S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

IRL - 10 ans de l'association



L'association Héros de Papier Froissé souffle ses 10 bougies en octobre 2018 ! C'est un anniversaire important pour notre association et nous aimerions passer ce cap avec vous ! Bien entendu, HPFanfiction, le Héron à la Plume Flamboyante et les Éditions HPF seront de la partie :)

Avec quelques mois d'avance, le CA aimerait donc fêter cette occasion avec vous autour d'un week-end sur le thème de l'écriture à travers le temps.

Crédits : Montage de Labige à partir d'images de Sumkinn et Prawny


L'anniversaire d'HPF aura lieu du vendredi 18 mai (fin d'après-midi/soir) au lundi 21 mai 2018 matin à Chamelet dans le Rhône. Pour tout détail concernant l'événement, les modalités d'inscriptions et les tarifs : ici sur le forum ou sur le site de l'association.

A bientôt sur un de nos sites,
De L'équipe du CA le 17/01/2018 10:48


Sélections du mois


Chers et chères membres d'HPF,

Les votes pour la sélection sur Les Fondateurs de Poudlard, pour le mois de janvier, sont en cours. Vous pouvez découvrir les choix des lecteurs et voter jusqu'au 31 janvier pour les textes que vous avez aimés sur ce topic !

Les Concours sont mis à l'honneur en février : n'hésitez pas à soumettre vos coups de coeur ici ! Il s'agit de fanfictions écrites en réponse à un concours organisé sur le forum ou sur le site.

Félicitations aux textes sélectionnés sur le thème Echange de Noël : Le Marchand de Glaces de LaLouisaBlack, Eanna pour Wizard Wheezes are cool, Api avec Capturer les images et Seonne pour Les douze coups de Noël !



Vous pouvez toujours trouver l'ensemble des Sélections du Mois sur le site et proposer vos thèmes et idées sur les topics du forum.
De Equipe des Podiums le 15/01/2018 18:10


Sauvegardes automatiques quotidiennes


Chers membres d'HPF,

Tous les jours à 2h du matin, heure de Paris, les sites de l'association HPF (HPFic, le Héron, le blog, la boutique, le site de l'asso et le forum) sont indisponibles pendant environ 20 minutes. En effet, l'Equipe Technique a mis en place depuis le jeudi 4 janvier des sauvegardes automatiques qui nécessitent leurs fermetures temporaires. Les sites aussi ont bien le droit à un peu de repos !


De L'équipe Technique le 09/01/2018 19:18


73e édition des Nuits d'HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 73e édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 20 janvier à partir de 20h. N'hésitez pas à venir vous inscrire !
Pour connaitre les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A très bientôt !
De L'équipe des Nuits le 08/01/2018 23:48


Fin de la période de recrutement


Bonjour à tous,

Le recrutement pour notre équipe de modération s'est achevé hier soir. Nous avons reçu 8 candidatures que nous allons étudier sérieusement les jours prochains.

Les personnes qui ont postulé recevrons un message de notre part très prochainement !

Merci à vous d'avoir répondu à cette annonce et pour l'intérêt porté à notre équipe !
De Les Schtroumpfettes de compèt' le 07/01/2018 18:02


Recrutement pour l'équipe de modération d'HPFanfiction


Bonjour à tous,

En cette fin d’année, l’équipe des Bleues cherche deux nouvelles recrues pour étoffer ses rangs.

Une grande partie de notre travail s’effectue sur HPFanfiction où nous lisons puis validons ou invalidons les textes. Nous organisons aussi des concours ou projets d’écriture, une ou deux fois par an. Nous gérons la boîte mail sur laquelle arrivent les questions relatives au site. Nous publions des news et traquons également les bots. Vous trouverez le détail de nos principales missions ici.

Pour plus d’informations sur les modalités de recrutement, c’est par ici.

Le recrutement restera ouvert jusqu’au 6 janvier 2018.

A vos plumes !
De Les Schtroumpfettes de compèt' le 18/12/2017 20:01


Carol of the bells par AlbusDumbledore

[12 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Salutations à toutes et à tous !

Cela faisait un moment que je n'avais rien posté, mais comme vous vous en doutez, Noël s'accompagne d'une tradition sur HPF et c'est pour moi toujours un grand plaisir de participer à l'échange de fic de Noël.

