Les vainqueurs by AlbeAlder
Summary:

 

 

Ce soir, c'était le bon soir. Celui de la victoire.

 

 

 

Image appartenant à Warner Bros, retouchée par mes soins

 

 

 

 

 

"Hannah se mit à sangloter doucement, et un bloc de glace prit la place des entrailles d'Ernie. Il avait chaud tout-à-coup, ou plutôt froid, il ne savait plus très bien."   

 

OS 


Categories: Epoque de Harry Characters: Ernie McMillan, Hannah Abbot
Genres: Amitié, Guerre, Tragédie/Drame
Langue: Français
Warnings: Aucun
Challenges: Aucun
Series: Aucun
Chapters: 1 Completed: Oui Word count: 1244 Read: 433 Published: 05/11/2018 Updated: 05/11/2018
Story Notes:

En ce moment, c'est le NaNoWriMo 2018 ! Est-ce que vous participez ? Moi oui, pour la première fois. Ce qui signifie aussi que je suis à fond dans l'écriture d'une fanfic longue (plus de 15 chapitre en tous cas).

Mais ça veut aussi dire que je ne vais pas la publier avant au moins un mois, le temps de tout corriger comme il se doit... 

Alors en attendant, un petit texte que j'aime et qui traînait dans mes tiroirs.

Chapitre Unique by AlbeAlder
Author's Notes:

Tout appartient à J.K. Rowling.
Un petit OS sur Ernie Macmillan et Hannah Abbot que j'adore. :) En attendant pour patienter (ou en tous cas, me faire patienter moi ! X'D) avant la publication de ma première fic longue sur ce compte.

Les vainqueurs




Tout d'abord, ils avaient été les vainqueurs. Et puis, le monde s'était fissuré, et ils avaient réalisé tout ce que cela leur avait coûté.


Plus la Troisième Tâche avançait, et plus il était devenu facile de repérer les élèves de Poudlard disséminés dans les tribunes surélevées magiquement. Pendant longtemps, les quatre candidats avaient semblés à égalité dans leurs espoirs de parvenir au centre du labyrinthe ; mais il y avait eut Fleur Delacour et ses étincelles rouges, puis Viktor Krum et son abandon. Tous deux étaient à présent allongés à l'écart, plongés dans l'inconscience. Ce qui ne laissait plus que les deux sorciers de Poudlard dans la compétition. Les élèves, avides, avaient suivis du regard Harry Potter et Cedric Diggory déambuler chacun de leur côté, ils les avaient vu se réunir, et finalement, ils les avaient vu avancer ensemble en direction du trophée. A présent, ils avaient tout deux disparu, mais la foule n'en faisait pas grand cas : les uns grommelaient, l'air abattu, tandis que les autres se tapaient dans le dos en riant.
Ernie était de ces derniers, bien évidemment. Il ne cessait de lever les bras au ciel en signe de victoire avant de se retourner vers sa meilleure amie, Hannah Abbot, d'un air surexcité.

- Tu as remarqué, Hannah, quand Diggory est revenu soutenir Harry ? Voilà ce qu'un vrai champion doit faire !
- Oui Ernie, j'ai vu. Répondait donc inlassablement la jeune fille avec un petit sourire.

Alors le garçon se retournait vers ses autres camarades de Poufsouffle et riait, riait et se félicitait d'appartenir à la même maison que le fameux champion, aux anges. Jamais encore il ne s'était senti aussi vivant, aussi parfaitement vivant. Il avait l'impression de respirer de l'énergie pure à chaque inspiration, ou encore d'avoir un soleil brûlant à la place du cœur. 
Le temps passait, les minutes s'écoulaient. Certains étudiants commencèrent à s'inquiéter, enfin... Mais Ernie ne parvenait pas à se calmer. Il ne remarqua même pas qu'à côté de lui, Hannah fronçait de plus en plus les sourcils, pas plus qu'il ne vit les juges, les professeurs, et les gens du Ministère se concerter en un conciliabule de toute évidence agité. Non, Ernie ne voyait que la victoire, la victoire enfin là pour sa maison, et qui lui laissait un goût parfaitement exquis sur la langue. 
Une victoire rapportée par le meilleur préfet de tout les temps.
Au bout d'une demi-heure, néanmoins, Ernie fut assez posé pour échanger plus de trois mots d'affilée avec Hannah, qui était de plus en plus inquiète :

- Non, vraiment, je ne pense pas que ce soit normal.
- Allons donc, ce n'est rien du tout ! Répondait le Poufsouffle avec un sourire éblouissant. Rien qu'un petit contretemps... 
- Alors pourquoi est-ce que Dumbledore à l'air aussi inquiet ? Insista Hannah.
- Ahah, ça doit être un souci technique ! C'est plutôt courant dans ce genre d'organisation.

Ernie achevait à peine sa phrase, ses yeux rieurs plongés dans ceux de son amie, qu'un murmure montait des profondeurs de la foule. Aussitôt, il sentit les doigts d'Hannah se crisper autour de son bras, les ongles enfoncés dans sa peau.

- Aïe ! Ça fait mal, enfin !
- C'est eux. C'est eux ! souffla précipitamment la jeune fille, ses yeux exorbités fixés sur un point qu'Ernie ne pouvait pas voir.

