'est pas forcément toujours à la place la plus évidente dans la phrase.
En général, le sujet est en première position, et le verbe le suit immédiatement. Mais ce n'est pas toujours le cas :

Caché au milieu des rochers paressait un lézard.

A l'évidence, ce ne sont pas les rochers qui paressent, mais bien le lézard. Le verbe est donc au singulier. C'est tout bête, mais vérifier que vous avez accordé chaque verbe avec le bon sujet, pour toutes vos phrases, vous évitera bien des fautes. Prenez l'habitude de vous poser la question à chaque fois (qui paresse ? le lézard), et au bout d'un moment, ça deviendra un automatisme et vous n'y penserez même plus.

2. Le pluriel des noms

La plupart des noms prennent un -s au pluriel.
Sauf chou, pou, hibou, genou, caillou, joujou, bijou qui prennent un -x.
Les mots qui se terminent en -al ont un pluriel en -aux.
Ceux qui se terminent par -eau ou -eu prennent un -x.
Attention, il existe des exceptions, jetez un coup d'œil par ici

Bref, en général, tout le monde sait qu'il faut un -s (ou un -x) au pluriel. La question n'est pas là. Le tout, c'est de se rappeler de le faire. Donc, pour chacune de vos phrases, demandez-vous : c'est au pluriel ? Et si oui, mettez la terminaison qu'il faut.

3. Accord de l'adjectif

Il n'est pas bien compliqué, ce bon vieil adjectif. Il s'accorde simplement en genre et en nombre avec le nom qu'il qualifie. Vérifiez juste que vous n'avez pas oublié de le faire.

L'adjectif de couleur

Bon, lui, il est un peu caractériel, par contre.
L'adjectif de couleur dit « simple » est simple, et s'accorde simplement en genre et en nombre, comme tout adjectif qualificatif qui se respecte :
Un chat noir
Des girafes vertes (si, si, ça existe, pourquoi ?)

Quand l'adjectif est tiré d'un nom qui désigne à la base autre chose que la couleur, il devient invariable :
Des voitures orange
Des chiens marron

Quatre exceptions à cette règle : rose, mauve, pourpre et écarlate.
(Ne demandez pas pourquoi : les exceptions en grammaire ont ceci de génial qu'on n'a pas besoin de les expliquer, juste de les apprendre par cœur.)

Les adjectifs de couleur dit « complexes » (ou composés) ne sont pas si complexes que ça : en fait, ils sont simplement invariables.
Des yeux bleu foncé
Des livres vert émeraude

Si l'adjectif composé est formé de deux couleurs, il prend un tiret :
Des yeux bleu-vert

Tout ça plus en détail ici

4. Accord du participe passé

Deux cas de figure : soit votre participe passé est employé avec le gentil auxiliaire être - dans ce cas il s'accorde simplement en genre et en nombre avec le sujet - soit il est employé avec le méchant auxiliaire avoir - et dans ce cas il s'accorde en genre et en nombre avec le COD si, et seulement si, celui-ci est placé avant le verbe.

Auxiliaire être

La vendeuse est partie.
Qui est parti ? La vendeuse. Sujet féminin singulier, auxiliaire être, participe passé de partir accordé au féminin singulier.

Auxiliaire avoir

La fillette a mangé sa soupe.
La fillette a mangé quoi ? Sa soupe. Auxiliaire avoir, COD après le verbe > le participe reste invariable.

La soupe qu'a mangée la fillette était salée.
La fillette a mangé quoi ? Sa soupe. Méchant auxiliaire avoir, COD placé de façon perverse avant le verbe… warning, clignotants, feux de détresse : on accorde avec le COD (féminin singulier dans ce cas).

Donc : auxiliaire être : demandez-vous « qui ? » et accordez en conséquence.
Auxiliaire avoir : demandez-vous « quoi ? » et accordez en conséquence, si le quoi en question se trouve avant le verbe.

Bon, soyons honnêtes, il y a des fois où les choses sont un petit peu plus compliquées que ça. Si vous voulez qu'on fasse une fiche spéciale sur l'accord du participe où on passera en revue les exceptions, dites-le nous.
En attendant, vous pouvez toujours allez faire un tour ici, par exemple…

5. Récit au passé et première personne

Dans un récit au passé, on utilise principalement deux temps : le passé simple et l'imparfait.

Un (tout petit) rappel sur la valeur des temps ?

Grosso modo, le passé simple est le temps de l'action, quand l'imparfait est celui de la description. Plus exactement, le passé simple est le temps de l'action brève, quand l'imparfait est celui de l'action longue, ou répétitive.