Cette année, mon enfant sage s'est avéré être flodalys. Et si sa fiche m'a posée quelques difficultés, j'ai néanmoins réussi à mettre en place l'histoire que j'avais en tête sous la forme qui m'intéressait. On restera dans mes grands classiques pour la forme, mais j'ai abordé plusieurs idées pour le fond, dont certaines sur lesquelles je ne m'étais encore jamais aventurées.

Comme voulu par flo, j'ai tenté de coller au maximum au canon, même si cela signifie prendre des chemins différents de ce que j'ai développé dans mon propre headcanon. Cette histoire s'en trouve donc à part, et je garantis que chacun des personnages nommés et un personnage canon.

Pour ce qui est de l'ambiance globale, le titre de cette histoire donne une bonne idée d'où j'ai puisé mon inspiration. Vous trouverez ici le lien vers la version de Carol of the bell que j'ai écouté en boucle lors de la préparation de l'histoire. Je ne suis pas spécialement fan des chants de Noël, mais celui-ci revêt quelque chose de si particulier qu'il me berce et me plonge dans un univers fantastique sans problème. Bonne écoute : https://www.youtube.com/watch?v=Wq73h6XZQGA

 

Si j'en crois flo, elle a été très satisfaite de son cadeau. Il est donc temps pour vous de la découvrir. On remercie grandement Cassiopée pour ses corrections toujours aussi utiles et pertinentes.

Je vous souhaite un joyeux Noëlà tous et de magnifiques fêtes de fin d'année !

 

Petit avertissement cependant sur la fic : celle-ci est tout public, mais elle contient des passages pouvant heurter la sensibilité des plus jeunes.

Les personnages et l'univers appartiennent à J.K. Roxling. J'assure ne pas gagner d'argent en écrivant cette fiction.

Note de chapitre:

On commence donc par le premier chapitre. Bonne lecture !

Chapitre 1

La disparue

 

 

 

 

 

L’ambiance au sein du Bureau des Aurors était d’humeur festive. Bien sûr, Noël arrivait bientôt et, avec lui, toutes les promesses de retrouvailles en famille. Les plus anciens retrouveraient bientôt leurs enfants après un premier trimestre à Poudlard riche en aventures extraordinaires ; les plus jeunes auraient enfin l’occasion de passer du temps avec leurs proches et profiter de leur présence. Un repos bien mérité après de longues semaines à traquer un groupe d’adorateurs occultes cherchant à inonder le marché de faux-talismans.

Loin d’apporter la paix vendue, ceux-ci provoquaient de véritables crises d’hystéries pouvant conduire à des accidents dramatiques. Trois personnes étaient toujours hospitalisées à Ste Mangouste, tandis que plusieurs familles passeraient les fêtes avec un membre en moins.

            Cela avait été extrêmement dur pour tout le monde. Heureusement, les malfaiteurs avaient été appréhendés et le Magenmagot avait rendu son verdict. La Gazette avait encensé le Bureau et Robards, le Directeur, avait accueilli chaleureusement les éloges du Ministre Shacklebolt au cours de son discours de début de semaine. Tout était rentré dans l’ordre, ou presque, et chacun des Aurors avait hâte de prendre un temps de repos. Harry Potter faisait partie du lot.

            Le Survivant n’avait plus vu Ginny depuis des mois. Entre les entraînements de la Poursuiveuse star des Harpies de Holyhead et ses missions, ils ne s’étaient que croisés en coup de vent et avaient à peine échangé un mot. À cela s’ajoutait le fait que le jeune père avait également très peu vu ses deux fils, James et Albus, qui finissaient d’épuiser leurs parents. Harry n’avait qu’une hâte : que la fin de semaine arrive et qu’il soit libéré pour quelques jours. Bien sûr, il pouvait être appelé à tout moment, mais ce n’était rien comparé à la possibilité de passer un instant à la table du Terrier.

 

            Aussi, lorsqu’il sentit l’humeur de la pièce se craqueler pour laisser place à de l’agitation et des rumeurs, il se détourna du dossier qu’il remplissait pour voir ce qui avait bien pu perturber ses collègues. Il lui fallut quelques secondes pour réaliser qu’un sorcier traversait en trombe le Bureau des Aurors, accompagné par Jon Savage, le Directeur du Département de la Justice en personne, avant d’entrer sans cérémonie dans le bureau de Robards. Il nécessita quelques secondes supplémentaires à Harry pour assimiler le fait que le sorcier en question n’était autre que Drago Malefoy.

