S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

71e édition des Nuits d'HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 71e édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 25 novembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir vous inscrire !
Pour connaitre les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A très bientôt !
De L'équipe des Nuits le 11/11/2017 11:24


Sélections du mois


Chers membres d'HPF,

Les votes pour la sélection Minerva McGonagall du mois de novembre sont en cours. Vous pouvez découvrir les choix des lecteurs et voter jusqu'au 30 novembre pour les textes que vous avez aimés sur ce topic !

Vous avez participé à un Echange de Noël ces 10 dernières années ? Ou avez adoré une fic écrite dans le cadre de cet échange ? Pour ses dix ans, les propositions sont donc ouvertes pour le thème Echange de Noël du mois de décembre : n'hésitez pas à soumettre vos coups de coeur ici !

Félicitations aux textes sélectionnés sur le thème Univers Alternatif : AngelStars et sa fic longue Une histoire de constellation ainsi que Laney avec Tu m'appartiens !



Vous pouvez toujours trouver l'ensemble des Sélections du Mois sur le site et proposer vos thèmes et idées sur les topics du forum.
De L'équipe des Podiums le 04/11/2017 21:57


Mise à Jour de la FAQ


Chers membres d'HPF,

C'était en projet depuis longtemps, et vous l'avez peut-être même remarqué si vous consultez régulièrement cette page : nous avons mis à jour la Foire aux Questions ! Destinée aux lecteurs, aux membres, et aux auteurs de HPF, elle répond à vos questions sur les délais de validation des fanfictions, sur les mentions qui peuvent apparaître dans les titres de vos histoires, sur les moyens de contacter les auteurs, ou encore sur l'hébergement des images. Elle est à lire en complément du règlement, et répond à un certain nombre de questions que l'on reçoit régulièrement par mail.

Bonne lecture !

De L'équipe des Modératrices le 28/10/2017 20:12


70e édition des Nuits d'HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 70e édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 21 octobre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir vous inscrire !
Pour connaitre les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A très bientôt !
De L'équipe des Nuits le 11/10/2017 13:11


Sélections du mois


Chers membres d'HPF,

Les votes pour la sélection Univers Alternatif du mois d'octobre sont en cours. Vous pouvez découvrir les choix des lecteurs et voter jusqu'au 31 octobre pour les textes que vous avez aimés sur ce topic !

Vous avez admiré le courage de Minerva McGonagall tout au long de la saga ? Vous adorez sa technique de défense dans le 7e tome ? Ou la trouvez-vous trop sévère ? Les propositions sont donc bien ouvertes pour le thème Minerva McGonagall du mois de novembre : n'hésitez pas à soumettre vos coups de coeur ici !

Félicitations aux textes sélectionnés sur le thème Maraudeurs : Princesse se sélectionne avec Cornedrue ainsi que Jukava, pour son texte Just dashes accross the heart !



Nous sommes toujours en pleine réflexion pour un système de vote et de proposition qui ne nécessite pas l'inscription sur le forum, n'hésitez pas à nous suggérer vos idées !

Vous pouvez toujours trouver l'ensemble des Sélections du Mois sur le site et proposer vos thèmes et idées sur les topics du forum.
De L'équipe des Podiums le 01/10/2017 20:35


2ème Edition des Nuits Insolites


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 2e édition des Nuits Insolites se déroulera le samedi 7 octobre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir vous inscrire !
Les modalités de participation sont disponibles sur le même topic. A très bientôt !
De L'équipe des Nuits le 27/09/2017 21:47


Secret découvert par Prudence

[9 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

C'est bien la première fois que j'aime pas l'un de mes titres ... m'enfin il va bien dans le contexte donc ça va. Bon sinon, voici l'OS romance pour le concours. C'est un slash vous l'avez tous remarqué ( en tout cas je l'espère ). Rien dans le règlement ne semblait l'interdire donc je me suis permise de l'écrire.
Ah il est peut-être un peu long. Désolée!
Bonne lecture à vous.
Il courait … cela faisait bien une bonne demi-heure que l’on pouvait entendre ses pas précipités dans tout le château. Severus Rogue s’était lancé dans une course effrénée contre … contre quoi ? Contre rien en fait. Il était triste. C’était la seule raison. Et courir l’aidait à oublier. Le rythme surélevé auquel battait son coeur apaisait sa peine.

