S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

72e édition des Nuits d'HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 72e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 15 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir vous inscrire !
Pour connaitre les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A très bientôt !
De L'équipe des Nuits le 07/12/2017 21:07


Sélections du mois


Chers et chères membres d'HPF,

Les votes pour la sélection Echange de Noël du mois de décembre sont en cours. Vous pouvez découvrir les choix des lecteurs et voter jusqu'au 31 décembre pour les textes que vous avez aimés sur ce topic !

Pour commencer l'année 2018, nous vous proposons de revenir aux prémices de Poudlard et de la magie au Royaume-Uni avec le thème des Fondateurs du mois de janvier : n'hésitez pas à soumettre vos coups de coeur ici !

Félicitations aux textes sélectionnés sur le thème Minerva McGonagall : Princesse pour L'odeur des Magnolias,TheNightCircus avec deux fanfictions qui sont Tel qu'il était et As time goes by ainsi que Litchi pour Une erreur de jeunesse !



Vous pouvez toujours trouver l'ensemble des Sélections du Mois sur le site et proposer vos thèmes et idées sur les topics du forum.

Nous avons pris un peu de retard sur le nouveau système de vote mais il devrait être prêt pour lancement début 2018.
De L'équipe des Podiums le 04/12/2017 20:52


3e Edition des Nuits Insolites


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 3e édition des Nuits Insolites se déroulera le samedi 2 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir vous inscrire !
Les modalités de participation sont disponibles sur le même topic. A très bientôt !
De L'équipe des Nuits le 26/11/2017 10:58


Concours officiel de Drabbles


Chers membres d'HPF,

En partenariat avec les Editions Jungle, l'équipe de communication vous propose un Concours de Drabbles à partir des planches de la bande dessinée « A Poudlard ».



Comment participer ? A partir des planches proposées par notre partenaire, vous devrez écrire un texte de 100 à 500 mots sur un des thèmes suivants : Intrus à l'école, Serpentard et Polynectar.

Vous trouverez les conditions de participation sur le blog ici : modalités du concours de drabbles. Aucune inscription n'est requise !

Le vainqueur remportera un exemplaire de l’album « A Poudlard » tome 2 pour Noël !
De L'équipe Communication le 25/11/2017 19:41


71e édition des Nuits d'HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 71e édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 25 novembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir vous inscrire !
Pour connaitre les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A très bientôt !
De L'équipe des Nuits le 11/11/2017 11:24


Sélections du mois


Chers membres d'HPF,

Les votes pour la sélection Minerva McGonagall du mois de novembre sont en cours. Vous pouvez découvrir les choix des lecteurs et voter jusqu'au 30 novembre pour les textes que vous avez aimés sur ce topic !

Vous avez participé à un Echange de Noël ces 10 dernières années ? Ou avez adoré une fic écrite dans le cadre de cet échange ? Pour ses dix ans, les propositions sont donc ouvertes pour le thème Echange de Noël du mois de décembre : n'hésitez pas à soumettre vos coups de coeur ici !

Félicitations aux textes sélectionnés sur le thème Univers Alternatif : AngelStars et sa fic longue Une histoire de constellation ainsi que Laney avec Tu m'appartiens !



Vous pouvez toujours trouver l'ensemble des Sélections du Mois sur le site et proposer vos thèmes et idées sur les topics du forum.
De L'équipe des Podiums le 04/11/2017 21:57


Neville Londubat et la Prisonnière d'Azkaban par Autnagrag New!

[7 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

Salut à toutes et à tous, ce chapitre a été long à sortir, vraiment. Panne d'inspiration, réécriture, il a tout eu, mais voilà enfin le premier chapitre du troisième tome de Eileen Rogue... qui s'appelle Neville Londubat et la Prisonnière d'Azkaban... Les deux changements ont de l'importance, bon le changement de sexe de l'évadée, vous l'apprendrez dans le chapitre. Mais pourquoi Neville ? Parce que notre Elu est quand même au centre de l'histoire, et cette année il le sera encore plus, bien entendu. Mais je vous laisse découvrir tout ça, bonne lecture ^^

Le 31 Juillet 1993, quelque part dans les landes du Pays de Galles, se trouve un charmant cottage accueillant actuellement une joyeuse fête d'anniversaire. C'est la Chaumine, où vivent les époux Rogue et leur fille Eileen, qui fête ses treize ans aujourd'hui en compagnie de ses amis, Neville Londubat, l'autre vedette de la fête puisqu'il a la même date d'anniversaire que la jeune fille, mais aussi Susan Bones, les jumelles Parvati et Luna Lovegood, la plus jeune du groupe avec douze ans. Sont également présents les Davids et Liva Ollivander, qui venait de quitter Poudlard avec 7 ASPICs en poche.

« Demain on part d'ici, annonça Eileen joyeusement. Avec mes parents on va faire le tour de l'Europe à bord du Train Magique Oriental, ça va être génial.

-C'est quoi ce Train ? demanda Neville.

-C'est un Train qui est garé à King's Cross, sur la voie 7½, lui apprend Eileen avec enthousiasme. En fait c'est un train magique qui parcourt les plus grandes villes sorcières d'Europe, on va passer par Tours en France, par la Bulgarie, par l'Allemagne, bref un tour de l'Europe en deux semaines.

-Ça a l'air génial, dit Neville. On est allé en France quand j'avais dix ans, c'est cool là-bas. Même si leur nourriture est un peu bizarre, on a mangé des escargots dans un restaurant, c'est dégoûtant.

-Beurk, confirma Susan. Ces machins tous gluants et visqueux, qui aurait l'idée d'avaler ça ?

-Et toi Susan, tes vacances se passent bien ? demanda Luna. On t'as vu dans la Gazette la semaine dernière.

-Oh oui, tu as vu ça ? répondit Susan soudain très excitée. Oh, tu l'as sans doute raté Neville, regarde, j'ai l'article avec moi. »

Elle sortit un morceau de journal d'une de ses poches et le déplia, en haut de la page froissée s'étalait un gros titre Un généreux don pour les Orphelins du Ministère, avec en dessous une photo où l'on voyait une grande bâtisse en briques rouges et la famille de Susan devant. On voyait d'abord son père, un grand homme avec une imposante crinière châtain et un grand sourire, il tenait la main de sa femme, une femme à l'air sévère, à peine moins grande que lui et coiffée d'un chignon strict, mais qui se fendait également d'un grand sourire Sur le côté on voyait également une petite sorcière, légèrement dodue, qui donnait l'air d'avoir le cœur sur la main. Enfin entre ses parents, Susan qui souriait avec Glouton sur son épaule, le rat que lui avait offert sa cousine l'année précédente.

« Mon père a donné ce Manoir à l'Orphelinat Magique du Ministère, c'est un manoir de la famille Bones que plus personne n'utilise.

-C'est gentil de sa part, dit Neville poliment. »

Ils furent alors interrompus par Lily qui rentrait dans le salon suivie d'une tempête de hiboux, qui se précipitèrent vers les enfants.

« Courrier les enfants, c'est sûrement l'école.

-Merci maman, dit Eileen. Vous pensez aller sur le Chemin de Traverse vers quelle date ? demanda-t-elle à ses amis.

-Nous c'est déjà prévu, dit Padma.

-Papa nous y emmène dans quelques jours, on va passer...

-Un mois au Pakistan, alors on préfère régler ça...

-Avant de partir en vacances. On risque de rentrer seulement quelques jours avant la rentrée.

-Alors autant éviter la cohue de dernière minute.

-Nous on ne va pas tarder à y aller, dit Dai Davids, les parents préfèrent y aller quand il n'y a pas trop de monde, ils n'aiment pas trop être entourés de trop de sorciers.

-Les enfants, les interrompit Severus. Venez, on va ouvrir les cadeaux, on vient de recevoir les cadeaux de Hagrid. »

Le groupe passa alors du salon à a salle à manger où la moitié de la table était encombrée de deux grosses piles de cadeaux, et l'autre était occupée par deux gros gâteaux chacun couronnée de treize bougies sorcières, les Pétilleuses d'Anniversaires, garantie sans coulée de cire, de grandes bougies qui crépitaient en étincelles magiques conçues pour disparaître juste avant de toucher le gâteau. Les deux vedettes de la fête s'installèrent chacune devant leurs gâteaux respectifs et soufflèrent les bougies en même temps, éteignant les pétillements magiques. Alors que tout le monde applaudissait, les bougies s'envolèrent et allèrent se ranger dans une boîte posée sur le buffet. Tandis que Severus coordonnait deux pelles à tartes pour servir à tous les convives de généreuses parts de gâteau au chocolat, les deux enfants commencèrent à ouvrir leurs paquets cadeau.

Neville avait reçu un Guide des Plantes Intéressantes d'Europe, intéressant étant synonyme chez les sorciers de mortellement dangereux voir pire, une plante grimpante nommée Embaumierre qui avait la particularité de s'accrocher à n'importe quel support et de diffuser un doux parfum, parfait pour parfumer une pièce, mais aussi une sorte de sculpture abstraite en bois évoquant vaguement une flamme. Luna lui expliqua que c'était du bois taillé par les Nargoles et qui avait donc des propriétés magiques.

