S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Les Nuits Insolites d'HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 6e édition des Nuits Insolites se déroulera le Samedi 2 Juin à partir de 20h. N'hésitez pas à venir vous inscrire !
Les modalités de participation sont disponibles sur le même topic.

A très bientôt !
De L'équipe des Nuits le 24/05/2018 13:11


Mise à jour des fiches de présentation des Modératrices


FLASH INFO !

Les Modératrices d'HPFanfiction vous intriguent ? Vous vous demandez qui peut bien passer des journées à lire des chapitres de fics sans lien les uns aux autres, à envoyer des mails, à poster des reviews sur la construction des dialogues ou le rating des fics ? Vous doutez que ces personnes soient réellement humaines ?...

Pour les connaître, rien de plus simple ! Tant pour leurs pseudos que pour leurs têtes (ou du moins, l'aperçu qu'elles acceptent de vous en donner...), rendez-vous dans la section L'Équipe du site, où vous trouverez une mise à jour toute fraîche des fiches de présentation de ces modératrices, réalisées par Bloo. Elles vous présenteront les 8 Schtroumpfettes qui quadrillent le site jour et nuit, et veillent à sa bonne marche !
De Les Schtroumpfettes de compèt' le 22/05/2018 22:22


77e édition des Nuits d'HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 77e édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 Mai à partir de 21h. N'hésitez pas à venir vous inscrire à cette nuit spéciale, pour laquelle nous vous réservons plusieurs surprises ! Des explications plus précises concernant le déroulement seront données le jour même, entre 20h et 21h.
Pour connaitre les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A très bientôt !
De L'Équipe des Nuits le 11/05/2018 13:19


Sélections du mois


Chers et chères membres d'HPF,

Les votes pour la sélection sur les participations aux Next Gen, pour le mois d'avril, sont en cours. Vous pouvez découvrir les choix des lecteurs et voter jusqu'au 30 avril pour les textes que vous avez aimés sur ce topic !

La Résistance est le thème à l'honneur en mai : n'hésitez pas à soumettre vos coups de coeur ici, ou par commentaire de cette news !

Félicitations aux textes sélectionnés sur le thème des Molly/Arthur : Extraaterrestre pour L'écho de leurs rireset DameLicorne pour Ouvrir les yeux !



Vous pouvez toujours trouver l'ensemble des Sélections du Mois sur le site et proposer vos thèmes et idées sur les topics du forum.
De L'équipe des Podiums le 09/04/2018 21:58


76ème édition des Nuits d'HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 76e édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 14 Avril à partir de 20h. N'hésitez pas à venir vous inscrire, pour vous laisser inspirer par la musique !
Pour connaitre les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A très bientôt !


De L'équipe des Nuits le 06/04/2018 15:51


5ème édition des Nuits Insolites


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 5e édition des Nuits Insolites se déroulera le Samedi 7 avril à partir de 20h. N'hésitez pas à venir vous inscrire !
Les modalités de participation sont disponibles sur le même topic. A très bientôt !


De L'Équipe des Nuits le 26/03/2018 19:30


Une lettre peut changer des vies... par lupusmalignis

[14 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

C'est ma première histoire que je publie, n'hésitez pas à me donner des conseils pour améliorer...

Je ne pense pas poster régulièremment mais je ferais de mon mieux.

Bonne lecture !

Note de chapitre:

Voici le premier chapitre publié.

N'hésitez pas à donner votre avis et des conseils pour la suite.

Bonne lecture !

Quand ton petit frère te réveille à 8 heures, un matin de vacances, simplement parce que tu as reçu deux lettres alors que tu n'as pas d'amis, je pense que tu es de très mauvaise humeur.

"Austin ! Je vais te...

- Moi aussi, je t'aime, grande sœur !" il me coupe en s'enfuyant à travers les escaliers.

