S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Au Bonheur des Commentateurs


Après une troisième semaine pleine de réussite, "Au bonheur des commentateurs" continue cette semaine à nous faire découvrir de nouveaux textes. Cette fois-ci, il vous faudra reviewer un texte sans image dans son résumé.

Pour plus d'informations, n'hésitez pas à vous rendre ici ou à nous contacter sur notre mail projetreview[at]gmail.com !
De le 13/10/2018 23:14


Concours Officiel - Mappa Mundi


Les participations pour le concours Mappa Mundi vous sont enfin dévoilées !


Il est maintenant temps de lire, reviewer et voter pour vos créatures préférées grâce à ce formulaire et vous pourrez retrouver les 17 participations dans la série créée pour le concours !

Vous avez jusqu'au dimanche 14 octobre 23h59 pour élire nos grands vainqueurs.
De Les Schtroumpfettes de compèt' le 08/10/2018 22:41


82e Édition des Nuits d'HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 82e édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 13 octobre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaitre les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


De L'Équipe des Nuits le 08/10/2018 00:03


Au bonheur des commentateurs


Après avoir fait la joie de 30 autrices et auteurs sur le Héron et HPFanfiction, "Au bonheur des commentateurs" continue cette semaine à nous faire découvrir de nouveaux textes. Cette fois-ci, il vous faudra reviewer un texte publié depuis au moins 2 ans.

Pour plus d'informations, n'hésitez pas à vous rendre ici ou à nous contacter sur notre mail projetreview[at]gmail.com !
De le 07/10/2018 01:09


Refonte des sites - recrutement


Bonjour !

Après une petite pause, l'association souhaite continuer d'avancer sur la refonte des sites. Pour cela nous cherchons des petites mains qui auraient envie d'aider sur les points suivants :

- finir le cahier des charges pour les besoins des nouveaux sites

- définir le financement et dans cette éventualité, organiser la campagne de financement

Si cela vous intéresse de participer à l'aventure, que vous ayez ou non déjà fait cela, n'hésitez pas à nous contacter sur admin_hpf[at]herosdepapierfroisse.fr ou par commentaire de ce post ! Merci d'avance


De Le Conseil d'Administration le 01/10/2018 12:23


Au bonheur des commentateurs


Après avoir fait la joie de 42 autrices et auteurs sur le Héron et HPFanfiction, "Au bonheur des commentateurs" continue cette semaine à nous faire découvrir de nouveaux textes. Cette fois-ci, il vous faudra reviewer un texte présent dans les nouveautés.

Pour plus d'informations, n'hésitez pas à vous rendre ici ou à nous contacter sur notre mail projetreview[at]gmail.com !
De le 30/09/2018 12:03


