S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

71e édition des Nuits d'HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 71e édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 25 novembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir vous inscrire !
Pour connaitre les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A très bientôt !
De L'équipe des Nuits le 11/11/2017 11:24


Sélections du mois


Chers membres d'HPF,

Les votes pour la sélection Minerva McGonagall du mois de novembre sont en cours. Vous pouvez découvrir les choix des lecteurs et voter jusqu'au 30 novembre pour les textes que vous avez aimés sur ce topic !

Vous avez participé à un Echange de Noël ces 10 dernières années ? Ou avez adoré une fic écrite dans le cadre de cet échange ? Pour ses dix ans, les propositions sont donc ouvertes pour le thème Echange de Noël du mois de décembre : n'hésitez pas à soumettre vos coups de coeur ici !

Félicitations aux textes sélectionnés sur le thème Univers Alternatif : AngelStars et sa fic longue Une histoire de constellation ainsi que Laney avec Tu m'appartiens !



Vous pouvez toujours trouver l'ensemble des Sélections du Mois sur le site et proposer vos thèmes et idées sur les topics du forum.
De L'équipe des Podiums le 04/11/2017 21:57


Mise à Jour de la FAQ


Chers membres d'HPF,

C'était en projet depuis longtemps, et vous l'avez peut-être même remarqué si vous consultez régulièrement cette page : nous avons mis à jour la Foire aux Questions ! Destinée aux lecteurs, aux membres, et aux auteurs de HPF, elle répond à vos questions sur les délais de validation des fanfictions, sur les mentions qui peuvent apparaître dans les titres de vos histoires, sur les moyens de contacter les auteurs, ou encore sur l'hébergement des images. Elle est à lire en complément du règlement, et répond à un certain nombre de questions que l'on reçoit régulièrement par mail.

Bonne lecture !

De L'équipe des Modératrices le 28/10/2017 20:12


70e édition des Nuits d'HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 70e édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 21 octobre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir vous inscrire !
Pour connaitre les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A très bientôt !
De L'équipe des Nuits le 11/10/2017 13:11


Sélections du mois


Chers membres d'HPF,

Les votes pour la sélection Univers Alternatif du mois d'octobre sont en cours. Vous pouvez découvrir les choix des lecteurs et voter jusqu'au 31 octobre pour les textes que vous avez aimés sur ce topic !

Vous avez admiré le courage de Minerva McGonagall tout au long de la saga ? Vous adorez sa technique de défense dans le 7e tome ? Ou la trouvez-vous trop sévère ? Les propositions sont donc bien ouvertes pour le thème Minerva McGonagall du mois de novembre : n'hésitez pas à soumettre vos coups de coeur ici !

Félicitations aux textes sélectionnés sur le thème Maraudeurs : Princesse se sélectionne avec Cornedrue ainsi que Jukava, pour son texte Just dashes accross the heart !



Nous sommes toujours en pleine réflexion pour un système de vote et de proposition qui ne nécessite pas l'inscription sur le forum, n'hésitez pas à nous suggérer vos idées !

Vous pouvez toujours trouver l'ensemble des Sélections du Mois sur le site et proposer vos thèmes et idées sur les topics du forum.
De L'équipe des Podiums le 01/10/2017 20:35


2ème Edition des Nuits Insolites


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 2e édition des Nuits Insolites se déroulera le samedi 7 octobre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir vous inscrire !
Les modalités de participation sont disponibles sur le même topic. A très bientôt !
De L'équipe des Nuits le 27/09/2017 21:47


Truth Or Dare par Kana94 New!

