Sortir de sa chrysalide by DameLicorne
Summary:

Image de Fatboygotsick, montage par mes soins

Il est plus facile pour certains que pour d'autres de découvrir toutes leurs qualités et de se montrer à la hauteur de ce que l'on attend d'eux.

Neville Londubat pourrait être un garçon ordinaire. Pourtant, il a longtemps été vu comme un boulet, avant d'être considéré par tous comme un héros.

Voici deux moments de sa vie, lors de sa quatrième puis de sa cinquième année, dans le cadre du projet de la Compagnie Trevor :

Neville prouve sa valeur !
Parce que la valeur n'attend pas le nombre d'années...

Categories: Tranches de vie, Epoque de Harry, Neville Londubat Characters: Ginny Weasley, Harry Potter, Neville Londubat
Genres: Amitié, Aventure/Action, Missing Moments
Langue: Français
Warnings: Aucun
Challenges: Aucun
Series: Génération Harry, Neville prouve sa valeur !
Chapters: 2 Completed: Oui Word count: 2580 Read: 2328 Published: 29/01/2013 Updated: 17/01/2017
Story Notes:
Merci à JK Rowling pour son œuvre avec laquelle elle nous laisse jouer, et à la Compagnie Trevor pour son idée.
L'art délicat de l'invitation by DameLicorne
Author's Notes:
Merci à Steamboat Willie pour son regard et ses suggestions et, bien sûr, à J.K. Rowling, pour son œuvre que j'ai tant aimée.
Elle mordillait le bout de sa plume machinalement, tout en écoutant le professeur. De temps en temps, elle se penchait sur son parchemin pour prendre des notes. Sa longue tresse glissait alors dans son dos, avant de faire le chemin inverse dès qu'elle se redressait. Elle semblait tellement bien, dans ce cours, tellement dans son élément.

Soudain, le professeur Trelawney interrogea Neville. Il sursauta et se mit à bégayer. Il n'avait pas vraiment écouté ses explications, perdu dans la contemplation de sa camarade, qui était assise à la table d'à côté.

Lavande et Parvati soupirèrent de concert. La jeune Indienne jeta un regard exaspéré à Neville et leva la main pour répondre à son professeur préféré. Il rougit et se mit à prendre des notes scrupuleusement. Le cours se poursuivit ensuite sans encombre.

Sur le chemin de retour du cours de Divination, il se laissa dépasser par les autres Gryffondor, perdu dans ses pensées. Le bal de Noël approchait. Tout le monde ne parlait que de cela. Et... il fallait inviter une fille. Bien sûr, Neville savait quelle fille il aimerait inviter. Dean Thomas avait un jour dit que c'était la plus jolie de leur année, et il n'avait pas osé approuver, bien qu'il soit tout à fait du même avis. De grands yeux sombres, un air mutin, une peau qui semblait si douce, de longs cheveux fascinants... Oui, Neville s'imaginait déjà virevoltant avec Parvati entre ses bras.

Enfin virevoltant... Sa grand-mère avait bien tenté, un jour, de lui enseigner les rudiments de la valse, mais il était tellement maladroit que cela s'était vite soldé par un échec et qu'il avait fui tout nouvel essai. Maintenant, il commençait à le regretter.

Il fallait qu'il l'invite. Bien sûr, si elle pouvait lui sourire, ce serait vraiment encourageant. Il provoquait tellement de catastrophes sur son passage, surtout lorsqu'elle était dans les parages, qu'il avait l'impression qu'elle ne le regardait jamais avec bienveillance. Mais Neville avait beau passer en revue les autres filles de son année, il ne se voyait pas aller au bal avec une autre que Parvati. Enfin... si elle n'avait pas déjà un cavalier, bien sûr. Car, jolie comme elle était, il était bien conscient d'avoir peu de chances. Le jeune homme décida d'aller lui parler après le dîner.

