Entre Elle et Lui I- La Découverte by Merwanna
Summary:
Edit Modération : Image supprimée car mal créditée.Lenoe Black vient de perdre ses parents, assassinés par le mage Grindelwald et même l'idée d'entrer enfin à Poudlard ne parvient à la consoler. Mais en entrant dans la célèbre école de Magie, elle va entrer sur un chemin initiatique où des amis l'attendent, où elle va se découvrir elle-même et surtout essayer de le rencontrer, Lui.

[images du site Gala pour Mélanie Laurent et WB pour Jedusor et fond Poudlard. Fan art de moi]
Categories: Romance (Het), Autres couples (Het) Characters: Albus Dumbledore, Gellert Grindelwald, Tom Jedusor/Voldemort
Genres: Aventure/Action, Comédie/Humour
Langue: Français
Warnings: Aucun
Challenges: Aucun
Series: Aucun
Chapters: 3 Completed: Non Word count: 12183 Read: 1835 Published: 28/06/2011 Updated: 29/06/2011

1. Chapitre 1 - La Rentrée. by Merwanna

2. Chapitre 2 - Premier jour ou comment se mettre Tom Jedusor à dos. by Merwanna

3. Chapitre 3 - Neige et Convocation by Merwanna

Chapitre 1 - La Rentrée. by Merwanna
1-La Rentrée

La fumée du Poudlard Express paraissait emplir l’air. Pourtant, elle ne gênait personne. Elle était là, si blanche et volumineuse qu’on pensait pouvoir la toucher. Mais elle s’effilochait et disparaissait avant qu’on puisse la saisir. Ephémère et immaculée. Un nuage qui changeait très vite de forme avant d’être effacé par le vent. Lenoe fixait la fumée d’un air distrait, absent. Aucunes réflexions ne venaient perturber la mine tout à fait morte qu’elle affichait. L’homme qui l’accompagnait serra son épaule. Elle releva la tête et le fixa. Il portait fièrement des cheveux noirs, légèrement ondulés. Ses yeux marrons fouillèrent ceux, gris acier de la jeune fille.

-Ca va aller, Lenoe ? demanda l’homme, une mine légèrement inquiète sur le visage.
-Mmh. Répondit vaguement la jeune fille en hochant la tête, faisant valser ses cheveux noirs, raides.

L’homme jeta un regard autours de lui. Il aperçut un autre homme qu’il héla. L’homme lui fit un léger sourire et le rejoignit.

-Alors, Septimus, comment vas-tu ? Demanda l’arrivant en serrant la main à ce dernier.
-Bien, et toi, Philéas ? Ton fils entre en deuxième année, n’est-ce pas ? Répliqua Septimus.
-Bien. Oui, avec le tien. Que je n’ai pas vu d’ailleurs… Répondit Philéas Malefoy.
-Oh, tu sais, il est déjà parti s’installer avec ses amis. Fit Septimus Black en riant.
-Probablement avec mon fils, donc… Renchérit Philéas.
-Arcturus et Abraxas s’entende plutôt bien… Ils sont sociables comme garçons.
-Ce qui n’est pas le cas de tout le monde… Marmonna Philéas en fixant Lenoe.
-Je pense que tu peux pardonner sa mine sombre. C’est Lenoe Black, la fille de mon défunt frère… Expliqua Septimus.
-Bonjours, Mr Malefoy. Murmura Lenoe d’un ton neutre.

Philéas la fixa quelque instant de son regard aigu.

-Dommage qu’elle ne soit pas plus souriante, elle est très jolie… Grogna-t-il en détournant le visage.

Le train siffla, étouffant momentanément le petit rire de Septimus Black. Lenoe jeta un regard inquiet à l’horloge. Le train n’allait pas tarder à partir, il était déjà 11h20. Son oncle la poussa en avant.

-Allez, Lenoe, va vite dans le train où il va partir sans toi et tu vas louper ta rentrée à Poudlard. Lui glissa-t-il à l’oreille.

Lenoe haussa les épaules. Elle n’avait pas tellement envie d’y aller. Faire des études de magie, il y a quelque temps lui avait parut extraordinaire et formidable. Poudlard avait été un sujet d’excitation constante. Mais, depuis cet été elle n’avait plus envie de rien. Elle était amorphe la plupart du temps et absente des conversations. Asociale. Elle se contentait de faire ce qu’on lui demandait. Elle ne pleurait même pas, elle n’en avait pas la force. Mais elle saisit quand même sa valise et se dirigea vers le Poudlard Express. Elle se retourna vers son oncle en arrivant au niveau de la porte du wagon et lui adressa un sourire triste. Philéas Malefoy la fixait intensément. Elle détourna vite le regard.

-Je t’aide, cousine ? Demanda Arcturus Black, un sourire aux lèvres.
-Ouais, merci, ça serait sympa… Répondit Lenoe.

Arcturus hissa la lourde malle dans le train et la glissa dans le compartiment qu’il partageait avec deux de ses copains. Les deux autres garçons regardèrent Lenoe comme si elle était une bête curieuse. Elle remarqua que l’un d’entre eux avait la même chevelure blonde décolorée que Philéas Malefoy et en déduisit que c’était Abraxas, son fils. L’autre avait l’air plus mûr et plus menaçant que son compagnon. Il avait des yeux aussi gris que ceux de Lenoe mais plus froids et pénétrants encore. Gênée par ce regard, elle s’assit vite fait côté fenêtre et baissa la tête, laissant sa crinière recouvrir son visage. Mais Arcturus avait décidé de la mettre à l’aise.

-Je vous présente ma cousine, Lenoe Black. Elle habite chez nous depuis cet été. Ses parents se sont faits assassinés par Grindelwald. Lança-t-il.
-Enchanté, Lenoe… Murmura prudemment Abraxas Malefoy.

Lenoe releva la tête et adressa un pâle sourire à Abraxas. L’autre jeune homme en revanche, continuait de la fixer et ne lui fit pas le moindre geste de salutations.

-Je te présente Abraxas Malefoy et Tom Jedusor. Reprit Arcturus avec un sourire.
-Enchanté de vous connaître… Murmura la jeune fille de sa voix rauque.

Elle fixa le dénommé Tom Jedusor avec tellement d’insistance qu’il allait sûrement prendre ça pour de l’impolitesse mais à dire vrai, elle s’en fichait pas mal. Le regard glacé qu’il axait sur elle et uniquement sur elle depuis qu’elle était entrée dans le compartiment commençait à l’agacer profondément. Elle prit une mine hautaine et lui jeta son plus beau regard polaire. Ce qui eut pour effet de faire lever un sourcil au jeune homme. Le train siffla à nouveau et commença à s’ébranler. Lenoe jeta un regard au-dehors et aperçut son oncle. Elle le vit faire un signe de la main dans leur direction et y répondit. Puis le train prit de la vitesse et les silhouettes sur le quai devinrent floues avant de disparaître, laissant place à l’habituelle mare de brume Londonienne qui masquait tout paysage. Arcturus commença à discuter avec Abraxas qui était situé directement en face de lui. Les deux garçons semblaient heureux de retourner à Poudlard. Lenoe observa à la dérobée Tom Jedusor qui avait les sourcils froncés en lisant un livre. La jeune fille ne put s’empêcher de penser qu’il était vraiment beau si on oubliait le regard glacial dont il gratifiait tout le monde. Ses cheveux bruns, ébouriffés, retombait élégamment sur son front. Ses sourcils étaient fins, au-dessus de son nez droit qui surplombait une bouche fine aux lèvres roses. Sa peau, lisse et pâle, était sans défaut. Il était d’une beauté froide, agréable à regarder, mais gênante quelque part. Lenoe ne trouvait pas quel était ce détail qui la dérangeait chez ce garçon. Elle soupira et détacha son regard. Elle s’appuya contre la vitre et regarda à travers la brume, cherchant quelque chose à distinguer du paysage. Mais la pluie se mit à tomber, déformant les moindres morceaux de nature aperçus.

Un heurt la réveilla brutalement. Elle s’était endormie sans même s’en rendre compte, bercée par le rythme du train. Une boule de poil noire, roulée en boule était posée sur ses genoux. Intriguée, elle toucha doucement la chose qui se mit à bouger. La boule se déplia et un petit museau fragile apparut ainsi que deux yeux bleus très clairs. Un miaulement plaintif sortit d’entre de petites dents pointues.

-Mais, mais c’est quoi ça ??? S’exclama Lenoe.
-Il semblerait que ce soit un cattus… Ironisa Tom Jedusor.

La jeune fille eut la désagréable impression qu’il l’avait observée pendant son sommeil.

-Un petit chaton, Lenoe ! S’exclama Arcturus avec enthousiasme.
-Mais… Pourquoi ? Balbutia Lenoe, encore légèrement comateuse.
-Pour ton entrée à Poudlard ! Je l’ai acheté sur le Chemin de Traverse… Répondit Arcturus.

Le jeune homme sursauta lorsque la jeune fille le prit par le cou, peu habitué à ce qu’elle montre ouvertement ses sentiments.

-Merci beaucoup… Lui murmura-t-elle à l’oreille.

