Scary Burglary by MadameGuipure
Summary:

 

Mondingus Fletcher est un voleur, un escroc, un vaurien.

Mais Mondingus est aussi un sacré trouillard, et aucun magot ne vaut une telle terreur.

 

 

Participation au concours « Koh-Lanta, l'île des HPFiens » – troisième épreuve de confort

 

Crédits image : 12, Grimmauld Place, par fidele sur Deviantart


Categories: Autres fics HP Characters: Autre personnage
Genres: Missing Moments
Langue: Français
Warnings: Aucun
Challenges: Aucun
Series: Koh-Lanta, l'île des HPFiens
Chapters: 1 Completed: Oui Word count: 611 Read: 241 Published: 19/05/2021 Updated: 19/05/2021
Story Notes:

Contraintes de l'épreuve :

 

Un grand merci à toute l'équipe jaune, en particulier Juliette pour sa relecture, et à Omi et Catie pour ce concours ❤ 

Scary Burglary by MadameGuipure

Soigneusement dissimulé dans l’ombre d’un arbre, Mondingus Fletcher attendait patiemment que la voiture garée près du 12, square Grimmaurd démarre. Enfin, une femme sortit d’une maison voisine et rejoignit le véhicule dont le moteur était déjà allumé. Le conducteur prit le temps de changer la station de radio avant de s’éloigner dans un vrombissement. Discrètement, l’escroc s’élança vers la porte et s’engouffra dans le hall de l’ancien siège de l’Ordre du Phénix. La poussière n’avait pas eu le temps de se réinstaller depuis la dernière réunion, mais l’air était encore plus lourd et vicié que d’habitude. L’espace d’un court instant, Mondingus hésita, observant les ombres inquiétantes que formaient sur le sol les têtes d’elfe accrochées au mur. Le corps de Sirius, si corps il y avait eu, était à peine froid et lui était déjà prêt à dévaliser sa demeure.

 

Sirius se fichait bien de toute cette camelote, se rassura-t-il. Autant que quelqu’un profite des trésors dont la maison rengorgeait.

 

Veillant à ne pas réveiller le portrait de la vieille Black, il monta au premier étage pour rejoindre le salon. En chemin, il buta sur une fiole qui trainait par terre. Cupide, il la ramassa en espérant qu’elle contienne une potion rare et coûteuse, mais, malheureusement, elle était vide. Et elle empestait.

 

Relents de Polynectar, estima-t-il, déçu qu’il ne reste pas une goutte de la potion.

 

Il laissa tomber la fiole vide sur le parquet terni par le temps et reprit sa route. Arrivé dans le salon, il se dirigea directement vers la grande armoire vitrée dans laquelle il avait repéré quelques objets lors de ses précédentes visites et fit main basse sur un insigne de l’Ordre de Merlin, des coupes en or et un lourd médaillon serti de pierres vertes. Après réflexion, il attrapa également un tas de photos et des gants.

 

Il allait rejoindre le palier, incertain quant à la prochaine pièce à fouiller, quand il percuta quelque chose de plein fouet.

 

— Que vient faire cette crapule de sang mêlé dans la noble demeure des Black ? s’insurgea Kreattur de sa voix stridente.

— Pas la peine d’hurler Kreattur, chuchota Mondingus, inquiet à l’idée que le portrait de la mère de Sirius les entende. Je suis… Je suis venu récupérer quelques affaires que j’avais oubliées ici, je ne te dérangerai pas longtemps.

— Dans le salon ? demanda l’elfe, soupçonneux. Kreattur aurait remarqué si un objet n’appartenant pas à la noble famille des Black se trouvait là.

— Je me suis trompé de pièce, murmura le voleur.

 

Sans demander son reste, il se précipita vers le troisième étage où il lui était arrivé de dormir de temps en temps. Il remarqua un renflement sous le drap. Le cœur battant, il se demanda si un corps était conservé là. 

 

Ce serait bien le genre de la maison, de stocker un cadavre sous un linceul blanc dans une chambre, pensa-t-il.

 

Il s’approcha du lit et, pendant quelques secondes, il envisagea de soulever l’étoffe immaculée pour vérifier, malgré la peur qui l'étreignait. 

 

— Voleur ! Pillard ! Escroc ! Il n’y a rien à vous dans cette chambre !

 

Mondingus sursauta en constatant que Kreattur l’avait suivi jusqu’ici. Pour se donner une contenance – hors de question de perdre la face devant un elfe ! –, il lui rit au nez, puis se jeta dans les escaliers pour sortir le plus vite possible de cette maison, son butin tintinnabulant dans sa sacoche. Il n’avait pas pu chaparder autant d’objets qu’il l’aurait voulu, mais terrorisé, il fuit. Parce que même le plus précieux des magots ne mérite pas des frayeurs pareilles.

End Notes:

D'après ce compteur, mon texte fait 627 mots

Merci pour votre lecture !

Cette histoire est archivée sur http://www.hpfanfiction.org/fr/viewstory.php?sid=38152