« Qu’est-ce que ce Horglup fout ici ? s’insurgea une jeune femme au visage en cœur à côté de Harry. Je croyais qu’il n’avait pas le droit d’interférer dans les affaires du Ministère.

— Tout le monde peut demander l’assistance du Bureau, rappela une seconde jeune femme.

— Ta volonté de suivre scrupuleusement les règles est admirable, Megan. Mais là, on parle de Malefoy ! C’est un ancien Mangemort !

— Que Harry a innocenté, Patricia.

— Ça suffit ! intervint l’intéressé. Stimpson, Jones, notre boulot n’est pas de suivre un compte rendu détaillé des visites de Savage. Je sais que la paperasse n’a rien de stimulant, mais Hooper doit apprendre le métier. On s’occupera de ça plus tard. »

            Les trois membres de l’équipe de Harry se tournèrent vers lui d’un même mouvement. Geoffrey Hooper se contenta d’un sourire timide avant de replonger dans ses papiers. Bien qu’étant de la même promotion de Gryffondor que Ginny, il n’avait obtenu son diplôme pour entrer au Bureau qu’un peu plus d’un an auparavant et il restait un « bleu » en formation. C’était un jeune homme timide, mais qui faisait bien son travail. Plus grand que Harry, sa silhouette longiligne et son attitude lui donnaient un air efflanqué ; ce qui dissimulait sa très grande agilité. Il avait pris la succession de Ron au poste de gardien grâce à ses réflexes.

            De l’autre côté, Patricia Stimpson et Megan Jones faisaient office de piles électriques. Patricia était de la même année que les jumeaux Weasley et avait toujours été de nature anxieuse. Elle avait commencé sa formation pile durant l’année des Ténèbres, qu’elle avait su passer sans se mettre en péril. Elle avait fait partie de la première promotion d’Auror sous l’ère Shacklebolt. Dotée de cheveux acajou, qui change de coupe toutes les deux semaines, elle était une des personnes les plus appréciées du bureau. Non seulement elle était très mignonne, mais elle était aussi l’une des Aurors les plus petits et sveltes, entraînant les autres à la considérer comme la « petite sœur ». Caractère accentué par sa gaucherie légendaire. Ce n’était qu’une apparence, dans le sens où elle s’avérait être redoutable une fois dans le cœur de l’action.

            Quant à Megan, elle était de la même année que Harry à Poufsouffle. Elle avait participé à la Bataille de Poudlard et en était sortie changée. Alors qu’elle aspirait à vivre une vie paisible comme apothicaire sur le Chemin de Traverse, elle s’était découvert une volonté pour lutter contre les Mages Noirs et avait donc décidé de rejoindre le Bureau des Aurors. Bien qu’étant aussi grande que Harry, elle avait un physique plutôt passe-partout, à l’exception de ses yeux noisettes avec lesquels elle parvenait à vous hypnotiser sans effort. Doublée d’une très grande empathie, c’était un atout très complémentaire à ses compétences d’interrogatrice, avec lesquelles elle parvenait toujours à tirer les Veracrasses du nez.

            Harry était très fier de l’équipe qu’il avait montée un an plus tôt, lorsqu’il avait été promu chef d’équipe. Il était l’un des rares de son rang à ne pas avoir changé depuis sa formation et il ne comptait pas le faire de sitôt. Cependant, cela s’accompagnait de quelques accrochages de temps à autres, Patricia et Megan se crêpant facilement le chignon dès que l’une d’elles s’ennuyait. Ce qui ne facilitait pas la tâche d’apprentissage pour Hooper, qui devait encore comprendre qu’une équipe soudée ne voulait pas forcément dire une équipe composée des meilleurs amis du monde. Harry lui-même avait mis du temps à s’habituer à cette maxime, après avoir vécu toutes ses aventures avec Ron et Hermione.

            Une bonne équipe était une équipe efficace qui fonctionnait sans grippage, et c’était le cas de la sienne.

 

            Alors qu’il essayait de se reconcentrer, une ombre se dessina sur son bureau. Levant la tête, il découvrit la carrure massive et le visage carré de Jon Savage, contrastant avec celle aussi grande mais plus filiforme de Gawain Robards. Drago Malefoy avait disparu, ayant sans doute quitté le bureau en se faisant le plus discret possible.