Il ne pouvait supporter une seule seconde ce qu’il avait vu ne serait ce que deux heures plutôt. Une larme, puis deux, vinrent s’étaler sur ses joues déjà rosies par le froid de Novembre. Il lui en voulait à Lui ! Lui seul était le responsable. Il n’en voulait même pas à Black. Non, seulement à Lui.

Severus arriva devant l’armure qui gardait l’entrée de sa salle commune. Il murmura le mot de passe et entra dans le salon argenté et vert. Il fila directement vers son dortoir, sans un mot à quiconque. De toute manière, qui s’en inquiétait ? Le jeune garçon aux cheveux couleur d’ébène se coucha sur son lit, bras croisés derrière sa nuque, ses yeux fixés sur le plafond, un regard empli de tristesse.

Il était triste. Et en colère. Surtout en colère. Cela faisait bien cinq mois qu’il fricotait avec le préfet des Gryffondors, à savoir Remus Lupin. Et durant tout ce temps, ce dernier lui avait caché sa condition. Sa lycanthropie pour être plus exacte. Comment avait-il pu ? Ils s’étaient jurés tous deux de n’avoir aucun secret l’un pour l’autre. Remus était un loup-garou. Cette phrase passait en boucle dans son esprit. Il l’avait appris deux heures plutôt au péril de sa vie. Black lui avait montré en début d’après midi le moyen d’accéder au passage secret que cachait jalousement le saule cogneur. Tête baissée, Severus s’y était jeté. Ce qu’il avait découvert ce soir là le laissa sans voix. Il avait toujours su que les Maraudeurs sortaient les soirs de pleine lune. Mais pour faire quoi ? Ca il avait toujours rêvé de le découvrir. Mais ce qu’il vit dans la cabane hurlante le paralysa. Le jeune homme était arrivé au moment même où celui qu’il aimait plus que tout se transformait en loup-garou. Mais heureusement, Potter était venu le sortir de là. Mais il fut trop occupé à regarder son amour se métamorphoser en une bête horrible pour pouvoir se préoccuper de Potter. Une fois sorti de la cabane, il ne lui adressa aucun remerciement, pas même une insulte.

L’horreur qu’il venait de voir l’avait laissé bouche bée. Il n’en voulait même pas à Black ni même à Potter, il s’en contre fichait et ne pensait même plus à eux. Seul Remus restait dans son esprit.

S’il ne l’avait pas vu de ses propres yeux, il ne l’aurait jamais cru. Jamais … Et pourtant c’était la vérité. Une vérité répugnante. Un monstre, voila de quoi il était amoureux. Une bête honnie, un déchet de la société. Il comprenait alors qu’il ne fallait jamais se fier aux apparences. Remus avait toujours été quelqu’un de bien à ses yeux. Quelqu’un qui méritait d’être heureux. Un puit de savoir, toujours plongé dans ses livres, comme lui-même. Il avait vu en lui quelqu’un qui pouvait le comprendre, le rassurer, et l’aimer. Aujourd’hui, sa personnalité s’était révélée à lui. Un palais en or bâtit sur des égouts. Rien d’autre …

Severus se releva brutalement. Une flamme de haine s’était allumée en lui. Il allait lui faire payer cette trahison. Par n’importe quel moyen, Remus Lupin paierait.

« Je te le jure Remus, tu vas apprendre que se moquer de moi n’est pas une chose à faire. »

--------------------------------------------------------------------------

Les lendemains de pleine lune n’étaient jamais très joyeux, et Remus s’en serait bien passé. Mais celui-ci fut sûrement le pire qu’il eut à subir de toute sa vie. Il n’avait en tête que ce regard. Ce simple regard qui l’avait glacé sur le moment, avant que le loup ne prenne entièrement possession de lui. Il revoyait sans cesse le regard effrayé, surpris, et dégouté de celui qu’il avait toujours aimé. Car même si les trois autres Maraudeurs détestaient Severus, lui n’avait jamais pu penser du mal de lui. Il en était même arrivé à sortir avec contre l’avis de tous.

Une larme coula suivit de près par une deuxième, puis une troisième et au final, Remus se laissa entièrement aller à son chagrin. Sa lycanthropie lui pesait depuis le jour même où elle le lui fut donnée. Il avait trouvé une échappatoire en ses trois amis. Pour preuve de leur amitié, ils étaient tous trois devenus animagi. Jamais il n’avait été aussi heureux lorsqu’il les vit pour la première fois se métamorphoser devant ses yeux. Une confiance solide s’était installée entre les quatre garçons. Mais avec Severus cela n’était pas pareil. Les Maraudeurs avaient découvert par eux même la lycanthropie de Remus. Severus lui, ne s’en était jamais douté, et cela convenait parfaitement au préfet. Mais l’erreur de Sirius allait lui coûter cher. Remus avait trahis la confiance du Serpentard. Il le savait parfaitement. Snape allait le haïr et l’éviter jusqu’au bout. C’était la pire chose qu’il pouvait encore arriver à Remus.