[37 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Heeeey !
Salut les coupains et les coupines ! Bon, vous vous rappelez, je vous avais dit que j'avais retrouvé un bout de fic (une trentaine de chapitres quand même) dans un fichier, et que j'en étais pas mega fière mais que je voulais quand même savoir si vous vouliez la lire ou pas. Eh ben une partie d'entre vous m'a dit de balancer la sauce, donc je la balance ici maintenant que WIKI est terminée.
J'espère que vous l'apprécierez plus que moi :D
Bisous bisous xx
« James ?! Mais qu'est-ce que... Qu'est-ce que tu fais ?! s'exclama Lily, observant le jeune homme avec ahurissement alors qu'il venait de lui voler sa dernière pomme de terre pour l'enfourner dans sa bouche avec appétit.
- Tu n'en voulais plus, déclara t-il après l'avoir avalée sous les regards amusés de leurs amis qui se demandaient chaque jour un peu plus quand est-ce que leur manège prendrait fin.
- Qu'est-ce que tu en sais ? répliqua t-elle en arquant un sourcil.
- Tu en es à la moitié de ton dessert, lui fit-il remarquer en pointant du doigt le morceau de muffin dans la main de la préfète.
- Et alors ? Tu pourrais demander, avant de te servir. Je vais toucher deux mots à ta mère sur tes mauvaises manières à table, tu vas voir.
- Vas-y Evans, Euphemia adore entendre parler de vos querelles d'amoureux, intervint Sirius avec un sourire en coin, faisant rougir les deux intéressés et glousser leur groupe d'amis.
- La prochaine fois Potter, fais-moi plaisir et enfonce cette patate dans la gorge de ton stupide meilleur ami ! Répliqua Lily. »


Elle lança un regard mauvais en direction de Sirius puis se leva du banc de la Grande Salle tout en prenant soin d'envelopper son muffin pour l'emporter avec elle.


« Ce n'était pas une querelle d'amoureux, réfuta James lorsqu'elle fut hors de vue.
- Ne mange pas ma nourriture, gna gna gna, tu n'avais plus faim, je le sais parce que je te connais par cœur et que tu laisses toujours quelque chose dans ton assiette, gna gna gna, lèche mes doigts, gna gna gna, se moqua Peter.
- Personne n'a parlé de se lécher les doigts.
- Tu as suggéré mentalement que tu pourrais lui lécher les doigts, on t'a tous entendu, n'est-ce pas les gars ? reprit Sirius, soutenu largement par Peter et Rémus qui hochaient vigoureusement la tête d'un côté et de l'autre de la table, retenant un rire.
- Ah oui ? Alors est-ce qu'elle a mentalement accepté ? les interrogea James, un sourire malin sur le visage.
- Ah ça, je n'en sais rien. Il faudrait demander à Mary. »


Il donna plusieurs coups de coude à la jeune fille qui se trouvait à côté de lui et qui gloussait depuis déjà un certain temps. Victime de son hilarité et dans l'incapacité de lui répondre, elle se contenta d'un haussement d'épaule.


« Tu n'es pas drôle McDonald, même pas fichue de trahir ton amie une fois de temps en temps pour nous donner des informations que nous connaissons déjà tous, lui fit remarquer Sirius.
- Si tu sais déjà tout, tu n'as pas besoin de moi, Black, lui retourna t-elle en lui adressant un sourire malicieux avant de s'enfuir à son tour.
- Rah, on ne peut rien tirer de ces filles là ! Soupira t-il avant de tendre le bras pour attraper un pichet de jus de citrouille.
- James peut en tirer ce qu'il veut. Regarde, il mange déjà dans l'assiette de Lily.
- On est amis, c'est le privilège des amis, Lunard, c'est tout.
- Tu n'as jamais utilisé le privilège des amis sur nous, lui fit intelligemment remarquer le lycanthrope. »


James leva ses yeux sur son camarade, soupira, et se rua sur son assiette pour lui voler le toast qu'il venait de tartiner. Il le dévora en ponctuant chaque nouvelle bouchée de « tu vois, je le fais », de « privilège des amis », ou de « Rien d'intime là dedans ».