« Messieurs les Directeurs, salua Harry en se levant.

— Potter, nous avons une nouvelle enquête à vous confier, entama Robards, ses yeux de jade pétillant derrière ses lunettes. Une mission de la plus haute importance, émanant directement du bureau de Mr Savage.

— Et de quoi s’agit-il ?

— Astoria Greengrass a disparu de son domicile depuis trois jours, annonça Savage. Elle n’est pas revenue de son congrès sur les dernières techniques d’enchantement de métaux. Mr Malefoy a réclamé l’intervention du Bureau des Aurors pour la retrouver.

— En quoi cela concerne le Bureau ? s’enquit Harry. Ce serait plutôt du travail pour la Brigade de Police Magique.

— Mr Malefoy a fouillé les documents de sa fiancée et découvert plusieurs symboles inconnus, révéla Robards en étalant des photos sur le bureau de Harry. Il s’agit donc d’une mission de notre ressort.

— Et pourquoi moi ? questionna le Survivant. Vous êtes bien conscients du passif qui existe entre moi et le… témoin ? Il y a un flagrant conflit d’intérêt.

— Nous en avons bien conscience, confirma le Directeur de la Justice Magique. C’est pourquoi la demande émane directement de mon bureau. Mr Malefoy a spécifiquement demandé que ce soit vous qui soyez en charge de ce dossier. Ce en quoi je ne vois rien à redire.

— Permettez-moi d’en douter, monsieur le Directeur.

— Il est de notoriété publique que le nom Malefoy a très mauvaise réputation. Au sein même du Ministère, il est synonyme de dragoncelle. En revanche, vous Potter, vous n’avez aucune raison de vouloir traîner davantage dans la boue le nom Malefoy, car vous êtes le Survivant. Il serait très mal vu qu’une icône telle que vous ne se montre pas équitable envers chaque membre de la Communauté. Voici le dossier, conclut Savage. Il serait évidemment bienvenu de retrouver Miss Greengrass avant Noël. »

            Sans ajouter un mot de plus, les deux directeurs retournèrent à leurs bureaux respectifs, Savage prenant bien soin de s’attarder pour saluer les Aurors les plus anciens. Le Directeur de la Justice Magique était un rescapé de l’année des Ténèbres. Lui-même ancien Auror, il avait obtenu un siège au Magenmagot lorsque Scrimgeour était devenu Ministre. Savage avait par la suite fait partie des employés du Ministère qui s’étaient rangés du côté de Voldemort, par crainte ou appât du gain, et avait prononcé de nombreuses sentences d’emprisonnement à Azkaban ou même de Baiser du Détraqueur.

Là où le monolithe avait joué finement, c’est qu’il avait pris soin d’éviter toute preuve concrète remontant jusqu’à lui et il s’était abstenu de baigner dans les rafles de né-Moldus. Une fois Kingsley élu Ministre, Savage avait évité tout jugement en plaidant la contrainte et cela avait été classé sans suite. Plus tard, pour montrer son indépendance et qu’il était prêt à croire aux secondes chances, Kingsley avait nommé Savage à la tête du Département de la Justice Magique. Hermione pensait que c’était surtout pour le garder à l’œil. Harry, quant à lui, n’avait rien à reprocher à son supérieur : même s’il lui reconnaissait un caractère antipathique, il était l’un des rares à le considérer comme un employé subalterne et non une divinité vivante capable de vous foudroyer au moindre regard.

C’était la première fois que Savage faisait référence au statut exceptionnel dont jouissait Harry au sein du Ministère.

« Qu’est-ce que c’était que ça ? demanda Hooper.

— Un jeu pour lequel j’essaye encore d’apprendre les règles, lui répondit Harry. Les élections sont pour bientôt et, visiblement, les rumeurs sur la candidature de Savage sont avérées. Ce qu’il essaye de me dire, c’est que si j’aide un de ses anciens « amis », il s’en souviendra une fois élu.

— Mais… c’est…

— Oui, on appelle ça du clientélisme, intervint Stimpson. Que vas-tu faire Harry ?