[Concours HPF] Aventure sous le ciel nocturne par Vert17

[4 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Un grand merci à ma bêta Ember pour sa correction et à mes 4 reviewers du concours.
Je m'tais fait avoir ! Moi, Percy Wesley, m'tais fait avoir comme un dbutant par les deux terreurs qui me servaient de frres. Une bte histoire de pari et me voil seul dans la nuit.
Le ciel nocturne tait d'un noir profond, un vent lger perturbait mes cheveux. Devant moi, la fort interdite. Je remontais d'un geste nerveux mes lunettes qui glissaient sur mon nez. La boule au ventre, je me tournais vers le chteau, une lumire brillait dans la tour de Gryffondor, j'aurais d tre au chaud lr08;haut.
Sous mes ordres le balai partit en avant, je passais silencieux, ombre parmi les autres, aur08;dessus de la cabane d'Hagrid. De la fume s'chappait de la chemine, portant mes narines une odeur nausabonde, srement de la nourriture pour une de ses tranges btes.
Mais dj je franchissais la cime des premiers arbres de la fort. Lieu dfendu, o jamais je n'avais mis les pieds et o je ne pensais jamais pntrer avant ce stupide pari. J'avanais sans rien voir, les arbres majestueux semblant aspirer la moindre lueur. Un long frisson me traversa, j'avais froid en dpit de ma veste. D'tranges bruits me faisaient trembler. Au loin, le cri d'un loup me fit me recroqueviller sur mon balai. Je n'tais pas un vieux briscard habitu me promener dans des lieux dfendus comme peuvent l'tre certains de mes frres. La peur me tenaillait donc, mais, fier de mon courage de Gryffondor, j'avanais toujours, guettant une clairire o me poser pour raliser rapidement ce pari. Malheureusement sous moi il y avait seulement une sombre tendue impntrable.
Les secondes passaient, interminables et je continuais d'avancer, fouillant des yeux la cime des arbres la recherche d'une troue plus claire. Mais toujours rien, au fur et mesure le froid me pntrait de plus en plus. Les jumeaux s'taientr08;ils moqus de moi ? N'existaitr08;il aucune clairire dans cette satane fort interdite ?
Un peu dsespr, j'allais faire demir08;tour lorsque je la vis enfin. A une dizaine de mtres sur ma droite, un espace me paraissait plus clair. Heureux mais terrifi je pris le virage. J'approchais du lieu dfendu, mon pouls s'acclrant d'une faon proportionnelle la distance me sparant de la troue. Me rassurant comme je le pouvais, je me concentrais sur mon objectif.
Et c'est l, deux mtres de mon but que le miracle m'apparut. Dans un immense chne, tait construit un nid tout aussi imposant o reposaient deux oeufs rouges. Emerveill, je me dtournais de mon but premier : la clairire et ses brins d'herbes, qui devaient prouver mon entre dans la fort interdite, pour me concentrer sur ce miracle de la nature. Miracle car les oeufs miroitaient provoquant une lueur rougetre alors qu'autour de moi le noir tait complet. Le rouge sombre de la coquille tait stri de veinules rouge betterave, plus claires. Cellesr08;ci brillaient comme claires de l'intrieur, je fis le parallle avec les petits vers luisants que j'avais vu dans mon jardin un t. La curiosit me dvorant, je m'approchai lentement du nid. Il dgageait une trange chaleur qui rchauffait mes joues glaces par la peur, la nuit et le vent. Comme aimant je continuais mon approche, signant ainsi la plus belle peur de ma vie. Car soudain, une ombre immense sortie du couvert des arbres. La bte poussa un cri dchirant qui me glaa le sang.
L'adrnaline monta d'un coup en moi et, poussant mon balai au maximum, je me jetais furieusement vers la clairire. Je franchissais les derniers arbres pleine puissance et j'entamais la descente vers le sol sans ralentir, la bte mes trousses. Un sursaut. Mon balai ne rpondait plus correctement. Je me retournai et ne pouvant lempcher, un cri de terreur pur franchit mes lvres. Un immense dragon rouge sang tait en train de mordiller l'arrire de mon balai.
Mon cri eu au moins le mrite de faire sursauter l'animal et, aprs un cart assez impressionnant pour moi, il ouvrit la gueule. Telle une flche mon balai fila droit vers le sol, incontrlable. Retenant grande peine mes hurlements, de peur d'nerver la bte, je tentais vainement de freiner mon engin. Mais le sol, inexorablement, se rapprochait. Avant l'impact, je fermais les yeux et une dernire fois, tentais de ralentir le bolide.
Avec surprise je sentis le balai se redresser lgrement et je fini mon vol dans un grand drapage. Un coup d'oeil suffit me faire comprendre que le balai tait inutilisable, les brins taient mchs et roussis. Je ntais pourtant pas sorti d'affaire, l'animal cherchait toujours m'atteindre pour avoir daign m'approcher un peu trop de ses oeufs.
Heureusement pour l'instant il tait bloqu, trop imposant pour voler dans la clairire. Mais dj, il entamait sa descente.
Paniqu je jetais un regard dsespr autour de moi et je compris que mon seul chappatoire tait de courir m'abriter sous le couvert des arbres. Difficilement je me relevais, mon genou saignait et ma robe tait dchire. Ignorant la douleur, je me mis clopiner vers l'abri. Voyant que je pouvais lui chapper le dragon poussa un cri de fureur et acclra sa descente. Il me restait dix mtres parcourir lorsque l'animal posa ses pattes gigantesques sur le sol de la clairire, faisant trembler celuir08;ci. J'avanais, aussi vite que je le pouvais. Un craquement sourd derrire moi : il marchait sur mon balai, je n'osais imagin ce qu'il me serait arriv si je ne m'tais pas relev. J'avanais, trainant ma jambe. Le souffle de la bte me parvenait de plus en plus prs, de plus en plus chaud. Enfin, les arbres. Je parcourais encore quelques mtres et m'appuyais, puis, contre un vieux tronc recouvert de mousse verte. L'animal cria une troisime fois et, de nouveau, je fus secou par un violent frisson. Depuis ma cachette j'avais russi oublier la principale caractristique des dragons : le feu. Ce n'est que lorsque je le vis inspirer une grande bouffe d'air que le dtail me revint.