Exemples :

Ce matin-là, il mangea son petit-déjeuner dans la cuisine (passé simple, action brève et ponctuelle) s'oppose à Tous les matins, il mangeait son petit-déjeuner dans la cuisine (imparfait, action qui se répète)
La nuit tombait, tout était silencieux. L'homme marchait vite. (description, imparfait) Soudain, une voiture s'arrêta à côté de lui. Il cria. (action, passé simple)

Bon, en principe, l'alternance passé simple/imparfait est quelque chose que l'on fait instinctivement, sans avoir besoin de réfléchir.
Là où ça se complique, c'est lorsqu'on écrit à la première personne.
Parce que, à l'oreille, pour les verbes du premier groupe, les formes de l'imparfait et du passé simple se ressemblent méchamment.

Passé simple :

Je mangeai
Tu mangeas
Il mangea
Nous mangeâmes
Vous mangeâtes
Ils mangèrent

Imparfait :

Je mangeais
Tu mangeais
Il mangeait
Nous mangions
Vous mangiez
Ils mangeaient

Vous voyez le souci ? Mangeai vs. mangeais

Pour être sûr de ne pas confondre, le plus simple c'est de conjuguer à la troisième personne dans votre tête, avant d'écrire la phrase.
Après, il ne reste plus qu'à transposer.
Dans notre cas, ça donne :
Ce matin-là, je mangeai mon petit-déjeuner dans la cuisine.
Tous les matins, je mangeais mon petit-déjeuner dans la cuisine.
La nuit tombait, tout était silencieux. Je marchais vite. Soudain, une voiture s'arrêta à côté de moi. Je criai.

6. La concordance des temps

On voit souvent nos auteurs écrire des choses telles que :

Vivianna était une très jolie jeune fille. Elle rêvait d'aventures et de princes charmants (au pluriel, oui, pourquoi pas). Quand elle était petite, sa mère lui a raconté comment elle a rencontré son père.

Non !
ça ne marche pas. Le passé composé est utilisé dans un récit au présent pour parler de quelque chose qui s'est passé avant l'action principale :

Vivianna est une très jolie jeune fille. Elle rêve d'aventures et de princes charmants. Quand elle était petite, sa mère lui a raconté comment elle a rencontré son père. Aujourd'hui, Vivianna espère qu'il lui arrivera quelque chose de similaire.

Par contre, pour exprimer le passé dans le passé, il vous faut utiliser le plus-que-parfait :

Vivianna était une très jolie jeune fille. Elle rêvait d'aventures et de princes charmants. Quand elle était petite, sa mère lui avait raconté comment elle avait rencontré son père.

Et pour exprimer le futur dans un texte au passé, et bien non, on n'utilise pas le futur mais… le conditionnel.

Vivianna pensait souvent à la rencontre de ses parents. Elle espérait qu'il lui arriverait quelque chose de similaire.

Pour résumer, l'axe des temps :

Pour un texte au passé :
passé antérieur passé simple/imparfait conditionnel
Pour un texte au présent :
passé composé présent présent/futur proche/futur simple

Le présent peut en effet avoir une valeur de futur :
Demain, elle rend visite à son beau-père pour la première fois, et elle est inquiète.

Quant à la différence futur proche/futur simple :
Futur proche : Demain, elle va rendre visite à son beau-père.
Futur simple : Demain, elle rendra visite à son beau-père.

7. Futur vs conditionnel

Attention !
Que ce soit dans un contexte de concordance des temps ou bien un « vrai » conditionnel, on a tendance à les confondre quand ils sont employés à la première personne du singulier, simplement parce que leur prononciation est similaire.

Pour ne pas faire l'erreur, il suffit de remplacer par la troisième personne, par exemple, et vous devriez employer instinctivement le bon temps.

Si Vivianna était une princesse, elle épouserait un pauvre, juste pour faire ch… ses parents.
Viviana rêve : conditionnel.

Si demain Vivianna a du temps devant elle, elle ira faire les boutiques.
Vivianna fait des plans réalistes : futur.

Si le lendemain Vivianna avait du temps devant elle, elle irait faire les boutiques.
Plan réaliste mais dans un récit au passé : conditionnel.

