S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

72e édition des Nuits d'HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 72e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 15 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir vous inscrire !
Pour connaitre les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A très bientôt !
De L'équipe des Nuits le 07/12/2017 21:07


Sélections du mois


Chers et chères membres d'HPF,

Les votes pour la sélection Echange de Noël du mois de décembre sont en cours. Vous pouvez découvrir les choix des lecteurs et voter jusqu'au 31 décembre pour les textes que vous avez aimés sur ce topic !

Pour commencer l'année 2018, nous vous proposons de revenir aux prémices de Poudlard et de la magie au Royaume-Uni avec le thème des Fondateurs du mois de janvier : n'hésitez pas à soumettre vos coups de coeur ici !

Félicitations aux textes sélectionnés sur le thème Minerva McGonagall : Princesse pour L'odeur des Magnolias,TheNightCircus avec deux fanfictions qui sont Tel qu'il était et As time goes by ainsi que Litchi pour Une erreur de jeunesse !



Vous pouvez toujours trouver l'ensemble des Sélections du Mois sur le site et proposer vos thèmes et idées sur les topics du forum.

Nous avons pris un peu de retard sur le nouveau système de vote mais il devrait être prêt pour lancement début 2018.
De L'équipe des Podiums le 04/12/2017 20:52


3e Edition des Nuits Insolites


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 3e édition des Nuits Insolites se déroulera le samedi 2 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir vous inscrire !
Les modalités de participation sont disponibles sur le même topic. A très bientôt !
De L'équipe des Nuits le 26/11/2017 10:58


Concours officiel de Drabbles


Chers membres d'HPF,

En partenariat avec les Editions Jungle, l'équipe de communication vous propose un Concours de Drabbles à partir des planches de la bande dessinée « A Poudlard ».



Comment participer ? A partir des planches proposées par notre partenaire, vous devrez écrire un texte de 100 à 500 mots sur un des thèmes suivants : Intrus à l'école, Serpentard et Polynectar.

Vous trouverez les conditions de participation sur le blog ici : modalités du concours de drabbles. Aucune inscription n'est requise !

Le vainqueur remportera un exemplaire de l’album « A Poudlard » tome 2 pour Noël !
De L'équipe Communication le 25/11/2017 19:41


71e édition des Nuits d'HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 71e édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 25 novembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir vous inscrire !
Pour connaitre les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A très bientôt !
De L'équipe des Nuits le 11/11/2017 11:24


Sélections du mois


Chers membres d'HPF,

Les votes pour la sélection Minerva McGonagall du mois de novembre sont en cours. Vous pouvez découvrir les choix des lecteurs et voter jusqu'au 30 novembre pour les textes que vous avez aimés sur ce topic !

Vous avez participé à un Echange de Noël ces 10 dernières années ? Ou avez adoré une fic écrite dans le cadre de cet échange ? Pour ses dix ans, les propositions sont donc ouvertes pour le thème Echange de Noël du mois de décembre : n'hésitez pas à soumettre vos coups de coeur ici !

Félicitations aux textes sélectionnés sur le thème Univers Alternatif : AngelStars et sa fic longue Une histoire de constellation ainsi que Laney avec Tu m'appartiens !



Vous pouvez toujours trouver l'ensemble des Sélections du Mois sur le site et proposer vos thèmes et idées sur les topics du forum.
De L'équipe des Podiums le 04/11/2017 21:57


Les Secrets d'une Bonne Mayonnaise par MDLM

[8 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Une petite histoire sans prétention qui comportera au total dix-sept chapitres. Neuf sont actuellement écrits.

31 août 2007.