Eileen quand à elle reçut un Atlas des Équipes de Quidditch du Monde, le Bestiaire des Créatures Mythiques d'Afrique, de la part de Luna, du matériel de potions plus précis que celui demandé par l'école et un bracelet de lapis-lazuli, pierre bleue aux vertus apaisantes et notamment recommandées pour éviter les courbatures après les entraînements sportifs.

Enfin, ils ouvrirent les cadeaux de Hagrid en même temps, ce qui provoqua un grand bazar dans la pièce, deux exemplaires du Monstrueux Livre des Monstres s'échappèrent et commencèrent à s'attaquer à tout ce qui se trouvait à leur portée, utilisant leurs couvertures ornées de dents comme des mâchoires puissantes et semant des petits bouts de papier dans toute la pièce. Tandis que Eileen fuyait devant les deux monstrueux tomes, Severus conjura rapidement un sort qui immobilisa les deux monstruosités. Celui de Neville fut fermé à l'aide d'une solide ceinture de cuir et celui de Eileen par le ruban d'un des cadeaux, magiquement renforcé.

« Pfiou, soupira cette dernière. Hagrid s'améliore d'année en année, il va finir par vraiment nous blesser...

-N'empêche, on a reçu tous les deux la même chose, dit Neville. C'est bizarre, il a plus d'imagination, d'habitude.

-Le gâteau a échappé à l'hécatombe, dit Susan. On se met à table ? »

Pendant que tout le monde mangeait pour se remettre des émotions, les enfants en profitèrent pour ouvrir leurs listes pour Poudlard. En plus de l'habituelle liste de livres, les élèves de Troisième Année avaient également reçu des autorisations à faire signer pour pouvoir sortir à Pré-au-Lard. Puis un par un, les convives rentrèrent chez eux, Neville repartant en dernier chez son oncle et sa tante. Alors qu'il se dirigeait vers la cheminée, il surprit un mouvement derrière son dos et se retourna pour découvrir une étrange créature tapie derrière les pieds d'une table.

La créature avait de grands yeux globuleux, une peau grise parcheminée, et de grandes oreilles en forme d'ailes de chauve-souris, elle avait également un nez en trompette et un crâne totalement chauve actuellement caché sous un chapeau qui avait été autrefois noir et ressemblait maintenant à une loque grise. Le reste de son accoutrement était tout aussi bizarre, la créature portait un gilet de laine rouge vif qui avait dû être taillé pour un enfant de huit ans et qui lui servait également de jupe, sous laquelle on distinguait des collants épais jaunes et vert et des chaussettes violettes vif.

« Dobby ? demanda Neville. Tu me suis encore ?

-Pardonnez Dobby Neville Londubat, Monsieur, dit la petite créature d'une voix aiguë. Dobby ne voulait pas vous importuner Monsieur, mais Dobby est très très heureux de revoir Neville Londubat, Monsieur. Vous avez libéré Dobby, Monsieur, et Dobby ne l'oubliera jamais, Neville Londubat, Monsieur. Il voulait vous donner son cadeau, Neville Londubat Monsieur. »

L'Elfe lui tendit alors deux affreuses chaussettes, grossièrement tricotées dans de la laine épaisse, l'une est jaune avec des sortes de triangles noirs ressemblant vaguement à des têtes de blaireau et l'autre est d'un vert vif avec des fleurs de couleur rouge. Neville prit les chaussettes et les fourra dans une poche avec un sourire amusé.

« -Merci beaucoup Dobby, dit-il à l'Elfe en le pensant vraiment. Mais qu'est-ce que tu fais là ? Et tu portes des vêtements, je pensais que les Elfes n'avaient pas le droit de porter des vêtements ?

-Mais Dobby est un Elfe libre, Neville Londubat Monsieur ! Dobby ne portera plus jamais de torchons et de taie d'oreiller, Neville Londubat, pouah Monsieur ! Dobby possède de vrais vêtements et il porte toujours le chapeau de Neville Londubat, Neville Londubat Monsieur. Dobby est employé par M et Mme Rogue, Neville Londubat Monsieur.

-Vraiment Dobby ? Depuis quand ?

-Après que Neville Londubat ait libéré Dobby, merci pour ça Neville Londubat Monsieur, mille fois merci, Dobby a cherché du travail. Mais Dobby demandait à être payé, parce que Dobby est un Elfe Libre, Monsieur. Mais personne ne veut payer les Elfes de maison, car les Elfes de Maison doivent être des esclaves et porter des torchons, pouah, Monsieur ! Alors Dobby s'est rappelé que Neville disait que Severus Rogue était un bon sorcier, malgré tout ce que les maîtres de Dobby disaient sur lui.

-Anciens maîtres Dobby.

-Merci Neville Londubat Monsieur, anciens maîtres. Les méchants Malefoy, dit l'Elfe en frissonnant de dégoût. Alors Dobby est venu sonner chez les Rogue et a demandé s'ils avaient besoin d'un Elfe de maison, Neville Londubat Monsieur, et Madame Lily Rogue a accepté, Neville Londubat Monsieur. Et... elle a proposé à Dobby de le payer dix Gallions d'or par semaine, Neville Londubat Monsieur.

-Ca ne me paraît pas beaucoup, dit Neville en réfléchissant à ce qu'il pouvait acheter avec dix Gallions.

-Dobby a refusé Neville Londubat Monsieur, Dobby a demandé à être payé un Gallion d'or par mois ! Dobby est un Elfe libre, Neville Londubat, mais Dobby est aussi un Elfe fier et il n'a pas besoin d'autant d'argent, dit-il en tremblant, effrayé par la perspective de posséder autant de richesse. Et Dobby a même un jour de congé par mois, Neville Londubat Monsieur, pour pouvoir dépenser son argent !

-Je suis très content pour toi Dobby, on se verra souvent alors, si tu habite chez Eileen, maintenant. Et si tu veux tu pourras passer me voir pendant tes congés, tu sais où j'habite, il faut juste que tu ne te fasse pas voir des Moldus.

-Oh Neville Londubat est un grand sorcier, dit Dobby en éclatant en sanglots. Proposer à Dobby de venir le voir comme un égal, comme un ami. Neville Londubat est trop bon, Monsieur, merci monsieur, merci beaucoup.

-De rien Dobby, c'est normal. Après tout, tu as essayé de me sauver la vie, l'année dernière. Je vais rentrer chez moi maintenant, à plus tard Dobby, ça m'a fait plaisir de te voir.

-A plus tard Neville Londubat Monsieur dit l'Elfe en écrasant de grosses larmes contre sa joue. »

Neville entra dans le feu et tourbillonna dans les conduits de cheminée, il commençait à avoir l’habitude de la poudre de cheminette et ne perdit même pas l'équilibre en sortant de la cheminée.

« Neville, tu t'es bien amusé ? lui demanda Anna quand il sortit de la cheminée.

-Oui très bien, Tante Anna.

-C''est bien.... mon chéri, j'aurais quelque chose à te demander....

-Qu'est-ce qu'il y a Tata ?

-Eh bien voilà, ta grand-mère nous a demandé si elle pouvait te prendre chez elle quelques temps. Je sais que tu ne l'apprécies pas beaucoup, mais ce serait bien que tu ailles chez elle, il faut que tu fasses connaissance avec ta famille sorcière. Et puis tu ne la connais pas vraiment, n'est-ce pas ?

-Je suis vraiment obligé ? Tata, dans un mois et demi je retourne à l'école, j'aurais voulu passer plus de temps avec vous.

-Je sais mon chéri, mais on pense que c'est aussi important pour toi. Une semaine, pas plus, je te promets, et si ça se passe vraiment mal je refuserais les demandes d'Augusta, d'accord ? Ne sois pas si défaitiste Neville, je suis sûr que tu vas beaucoup t'amuser chez elle aussi.

-D'accord Tata, je veux bien essayer. Je pars quand ?

-Demain ?

-Si tôt ?

-Eh bien, on s'est mis d'accord il y a quelques temps, mais je n'arrivais pas à te l'annoncer. Je t'ai préparé une valise pendant que tu étais chez Eileen, tu n'as rien à faire.

-Tu étais si sûre que ça que j'accepterais ?

-Non, bien sûr, j'aurais défait ta valise si tu avais refusé. Neville, tu sais qu'on fait ça pour ton bien ?

-Bien sûr Tata. Et... je suis d'accord, je pense aussi que c'est important pour moi. Je ne suis pas vraiment ravi, mais c'est juste un mauvais moment à passer, et comme tu le dis, si ça se trouve ça ne sera pas si désagréable que ça.

-Merci Neville, tu es un petit garçon génial, dit sa Tante en le serrant fort contre elle. Ce soir j'ai fait ton plat préféré, de la moussaka.