Très agacée, je me lève, enfile un short et descends manger. Ma famille est déjà réunie, c'est une sorte de tradition de prendre ensemble le petit-déjeuner. Je tire une chaise entre mon petit frère, non sans lui taper la tête, et ma grande sœur. Je m'assois et commence à manger.

"Bonjour, Riley chérie. Évite de taper ton frère.

- Chalut, je réponds simplement, la bouche pleine de pancakes.

- Tu as du courrier, annonce ma méfiante de sœur.

- Merci, je sais. Sinon notre cher Austin ne m'aurait pas réveillée et je serais encore en train de dormir. Crétin," je lance en direction de ce dernier.

Mon père, qui lit le journal, jette un regard noir à mon petit frère de 9 ans. Clémentine rigole discrètement en me tendant les lettres que je pose à côté de moi, non sans grommeler. Mon daron marmonne :

"Avoue que cela t'arrange, pour aller courir."

Courir a toujours été un moyen de me vider l'esprit.

"Oui. Je peux y aller ? je demande avec espoir.

- Exact," soupire ma mère.

Après mon petit-déjeuner, je remonte avec les lettres, heureuse d'aller courir. J'enfile un leggins et un tee-shirt de sport.

Après avoir fait le tour de mon village typiquement anglais, de la forêt brumeuse et après avoir couru le long de la mer agitée, je rentre chez moi. J'admire cette vieille bâtisse anglaise. Un grand portail la sépare avec l'extérieur. Ensuite, on arrive dans une cour entourée d'écuries (dont la moitié sert pour mettre le matériel et l'autre moitié pour les chevaux). Il y a aussi un poulailler et une petite étable de l'autre côté. Lorsque l'on passe la lourde porte, on découvre un petit couloir qui sépare la cuisine (équipée d'une table en bois où l'on mange, d'un four et d'autres choses utiles) et le salon composé d'un grand canapé, d'une table basse et d'une cheminée. Dessus, il y a la télé. Derrière le canapé, il y un buffet où est posée une radio. Au centre de la pièce, il y a un piano. Puis, on monte un escalier pour arriver au premier étage. A cet étage, il y a un couloir qui donne sur la chambre de mes parents, celle de ma sœur et la salle de bain. Je rentre rarement dans ces chambres-là mais elles sont plutôt similaires : un lit (simple pour Clémentine et double pour ma mère et mon père), une chaise et un bureau ainsi qu'une armoire pour les vêtements. Il y a peu de différences mais la chambre de ma sœur est peinte en gris et elle est légèrement plus petite que celle de mes parents adoptifs, peinte en blanc. Elles sont l'une en face de l'autre et la salle de bain (avec une baignoire, un lavabo) se trouve directement à gauche des escaliers, à côté de la chambre de mes darons. En face, de ces derniers, il y a encore en d'autres, des escaliers, pour pouvoir accéder à d'autres chambres : celle d'Austin, la chambre d'amis et la mienne. Dans la chambre d'amis, il y a simplement un lit double. Celle de mon petit Austin est remplie de jouets, tels des figurines de super-héros. Son lit est en bois d'if et il y a un petit coussin. Son bureau est recouvert de feuilles de dessin mais c'est seulement parce qu'on est en vacances. Quant à ma chambre, c'est assez simple : il y a un bureau avec une lampe posée dessus, une chaise en bois peu confortable selon le p'tit Austin (sans coussin parce que, moi, je la trouve pile comme il faut), un lit (avec un drap ou une couette selon la saison et un coussin) ainsi qu'une armoire remplie de vêtements, principalement de sport (dont des tenues d'équitation). Devant ma fenêtre, j'ai aménagé un petit coin douillet avec un fauteuil. Comme cela, je peux observer la forêt autant que je le veux.