— Jones a raison : tout sorcier est en droit de demander l’aide du Bureau des Aurors s’il pense être témoin d’un acte de magie noire. Robards nous a confié une mission, nous allons la remplir comme pour n’importe quel autre cas.

— Tu veux dire qu’on va aider la fouine bondissante ? »

            Un sourire se dessina sur le visage du Survivant à l’énoncé de ce lointain souvenir qui faisait encore rire Ron à gorge déployée. Il redevint cependant rapidement sérieux, conscient du problème que se posait sa coéquipière.

« Astoria n’a pas à payer pour les crimes de son beau-père. J’ai mes raisons personnelles d’avoir aidé Drago et ses parents lors de leurs procès, mais je ne nie pas les crimes dans lesquels les Malefoy ont baigné. C’est elle que nous allons aider, et c’est avec lui que nous allons collaborer. Si cette mission déplaît à l’un d’entre vous, il peut s’en écarter et continuer à faire de la paperasse, je le couvrirai. »

            Aucun des trois Aurors ne se manifesta. Harry en fut soulagé, il ne voulait pas en plus avoir à gérer un conflit au sein de son équipe. Déjà que devoir travailler avec Malefoy ne l’enchantait guère, il devait admettre que l’ultimatum de Savage était finement joué. S’il laissait son ressenti interférer au cours de son enquête, on l’accuserait de ne pas suivre la ligne directrice du Ministre – dont il était un grand ami – et du Ministère – dont il était une figure emblématique. Cela affaiblirait Kingsley et favoriserait Savage pour les prochaines élections. En revanche, si le jeune chef d’équipe enquêtait sans laisser son animosité envers Malefoy interférer, Savage pourrait annoncer que son Département n’hésitait pas à venir en aide à toute personne dans le besoin, y compris les anciens Mangemorts amnistiés.

« Bon, nous allons procéder méthodiquement. Stimpson, tu restes ici avec Hooper pour éplucher le dossier. Essaye de trouver un lien entre les symboles et nos bases de données aux Archives Magiques. Jones, tu viens avec moi au Manoir Malefoy, on va interroger Drago pour essayer de reconstituer la chronologie des événements. »

 

*

 

Quand Harry se matérialisa devant le portail en fer forgé, il crut pendant un instant s’être trompé de lieu. Le parc était recouvert par un manteau blanc étincelant au soleil d’hiver, tandis qu’un ciel sans nuage conférait une lumière à la fois calme et sereine. Une légère brise venait animer les branches des arbres, provoquant quelques chutes de neige rapidement étouffées. La vision était radicalement opposée au souvenir de son dernier séjour dans cette demeure.

            Tandis que Jones apparaissait à ses côtés dans un tourbillon de flocons, Harry s’approcha du portail qui s’ouvrit de lui-même. Les deux Aurors remontèrent l’allée d’un pas vif pour échapper à la morsure du froid. Sous le porche, les attendait la silhouette longiligne de Drago Malefoy. Lorsqu’il l’eut rejoint, Harry nota que le visage de l’ancien Mangemort affichait une mine affligée. Il les invita à entrer d’un simple signe du bras, fermant la porte derrière eux. Aussitôt, un elfe de maison apparut de nulle part et s’empressa de récupérer les manteaux des employés du Ministère.

Le Survivant s’attarda quelques instants sur cette apparition furtive, étonné de voir que Malefoy possédait toujours une de ces créatures. Ces dernières années, Hermione avait ardemment bataillé pour abolir l’esclavage des elfes de maison. Elle y était plus ou moins parvenue : les elfes étaient désormais libres de choisir leurs maîtres, d’être rémunérés et de prendre des congés, mais tous ces avantages restaient sous la supervision des maîtres eux-mêmes, dans le respect des quotas minimums instaurés par le Ministère. Et rien n’avait été fait concernant les châtiments corporels, même si Hermione tentait de faire passer un projet de loi prochainement. C’était une amélioration, certes, mais la plupart des elfes ayant été élevés dans l’esclavage et n’ayant pas forcément l’esprit aussi ouvert que Dobby, beaucoup se faisaient avoir sur leurs contrats, et cela en toute impunité.

« Bonjour Potter, salua finalement Malefoy de sa voix traînante en revenant dans son champ de vision.

— Bonjour Malefoy. Alors, il semblerait que tu ais spécifiquement fait appel à moi pour la disparition d’Astoria.