-Merci beaucoup Tata. Je... J'ai de la chance que vous m'ayez recueilli après la mort de Papa et Maman, vraiment.

-Oh Neville, c'est rien, tout le monde en ferait autant. Allez, va te laver les mains, on va passer à table. »

Le lendemain, toute la famille était rassemblée pour accueillir Augusta Londubat, la tension était palpable personne ne parlait, Neville se demandait ce qu'il allait se passer pendant cette semaine avec sa grand-mère, et ses tuteurs se sentaient trop gênés pour parler comme si de rien n'était. Enfin avec un grondement les flammes de la cheminée s'élevèrent en un geyser d'un vert éclatant et une femme en sortit avec l'air sévère, elle cachait ses cheveux courts sous un large chapeau noir surmonté d'un vautour empaillé. Sa robe verte semblait flotter sur son corps décharné, des manches sortaient des bras squelettiques, terminés par des mains en forme de serres, et son visage était osseux, taillé à la serpe, avec de petits yeux bleus froids. Enfin, son cou décharné était camouflé par une étole de renard mitée qui dégageait une vague odeur de moisi.

« Bonjour Grand-Mère dit Neville timidement.

-Ah tu es là. Tes valises sont prêtes ? Tu as tout ce qu'il te faut ? Allons-y alors.

-Augusta, intervint Anna d'une voix douce. Vous ne voulez pas boire un petit café ?

-Non, répondit sèchement la vieille femme. Je n'ai pas de temps à perdre, je vous ramènerais Neville dans une semaine, vers la même heure. Au-revoir. »

Et elle repartit par la cheminée sans un geste d'adieu, serrant le bras de Neville avec sa main. Ils empruntèrent les conduits des cheminées pour déboucher dans un grand salon qui avait dû être magnifique au début du siècle mais semblait maintenant vieux et défraîchi, les lourds rideaux qui cachaient la lumière du soleil étaient si poussiéreux qu'on les croirait gris, le tapis était rongé par les mites et les tapisseries avaient moisi, les meubles n'avaient même pas un charme vieillot, ils étaient simplement totalement vétustes et semblaient sur le point de s'écrouler sous le poids des âges.

Lorsqu'ils arrivèrent, Neville vit son deuxième Elfe de Maison en deux jours, celle-ci avait la même peau parcheminée et les mêmes yeux globuleux que Dobby, mais sa peau formait de gros plis comme si elle avait été faite pour quelqu'un qui mesurait dix centimètres de plus. De ses oreilles en forme d'ailes de chauve-souris sortaient de grosses touffes de poil blanc, et des touffes plus fines sortaient de son nez en forme de groin. Enfin, jamais Neville n'avait vu cet air servile chez Dobby, même quand il était l'esclave des Malefoy et qu'il se punissait avec violence, l'Elfe était également vêtue d'un torchon rapiécé et grisâtre.

« Maîtresse, vous êtes rentrée, quelle joie, dit l'Elfe avec une joie manifeste. Et vous amenez le jeune Maître Neville, quel honneur de se trouver face à un aussi grand sorcier. Je suis Jilly, Maître Neville, je suis l'Elfe des Londubat depuis ma naissance et j'ai servi la Pure Maison des Londubat pendant cinquante ans, et j'espère encore vous servir longtemps. Que puis-je faire pour vous ? Et pour vous Maîtresse ?

-Merci Jilly dit Augusta, montre sa chambre à mon petit-fils, et monte ses bagages. Neville, nous déjeunerons à midi, tu as tout ce temps pour t'installer et explorer la maison.

-Bien Grand-Mère. »

La vieille femme s'éloigna et Neville empoigna sa valise pour la monter dans sa chambre, ce qui offusqua l'Elfe de Maison.

« Maître Neville, que faites vous ? dit-elle d'une voix paniquée. Lâchez ça tout de suite, ce n'est pas à un Maître de monter ses affaires, c'est le travail de Jilly.

-Je ne suis pas ton maître Jilly, et chez moi c'est moi qui m'occupe de mes affaires.

-Vous êtes un Londubat, Maître, vous êtes mon Maître. Et jamais mon Maître ne portera une valise dans sa maison, dit la petite Elfe d'un ton décidé. »

Elle arracha alors la valise des mains de Neville avec une force qu'il n'aurait jamais soupçonné chez une créature aussi frêle et la traîna vers l'étage. Ce faisant elle parlait à Neville de la maison, sans même sembler incommodé par la valise de plusieurs kilos qu'elle transportait.

« Ici c'est le couloir principal, dit-elle. Votre Grand-Mère habite dans la Suite Parentale, au bout du couloir, et j'ai préparé votre chambre. Ici, c'est la chambre de Feu Maître Frank, cela faisait douze ans que je n'y étais pas entré, sa voix se brisa en prononçant ces mots et Neville surprit une grosse larme qui coulait sur sa joue. Mais j'ai tout préparé cette semaine, j'espère que vous l'aimerez, Maître Neville. Feu Maître Frank était très gentil avec moi, même quand je devais le gronder. Mais c'était pour son bien, ajouta-t-elle très vite comme si on pouvait lui reprocher d'avoir été trop sévère avec son Maître. Voilà votre lit, ici une penderie, vous pourrez y installer vos affaires... sauf si vous désirez que je le fasse, ajouta-t-elle avec espoir.

-Merci Jilly, je le ferais moi-même.

-Oh. Eh bien dans ce cas, je vais vous laisser vous installer Maître Neville et je vais aller préparer le déjeuner. Votre Grand-Mère est quelqu'un de ponctuelle, il faudra être à table à midi moins cinq au plus tard. »

Une fois l'Elfe partie, Neville observa la pièce où il allait dormir pendant une semaine. Malgré tous les soins de Jilly, la pièce avait une odeur de renfermé très prononcée, mais c'était la pièce la plus propre qu'il ait vue jusque là dans le Manoir. Les rideaux étaient même tirés, et il mit un temps à s'habituer à la clarté du soleil après la pénombre qui régnait dans tout le reste de la maison. Le lit était grand, trois fois plus grand que celui qu'il avait chez lui ou même à Poudlard, et la décoration était riche et colorée. Il y avait notamment de grandes bannières de Poufsouffle, et Neville se rappela que ses deux parents étaient allé à Poufsouffle comme lui. Il eût un pincement de cœur en voyant la table de chevet, elle était couverte de photos encadrées, et notamment une où l'on voyait son père et sa mère, apparemment pendant leur dernière année à l'école. Le photographe les avait surpris en train de s'embrasser dans le Parc, sous la neige qui tombait, et le couple s'embrassait, puis se tournait vers le cadre en riant, sans doute pour protester contre le dérangement.

Il vit également une grande photo de groupe où il reconnût sans problèmes Anna à côté de sa sœur, mais également une autre personne qui ressemblait à Alice comme deux gouttes d'eau, avec les mêmes cheveux blonds dont il avait hérité, et qui était vêtue du même uniforme de Poudlard, sur lequel il reconnût l'écusson de Poufsouffle. Il sût laquelle était sa mère, car elle tenait la main de son père, qui était lui aussi entouré d'inconnus, sans doute des amis d'école. L'un d'eux était un grand gaillard aux cheveux noirs de jais, qui souriait à la caméra, et un autre un petit costaud aux cheveux blonds qui regardait le cadre avec un air bravache. Enfin le dernier était un petit garçon grassouillet avec un petit visage fouineur de rat. Neville reconnût également avec surprise, du côté des filles, Lily Rogue dans la rousse en uniforme Gryffondor qui agitait la main vers le cadre.

Enfin, sur une photo de famille il vit un homme âgé d'une cinquantaine d'années qui devait être son grand-père, le visage rond et souriant, les cheveux bruns et les yeux pleins de tendresse, il ressemblait un peu à Neville et beaucoup à son père. A côté il devait s'agir de sa grand-mère, bien qu'elle soit méconnaissable, elle avait au moins triplé de poids, sans pour autant être grosse, simplement bien en chair et en pleine forme, elle souriait d'un air aimable, chose que Neville ne l'avait jamais vu faire, et elle n'avait pas encore acheté son chapeau à vautour. Enfin entre les deux adultes on pouvait voir Frank Londubat, qui ressemblait étonnamment à Neville, excepté les cheveux châtains, en robe de Poudlard mais sans l'écusson de sa maison. Il posait visiblement très fier de rentrer à l'école et tenait la main de Jilly, la petite Elfe de Maison commençait déjà à vieillir et semblait très mal à l'aise de figurer sur une photo de famille.

S'arrachant à la contemplation des photos, Neville entreprit de retirer ses affaires de la valise pour les ranger dans la penderie. Il remarqua alors que celle-ci était déjà pleine des vêtements de son père, des affaires qui devaient dater de sa dernière année à Poudlard et qui étaient toutes rongées par les mites, malgré l'odeur de naphtaline qui régnait dans la penderie. En soupirant, Neville les écarta dans un coin pour se faire une place, puis il installa la cage de Hedwige sur une petite table. Il caressa doucement la chouette qui lui mordilla affectueusement le doigt puis se rendormit. Une fois installé, il partit à l'exploration du Manoir Londubat.