Le jeune lycanthrope pleurait à chaudes larmes dans son lit de l’infirmerie. Les Maraudeurs étaient en cours, tant mieux, il ne voulait pas les voir. Il était bien trop triste et bien trop faible pour supporter une seule seconde la vision de ceux qui venaient de briser l’amour de sa vie. Il en faisait peut être un peu trop, mais il était fou amoureux de Severus. Et le souvenir de son regard empli de haine avant de céder sa place au loup le hantait sans cesse. Rien ne serait plus pareil dorénavant. Il venait de perdre celui qu’il aimait.

--------------------------------------------------------------------------------------

Cela faisait une semaine jour pour jour que la pleine lune était passée. Un jeune homme de 17 ans, à l’uniforme vert regardait d’un air malveillant depuis sa table Remus Lupin, qui venait de faire son entrée dans la grande salle. Ce dernier riait de bon cœur à l’une des plaisanteries que venait de lui souffler à l’oreille James Potter. L’une des carafes remplie de jus de citrouille explosa littéralement sur la table des Serpentards. Tous les regards se tournèrent vers Severus Rogue qui ne semblait pas sans soucier le moins du monde. Remus lui-même s’était retourné pour savoir d’où venait l’explosion. Son regard d’ambre rencontra celui d’acier du jeune Snape et durant un moment il crut mourir sur place. Tête baissée, il alla rejoîndre ses amis assis à la table des Gryffons depuis longtemps déjà. Le jeune homme avait beau en rire, il était écorché au plus profond de lui-même. Ses amis faisaient tous pour lui remonter le moral, principalement Sirius qui se sentait le plus coupable dans cette affaire. Mais rien n’y faisait. Severus ne voulait plus entendre parler de Remus, et cela détruisait le jeune lycan.

« Hey Lunard je t’en pris, souris moi ! lui demanda Sirius.
- Je … laisse moi tranquille Sirius. répondit-il d’un air triste et las.
- Ecoute … je suis désolée pour ce qu’il s’est passé. Je ne pensais pas que cet idiot le ferait vraiment …
- Tu le savais très bien, ne mens pas. Et arrête de le traiter d’idiot.
- Taisez vous, siffla Peter, il arrive vers nous. »

En effet, Severus Rogue venait à eux. Un regard enflammé par la haine foudroyait les Maraudeurs. Seul Remus et Peter s’en préoccupèrent. James et Sirius se sourirent l’un à l’autre.

« Je venais simplement vous dire merci, dit simplement le jeune Serpentard.
- De rien. Barre toi maintenant, répondit tout aussi simplement Sirius.
- Attends Paddy, fit James un sourire étrange aux lèvres. J’aimerais énormément savoir pour quelle raison cet imbécile aux cheveux gras nous remercie. »

Severus lui fit un sourire qui n’avait rien de sympathique. Pour toute réponse, il se contenta de se pencher à l’oreille de Remus et de glisser ces quelques mots :

« Tu diras à tes amis que je les remercie de m’avoir montré à quel point tu étais répugnant. »

Et dans un mouvement de cape, Snape partit aussi vite qu’il était venu. Remus, le rouge aux joues, prit son bol de café et le porta à ses lèvres. Sans doute noyer son chagrin dans un bol de café l’aidrait-il. Personne n’osait rien dire. Chaque Maraudeur était au courant de la tristesse et de la honte qu’éprouvait leur ami face à Rogue. Et malgré le fait que Sirius et James ne pouvaient s’empêcher de railler Snape, ils s’en voulaient énormément tout de même d’avoir briser le rêve de leur meilleur ami.

Malheureusement pour celui-ci, personne ne remarqua le liquide bleuâtre que Severus avait glissé dans son bol de café …

Cette journée fut particulièrement longue et éprouvante pour le lycanthrope maraudeurien. Il se sentait mal depuis le petit déjeuné. Sa tête lui tournait, un nœud semblait s’être installé au creux de son ventre. Des nausées le prenaient et plusieurs fois, il faillit vomir en cours. Peter lui conseilla rapidement d’aller à l’infirmerie, mais Remus refusait obstinément. Au bout de la troisième tentative de Queudver il se montra même carrément agressif, ce qui en étonna plus d’un.