En revenant de ma douche, j'ouvre mes lettres. La première est une inscription d'une école de sorcellerie (oui, oui, il y a bien marqué ça) du nom de Poudlard avec une liste de fournitures comme une baguette magique, ou hibou OU un chat OU un crapaud. On me prend pour une débile ou quoi ? Je sais que je ne suis pas la personne la plus intelligente, encore moins la plus bête. Mais je suis ludique et saine d'esprit. J'entends du bruit en bas mais je n'y fais pas attention : il y a souvent de la visite pour mon frère, pour ma sœur mais pour moi ! Non... J'ouvre, plutôt agacée, la deuxième lettre.

     Chère Riley,

Je sais que je suis mort en ce moment. (D'ailleurs, c'est John Mulciber qui m'a tué lors d'une mission. Surtout, ne le dis pas avant de savoir vraiment ce qu'il s'est passé. Tu sauras quand le moment sera venu.) C'est normal car le Ministère de la Magie qui doit t'envoyer cette lettre, ou plutôt un Département Secret du Ministre, lorsque tu reçois ta lettre pour Poudlard. Mais attention ; tu as beau être une Sang-Pur, qui a en plus hérité des dons de tes parents (tu es Legilimens et Occlumens comme ton père et Voyante comme ta mère), tu es égale aux Sang-Mêlés et aux Nés-Moldus. Ne t'en fais pas pour la Répartition, je serai fier de toi dans tous les cas ; que tu sois à Poufsouffle (comme tes grands-mères), à Serdaigle (comme moi), à Gryffondor (comme ta mère) ou même à Serpentard (comme la majorité de la famille White). J'espère que tu te feras de nombreux amis. Un conseil : ne parle pas de tes dons. Certains sorciers voudraient peut-être en abuser ou ils te rejetteront. Ils auraient peur de tes différences. Juste, une dernière chose : tes parents et moi sommes très fiers de toi.

Ton oncle Dimitri White qui t'aime

P.S. : profite de tes dons mais ne raconte pas tes visions et encore moins les plus importantes même à tes amis les plus fidèles. Par contre, tu peux faire confiance à Albus Dumbledore (c'est un sorcier très... spécial mais il est puissant et sage).

Le nom de l'assassin a été brûlé. Ensuite, mon oncle devait avoir une imagination débordante car la magie, ça n'excite pas. Donc un ministère, encore moins. Je suis étonnée qu'il connaisse Poudlard. Ça doit être une farce familiale complètement stupide selon moi. J'ignore ce que c'est, être Legilimens et Occlumens. Je suppose qu'être Voyante, c'est voir le futur. Et puis, qu'est-ce que c'est, les Sang-Mêlés et les Moldus ? Enfin, je jette les deux enveloppes sur mon bureau et j'entends un petit bruit. Dans l'enveloppe de la lettre de mon oncle, il y a un bracelet en argent avec une petite balle doré assez étrange car elle a des ailes aussi argenté. Un mot y est accroché.

        Chère Riley,

Nous savons que nous sommes morts au moment où tu lis cette lettre. Nous ne sommes pas morts comme de simples moldus mais tu dois savoir la vérité que lorsque tu seras... âgée. Ce bracelet est à moi, ta mère. Il te servira contre les "trous noirs" trop importants. Il te permettra aussi de ne pas tout le temps lire dans les pensées car on sait à quel point c'est très gênant parfois.

Jane et Bob White, tes parents qui t'aiment malgré la Mort.

Ma sœur entre dans la pièce sans toquer. Elle demande :

"Alors, tes lettres ?

- Ce ne sont que des farces stupides, je ronchonne.

- Ah bon  ? Je peux les voir ?

- Sur mon bureau", j'indique en commençant à lire, allongée sur mon lit.

Je la vois froncer des sourcils. Je me lève et vais voir ce qui ne va pas.

- Pourquoi avoir brûlé le nom du meurtrier de ton oncle ?

- Je sais que je suis parfois étrange et désagréable mais je n'ai rien cramé du tout.

- Avec toi, on ne sait jamais," elle marmonne.