Il évita d'aller fouiller dans les chambres, ne voulant pas tomber sur des choses personnelles pour une partie de sa famille. Il partit plutôt explorer le reste de la maison, et y trouva diverses pièces, de petits salons poussiéreux qui semblaient n'avoir pas été visités depuis des lustres, une salle de bains vétuste où une moisissure verdâtre recouvrait la céramique de la douche et de l'évier, mais aussi des pièces mieux entretenues. Malgré le style vieillot de la bibliothèque, on y trouvait aucune trace de poussière et l'atmosphère était pesante et sombre en raison de la pénombre qui y régnait, mais ne semblait pas inquiétante comme dans le reste de la maison.

En montant dans les étages, Neville croisa un fantôme qui se présenta comme William Londubat, Troisième du nom. Le Grand Salon du rez-de-chaussée était également assez chaleureux, un grand feu y ronflait malgré la chaleur étouffante qui régnait dehors, et les rideaux cachaient toujours la lumière du soleil d'août, mais les couleurs vives des fauteuils et des canapés invitaient à s'asseoir et à passer un bon moment. Les tapisseries y étaient également magnifiques et surtout suffisamment dépourvues de moisissures et de poussières pour que l'on puisse distinguer ce qu'elles représentaient, trois des murs figuraient des scènes où des sorciers portant l'écusson des Londubat étaient représentés accomplissant divers exploits, un certain William Londubat IV terrassait un Dragon, un autre prénommé Richard Londubat était représenté penché au dessus d'un chaudron, puis buvant une gorgée et se transformant avec une explosion en une autre personne.

Mais le quatrième était entièrement recouvert d'une gigantesque tapisserie représentant un monumental arbre généalogique, aux multiples ramifications, bien que la plupart se finissent en impasses. Neville lut en haut de la tapisserie, brodé en lettres d'or « La Pure et Vaillante Maison des Londubat. » et dessous, inscrit en plus petit « Plutôt mourir que céder au Mal ». En s'approchant de la tapisserie, Neville distingua des portraits, brodés dans un style ancien. Il reconnût aisément sa grand-mère, Augusta Slughorn (16 décembre 1935-...), reliée par un double trait à John Londubat (25 Juin 1935-3 Août 1979). Ils avaient eu un fils, Frank Londubat (28 Avril 1960-31 Octobre 1981) qu'il reconnût également, marié à Alice Fawley (4 Janvier 1960-31 Octobre 1981). Et il reconnût enfin son propre portrait, le représentant tel qu'il était actuellement avec cette simple mention en dessous Neville Londubat (31 juillet 1980-...).

« Ah tu as trouvé la Tapisserie des Londubat, Neville, l'interrompit la voix de sa grand-mère. Elle est dans notre famille depuis des générations, c'est une idée de William Londubat premier du nom, il y a cinq siècles. Elle n'est pas aussi ancienne que celles d'autres familles, mais elle a été enchantée pour trouver et représenter tous les membres de la famille Londubat... pas mal de bâtards ont été trouvés comme ça, d'ailleurs. Et comme tu peux le voir, la famille se meurt, John et moi n'avons eu qu'un enfant et son frère Algie n'en a jamais eu. Tu es le dernier descendant des Londubat à porter ce nom, il faut que tu t'en montre digne. Ce qui risque d'être compliqué en vivant chez les Moldus... Au moins tu as rejoint les Poufsouffle.

-C'est important ? demanda Neville avec étonnement.

-La plupart des anciennes familles sorcières ont une maison de prédilection, les Weasley vont presque tous à Gryffondor, les Malefoy et les Black vont à Serpentard, les Croupton à Serdaigle et les Londubat sont des Poufsouffles depuis presque toujours. On raconte que la fille d'Helga Poufsouffle a épousé un Londubat... mais la tapisserie ne remonte pas jusque là, malheureusement.

-Oh moi le Choixpeau a d'abord voulu m'envoyer à Serpentard, mais quand je lui ai dit que je ne voulais pas aller à Serpentard, il m'a envoyé à Poufsouffle.

-Eh bien, c'est une bonne chose. Serpentard grouille de futurs mages noirs, surtout depuis le passage de Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom, et notre famille n'a jamais fricoté avec la magie noire.

-Tiens, il y a un défaut sur la tapisserie. Regarde la fille de Harfang Londubat a été barrée d'un trait et son portrait est à moitié effacé.

-Ursida, l'une des rares Londubat à avoir pratiqué la magie noire, c'était une fidèle de Grindelwald. Ton arrière-arrière-grand-père l'a effacé de la tapisserie pour cette raison, et de toute façon elle était plus Black que Londubat.

-D'accord Grand-Mère. Et donc toutes ces personnes ont été des Londubat comme moi. Pourquoi la famille se meurt avec un arbre aussi vaste ?

-C'est le problème de toutes les anciennes familles de sorciers. Mis à part quelques familles comme les Weasley et les Bones, la plupart des vieilles familles de Sang-Pur se meurent. La Guerre contre Tu-Sais-Qui a bien sûr un rôle à jouer, mais c'est surtout que nous faisons de moins en moins d'enfants. Sans les Sang-Mêlés et les Né-Moldus, les sorciers ne seraient plus qu'une poignée et ne seraient même plus capables de faire tourner des institutions comme Poudlard ou le Ministère de la Magie. A mon avis nous vivons les dernières heures des Sang-Purs, dans quelques générations, les vieilles familles seront toutes mêlées à des sang-mêlés ou des moldus, ou auront disparues.

-Et moi dans tout ça ? Je suis censé hériter de tout ? Parce que je suppose que toutes ces personnes ont laissé de l'argent, des maisons, quelque chose, non ?

-Oui, bien sûr. Le Manoir Londubat est la maison la plus impressionnante car c'est la demeure ancestrale de la famille, mais la maison de ton Oncle Algie est aussi très impressionnante ; Et on possède plusieurs autres maisons qui tombent en ruines, faute d'entretien. Tu connais le coffre de tes parents qui renferme une bonne fortune, mais tu auras également accès au mien à ma mort, ainsi qu'à la plupart des coffres de la famille à ta majorité. Et bien entendu, tu as les fortunes des Fawley.

-Mais je dois être riche comme Crésus !

-Eh bien oui. Mais il faudra t'en montrer digne. Et c'est pour ça que je voulais t'avoir sous ma garde plus longtemps, il y a des choses que tu n'apprendras ni à Poudlard ni chez les Moldus. Mais il va être l'heure de passer à table, suis-moi, puisque nous ne sommes que deux nous mangerons dans le Petit Salon, il est juste à côté des cuisines. »

Neville suivit la vieille femme jusqu'à une pièce qui n'avait de petit que le nom, deux fois plus grand que le salon de ses tuteurs, le Petit Salon accueillait une grande table pour huit personnes où l'on avait dressé deux assiettes et une petite bibliothèque, ainsi que de confortables fauteuils de chintz. L'endroit était plongé dans une pénombre que combattait mal les torches des murs et les bougies placées sur la table.

« Grand-Mère, pourquoi personne n'ouvre ces rideaux ? demanda Neville.

-Mes yeux n'aiment pas la lumière du soleil, je n'ai plus ouvert ces rideaux depuis douze ans. »

Alors qu'ils s'installaient, Jilly s'approcha silencieusement, portant un grand saladier dont elle servit le contenu qui s'avéra être un velouté de courge froid. Alors que l'Elfe repartait avec le plat, Neville lui proposa de s'installer à table pour manger avec eux ce qui lui attira un regard courroucé de l'intéressée. Ils mangèrent alors en silence, l'atmosphère pesante n'était troublée que par les heurts des cuillères d'argent sur les assiettes de porcelaine. Quand les deux Londubat eurent fini leur soupe, Jilly vint débarrasser les assiettes creuses, puis revint avec une salade de riz qu'elle servit avec tout autant d'efficacité. Neville tenta d'observer comment elle faisait, étant donnée que le haut de sa tête n'atteignait pas la table, mais l'Elfe semblait servir uniquement lorsque Neville regardait ailleurs.

« C'est très bon, dit Neville après la première bouchée. C'est Jilly qui a tout fait.

-Bien entendu, répondit Augusta. Je lui ai demandé de nous faire des plats légers et frais, puisqu'on est en été. Je pourrais bien sûr la surveiller de plus près, mais je n'en vois pas l'utilité hormis lorsque nous recevons vraiment du monde. Je ne voulais pas que ton séjour ici soit trop formel, tu comprends, après tout tu es destiné à revenir, non ?

-Ah je comprends, éluda Neville. Comment elle arrive à faire tout ça toute seule, je veux dire elle est si frêle, si petite.

-Je ne sais pas, répondit sèchement la grand-mère. Les Elfes de Maison travaillent vite et bien, certainement par magie, c'est comme ça. Tu sais Neville, il n'est pas bon de s'attarder trop longtemps sur les serviteurs...

