S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Sélections du mois


Chers membres d'HPF,

Les votes pour la sélection Maraudeurs du mois de septembre sont en cours. Vous pouvez découvrir les choix des lecteurs et voter jusqu'au 30 septembre pour les textes que vous avez aimés sur ce topic ! D'ailleurs, si vous aimez écrire sur James Potter et Sirius Black, un projet est en cours sur le forum, un Halloween Maraudesque !

Harry à Serpentard ? Voldemort a gagné la guerre ? Sirius n'est pas mort ? Vous avez lu un texte qui présente une réalité alternative, un "et si ça n'avait pas eu lieu ?" et vous aimeriez le partager ? Alors n'hésitez pas ! Les propositions sont donc ouvertes pour le thème Univers Alternatifs du mois d'août : n'hésitez pas à soumettre vos coups de coeur ici !

Félicitations aux textes sélectionnés sur le thème Nuits d'HPF : Catie voit deux de ses textes sélectionnés avec Voûte Céleste et Ma faiblesse ! Eanna l'accompagne avec Sous l'océan !



Nous aimerions vous proposer un système de vote et de proposition qui ne nécessite pas l'inscription sur le forum : seriez-vous intéressé ? N'hésitez pas à nous le dire en commentaire ! Vous pouvez toujours trouver l'ensemble des Sélections du Mois sur le site et proposer vos thèmes et idées sur les topics du forum. Vous êtes intéressé par gérer ces Sélections ? Mettre en avant les textes du mois ? Ça tombe bien, l'équipe recrute ! Les modalités sont ici !
De L'équipe des Podiums le 10/09/2017 21:10


HPF invite vos fanfictions au Bal des Sorciers



Cette année, HPF n’aura pas de stand au Bal des Sorciers, mais cela n’empêchera pas notre conquête du monde de s’étendre. Comment marquer les esprits si nous ne sommes pas présents allez-vous dire ? C’est très simple : notre plan machiavélique consiste à proposer un recueil de fanfictions que les personnes présentes lors de l’événement découvriront grâce à nos flyers qui inonderont la salle !



Ingénieux n’est-ce pas ? Mais ce n’est pas tout… le recueil sera composé uniquement d’inédits. Et pour le proposer, nous avons besoin de vous chers membres de l’association ! Et oui, qui mieux que vous pour transmettre le savoir-faire d’HPF !

Laissez libre court à votre imagination et profitez d’un projet sans contraintes ou si peu !

Toutes les modalités sont disponibles sur le forum.
De Le Conseil d'Administration le 05/09/2017 15:59


69e édition des Nuits d'HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 69e édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 9 septembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir vous inscrire !
Pour connaitre les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A très bientôt !
De L'équipe des Nuits le 04/09/2017 18:44


68ème édition des Nuits


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 68e édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 26 août à partir de 20h. N'hésitez pas à venir vous inscrire !
Pour connaitre les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A très bientôt !
De L'équipe des Nuits le 10/08/2017 19:16


Sélections du mois


Chers membres d'HPF,

Les votes pour la sélection des Nuits d'HPF du mois d'août sont en cours. Vous pouvez découvrir les choix des lecteurs et voter jusqu'au 31 août pour les textes que vous avez aimés sur ce topic ! N'hésitez pas à participer d'ailleurs à la première édition des Nuits insolites demain soir !

Les propositions sont ouvertes pour le thème Maraudeurs du mois d'août : n'hésitez pas à soumettre vos coups de coeur ici ! Il s'agit de textes centrés sur les Maraudeurs (de leur histoire à leurs méfaits en passant par la célèbre carte), mais pouvant être du point de vue d'un seul des quatre garçons.

Félicitations aux textes sélectionnés sur le thème Comédie : Confessions d'une voyante en pleine crise existentielle de Jalea et RB de Ptitcouik !



Vous pouvez toujours trouver l'ensemble des Sélections du Mois sur le site et proposer vos thèmes et idées sur les topics du forum.
De L'équipe des Podiums le 04/08/2017 19:25


1ère Edition des Nuits Insolites


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 1ère édition des Nuits Insolites se déroulera le samedi 5 août à partir de 20h. N'hésitez pas à venir vous inscrire !
Les modalités de participation sont disponibles sur le même topic. A très bientôt !
De L'équipe des Nuits le 31/07/2017 23:26


Journal absurde d'une sorcière raisonnable par Pikenikdouille

[0 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Cette histoire se compose de 8 chapitres: nombre de lettre du prénom Sibylle.

Chaque chapitre aura pour titre un terme pour décrire Sibylle selon Minerva.