Mal à l'aise, je reste à me balancer d'un pied à l'autre, me rappelant des événements étranges de ma vie : parfois, je réponds à des questions que personne n'a posé ou j'ai des espèces de flashs qui me montrent, non pas le passé (quoique parfois quand je touche quelqu'un pour la première fois), mais l'avenir. Enfin, passons. Ma sœur me prévient :

"En fait, Maman m'envoie te chercher parce qu'il y a une dame qui t'attend en bas. Elle veut te voir."

Une dame veut me voir ? La dernière fois, c'était une grosse vache snob qui voulait m'envoyer dans une autre famille d'accueil car une pluie d'oranges s'était abattue sur mon ennemie qui m'avait traité d'orpheline. C'était marrant mais, du coup, pendant deux semaines, je n'avais pas le droit de monter ma jument. Mais cette peste de Maeva avait un coquard pendant un mois à cause d'une orange. Qui aurait pu croire qu'un fruit puisse faire autant mal ? Pas moi, en tout cas.

"Riley, dépêche-toi !"

Je suis ma sœur à travers les escaliers. Une dame entre deux-âges me fait face. Elle est assise dans le fauteuil et inspire le respect avec son air strict. Elle porte une robe verte et a, sur les genoux, un chapeau pointu noir comme les sorcières. Ses cheveux sont relevés en chignon. Je trouve son accoutrement un peu ridicule mais cela me semble familier. La dame au chignon me dit :

"Bonjour, Miss White. Je suis Minerva McGonagall, la directrice adjointe du collège de sorcellerie Poudlard. Je suis d'ailleurs aussi professeur de Métamorphose. Vous avez reçu la lettre de aujourd'hui.

- Vous devez toujours vous présenter comme ça ? Non, parce que, sinon, ça doit vraiment être pénible.

- Et vous, vous dîtes toujours ce qui vous passe par la tête ? Non, parce que, sinon, vos professeurs ne doivent pas vous apprécier et doivent souvent vous punir.

- Certes, je suis souvent punie et je suis franche mais ce n'est jamais de ma faute. Et oui, les profs ne m'aiment pas."

Clémentine et ma mère me dévisagent sans comprendre (il n'y a rien à comprendre, si ?). Quant à la directrice adjointe d'un collège qui n'existe pas, elle se pince les lèvres, mi-satisfaite, mi-mécontente.

"Ben quoi ? J'ai rien fait de mal !

- Riley, tu as répondu à une question que personne n'a posée. Tu recommences.

- Miss White, je dois comprendre que ce n'est pas la première fois que vous lisez dans l'esprit des gens ? Sans le vouloir ?

- Vous comprenez très bien, Mrs McGonagall.

- Riley, je t'ai appris la politesse, pas l'insolence !

- Oui, pardon, Maman.

- Ce n'est pas à moi que tu devrais t'excuser.

- Ce n'est rien. J'ai connu pire, Mrs Pitonnad. Reprenons notre conversation, Miss White. Je suis venue ici pour vous parler un peu de Poudlard parce que vous avez été élevée par des Moldus.

- Moldus ? Qu'est-ce que c'est ? Et pourquoi me faire une blague en me disant que je suis admise à Poudlard ?

- Vous êtes inscrite à cette école depuis votre naissance. Vos parents et votre oncle ont fait leurs études là-bas, ils seraient très fiers de vous.

- Vous connaissez ma famille ?

- Oui. J'ai fait mes études avec votre oncle. Vos parents et lui étaient des personnes tout à fait respectables, sans préjugés malgré leur sang.

- Vous savez qui a tué mon oncle ? je demande en m'asseyant face à elle.

- Il est mort en allant sauver une famille de Moldus. Mais, malgré les recherches du Ministère et mes soupçons, le coupable est encore en liberté.

- Qui soupçonnez-vous ? j'insiste.

- Ce n'est pas la raison de ma venue, dit sèchement McGo (son surnom parce que je trouve que son nom est trop long à dire).

- Alors pourquoi vous êtes là ? je rétorque sur le même ton.