Arcturus rougit violemment. Lenoe, cramoisie elle aussi, lâcha vite son cousin et caressa le chaton, à nouveau en boule sur ses genoux. Tom lui jeta un regard moqueur. Abraxas souriait. Lenoe gratouilla la petite créature derrière l’oreille. Il se mit à ronronner. Arcturus se remit à parler avec Abraxas. Tom fixa Lenoe qui caressait délicatement le chaton d’un air pensif.

-Comment tu comptes l’appeler ? Demanda-t-il brusquement à la jeune fille.
-Justement, je cherche… Murmura la jeune fille sans prêter vraiment attention à son interlocuteur.

Frustré, Tom insista.

-Tu ne trouves pas ? fit-il.
-Pas à l’instant… Fit Lenoe, toujours sans le regarder.
Le jeune homme sentit la colère commencer à grimper en lui. Il inspira calmement et darda son regard dur sur la jeune fille.
-Tu sais que donner un prénom, nommer une chose c’est avoir du pouvoir sur elle ? Reprit-il.
-Oui, j’ai lu ça quelque part… Acquiesça la jeune fille.
-Alors si je t’appelle Lenoe… Commença Tom.

La jeune fille releva la tête et croisa le regard de Tom. Un frisson lui parcourut l’échine. Ses yeux étaient presque noirs de colère.

-Tu as une idée, toi ? demanda Lenoe à Tom.
-Pour ton chat ? Non. C’est le tien. A toi de décider. Fit ce dernier en s’enfonçant dans la banquette du train avec un sourire satisfait.

Il reprit son livre et se plongea dedans. Lenoe recommença à chercher. Le petit chat lui donna un coup de langue sur le doigt. Elle lui sourit, attendrie. Mais l’animal la mordilla soudainement, plantant délicatement ses petites dents dans la main de sa maîtresse. Lenoe émit un rire bref. Arcturus et Abraxas se tournèrent vers elle, cessant leur discussion et même Tom lui jeta un regard.

-Il m’a mordu… Sourit Lenoe.
-Ah, ben je sais comment te faire rire maintenant… Jeta Arcturus.
-Un vrai petit poison ce chaton… S’amusa Abraxas.
-Oui… C’est ça… Poison ! Fit Lenoe.
-C'est un choix. Lança Tom en fixant le chaton.
-Alors voilà. Poison. C’est joli et meurtrier… Dit Arcturus.
-Oui, Poison, ça lui va bien… Grogna Abraxas en massant le doigt que le petit chat venait de croquer.

Il ne restait plus qu’une heure avant que le Poudlard Express arrive à destination. La nuit était déjà bien tombée et la lune faisait luire les vitres trempées. Une buée épaisse recouvrait le tout, sauf à l’endroit ou Lenoe avait dormi. Poison gambadait en tremblotant dans le compartiment. Il grimpa sur la banquette, près de Tom qui ne leva pas les yeux de son livre. Le chaton monta sur le jeune homme et frotta doucement sa tête contre la main de Tom. Ce dernier le caressa doucement mais distraitement. Lenoe regarda son chat puis Tom. Elle resta absorbée dans cette contemplation pendant un bon moment.

-Il faut se changer ! s’écria soudain Abraxas, tirant Lenoe de sa rêverie.
-Oui, zut, on va pas tarder à arriver. Marmonna Arcturus.
-Attendez, je sors… Fit Lenoe en se levant.
-Non, tu peux rester ici pour te changer… Susurra Tom d’un ton doucereux.
-A vôtre âge les garçons ne sont que des pervers. Je ne vais certainement pas rester ici. Lança froidement Lenoe.

Elle sortit du compartiment en emmenant son uniforme de l’école. Poison l’avait suivi. Elle ramassa son chat et le prit dans ses bras, cherchant du regard un compartiment vide. Le troisième en partant du sien semblait désert, il n’y avait pas de lumière. Elle toqua et entra. Deux jeunes filles étaient assises, immobiles, sur la banquette. Celle qui était près de la porte tourna la tête vers elle et lui sourit.

-Heu, pardon, je pensais qu’il était vide… Je voulais me changer. Fit Lenoe, embarrassée.
-C’est pas grave, tu peux… Fit la jeune fille qui lui avait souri.
-Merci… Murmura Lenoe.

Elle déposa Poison à terre et se déshabilla pour se rhabiller aussitôt. Enfin prête, elle replia soigneusement ses affaires et chercha son chat. Il était étendu sur la jeune fille assise près de la fenêtre qui le caressait doucement.

-Je m’appelle Tomaa Quilton… Fit la première jeune fille en allumant brusquement le compartiment.

Elle avait de longs cheveux roux et des yeux noisettes, plus sombres mais pétillants de malice. Son nez et ses joues étaient parsemés de tâches de rousseurs.

-Moi c’est Lenoe Black. Fit cette dernière.
-Comme la famille Black du même nom ? Enfin je veux dire… Septimus Black ? Grommela une voix.
-Oui, c’est cela… Répondit Lenoe à la jeune fille assise près de la fenêtre.
-Moi c’est Glen Jessery, j’crois que nos pères travaillent ensemble au Ministère... Lança cette dernière.
-Peut-être. Septimus c’est mon oncle. Mon père est mort cet été… corrigea Lenoe.
-Désolée… Dit Glen en secouant ses cheveux courts, couleur corbeau.

Elle dirigea ses yeux verts sur Tomaa, sa compagne de voyage puis revint à Lenoe.

-Vous êtes toutes les deux en première année ? Demanda-t-elle.
-Oui… Répondirent en chœur Lenoe et Tomaa.
-Tant mieux, on a des chances de se retrouver dans la même maison. Ou au moins, aux mêmes cours… Reprit-elle avec un sourire.
-Oulàà… On ne va pas tarder… Jeta Tomaa.
-Je dois rejoindre mon cousin… A tout à l’heure ! Lança précipitamment Lenoe.

Elle récupéra son chat et ouvrit la porte du compartiment.

-A tout à l’heure… Fit la voix froide de Glen.
-Salut ! Jeta Tomaa, joyeusement.

Lenoe eut un léger sourire. Elle avait l’impression de s’être fait des amies…
Elle regagna le compartiment de son cousin et reprit sa place. Le train commençait à ralentir. Arcturus et Abraxas étaient de plus en plus excités. Ils devisaient rapidement et riaient régulièrement. Tom ne bougeait pas. Il semblait à Lenoe qu’il était aussi heureux de retourner à Poudlard bien qu’il ne laissait rien paraître sur son visage. Il fixait le plafond du train depuis qu’il avait rangé son livre. Enfin, dans un grincement strident et une légère secousse, le train s’immobilisa. Lorsqu’Abraxas ouvrit la porte, le couloir était bondé. Il bouscula du monde et se fraya un chemin pour sortir. Tom saisit sa valise et le suivit, disparaissant dans la foule des élèves. Arcturus aida Lenoe à porter sa valise jusqu’au dehors puis il retourna chercher la sienne à l’intérieur. La jeune fille tenait son chat serré contre elle. Elle avait le trac. Son ventre se noua. Une voix grinçante et désagréable retentit.

-Les premières années c’est par ici… Annonça l’homme aux cheveux sales à qui appartenait la voix. Il avait une lanterne

Lenoe s’avança, traînant sa lourde valise.

-Non, Miss on laisse sa valise sur le quai… Reprit l’homme à la voix grinçante en ricanant.

La jeune fille serra un peu plus son chaton et suivit la file des élèves qui marchait derrière l’homme. Elle fut rejointe par Tomaa et Glen.

-Ah ah ! On te retrouve !! On va traverser le lac… Pis Jewis Foyld va nous emmener à une salle et puis après on va être répartis… Lança Tomaa.
-C’est qui, Jewis Foyld ? Demanda Lenoe.
-Bah lui, le concierge… Il paraît qu’il est cruel avec les élèves… Murmura Tomaa d’un ton de conspiratrice.
-Ouais, surtout question punitions… Renchérit Glen.
-Oh, bah ça va je suis sage, je ne crains rien… S’exclama Tomaa.

Les filles se turent jusqu’au lac. Une fois arrivées là-bas, elles prirent place dans des barques de quatre personnes. Tomaa, Glen et Lenoe furent rejointes par une garçon aux cheveux bouclés, timide et seul répondant au nom de Dreg Kilmings qui leur expliqua que son grand frère était déjà à Poudlard et lui avait assuré qu’il n’y avait aucunes épreuves pour la répartition.

-Tant mieux, je ne crois pas que je pourrais jeter un sort tout de suite sans me sentir ridicule… Plaisanta Tomaa.

Ils passèrent un rideau de plantes et arrivèrent dans une grotte où les premières barques arrivées avaient déjà déposées les élèves dans un escalier grossier. Les filles et Dreg descendirent de leur barque et attendirent avec les autres dans l’escalier. Enfin, tous les élèves furent présents et une porte fondue dans la paroi glauque de la grotte s’ouvrit sans bruit laissant passer Jewis Foyld et les premières années. Enfin, ils arrivèrent dans le hall immense de Poudlard. Lenoe leva la tête et aperçut le haut et élégant plafond. Elle descendit les yeux et vit alors le grand escalier de marbre puis les portes de la Grande Salle, massives et closes. Le concierge les entraîna dans une pièce plus petite et leur ordonna d’attendre. Les élèves étaient tassés. Ce qui déplaisait profondément à Lenoe. Même Tomaa commençait à ne plus supporter sa position lorsque la porte s’ouvrit enfin sur un homme à la longue barbe brune et aux yeux bleus pétillants. Il fixait chacun des visages pâles levés vers lui, ses yeux comme des rayons X.