Note de chapitre:

Singulière (adj. qual.): -qui est unique, particulier, qui ne concerne qu'un seul individu

 -qui attire l'attention par son caractère étonnant, étrange, curieux

Jour 1


            Si quelqu’un lit un jour ces mots, c’est certainement que je suis morte. Je n’imagine pas être capable d’assumer ces pages comme étant la plus pure et la plus profonde vérité. Et pourtant, j’ai l’intention de faire preuve ici de la sincérité la plus totale… C’est même la raison d’être de ce journal : me permettre d’écrire toutes ces choses qui me hantent et que je ne peux partager avec personne…


Encore moins pas avec toi, Sibylle


Ce journal, c’est pour, et à cause de toi que je le commence aujourd’hui…


Pour toi, à qui je suis incapable de parler de ce que je ressens.


A cause de toi, qui ne vois pas combien j’aurais besoin de t’en parler, ou qui prends plaisir à l’ignorer.


Je ne peux pas me résoudre à réclamer ton attention. C’est au-dessus de mes forces. Je suis bien trop fière pour ça. Il y a des moments où je sens que je pourrais venir jusqu’à toi et te le demander : « écoute-moi ». Ce n’est pas si difficile. Dans ces moments-là je me sens faiblir et, oui, je pourrais venir te le demander… Mais quelque chose me retient. Quelque chose qui me parait simplement être moi ! Alors j’en viens à me dire que c’est une autre qui prend le contrôle de mon esprit quand j’ai tellement envie de venir te parler… J’ai la sensation de commencer à perdre la tête, à devenir aussi incohérente que toi et cette idée m’est intolérable ! J’espère y voir plus clair en me débarrassant régulièrement de ces pensées parasites et ineptes dans ce journal !


 


Jour 2


Voilà l’exemple parfait de ce qui m’a conduite à entamer ce journal :


Ce matin, au petit-déjeuner, Sibylle arrive dans un état de folie évidente. Nos élèves encore à moitié endormis se retournent sur elle et elle n’a même pas l’air de s’en rendre compte ! Elle titube à moitié au milieu de la grande salle et parvient (par quel miracle ?) à la table des professeurs. Il faut toute la bienveillance du professeur Chourave pour l’aider à s’installer et lui servir une tasse de thé… A la vue de cette scène, je suis exaspérée ! Donner une image pareille de l’école ! Que penseraient les parents de nos élèves ?! Et la réputation de Poudlard là-dedans ? Est-ce que Sibylle s’en moque totalement… ?


En y pensant, je suis encore révoltée… Mais en même temps, je la revois, indifférente au monde extérieur, aux murmures autour d’elle et aux regards moqueurs. Tout à l’air de glisser sur elle, comme si elle était au-dessus, intouchable, inaccessible… Pourquoi est-elle si lointaine, si hermétique et si incompréhensible ?


Ho, je sais bien, Sibylle, ce qui se passerait si je te posais ces questions ! Tu me toiserais de cet air supérieur que tu aimes prendre devant les gens comme moi qui ne croient pas à la Divination… Tu me reprocherais mon esprit étriqué et mon absence total de troisième œil. Peut-être même que du bout des lèvres, tu me plaindrais…


Mais à qui d’autre qu’à toi pourrais-je confier ce que je ressens ? Je me suis sérieusement posée la question, et je n’ai trouvé personne. Ce n’est pas la faute de qui que ce soit. Beaucoup de gens seraient dignes de mes confidences mais c’est moi qui ne m’en sens pas capable… Je tremble à l’idée que l’on puisse me découvrir sous ce jour-là… Je suis trop fière de ce que tout le monde semble penser de moi. Mais avec toi, je pourrais me livrer : je n’ai pas peur de ton jugement. Il m’est égale puisque nous n’avons pas les mêmes valeurs. Il ne représente rien pour moi…


Ce soir encore, je suis penchée sur mon bureau, à écrire. Mon dos devient douloureux. Mes doigts sont crispés sur ma plume. Je sens la fatigue roder autour de moi… J’ai beau savoir que demain, quand le jour sera levé, je me sentirai mieux, en cet instant, je voudrais que tu sois là, auprès de moi… Toi et personne d’autre. Et je ne comprends pas pourquoi.


Au moins ce journal a-t-il la vertu de canaliser ces sentiments…


 


Jour 4


J’espère que tu ne devineras jamais le fond de mes pensées, Sibylle… Comme tu aurais raison de te moquer de moi ! Je suis incapable de résister aux émotions que tu me fais éprouver. Elles me prennent toujours par surprise ! La seule chose que je puisse faire (et je le fais autant que je peux) c’est t’éviter… Mais crois-le ou non, plus je m’y applique, et plus il me semble que nous nous rencontrons à chaque instant !


Alors, prise de court, je sens ma gorge se serrer, les battements de mon cœur ont l’air de se suspendre… J’attends un mot, un geste de toi. Et mes espoirs sont continuellement déçus. Je me demande même si tu te rends compte que nous nous sommes croisées et que je suis restée là, seule au milieu du couloir !