Sans que je ne les ai commandes mes jambes entrrent en mouvement d'un coup : instinct de survie ? En tout cas, je me retrouvais, galopant dans la sombre fort, poursuivi par le feu qui lchait les arbres m'entourant. Je courrais, courrais. L'air derrire moi se refroidissait mais je n'osais me retourner, je continuais ma fuite vers l'avant. Cach entre les troncs, je voyais des mouvements, j'entendais des bruits. Un craquement sonore ma droite me fit sursauter, je me tournai vers l'origine du bruit et, je ne vis pas la racine du chne qui sortait de terre devant moi.
A plat ventre sur le sol, je ne pouvais plus bouger, ma jambe me faisait atrocement souffrir, j'tais seul, perdu, sans balai, des kilomtres du chteau. Le chteau, la chaleur, ma salle commune, du rconfort, mes amis, ma famille. Les jumeaux ! J'allais les triper. Le souffle court, au coeur de la fort, moi, Percy Weasley, je ruminais des ides de vengeance. Mais un bruit me fit revenir sur terre et je quittais la chaleur de mes songes pour la froide ralit. Les ombres se mouvaient autour de moi, les bruits se faisaient plus proche. Je cru percevoir un souffle. Je pensais que le pire qui pouvait m'arriver tait de me retrouver face un monstre mais la ralit tait toute autre. L'imagination tait pire. L, seul dans ces bois, perdu, bless, entour d'tranges bruits, mon imagination prenait le relais et ajoutait mon infortune, me faisant frissonner d'anticipation.
Un mouvement, plus rel cette fois, je n'y tins plus et malgr la douleur je repartais de l'avant, fuyant dsesprment l'angoisse. Tout tait mieux que de rester tendu sur l'humus humide de la fort rflchir. Je ne m'tais pas tromp, une bte me poursuivait, j'entendais clairement le martlement de pas derrire moi. J'tais fatigu, fatigu de cette poursuite, fatigu de cette blague, de ce pari qui tournait mal. J'en avais simplement marre. Les motions m'avaient vid, ma blessure me faisait souffrir, je n'allais pas tenir longtemps.
Une nouvelle clairire, finalement la fort interdite n'tait pas si opaque. Je tremblais, mes jambes me portant difficilement. Arriv au centre, n'y tenant plus, je m'effondrais sur le sol. L'herbe chatouillait mon nez, je tachais de reprendre mon souffle pour repartir mais bien vite je compris que je ne me relverai pas avant que la bte n'arrive. La peur ne m'avais pas quitte mais, l'entente du pas qui se rapprochait, je ne pu que me recroqueviller sur moi et fermer les yeux, priant pour qu'un miracle survienne. Et il eut lieu.
Au loin, j'entendis une cavalcade. Le souffle ftide de la bte s'carta, elle grogna et j'entendis ses pas s'loigner. Soulag, je tournais faiblement la tte vers mon sauveur. Et je sursautais. Devant moi se tenait un grand centaure, hideux, il tait couvert de pustules. J'eus peur un instant qu'il n'ai fait fuir la bte seulement pour m'avoir lui seul mais, il me tendit la main. J'hsitais la saisir, elle tait orne d'un oedme des plus repoussants. Je levais les yeux vers le visage humain et un sourire me rassura.
Difficilement je me redressais et avec l'aide de la main et du bras de mon sauveur je me retrouvais debout. D'un agile mouvement, il me jeta sur le dos et la peur me tenailla de nouveau. M'taisr08;je fait avoir une nouvelle fois ? Sa gentillesse taitr08;elle un subterfuge ? C'est alors que sa voix s'leva, tonnante, elle dtonait de son physique. En effet, c'est d'une voix grave, chaude et rassurante qu'il me demanda qui j'tais et ce que je faisais l. Lorsqu'il sut que j'tais un lve de Poudlard gar il parut tout d'abord sceptique et, il me proposa un march : je lui expliquais tout et il me ramenait. Sans m'en rendre vraiment compte, je lui dballais toute l'affaire. En commenant par le stupide pari que j'avais pass avec Fred et Georges. Ceuxr08;ci avaient mis au point une nouvelle invention permettant de voir en relief et ils comptaient la commercialiser. Me moquant d'eux, je leur avais ris au nez, leur jurant que personne ne tomberait dans le panneau. Des cachets pour voir en relief ! N'importe quoi ! Mais eux, sr de leur notorit, avaient jur leur tour que leur entreprise fonctionnerait. Comprenant que je ne cderais pas, ils ont mit profit ma rsolution et ont paris que s'ils vendaient plus de dix produits, je devrais aller dans une clairire de la Fort Interdite et leur en ramener un brin d'herbe comme preuve. Ils connaissaient mon refus de braver tout rglement et, aller dans la Fort Interdite, tait une des choses les plus dfendues qu'il soit, rien ne pouvait plus me rpugner. Vous l'aurez compris, l'affaire marcha, mon plus grand damne. Et c'est ainsi que je me retrouvais sur mon balai pendant cette nuit de mai. Sans que je ne m'en aperoive, le centaure s'tait mis en route. Je continuais raconter ma msaventure, sous les rflexions, rires et ricanements de l'trange bte mir08;homme, mir08;animal.
Mes aventures touchaient leur fin. Me redressant, j'aperus mon grand tonnement la lisire de la fort et la lumire provenant de la fentre d'Hagrid. De nouveau l'odeur de la fume me parvint et cette fois elle ne paraissait plus du tout rpugnante, au contraire, elle m'attirait, elle tait la promesse de chaleur et de bienveillance.
L'animal s'tait arrt et aprs l'avoir chaleureusement remerci, je m'avanais, voulant quitter au plus vite cette maudite fort. Aprs avoir avanc de quelques pas je me retournais. Il tait l, me regardant de ses grands yeux bruns :
- Comment t'appelles-tu ?
- Aphareus.
Aprs un salut de la tte, il se retourna et partit au grand galop dans la fort. Alors, je murmurais :
- Merci Aphareus.
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.