S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

78e édition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 78e édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 16 Juin à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaitre les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A très bientôt !
De L'équipe des Nuits le 11/06/2018 12:57


Assemblée Générale 2018


Chers membres d'HPF,

L'Assemblée Générale annuelle de l'association Héros de Papier Froissé, dont dépend le Harry Potter Fanfiction, est ouverte depuis ce soir 18h, et se terminera le dimanche 10 juin 22h. Les discussions et votes se font ici. Vous êtes évidemment les bienvenus, même sans être inscrit sur le forum !

A bientôt sur un de nos sites, ou lors de cette AG !
De Le Conseil d'Administration le 08/06/2018 20:20


Poussières de Temps


Le quatrième ouvrage des Éditions HPF vient de sortir ! Il s'agit de Poussières de temps, une anthologie qui réunit 16 auteurs sur le thème... du temps.

Les Éditions HPF dépendent de Héros de Papier Froissé, l'association qui gère également Harry Potter Fanfiction, et les bénéfices réalisés sur la vente de ce livre nous permettent entre autres de maintenir ce site. Alors si vous avez envie d'un peu de lecture papier pour changer, n'hésitez plus !
De L'Équipe des Éditions HPF le 08/06/2018 10:08


Sélections du mois


Chers et chères membres d'HPF,

Tout d'abord toutes nos excuses pour l'absence de News le mois passé. Nous avons commencé une réflexion sur les Sélections du Mois que nous ne trouvons pas forcément adaptées aujourd'hui à vous, lecteurs et auteurs sur le site non inscrits sur le forum.

Si vous souhaitez participer au changement de format et nous dire ce que VOUS aimeriez avoir (sur quels critères sélectionner un texte ? comment voter ?) n'hésitez pas à remplir le questionnaire suivant ⬇
Questionnaire : les Sélections du Mois

Votre avis est très important parce que nous n'avons pas l'occasion de l'avoir sur le forum ♥


Félicitations aux textes sélectionnés sur le thème Next Gen : M'aimeras-tu ? de Chalusse, 23 ans plus tard de claravictoria, Secrets, Désirs et Complications de mariye et Bloo pour Bellezza !




Félicitations aux textes sélectionnés sur le thème Résistance : Le murmure des plaines de TennyLunard, Les désirs dérangés 2: Les fatalités de Kana94, Polock pour Une mort très douce, A roar of delight de Clairelittleton, ainsi que Charliz pour son texte Le Travers de l'Homme !



Bravo à ces auteurs et autrices !
De L'équipe des Podiums le 06/06/2018 11:13


Les Nuits Insolites d'HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 6e édition des Nuits Insolites se déroulera le Samedi 2 Juin à partir de 20h. N'hésitez pas à venir vous inscrire !
Les modalités de participation sont disponibles sur le même topic.

A très bientôt !
De L'équipe des Nuits le 24/05/2018 13:11


Mise à jour des fiches de présentation des Modératrices


FLASH INFO !

Les Modératrices d'HPFanfiction vous intriguent ? Vous vous demandez qui peut bien passer des journées à lire des chapitres de fics sans lien les uns aux autres, à envoyer des mails, à poster des reviews sur la construction des dialogues ou le rating des fics ? Vous doutez que ces personnes soient réellement humaines ?...

Pour les connaître, rien de plus simple ! Tant pour leurs pseudos que pour leurs têtes (ou du moins, l'aperçu qu'elles acceptent de vous en donner...), rendez-vous dans la section L'Équipe du site, où vous trouverez une mise à jour toute fraîche des fiches de présentation de ces modératrices, réalisées par Bloo. Elles vous présenteront les 8 Schtroumpfettes qui quadrillent le site jour et nuit, et veillent à sa bonne marche !
De Les Schtroumpfettes de compèt' le 22/05/2018 22:22


Stairway to heaven par LucieB9

[9 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Salut !

J'écris cette fiction en écoutant mes musiques préférées, sourtout du rock des années 70-80.

Chaque titre de chapître est le titre de la chanson qui me l'a inspiré ou du moins que j'écoutais en boucle pendant son écriture. Je vous indiquerai la chanson et l'artiste dans les commentaires du chapître si voous voulez l'écouter en même temps.

Voilà ! N'hésitez pas à m'écrire vos commentaires, critiques, idées...

Bonne lecture !

Note de chapitre:

Stairway to heaven de Led Zeppelin

There’s a lady who’s sure, all the glitters is gold, and she’s bying a stairway to heaven.