-Mais enfin Grand-Mère, ce sont des personnes comme toi et moi. L'année dernière j'ai affranchi un Elfe de Maison, et maintenant c'est mon ami, et ses employeurs le paient tous les mois. Et puis ils sont si fascinants, je n'arrive toujours pas à comprendre comment Jilly peut nous servir alors qu'elle est plus petite que cette table.

-Quelle importance tant qu'elle n'en met pas à côté ? Ami avec des serviteurs, c'est idiot, Neville. Seuls les très jeunes enfants tissent des liens avec leur Elfe, les grandes personnes comme toi et moi les emploient. C'est gentil de les remercier pour leur travail, bien sûr, je pense que ça les aide à s'améliorer, mais s'ils le font mal, il faut bien intervenir ? Comment veux-tu punir ton ami ?

-La plupart du temps, je l'empêche de se punir lui-même pour des choses qu'il n'a pas faites. Je ne comprends pas pourquoi vous ne considérez pas les Elfes comme des personnes ?

-Ce ne sont pas des sorciers, Neville, tout simplement. Est-ce que tu deviens ami avec des Centaures ? Non.

-Un Centaure m'a sauvé de Voldemort dans la Forêt Interdite, dit Neville en ignorant le tressaillement d'horreur de sa grand-mère. Je ne dirais pas qu'il est un ami, mais il est sympathique.

-Ton éducation est vraiment à revoir, déplora la vieille dame. Finis ton assiette, cette discussion est close. »

Neville baissa la tête et finit son assiette. Lorsque Jilly vint débarrasser, Neville la félicita pour ce succulent repas, et l'Elfe rougit de la pointe des oreilles, en disparaissant dans la cuisine. Mais lorsqu'elle revint avec les assiettes à dessert, elle avait repris sa contenance et ne tarda pas à leur servir des parts de Carrot Cake. Après avoir avalé sa part, Neville laissa Jilly débarrasser, puis alla dans la cuisine quand sa grand-mère l'autorisa à quitter la table, pour elle-même s'installer dans un des salons de la maison.

La cuisine était impeccable, la vaisselle était déjà en train de se faire dans un coin, et toutes les surfaces étaient immaculées. Neville remarqua également que les rideaux ici étaient grands ouverts et supposa que Jilly n'appréciait pas plus que lui cette pénombre et ouvrait les rideaux de toutes les pièces où sa maîtresse n'allait jamais. En le voyant dans sa cuisine, l'Elfe de Maison se jeta hors de sa chaise et salua très bas en couinant :

« Bienvenue Maître dans mon modeste domaine. Vous voulez vérifier que tout va bien ? Je fais la vaisselle, et je vais tout nettoyer, ne vous en faites pas.

-Ça va Jilly, dit Neville doucement. J'étais simplement curieux. Mais finalement ça ressemble à une cuisine moldue, si ce n'est que les choses se font toutes seules.

-Je n'ai jamais vu de cuisine moldue Maître.

-Ce n'est rien Jilly. Oh tu étais en train de manger ? Continue pendant que je regarde un peu. »

L'Elfe eût un tressaillement, comme si elle luttait contre ce qui était presque un ordre de son maître, mais elle continua de suivre son jeune maître dans la cuisine laissant sa soupe sur la table. Celui-ci regarda la cuisinière, mais, bien qu'elle semblait antique, elle avait tout d'un piano à gaz ordinaire, tel qu'on aurait trouvé dans n'importe quelle grande cuisine. En se retournant, Neville vit alors une série de torchons accrochés sur un mur. Il s'en approcha, ils ne semblaient pas être utilisés mais exposés, d'autant qu'ils étaient sans doute trop sales et abîmés pour pouvoir servir à quoi que ce soit. Il vit alors une inscription au dessus des torchons, A nos fidèles serviteurs.

« Ces torchons, dit Neville. Ce sont ceux des anciens Elfes des Londubat, n'est-ce pas ?

-Oui Maître, couina Jilly. Pas tous, bien sûr, beaucoup de mes cousines ont servi dans d'autres maisons, mais il y a ma mère, ma grand-mère, mon arrière-grand-mère et la plupart de mes aïeules. Avant, nous conservions simplement les torchons dans notre réduit, mais un des Maîtres nous a autorisé à les exposer au mur.

-Milly fille de Jilly, lut Neville. 15 Décembre 1961- 31 Octobre 1981. Ta fille, elle...

-Elle est morte avec Feu Maître Frank et Feue Maîtresse Alice, confirma l'Elfe en clignant des yeux pour en chasser la larme qui perlait. Feu Maître Frank avait décidé de vivre dans une autre maison plutôt qu'avec ses parents, alors j'ai dit à Milly de les accompagner, et de veiller à ce que tout aille bien chez eux, et que c'était une grande responsabilité car elle serait seule pour la première fois. Il fallait bien que je forme la génération suivante, mais maintenant ? Qui va vous servir quand je serais partie ? Et vos enfants ? Ma lignée a toujours servi les Londubat, Maître Neville, de mère en fille, nous nous sommes tous transmis. Je ne veux pas que ça se finisse comme ça, oh non !

-Calme-toi Jilly, je comprends que ce soit important pour toi. Tu n'as pas une nièce ou quelqu'un à qui apprendre le métier ?

-Non, ma Maîtresse ne veut pas acheter un autre Elfe pour elle-seule.

-Acheter ?

-Bien sûr Maître Neville. Les Elfes sont de bons serviteurs, mais nous sommes avant tout des esclaves, aucun Maître ne se séparera de son Elfe sans une contrepartie.

-Et les Elfes libres ? Ils doivent être moins chers, non ?

-Des vauriens, siffla Jilly. De mauvais serviteurs qui ont déçu leur maître ! Pas de cette engeance dans cette maison, jamais un Elfe libre ne servira les honorables Londubat, Maître Neville, pas tant que Jilly sera vivante et pourra l'empêcher. Je préfère me tuer à la tâche seule que d'accepter cette vermine.

-Calme-toi Jilly, je disais ça comme ça, une idée en l'air. Le seul autre Elfe que je connaisse est un Elfe Libre, il est payé par ses employeurs, maintenant.

-Payé ? Payé ? Comment un Elfe peut-il accepter un paiement ? Il n'a donc aucune fierté ? Aucun amour du travail ? Payer des Elfes, c'est désolant.

-J'en déduis que tu ne voudrais pas être payée ?

-Payer Jilly, dit la créature au bord des larmes. Maître Neville, qu'est-ce que Jilly a fait ? Pourquoi la torturer ainsi ? Jilly a été une bonne servante, Maître Neville, elle vous le jure.

-Jilly, ne t'en fais pas, tu n'as rien fait de mal. C'est parce que j'ai été élevé par les Moldus et chez nous on paie les gens qui travaillent pour nous, même les serviteurs.

-Jilly n'est pas une personne, Maître Neville, elle n'a pas à être payée.

-Bon Jilly, je vais te laisser manger, merci de m'avoir fait visiter ta cuisine.

-Bien sûr Maître Neville, Jilly est heureuse de vous servir. Maître Neville est un bon sorcier, même s'il a quelques idées... bizarres. Oh pardonnez Jilly, Maître Neville, elle ne voulait pas dire du mal de vous...

-Ce n'est rien Jilly, tu as dit ce que tu pensais et moi, je n'empêcherais jamais personne de dire ce qu'il pense, y compris mes serviteurs. »

Il quitta la cuisine, laissant Jilly manger son repas qui était en fait les restes du déjeuner de ses maîtres. Neville continua d'explorer la maison jusqu'au repas du soir qui se déroula dans le même silence angoissant et gêné que celui du midi. Ce fut Augusta qui le rompit en se raclant la gorge.

« Excuse-moi Neville, je voudrais savoir ça se passe bien à l'école ?

-Très bien Grand-Mère, je suis le meilleur de ma classe en Botanique.

-Et dans les matières importantes ? En Potions et en Métamorphose ? En Sortilèges et en Défense Contre les Forces du Mal ?

-Oh, euh... Je ne suis pas très fort en Potions, Eileen doit souvent m'aider, en retour je l'aide en Botanique. En DCFM je ne sais pas trop, on a pas encore eu de professeur suffisamment compétent pour évaluer notre niveau, pour tout dire. Par contre je me débrouille bien en Métamorphose et en Sortilèges.

-Tu devrais travailler tes Potions, c'est très important.

-Mais Grand-Mère, important pour quoi ?

-Eh bien pour ton futur métier. Il va te falloir de nombreux ASPICs.

-Je ne sais pas quoi faire plus tard, sûrement quelque chose en rapport avec les plantes. Mais j'ai le temps n'est-ce pas ?

-Neville, tu ne veux pas faire Auror comme tes parents ?

-Auror ? Chasseur de Mage Noir ? Non, sûrement pas, je ne suis pas fait pour me battre.