« Méfies toi Lunard, Cornedrue pourrait venir se glisser dans ton lit cette nuit... »


James manqua de s'étouffer avec son toast, qui n'était d'ailleurs pas le sien, et il enfonça la tête de son meilleur ami dans le plat de sauce tomate qui était resté devant lui bien trop longtemps pour qu'il n'ait pas imaginé y plonger le visage de quelqu'un une bonne centaine de fois déjà.

Il n'était pas dupe. Il savait bien que les sentiments qu'il éprouvait pour Lily Evans devenaient assez encombrants pour que ses amis les remarquent, et même s'il ne confirmait pas leurs allégations la plupart du temps, il y avait des moments où il était juste fatigué d'essayer de dissimuler ce qui semblait évident.

En fait, ils en avaient bien discuté deux ou trois fois en cinquième année et il avait été forcé d'avouer devant leur insistance qu'elle l'attirait, mais il n'avait jamais été plus loin que ça. Sirius aurait été fou s'il lui avait tout dit... Sans parler de l'embarras qu'il aurait lui-même ressenti. James était extravagant, audacieux, et impudique, mais quand Lily était au centre de leurs discussions... Merlin. Il se surprenait à devenir un être radicalement opposé. Il se renfermait et devenait le lâche qu'il détestait être.

La vérité, c'était qu'il n'aimait pas cette impression qu'il avait, quand le nom de Lily ressortait et que ses amis le fixaient, d'être percé à jour, mis à nu, comme s'ils devinaient tous la moindre des pensées gênantes qu'il stockait dans la partie la plus privée et intime de son cerveau. Parfois, il cachait bien son inconfort. Parfois, il tremblait, bafouillait, rougissait, se trahissait lui-même sans que qui que ce soit n'eut supposé qu'il le ferait tant il faisait preuve, en temps normal, d'un self-control magistral.

Ce malaise dont il était parfois victime avait commencé un peu après ses quinze ans. Il s'en souvenait comme si c'était la veille. Il devait admettre que Sirius et lui avaient poussé le bouchon ce jour là, même si Rogue les avait largement encouragés. Cet idiot avait passé la journée à faire des sous-entendus sur la condition de Rémus devant ses camarades de Serpentard, et ce même si le directeur de l'école lui avait fait promettre quelques mois plus tôt quand il avait appris que Rémus était un loup-garou lors d'un fâcheux incident, de ne rien révéler à personne.

La goutte d'eau avait vite fait déborder le vase, et James et Sirius avaient attendu d'avoir terminé leur dernier examen de fin d'année pour aller trouver Rogue dans le parc et lui jeter une multitude de sorts de leur propre invention, tous plus humiliants les uns que les autres, et ce devant un groupe de Gryffondors admiratifs et hilares.

Lily Evans et Mary McDonald étaient arrivées sur les lieux du crime au moment où James suggérait d'ôter le pantalon de Severus. L'une était scandalisée, l'autre se sentait coupable d'avoir envie de rire de ces enfantillages. Ce fut Lily qui intervint et qui brisa l'orgueil de James si net qu'il ne désirait même pas se souvenir des mots exacts qu'elle avait prononcés ce jour là, même s'il ne pouvait faire autrement que de se rappeler clairement qu'elle avait prétendue lui préférer le calmar géant.

Il aimait mieux se dire que ce jour là avait aussi marqué la fin de l'amitié entre Rogue et Lily. Il l'avait insultée, prétextant qu'il pouvait se défendre seul sans l'aide d'une sang-de-bourbe, et la jeune femme s'en était allée, furieuse et blessée.

Ce ne fut qu'en la voyant tourner le dos et partir vers le château que James réalisa qu'il y avait bien plus important que la haine qu'il vouait à Severus Rogue, et que tous les sorts qu'il voulait encore lui envoyer en pleine tête n'étaient pas dû à cette révulsion, mais au bruit assourdissant que son cœur avait fait lorsqu'il l'avait vue, elle, se décomposer devant les mots de celui qu'elle considérait comme son meilleur ami.