- Vous n'avez pas l'air de croire à notre monde.

- Exact. Je veux une preuve, j'insiste.

- Très bien."

Elle sort un long et fin bâton en bois. Elle pointe, avec son morceau de bois, le vase qui est dans la famille depuis plusieurs générations et s'exclame :

"Reducto !"

Le vase explose en mille morceaux. Je suis sidérée. D'ailleurs, mon petit frère, qui vient de débouler dans le salon, s'écrie :

"Ferme la bouche, tu vas baver !

- Mrs. McGonagall, sans vouloir vous manquez de respect, ce vase est dans ma famille depuis très longtemps ! siffle ma mère, très en colère.

- Reparo."

Devant la tête de ma famille, j'éclate de rire. J'ignore pourquoi mais cet acte de magie ne m'étonne pas plus que ça.

"C'est donc vrai."

Mon petit frère ne tient plus en place. Il sautille partout en disant :

"Ma sœur est une sorcière ! Ma sœur est une sorcière ! Ma sœur est une...

- Austin, un peu de tenue ! Mrs McGonagall est là. Mais, Riri, je suis fière de toi.

- Maman, comme tu viens de l'insinuer, nous avons de la visite. Donc, déjà que ce surnom ne me plaît pas, ce n'est pas convenable de l'utiliser devant la directrice-adjointe.

- Je vais vous laisser en famille.

- Mais ne faîtes pas attention à nos petits commentaires, vous pouvez rester !

- C'est gentil, Miss Pitonnad. Mais j'ai à faire. Miss White, quant à vous...

- Je vous raccompagne," je l'interromps en sentant son ton hésitant.

Une fois devant le grand portail, elle me dit :

"Miss White, notre monde n'est plus aussi sûr qu'avant. Votre génération devra affronter des temps sombres.

- Pourquoi ?

- Un mage noir terrifie la communauté sorcière. Quand vous irez faire vos achats scolaires à Londres, soyez prudente, elle me conseille.

- Mais Londres est si loin ! Et, vu la liste des fournitures, je doute que l'on trouve tout ça dans la capitale.

- Je vous note l'adresse sur ce parchemin. Vous saurez quand vous y serez. Ensuite, demandez Tom. Expliquez votre situation, il vous aidera. Ah, et... Le Professeur Dumbledore m'a demandé de vous remettre la clé de votre coffre. N'oubliez pas d'être prudente.

- Est-ce-que ma famille risque quelque chose ?" je demande, inquiète pour elle.

Ma question n'obtient pas de réponse. Mais pourtant, tout en parlant, elle fait apparaître un petit parchemin où elle note : "Charing Cross Road, Le Chaudron Baveur. Aller à Gringotts et demander d'aller au coffre n°394."

"Ma mère voyage tout le temps. Et elle ne m'a jamais parlé de la voie 9¾. Comment on accède à ce quai ? Il y a sans doute un truc. Après tout...

- En effet. Foncez droit dans le mur. Vous comprendrez une fois là-bas. N'oubliez pas d'envoyer une réponse avant la date indiquée.

- Merci de me le rappeler, je suis étourdie."

Souriant, ou plutôt se déridant, un peu face à mon ironie, ma future professeure disparaît. Toute cette magie est si nouvelle mais elle me semble si familière. Sans doute parce que mes parents et mon oncle étaient sorciers et qu'ils pratiquaient la magie devant moi. Je souris, ravie d'avoir trouvé un monde. Mon monde qui m'accepte, moi, tel que je suis.

Note de fin de chapitre :

Comme vous avez pu le voir, nous connaissons déjà le nom du meurtrier de l'oncle de Riley. C'est un peu un mystère à la Columbo où nous connaissons déjà l'assassin. Ce qui sera interressant, c'est de voir comme notre chère Riley va le découvrir.

Bref !

Les conseils sont évidemment bienvenus,

À la prochaine pour le chapitre suivant !

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.