-Tu as encore le temps de réfléchir bien sûr, mais Auror est un très bon métier, très prestigieux.

-Je pensais que ce qu'il fallait, c'était trouver un métier qu'on aime faire. C'est ce que Tante Anna et Oncle Richard ont fait, ils font ce qu'ils aiment.

-Oui mais ce sont des Moldus, ils n'ont peut-être pas la même vision des choses que nous. Ah Jilly vient avec le plat, je lui ai demandé de faire ton plat préféré.

-Tu as demandé à Tante Anna ce que j'aime ? »

Jilly servit alors des portions d'épinards à la crème avec des œufs. Neville regarda un moment son assiette sans la toucher.

« Eh bien, qu'est-ce que tu attends ?

-Grand-Mère, dit doucement Neville. Je ne mange pas d'épinards, j'y suis allergique. Qui est-ce qui t'as dit que c'était mon plat préféré ?

-Mais ça a toujours été ton plat préféré Neville....

-Grand-Mère, tu ne me connais pas, comment est-ce que tu peux le savoir ?

-Oh, je... Je crois que j'ai confondu avec ton père, Jilly, dis-moi, c'est Frank qui adorait les épinards.

-Oui Maîtresse, Feu Maître Frank adorait mes œufs florentins. Maître Neville ne les aime pas ?

-Jilly, je suis désolé, je ne peux juste pas les goûter. Lorsque je mange des épinards, j'ai des boutons qui apparaissent sur tout le corps, et je me mets à vomir partout. J'aimerais beaucoup que tu me prépares autre chose, ou même simplement, sers-moi une nouvelle assiette de l'entrée, tes carottes râpées étaient délicieuses.

-Bien Maître Neville.

-Neville, je suis désolé pour ça, dit sa grand-mère.

-Ce n'est pas grave, Grand-Mère. Mais si tu avais demandé à ma Tante, elle t'aurais dit que mon plat préféré c'est la moussaka et que je ne peux pas manger d'épinards. Et pour information je suis également allergique aux bananes, aux châtaignes, aux noix, au melon, et à d'autres trucs. Et à un plastique que les Moldus utilisent, le latex.

-Oui, j'aurais peut-être dû demander.... Tu ressembles tellement à ton père, il y a des fois j'ai l'impression de retrouver Frank. Tout ça ne serait pas arrivé si on t'avait confié à moi dès le départ....

-Dumbledore ne pouvait pas, Grand-Mère, j'ai besoin de la protection de ma mère, tu le sais.

-Mais ce sont des Moldus ! L'héritier des Londubat, le Survivant, ne peut pas être élevé par des Moldus ! Tu as énormément de choses à apprendre, comment te comporter en société, comment te comporter avec les sorciers d'autres anciennes familles, ou au contraire qui ne sont pas de bonnes familles. Les choses à dire ou à ne pas dire, l'histoire de notre famille ! Tu es un Londubat, pas un Ketteridge !

-Je suis Neville Londubat, protesta Neville. Je comprends l'héritage de mon père, et j'en ai certainement tout autant du côté de ma mère, mais ma famille est aussi celle du côté moldu, mon foyer est celui de ma Tante. Elle m'a traité comme son fils, alors qu'elle était obligée de m'accueillir, elle m'a bien élevée. Je suis eux autant que je ressemble à mes parents physiquement, Grand-Mère.

-Un Moldu et une Cracmol, belle famille pour le sauveur du monde sorcier !

-Arrête Grand-Mère ! Je veux bien faire des efforts, mais je ne peux pas tolérer que tu parles comme ça de mon Oncle et ma Tante !

-Mais ils ne comptent pas, ils n'ont aucun droit, ce sont des Moldus, pas des sorciers ! »

Au fur et à mesure de leur dispute Neville avait senti la colère enfler en lui. En fait, elle n'avait cessé de couver tout le temps qu'il avait passé dans la maison, où il sentait qu'on voulait le faire devenir ce qu'il n'était pas, et elle finit par exploser. Il ne cria pas, mais laissa s'échapper des vagues de magie incontrôlables, invisibles, et sa Grand-Mère se leva soudain, frappée d'horreur, elle commença à se ratatiner, et Neville vit des plumes apparaître sur sa peau, sa tête rapetisser et sa bouche se transformer en bec crochu, ses mains en forme de serre disparurent sous les plumes, mais de vraies serres apparaissaient à ses pieds, et finalement ce ne fut plus Augusta Londubat qui se tenait devant lui mais un simple vautour.

Neville tourna les talons, fonçant dans sa chambre tandis que Jilly accourait, attirée par les bruits étranges. Quand elle vit la scène elle comprit tout de suite et suivit Neville en couinant, affolée :

« Maître Neville, ce n'est pas bien de faire ça ! Votre pauvre Grand-Mère, il ne fallait pas faire ça ! Vous êtes un méchant garnement Maître Neville !

-Écarte toi Jilly, dit Neville avec rudesse. Ou plutôt viens, aide-moi à faire ma valise, il faut que je parte d'ici.

-Vous ne pouvez pas partir ainsi, Maître Neville, il faut délivrer Maîtresse.

-Aide-moi, c'est un ordre.

-Je... Non, Maître Neville. Vous avez été méchant, et vous allez être puni, je ne peux pas vous obéir ! »

L'ignorant, Neville fourra ses affaires dans la valise en désordre, referma celle-ci, rafla la cage vide de sa chouette et partit de la maison, bousculant la petite Elfe qui tentait de la retenir. Il avait vu Dobby à l’œuvre, il savait que celle-ci avait une magie plus puissante que lui et qu'elle pourrait le retenir d'un claquement de doigts, mais la petite Elfe était incapable d'agresser magiquement son Maître et elle se contenta de gémir en tirant ses oreilles avant de rejoindre sa maîtresse. Neville franchit la grande porte d'entrée et resta hésitant devant la rue qui s'offrait à lui. Il était tard et il se retrouvait dans une ville inconnue sans aucun moyen de contacter son Oncle et sa Tante.

Mais il y avait pire, il avait fait de la magie en dehors de l'école, après avoir reçu un avertissement l'année dernière. Cela voulait dire qu'il serait certainement renvoyé de Poudlard, qu'il ne reverrait plus jamais ses amis. Soupirant, il songea à ce qu'il pourrait faire, il lui fallait rentrer chez lui. Mais il n'avait pas d'argent, donc il valait mieux aller à Gringotts pour prendre l'or de son coffre, le changer contre de l'argent moldu, puis rentrer chez son Oncle et sa Tante. Un plan infaillible, hormis qu'il n'avait aucune idée de comment se rendre sur le Chemin de Traverse ou même à Londres.

Tandis qu'il marchait pour s'éloigner du Manoir Londubat, réfléchissant à ce qu'il pourrait faire, il vit un grand oiseau se diriger vers lui. Craignant que ce soit sa Grand-Mère transformée en vautour, il accéléra, mais il vit que l'oiseau n'avait rien d'un vautour quand il passa sous un lampadaire, c'était un magnifique aigle, un des plus gros que Neville ait jamais vu, avec un plumage magnifique d'une couleur brun-mordoré, comme les cheveux de sa mère. L'aigle, loin d'être effrayé se dirigea vers Neville et se posa doucement sur la valise de celui-ci, et frotta sa tête contre son bras.

Étonné, Neville caressa doucement la tête du rapace, s'attendant à se faire mordre, mais celui-ci ne fit rien, il se contenta de se déplacer pour monter sur l'autre bras de Neville, qui tenait sa baguette sans qu'il sût à quel moment il l'avait sorti, sans doute en faisant face à sa grand-mère. Après un moment, l'Aigle prit son essor, ce qui fit trébucher Neville. Alors qu'il s'écrasait à terre, il entendit un grand craquement et eût peur que sa baguette ne fût cassée, mais en relevant la tête, il vit que c'était un grand bus à impérial qui avait provoqué ce bruit, violet vif il détonnait dans la ruelle moldue et tout proclamait magie, jusqu'au nom Magicobus inscrit sur le fronton du bus.

« Bienvenue à bord du Magicobus, transport pour sorciers et sorcières en perdition » dit un homme en uniforme violet. Il devait avoir moins de vingt ans, avait pas mal de boutons sur la figure et des oreilles largement décollées en forme de feuille de chou. « Je suis Stan Rocade et je serais votre contrôleur pour... Qu'est-ce que tu fais par terre ?

-J'ai trébuché, marmonna Neville en regardant l'Aigle les survoler.

-Qu'est-ce qui t'as pris ?

-Je n'ai pas fait exprès, grogna Neville. Un aigle m'a fait tomber. Votre bus, il peut aller n'importe où ?

-Oui, à condition que ce soit sur la terre ferme, il ne roule pas sur l'eau. Et on ne dessert pas l'étranger. Tu as quoi au front ?

-Rien du tout, dit Neville en plaquant ses cheveux sur sa cicatrice. Je vais prendre un aller simple pour Londres, au Chaudron Baveur. Vous desservez le Chaudron, je suppose ?

