S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Le concours PWP fête ses 10 ans


Vous l'attendiez avec impatience : le traditionnel concours de textes érotiques est de retour et il fête ses 10 ans !
Venez découvrir les dictons choisis pour inspirer vos histoires ainsi que toutes les modalités sur le forum. On a hâte de découvrir vos textes !
De Le Conseil d'Administration le 18/03/2019 21:42


87ème Édition des Nuits d'HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 87e édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 23 mars à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !

Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


De L'Équipe des Nuits le 14/03/2019 16:47


Super sélections du mois !


 

Super sélections du mois !

 

Tout d'abord félicitations à Olly et princesse dont les textes ont été élus pour la sélection Sirius/OC ! Leurs fanfictions se verront attribuées une jolie vignette.

 

Des nouvelles de la prochaine sélections ? Et oui ! Le thème Métamorphose a su conquérir votre cœur pour les sélections du mois d'Avril et vous pouvez déjà proposer vos fanfictions favorites sur ce sujet en vous rendant ici ou bien en répondant à cette news.

 

Les votes autour du thème Sirius/OC étant cloturés, nous vous informons que ceux pour le thème de Mars seront tournés vers la famille avec le thème Parents. Vous pouvez dores et déjà lire les textes, les reviewer et voter pour vos fanfictions favorites en vous rendant ici.


De L'Équipe des Podiums le 04/03/2019 23:08


10ème édition des Nuits Insolites


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 10e édition des Nuits Insolites se déroulera le Samedi 2 Mars à partir de 20h. N'hésitez pas à venir vous inscrire !
Les modalités de participation sont disponibles sur le même topic.

A très bientôt !
De L' équipe des Nuits le 01/03/2019 07:36


Thème des Sélections d'Avril


À voter !

Chers HPFiens, nous vous informons que les votes des thèmes pour les Sélections du Mois sur le site hpfanfiction.org sont lancés ! Vous avez jusqu'au 28 Février 2019, 23:59, heure de Paris pour décider du thème du mois de Avril entre Mangemort, Gore, Métamorphose & Animaux fantastiques.

Rendez-vous sur ce topic pour voter !


De L'Équipe des Podiums le 19/02/2019 12:49


86ème Édition des Nuits d'HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 86e édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 23 février à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !

Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


De L'Équipe des Nuits le 12/02/2019 20:47


Au nom de la Rose par Layi

[156 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

Merlin vous ne pouvez pas imaginer combien je suis contente ! Je vais éviter de vous faire un paragraphe d'autrice hystérique, mais franchement, on en est pas loin. Lire vos reviews, c'est que du bonheur ! <3 


Je profite de cette note de chapitre pour remercier Lul, qui vous épargne nombres de fautes et tournures de phrases inadéquates, ainsi que Lyssa, qui est la gardienne de mes personnages - et principalement de Ron que j'ai trop souvent tendance à massacrer. 


Plein d'amour sur vous, vous faites de moi une autrice épanouie (comment ça, j'en fais trop ? lol) 

Les deux professeurs se regardèrent, tombant d’accord sur le fait qu’il leur fallait mettre la main sur cette fameuse sorcière s’ils souhaitaient avoir une chance de retrouver leur élève. Ils renvoyèrent ceux qu’ils avaient en face d’eux à leur couchette et décidèrent de n’annoncer la nouvelle aux parents que le lendemain – surtout que connaissant Hermione, Neville ne s’attendait pas à ce qu’elle leur pardonne facilement la disparition de sa fille. Ils ne connaissaient pas assez la forêt pour envisager des recherches seuls, aussi ils allèrent trouver Farah espérant qu’elle pourrait leur en dire plus.

-------------------

Farah ne put rien pour eux. Enfin du moins, elle ne leur révéla rien qui pourrait les faire avancer rapidement dans une quelconque recherche. Il y avait effectivement une rumeur racontant qu’une très vieille sorcière vivait dans la forêt près de l’école. Certains élèves l’auraient déjà croisée et elle était soi-disant capable d’une grande magie. Cependant, elle-même ne l’avait jamais rencontrée et ne pouvait même pas affirmer qu’il s’agisse d’autre chose que d’un bruit de couloir qui courait depuis déjà bien des années.