-Chers élèves, bienvenus à Poudlard. Je suis le professeur de métamorphose, Albus Dumbledore. Nous allons nous diriger vers la Grande Salle pour la répartition. Il s’agira simplement de mettre le Choixpeau sur votre tête. Allez, suivez-moi… Fit-il d’un ton énergique et chaleureux.

Il sortit de la pièce, traversa le hall d’un pas souple et joyeux et ouvrit les porte de la Grande Salle. Le cœur de Lenoe descendit dans son estomac. Tous les élèves de la deuxième à la septième année était assis autours de quatre grandes tables et fixaient les nouveaux d’un air curieux. La jeune fille décida qu’elle haïssait la cérémonie de répartition. Elle parcourut vivement les visages et vit son cousin lui faire un sourire encourageant. Il était à la table au-dessus de laquelle un immense blason vert et argent représentant un serpent qui se tortillait pendait. Tom Jedusor n’était pas loin. Il la fixa un instant d’un air amusé puis Lenoe rentra dans l’élève devant elle car les élèves avaient stoppés sans qu’elle y prenne garde. Le professeur Dumbledore sortit un grand parchemin et appela des élèves par ordre alphabétique. Chaque élève mettait le Choixpeau qui finissait par crier le nom d’une maison. Puis l’élève ôtait le Choixpeau et allait s’asseoir avec les anciens élèves à la table de la maison qu’on lui avait désignée. Elle passa dans les premières.

-Black, Lenoe… Annonça le professeur Dumbledore.

Lenoe fit un pas puis deux et marcha jusqu’au tabouret en tentant d’ignorer les regards des autres élèves. Elle saisit le Choixpeau s’assit sur le tabouret et le posa sur sa tête. Aussitôt le Choixpeau cria « Serpentard ! ». Soulagée que ce fût enfin fini, elle se dirigea vers son cousin et s’assit à ses côtés.

-C’était évident. Tu es une Black sang pour sang ! S’exclama Arcturus avec ravissement.
-Ravi de te voir enfin officiellement parmi nous, Lenoe ! Fit Abraxas Malefoy avec un sourire discret.
-Merci… murmura Lenoe.

Tom se contenta de la regarder quelques instants puis reporta son attention sur les autres premières années. Triste de son manque d’enthousiasme, elle l’imita et regarda Glen s’asseoir sur le tabouret et mettre le Choixpeau.

-Serdaigle ! Cria le Choixpeau.

Glen se leva fit un sourire navré à Lenoe et alla s’asseoir à la table des Serdaigles qui l’accueillaient avec chaleur. Quelques autres élèves passèrent puis ce fut au tour de Dreg.

-Poufsouffle ! Fit le Choixpeau.

Dreg rejoignit les Poufsouffles en rougissant et prit place à côté d’un garçon beaucoup plus grand mais qui lui ressemblait étrangement. « Son grand frère… » Songea Lenoe. Au même moment le frère de Dreg tourna la tête et la fixa. Il lui fit un grand sourire charmeur et Lenoe sourit à son tour puis détourna vite le regard… Sur Tom. Ce dernier jetait un regard venimeux à quelqu’un et, tournant à nouveau la tête elle s’aperçut qu’il s’agissait du jeune homme qui lui avait sourit. Elle fronça les sourcils. Mais le professeur Dumbledore annonça « Quilton Tomaa » et elle regarda son amie s’asseoir à son tour.

-Gryffondor ! s’exclama le Choixpeau.

Horriblement triste, Lenoe ressentit de la colère vis-à-vis du Choixpeau. Ses nouveaux amis étaient dispersés. Dépitées, elle regarda son assiette vide jusqu’à la fin de la cérémonie. Lorsque ce fut fini, le directeur, Armando Dippet fit un discours à propos de solidarité et de guerre qu’elle n’écouta pas. Enfin, les plats se remplirent de victuailles et elle se servit. Arcturus et Abraxas recommençaient leurs sempiternelles discussions auxquelles elle ne prêta aucunes attentions. Tom la regardait par moment. La jeune fille dirigeait parfois son regard vers la table des Poufsouffles espérant à nouveau croiser le regard du frère de Dreg mais peine perdue… Le repas se déroula sans incident ni nouveaux regards.
Lorsque le banquet fut fini, le préfet appela les premières années de Serpentard et leur montra le chemin pour aller à la salle commune. Lenoe était triste de ne pas avoir pu parler avec Tomaa et Glen mais elle les avait vues suivre leur groupe de première année respectif. Lenoe retint le mot de passe et franchit avec les autres la porte des cachots. La Salle Commune des Serpentards était grande, en pierre mais finalement très agréable. Elle jeta un coup d’œil aux autres élèves qui entraient puis se décida à aller coucher. Elle monta les marches du dortoir et poussa la porte de celui des filles. Sa chambre était la dernière de la tour. Il y avait trois lits dont le dessus était aux couleurs de la maison. Lenoe retrouva joyeusement ses affaires qu’elle rangea. Poison gambadait depuis qu’elle l’avait posé à terre, courant comme un fou puis sautant sur les lits puis se figeant brusquement puis repartant en courant dans l’autre sens… Lenoe se mit à rire puis se coucha, terriblement fatiguée. Poison finit par venir se mettre en boule près de la joue de la jeune fille et l’un comme l’autre sombrèrent dans le sommeil.
End Notes:
J'espère que vous ne trouverez pas cela trop long ! Toutes critiques acceptées !! A suivre ;)
Chapitre 2 - Premier jour ou comment se mettre Tom Jedusor à dos. by Merwanna
2-Premier jour ou comment se mettre Tom Jedusor à dos.

Le lendemain matin l’une de ses voisines de chambre la secoua. Lenoe ouvrit les yeux, furieuse.

-Heu, excuse-moi mais il faut se lever c’est l’heure !! Lança une fille aux cheveux châtains clairs avec un sourire navré.
-Non, ce n’est rien. Je n’ai juste pas l’habitude des réveils brusques… Lança Lenoe en souriant d’un air rassurant.
-Je m’appelle Phylis… Se présenta la jeune fille.
-Lenoe… Dit à son tour celle-ci.
-Et moi c’est Hilda… Se présenta l’autre fille qui attendait devant la porte, sa chevelure blonde déjà démêlée.
-Enchantée… Affirma Lenoe avec un sourire poli.
-T’as plus que quinze minutes pour te préparer, ça va aller ? S’inquiéta Phylis.
-Oui, oui pas de problème… Merci. Jeta Lenoe, distraite.
-Okay, bah salut… Lança Phylis en suivant sa comparse dans l’escalier.

Restée seule, Lenoe se leva et se dirigea vers la salle de bain attenante. Elle se lava et s’habilla comme il se devait. Puis elle coiffa ses longs cheveux et sortit enfin de sa chambre, son sac sur l’épaule. Elle sortit rapidement des cachots et se mit à marcher à grandes enjambées en se dirigeant vers la Grande Salle. Elle marchait droit devant elle sans faire vraiment attention lorsqu’elle percuta violemment un autre élève. Sous le choc, elle recula. Relevant la tête en marmottant des excuses, elle croisa le regard furieux de Tom Jedusor. Elle déglutit.

-Tu ne peux pas faire attention ? Grommela-t-il.
-Je suis désolée… j’étais perdue dans mes pensées… S’excusa Lenoe.

Les élèves autour d’eux les regardaient en murmurant d’un ton que Lenoe perçut comme effrayé. Les yeux de Tom s’éclaircirent.

-La prochaine fois, regarde où tu vas. Jeta-t-il d’un ton froid et menaçant.
-Toi aussi t’aurais dû regarder… Lança Lenoe en continuant son chemin.


Tom Jedusor se figea sur place et regarda la jeune fille se diriger vers la Grande Salle en ayant une forte envie de lui courir après pour la gifler. Elle lui avait répondu ! Elle lui avait fait un reproche! Tom se promit de la punir pour ce manque de respect. Lenoe, loin d’imaginer les plans machiavéliques de Tom s’asseyait à la table des Serpentards et se servait un petit déjeuner. Des toasts beurrés et noyés de confiture accompagnés d’un chocolat chaud et d’un grand verre de jus d’orange lui apparurent comme un festin. Elle adorait ça. Phylis, la fille de sa chambre lui tendit un emploi du temps.

-Tu vas voir il n’est pas trop mal… Affirma-t-elle.

La jeune fille la remercia et regarda le programme de la journée. En effet, il était même très bien. Elle n’avait cours qu’à dix heures et c’était potion. Ravie de cette aubaine, Lenoe se dirigea vers la bibliothèque. Elle prit un livre et s’installa dans un fauteuil au hasard. Plongée dans son livre avec bonheur, elle lut sans s’arrêter, suivant les aventures du héros qui se révélaient aussi passionnantes qu’éducatives. Elle sentit soudain un regard aigu se poser sur elle. Et la fixer. Elle leva discrètement les yeux. Arcturus la regardait mais elle était sûre que ce n’était pas son regard qu’elle avait sentit mais un autre… Plus pénétrant. Tom était assis dans un coin, lisant aussi. Elle aurait pourtant mis sa main à couper qu’il la regardait deux secondes auparavant. Elle se leva, enregistra son emprunt auprès de la bibliothécaire et rejoignit son cousin.