                Les yeux fermés, je lève doucement les bras vers le ciel, savourant la perfection du moment, la beauté de la musique et du silence attentif des 60 000 personnes qui m’entourent. Je me balance doucement au rythme de la chanson. Les arpèges de guitare se transforment en accords, plus profonds, plus entrainants.


Ooh it makes me wonder, ooh it makes me wonder


                Un sourire se dessine sur mon visage et une chaleur envahit doucement ma poitrine. Le public entier chante avec eux à présent, à l’unisson. L’émotion est trop grande, trop forte, j’ai l’impression que mon cœur va exploser. La prochaine phrase est ma préférée, de toutes les phrases, de toutes les chansons, de tous les artistes que je connais. Cette phrase résonne en moi comme un appel, une vérité.


There’s a feeling i get, when i look to the west, and my spirit is crying for leaving.


                Je chante avec eux, sans forcer, je me laisse porter par la musique. Mon corps suit tout naturellement. Je sais que je danse, mais je ne fournis aucun effort, mon instinct a pris le dessus, je savoure juste le sentiment de plénitude, d’unité. La guitare entame son solo, je me mords doucement la lèvre. Rien n’égalera jamais ce sentiment, cette impression de voler en gardant les pieds au sol, cette communion, cette union par la musique.


                Le refrain reprend, autour de moi, le public entier est en transe. Je n’ai pas un regard pour mes voisins, toute mon attention est concentrée sur le groupe sur scène, sur mes sensations, sur la musique. Pourtant, je suis consciente de la moindre de leurs émotions, tout simplement parce que ce sont aussi les miennes. Ils prolongent leur morceau, le plus longtemps possible, enchainant les solos, les improvisations, reprenant encore et encore le refrain. Jamais je ne pourrai leur exprimer ma reconnaissance pour ces quelques minutes supplémentaire d’extase. C’est tellement bon, tellement puissant, si seulement ils pouvaient continuer pour toujours. Mais progressivement, ils ralentissent. Leur dernière mesure approche. 


And she’s bying a stairway to heaven…


                Les dernières notes restent suspendues un instant. Je ferme les yeux, dans un silence presque religieux. Puis les applaudissements et les cris résonnent, déchirant la nuit. Les bras en l’air, je crie à m’en abimer les cordes vocales, j’applaudis à m’en écorcher les mains. Ils s’avancent sur le devant de la scène et saluent, leurs fronts brillants de sueur, leurs visages affichant la même euphorie mêlée d’épuisement que les nôtres. C’était leur dernière chanson, je le sais. La dernière chanson du dernier groupe du dernier jour du dernier festival de l’été. J’aimerai tellement la faire durer, pouvoir rester ici, à l’un des seuls endroits où je me sens parfaitement à ma place, où je peux être pleinement moi-même.


                Lorsque les applaudissements se tarissent, un mouvement de foule me pousse indéniablement vers la sortie. Malgré mes protestations Alec m’attrape le bras et m’entraine avec lui.


                « Aller viens Izia, c’est fini… »


                La main dans la main, nous nous laissons porter par le flot incessant de spectateurs. Après de longues minutes coincées dans la foule, à se battre pour rester ensemble, nous nous retrouvons enfin de l’autre côté des barrières où l’espace nous permet de respirer plus librement. Alec me prend par les épaules, je pose ma tête sur son torse et, en silence, nous rejoignons sa voiture.


                Alec est mon meilleur ami. Nous avons grandi dans le même petit village écossais, coincé entre lac et montagne, complètement isolé du monde. Malgré notre différence d’âge (Alec tire sur ses vingt ans quand je n’en ai que seize), nous avons toujours entretenu une amitié fusionnelle. Il y a entre nous une compréhension, une paix, une acceptation que je n’ai jamais retrouvée avec qui que ce soit d’autre. Et ce qui nous uni par-dessus tout est notre passion pour la musique, le rock surtout. Depuis mes treize ans, nous passons tous nos étés ensemble, à tenter de participer à un maximum de festivals de musique. Cette année, nous avons atteint notre record : neufs festivals en deux mois, soit un par week-end. Pourtant, ce n’est jamais assez. Si seulement toute l’année pouvait ressembler à nos étés.