Aussi, la décision avait été prise : ils rentraient. Scorpius et Élisabeth avaient protesté, prétextant que si Rose réapparaissait seule dans la jungle, elle aurait besoin qu’on la cherche. Farah leur avait garanti qu’ils feraient des rondes régulièrement et la question avait été close. Si les autres participants au voyage avaient été interloqués de ce retour prématuré, aucun n’avait osé renâcler devant la mine revêche de leurs professeurs et l’air sombre du directeur.

Neville redoutait la colère d’Hermione, mais il ne s’était pas attendu à une telle réaction de la part de Ron. Ce dernier l’aurait frappé si Flitwick n’avait pas été là pour le raisonner et engager sa responsabilité dans ce qui était arrivé. Ils étaient dans le bureau directorial, en présence des parents de Rose et de Harry – celui-ci représentant les Aurors. Lucas et lui venaient de finir de rapporter les propos des enfants concernant la disparition de Rose.

Étrangement, celle qui était immuablement considérée comme la plus brillante sorcière de sa génération n’avait encore rien dit. Inquiets, ils se tournèrent tous vers elle, comme en attente d’une réponse qu’elle avait toujours su donner. Elle fixait le sol en secouant la tête, en proie à une lutte interne. Elle prit une grande inspiration, souffla longuement. Elle gardait les épaules basses, les années, les obligations et la douleur avaient marqué son corps et son esprit déjà bien trop.  

— Les mages africains sont puissants. Très puissants. Ils sont capables de choses que l’on n’imagine même pas, marmonna-t-elle. Je… Il faut que j’aille à la bibliothèque !

Elle ignorait les autres occupants de la pièce. Elle semblait avoir tout occulté hormis les déductions de son cerveau. Finalement, à quelques pas de la porte, elle se retourna vivement.

— Je ne trouverais rien ici. C’est les livres de Uagadou qu’il me faut !

Si personne n’avait été surpris de sa première décision – l’habitude aidant – tout le monde fut légèrement interloqué de cette affirmation. Cependant, personne n’osa la contredire. Ron et Harry avaient l’impression d’avoir à nouveau quinze ans, deux adolescents désemparés qui suivent la seule en qui ils ont aveuglément confiance.

— Et il faut que je parle aux jeunes !

— Hermione, nous les avons déjà réprimandés… commença Neville, inquiet.

— Je n’en doute pas une seconde, coupa-t-elle, je veux simplement connaître tous les détails de cette histoire, il faut que je sache absolument tout !

Le ton était si autoritaire que personne ne bougeait plus une oreille. Elle avait entrepris de tracer un rond au milieu du bureau, sourcils froncés, main sur le menton. Elle resta silencieuse de très longues minutes, ignorant totalement les airs incrédules des autres personnes de la pièce. Personne n’osait l’arrêter dans sa course, ne souhaitant pas interrompre ses réflexions. Finalement, elle s’échoua sur l’un des fauteuils disponibles et laissa échapper une légère plainte.

— Voilà ce que nous allons faire.

Sa voix n’était presque qu’un murmure, mais tous s’accrochaient à ses mots.

— L’infirmerie est-elle libre ? s’enquit-elle

Le directeur indiqua que oui. La fin de l’année approchait, la saison de Quidditch était terminée et surtout les plus terribles de ses élèves n’avaient pas été présents au château ces derniers jours, limitant grandement le nombre potentiel d’accidents et d’accidentés. Hermione continua : 

— Nous allons nous y rendre, convoquez-y les amis de Rose.

Ce n’était pas tant une requête qu’un ordre.

— Il serait également pertinent de demander à Poppy de tirer un rideau sur l’un des lits de l’infirmerie afin d’y accueillir officiellement notre fille.

— Mais elle n’est pas là, grinça Ron.

— Sauf que personne ne le sait.

Tous la dévisagèrent. Le professeur Flitwick ferma doucement les yeux. Il dodelinait de la tête, comme pour donner son accord à celle qui avait un jour été sa plus brillante élève. Il avait déjà songé à cette solution provisoire. Les professeurs Wayne et Londubat plissaient les paupières, ne sachant quoi penser. Harry la considérait, bouche semi-ouverte, interloqué.

— Tu n’es pas sérieuse ? explosa alors le père de la jeune disparue en comprenant ce que sa femme sous-entendait.