Il aurait pu la venger, il aurait pu faire exactement ce qu'il venait de faire pour Rémus, mais Merlin, ce n'était pas pareil. Ce n'était pas du tout pareil. Elle ne voulait pas ça. Il le savait parce que Lily Evans n'était pas une revancharde. Elle était pacifique, douce et attentionnée, et elle aurait été malade de savoir que James avait continué à torturer Rogue pour venger ses beaux yeux. Alors il ne l'avait pas fait, et rien ne lui avait jamais semblé plus laborieux que de rester immobile à contempler les dégâts à chaque fois qu'il entendait Lily parler de Rogue à Mary, sauf à part peut-être prononcer les excuses qu'il avait l'impression de lui devoir.

Elle était à la bibliothèque lorsqu'il avait pris son courage à deux mains, réajusté son sac sur son épaule, pris une profonde inspiration, et s'était assuré qu'il n'était suivi par aucun de ses comparses avant d'avancer jusqu'à sa table. Elle avait à peine levé les yeux vers lui lorsqu'il s'était raclé la gorge pour lui signaler sa présence, alors il avait simplement commencé :


« Je voulais juste m'excuser pour mon comportement.
- Lequel ? avait-elle demandé avec une pointe d'ironie dans la voix.
- Avec Rogue. Tout à l'heure. J'ai commis une erreur, articula t-il avec peine.
- Laisse tomber. »


Elle n'avait pas daigné lever les yeux de son livre, et il en était malade. Elle ne lui avait accordé aucune importance, il s'était senti aussi insignifiant qu'un grain de poussière sur les étagères de l'armoire à ingrédients du professeur Slughorn, et cela lui était peu habituel. On lui accordait souvent toute l'attention qu'il méritait, ou du moins qu'il pensait mériter, et là... Là, rien. Il n'était pas digne de son pardon, il n'était pas digne de sa colère non plus. Alors quoi ? Qu'était-il ? Que pouvait-il faire de plus ?


« Je ne pensais pas que ça irait jusque là, qu'il te dirait ça, poursuivit-il.
- C'est tout toi. Tu ne penses pas aux conséquences de tes actes. C'est comme cette fois où tu as détourné l'argent du club d'échec version sorcier et qu'ils ont dû annuler toutes leurs compétitions prévues...
- Ça n'a rien à voir. Julian McFerson avait transformé le club en secte pour gosses de riches et ils ne jouaient même plus pour le jeu, ils jouaient pour les gallions.
- Oh alors là, c'est le chaudron qui se moque de la marmite ! s'exclama t-elle en poussant un petit rire ironique.
- Je ne me suis jamais servi de l'argent des autres pour devenir riche !
- Ah non ? Alors qu'est-ce que tu as fait de ces gallions là, ceux du club d'échec ? Hein ? Personne n'a jamais rien su à ce propos !
- Je les ai donnés à... »


Il s'interrompit parce qu'elle avait maintenant levé ses yeux verts et qu'ils affrontaient les siens avec une assurance qui le désarma. Il ne pouvait pas lui dire ce qu'il avait fait des gallions, il ne pouvait tout simplement pas, alors il avait tourné les talons et il était parti.

Quelques heures plus tard, il rentrait dans la salle commune accompagné de ses trois camarades après un repas copieux dans la Grande Salle lorsqu'Evans avait interrompu leur conversation sur les prouesses orales de Sirius lors de son examen de Métamorphose en se plantant devant eux d'un air à la fois décidé et désolé.


« Oh non Evans, pitié, pas le charabia habituel sur l'entente qui doit régner entre Gryffondors et Serpentards, l'équilibre des quatre maisons, et patati et patata, commença Sirius en soupirant bruyamment, faisant référence à l'altercation de l'après-midi même.
- Je voudrais juste parler à Potter, répliqua t-elle sur un ton étonnement calme. »


Sirius plissa les yeux, observa tour à tour les deux intéressés, et haussa les épaules avant de monter les escaliers du dortoir, suivit de près par Rémus qui adressa un sourire poli à Lily, et par Peter qui trouvait la déclaration de la jeune femme particulièrement étrange mais qui avait trop peur de lui adresser la parole pour lui demander des explications. Il n'avait jamais été très à l'aise avec les filles. Il laissait cela à James, Sirius et Rémus.