-T’es partie vite au lit hier soir ! Tu faisais la tête ? Demanda Arcturus.
-Oui, un peu… Les amis que je me suis faite ne sont pas dans ma maison. Répondit Lenoe.
-Ne t’inquiète pas, tes amis c’est nous maintenant… Sourit son cousin.
-Merci c’est gentil… Fit Lenoe.
-Tu viens te balader autours du lac ? Reprit son cousin.
-Non, merci j’vais plutôt finir mon livre il est géant ! Merci encore !! S’exclama Lenoe avec un grand sourire.

Elle s’enfuit presque, suivant son instinct qui ne la trompait jamais. Arcturus avait des idées derrière la tête et elles étaient malsaines, la jeune fille en était convaincue et elle préférait éviter d'avoir une retenue dès son premier jour. Elle courut donc presque jusqu’à une arche du château donnant sur une cour calme et déserte. Elle s’assit sur un muret et reprit sa lecture. Au bout de quelque instant, elle sentit une présence derrière elle et se redressa brutalement. Tomaa la regardait en souriant.

-Oups. Je suis désolée de t’avoir fait peur… Dit-elle de son ton joyeux.
-Ce n’est pas grave. Assura Lenoe.
-Dis, tu attendais quelqu’un ? Demanda son amie en fronçant les sourcils.
-Non, pourquoi ? Fit Lenoe.
-Parce qu’un garçon brun plutôt beau mais terriblement froid est parti alors que j’arrivais… Répondit Tomaa.
-Tom… Marmonna Lenoe.

Elle ne doutait pas que ce fût lui. Mais pourquoi ne lui avait-il pas parlé ? A moins qu’il lui en voulait encore pour ce matin… La jeune fille déglutit avec difficulté. Elle se résolut à ne plus se retrouver seule avec le jeune homme. Tomaa la fixa quelque temps puis s’assit à ses côtés.

-C’est vraiment pas de veine qu’on ne soit pas ensemble… Commença-t-elle.
-Oui. Ce n’est vraiment pas drôle… J’étais tellement contente d’être à Poudlard et de vous avoir rencontrées, toi et Glen et hop, la Répartition nous sépare… Fit Lenoe en soupirant.

C’était la plus grande phrase qu’elle avait prononcée ces derniers temps. Son amie sourit.

-Oh, t’inquiètes pas, au cours de Potion on est ensemble, celui de Défense contre les Forces du Mal aussi… Dit-elle, rassurante.
-Oui… Et en cours de Botanique, je suis avec Glen, comme en Métamorphose… Répliqua Lenoe.
-Et en Astronomie et Créatures Magiques ? demanda Tomaa.
-Poufsouffle. Soupira Lenoe.
-Y’a le garçon d’hier à Poufsouffle… Dreg c’est ça ? remarqua Tomaa.
-Oui.
-Bah voilà, tu n'es pas toute seule, miss Black ! Rit Tomaa.

Lenoe émit un bref sourire. Tomaa avait raison, elles pourraient se voir autant qu’elles le voudraient. La cloche sonna, annonçant l’heure du cours de Potion. Le deux jeunes filles se levèrent et se dirigèrent ensembles vers les cachots. La plupart des élèves étaient déjà là lorsqu’elles arrivèrent devant la porte de la salle de classe. Un attroupement se faisait autour d’une élève blonde, aux cheveux frisés. Elle parlait rapidement en faisant des grands gestes comme une actrice qui jouerait une scène particulièrement tragique. Elle était plutôt jolie mais son air hautain donnait une lourdeur à sa beauté. Lenoe la reconnut comme étant une Serpentard dont elle ignorait complètement le nom. La blonde les regarda arriver. Elle rit d’un air dédaigneux et les montra du doigt en chuchotant. Les élèves autour d’elle se mirent à rire. Lenoe grinça des dents et jeta un regard noir à la blonde. Tomaa soupira. La blonde sortit de son cercle d’amis et se dirigea droit sur Lenoe.

-Dis donc toi, tu ne serais pas à Serpentard ? demanda-t-elle.
-Si pourquoi ? Grogna Lenoe.
-Et elle, elle est à Gryffondor, non ? reprit la blonde.
-Oui, et… ? S’enquit Lenoe.
-Vous ne devez pas être ensembles. C’est la loi. Serpentard et Gryffondor sont ennemis depuis toujours. Humilie-la. Ordonna la blonde.
-Tu sais à qui tu parles ? Jeta Lenoe.
-On n’a pas été présentées, non… Fit la blonde.
-Je suis Lenoe Black. On ne donne pas d’ordre à un membre de la famille Black sans lui manquer de respect espèce de petite garce. Nous sommes une ancienne famille de sorcier, toujours pur ! Alors tu dégages de mon chemin j’aimerais assez entrer en classe ! Clama Lenoe avec un regard mauvais.

Elle jeta un coup d’œil aux autres élèves et entra dans la classe de Potion dont la porte venait de s’ouvrir. La blonde, muette la regarda passer devant elle, les yeux écarquillés. Lenoe, énervée jeta brutalement son sac sur une table et s’assit. Son poing se serrait sur sa baguette. Elle mourrait d’envie de jeter un sort à la fille qui avait osé lui parler sur ce ton. Elle détestait qu’on lui donne des ordres. Les autres élèves s’assirent en regardant des regards craintifs à Lenoe comme si elle allait de nouveau exploser.
Le professeur Slughorn entra de manière magistrale dans la classe. Les feux sous les chaudrons s’allumèrent et il fit une petite courbette en se frottant les mains.

-Mes très chers élèves. Je suis le professeur Slughorn. Je vais vous enseigner l’art difficile et délicat des potions. Certains se révèleront particulièrement doués pour cela d’autre resteront au niveau le plus bas qu’il soit. Cependant, je ne doute pas que vous ayez tous une soif d’apprendre excessive et nous allons donc commencer par quelques questions simples sur différents ingrédients… Lança-t-il d’une traite mais suffisamment lentement pour que tous les élèves le comprennent.

Ses yeux se posèrent sur Lenoe et ses narines frémirent.

-Miss Black, pourriez-vous me dire quelle est la différence entre le napel et le tue-loup par exemple ? demanda-t-il.
-Il n’y en a pas professeur. C’est la même plante aussi nommée aconit. Lança automatiquement la jeune fille.
-Excellent… Pouvez-vous me nommer une potion de transformation ? reprit le professeur.
-Le polynectar. Elle nécessite un morceau, souvent un cheveu, de la personne dont on veut prendre l’apparence. Fit Lenoe.
-C’est vraiment excellent… Connaissez-vous la potion dite Felix Felicis ? Questionna le professeur.
-Oui. C’est une potion de couleur d’or qui donne un sentiment d’extrême chance à celui qui la boit. De la chance à l’état pur…Répondit Lenoe avec un sourire.
-Ce qui est sûr, c’est que ce n’est pas de la chance si vous avez répondu aussi brillamment à ces questions, n’est-ce pas, miss Black ? Votre famille a toujours été la meilleure concernant les potions et les sortilèges. C’est une lignée puissante… Je vous félicite. Vous faites honneur à votre mère, jeune fille… Sourit le professeur Slughorn.

Lenoe sentit une vague de tristesse la submerger. Elle se rendit compte qu’elle était en train de passer pour une intello de service puis décida qu’elle n’en avait rien à faire. Le professeur Slughorn leur donna une potion à faire, assez simple pour le restant de l’heure. Lenoe la termina assez rapidement et le professeur affirma qu’elle était parfaite et que, décidément il avait une élève très douée. Grâce aux questions et à sa potion, Lenoe apporta 40 points aux Serpentards. Tomaa la félicita chaudement entre les légères volutes de fumée, alors que Slughorn était occupé à critiquer la potion de la blonde agressive.

-Vache, t’en sais des trucs toi… Lança-t-elle.
-Ma mère et mon père ont toujours désirés que je sois au point pour le jour de mon entrée à Poudlard. Et j’ai des facilitées d’apprentissage… S’excusa Lenoe.
-Oh, ne prend pas ce ton modeste, Reine de la Tambouille… S’esclaffa Tomaa.
-Ta potion est très bien aussi. Affirma Lenoe en jetant un coup d’œil au chaudron de son amie.
-Oui, mais Slughorn a un coup de foudre pour toi, Reine de la Tambouille… Fit Tomaa avec un clin d’œil.

Les deux jeunes filles éclatèrent de rire. Le professeur Slughorn les regarda d’un air paternel avant de partir voir les autres élèves. La blonde écumait de rage.

-Black, sache que ta peau ne vaudra plus grand-chose quand je me serais occupée de toi… Siffla-t-elle.
-On verra ça… Ironisa Lenoe.