Il se retourna pour mieux comprendre, alors que l'allégresse le remplissait de nouveau de son nectar délicieux : enfin, les deux champions de Poudlard étaient là ! Le jeune homme ne put retenir un éclat de rire en voyant que les champions en question s'étaient étalés dans la boue. Ce n'était pas l'arrivée la plus glorieuse qui soit !

- Eh bien, commenta-t-il, on ne peux pas dire qu'ils aient atterris en douceur, n'est-ce pas ?
- Ernie...
- Je t'avais bien dit que ce n'était pas sujet d'inquiétude ! Prépare-toi à-
- Ernie.

La voix d'Hannah tremblait, pour une raison inconnue, et pour la première fois depuis qu'ils avaient indiscutablement gagné, il ressentit une pointe d'angoisse au fond de lui. Une goutte de sueur roula sur son front.

- Je... Je n'ai pas l'impression que tout aille bien, fit la jeune fille en frissonnant malgré la chaleur.

Avec inquiétude, le Poufsouffle observa un peu plus attentivement les deux silhouettes qui étaient réapparues. La plus petite, celle d'Harry sûrement, était penchée au-dessus de l'autre, comme pour l'aider à se redresser. Puis le cœur d'Ernie rata un battement : non, ce n'était pas ça... Harry était prostré, et non penché...

- Non...
- Ernie...
- Non !
- Ernie, je... Je crois que...

Quelque chose de terrible était arrivé.
Hannah se mit à sangloter doucement, et un bloc de glace prit la place des entrailles d'Ernie. Il avait chaud tout-à-coup, ou plutôt froid, il ne savait plus très bien. Il porta une main à sa tête, ahuri, et se leva comme des centaines d'autres élèves qui commençaient tout juste à réaliser que la célébration avait viré au cauchemar.
Le cœur au bord des lèvres, Ernie saisit la main d'Hannah, la fit se lever, et sans réfléchir, il se mit à dévaler les escaliers de la tribune. Partout autour de lui, les gens faisaient la même chose. Son esprit était confus, le martèlement des pas l'empêchait de comprendre tout-à-fait ce qu'il se passait, et sa meilleure amie venait de redoubler de larmes dans son dos. Comme un automate, il se retourna soudain vers elle, et l'enlaça aussi fort qu'il put.

- Je suis là, fit-il dans ses cheveux nattés. Je suis là, répéta-t-il sans savoir pourquoi il le disait, ou si cela avait le moindre effet.
- O-oui... 
- Il faut qu'on descende. 
- Aide-moi... Ernie, aide-moi, je ne peux pas...
- Promit.

Et Ernie se détacha doucement de son amie, lui reprit la main avec beaucoup plus de délicatesse, puis recommença à descendre vers la foule qui s'amassait en bas. Il sentit ses yeux le piquer avant qu'une larme ne roule sur sa propre joue sans prévenir. 
Arrivé sur la pelouse, il marcha les jambes tremblantes vers le groupe qui ne cessait de grossir, se frayant un passage tout en continuant à tenir fermement la main d'Hannah dans la sienne. Il avait la sensation étrange que les gens voulaient s'approcher tout en étant révulsés, rejetés loin de l'attraction. Des mots, des hurlements se formaient sur toutes les bouches et venaient fendre l'air - mais cela n'avait pas d'importance, pas tant qu'il n'aurait pas vu. Enfin, à force de persévérance, à force de sentir la main de son amie dans son dos le pousser plus avant malgré ses reniflements, ils arrivèrent juste derrière le cercle de professeurs qui entouraient étroitement les deux champions. Soudain sans forces et hagard, Ernie tourna la tête, et vit quatre petits première année qui se dévissaient le cou pour mieux voir. Sans trop savoir pourquoi, le jeune homme plaça son bras devant eux, et les obligea à reculer malgré leurs protestations.

- Ne regardez pas, lâcha-t-il dans un murmure.

Puis il retourna, chancelant, près d'Hannah. Des larmes brillaient encore sur les joues de la jeune fille, et lui avait la sensation de ne plus avoir une seule goutte de sang dans les veines. Ils échangèrent un regard. Tournèrent enfin la tête vers la scène irréelle sans rien dire. Et en une seconde à peine, Ernie vit, sans avoir été préparé à voir : un bras blafard et sans vie, étendu étrangement au milieu de l'herbe... Un gémissement s'échappa de ses lèvres :

- Non...

Derrière lui, les pleurs d'Hannah reprirent de plus belle.
Il n'y avait plus de préfet à aduler.
Ni de champion de Poufsouffle.
Ni de Cédric Diggory.
Il n'y avait plus qu'un cadavre.    

End Notes:

Voilà, ce n'est pas grand-chose, mais j'espère que ça vous aura plu. ;)

Il faut que vous sachiez que j'adore Ernie et Hannah, et que je prévois d'écrire une fiction rien que pour eux - même si elle sera plus centrée sur Ernie. Bon, de toute façon ça ne sera pas pour maintenant, mais vous le savez quand même. X'D

A bientôt - normalement ! *-*

Cette histoire est archivée sur http://www.hpfanfiction.org/fr/viewstory.php?sid=36518