— Oui. Je sais que toi… tu prendras la chose au sérieux et n’essaieras pas de me traîner dans la boue plus que nécessaire.

— C’est bizarre, c’est la deuxième fois que j’entends ça de la journée, railla Harry. Qu’est-ce qui te fait dire qu’elle a été enlevée ? Qu’elle n’a pas décidé, tout simplement, de te quitter sans prévenir ?

— Astoria ne ferait jamais ça, répliqua Malefoy. Viens dans le salon, j’ai préparé des documents à votre intention. »

            D’un pas pesant, le maître des lieux conduisit ses convives vers la porte menant au salon. Si Jones entra sans poser de questions, Harry marqua un temps d’arrêt en découvrant la pièce. Tout comme le hall, la lumière donnait un tout autre aspect à la salle, qui paraissait étrangement moins imposante. L’organisation semblait également différente que dans ses souvenirs. Son regard s’attarda une fraction de seconde sur l’endroit où Ron et lui avaient trouvé Hermione, après sa séance de torture. Harry sentit son ventre se nouer et tenta de se focaliser sur autre chose, tandis qu’il prenait place face à Malefoy.

« Désirez-vous du thé ou quelque chose d’autre à boire ?

— Non merci, refusa Harry.

— Je prendrais bien du café.

— Link, va préparer une tasse de café pour l’Aurore Jones.

— Oui Maître, répondit l’elfe d’une voix joyeuse et féminine, ses yeux jaunes brillant d’excitation. Link amènera également du sucre et des biscuits pour le Maître et ses invités.

— Parfait, acquiesça Malefoy. Une fois le service effectué, tu iras veiller sur Scorpius. »

            L’elfe s’inclina bien bas, son nez fin et pointu touchant presque le sol. Puis elle sortit du salon si vite qu’on aurait pu croire qu’elle avait transplané. Harry reporta son attention vers son hôte et témoin.

« Dois-je appeler le Bureau de replacement des elfes de maison pour vérifier que tu respectes les décrets du Ministère ?

— Si ça te chante, Potter. Le contrat de mon elfe est en règle et respecte scrupuleusement toutes les lois que ton amie Granger a fait passer. Et si tu veux demander à un Allocateur de vérifier qu’elle ne subit pas de sévices, ne t’en prive surtout pas.

— C’était simplement pour mettre les choses au clair. Alors, qu’as-tu à nous dire ?

— La semaine dernière se tenait un congrès d’enchanteurs de métaux. Comme cette année il était organisé à Londres, Astoria a voulu s’y rendre pour partager ses dernières recherches. Toute la Communauté sait que nous vivons ensemble, ce n’est pas toujours facile pour elle, surtout à son boulot et avec ses collègues. Beaucoup ont perdu des membres de leur famille par notre faute. Même si cela signifiait devoir s’éloigner de Scorpius quelques jours, ça lui tenait vraiment à cœur de participer à ce congrès et de partager sa découverte.

— Qui consiste ? demanda Jones, qui prenait des notes sur un calepin.

— Je ne suis pas un spécialiste », répliqua l’ancien Mangemort tandis que Link venait apporter le café à Jones avant de disparaître tout aussi discrètement qu’un nuage de fumée. « Mon truc à moi, c’est la préparation des potions, principalement pour Ste-Mangouste.

— Je sais que tu n’es pas complètement stupide, Malefoy, intervint Harry. Tu étais l’un des meilleurs de notre année. Alors, en quoi consistaient les travaux d’Astoria ?

— D’après elle, cela allait révolutionner la conception les sortilèges de protection. Notre portail est un prototype : il reconnait la trace magique des personnes voulant entrer et s’ouvre s’ils sont autorisés. Si ce n’est pas le cas, un signal est envoyé au propriétaire, qui d’un simple sort, permet ou non le passage. Outre dans le cas des demeures, cela pourrait également s’appliquer dans la conception des chaudrons – en évitant, par exemple, qu’une tierce personne n’intervienne dans la préparation d’une potion – et pourrait s’adapter, à l’avenir, à d’autres matériaux. Astoria disait même qu’on pourrait l’adopter sur des balais, comme système antivol.

— Hum… Ingénieux, avoua Harry. Et après ?