Puis elle se remit à discuter avec Tomaa jusqu’à la fin du cours. Lorsque la cloche sonna, les deux amies avaient déjà rangé leurs affaires et sortirent les premières sous le regard bienveillant du professeur Slughorn. Dans le couloir, elles ralentirent car tous les élèves se dirigeaient comme elles vers la Grande Salle pour le déjeuner et un embouteillage s’était formé. Quelqu’un passa et bouscula violemment Lenoe sur le côté. La jeune fille s’emmêla les pieds et commença à choir. Quelqu’un la rattrapa. Quand elle releva la tête pour regarder qui c’était, deux yeux bleus très clairs rencontrèrent les siens.

-Tu as bien failli tomber… Fit une voix claire.
-Heu… oui, merci beaucoup… Bafouilla Lenoe en ayant l’impression d’être une imbécile complète.

Elle regarda autour d’elle mais ne vit pas Tomaa qui avait dû être entraînée par la foule. Le frère de Dreg lui fit un sourire navré.

-Je crois bien que ta copine s’est faite emportée… Dit-il.
-Oui, bah c’est pas grave, on a encore un cours tout à l’heure ensemble… Assura Lenoe en lui souriant à son tour.
-Mon frère m’a parlé de toi, vous étiez dans la même barque ? demanda le jeune homme.
-Oui, c’est ça… Tu es Garrett alors… Sourit la jeune fille.
-Oui, c’est moi… Quel dommage que tu sois à Serpentard. Remarqua Garrett.
-Oui, enfin, je suis avec mon cousin c’est déjà mieux que d’être toute seule… Soupira Lenoe.
-Heu... On va manger ? Proposa Garrett.

Lenoe acquiesça d’un sourire et le suivit. Garrett avait un charme incroyable. Ses boucles brunes aux reflets cuivrés et son regard bleu ciel alliés avec une jolie fossette sur la joue gauche quand il souriait avait le don de réjouir Lenoe. Il avait une carrure assez sportive. Cela se confirma quand il lui dit qu’il était le capitaine de l’équipe de Quidditch de Poufsouffle.

-La classe… Remarqua Lenoe.
-Tu trouves ? C’est du boulot le Quidditch mais savoir monter sur un balais c’est déjà avoir fait le travail à moitié… Plaisanta Garrett.
Lenoe éclata de rire.

-Au fait, il parait que tu as rabattu le caquet de Felmina Scrimgeour, ce matin. Ca va, tu commences en forme ton année… Dit Garrett sur le ton de la plaisanterie.
-Je fais ce que je peux pour me faire un minimum respecter et laisser en paix… Se justifia Lenoe.
-T’emballe pas, jeunette. Je faisais remarquer ça comme ça. Et ce n’est pas en la faisant taire que tu seras en paix. Il parait que c’est une vraie peste. Tout le monde sait que c’est la fille préférée de ses parents depuis que son frère est entré à Gryffondor. Elle est insupportable… Rien que de voir sa figure de gâtée ça me donne envie de vomir. Expliqua Garrett.
-Oh, je vois. Alors, on s’y met à deux pour la tuer ? Murmura Lenoe sur un ton de conspiratrice.
-Un sacrifice à la pleine lune ? Suggéra Garrett sur le même ton.

Ils éclatèrent de rire. En entrant dans la Grande Salle, Lenoe prit congé de Garrett et gagna la table des Serpentards. Tom ne lui prêta aucune attention, et pourtant la seule place de libre était en face de lui. Elle ne dit rien, ignorant aussi le jeune homme, plaisantant avec son cousin et Abraxas qui semblait d’excellente humeur.

-Qu’est-ce qui te fais sourire comme ça toutes les cinq secondes ? demanda Lenoe à Abraxas.
-Felmina… Elle me parle enfin. Susurra le jeune homme, les yeux rêveurs.
-En parlant de Felmina, tu n’aurais pas eu un accrochage avec elle, ce matin avant le cours de potion ? Lança insidieusement Arcturus.
-Si, justement… Marmonna Lenoe en rougissant.
-On m’a d’ailleurs affirmé que tu avais eu une excellente répartie au sujet de notre famille qu’il fallait respecter… Ajouta son cousin, un sourire aux lèvres.
-Oui. Elle m’a agressé, j’ai répliqué c’est tout. Se défendit Lenoe.
-Et bien ça promet… En une matinée, tu te bats verbalement avec Fulmina Scrimgeour… Commença Arcturus avec un soupir.
-Et elle séduit Garrett Kilmings… J’avoue que ce n'est pas mal. Acheva la voix glaciale de Tom.

Abraxas et Arcturus fixèrent Lenoe, les yeux grands ouverts de surprise.

-Lenoe… Garrett Kilmings ? T’es pas un peu folle ? C’est le capitaine de l’équipe de Quidditch de Poufsouffle… Abraxas et moi sommes dans l’équipe de Serpentard, t’es pas un peu dingue ? Réussit à articuler Arcturus.
-Je ne le séduisais pas, on discutait. Certaines personnes sont mal renseignées. Et puis… Je fais ce que je veux. Affirma Lenoe en regardant son assiette.

Tom se leva subitement. Lenoe releva la tête. Ses yeux, durs et froids la fixaient avec colère.

-Je crois que tu vas devoir apprendre à me respecter ! Je t’interdis de faire des insinuations, c’est bien clair ? S’exclama-t-il.

Quelques conversations alentours s’interrompirent. Lenoe défia le jeune homme des yeux.

-Tu n’as rien à me dire, Tom Jedusor. Surtout pas quand tu espionnes les gens dans leur dos avant de t’enfuir pour ne pas te faire prendre. Cracha-t-elle.

Le visage du jeune homme se décomposa. La haine et la colère marqua chacun de ses traits. Ses yeux se firent deux fentes menaçantes et il se pencha vers la jeune fille.

-Je te promets que tu vas regretter de m’avoir affronté ainsi. La mort de tes parents ne sera qu’une bagatelle à côté de ce que je vais te faire subir. Siffla-t-il.
-Si tu crois que tes menaces me font peur ! S’écria Lenoe en se relevant de toute sa hauteur.

En vérité elle avait peur. Mais elle avait décidé de ne pas se laisser faire par lui. Il était beau, oui, magnifique même mais cela ne lui permettait pas de la traiter ainsi. Elle était une Black après tout. Un éclair de surprise passa rapidement sur le visage de Tom. Puis il retrouva son masque rageur. Lenoe, silencieuse le fixait droit dans les yeux, sans faiblir. L’un d’entre d’eux devrait lâcher le regard, elle ne voulait pas être celle là. Le professeur Dumbledore s’avança. La jeune fille remarqua seulement que toute la Grande Salle était silencieuse et que les élèves les regardaient d’un air effarés.

-Tom, Lenoe, ça suffit à présent. La rentrée vient de commencer, inutile de créer des tensions. Excusez-vous et n’en parlons plus… Fit le professeur de sa voix douce.
-Lui d’abord ! Siffla-t-elle.
-Elle d’abord. Grinça-t-il au même moment.
-Allons, mes enfants, cela suffit ! Vous ne voudriez pas de retenue dès le premier jour ? Reprit le professeur, voilant à peine la menace.

Tom ne bougea pas. Lenoe non plus. Puis un sourire rusé apparut sur les lèvres fines du jeune homme qui se mit à rire. Un rire qui mit tout le monde mal à l’aise.

-Excusez-moi professeur. Vous avez raison. La question est : pourquoi je me mesurerai à cette pauvre petite fille de première année, perdue, orpheline à cause de ses parents assassinés et sans amis ? C’est trop drôle. Tom Jedusor n’a pas à se rabaisser de cette manière… Dit-il.

Blessée à mort par ces paroles cruelles, Lenoe prit sa part de tarte, son sac et s’enfuit de la Grande Salle sans rien dire. Des larmes de rage coulaient sur ses joues et la honte les rosissait. Elle retrouva la cour déserte et s’installa au pied de l’arbre qui trônait au centre, au milieu des pavés. Elle posa sa tarte et pleura de tout son soûl. De rage d’abord, de tristesse ensuite. Quand ses larmes se furent taries, elle mangea morceaux par morceaux le bout de tarte. La cloche sonna mais elle n’avait pas envie d’aller en cours et d’affronter les autres élèves. Elle décida de ne pas y aller. Elle resta assise là une bonne demi-heure, observant les oiseaux au-dessus de la Forêt Interdite. Scrutant les arbres et la pénombre, elle réfléchit et décida d’aller se promener le long de la Forêt. Sans y entrer puisque c’était défendu. Elle passa son après-midi entre la lisière de la forêt et le lac devant lequel elle finit par s’asseoir. Regardant le crépuscule se coucher, elle se dit qu’elle devrait bien regagner le château mais elle décida de ne pas aller manger. Elle attendit donc la nuit noire en observant les légères rides à la surface du lac, marques de la caresse du vent sur l’eau. Elle se redressa et s’apprêta à partir lorsqu’un bruit de pas léger retentit.