(Bon, allez, je vous donne aussi le rêve dans le récit au passé, même si à la base j'avais fini de parler de concordance des temps…
Si Vivianna avait été une princesse, elle aurait épousé un pauvre.
Plus-que-parfait et conditionnel passé, ça peut sembler barbare à première vue, mais je vous assure qu'on s'y fait…)

Pour en revenir à nos moutons…
Si j'étais une brebis, j'épouserais un bélier.
Conditionnel : la terminaison à la première personne du singulier est -ais.

Si j'ai du temps demain, je tondrai les moutons, et j'épouserai un prince, pauvre de préférence.
Futur : la terminaison à la première personne du singulier est -ai.

8. Le subjonctif

Ouhlàlà le vilain mot qui fait peur. Mais non, je vous assure. Le subjonctif, c'est comme tout le reste, avec un peu de patience, ça s'apprivoise…
La plupart du temps, vous l'utilisez simplement de façon instinctive.

ça ne viendra à personne d'écrire :

Vivianna demande que le mouton est tondu le plus vite possible.
Non. Le subjonctif est ici nécessaire et on écrira donc :
Vivianna demande que le mouton soit tondu le plus vite possible.

Là où c'est moins évident, c'est encore une fois quand ça se prononce de la même façon.
Vivianna demande que le prince voit le mouton le plus vite possible.
Faux, le subjonctif est toujours nécessaire dans cette construction :
Vivianna demande que le prince voie le mouton le plus vite possible.

Enfin, le truc qui est vraiment le plus horripilant, c'est de voir des auteurs utiliser le verbe être à l'indicatif au lieu d'avoir au subjonctif :
Vivianna demande que le prince est la possibilité de tondre le mouton lui-même.
Non, non, non ! Réfléchissez à ce que vous écrivez. Le prince n'est pas la possibilité : il a la possibilité. Et donc :
Vivianna demande que le prince ait la possibilité de tondre le mouton lui-même.

9. Trucs en vrac

Je suis sûre que vous l'avez entendu au moins une fois dans votre vie : « les si n'aiment pas les -rais ».

Donc encore une fois, une règle simple à appliquer. N'écrivez jamais :
Si Vivianna serait une princesse, les moutons seraient des crapauds.
Mais bien :
Si Vivianna était une princesse, les moutons seraient des crapauds.

Ne confondez pas infinitif et participe passé.

N'écrivez jamais :
Vivianna doit arrêté de rêvé au prince charmant.
Mais bien :
Vivianna doit arrêter de rêver au prince charmant.

Vous avez un doute ? Vous n'êtes pas sûr de savoir si votre verbe est un infinitif ou un participe ? Remplacez-le simplement par un verbe du deuxième groupe, vous verrez tout de suite la différence.
Vous n'écrirez pas :
Vivianna doit parti. (participe)
Mais bien :
Vivianna doit partir. (infinitif)

En français, la négation se construit en deux parties « ne » et « pas/point/jamais, etc. ». Vous pouvez omettre le « ne » pour donner une impression orale, ou omettre la deuxième partie pour donner un effet plus soutenu :

Vivianna ne savait si un jour son prince viendrait.

Cela dit, si votre sujet est « on », la liaison fait qu'on n'entend pas le « n' » de négation. Pourtant, il est nécessaire dans ce cas. Ne l'oubliez donc pas.
N'écrivez pas :
On avait pas entendu arriver les moutons.
Mais bien :
On n'avait pas entendu arriver les moutons.


Bon, j'espère ne pas vous avoir trop assommés.
Tout ça, ce sont des choses très générales, mais qui vous permettront déjà d'éliminer une grande partie de vos fautes si vous prenez l'habitude d'y penser de façon systématique.
Ensuite, il est clair que c'est loin d'être exhaustif. Donc on essaiera de venir mettre cette page à jour de temps en temps, en faisant des rappels sur les fautes qui reviennent fréquemment.

Enfin, si vous avez des questions, un point de grammaire que vous n'avez jamais réussi à comprendre, ou une faute que vous faites toujours et pour laquelle vous aimeriez bien une petite aide mnémotechnique, n'hésitez pas à demander sur le forum, et on vous répondra au mieux de nos compétences…

En attendant, je rappelle qu'en cas de doute, vous trouverez plein plein plein d'infos sur le web.

Un problème de conjugaison ?
Il y a un site qui s'appelle le conjugueur qui est justement là pour ça.

Un doute sur l'orthographe d'un mot ?
Vous avez des tas de dicos en ligne.
Wikitionnaire: a l'avantage de vous donner toutes les variantes orthographiques possibles, et donc également l'orthographe admise depuis la réforme de 1990.
TLF: est probablement celui où vous trouverez les définitions les plus complètes.