Quelquefois, pourtant, ton regard embué passe sur moi et à travers les verres grossissants de tes immenses lunettes, je vois bien que tu m’as vue aussi. D’ailleurs, tu as ce geste de repli sur toi-même, comme si tu craignais que je te fasse du mal… J’en viens à penser que tu n’as peut-être pas tort… Tu m’es insupportable au point que j’aimerais parfois t’attraper et… Je ne sais pas. Je crois que je ne serais pas capable de te faire quoi que ce soit.


Quelque chose se consume en moi. Quelque chose où se mêle toutes les passions, haine et désir. Un feu qui ne s’allume qu’en ta présence, qui s’éteint quand tu t’éloignes et que j’essaye vainement de rallumer seule, en pensant à toi.


 


Jour 7


Il faut que je sois la dernière des idiotes pour ne pas y avoir pensé plus tôt ! J’ai dû avaler une potion, un philtre…


Je ne suis ni amoureuse, ni révulsée au point de vouloir m’en prendre physiquement à Sibylle. C’est tout simplement inconcevable ! Ça ne me ressemble pas. Elle est exactement tout ce que je déteste mais je ne ferais jamais de mal à quelqu’un pour cette seule raison ! De toute évidence, cette attirance et cette répulsion absurdes et excessives sont dues à une mauvaise blague, ou à une erreur de destinataire. Quelqu’un aura voulu se faire aimer de moi et par maladresse il m’aura amourachée de Sibylle… Ou bien, Sibylle cherche à pimenter sa folie solitaire et avec toute la gaucherie qui est la sienne, elle aura fabriqué le poison qui me rend malade d’elle… Je me demande pourquoi elle a voulu m’empoisonner moi particulièrement… Mais chercher à comprendre une femme comme elle est une quête absurde.


Quoi qu’il en soit, j’ai ingurgité cet horrible poison et me voilà en proie à des élans passionnés pour cette chouette à lunettes ! Je vais immédiatement me concocter un antidote bien corsé, et nous verrons bien si un malheureux philtre aura ma peau !


 


Jour 8


J’ai quand même voulu attendre : il fallait peut-être laisser passer la nuit pour que l’antidote agisse… ? Ce matin, il m’a semblé que je me sentais mieux. J’avais l’impression d’être soulagée d’un poids. Pour en avoir le cœur net, je me suis rendu au sommet de la tour du nord et, j’ai frappé à la porte; à la trappe plus exactement, de la salle de Divination…


En entendant la voix douce et mystérieuse de Sibylle qui m’invitait à entrer, mon cœur a bondi dans ma poitrine. Dans l’embrasure de la trappe, j’ai découvert les troisième-année devant leurs boules de cristal et tout au fond de la pièce, Sibylle est sortie du brouillard en faisant onduler sa silhouette mince enveloppée de tissus colorés… Elle a dit « Mi-Mi-Minerva ? ». J’ai simplement réussi à m’excuser et je me suis presque enfuie en courant dans l’escalier !


Rien n’avait changé. La même émotion m’a coupé le souffle quand nos regards se sont croisés !


Cette situation ne peut plus durer ! J’ai pensé solliciter l’aide de mes collègues, puis celle d’Albus en personne, mais je refuse de me soumettre aux questions et de dévoiler ma faiblesse à des personnes aussi proches ! J’ai trouvé une meilleure idée : je vais me rendre Allée des Embrumes. Il y aura bien quelque chose pour me ramener à la raison ! Quelque chose d’efficace, de puissant, d’immédiat et de définitif !


 


Jour 10


Il m’a fallu attendre le weekend pour effectuer cet achat que je ne regrette pas… Je n’avais jamais poussé la porte d’une de ces boutiques obscures mais, ce malheureux épisode de ma vie aura au moins permis que je découvre qu’il y a aussi de bons magasins dans cette rue ! En tout cas, l’apothicaire a eu l’air de bien connaître le problème et il m’a conseillé une potion ma foi peu engageante mais absolument adaptée ! Après l’avoir avalée, je me suis empressée d’aller trouver Sibylle et nous avons eu une conversation parfaitement normale ! Au moins aussi normale que celles qu’on peut avoir avec Sibylle… Je n’ai absolument rien ressenti en la voyant. J’ai seulement eu envie de l’étrangler, à un moment. Quand elle m’a tourné le dos pour s’en aller, je crois que j’aurais pu la poignarder ! Mais je n’avais pas de couteau…


Désormais, je n’ai plus peur de la croiser. J’attends même avec impatience de pouvoir être seule avec elle, et j’espère qu’à ce moment-là… Oui, bien sûr, il y a un effet secondaire dont le vendeur ne m’avait pas parlé : je fais certains rêves. En temps normal, je parlerais de cauchemars, mais en ce moment, ces songes-là me remplissent de joie et d’un certain type de plaisir… Je rêve chaque nuit que je cours après Sibylle et qu’à bout de force, elle s’effondre sur le sol. Alors, selon les circonstances, je la précipite du haut d’une falaise ou bien je l’achève d’un Avada Kedavra


Je pense que ce n’est qu’une phase… Ces symptômes vont certainement disparaitre d’eux-mêmes.