« J'ai été appelée dans le bureau du professeur McGonagall pour parler de ce qu'il s'est passé cet après-midi.
- Ah, fit-il en grimaçant.
- Je ne sais pas ce qui m'a pris, mais j'ai contredit la version des autres élèves, expliqua t-elle à toute allure en fuyant son regard.
- Qu'est-ce que tu veux dire ? l'interrogea t-il, pris au dépourvu.
- J'ai... Il se pourrait que j'aie menti. Légèrement.
- Toi ? s'amusa t-il.
- Écoute, peu importe. Le professeur McGonagall va sûrement te demander de lui raconter ta version de l'histoire, et si elle le fait, omets juste de parler du passage où tu propulses Rogue en l'air, d'accord ? »


Elle avait chuchoté et s'était assurée que personne ne les écoutait en balayant la pièce des yeux un bon nombre de fois. Elle était très sérieuse, tant que James ne put faire autrement que de hocher la tête, un peu surpris par cet étrange retournement de situation.

Elle s'apprêtait à partir lorsqu'il la retint en posant sa main sur son épaule. Elle se retourna de nouveau vers lui et l'interrogea du regard. Il songea à la remercier, mais il avait l'impression que ce n'était pas ce qu'elle voulait, qu'elle se serait énervée s'il l'avait fait, alors il s'abstint, et quand il réalisa que sa main reposait toujours sur elle, il sentit ses joues chauffer. Il fallait qu'il fasse diversion.


« Pourquoi est-ce que tu as fait ça ? lui demanda t-il.
- Tu aurais été expulsé si je ne l'avais pas fait. McGonagall a confiance en moi, je suis préfète, et c'est mon devoir de m'assurer que les gens qui composent ma maison sont des gens qui reflètent des valeurs essentielles que j'estime indispensables. »


Décidément, il ne comprenait plus rien. Elle n'avait jamais caché qu'elle n'était pas une grande fan de son petit groupe et de leurs plaisanteries, et voilà qu'elle lui racontait qu'il était un exemple pour tous les futurs gryffondors. Il y avait plus d'incohérences dans son discours que dans le cours d'Histoire de la magie du professeur Binns.


« J'étais tellement énervée quand tu es venu me voir à la bibliothèque que j'étais déterminée à tout raconter au professeur McGonagall quand je suis arrivée dans son bureau, alors j'ai commencé par reparler avec elle de cette histoire de détournement de gallions pour qu'elle se souvienne que ce n'était pas la première fois que tu enfreignais le règlement intérieur de Poudlard parce que je voulais être certaine que tu écopes d'une punition à la hauteur de tes actes... Mais elle m'a racontée ce que tu avais fait de l'argent. Elle m'a dit que la raison pour laquelle ils n'avaient pas pu le récupérer, c'était parce que tu en avais fais don aux orphelins victimes de la guerre, victimes de Voldemort... »


Elle s'interrompit, un peu embarrassée, et James se sentit tout aussi gêné qu'elle. Il ne voulait pas qu'elle l'apprenne. Quelques élèves de Poudlard avaient perdus leurs parents, tués par les mangemorts ou par Voldemort lui-même l'année précédente, et Lily en faisait partie. Tout le monde avait été touché par cette tragédie, et les maraudeurs avaient cherché un moyen d'aider.

Ils avaient mis du temps à trouver des idées, et celle-ci avait émergée. Ce n'était pas grand chose, mais c'était quelque chose quand même. C'était un début, une esquisse de ce qu'ils pourraient faire plus tard, et même s'ils savaient qu'ils seraient punis pour cela, ils n'avaient trouvé aucune cause valant autant le coup de se faire réprimander.


