S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Les Sélections sont de retour !


Les sélections sont de retour !


Chers HPFiens, nous vous l'avions annoncé;, les Sélections seraient de retour au premier décembre. Nous avons donc quelques nouvelles à vous communiquer.

Pour commencer, peut-être l'avez-vous remarqué;, peut-être pas, mais de nouvelles pages concernant les Sélections ont été créées il y peu de temps. Vous pouvez les retrouver dans le menu "Jury des Aspics" en haut du site. Vous retrouverez sur la page Les Sélections d'HPF des explications quant aux Sélections et vous pourrez également voter pour vos textes préférés sur cette même page. La page Les textes médaillés répertorie les textes primés, de quoi vous garantir de longues heures de lecture ! L'équipe vous souhaite une bonne découverte !


Pour continuer sur notre lancée de bonnes nouvelles, sachez que le sondage pour choisir votre fanfiction préférée sur le thème des Sœurs Black est ouvert et disponible sur le forum, ou directement sur la page du site, ici !


Enfin, vous avez voté pour le thème pour les Sélections de Février 2019. Vous pouvez dès à présent proposer vos fanfictions favorites ici ! A très vite ;)


De L'Équipe des Podiums le 07/12/2018 18:16


84ème Édition des Nuits d'HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 84e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 14 décembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


De L'Équipe des Nuits le 07/12/2018 12:36


10 ans de Héros de Papier Froissé - résultats


10 ans de l'association Héros de Papier Froissé - résultats

 



Merci à toutes celles et ceux qui ont participé à notre questionnaire pour les 10 ans de l'association !

Vous pouvez d'ailleurs trouver toutes les réponses attendues ICI

Parmi les questionnaires reçus, 14 remplissaient la condition des 17 bonnes réponses minimum et sans plus tarder, ont été tirées au sort les personnes suivantes :

Fleur d'épine ! Blulenya ! Melow !

 


De Conseil d'Administration le 26/11/2018 15:26


Au Bonheur des Commentateurs


Après une neuvième semaine faisant le bonheur de 21 auteurs, "Au bonheur des commentateurs" continue à vous faire découvrir de nouveaux textes. Cette fois-ci, il vous faudra reviewer un auteur que vous n'avez encore jamais lu.

Pour plus d'informations, n'hésitez pas à vous rendre ici ou à nous contacter sur notre mail projetreview[at]gmail.com !
De le 25/11/2018 13:13


Au Bonheur des Commentateurs


Après une huitième semaine faisant le bonheur de 25 auteurs, "Au bonheur des commentateurs" continue cette semaine à nous faire découvrir de nouveaux textes. Cette fois-ci, il vous faudra reviewer un texte contenant un animal dans le résumé ou le titre.

Pour plus d'informations, n'hésitez pas à vous rendre ici ou à nous contacter sur notre mail projetreview[at]gmail.com !
De le 18/11/2018 16:56


Retour des Sélections d'HPF


 

Retour des Sélections d'HPF


Chers HPFiens, nous avons l'honneur, la joie, la fierté de vous annoncer que les Sélections d'HPF vont faire leur grand retour le 1er Décembre 2018. Sans tout vous dévoiler, nous aimerions vous informer que plusieurs changements seront à l'honneur avec ce grand retour. À savoir : Un nouveau système de vote plus équitable, une Charte ainsi que de nouvelles pages entièrement dédiées aux Sélections sur les sites. 

Nous vous informons également que les Suggestions sur le thème des Sœurs Black reprennent et que vous aurez jusqu'au premier décembre pour proposer vos textes préférés ici

De même, vous pouvez d'ores et déjà voter ici pour le thème des Sélections de Janvier 2019 ! ;)

 


De L'Équipe des Podiums le 16/11/2018 11:49


Le Pacte de l'Ombre par jalea

[129 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Bonjour ! :)

Oui, je reviens avec une nouvelle histoire ! Ceux qui me connaissent seront sûrement surpris parce que je n'ai pas pour habitude d'écrire des drames, mais bon. Cette idée de fiction me trottait dans la tête depuis un moment, et il y aura quand même un peu d'humour :D

J’espère que ce premier chapitre vous plaira !
A bientôt :)
Note de chapitre:

L'histoire prend place l'été avant l'entrée en Septième année de James S. Potter.
Chapitre 1 : Les liens du sang (Première Partie)






J'ai toujours été dévoré d'une ambition terrible : détruire mon père.