-Bien sûr, une des destinations les plus demandées. Comment tu t'appelles ?

-Harry Potter, répliqua Neville en donnant un nom au hasard. Combien ça me coûte ?

-Onze mornilles, mais pour quatorze tu auras une tasse de chocolat chaud en plus et...

-Ça va, juste un aller simple. »

Neville monta dans le bus et s'assit à une place, ou plutôt y chuta brusquement après que le bus ait démarré en trombe. Stan qui semblait doté d'un grand sen de l'équilibre, ou simplement de beaucoup d'expérience, prit sa valise et la balança sur le filet au dessus de la tête de Neville puis il resta à côté de la cabine du chauffeur, un petit vieux doté d'une paire de lunettes impressionnantes que Stan appelait Ernie.

« Alors Harry, qu'est-ce qui t'amènes à prendre le train si tard ?

-Je rentre chez mon oncle et ma tante, dit Neville sans fournir trop de détails. Dites-moi, vous avez une idée de quand est-ce qu'on va arriver ?

-Je peux pas trop dire, répondit Stan. Le Magicobus va vite, mais il faut déposer tout le monde avant toi.

-Je comprends. »

Alors qu'il parlait, Neville vit la photo d'une sorcière sur la première page du journal posé à côté de Stan, elle lui évoquait vaguement quelque chose, pourtant il était certain qu'il se serait rappelé s'il avait vu un jour une femme avec un visage aussi émacié, hormis sa grand-mère bien sûr. Ses joues étaient creuses, son teint cireux, ses yeux injectés de sang brillaient d'une lueur de démence et ses longs cheveux blonds étaient si sales qu'ils semblaient gris.

« Qui est-ce ? demanda Neville.

-Tu n'es pas au courant ? Où est-ce que tu as passé la journée ?

-Chez ma grand-mère, et elle n'a ni journaux, ni té... ni radio.

-Ah. C'est Agathe Fawley, une dangereuse criminelle, elle s'est échappée d'Azkaban.

-Ah, j'espère qu'on la retrouvera vite.

-C'est tout ce que ça te fais ? Elle s'est échappée d'Azkaban ! C'est la première à y être parvenue....

-Oh, je ne pensais pas que la prison des sorciers était aussi sécurisée. Chez les Moldus il y a souvent des évasions, ça fait rarement les gros titres.

-Mais Agathe Fawley n'est pas n'importe quelle prisonnière, dit Stan apparemment ravi de pouvoir rapporter tout ce qu'il avait lu à quelqu'un. Elle a été arrêtée pour avoir tué treize personnes dont douze moldus. C'était une espionne et le bras-droit de Tu-Sais-Qui...

-Elle a aidé Voldemort ? »

Aussitôt Stan blêmit et Ernie donna un grand coup de volant, forçant la moitié du paysage à s'écarter du passage du bus.

« T'es dingue ou quoi ? hurla Stan. Ça va pas de prononcer son nom ?

-Oh, désolé, j'avais oublié l'effet que ça faisait sur les gens. Ça ne m'a jamais vraiment dérangé moi...

-Tu es fou ?

-Donc, Agathe était une partisane de Vol... de Vous-Savez-Qui ?

-Oui, dit Stan en essayant de se calmer. Et une de ses espionnes, elle a passé presque toute la guerre à se faire passer pour une des nôtres. Et quand Neville a dégommé Tu-Sais-Qui, tous les Mangemorts se sont dispersés ou se sont rendus. Mais pas Agathe, elle a décidé de traquer une dernière victime, et quand elle a coincé Peter Pettigrew dans une ruelle elle l'a fait explosé, lui et douze autres personnes. Et ensuite elle a éclaté de rire, comme ça, et les Aurors l'ont retrouvé en train de rire comme une démente au milieu de la rue.

-C'est incroyable, elle devait être folle.... Tu dis qu'elle s'appelait Fawley ?

-Ouais, une vieille famille de Sang-Pur, comme la plupart des Mangemorts. »

Neville resta ensuite silencieux, et Stan passa son temps à faire descendre les différents passagers, laissant le temps à Neville de réfléchir à sa situation. Il était à peu près certain d'être dors et déjà exclu de Poudlard, peut-être changer un être humain en animal était-il suffisant pour être condamné à Azkaban ? Mais il n'avait que treize ans, en général on n'emprisonnait pas les enfants, et il jurerait qu'il ne recommencerait plus. Il voulait juste vivre avec son oncle et sa tante, comme ça ils seraient deux à avoir raté Poudlard. En tout cas, il était dans de sales draps....

Enfin il ne resta plus personne dans le Magicobus, qui se dirigea alors vers le Chaudron Baveur, et Neville prit sa grosse valise et la cage de Hedwige. Alors qu'il se dirigeait vers la porte du bar, accompagné de Stan qui portait sa valise, il vit la porte s'ouvrir et Cornelius Fudge en sortir, accompagné, au grand soulagement de Neville, de son oncle et sa tante.

« Te voilà arrivé Neville, dit le Ministre d'une voix aimable.

-Comment vous avez appelé Harry, Monsieur le Ministre ? demanda un Stan très excité.

-Harry ? C'est Neville, Neville Londubat.

-Oh Neville, s'écria alors sa Tante qui bouscula le Ministre pour le serrer contre elle. On s'est fait tellement de soucis pour toi, tu ne peux pas savoir ! »

Tandis que Stan se vantait d'avoir transporté Neville Londubat, celui-ci prit sa valise, confia la cage de Hedwige à son Oncle et ils rentrèrent dans le bar, vite rejoints par le Ministre de la Magie qui les entraîna dans un salon privé où il commanda une petite collation à Tom, le barman édenté et bossu du Chaudron Baveur.

« Alors, Neville, dit le Ministre. Content de retrouver tes tuteurs ?

-Euh oui, Monsieur le Ministre. Mais... est-ce que je vais aller à Azkaban ?

-Où ça ? s'esclaffa le Ministre.

-Excusez-moi Monsieur le Ministre, mais comme vous vous êtes déplacé en personne pour m'accueillir, je suppose que l'affaire doit être très grave, je veux dire il est vingt-deux heures, vous êtes la personne la plus importante du monde sorcier...

-Mais non, Neville, voyons. Je suis venu parce que... Ce n'est pas tous les jours qu'on rencontre Neville Londubat, c'est tout. Au sujet de cet incident, justement, Augusta Londubat a été dé-transformée en quelques minutes et assure ne pas t'en vouloir, l'incident est donc définitivement clos.

-Je vais devoir retourner chez elle pour le reste de la semaine ? s'enquit Neville auprès de sa Tante.

-Euh, eh bien nous pensions qu'il serait plus... prudent, disons, que tu prennes, que vous preniez une chambre ici, au Chaudron Baveur, dit le Ministre. Aux frais du Ministère, bien entendu. Mais on peut faire venir Augusta aussi, bien sûr.

-Je pense que ce n'est pas ce que Neville voulait dire, dit Anna qui n'avait pas du tout envie de devoir côtoyer la vieille femme. N'est-ce pas mon chéri ? »

Derrière sa femme, Oncle Richard articula en silence les mots « on t'expliquera après », ce que Neville comprit comme une injonction à ne pas demander au Ministre pourquoi il ne pouvait pas rentrer chez son Oncle et sa Tante pour le reste des vacances. A la place il choisit de revenir sur le terrain de sa punition.

« J'ai violé la loi des sorciers, dit-il. L'année dernière un Elfe de Maison a fait léviter un gâteau dans ma cuisine et j'ai été puni. Et maintenant que j'ai vraiment fait quelque chose, on ne me dis rien ?

-Tu n'as pas fait ça pour être renvoyé Neville ?

-Bien sûr que non, Poudlard est ma deuxième maison, je ne voudrais jamais en être envoyé.

-Alors l'incident est clos. Maintenant excuse-moi, j'ai beaucoup à faire. Ah une dernière chose, je voudrais que tu n'ailles pas dans le Londres moldu tant que tu seras au Chaudron, tu veux bien ? Prends ça comme une punition si ça t'arrange. »

Neville attendit que le Ministre soit parti pour se tourner vers son Oncle et sa Tante.

« Alors ? Qu'est-ce qu'il se passe ? Pourquoi le Ministre est d'un coup si magnanime avec moi ?

-Neville, écoute, ça va être une histoire longue et compliquée. Est-ce que tu veux bien t'asseoir, et tiens prends un petit pain, dit-elle en montrant l'assiette apportée par Tom pendant qu'ils parlaient.

-D'accord Tante Anna.

-Et ensuite tu nous expliqueras pourquoi tu t'es enfui de chez ta grand-mère, ajouta Richard avec un regard courroucé.

-Oui, désolé Oncle Richard.

-Bien alors, premièrement tu sais que je suis la sœur de ta mère, n'est-ce pas ? Ce que je ne t'ai pas dit, c'est que ta mère a également une sœur jumelle, nous étions trois, moi Anna, Alice et Agathe.