                Confortablement installée sur le siège passager de la petite voiture, le regard perdu au dehors, je dessine distraitement des vagues par la fenêtre avec mon bras gauche. Alec conduit en silence, concentrée sur la route. Après une demi-heure de calme, à réécouter les chansons qui résonnent encore dans nos oreilles, ce dernier se moque doucement :


                « Fait pas cette tête Princesse ! Toi au moins dans une semaine tu rejoins ton collège de magicien bad-ass alors que moi, pauvre moldu que je suis, je vais retourner galérer entre la fac pourrie de Stirling et mon ptit boulot au magasin de disque… »


                J’esquisse un sourire. Il a raison. Si je n’ai pas tellement hâte de retrouver mes camarades de l’école, auprès de qui je n’ai pas vraiment réussi à trouver sa place, je vais au moins pouvoir reprendre le Quidditch, et la plupart mes cours sont tout simplement passionnants. Alors que mon ami est coincé dans une université de seconde zone, dans une ville ennuyeuse et dans un petit boulot qui a comme seul avantage de lui permettre de découvrir certains CDs en avant-première.


                Je n’ai pas pu m’empêcher de lui avouer, le jour où j’ai reçu ma lettre de Poudlard, la vérité sur la mystérieuse école dans laquelle l’ensemble de mes frères et sœurs passaient leur scolarité. Je sais bien que c’est contre les conseils du Ministère de la Magie mais Alec est mon meilleur ami et lui mentir sur quelque chose d’aussi important pour moi était impossible. Je lui ai donc raconté, dans un murmure, après lui avoir fait promettre une bonne centaine de fois de ne jamais répéter notre secret, le monde des sorciers.


                « Tu sais, tu devrais arrêter la fac. »


Il m’adresse un sourire railleur.


                « A oui ? Et pour faire quoi ? »


                « De la musique. »


                Il sourit de plus belle, un sourire rêveur à présent.


                « Je peux pas faire ça, c’est trop incertain, et mes parents ont pas les sous pour m’aider. »


                « Je sais tout ça, mais tes chansons sont incroyables. C’est du gâchis que tu les gardes pour toi. »


                Il me regarde dans le rétroviseur, plein de gratitude.


                « T’es adorable, mais je peux pas tout quitter comme ça. Je suis pas comme toi, je sais pas sauter la tête la première. »


                Je souris, il a tort, je le sais, il est exactement comme moi, tout ou rien. Il a juste peur, et je comprends, vraiment, l’inconnu est terrifiant. Mes premiers jours à Poudlard étaient terrorisants, mais tellement excitants en même temps, et pourtant, mes frères et sœurs étaient là, et mes parents m’avaient raconté leur scolarité en détail. J’aimerai qu’il puisse vivre ça lui aussi, ce mélange de peur et d’envie. Mais je me tais, quand il voudra, quand il sentira que le moment est venu, il partira ; il ira à Londres et jouera sa musique pour une fois au lieu d’écouter et de vendre celle des autres ; j’en suis persuadée.


Depuis tout petit, il joue de la guitare, du piano, du saxophone et de la batterie. Et il chante bien sûr. C’est de cette façon qu’on s’est rencontrés la première fois. Il jouait une de mes chansons préférées, dans un champ au-dessus de notre village et je suis venue chanter et danser avec lui. Je ne chante plus tellement maintenant, enfin jamais seule. Je chante plutôt juste mais ma voix n’a rien d’extraordinaire. Par contre je danse, à la moindre note de musique je ne peux pas m’empêcher de danser. Du coup j’ai pris quelques cours, afin d’arrêter de me ridiculiser à chaque fois que quelqu’un allumait la radio. Maintenant je maitrise le rock, la salsa, le classique, le jazz et, dans mes heures perdues, le tango.


Je baille à m’en décrocher la mâchoire. Il est presque 4h maintenant, et nous avons commencé à faire la fête autour de 16h, la fatigue me rattrape enfin. A mes côté, Alec se met à bailler à son tour.


« Ça te va si on s’arrête à la prochaine aire ? » Soupire-t-il


J’acquiesce en étouffant un deuxième bâillement. Une dizaine de minutes plus tard, notre petite voiture s’arrête sur le parking d’une aire d’autoroute parfaitement déserte à cette heure tardive. Je descends en titubant, retrouvant doucement les sensations dans mes jambes endolories. Après être aller me brosser les dents dans les toilettes de la station-service, je rejoins Alec, immobile devant le coffre ouvert, qui dors déjà debout. Du coffre de la petite voiture, je sors une couverture et un oreiller de fortune et les installent sur la banquette arrière. Puis, j’attrape mon plaid et un deuxième oreiller et me blottis dans le siège passager. Derrière moi, j’entends mon meilleur ami lutter pour trouver une position confortable dans son lit de fortune. Quand les bruits s’arrêtent je murmure.


« Bonne nuit rock star ! »


Je peux presque l’entendre sourire. Dans un soupire, il me répond.


           « Bonne nuit Princesse ! »

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.