« Je suis toujours en colère contre toi, Potter, parce que je ne comprends pas que quelqu'un d'aussi bon choisisse presque systématiquement de faire du mal aux autres, mais j'ai choisi ton camp cette fois-ci. Ne me le fais pas regretter à l'avenir, termina t-elle. »


Et là, quelque chose était remonté dans la gorge de James. Une autre chose s'était envolée dans son estomac, une autre lui avait chatouillé les orteils, les genoux, le nez, et en regardant Lily monter dans son dortoir, ses longs cheveux roux éparpillés sur son dos, brillants comme un torrent de lave, il avait senti ses joues s'enflammer encore. Il avait honte d'avoir tant poussé Rogue à bout qu'il en avait blessé Lily, mais il était fier de savoir qu'il n'était finalement pas aussi insignifiant qu'elle le lui avait laissé croire à la bibliothèque. Il était en mesure de se racheter. C'était là que tout avait vraiment commencé.

Et maintenant... Maintenant, il savait tout d'elle. Il l'avait assez observée pour être incollable à son sujet. Il savait que sa chanson préférée était Landslide de Fleetwood Mac, une chanson moldue qu'il ne connaissait que parce que Lily l'avait fredonnée sans cesse quand ses parents étaient décédés et aussi parce que Mary lui avait expliqué que sa mère l'avait écoutée en boucle l'été précédant sa mort.

Il savait qu'elle détestait parler politique car elle soupirait bruyamment dès que Francis McLane, ancien préfet avec elle lors de leur cinquième année, prononçait le nom du Ministre de la magie. Il savait aussi que sa mère lui cuisinait régulièrement des pains d'épice, et il n'avait pas eu besoin de lui demander quoi que ce soit pour obtenir cette information. Dès qu'il y en avait sur les tables, ses yeux s'embuaient de larmes et elle attendait que les autres élèves aient le dos tourné pour en fourrer trois ou quatre dans son sac.

Il savait que son pull préféré était celui avec des hippogriffes dessus parce qu'elle semblait être une autre personne quand elle le portait, plus confiante, plus ouverte. Il détestait ce pull. Il le trouvait tout bonnement hideux. Il le lui avait fait remarquer plusieurs fois d'ailleurs, et il la suspectait de faire exprès de le porter le plus souvent possible depuis. A chaque fois qu'elle entrait dans la Grande Salle pour prendre le petit déjeuner avec cet horrible vêtement, elle le défiait du regard avec cet irrésistible, léger, et presque imperceptible sourire en coin qu'elle lui réservait tout particulièrement et qui avait un pouvoir euphorisant particulièrement époustouflant sur lui. Finalement, peut-être que ce pull n'était pas si terrible.

Il savait qu'elle aimait les animaux parce qu'elle s'était inscrite aux cours de Soin aux créatures magiques et qu'un sourire béat avait éclairé son visage en sixième année quand il avait reçu un chaton à Noël de la part de ses parents et que la boule de poils avait sauté sur les genoux de Lily. Il était clair que Roméo avait un gros faible pour la jeune femme, mais James n'avait jamais pu l'en blâmer.

Il savait aussi que Lily souhaitait être médicomage. Il l'avait entendu le dire à Alice l'année précédente. Elle voulait aider les gens, elle voulait sauver ceux qui pouvaient l'être, elle voulait faire quelque chose de concret. Cependant, il savait aussi qu'elle avait une autre ambition, celle de faire partie d'un groupe de combat visant à faire tomber Voldemort et ses partisans. Pouvait-elle être plus parfaite ? Il en doutait.

Il savait que sa couleur préférée était le bleu, qu'elle aurait donné sa vie pour ses amis si nécessaire, qu'elle adorait la Métamorphose, les chocogrenouilles, et secrètement... Le Quidditch. Oh elle avait bien essayé de le cacher en ronchonnant à chaque fois qu'un nouveau match approchait, mais James savait reconnaître un amateur de Quidditch quand il en voyait un. Lily connaissait le nom de toutes les figures auxquelles il faisait allusion quand il discutait avec ses joueurs dans la salle commune, elle lui avait même suggéré, une fois, de tenter une attaque en faucon contre les Serpentards. Puis, sentant son regard ahuri posé sur elle, elle s'était mise à rougir et avait fait un signe de la main pour lui dire de laisser tomber avant de rejoindre son dortoir.