« Bon écoute Pettigrow, je t’ai déjà dis deux fois que je n’y irais pas ! Alors lâche moi maintenant ! T’es sourd ou tu comprends pas ? hurla-t-il.
- Hey Remus ne t’énerve pas comme ça ! Il voulait simplement t’aider, fit remarqué James.
- Oh toi ferme là hein. J’ais pas besoin de tes commentaires ! »

Tous ceux ayant assistés à l’altercation, Maraudeur ou simple Gryffondor, restèrent bouche bée devant une telle attitude. Il était inimaginable de voir Remus Lupin dans une telle rage. Une seule fois les Maraudeurs l’avaient réellement vu en colère, mais cela avait été bien différent de ce qu’il leur avait dit aujourd’hui.

Remus lança un regard noir à ses trois amis et partit en direction de la salle de classe qui accueillerait leur cours suivant. Sirius se tourna vers ses camarades.

« Là je ne peux pas y croire… comment a-t-il pu nous parler ainsi ? Notre Remus n’aurait jamais fait cela !
- J’espère que ça lui passera, répondit James qui semblait inquiet de l’état de leur ami.
- J’espère également, mais quand même, de la part de Remus … c’est effrayant, conclut Peter. »

Les trois jeunes gens suivirent de loin Remus, pour rejoindre tout comme lui leur prochain cours, mais ils étaient encore tous trois sous le choc. Jamais personne n’avait vu Remus comme cela. C’était plus que préoccupant. C’en était inquiétant.

Le professeur McGonagall leur fit un cours sur des sortilèges récemment créés inventés par un certain Milo Crainburn qui avaient pour propriété de changer n’importe quel être humain en un vulgaire objet. C’était du jamais vu dans l’histoire du monde magique, et le professeur de Métamorphose prenait plaisir à livrer à ses élèves tout ce qu’elle savait.

Ce fut bien la première fois que Remus Lupin ne suivait pas en cours. Et ça, chacun des Maraudeurs l’avait remarqué. Il était couché sur sa table, et dormait tranquillement. Sirius se retourna vers James ( McGonagall avait insisté pour qu’ils ne s’assoient pas ensemble dans son cours et ceci, depuis leur première année ! ) et lui lança un regard signifiant qu’il ne comprenait pas ce qu’il arrivait au jeune lycanthrope. Ceci n’avait malheureusement pas non plus échappé au professeur de métamorphose qui venait tout juste de stopper son cours et qui s’approchait dangereusement de Moony.

« Monsieur Lupin ? fit-elle en tapotant son épaule de sa baguette magique. Monsieur Lupin ! »

Ce dernier grogna.

« Monsieur Lupin puis-je savoir d’où vient cette attitude ? demanda avec indignation le professeur. »

Remus leva la tête vers. Il ne cachait nullement l’ennuie dont il était accabler et dévisagea la jeune femme.

« Je vous en pose des questions ? »

Aucun bruit ne subsista dans la salle. Comment Remus Lupin, l’élève certainement le plus studieux et le plus respectueux de toute l’école pouvait-il s’adresser de la sorte à un professeur ? Et pas n’importe lequel ! Minerva McGonagall en personne ! Certains furent outrés devant un tel manque de respect, d’autres, comme Sirius, étaient admiratifs, et d’autres encore, comme le professeur elle-même et Lily Evans restèrent sous le choc. La surprise fut telle que même McGonagall ne su quoi répondre. Après quelques secondes, elle reprit tout de même sa confiance habituelle et défia Remus du regard.

« Très bien Monsieur Lupin, puisque c’est ainsi vous viendrez me voir à la fin du cours.
- Si ça peut vous faire plaisir … dit-il. »

La jeune femme eut beaucoup de mal à se retenir de répondre, beaucoup d’élèves se demandaient pourquoi d’ailleurs elle ne le faisait pas. Elle pensait tout bonnement que la pleine lune devait avoir lieu dans la semaine à venir … sauf qu’en réalité, elle ne devait apparaître que dans plus de trois semaines !