-Agathe Fawley, dit brusquement Neville. Je n'avais pas le lien, parce que je suis habitué à ce que plein de gens aient le même nom de famille, mais c'est elle ! Et c'est elle le double de Maman sur les photos !

-Quelles photos ? Et qui ça elle ?

-Elle la criminelle qui s'est évadée d'Azkaban. Chez Grand-Mère il y a des photos et sur l'une d'elles j'ai vu mon père et ses amis, avec Maman, toi, Lily et une personne qui ressemble beaucoup à Maman, c'était Agathe ?

-Oui, dit Anna. Bon, ça sera peut-être plus simple comme ça, dans ce cas tu sais que Agathe était une Mangemort, qu'elle a trahi l'Ordre et qu'elle a tué beaucoup de gens ? Puis a été condamnée à Azkaban ? Et qu'elle est en fuite, c'est ça ?

-Oui, c'est ce qu'ils disent dans les journaux.

-Bon. Neville ce que je veux te dire est très important, et c'est tout à fait normal si tu as peur, d'accord ? Agathe ne s'est pas échappée sans but, le Ministre pense qu'elle veut te tuer toi.

-Moi ? Pourquoi est-ce qu'elle voudrait me tuer, je ne lui ai rien fait.

-Neville, dit son oncle. Tu as dézingué le malade qu'elle suivait, bien sûr que tu lui as fait quelque chose. Et selon le Ministre, elle pense que te tuer le fera revenir, l'autre Lord.

-Tu n'as pas peur mon chéri ?

-Eh bien... je sais que je devrais être effrayé, et je le suis peut-être un peu. Mais... il y a deux ans j'ai dû vaincre Lord Voldemort, l'année dernière j'ai terrassé un serpent géant aux yeux tueurs et le souvenir de Lord Voldemort. Je ne peux pas être totalement effrayé par le second couteau de Voldemort. C'est juste beaucoup moins effrayant...

-Mon Dieu, soupira Anna avec un sourire mi figue mi raisin. Treize ans et tu es déjà blasée, je n'arrive pas à savoir si je suis fière de te voir si brave ou effrayée de te voir aussi inconscient.

-Sans doute les deux Tata, dit Neville avec un grand sourire.

-Mais Neville, dit son Oncle d'une voix inquiète. N'oublie pas que ce n'est pas parce que tu as vaincu Voldemort que tu pourras vaincre Agathe. C'est une grande sorcière, encore plus que ta mère grâce aux leçons de son maître. Ne va pas chercher les ennuis s'il te plaît, sois prudent.

-Neville, rajouta sa Tante. Tu es mon neveu, le fils de ma sœur, ce qui te protège contre Lord Voldemort. Mais ça ne te protège absolument pas contre tous ses Mangemorts, donc ne cours pas au devant du danger, d'accord ?

-Je ne cours jamais au devant du danger, Tata, c'est le danger qui vient me chercher. Je sais que j'ai été imprudent les années précédentes, mais je ne vais pas me ruer sur Agathe pour le plaisir de mourir. D'accord ?

-Je te fais confiance, mon Neville, dit Anna. Si tu me jures que quoi qu'on te dise tu n'iras pas rejoindre Agathe, ça me rassurerait beaucoup.

-Je le jure Tante Anna. Mais... quoi qu'on me dise ? Tu me caches quelque chose ?

-Neville, fais nous confiance, dit son Oncle. On pense que tu es plus mature que ne le pense le ministre et que tu peux, que tu dois savoir que tu es pourchassé par une dangereuse Mangemort. Mais il y a des choses, des secrets de famille, que tu n'es pas encore prêt à entendre. Promis on t'en parleras quand tu seras plus grand.

-Oui Neville, ce n'est pas parce que Agathe est en liberté que je te le cache, mais parce que c'est une chose qui... même moi ça me fait encore pleurer parfois, Neville, je ne veux pas te traumatiser.

-Je vous fais confiance, dit Neville lentement. Vous avez presque toujours pris de bonnes décisions pour moi. Maintenant, je vais vous expliquer pourquoi je me suis enfui de chez Grand-Mère. »

Il leur raconta alors tout ce qu'il s'était passé chez sa grand-mère et comment il avait fini par la transformer en vautour et à partir pour les rejoindre sans trop savoir comment.

« Voilà, je suis désolé, je ne voulais pas vous effrayer, si j'avais su que Agathe voulait me tuer, je serais resté chez Grand-Mère.

-Bien sûr mon chéri. Ce n'est pas grave, tout le monde aurait agi comme toi. Je plains cette pauvre Augusta, finalement.

-Vraiment Tata ? Après les horreurs qu'elle a pu dire sur vous ?

-Oui. Je l'ai connu avant la mort de ton père, même si je suis rapidement parti de chez moi, j'étais déjà une Moldue quand tes parents se sont mariés, Alice l'a fréquenté presque depuis la première année. C'était une femme heureuse, accomplie, pas très différente de Lily ou de moi. Puis son mari est mort contre les Mangemorts et elle s'est assombrie, et quand ton père a été tué, et qu'elle n'a pas obtenu ta garde, j'imagine que son monde s'est effondré. Tu sais, si Richard et toi étiez tués, je ne pense pas que je serais beaucoup plus aimable qu'elle après douze ans à ruminer mon chagrin. Allez, maintenant il est presque vingt-trois heures, il faut aller au lit, hop hop hop. »

Neville obtempéra et trouva avec joie Hedwige dans sa chambre, attendant sagement son retour pour qu'il la vît, puis elle repartit en chasse, et Neville se coucha, un peu inquiet par ce qui s'annonçait être une année mouvementée.

Note de fin de chapitre :

Comme je le disais, cette année, Neville est en tête d'affiche. Ce sera le cas jusqu'au Cinquième Tome, Neville Londubat et la Coupe de Feu, puis Neville Londubat et l'Ordre du Phénix (on comprends pourquoi il n'est pas le héros du canon, Neville Londubat c'est beaucoup plus chiant à écrire que Harry Potter XD). Bref, ce chapitre devait faire 7-8 pages, comme d'hab, il en fait 15. Parce que, comme vous avez pu le remarquer, je me suis lâché sur le Manoir Londubat et ses deux occupantes. Honnêtement, j'aime tellement ce passage (notamment Jilly ^^), ils reviendront très vite, sans doute au tome prochain.
Mais ne nous emballons pas et restons sur ce tome-ci, avec le premier chapitre. Le Parrain est remplacé par la Tante, oui c'est très fainéant sachant qu'il avait déjà une Tante, mais c'est ce qui m'est venu pour remplacer Sirius Black. On verra bien. Bon, par contre je balance tout de suite qu'elle veut tuer Neville parce que... sérieux qui ne dirait pas à un gamin connu pour s'attirer des ennuis « ne va pas dans les ennuis ta Tante veut te tuer ! » ? Logique élémentaire (remarque Dumbledore ne lui a pas dit pourquoi il ne devait pas fuir la famille abusive qui l'abrite, la logique n'étouffe pas trop les sorciers XD).
Ah oui quelques précisions sur les Londubat. Bon d'abord le titre imprononçable, c'est tout simplement la traduction latine de leur devise. Non je parle pas latin, comme je l'ai copié de deux devises historiques (Plutôt mourir que la souillure, devise de la Bretagne et Ne cédez pas au mal, devise d'une obscure famille anglaise), bah j'ai repris les devises en latin et voilà. Et surtout, la Pure et Vaillante Maison des Londubat. Non, les Londubat ne se vantent pas de la pureté de leur sang, en fait pur signifie ici qu'ils sont sans magie noire, très éloigné des Mangemorts donc ^^
Ah oui la scène du repas où Augusta sert des épinards à Neville. En fait, ça vient d'une fanfic que j'aime beaucoup, la Saga des Sovrano, où deux OC corrompent totalement toute l'école à la doctrine du Délire et notamment Neville qui se rebelle contre sa grand-mère. Et à un moment, elle lui sert son plat préféré, le poisson aux petits-pois, et il lui fait remarquer que c'est celui de son père et qu'elle ne lui a jamais demandé le sien. Bon ma scène est beaucoup moins violente, par contre. Ah et j'ai vérifié, on peut apparemment vraiment être allergique au latex et ça entraîne toutes ces allergies là (je fais des recherches moi... mais j'oublie que Dean Thomas est sang-mêlé comme on me l'a fait remarquer das une review aujourd'hui XD).
Bref, j'ai fait presque une page de remarques, je vais finir par faire des Remarques pas Constructives de l'Auteur... mais j'ai pas assez de talent pour le Délire pour ça remarque. Donc je vous dis à la semaine... ah bah non, j'ai pas de chapitre d'avance. Bon bah à la prochaine, promis ça sera avant Décembre :p
PS : Pour le tome 3 fini avant 2018 c'est mort.
PPS : Nouvelle deadline, Mars 2018.
PPPS : Promis ça sera pas repoussé plus tard que Juin, sauf vraies contraintes irl ^^
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.