— Bien sûr que si ! Il ne sert à rien de laisser un vent de panique s’installer et la presse s’emparer du sujet. Ils vont poser bien assez de problèmes…

Ron lui jeta un regard noir avant de quitter la pièce. Elle leva les yeux au ciel et, d’un froncement de sourcils appuyé, menaça quiconque de la contredire. Harry soupira légèrement, mais ne dit mot. Il aurait souhaité que ses meilleurs amis restent unis jusque dans la mort, mais la vie en avait décidé autrement. Les différents drames qui avaient bousculé la famille des années auparavant semblaient inscrits au fer rouge dans chacun de leurs pas, chacune de leurs paroles, chacune de leurs décisions. Hermione planta ses prunelles dans les siennes.

— Il ne faut pas que ça fuite, Harry. Pas maintenant, pas avant…

— Les Aspics sont dans à peine plus d’une semaine, les élèves ont le droit de les passer sereinement sans s’inquiéter outre mesure pour l’une de leurs camarades, acquiesça-t-il. Mais on ne pourra rien faire pour Albus, Lily et les autres.

— Je…

— De plus, on ne pourra pas garder ça secret jusqu’aux élections. 

— Je sais ! s’exaspéra-t-elle. Je le prendrai sur moi. Et ce n’est de toute façon pas la raison de ma demande, à aucun moment.

Elle marqua une pause afin de se calmer un peu et apaiser le ton de sa voix.

— Même si c’est ce que Ronald semble vouloir croire, déplora-t-elle dans un mouvement d’épaule.

— Vous devriez peut-être… commença Harry.

Mais le regard blessé que son amie lui jeta le coupa en pleine phrase. Il lui signifiait clairement qu’elle ne lui donnait pas le droit de se mêler de tout ça. Il soupira. Il avait vaincu Voldemort, mais restait incapable d’affronter la furie d'Hermione. Et Merlin seul savait qu’elle était de plus en plus souvent en colère. Il se tourna vers le directeur et les professeurs et indiqua :

— En tant que chef du bureau des Aurors, je ne peux que constater que la situation est sous contrôle actuellement. Faites-moi des comptes-rendus réguliers. Je peux mettre à disposition certaines de nos ressources, si cela est nécessaire prévenez moi.

Ils hochèrent la tête et il disparut dans la cheminée. Neville s’approcha de son ancienne préfète et posa une main sur son épaule.

— Je suis sincèrement désolé, Hermione.

— Ne t'en veux pas, soupira-t-elle, semblant se radoucir légèrement au contact du botaniste. J'avais conscience qu’un jour leurs bêtises se transformeraient en gros ennuis. J’aurais cependant apprécié, je l’avoue, qu’au moins ma fille me soit laissée. Je vous rejoins à l’infirmerie ?

Tous sortirent du bureau, mais la jeune femme prit le temps de faire un détour dans le parc avant d’aller se confronter aux amis de Rose. À peine la Grande Porte passée, elle prit une profonde inspiration. L’air était humide, tiède. Le soleil faisait briller le lac, mais il avait plu quelques heures avant, faisant remonter des odeurs d’herbe mouillée. Hermione se souvint les nombreuses fois où le trio s’était installé à l’ombre d’un arbre pour réviser ou échafauder leurs plans face aux forces des ténèbres. Une certaine nostalgie emplit son cœur.

Comment en vouloir à leurs jeunes, eux qui avaient été bercés au récit de leurs aventures, de souhaiter goûter au frisson du danger ? Une larme roula sur sa joue. Elle était lasse. Elle aurait apprécié que Ginny soit auprès d’elle dans cette bataille, mais cette dernière était à l’autre bout du pays, en pleine saison de Quidditch et n’avait pas pu se libérer malgré l’urgence de la situation. Il fallait relativiser le drame, personne n’était mort.

Du moins, pour l’instant, souffla une voix sournoise dans l’esprit de la magistrate.

Note de fin de chapitre :

Et parce que je suis une grande pénible, je vous refais l'éternel laïus... Mais s'il vous plait, s'il vous plait, s'il vous plait, prenez quelques minutes de plus pour laisser votre avis sur ce chapitre en review. Mêmes quelques lignes, cela fait toujours très, très plaisir. 

 

(Promis, je fais mes ràr au plus vite, me frappez pas ;) ) 

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.