Comme à chaque fois que j'empruntais le Magicobus, j'avais envie de gerber. Les conducteurs de ce véhicule semblaient tous avoir un profond mépris pour le code de la route et slalomaient entre les voitures sans aucun respect pour les limitations de vitesse ou encore les feux rouges. Actuellement, le fameux autobus à impériale zigzaguait dans les rues de Bristol, mais je savais que ça n'allait pas durer. Et effectivement, à peine deux secondes plus tard, un grand « clang » retentit et le bus réapparut au cœur de Londres. Comprenant que mon arrêt était bientôt arrivé, je ramassai mon sac qui avait chuté au sol avec la force de l'impact et me levai en prenant soin de m'accrocher pour ne pas tomber à mon tour.


- Hyde Park ! tonitrua Tommy, le conducteur, avec entrain.


En retenant un soupir de soulagement, j'avançai en direction de la porte.


- A tout à l'heure ma p'tite Maya ! s'exclama à nouveau Tommy alors que je sautai du marchepied.


Je lui envoyai un sourire timide puis descendis pour de bon. J'avais beau détester ce moyen de transport, j'étais comme qui dirait une habituée du Magicobus. Depuis que mes parents n'étaient plus capables de transplaner, c'était devenu l'un de mes rares moyens de me déplacer, et j'avais fini par nouer quelques liens avec Tommy et David, les deux membres de l'équipe de la compagnie, respectivement chargé de la conduite et du bien-être des passagers. Quoi que « bien-être » était un grand mot. Disons plutôt que David était chargé de vérifier qu'on était toujours en vie après chaque virage dangereux. Et ces derniers étant assez fréquents, David était plutôt occupé.


Le Magicobus ne tarda pas à disparaître de la rue paisible où il m'avait déposée et je me mis en marche pour rejoindre une avenue plus fréquentée qui donnait également accès au célèbre Hyde Park, lieu où j'avais rendez-vous avec mes deux meilleures - et seules - amies : Victoria Goldstein et Meredith Sheperd. En arrivant devant les grilles du parc, je constatai que j'étais la première et jetai un œil à la montre à moitié cassée qui traînait toujours dans ma poche. Un léger sourire se dessina sur mes lèvres lorsque je remarquai que j'étais parfaitement à l'heure et je m'appuyai contre les barrières en profitant de la douce brise qui me parvenait maintenant que j'étais à l'ombre des arbres. Cinq minutes plus tard, j'entendis un grand cri et une masse de cheveux bruns se jeta sur moi en hurlant :


- JOYEUX ANNIVERSAIRE !


Je fis la grimace alors que Victoria me serrait contre elle à m'en étouffer. Je détestai ce genre de contact physique pour deux raisons : d'une part parce que je ne voyais pas l'intérêt de se témoigner ainsi notre affection en public, et d'autre part parce que Victoria, qui raffolait des câlins, avait la fâcheuse tendance de systématiquement placer ses mains sur mes poignées d'amour, chose que je détestais. D'autant plus que la dernière fois que l'on s'était vues remontait à une semaine à peine.


- Tu m'étouffes, Vicky ! fis-je en lui rendant mollement son étreinte.


Sans perdre de son enthousiasme, Victoria me lâcha, un immense sourire barrant son visage rieur.


- Alors ça y est, tu es majeure maintenant ! Ma petite May' est majeure !


Je me retins de lui faire remarquer qu'elle avait à peine deux mois de plus que moi et que je la dépassais de plusieurs centimètres et me contentai de lui faire un pauvre sourire.


- Par Merlin, c'est fou ce que tu as mauvaise mine ! poursuivit-elle, continuant à monologuer toute seule. Tu as encore passé la semaine enfermée avec le temps qu'il fait ? Je sais que tu détestes la chaleur, mais là tu ressembles à un fantôme !


Je ris jaune alors qu'elle me forçait à tourner la tête pour examiner mes joues pâles, bien loin de la teinte caramélisée des siennes.


- Meredith n'est toujours pas là ? demandai-je pour changer de sujet.


- Non... Tu la connais, la ponctualité et elle ça fait deux. Elle a tellement pris l'habitude d'arriver en retard à ses rencarts que ça s'est ancré dans son ADN.