Comme prévu, Remus alla retrouver son professeur de Métamorphose à la fin du cours. Les Maraudeurs l’attendirent devant la porte de la salle. Aucun d’eux ne parlait. Chacun était trop occupé à penser à l’attitude de Remus fasse à eux tout d’abord et ensuite fasse à leur directrice de maison. Qu’avait-il donc pour réagir de la sorte ? Ils ne reconnaissaient plus Lunard. Lui d’habitude si posé, si réfléchis, si respectueux. Il avait changé du tout au tout …

Le jeune lycanthrope sortit de la salle de classe, le regard vidé. La tête baissée, il n’osait pas faire face à ses amis.

« Remus qu’est-ce qui t’a pris ? demanda Sirius
- Je ne sais pas … c’est venu tout seul. Elle m’a tellement énervée… je ne sais pas pourquoi je lui ai répondu comme ça.
- Calme toi Remus. Il a bien dû se passer quelque chose ! fit James.
- Oui mais quoi ? demanda Peter. »

Aucun des Maraudeurs ne su répondre. Ce qui n’étonna personne. Remus se tourna vers ses amis, un mélange de honte et de tristesse dans le regard.

« Ecoutez, je vais allé à la bibliothèque histoire de chercher … commença-t-il.
- Tu ne trouveras rien ! répondit immédiatement Sirius.
- Je le sais. Mais ça me détendra.
- Fais comme tu le sens Lunard, fit James. »

Celui-ci acquiesça et prit la direction de la bibliothèque. Mais Remus n’avait pas rejoint l’antre des livres comme il l’aurait du. Il était allé s’enfermer dans la salle de bain des préfets, étant sûr à 100% de pouvoir s’y retrouver seul et tranquille. De la sueur perlait à son front, ses joues étaient rouges, sa respiration saccadée. Jamais en dehors du soir même de la pleine lune il n’avait été aussi violent. Et le professeur McGonagall ! Il lui avait manqué de respect. Comment avait-il pu faire cela ? Jamais il ne l’aurait fait en tant normal. Il devait être envoûté. Pris dans un enchantement de magie noire sans nul doute ! Mais cette sensation … C’était comme s’il s’était trouvé à quelques minutes de la pleine lune. Ses sens s’étaient soudainement amplifiés sous le coup de la colère et durant un instant, il n’avait plus été maître de rien. Une envie de déchiqueter, de transpercer, de tuer son professeur l’avait alors saisi. Sans parler de l’altercation entre lui et Peter … Il ne savait pas pourquoi, mais le loup en lui s’était subitement réveillé.

« La pleine lune était il y a à peine une semaine … ce n’est pas normal ! »

Il porta l’une de ses mains à son front, vérifiant ainsi s’il n’avait pas été pris par une fièvre soudaine. Mais non, sa température était normale.

Remus jugea qu’il avait passé assez de temps dans la salle de bain. Il sortit et prit enfin la direction de la bibliothèque. Longeant le couloir principal du cinquième étage, il tomba par hasard sur Severus Rogue. Celui-ci le regardait, un sourire sadique affiché sur son visage mince. La haine semblait avoir effacé les seuls traits d’humanité qu’il lui restait encore.

« Alors Lupin, on traîne ? De mieux en mieux ! »

Son regard d’acier lorgnait le jeune lycanthrope. Il le haïssait jusqu’à la moelle depuis qu’il savait. Un tel manque de confiance le répugnait. Il ne comprenait pas pourquoi Remus lui avait caché si longtemps son secret. Il se sentait trahis … Mais en même temps, il ne pouvait empêché son cœur de battre la chamade lorsqu’il plongeait ses yeux dans l’océan ambré de celui qu’il avait tant aimé par le passé, et que peut-être il aimait encore …
« Je ne traîne pas Rogue. » répondit Remus en insistant très lourdement sur son nom.

Cela eut l’effet escompté. Il vit le regard du jeune Serpentard tressaillir et ne pu réprimé le sourire qui s’afficha sur ses lèvres. Ce n’était pas un sourire gêné, ou même triomphant. Non ce n’était autre qu’un sourire empreint d’un sadisme ignoble que seule une bête pouvait ressentir. La bête s’éveillait à nouveau. Remus s’avança d’un pas léger vers Snape, sans se défaire de son sourire goguenard. Leur nez n’étaient qu’à quelques centimètres l’un de l’autre. Rien ne pouvait plus empêcher Remus de faire ce que le loup lui hurlait. Un désir irrésistible de s’emparer de la bouche du jeune avorton le prit soudain. La bête lui criait de le dévorer. « Détruit le ! » lui hurlait-elle. « Fais lui payer son arrogance ! ». Mais il ne voulait pas lui faire de mal. Remus l’aimait beaucoup trop pour le blesser. « Fais lui mal ! »

Remus posa sa main sur le torse du jeune Serpentard et le poussa contre le mur. Jamais il n’avait connu aussi peu de limite. C’était comme si tout à coup, plus rien ne le retenait. Il se fichait complètement que l’on découvre sa nature. Il ne se reconnaissait plus. C’était comme si quelqu’un d’autre réagissait à sa place. Ce n’était plus Remus mais le loup qui parlait en son nom.