Elle savait aussi que Mary et elle étaient toutes les deux responsables de l'état dans lequel s'était retrouvé Sirius après la fête de Noël de leur sixième année. Le jeune homme s'était lourdement assoupi sur le sofa de la Salle Commune et s'était réveillé avec du vernis permanent sur chaque doigt de la main, même vernis rouge sang que James avait retrouvé sur ceux de Lily quelques semaines plus tard alors qu'il travaillait en binôme avec elle pendant le cours de Potion. Non, elle ne pouvait pas être plus parfaite.


« Est-ce que je peux m'asseoir ici ou est-ce que tu vas aussi parler à ma mère de mes mauvaises manières en classe ? L'interrogea t-il en réajustant son sac sur son épaule, debout dans l'allée que formaient les tables du cours de Runes qu'il avait pris uniquement pour passer plus de temps avec elle. »


Elle lui sourit, secoua la tête, et retira ses affaires pour lui laisser de la place. Il aimait à penser qu'elle les avait éparpillées partout sur la table pour décourager quiconque arriverait à sa hauteur avant lui, mais il ne se faisait pas trop d'illusion. Ils étaient tous les deux préfets en chef, collègues, camarades de classe, amis, et c'était tout ce qu'elle semblait vouloir de lui.


« Ta mère est parfaitement consciente de ce que tu fais en classe... Ou plutôt de ce que tu ne fais pas, répondit-elle du tac-au-tac.
- Il va falloir que cette correspondance entre vous deux cesse.
- Tu as peur que je lui raconte ce que tu trafiques avec Emmeline Vance ? »


James, qui s'apprêtait à tremper sa plume dans son encrier, arrêta immédiatement son geste et tourna la tête vers la jeune femme, balayant son visage du regard l'air surpris.


« Quoi ? Tu pensais vraiment que personne ne s’en apercevrait ? poursuivit-elle en tournant machinalement les pages de son manuel.
- Ne s'apercevrait de quoi ? Reprit-il avant de déglutir.
- Emmeline et toi. Les filles parlent dans les dortoirs, tu sais. »


Il s'apprêtait à répondre lorsque le professeur de Runes fit irruption dans la salle et coupa court à la discussion. Plus les minutes passaient, plus il se sentait mal. Ainsi, Lily savait. Il avait pensé que cela pourrait arriver, mais il avait espéré que ce ne serait pas le cas. Après tout, Emmeline et lui, ce n'était pas grand chose. Pourtant, à ce moment précis, cela lui semblait être une terrible décision.

Il n'avait jamais fait de grandes promesses à sa coéquipière de Quidditch et elle non plus, d'ailleurs, mais ils passaient des moments agréables ensemble. James considérait cela comme une consolation. Il ne pouvait pas avoir Lily, alors il avait Emmeline. Ils ne sortaient pas encore ensemble, ils s'étaient embrassés quelques fois après l'entraînement et parfois, c'était assez. Parfois, non.

Les yeux noirs de James tombèrent sur le profil de Lily, occupée à écouter attentivement le cours. Il était profondément désolé, il se sentait coupable, et il aurait aimé le lui dire, mais rien de cela n'avait un sens. Elle le regarderait comme s'il n'était pas sain d'esprit, il le le savait, car il ne lui devait rien. Elle le lui ferait remarquer. Peut-être même qu'elle lui rirait au visage, alors il se tut. Peut-être qu'il n'y avait que cela à faire.
Note de fin de chapitre :

A bientôt pour le next chapter les gens :)
Merci à mes fidèles lecteurs qui se sont retrouvés ici, et merci aux nouveaux aussi :)
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.