- Cette robe te va à ravir, Luciana.

Basile Preslov est assis derrière son immense bureau en bois massif, un énorme cigare à la bouche. Pendant qu'il m'examine de la tête aux pieds, je laisse courir mon regard sur la spacieuse pièce aux murs couverts de dorures.

Un épais tapis d'un rouge foncé recouvre le sol autour du meuble central. Il y un divan de velours vert dans un coin, une table ronde et quatre chaises dans l'autre. Au mur, derrière le bureau, un gigantesque tableau représente sur fond noir le visage dur et sévère de mon arrière grand-père. Je le trouve lugubre cet endroit, comme le reste du manoir familial. Je pose à nouveau le regard sur le maitre des lieux. Celui-ci m'observe comme si j'étais un ravissant meuble qu'il avait hâte de revendre au prix fort. Puis, avec un soupir de contentement, il se lève et contourne son bureau pour me faire face.

Mon père est un bel homme, assez grand, très droit. Il parle beaucoup et sa voix profonde lui sert pour ses discours insipides. Son sourire faussement aimable tromperait n'importe qui, mais ses yeux le trahissent : on y décèle la vérité de sa cruauté et sa soif de pouvoir.

- Dois-je te rappeler les enjeux de ta réussite ? me demande-t-il en plantant son regard dans le mien.

Comment pourrais-je l'oublier ? Père en a après la fortune Dragomir Vladescu, un riche héritier sorcier. Notre première rencontre fut étrange et assez déconcertante. Tout comme mon père, Dragomir semble cacher sa soif de pouvoir et sa quête perpétuelle de réussite derrière un sourire poli.

Père attend de moi que j'attise l’intérêt déjà évident de Dragomir. Pour l'occasion, j'ai revêtu une élégante robe verte, brodée de fil doré. Celle que mon chère Papa m'a offerte pour mon dix-septième anniversaire.

- Dragomir Vladescu est prêt à soutenir ma campagne électorale. Ne me déçois pas, Luciana.

Par « soutenir » il entend « financer », car il nourrit la folle ambition de devenir le prochain Ministre de la Magie. Autrefois, ma famille était l'une des plus puissantes, des plus riches et des plus nobles de Roumanie. Les choses ont changés depuis notre arrivée en Angleterre. Les mauvais investissements de mon grand-père ont nui à notre fortune, bien que nous restons l'une des familles de sorciers les plus aisées du pays.

- Je comprends les enjeux, père.

Son sourire, aussi sadique et vil soit-il, est le reflet du mien. Il ne voit rien car son orgueil l'aveugle. Basile Preslov ne pense pas qu'il puisse rencontrer des obstacles, éprouver des revers. Il se croit tout puissant, et ne fait nullement attention à son jeu en ce début de partie. En mon fort intérieur, je jubile.

Mon adversaire se croit encore en position de force.



******



Cette année, le bal annuel de bienfaisance est organisé au profit de l’hôpital Ste Mangouste, et regroupe les membres de la haute société. De nombreuses personnalités parmi les Aurors, Artistes, banquiers et dirigeants, sont réunies ce soir. La plupart des gens se réjouissent de ces célébrations où l'on boit et l'on mange n'importe quoi en se disant de choses superficielles. Pour moi, elles ne sont que des réunions de personnes influentes qui pourraient, un jour où l'autre, servir ma cause.

Mettre hors d'état de nuire l'être le plus mauvais, diabolique, et abject qui puisse exister : Basile Preslov.

- Monsieur Vladescu, vous vous souvenez de ma fille Luciana ? me parvient la voix de mon père parmi le brouhaha des invités.

Des mains impitoyables me poussent dans le dos. Je m'arrache à la contemplation de la salle de bal- triste et ennuyeuse à souhait- et me tourne vers mon riche héritier - tout aussi ennuyeux- en affichant un sourire radieux.

- Évidement, répond le concerné en me décochant un sourire qui découvre ses canines menaçantes. Vous êtes ravissante, Luciana, comme toujours.
- Je sais.