Je levai les yeux au ciel.


- Quoi que... reprit Victoria. Si elle avait réellement fini par nous prendre pour les garçons avec lesquels elle sort, ce serait inquiétant. Elle ne reste jamais plus d'une semaine avec eux...


Comme si elle avait attendu qu'on parle d'elle pour arriver, la parfaite silhouette de Meredith finit par se dessiner sous le soleil de la fin d'été. Meredith était l'archétype même de la bombe de service. Cheveux blonds et ondulés, yeux bleus comme la mer Méditerranée, taille de mannequin, longues jambes halées... Bref, tout ce que je n'étais pas avec mon teint pâle, mes cheveux châtains, mes yeux marron et ma petite taille. Victoria était quant à elle une petite métisse pas spécialement jolie mais avec un sourire et une joie de vivre si grands qu'on en oubliait vite son apparence physique.


- Les taxis, c'est vraiment l'enfer pour voyager en été ! s'exclama dramatiquement Meredith en arrivant à notre hauteur, faisant mine de s'éponger le front totalement immaculé de la moindre goutte de sueur. Joyeux anniversaire, May' ! enchaîna-t-elle en se tournant vers moi. Tu es prête à fêter ça dignement ?


Je fronçai les sourcils, déjà craintive de ce qui allait suivre, tandis que Vicky et elles échangeaient un regard complice qui m'inquiéta encore plus. Dans un grand éclat de rire, elles m'empoignèrent chacun un bras et me tirèrent à travers la foule qui souhaitait profiter du parc en ce dernier jour des vacances d'été, sans prêter grande attention aux personnes qu'elles bousculaient alors que je me voyais obliger de leur offrir un sourire désolé.


 


***


 


Mes amies ne me lâchèrent pas de la journée, m'entrainant dans divers endroits toujours bourrés de monde. Je n'aimais pas la foule, mais elles semblaient si enthousiastes à l'idée de faire de mon dix-septième anniversaire une journée inoubliable autant pour elles que pour moi que je n'avais pas eu le cœur de le leur rappeler. Le soleil commençait à décliner lorsque, épuisées d'avoir parcouru Londres en long et en large, Victoria proposa de terminer cette soirée dignement.


- Il est plus que temps de rejoindre notre monde ! affirma-t-elle en nous entraînant sur la célèbre avenue de Charing Cross Road.


Elle nous guida jusqu'au Chaudron Baveur où, pour la première fois, on put commander toutes les trois un Whisky-pur-Feu sans se faire recaler par le barman qu'on avait essayé de duper à de nombreuses reprises. On s'assit dans un coin de l'auberge bondée et Meredith étendit ses longues jambes en poussant un soupir de bien-être.


- Je suis crevée ! nous apprit-elle en relâchant sa tête en arrière, mettant ainsi en valeur ses courbes féminines.


J'échangeai un regard désabusé avec Vicky tandis qu'elle se redressait et buvait sensuellement une gorgée de sa boisson. Depuis le temps, on avait bien fini par comprendre que, dans les lieux publics, chacun des gestes de Meredith étaient calculés. Son cerveau se mettait en mode off et tout son corps ne pensait plus qu'à une chose : séduire. Sa technique s'avérait tout de même efficace : quelques jeunes hommes - et même plus vieux que cela mais je ne préférais pas y penser - paraissaient déjà l'avoir remarquée et lui jetaient des regards lubriques de plus en plus appuyés dont elle se délectait. Pour autant, je me doutais que cette technique ne fonctionnait que parce que c'était elle qui la mettait en application. Avec ma morphologie et mon visage tout à fait banal, faire comme elle reviendrait simplement à me ridiculiser.


- Tu n'as toujours pas trouvé un garçon qui vaille suffisamment le coup pour rester avec lui plus de quelques heures ? questionna Vicky qui ne perdait rien de son petit manège.


