S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Au bonheur des commentateurs


Du 23 septembre au 22 décembre, nous vous proposons de donner du bonheur autour de vous en participant à notre concours reviews "Au bonheur des commentateurs".
Le but ?
Poster un minimum de cinq reviews par semaine dont l’une devra être sur un texte correspondant au thème de la semaine. En exclusivité pour vous, le thème de la première semaine sera "commentez un texte avec moins de 5 commentaires/reviews" !
Quand ?
Pendant l'automne, du 23 septembre au 22 décembre. Vous pouvez prendre le train en marche sans problème !
Comment ça marche ?
Si vous êtes déjà inscrits sur le forum, rendez-vous ici. Sinon, nul besoin de s'inscrire ! Envoyez-nous un mail à l'adresse suivante projetreview[at]gmail.com en indiquant votre souhait de participer, nous vous indiquerons la marche à suivre !

De le 21/09/2018 22:05


81e Edition des Nuits d'HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 81e édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 22 septembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaitre les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A très bientôt !
De L'Équipe des Nuits le 12/09/2018 09:50


Concours Officiel - Mappa Mundi


L'horloge de la gare de King's Cross sonne l'heure fatidique à laquelle les jeunes sorciers et sorcières du Royaume-Uni montent à bord du Poudlard Express. De l'autre côté de la voie 9 3/4, les jeunes Moldus, tout comme vous, attendent impatiemment la sortie du film Les Animaux Fantastiques 2...

Voyager avec Newt Scamander - Norbert Dragonneau pour ses amis francophones - visiter de nouveaux pays, découvrir des animaux extraordinaires, affronter de terribles menaces et s'en sortir de justesse à chaque fois... Ça fait rêver non ? Ça vous tenterait bien, n'est-ce pas ?

Alors, n'attendez plus une seconde de plus ! Et embarquez à bord du train, prenez un Portoloin ou grimpez sur votre balai pour découvrir de nouvelles contrées. Partez à l'aventure rencontrer les créatures magiques du monde entier ! Avec l'écriture, rien n'est impossible !

Venez découvrir Mappa Mundi, le dernier concours officiel de l'équipe des Bleues ! Inutile d'être inscrit sur le forum pour participer !

A très vite !
De Les Schtroumpfettes de compèt' le 01/09/2018 11:55


7ème édition des Nuits Insolites


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 7e édition des Nuits Insolites se déroulera le Samedi 1er septembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir vous inscrire !
Les modalités de participation sont disponibles sur le même topic. À très bientôt !
De L'équipe des Nuits le 20/08/2018 18:04


80e Edition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 80e édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 18 août à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaitre les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A très bientôt !
De L'équipe des Nuits le 13/08/2018 19:43


Délais de validation


Bonjour à toutes et tous !

Une bonne partie de notre équipe étant en vacances, nous tenions à vous informer que les délais de validation des chapitres qui nous sont soumis sont susceptibles d'être plus longs.
Merci de votre compréhension !
Bel été ! Profitez-bien !
De L'équipe de modération HPF le 09/08/2018 14:04


Au nom de la Rose par Layi

[145 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

Bonjour tout le monde !

 

— Mademoiselle ! Hé ! Réveillez-vous !

Sa tête allait exploser. Il n’y avait aucune autre alternative à la douleur qui la terrassait en cet instant. Elle aurait souhaité demander s’il était possible d’éteindre la lumière, et surtout qu’ils se taisent tous. Mais aucun son ne parvenait à sortir de sa gorge. Les murmures étaient hurlements, les paroles des cris stridents. Que s’était-il passé ? Son corps entier semblait en fusion, ses muscles tremblaient sans aucun contrôle. Le sol sous elle était dur, froid. Elle en devinait les imperfections sous ses doigts. Une porte claqua, elle perçut des pas précipités qui s’approchaient.

— Éloignez-vous, tous ! Laissez-lui de l’air.

La voix était un bruissement agréable à ses oreilles. Les chuchotements se stoppèrent instantanément.

— Monsieur Black, veuillez prévenir madame Pomfresh, je vous prie, nous emmenons cette jeune femme à l’infirmerie.

« Black. » ... « Pomfresh ? » Les mots se percutèrent dans son cerveau. Elle connaissait ces noms, mais cette phrase n’avait aucun sens, aucune logique. Elle essaya d’ouvrir les yeux, mais la lumière toujours trop forte la fit sombrer à nouveau. Elle reprit connaissance dans une pièce très familière, bien qu’elle ne parvienne à se l’expliquer. Voilà qu’elle se trouvait à Poudlard, mais sans aucune idée de la façon dont elle avait pu y atterrir. Elle tenta vainement de rassembler ses souvenirs, mais avait du mal à obtenir une pensée cohérente. Elle soupira bruyamment.