Ces deux petits mots me valent un regard assassin de la part de mon père. Je retiens un soupir, ce n'était pas de l'arrogance mal placé, seulement un constat. Je sais que je suis ravissante, on me le répète assez souvent comme ça depuis ma naissance ! J'ai passé de longs moments à scruter mon reflet dans le miroir, pour essayer de contredire mon entourage. Rien n'échappait à mon examen : mes longs cheveux noirs raides mais épais, mes joues rebondies, mes lèvres peintes d'un rouge vif et mes ongles, toujours recouverts de vernis noir. Oui, j'étais ravissante.

Basile Preslov était le premier à s'en être rendue compte et avait vite prit conscience du bénéfice qu'il pourrait en tirer.

- Belle soirée, n'est-ce pas ? dit Vladescu, pour relancer la conversation.

Père lui sourit en retour, mais je sens que ma présence le dérange. Il préférerait planifier mon avenir avec Mr. Vladescu sans que je ne sois dans ses pattes. Je profite de l'occasion pour m'éclipser discrètement, mais une main attrape brusquement mon poignet pour m’empêcher de partir. Je retiens mon souffle lorsque les petits yeux cupides de mon père se posent sur une tête bien connue.

- Monsieur Potter ! Quel honneur, s’exclame-t-il en se baissant exagérément.

Cette immonde hypocrisie me débecte. Je suis issue d'une famille de sang-pur et mon père considère toujours les Moldus et les Nés-Moldus comme des êtres inférieurs, mais il se garde bien de l'avouer en public, surtout devant Harry Potter ! Plus j'y pense, plus je me dis que sa nomination aux fonctions de Ministre serait une grave erreur. Une erreur monumentale, qui pèsera lourd sur l'avenir des sorciers.

Monsieur Potter semble un peu mal à l'aise au milieu de ces mondanités, mais il tend néanmoins la main à mon père. Ce dernier s'empresse de l'attirer vers lui comme un serpent qui cherche à emprisonner sa proie :

- Vous connaissez Mr. Vladescu ? Et ma fille Luciana, qui je crois, est une camarade de classe de votre fils. C'est bien ça, Luciana ? débite-t-il à toute vitesse, me vrillant du regard.

Instinctivement, mes yeux se tournent vers James Sirius Potter, qui se tient à la gauche de son père. Je me retiens de pouffer de rire. Sa cravate est dénouée, sa chemise hors de son pantalon et... il y a des traces de rouge à lèvres sur sa joue ! Décidément, ce gryffondor est une cause perdue. Sa nonchalance frise l'insolence et chacun de ses gestes est une démonstration de je-m'en-foutisme intégral. Quand son regard croise le mien, je le soutiens aussi durement que lui, jusqu'à ce qu'il détourne la tête.

Devant mon silence, des doigts glacés se resserrent autour de mon poignet.

- Oui, père. je réponds au prix d'un grand effort.

Je crains un instant que James Potter me contredise, car nous sommes loin- très loin même- d’être de « bons » camarades de classe, mais il ne pipe pas mot. Les mains enfoncées dans ses poches, il a l'air de passablement s'ennuyer.

- Preslov... Luciana ? répète Mr. Potter en fronçant les sourcils, comme si mon nom lui était vaguement familier. Je suis ravi de te rencontrer, dit-il enfin en me souriant chaleureusement, il paraît que tu es une adversaire redoutable en cours de Sortilèges.
- Papa ! s'exclame James, perdant l'espace d'un instant son habituelle décontraction.
- C'est bien ce que tu m'as dit, non ? l’interroge-t-il, visiblement confus.

Je hausse un sourcil interrogateur mais le gryffondor se compose aussitôt un masque de froide indifférence. Pourquoi lui a-t-il parlé de moi ? On ne se connaît pas et surtout, on ne se supporte pas. À Poudlard, James Sirius Potter ne s'approche pas de moi et met à point d'honneur à m'ignorer. Et même si parfois, il lui arrive de me sourire avec cet air arrogant et moqueur qui le caractérise... Un de mes petits sorts suffit généralement à le remettre à sa place.

Mon père, lui, est aux anges. Son visage est barré d'un large sourire, et ses petits yeux cruels brillent d'un mélange d'excitation et de fierté.

- Il est vrai que Luciana est très douée en Sortilèges. Elle a eu un excellent Professeur. N'est-ce pas, ma chère ?

Ben voyons ! Mon sourire s'agrandit, signe que mon jeu d'actrice est excellent. La seule chose qu'il m'ait jamais appris, c'est l'art de la manipulation et du mensonge.