— Le congrès s’est terminé hier soir, mais Astoria n’est pas rentrée. J’ai cru qu’elle avait décidé de rester avec des collègues pour célébrer, mais toujours aucun signe ce matin, et pas le moindre message prévenant d’un retard.

— On attend trois jours pour déclarer une personne disparue, fit remarquer le chef d’équipe. Nous ne pouvons pas encore ouvrir d’enquête…

— Peut-être que chez tes amis Moldus, il faut attendre, mais Astoria est une transplaneuse accomplie. Si elle n’est pas rentrée, c’est qu’elle a eu un problème. Dois-je te rappeler qui je suis ? Ce à quoi mon nom est associé ? Je reçois des lettres de menaces toutes les semaines, quand ce ne sont pas des plaisanteries de mauvais goût comme des colis ensorcelés. J’ai dû travailler dur pour réussir à me démarquer le plus possible des actes atroces du Seigneur des Ténèbres, trouver quelqu’un qui veuille bien me donner une chance. Mais je ne me plains pas, j’ai conscience que si j’ai échappé à Azkaban, je dois tout de même payer mon tribut. Ce n’est pas le cas d’Astoria. Elle, on ne comprend pas pourquoi elle aurait voulu s’attacher à un parjure alors qu’elle aurait très bien pu ne pas s’embourber avec. En plus des menaces, ce qu’elle subit, ce sont les railleries, les insultes, les attaques. C’est très dur pour elle, mais nous nous aimons réellement et pour rien au monde elle ne laisserait tomber ce que nous vivons. Jamais elle n’abandonnerait Scorpius. »

            Harry opina lentement du chef. Bien sûr, il ne mettait pas la parole de Malefoy en doute, mais il devait écarter la possibilité d’un simple départ. Il avait complètement oublié d’inclure le dernier héritier de la famille dans son équation. Il avait lu une manchette à ce sujet peu avant la naissance d’Albus. Cependant, désormais, il devait en tenir compte et il était évident qu’une mère n’abandonnerait pas son enfant sans prétexte. Or, il leur manquait un tel prétexte actuellement pour soutenir cette hypothèse, alors qu’un enlèvement devenait, par conséquent, beaucoup plus crédible.

« Très bien, Malefoy. Il semblerait que tu ais trouvé des documents pouvant aider.

— En fouillant dans le bureau d’Astoria, j’ai trouvé ceci, expliqua-t-il en étalant sur la table des parchemins et ouvrages que Harry avait déjà vus en photo. La plupart sont incompréhensibles pour moi – je n’ai pas étudié les Runes –, mais j’ai pu deviner que c’était en rapport avec son travail.

— Ce sont des Runes classiques, révéla Jones en les parcourant rapidement du regard. Ça semble être en rapport avec son nouveau sortilège, mais certains signes me sont inconnus. Il y a peut-être un code caché.

— J’ai également trouvé une correspondance manuscrite, avoua Malefoy en sortant une boîte. Je n’ai pas osé les ouvrir, mais elles ont toutes le même expéditeur. »

            Harry saisit le coffret que lui tendait son ancien Némésis. Il prit quelques lettres au hasard. C’était écrit en anglais, d’une écriture fine et élégante. À première vue, il n’y avait pas de message caché, mais la relation qu’entretenait Astoria avec cet expéditeur était intense, presque intime. La correspondance était signée de plusieurs initiales : « T.T.N ». Cela ne dit rien à Harry, mais il était évident que derrière ce pseudo se cachait un premier suspect.

« C’est un début, confia-t-il. Jones, on rentre au Ministère voir ce que les autres ont trouvé. Malefoy… Je souhaiterais que tu restes à la disposition du Bureau des Aurors, si nous avons d’autres questions.

— Du moment que vous retrouvez Astoria, je suis prêt à toutes les concessions. Il est hors de question que Scorpius grandisse sans sa mère. »

            Le regard intense que lui échangea l’ancien Mangemort figea Harry quelques secondes. Au fond de ses prunelles acier, il distingua une lueur qu’il n’avait plus vue depuis la Bataille de Poudlard : l’inquiétude. L’Auror comprenait parfaitement ce que le concept de mère représentait pour Malefoy et il se jura de tout faire pour éviter que le dernier de leur lignée ne grandisse sans connaître la chaleur maternelle.

 

Note de fin de chapitre :

Ne vous inquiétez pas : la suite arrive tout de suite après ;)

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.