Prisonnier entre la pierre et le Maraudeur, Severus ne savait plus quoi faire. D’un côté, il avait peur de ce qu’il risquait de se passer, d’un autre il n’attendait qu’une seule chose, que Remus l’embrasse. C’était étrange. Le sentiment de trahison était toujours présent, mais ses sentiments pour le jeune Lupin, qu’il essayait d’effacer de son esprit depuis une semaine déjà resurgissaient à nouveau. Il aperçut une étrange lueur dans les yeux de son ex petit ami et soudain ce dernier se jeta littéralement sur lui.

Remus posa sauvagement ses lèvres sur les siennes, forçant la barrière que Rogue s’efforçait de maintenir. Mais il ne pu longtemps repousser l’assaut du jeune Lupin. Leur langue rentrèrent en contact l’une de l’autre. Pendant plusieurs minutes elles ne cessèrent de se caresser, de se chercher. Remus était pris d’un feu qu’il n’aurait jamais su décrire. Tous ses sens étaient en éveil. Jamais il n’avait connu cela. Il ressentait absolument tout. La chaleur de son corps et de celui de Severus, l’excitation que leur baiser stimulait, la peur et le désir qu’ils ressentaient tous deux. Lorsqu’enfin ils se séparèrent, Remus ne voyait plus aucune once de haine dans le regard de beau ténébreux. L’étincelle qui y régnait n’était que pur désir et amour. Mais il pu y lire également, un sentiment de triomphe.

Rogue se détacha de son étreinte et mit une légère distance entre eux. Il ne pouvait s’empêcher de repenser à ce baiser. Il l’avait aimé, et en voulait encore. Mais il n’oubliait pas non plus que Remus était un loup-garou. Et qu’il le lui avait caché durant cinq longs mois. Loin de se laisser distraire par cet échange, Severus reprit ses esprits et bomba le torse.

« Ma potion semble avoir marché ! fit-il en souriant, s’efforçant d’oublier l’échange qui venait de se produire.
- Quelle potion ? demanda Remus dont le teint venait de pâlir soudainement.
- Celle que j’ai mélangée à ton café ce matin même. C’est une recette que j’ai trouvée dans un ancien livre de potions. Une recette faite exclusivement pour les lycanthropes dans ton genre. »

Remus tressaillit. Il avait osé.

« Elle lève toutes les barrières qui se sont dressées entre le loup et l’humain, continua le jeune Serpentard. En d’autre terme, tu réagis de la même façon que le loup qui est en toi réagirait ! Je tenais à ce que tout le monde sache à quel point tu étais monstrueux. »
Une larme coula sur la joue de Remus. Il ne pouvait pas lui faire ça. C’était odieux. Il l’aimait. Ils s’aimaient tous les deux, il l’avait clairement lu dans les yeux de Rogue lorsqu’il avait rompu le baiser. Il l’aimait encore ! Comment pouvait-il lui faire cela, à lui ?

« Tu n’as pas idée des conséquences Severus. Je pourrais blesser quelqu’un ou même tuer …
- Je le sais. C’est le but Remus.
- Mais pourquoi ? Severus … je t’aime. »

Le jeune Serpentard sembla perdre contenance mais se ressaisit aussitôt.

« Tu m’as trahis, répondit-il simplement.
- J’avais peur de ta réaction, fit Remus. Et j’avais raison d’avoir peur apparemment. »

Ce fut au tour de Severus de tressaillir. Remus n’était pas seulement triste, mais également déçu. Déçu d’avoir si longtemps aimé un homme incapable de comprendre sa condition.