-Lenoe ? Tu te caches ? Lança la voix de Garrett.
-Non. J’allais rentrer au château. Marmotta la jeune fille d’une voix encore plus rauque que d’habitude.
-Tu sais que je t’ai cherchée partout ? Affirma le jeune homme en se laissant tomber aux côtés de la jeune fille.
-Pardon… Murmura Lenoe.
-C’est très courageux de ta part d’oser affronter Tom Jedusor… Ils ont tous peur de lui. N’empêche t’aurais pas dû t’enfuir. Dumbledore lui a passé un sacré savon, au vu de ce qu’il t’avait dit… Il a dit que Jedusor aurait dû se rappeler quelle était sa propre situation en arrivant à Poudlard plutôt que de te dire de telles méchancetés… raconta Garrett.
-Il va me haïr encore plus… Soupira Lenoe.
-Allez, ce n’est pas si grave. Il va juste te pourrir tes plus belles années… Fit Garrett d’un ton plaisantin.
Lenoe lui donna une tape sur le bras et se mit à rire.
-En tout cas, il avait tord : tu as des amis. Ne l’oublie pas, hein ? Affirma Garrett.
-C’est gentil… Chuchota Lenoe.

Il se releva, imité par la jeune fille. Ensemble, ils remontèrent la légère pente qui menait au château et regagnèrent Poudlard. Lenoe et Garrett se séparèrent sur un « bonne nuit ». Prenant son courage à deux mains, la jeune fille emprunta le chemin jusqu’aux cachots.
Chapitre 3 - Neige et Convocation by Merwanna
3 - Neige et convocation

Lenoe avait atteint sa chambre sans heurts ce soir-là. Elle était entrée doucement mais ses colocataires ne dormaient pas et les trois filles avaient discuté ensembles pendant un bon moment avant qu’enfin elles s’endorment.
Cela faisait maintenant trois mois qu’elle était entrée à Poudlard. Et Lenoe avait vite fait ses preuves en matière de magie. Que ce soit en potion, en sortilèges, en métamorphose, en défense contre les forces du mal, en botanique ou en astronomie, elle était naturellement douée. Meilleure élève de sa classe, elle faisait la fierté de son cousin et de ses amis. Tomaa, Glen et Garrett. Les Serpentards étaient en tête du plus grand nombre de points gagnés. Et la jeune fille n’était pas la seule à apporter des points puisque son seul égal était Tom Jedusor. Elle se faisait discrète dans les couloirs du château, tentant d’éviter le plus possible le jeune homme et elle réussissait pour le moment. Elle s’était habituée à prendre les passages secrets pour rejoindre un lieu dans le château quel qu’il soit. Les remarques blessantes de Felmina Scrimgeour était très souvent cassées par la répartie fusante de Glen et Lenoe apprenait à vivre tranquillement.

Début décembre, l’air se fit glacial et de gros nuages blancs annoncèrent le début des chutes de neige. Ravie, Lenoe guettait tous les jours le ciel, dans l’espoir de voir enfin du coton blanc descendre doucement vers la terre. Mais ce ne fut que trois jours avant les vacances que la neige tomba enfin. Ravie, Lenoe mit son écharpe aux couleurs vert et argent et sortit au dehors, emmitouflée dans sa cape pour profiter des premiers flocons. La jeune fille leva son visage vers le ciel et laissa les flocons tomber sur sa joue. Très vite, ses cheveux furent parsemés de taches blanches. Elle se mit à rire. Elle ne cessa pas de rire même lorsqu’elle glissa et se retrouva assise par terre dans la neige froide. En plein retour en enfance, elle recueillit de la neige dans ses mains et la porta à sa bouche. Elle souffla doucement dessus et les flocons s’envolèrent doucement. Elle eut une idée et recommença. Les flocons se transformaient en petites étoiles lorsqu’elle soufflait dessus. Se croyant seule dans sa cour déserte elle se releva et tourna sur place en soufflant la neige transformée en étoiles étincelantes.

Dans un coin sombre d’une arche, Tom Jedusor regardait discrètement la jeune fille qui s’amusait. Il trouvait vraiment magnifique la poussière d’étoile qu’elle produisait et reconnut qu’elle était douée. Mais ce qui le fascinait le plus c’est cette chevelure noire sertie de légères fleurs blanches éphémères. Et le sourire insouciant qu’elle affichait, contrastant terriblement avec la mine fatiguée et triste qu’elle avait d’habitude, faisait gronder l’envie chez le jeune homme. Il souhaitait avoir la même sérénité enfantine qu’elle avait à cet instant. Mais il ne l’avait pas. Tom Jedusor baissa la tête. Pour la première fois depuis longtemps, un sentiment étrange, douloureux se répandit en lui. Il se sentait triste. Tétanisé, il regarda ses mains. Une larme coula le long de sa joue. Il l’essuya distraitement. Une colère sourde monta en lui.
De quel droit elle parvient à nous faire ressentir ça ? Tu ne devrais pas ressentir ça, Tom
Je sais. Mais je me sens bizarre…
Lutte de toutes tes forces, ce genre de sentiments n’appartiennent qu’aux imbéciles et aux faibles.
Encore une fois la rage l’emporta sur ses autres sentiments. Il fit demi tour et d’un pas vif regagna les profondeurs du château, plein de haine et de colère à l’égard de la jeune fille.

Quelques jours plus tard, dans la bibliothèque…
La sonnerie du dernier cours retentit à travers tout le château.

-Enfin les vacances !! Soupira Glen.
-Heu, ça fait pas deux heures que tu es en vacance, miss farniente ? répliqua Tomaa en souriant.
-Ah, voilà notre amie l’intello… Ironisa Glen avec un sourire amusé.

Lenoe s’assit en face d’elle, ses livres à la main, haletante. Elle ne dit rien pendant cinq minutes tentant seulement de reprendre son souffle. Tomaa se mit à rire, très vite imitée par Glen. Lenoe se retint tant qu’elle put puis fini par céder au fou rire. Les trois filles sortirent de la bibliothèque sous le regard désapprobateur de la bibliothécaire irritée. Lenoe se laissa glisser à terre près d’une tapisserie du couloir indiquant l’entrée d’un passage secret. Ses deux amies s’assirent de part et d’autre d’elle.

-Tu peux nous dire pourquoi tu étais hors d’haleine en arrivant à la bibliothèque ? Fit Tomaa lorsqu’elles se furent enfin calmées.
-Le cours de runes est en option et tous les niveaux sont regroupés… Marmonna Lenoe.
-Et alors ? Insista Glen.
-Tom Jedusor assiste à ce cours. On a rivalisé de bonnes réponses. Je savais d’instinct des choses que je n’avais pas encore appris… Le professeur m’a félicité, ça l’a mis hors de lui. Il voulait me parler à la fin du cours… Je me suis enfuie. Grommela Lenoe.
-Ah la la… Vous êtes dans la même maison, comment fais-tu pour l’éviter ? Demanda Tomaa.
-Je suis levée une heure avant tout le monde voire deux certains matins. Je sors la première des dortoirs… Comment veux-tu que je le croise ? S’exclama Lenoe en souriant.
-T’es malade… Marmotta Glen à qui il fallait ses neuf heures de sommeil quotidiennes.

Un bruit de pas retentit ainsi qu’une voix que Lenoe ne connaissait que trop bien.

-Black ? T’es là ?? Gronda la voix de Jedusor.

Paniquée, Lenoe se glissa sous la tapisserie, dans l’entrée du passage secret. Il se referma à temps, la jeune fille était sure que Jedusor ne l’avait pas vue. Elle retint son souffle et posa son oreille contre la tapisserie.
Jedusor s’était stoppé juste devant Glen et Tomaa. Il eut un sourire mauvais en les voyant assises à terre.

-Alors, on se traîne ? On récure le sol avec son uniforme ? Ironisa-t-il.

Glen se redressa de toute sa hauteur et le foudroya du regard.

-Et, la politesse Jedusor, ça te dit rien ? Grommela-t-elle.
-Parle-moi sur un autre ton, Jessery. Où est ta copine Black ? Fit le jeune homme d’un ton doucereux.
-Pas ici, apparemment… Et puis, je croyais selon toi qu’elle n’avait pas d’amis. Remarqua Tomaa.
-Ah ? Pourtant j’étais sûr d’avoir entendu sa voix il y a quelque minute à peine… Marmonna Jedusor.

Son regard se posa sur la tapisserie. Un sourire s’étala sur ses lèvres.

-Bien entendu… Marmonna-t-il.
-Fous-lui la paix… Cracha Glen, hargneuse.
-Hmm… Black, ce soir à minuit dans la Salle Commune s’il te reste un peu de courage. Je dois te parler. Simplement te parler. S’exclama Jedusor.

Il se pencha légèrement et frappa dans la tapisserie. Lenoe sursauta et recula.

-Si tu sors un jour de ton terrier… Ricana-t-il.

Après un dernier regard dédaigneux à Glen et Tomaa il repartit. Lenoe compta jusque dix puis sortit.

-Alors ? Lui demanda Tomaa après qu’elle fut sortie.
-Je ne sais pas… Murmura Lenoe.

Le coup sourd de la porte du passage résonnait encore à son oreille.

-De toute façon, je dois lui parler sinon je me cacherais tout le temps sans savoir ce qu’il me veut. Dit Lenoe.
-La curiosité est un vilain défaut… Murmura Glen, sagement.
-En même temps, elle est mienne. Répliqua Lenoe avec un sourire.
-Fais comme tu veux, sois prudente c’est tout… Jeta Tomaa.