- Oui, père. je mens effrontément, sans me départir de mon doux sourire.

À mon tour, je récolte un haussement de sourcils interrogateur de la part de James Potter. Ce que vous devez savoir, c'est que tous les aspects de ma personnalité et de mon comportement ne sont qu'un subterfuge pour tromper mon père sur la nature exacte de mes intentions. À l'école, je suis loin d’être une petite fille sage et disciplinée. J'ai très mauvais caractère et je me mets facilement en colère. On m'a même confisqué mon badge de Préfète plus d'une fois, à cause de mon tempérament quelque peu instable.

- Votre fils est aussi un très bon élève, selon Luciana. Et un vrai gentleman.

Pardon ? Je me retiens de hurler des insanités et lui jette un regard venimeux à la place. Cet idiot, un très bon élève et un gentleman ? Que ce soit clair : je n'ai jamais dit, ni même pensé une chose pareille ! Je reste cependant de marbre et tente d'ignorer James Potter qui m'inflige la vue de son exécrable sourire narquois.

- J’espère avoir l'occasion de voir un jour vos talents, Miss Preslov.

La voix de Dragomir me fait légèrement sursauter; j'avais oublié qu'il se trouvait juste à coté de moi. Son air carnassier me donne l'impression que ses paroles sont à double sens. Mes doutes se confirment lorsque la main de Dragomir parcourt mon dos, longeant lentement ma colonne vertébrale.

- J'espère pour vous que non, je réplique sèchement.

Je stoppe immédiatement ses avances en repoussant sa main, puis adresse un charmant sourire à l'assemblé :

- Si vous voulez bien m'excuser, je viens d'apercevoir mon ami Dorian...

Il vaut mieux que je m'en aille ou Dragomir risque fort de connaitre le même sort funeste que ma mère. Mais encore une fois, Père me saisit par le bras et refuse catégoriquement de me laisser partir. Son regard métallique me transperce comme un poignard. D'aussi loin que je me souvienne, il ne m'a jamais aimé. Mon père me voit comme un investissement qui peut rapporter gros, très gros. Mon bonheur, mes envies, lui importent peu. Pour parvenir à ses fins, il est prêt à sacrifier mon avenir sans le moindre scrupule.

- Ton ami peut attendre. siffle ce dernier entre ses dents. J'ai entendu dire que votre fils voulait suivre votre exemple et devenir Auror, Mr Potter ? reprend-t-il d'un ton excessivement joyeux.
- Vraiment, James ? Tu veux devenir Auror ? je ne peux m’empêcher de lancer avec une pointe d'ironie dans la voix.

Potter sort enfin de sa léthargie. Son visage se tourne doucement vers moi; il semble surpris que je prononce son prénom avec une telle familiarité. Plus que ça, il a l'air outré, comme si je venais de proférer la pire des insultes.

- Vraiment, confirme-t-il froidement. Et toi, Luciana, que veux-tu faire plus tard ?

Je plisse les yeux, un tantinet déroutée par sa question, et sa façon de dire mon prénom. Mise à part mon père et Dorian, tout le monde s'évertue à prononcer le « u » de Luciana alors que c'est en réalité « Louciana », chose que James Potter semble avoir assimilé du premier coup.

- Laisse-moi deviner...

J'arque un sourcil, attendant la suite avec impatience. Je suis surprise que Potter se prête au jeu des mondanités aussi facilement. Jeu qui exige une bonne dose d'hypocrisie et de ruse, ce dont il est totalement dépourvu ! Après avoir jeté un bref coup d’œil aux deux hommes qui m'accompagne, il ajoute d'une voix moqueuse :

- Femme au foyer ?

Un silence s'installe dans lequel résonne ses derniers mots. Je suis partagée entre l'envie de dégainer ma baguette afin de lui faire ravaler son air suffisant, et celle de le gratifier d'un sourire mielleux, puisque que mon père ne se trouve qu'à deux centimètres de moi.

« Attends un peu qu'on soit à Poudlard, Potter. » je songe en bouillant intérieurement.




Note de fin de chapitre :

Bon, vous devez sûrement vous demander pourquoi Luciana déteste à ce point son père... ce sera expliqué au prochain chapitre ;) Merci de m'avoir lu !
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.