« Tu n’avais pas confiance en moi. Tu aurais du, dit Severus.
- Je m’en excuse. Je ne voulais pas Severus. Je t’assure …
- Mais tu l’as fait. Pendant cinq mois tu m’as caché ton secret. Et maintenant tu oses me demander pardon ? s’écria le jeune Serpentard dont la haine s’amplifiait de seconde en seconde.
- Severus …
- Il n’y a pas de Severus qui tienne Remus. C’est fini. »

Remus ne pouvait pas y croire. Il ne pouvait pas l’entendre. Une colère saisissante s’empara de lui. Mais elle n’était pas aussi forte que la tristesse qu’il ressentit à ce moment là. Son amour s’envolait. Une histoire qu’il avait cru intouchable prenait fin aujourd’hui. Mais il comprenait. Bizarrement … il comprenait.

« Je … comprends Severus … » fit-il avant de partir vers la bibliothèque sans véritablement avoir compris …

Il ne voulait pas y croire. C’était tout bonnement impossible. Il ne pouvait pas effacé comme cela cinq mois de bonheur. Cinq mois passés à s’être promis le monde. A s’être découvert. Remus lui avait tout donné. Son savoir, sa virginité, son amour. Pourquoi ne pouvait-il pas comprendre ? Chaque jour Lunard s’était levé pensant tout lui avouer sur sa condition. Mais à chaque fois qu’il avait été sur le point de le faire, il s’était retenu. La peur de sa réaction avait toujours été très forte, il la sentait à chaque fois que Severus posait ses mains sur lui. A chaque fois qu’il lui murmurait des mots doux à l’oreille.

Remus stoppa sa course. Il était arrivé dans le couloir sombre du 3ème étage. De rage il frappa violemment le mur de son poing. Une plaie apparut au niveau de ses phalanges et le sang rouge coula doucement le long de sa main. A cette vue si plaisante, le loup se réveilla. Remus hurla et commença à se mordre lui-même, de la même manière dont agissait le loup lorsqu’il n’avait aucune proie à sa merci. La rage et la tristesse aidèrent Remus à comprendre. Severus ne le détestait pas parce qu’il était un loup-garou, mais tout bonnement parce qu’il ne lui avait pas fait confiance. Il ne pouvait que comprendre. Le préfet des gryffons stoppa ses morsures. Le corps en sang, le visage en pleure, il alla à l’infirmerie, seule action censée qu’il avait fait de la journée.

Le lendemain matin, il se réveilla dans l’immense pièce blanche qu’était l’infirmerie. Il ne la connaissait que trop bien, car il y passait au moins dix nuits sur douze chaque année depuis six ans. Trop triste pour essayer de se lever, Remus ne trouva rien d’autre que de se rendormir. Il n’avait pas remarqué le jeune homme assis dans un coin, une longue écharpe verte autours du coup, qui le surveillait depuis plus de deux bonnes heures.

-----------------------------------------------------------------------------------

Severus faisait les cents pas dans son dortoir. L’idée de la potion lui plaisait de moins en moins. Sa haine envers Remus se manifestait de moins en moins. Son amour pour lui ne faisait qu’augmenter de plus en plus. Bon sang qu’est-ce qu’il pouvait être idiot ! Remus était allé à l’infirmerie deux jours plutôt, le corps à moitié déchiqueté. Il exagérait bien entendu. Remus n’avait pas les dents assez acérées pour se déchirer le torse. Mais tout de même, les blessures qu’il s’était fait n’étaient pas à négliger ! Qu’avait-il fait ? Severus s’en voulait énormément. Tout cela était de sa faute !
Il avait été auprès de Remus les deux nuits qu’il avait passées l’infirmerie. Jamais le lycanthrope ne le remarqua. Et c’était tant mieux. Mais il ne pouvait s’empêcher de s’en vouloir.
-----------------------------------------------------------------------------------

Cela faisait trois jours que Remus était sorti de l’infirmerie. Mais les effets de la potion ne s’étaient nullement dissipés. Il continuait d’agresser quiconque osait lui dire un mot de travers. Les professeurs ne savaient plus quoi faire de lui. Il devenait intenable. Personne ne savait à quoi était du un tel changement. Mais tout le monde s’accordait à croire que cela n’était pas normal.

Severus le regardait chaque jour. Sa haine s’apaisait de plus en plus, mais le sentiment de honte qui l’accablait lorsqu’il voyait Remus devenir violent ne faisait que s’intensifier. Alors il décida d’agir. Le jeune Serpentard comptait mettre fin à tout cela. Mais il ne fallait surtout pas qu’il parle avec Remus. Comment faire dans ce cas ? Le seul moyen de toucher Remus sans se faire voir était de passer par les trois crétins qui lui servaient d’amis. Il passerait donc par là.