Sur le coup des huit heures, elles allèrent manger. En se séparant devant la Grande Salle Glen jeta un regard féroce à Jedusor et Tomaa lui fit un sourire encourageant. Lenoe se retourna et s’aperçut avec horreur que la seule place de libre était celle en face de Jedusor. Ce dernier ne daignait pas la regarder mais un sourire lugubre s’étalait sur son visage. La jeune file savait qu’il l’avait fait exprès. Elle eut un frisson puis sourit. Après tout, elle savait aussi bien que lui ignorer les gens. Elle s’installa donc en face de lui. La plupart des élèves assit à côté d’eux les regardèrent avec appréhension. La tension monta à la table des Serpentards.

-Alors, ta journée, cousine ? demanda Arcturus avec un sourire nerveux.
-Excellente, merci, puisque c’était la dernière… Répondit Lenoe avec un sourire franc.
-Ah oui c’est vrai, on rentre pour Noël. Murmura Arcturus.
-Heu… Ton père ne te l’a pas dit ? Demanda Lenoe.
-Quoi ? Jeta vivement le jeune homme en se tournant vers elle.
-Je ne rentre pas pour Noël. Je vous laisse tous les trois. Fit Lenoe avec un sourire.
-Tu ne rentres pas ?? Mais… Protesta son cousin.
-Non, vous m’avez eue tout l’été. Je préfère passer les petites vacances ici. L’interrompit la jeune fille.
-Comme tu veux… Bougonna Arcturus.

Lenoe croisa un instant le regard de Jedusor qui esquissa un rictus méprisant. La jeune fille haussa les épaules et mangea. Elle passa la fin de son repas à discuter gaiement avec les autres convives de la table des Serpentards. Une jeune fille lui demanda de l’aide pour un devoir, chose qu’elle accepta. Elle préférait faire des devoirs toutes les vacances plutôt que de s’enfermer dans la Salle Commune des Serpentards à la merci de Jedusor. Ce dernier fixait toujours la jeune fille. Il tentait de lire dans ses pensées sans croiser son regard, chose qu’il n’avait encore jamais tenté. Et il réussit. Elle réfléchissait au devoir que la jeune fille lui avait donné et se disait qu’il valait mieux faire ça que d’être enfermée dans la Salle Commune avec lui. Il fronça les sourcils. En approfondissant les recherches spirituelles dans la tête de Lenoe, Tom ressentit subitement une douleur à la poitrine. Il sursauta subitement mais gratifia le regard interrogateur de l’élève à ses côté d’un coup d’œil dédaigneux. Il se recentra sur les pensées de la jeune fille à son égard et ressentit à nouveau cette douleur, doublée d’une chaleur dans sa poitrine. Il frissonna. Lenoe le regardait. Il lui jeta un regard noir et attaqua son assiette de dessert. Lorsqu’elle eut fini son repas, elle se leva de table et sortit en vitesse de la Grande Salle. Jedusor se leva à sa suite et sortit en même temps. Elle passa le Hall, prit un couloir, Jedusor toujours sur ses talons. Il la rattrapa au bout du couloir et lui saisit le bras.

-A quoi tu joues ? demanda-t-il.
-Et toi ? Pourquoi tu me suis ? Riposta-t-elle.
-Tu l’as fait exprès hein ?? Reprit-il d’un ton furieux.
-Mais de quoi tu parles ? S’exclama Lenoe, énervée.
-De tes pensées… Commença-t-il.
-Quelles pensées… Fit la jeune fille, abasourdie.

Tom réalisa que la jeune fille n’avait sincèrement aucunes idées de ce dont il parlait. Non seulement son intrusion dans son esprit était passée inaperçue mais, de plus, elle ne savait pas, elle n’éprouvait pas cette chaleur douloureuse, amère qui avait saisie le jeune homme. Ou alors elle le cachait si profondément en elle que son conscient l’avait oublié. Le jeune homme regarda Lenoe de la tête aux pieds comme s’il la voyait pour la première fois. La jeune fille laissa son regard se river dans celui de Tom, cherchant à comprendre cet étrange comportement. Mais elle n’était pas une grande occlumens et elle ne put entrer dans l’esprit sournois du jeune homme. Elle ne chercha pas à se dégager. Elle ouvrit la bouche pour poser une question mais Jedusor la lâcha brusquement et pivota pour repartir, la laissant dans la plus totale confusion.

-Hé, Tom ! Reviens un peu ici… S’exclama-t-elle, frustrée.

Il disparut. Elle remarqua avec inquiétude qu’il n’avait même pas fait attention au fait qu’elle venait de lui donner un ordre. Elle espéra –pour la première fois depuis le début de l’année- qu’il serait à la Salle Commune le soir, comme il le lui avait dit.

Garrett et son frère rentraient chez eux pour Noël et Lenoe décida d’aller leur dire au revoir. Dreg se montra assez froid avec elle. Garrett lui fit un sourire triste.

-Laisse tomber. C’est à moi qu’il en veut. Je lui « vole » ses amis… Dit-il.
-Oh, c’est pour ça ? En même temps il n’a pas fait beaucoup d’effort pour me parler depuis que nous avons été répartis… répliqua Lenoe d'un ton sec.
-Oui, c’est sûr mais bon, je me sens un peu coupable… marmonna Garrett d’un air songeur.
-Tu n’as pas à te sentir coupable, il n’avait qu’à faire les mêmes efforts… Dit la jeune fille, sévère.
-Lenoe, laisse tomber je t’ai dit. Soupira son ami.

Il se retourna vers elle, la prit dans ses bras et la serra contre lui. C’était la première fois qu’il se permettait un geste aussi familier. La jeune fille rougit brutalement. Jamais un garçon ne l’avait serrée d’aussi près. On aurait dit qu’il s’accrochait désespérément à elle, comme s’il avait peur de la perdre.

-Je te souhaite de bonnes vacances de Noël. Murmura-t-il.

Des filles de troisième année passèrent et, pleines de jalousie, jetèrent un regard méprisant et dégoûté à Lenoe. Gênée, la jeune fille baissa les yeux.

-Je te remercie. A toi aussi… Chuchota-t-elle.

Il se détacha d’elle, le teint bizarrement cramoisi. Il saisit sa valise et, avec un peu de raideur s’en alla. Un long frisson parcourut l’échine de la jeune fille qui le regarda partir. Le jeune homme finit par se retourner et lui adresser un geste de la main auquel elle répondit avec un sourire. Lorsque la silhouette du jeune homme eut disparue, elle fit une légère volte-face et décida d’aller faire ses devoirs à la bibliothèque, où Tomaa était sûrement déjà installée. Glen était repartit chez elle, ennuyée de laisser ses deux amies pour les vacances de Noël. Son départ avait été rapide et sans émotions. Glen détestait les effusions. Et les adieux. En entrant dans la bibliothèque, elle remarqua deux choses : les affaires de Tomaa étaient bien là mais son amie avait disparu et Jedusor la regardait avec un sourire malfaisant. La jeune fille prit soudain peur. Elle se dirigea droit sur Jedusor.

-Où est-elle ? Gronda Lenoe, menaçante.
-Qui ça ? demanda Jedusor.
-Joue pas les ingénus, Jedusor, le blanc ne t’irait pas. Où est Tomaa ? Répéta la jeune fille, hors d’elle et inquiète.

Un grand sourire moqueur étirait les lèvres de Tom.

-Aucunes idées… Marmonna-t-il.
-Je te préviens que si jamais tu lui as fait du mal… Siffla Lenoe en se rapprochant du jeune homme, menaçante.
-Quoi ? Tu vas me hurler dessus, comme la dernière fois ? Ironisa Tom en se penchant à son tour.

Leurs visages étaient très proches. La jeune fille pouvait sentir le souffle de Jedusor sur ses lèvres. Un court instant la haine la prit à la gorge et elle ne quitta pas le jeune homme des yeux. Il bougea un peu, elle crut qu’il allait l’embrasser, surprise, elle recula à son tour. Tom esquissa un nouveau sourire narquois.

-Ne prends pas tes rêves pour des réalités, Black… Fit-il d’un air suffisant.
-Plutôt mes cauchemars tu voulais dire ? Riposta Lenoe, rougissante.
-Ta copine est derrière. J’espère que tu as demandé des lunettes pour Noël ? Ricana le jeune homme.

Lenoe se retourna. Tomaa était devant une étagère, les yeux fixés sur elle, un air incrédule peint sur le visage. Elle regardait son amie d’un air horrifié. La jeune fille comprit rapidement le quiproquo. Elle jeta un regard méprisant à Jedusor, se leva et alla vers Tomaa. Son amie se laissa tomber sur sa chaise, toujours en la regardant d’un air intense. Elle avait fermé sa bouche. Lenoe s’assit en face d’elle en se mordant la lèvre, ennuyée.

-Dis moi que j’ai imaginé ce que je viens de voir… Balbutia Tomaa.
-Tu n’as rien vu, y’avait rien à voir. Jeta Lenoe.
-Mais, pourtant… Protesta la rouquine.
-Laisse tomber, on s’est pas embrassé, on se chuchotait des menaces. Grinça Lenoe en plissant les yeux.
-Je te promets que vu de derrière on aurait dit… Se défendit Tomaa, navrée.
-Ouais, ben non. Plutôt mourir que de seulement envisager de le toucher. La coupa sèchement son amie, une mine dégoûtée sur le visage.