— Ho, vous êtes enfin réveillée. Vous avez été inconsciente durant un sacré moment, très chère.

La voix était un mélange étrange, quelque chose d’à la fois habituel et de totalement inconnu. Elle retint difficilement un hoquet de surprise en devinant péniblement l’infirmière de l’école penchée au dessus d’elle, quarante ans plus jeune qu’elle ne la connaissait.

— Comment vous sentez-vous ? Vous paraissez en bonne forme physique, aussi si vous en avez l’énergie le directeur Dumbledore souhaiterait s’entretenir avec vous.

Elle hocha la tête, perdue. Albus Dumbledore était mort. Mort et enterré avant même sa naissance. Elle attendit que Pomfresh soit repartie avant de se pincer. C’était ridicule, mais son cerveau avait besoin de vérifier que non, elle ne rêvait pas. Une hallucination, peut-être ?

Elle avait eu un peu trop souvent l’occasion d’observer le tableau représentant ce grand homme, elle n’eut aucune peine à le reconnaître lorsqu’il se présenta devant elle. Albus. Elle eut une pensée fugace pour son cousin, qui aurait certainement hésité entre le rire et l’effroi en la voyant dans cette situation.

Ça n’avait rien de comique.

Elle commençait à réaliser ce qui était potentiellement en train de lui arriver et ça ne présageait rien de bon. Ses synapses fonctionnaient à mille à l’heure. Sa mère l’avait pourtant prévenue qu’un jour les conséquences de leurs actes seraient trop graves, mais elle n’avait bien sûr pas écouté. C’était bien trop facile, bien trop drôle, d’inventer chaque jour de nouvelles façons de faire enrager les adultes. D'autant plus que chaque fois, ces derniers rattrapaient les dégâts. Mais à l'instant, elle était seule. Elle retint ses larmes. Peut être pas si seule après tout, songea-t-elle en observant le sourire paternaliste de Dumbledore, qui se tenait face à elle. Elle décida de lui faire confiance, de faire confiance à ses talents de sorcier, de faire confiance à l’homme qu’il était et de lui dévoiler toute la vérité. Il sauverait le monde, un jour lointain ; il était donc capable de gérer une grosse bêtise d’adolescente, non ?

— Bonjour Miss, je m’appelle…

— Albus Dumbledore, compléta-t-elle. Je sais. Et je ne devrais pas être là. Pas du tout…

— Que voulez-vous dire ?

— Sommes-nous seuls ?

Il agita sa baguette, fronçant légèrement ses épais sourcils.

— Parlez sans crainte.

Des craintes, ça, elle en avait des tonnes. Tout lui revenait peu à peu, la vieille mégère de la forêt, le rituel, le mal de tête, le trou noir. « Tu vas à la rencontre de ton âme sœur, de ton destin, jolie fleur. » Son âme sœur, vaste blague. Cela faisait à présent bien des années qu’elle ne croyait plus à l’amour des hommes. C’est d’ailleurs ce qui l’avait convaincue de boire cette potion au goût infâme qui lui avait été tendue. Finalement, elle ne savait absolument pas ce que la vieille chouette lui avait fait, mais elle était désormais en mauvaise posture.

Lorsqu’Hermione Granger avait compris qu’elle ne pourrait rien face aux – trop – nombreuses expériences de sa fille et ses cousins, elle avait pris soin de les mettre amplement en garde sur certaines formes de magie. Les voyages temporels avaient largement été évoqués. Rose avait réalisé rapidement que sa présence à une époque qui n’était pas la sienne - quoique pas encore clairement définie – était dangereuse.

— Quel jour sommes-nous, Monsieur ?

S’il fut surpris, il n’en laissa rien paraître.

— Nous sommes mercredi 6 septembre 1977. Il semblerait que vous ayez raté la rentrée des classes de peu, s’amusa-t-il.

Cela eut le mérite de faire esquisser un sourire à la jeune femme. Celle-ci avait entendu parler Albus Dumbledore une unique fois à travers son tableau. Ça avait été un immense honneur tant son mutisme était légendaire. Mais le rencontrer était une expérience particulière. Il était apaisant, ce qui permit aux sons retenus dans sa gorge de sortir enfin.

— Je suis née le 29 juin 2006. Et c’est la principale raison qui fait que je ne peux m'exprimer sans crainte… Chaque mot prononcé, chaque acte… ma présence ici n’est pas une bonne chose… bafouilla-t-elle difficilement.