- Absolument pas. Hormis mon physique rien ne les intéresse. C'est d'un ennui !


Je me fis intérieurement la remarque que, si elle souhaitait qu'on s'intéresse à elle pour son intellect, il fallait sérieusement qu'elle revoie sa technique de drague.


- T'as qu'à faire comme moi, lui dit Victoria. Élargis le champ des possibles.


La métisse ne faisant pas grand cas du sexe de son partenaire du moment qu'il la faisait rire.


- J'ai déjà essayé, rétorqua Meredith. Les filles ne me font ni chaud ni froid.


Amusée, je pris une gorgée de Whisky-pur-Feu que je m'efforçai de ne pas recracher. Je détestais le goût de cet alcool, et la seule raison qui me poussait à le boire était la délicieuse brûlure qui descendait dans ma gorge à chacune des gorgées que je prenais. Et peut être également l'envie de ne pas passer pour une pauvre fille coincée.


- Et toi Maya, du nouveau de ce côté-là ? questionna Victoria en se tournant vers moi.


Je manquai d'exploser de rire.


- La réponse n'a pas changée depuis la semaine dernière, Vicky, lui répondis-je en tentant d'adopter un ton désintéressé. Ça ne m'intéresse pas.


Faux. Complètement faux. Je passai ma vie à rêver d'histoires d'amour débiles avec n'importe lequel des garçons. Il suffisait que l'un deux me fasse un sourire pour que mon cerveau se mette à fantasmer. Cela ne m'empêchait pas pour autant de ne jamais rien tenter. La peur de me faire rejeter était si grande que je préférais attendre que quelque chose arrive. Je savais que si je ne faisais rien, il y aurait peu de chances pour que tout me tombe du ciel, mais je continuais quand même à espérer tout en faisant croire à mes amies que je n'en avais tout simplement rien à cirer pour l'instant. Juste histoire de ne pas virer au ridicule comme ces naïves adolescentes des feuilletons américains qui passaient à la télévision.


- Même pas le gars là-bas ? me proposa Meredith. Il te regarde.


Je jetai un œil au garçon en question et étouffai un ricanement.


- C'est toi qu'il regarde, Meredith. Pas moi. Il a juste un œil qui dit "merde" à l'autre. Tu devrais le savoir, il a été en cours de botanique avec nous pendant les trois dernières années. C'est un Gryffondor.


Victoria explosa de son rire gras et communicatif qui fit se tourner plusieurs regards vers notre table.


- Ah oui, c'est vrai, constata Meredith d'un ton pensif. Qu'est-ce qu'on fait ce soir ? demanda-t-elle en se désintéressant rapidement du pauvre garçon.


- Rien du tout, la coupai-je abruptement. Mes parents veulent qu'on fête mon anniversaire ensemble.


- Quelle plaie, les parents... soupira dramatiquement la blonde en reprenant une gorgée de Whisky.


Je ne voyais pas de quelle plaie elle parlait, ses parents étant d'importants avocats moldus qui passaient peu de temps avec leurs trois enfants dont elle était la seule sorcière. Ils habitaient dans un immense appartement qui devait pouvoir accueillir sans peine ma maison en plus de celle de Victoria et la seule personne qui pouvait éventuellement gêner Meredith dans ses nombreuses sorties nocturnes était son petit frère qui prenait un malin plaisir à lister toutes ses infractions au règlement intérieur de la famille Sheperd.


- C'est vrai qu'ils sont lourds, approuva Victoria dont le père était très à cheval sur les études et ne supportait pas le moindre écart de comportement ; or Vicky les accumulait.


- Ouais, conclus-je. Ils sont lourds, fis-je plus pour moi-même que pour mes deux amies.


Ça aussi c'était un mensonge. Mes parents étaient aussi légers que de l'air. Au sens propre comme au figuré.

Note de fin de chapitre :

N'hésitez pas à laisser un avis si l'envie vous en prend !

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.