 


Jour 11


Par Merlin, qu’est-ce que j’ai fait ?!


J’étais tranquillement dans la réserve de la bibliothèque quand, soudain… Je ne sais plus ! Je suis revenue à moi aux abords de la forêt interdite. J’étais trempée de pluie et je pointais ma baguette sur Sibylle qui, l’air désemparée, pointait elle aussi sa baguette sur moi tout en protégeant son visage de son bras libre… Ce qui m’a véritablement ramenée à moi, je crois, ce sont ses paroles : « Minerva, je vous en prie… » La voix de Sibylle était implorante. Ses lèvres tremblaient de froid et de peur. Elle avait les yeux pleins de larmes et les cheveux imbibés d’eau de pluie…


Elle n’a plus été capable de parler jusqu’à ce que je l’aie raccompagnée dans sa chambre. Je lui ai répété inlassablement combien j’étais désolée, et que je ne me souvenais de rien ! Finalement, alors que je lui essuyais doucement les cheveux en m’excusant, elle a murmuré que ce n’était pas grave et qu’elle ne m’en voulait pas. Mais malgré mes questions, elle n’a pas réussi à m’expliquer comment nous en étions arrivées là. Je n’ai pas osé insister.


Je sais que c’est totalement déplacé, j’aurais dû m’en vouloir au point d’avoir envie de disparaitre, mais pendant que je m’assurer que Sibylle était en bonne santé, je me sentais bien. Tellement bien ! Je m’occupais d’elle et elle se laissait faire, humble et timide. Finalement, elle m’a demandé de partir : elle se sentait mieux. Comme il était tard et que je lui avais assez causé de soucis, j’ai trouvé la force de la quitter. Mais j’aurais voulu rester encore. La regarder dormir. Je ne sais pas bien ce que j’aurais voulu au juste…


Il faut à tout prix que je retrouve mes esprits avant qu’il arrive une catastrophe !


 


Jour 12


Elle a fait comme si elle ne m’avait pas vue !


Au petit-déjeuner, d’abord, elle a attendu que j’aie terminé pour venir s’assoir. Puis dans le couloir du troisième étage, en m’apercevant elle a tourné la tête. Elle a fait exactement comme si elle ne m’avait pas vue et j’en suis…complétement désolée !


Je ne sais pas si elle me craint, si elle a peur que je lui fasse du mal, ou si elle n’a simplement aucune envie de se retrouver en face de moi. J’aimerais au moins qu’elle sache que je n’avais aucune envie qu’on en arrive là. Je voudrais la réconforter. Jamais je ne pourrais la blesser. Pas volontairement en tout cas !


J’ai bien réfléchi et c’est évidemment cette abominable potion achetée sur l’Allée des Embrumes qui a dû me pousser à lui vouloir du tort ! Comment ai-je pu être suffisamment stupide et naïve pour avaler une potion sans savoir ce qui la composait ?! J’ai bien envie de retourner dans la boutique et d’y mettre le feu, mais je crois que j’ai fait assez de folies pour le moment…


Je suis bien punie en tout cas… La seule personne avec qui je me sens bien m’évite au point que je n’ai pas plus de chances de la croiser que de rencontrer par hasard un magyar à pointes…


J’ai bien pensé à écrire une lettre à Sibylle pour lui dire… Mais lui dire quoi au juste ? J’ai déjà suffisamment répété que j’étais désolée sans parvenir à la convaincre, manifestement. Je crois également qu’elle a compris que j’essayais de la voir mais son attitude est parfaitement claire, pour une fois : ce n’est pas réciproque.


Il faut donc que j’oublie toute cette histoire. Voilà la conclusion à laquelle je suis forcée de me résoudre. Ce sentiment étrange qui m’a étreinte va probablement se dissoudre comme il est apparu : par magie. Quelque chose m’a poussée vers Sibylle Trelawney. J’ignore quoi, j’ignore comment et pour quelle raison. Mais cette chose va s’évaporer. Je vais cesser d’y penser. Je vais reprendre le cours de mon existence.


Et ce journal va s’arrêter.

Note de fin de chapitre :

Vous l'aurez compris: ce journal va au contraire se poursuivre!

Nous n'en sommes qu'au début...

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.