A la fin du cours de potions que les Serpentards avaient en commun avec les Gryffondors, Sirius fut interpellé par quelqu’un qu’il aurait préféré ne plus jamais voir.

« Qu’est-ce que tu me veux Rogue ?
- A toi rien de spécial. Je veux simplement … aider Remus.
- Aider Remus ? Comment … c’est à cause de toi qu’il est dans cet état ? demanda Sirius presque en criant.
- Ecoute tu veux l’aider oui ou non ?
- Tu vas me le payer Rogue. »

Severus ne prit pas la peine de répondre à cette menace. Il expliqua simplement à Sirius que le jeune lycanthrope s’était empoisonné, et qu’il avait sur lui l’antidote.

« Donne le moi, exigea Patmol.
- A une seule condition.
- Laquelle ?
- Que tu ne dises pas à Remus que cela vient de moi, répondit-il.
- Très bien. »

Severus donna l’antidote au jeune Gryffondor et s’en alla sans un regard en arrière.

Ce soir là, dans le dortoir des 7ème années, Sirius fit boire à Remus l’antidote à son mal. Les effets de la potion furent immédiats. La journée suivante fut calme et ne vit aucune colère violente de la part de Remus se manifester.

Heureux d’avoir enfin été guéri, Remus n’avait pas cherché à savoir d’où Paddy avait trouvé cet antidote. Mais plus tard dans la journée, cela le titilla tout de même. Il prit donc sur lui et alla directement demander à Sirius la provenance de son miracle en bouteille après leur entraînement de quidditch.

« Sirius, je peux te parler deux minutes ?
- Oui bien sûr Lunard ! Qui a-t-il ?
- J’aimerai savoir d’où t’est venue cette potion ?
- Je l’ai trouvé dans un livre. Je faisais des recherches pour trouver un moyen de te guérir et je suis tombé dessus hier matin. Je l’ai fabriqué dans le journée ! »

La réplique aurait été parfaite si Sirius n’avait pas baissé les yeux tout le temps qu’il prit pour s’expliquer devant Remus. Ce dernier fit un sourire.

« Elle venait de Severus n’est-ce pas ?
- Je mens si mal que ça ?
- Faut croire ! »

Remus lui fit un large sourire et fila à la bibliothèque.

Le préfet des Gryffondors savait pertinemment que Severus s’y trouvait. Il ne le connaissait que trop bien. Chaque fois que le Serpentard se trouvait mal il se réfugiait dans un coin sombre de l’immense pièce et lisait quelconque ouvrage. En ce point là ils se ressemblaient énormément Remus et lui. Ainsi donc, comme il l’avait pensé, il trouva le beau ténébreux assis devant un livre, le regard plongé dans sa lecture. Remus s’approcha doucement de lui.

« Merci d’avoir mit fin à cette torture Severus. »

Rogue faillit tomber de sa chaise lorsqu’il l’entendit lui parler. Il ne l’avait absolument pas vu entrer dans la bibliothèque.

« Remus ne me refais plus jamais ça ! »

Celui-ci fit un sourire désolé. Il prit une chaise et s’assit en face de son amour. Une gêne s’était visiblement installée entre les deux compères. Aucun d’eux n’osait prendre la parole. L’un s’en voulait de ne pas avoir cru en l’autre, l’autre s’en voulait de l’avoir empoisonné.

« Excuse moi de t’avoir … commença Remus
- Excuse moi de … fit Severus au même moment. »

Ils se regardèrent un moment et rirent alors.

« Excuse moi de ne pas avoir eu confiance en toi Severus.
- Oui et bien … »

Il était un moment où il fallait mettre son ego de côté. Et ce moment était celui-ci.

« Et bien ça peut arrivé à tout le monde ! fit-il.
- Je t’ai quand même caché quelque chose d’important !
- Moi je t’ai empoisonné … répondit-il un sourire naissant sur son visage. On peut estimer être quitte maintenant, non ? »

Remus baissa la tête en souriant. Il n’avait pas tord. Chacun avait fait du mal à l’autre. Severus s’était vengé. Ils pouvaient passer à autre chose maintenant !

« Nous sommes quittes, fit-il en guise de réponse. »

Rogue se leva de sa chaise et s’approcha de Remus. Il déposa un baiser sur ses lèvres sucrées. Comment avait-il pu s’en passer aussi longtemps ?
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.