Tomaa eut un léger sourire. Lenoe n’était pas à Serpentard pour rien. Ses manières et sa virulence verbale aurait fait pâlir les plus nobles de la maison. En même temps… Y avait-il plus noble que la très pure et très ancienne famille Black ? La jeune fille se sentit fière de son amie, même si elle n’aimait pas spécialement les Serpentards. Elle ne les haïssait pas. Ils lui étaient simplement indifférents. Elle soupira et commença à sortir ses affaires. Elle remarqua que son amie avait sorti un livre et se cachait derrière. Un léger sourire apparut sur ses lèvres.

-Boudeuse ! Lança-t-elle sans lever le nez de son parchemin.
-Je ne boude pas. Affirma Lenoe, en toute mauvaise foi.
-Ah oui ? Alors tu appelles ça comment ? Répliqua Tomaa en riant.

Lenoe lui tira la langue. Les deux amies se mirent à rire. Elles étouffèrent bien vite leur joie car le regard assassin de la bibliothécaire se posait sur elles. Tom les fixa. Un pincement au cœur le prit lorsqu’il porta son regard sur Lenoe. Incapable de comprendre, il se leva brutalement et sortit de la bibliothèque. En le regardant passer, Tomaa eut un sursaut. Elle regarda son amie qui cessa de rire.

-Qu’est-ce qu’il y a ? demanda-t-elle, inquiète.
-Rien… C’est juste que… Hésita Tomaa.
-Allez, dis, je ne te sauterais pas à la gorge, promis. Fit son amie avec de grands yeux.
-Jedusor, tu le hais ? Commença Tomaa.
-Ouais. Affirma Lenoe en se renfrognant.
-C’est de la haine, n’est-ce pas ? Ca te fait mal ce sentiment. Il est …
-Violent. Acheva la jeune Serpentard.
-Tu sais ce que l’on dit ? Demanda la rouquine.
-Hmm… Grogna Lenoe, la mine sombre.
-Que la haine est voisine et même sœur de l’amour… Plus tu ressens de haine pour la personne plus tes chances de l’aimer augmentent. C’est pour cela que tout à l’heure j’ai eu ce réflexe. Je te demande vraiment de m’excuser. Dit précipitamment la rousse en secouant ses boucles.
-Laisse tomber, je t’ai dit que je te pardonnais. Il n'y a pas de quoi en reparler. Marmonna Lenoe.

Elle se replongea dans son livre et Tomaa dans ses devoirs. Aucune d’entre elles ne parla jusqu’à l’heure du repas. Lenoe était bien trop prudente et bien trop au courant de la véracité des propos de son amie. Et cela la dérangeait énormément. Elle préférait fuir le problème, ne plus y penser.
Tout le long du trajet qui les menèrent à la Grande Salle, Lenoe décida que Jedusor n’existait pas dans sa tête et c’était bien comme ça. Elle sourit. C’est exactement ce qu’elle devait faire : ignorer complètement Jedusor. Il n’était pas là. Nier son existence. Pour de vrai.
Tomaa et elle s'étaient installées à table et servies lorsque la jeune fille posa sa fourchette et fit un grand sourire à son amie.

-On fait une soirée fille ce soir ? Demanda-t-elle.
Tomaa lui rendit son sourire, soulagée.
-Je vais m’occuper de toi tu vas voir ! S’exclama-t-elle.

Elles finirent leur repas en échafaudant leurs projets nocturnes. Lenoe faisait en sorte de trouver des activités pour rentrer très tard dans la nuit. Inconsciemment elle ne voulait pas s’exposer au risque de croiser Jedusor. Les autres Serpentards étant repartis pour Noël chez eux, les dortoirs et la salle commune risquaient fort d’être quasi vides. En tout cas, sa chambre l’était. Elle arrêta de sourire deux minutes. Pourquoi Jedusor n’était-il pas rentré chez lui pendant les vacances ? Contrariée de penser à lui alors même qu’elle venait de décider d’arrêter ce genre de réflexion, elle garda quand même à l’idée qu’il lui faudrait résoudre ce mystère.
Après le premier repas de vacances, les filles se dirigèrent vers la Salle sur Demande et y passèrent une bonne partie de la soirée à parler, se coiffer, s’habiller de toutes les manières possibles et imaginables. Lenoe n’avait pas passé une soirée aussi agréable depuis un long moment et en y pensant, elle se sentit coupable. Otant le grand chapeau à plumes qu’elle portait, elle regarda la pendule et donna un coup de coude à Tomaa.

-Hum. Tu as vu l’heure ? Lui demanda-t-elle.
-Oui. Dit doucement Tomaa.
-On va se faire trucider par le concierge s‘il nous croise dans les couloirs… Lança Lenoe avec un sourire.
-Exact. Fuyons ! S’exclama la rouquine en éclatant de rire.
-Potée de crapauds ! s’écria Lenoe en riant à son tour.

Les deux filles sortirent discrètement de la Salle, le cœur battant dans les tempes, le ventre noué, la respiration légère. L’angoisse de se faire prendre à une heure aussi tardive dans le château emplissait l’équipé d’adrénaline. Furtivement, telles deux ombres, elles arpentèrent les couloirs, se glissant le long des murs, s’aplatissant au moindre bruit. Une lueur apparue au détour d’un couloir. Paniquées elles se jetèrent sous la pénombre d’un escalier. Jewis Foyld passa, la mine revêche, jaunâtre, sa baguette tendue devant lui et bougonnant tout seul.

-Prenez votre congé de Noël et gnagnagna… Qu’est-ce qu’il croit que parce que c’est Noël, ils vont s’auto-discipliner, ces morveux ? Ils vont arrêter de se regarder en chien de faïence et de se provoquer en duel ? Non mais il rêve… Je te jure, je t'en mettrais,moi, des vacances…

Sa voix fut étouffée lorsqu’il passa le coin du couloir. Le bruit de ses pas s’atténua et les deux jeunes filles poussèrent un soupir de soulagement. Elles se détendirent et se relevèrent.

-On a eu chaud. Murmura Lenoe.
-Je crois bien. Chuchota Tomaa.

Les deux jeunes filles poursuivirent leur promenade nocturne et Tomaa s’arrêta devant le portrait de la grosse dame.

-Bonne, nuit à demain. Dors bien… Marmonna-t-elle.
-Oui, toi aussi. Merci pour cette soirée… Chuchota Lenoe avec un sourire, dissimulé par l’ombre régnante.
-De rien. Je me suis bien amusée aussi. Dommage que Glen n’était pas là. Fit la rouquine.
-On se rattrapera, d’accord ? proposa la Serpentard en secouant sa chevelure.
- Tu ne peux pas savoir comme tu es jolie avec cette coiffure là… Soupira Tomaa.
-Tsss. Allez, je vais au lit avant d’entendre d’autres âneries. Jeta Lenoe.
-Salut… Murmura Tomaa avant de passer à travers le trou pour accéder à la Salle Commune des Gryffondor.

Lenoe sourit dans le noir. Elle reprit sa course, passa par le Hall et se tint enfin devant la porte des cachots. Elle parcourut le dédale de couloirs parcourus par des courants d’air glacé et porteur de neige et trouva enfin la porte de sa Salle Commune. En pensant au bon feu qui l’attendait et aux fauteuils moelleux ainsi qu’à la chambre vide et au lit douillet, elle prononça le mot de passe et entra. Un grand sourire s’étala sur ses lèvres. Poison vînt l’accueillir en miaulant doucement.

-Salut, toi. Tu as bien profité de la chaleur du feu je parie ? Et des fauteuils, hein, paresseux va ! Lui dit-elle doucement en le prenant dans ses bras.

Le corps du jeune chat était tout chaud. Il s’étira mollement dans ses bras, cramponnant ses griffes dans le gilet de la jeune fille.

-Tu vas déchirer mon pull ! S’exclama Lenoe.
Elle dégagea doucement les griffes de son chat des mailles du pull. Elle le reposa par terre.
-Allez, montre-moi quel fauteuil est le plus confortable, petit flemmard. Dit-elle.

Le chat se dirigea vers une forme obscure, à peine éclairée par les flammes vacillantes. Lenoe sursauta. Quelqu’un était assis dans ce fauteuil.

-Il était assis sur mes genoux. Mais je veux bien que tu prennes sa place, Black. Uniquement si tu ronronnes. Lança une voix doucereuse.

Le regard glacé de Jedusor se planta dans celui de Lenoe lorsque Tom se pencha en avant.

-Alors Black, on fait des randonnées nocturnes ? T’es insomniaque peut-être ? Jeta-t-il, ironique.
End Notes:
A suivre bien sûr ! Bonne lecture !!

RaR :
@ PandoreMalfoy :
Je suis bien contente que cela te plaise ! J'espère que tu vas continuer à aimer cette histoire, je la peaufine et la dorlote pour qu'elle soit appréciable !!
Tu verras bien pour la suite ;) !! Bonne idée :p je vais voir si je dois les rendre jaloux ou pas !! A bientot !!
Cette histoire est archivée sur http://www.hpfanfiction.org/fr/viewstory.php?sid=20497