Elle surprit dans les prunelles bleues de son interlocuteur une étincelle étrange, mélange d’envie, d'inquiétude et d’un elle ne-savait-trop quoi mystérieux qui lui fit presque un peu peur. Elle n’était pas sereine. Réellement pas. Elle espérait sincèrement que le professeur Dumbledore ne lui poserait pas trop de questions, car elle avait conscience qu’elle ne tiendrait pas sa langue. Une partie d’elle était tentée de changer le passé, de raconter tout ce qu’elle savait, d’accélérer la chasse aux Horcruxes et ainsi peut-être sauver des centaines de vies. Mais c’était un risque que l’ensemble de sa famille lui aurait interdit de prendre s’ils avaient été là, elle n’en douta pas une seconde.

— Avez-vous une idée de ce qui vous a amenée ici ?

Ça, elle pouvait en parler plus librement. Elle narra alors son voyage de fin d’études, leur petite virée nocturne, à ses amis et elle – omettant volontairement de nommer Albus, ce prénom était bien trop particulier pour que l’homme qui se tenait en face d’elle ne fasse aucun rapprochement – et le rituel auquel elle avait participé.

— Je ne sais pas comment inverser ce maléfice, avoua-t-elle. Je… Il faut m’enfermer, que je ne vois personne, que personne ne me v…

Elle s’interrompit, déglutit difficilement. Son cerveau se remettait doucement en état de marche. Elle n’avait pas une grande mémoire des dates, l’Histoire de la Magie ce n’était pas son fort, mais il y en avait certaines qu’on lui avait tellement rabâchées qu'elle ne pouvait que s’en souvenir. « 31 octobre 1981, Mort de Lily et James Potter, parents de Harry Potter, le Survivant. » C’était même tombé à ses examens de Buses.

Elle avait atterri en 1977.

« Black ».

Comme « Sirius Black ? »

La respiration de Rose se saccada et elle manqua de céder à la panique.

— Nous n’allons pas vous enfermer, Miss, ce ne serait pas correct. Je propose même que vous soyez répartie dès demain dans l’une des maisons afin de séjourner au château le temps de trouver une solution.

— Mais je…

— Je subviendrai à vos besoins de ma bourse personnelle s’il le faut, n’ayez pas d’inquiétude. Quant à vos petits secrets, vous paraissez bien au fait des conséquences qu’une imprudence de votre part pourrait avoir, aussi, soyez vigilante.

— Vous ne comptez pas me couper la langue ? ironisa-t-elle.

— Non. Pas pour l’instant, du moins, murmura le professeur.

— Hein ? s’étrangla-t-elle. 

— Disons que si vous rencontrez des difficultés, nous envisagerons certainement d’autres échappatoires.

Rose hocha la tête.

— Et comment je fais, pour rentrer chez moi ? s’enquit-elle, perplexe.

— Je n’ai dans l'immédiat aucune information à vous fournir à ce sujet. Je vous propose dans un premier temps de gérer l’urgent : votre intégration dans notre école.

Il marqua une pause.

— Je suis navré de vous l'affirmer, mais vous ne semblez pas avoir de grandes capacités pour le mensonge.

Rose pinça les lèvres. Il n’avait pas tort, cela lui était souvent reproché par Roxanne et Scorpius puisqu’elle était systématiquement celle qui lâchait le morceau la première - le plus souvent de manière totalement involontaire, juste aux expressions de son visage.

— Le plus simple sera certainement d’annoncer une part de vérité à vos camarades. Je le ferai demain matin, avant les cours.

La jeune femme s’attendait à ce qu’il lui en révèle plus, mais il laissa sa phrase en suspens. Aussi, elle posa la seule question qui lui venait à l’esprit, un peu secondaire, mais elle mettrait par la suite l'absurdité de sa réaction sur son état de choc.

— Quand vous parliez de me faire répartir, professeur, reprit-elle, vous vouliez dire que je vais devoir coiffer le Choixpeau, comme il y a sept ans ? Il ne m’est pas possible de rejoindre la maison de Serpentard qui était la mienne à mon époque, directement ?

— Les gens changent, Miss… comment doit-on vous nommer ?

Elle se retint de justesse de lui avouer son nom. Il lui faudrait être vigilante afin de conserver son identité – et le reste – secrète.  

— Wisely, mentit-elle. Rose Wisely.

 

 

Note de fin de chapitre :

J'espère que vous n'avez pas été déçus de cette découverte de Rose. 

Vous feriez de moi une autrice heureuse - mais genre vraiment ! :D - si vous preniez également le temps de laisser un commentaire afin de me dire ce que vous pensez de ce chapitre. Et une autrice heureuse écrit plus vite et mieux. Mais je dis ça... je dis rien. :siffle:

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.