Malheureusement, en entrant dans la Grande Salle, Neville bouscula Lavande sans le faire exprès. Aussitôt, Parvati et elle se mirent à lui reprocher vivement sa maladresse, avant d'aller s'asseoir loin de lui – et tout près de Harry, comme il ne put s'empêcher de le remarquer avec un pincement au cœur. Il s'assit sans faire trop attention à ce qui l'entourait, et mangea machinalement, le cœur gros. Ce n'était pas ce soir qu'il avait des chances de l'inviter.

De retour dans la salle commune, Neville s'installa à une table un peu reculée, d'où il avait pourtant vue sur Parvati. Il sortit ses devoirs, laissant la Divination pour un autre jour. Il n'avait vraiment pas le cœur de s'en occuper, ce soir-là, ce qui s'était passé durant le cours de l'après-midi était encore trop frais.

Neville avait à peine avancé dans sa Métamorphose lorsque Ginny tira la chaise qui se trouvait sur le côté de sa table et s'assit. Le jeune homme sursauta, surpris et un peu gêné.

— C'est laquelle, que tu comptes inviter au bal ? commença-t-elle avec son franc-parler habituel.
— Mais... Qu'est-ce qui te fait penser, Ginny... ?
— Attends, je t'ai vu, Neville. Ça fait un moment que tu passes ton temps à les regarder à la dérobée, toutes les deux. Et ce soir, quand elles t'ont enguirlandé, devant la Grande Salle, tu t'es décomposé. Je n'arrive juste pas à être sûre de celle que tu veux inviter.
Il la regarda, interloqué. Ainsi donc, Ginny l'avait observé. Et elle était parvenue à des conclusions qu'il aurait préféré éviter d'entendre dans la bouche de ses camarades. Il grimaça, ouvrit et ferma la bouche plusieurs fois, avant d'oser avouer :
— C'est Parvati...
— Alors vas-y, fonce ! Enfin pas tout de suite, elle est peut-être encore un peu énervée, mais à la première occasion, vas-y !
— Oui, mais si elle a déjà un cavalier ? tergiversa-t-il.
— Tu crois ? J'avoue, je n'en sais rien. Ben, si c'est le cas, je pense qu'elle te le dira, non ?
— Ou elle fera semblant, pour ne pas aller au bal avec ce gros boulet de Neville, soupira-t-il.
— Ne pense pas ça, tu n'es pas un boulet ! Crois-moi, n'importe quelle fille de mon année serait ravie d'aller au bal avec toi, moi comprise !
— Tu ne préfèrerais pas plutôt y aller avec un garçon aux yeux verts comme un crapaud ? la taquina-t-il.
— Oh, arrête, Neville ! s'écria-t-elle en rougissant. De toute façon, il n'a d'yeux que pour Cho. Et puis je suis en troisième année, moi, alors le bal, tu sais...
— Ah oui, c'est vrai. Oh, mais je sais, Ginny ! Tu n'as qu'à y aller avec moi ! s'exclama-t-il après un temps de réflexion.
— Hein ? Quoi ? Neville, sois sérieux, enfin !
— Mais je suis très sérieux, Ginny, affirma-t-il.
— Et... et Parvati, alors ?

Il soupira. Ferma les yeux un court instant, la voyant virevolter derrière ses paupières. Oui, Parvati, la belle Parvati, qui était justement en train de rire, loin, bien loin de lui, lorsqu'il rouvrit les yeux.

— Franchement, Ginny, même si j'arrive à l'inviter, j'ai combien de chances qu'elle dise oui, hein ? Depuis l'annonce du bal, je n'arrête pas de penser à l'inviter. Résultat ? Je suis encore plus maladroit dès qu'elle est dans les parages, et je crois qu'elle ne peut plus me voir en peinture.
Ginny posa une main compatissante sur celle de Neville, sans savoir quoi dire.
— Alors à moins que tu préfères un autre cavalier, ce que je comprendrais sans peine, je serai ravi d'y aller avec toi. En toute amitié.
— Je n'ai aucune chance de me faire inviter par un garçon qui semble ne pas savoir que j'existe, soupira-t-elle. Et franchement, ça me ferait vraiment plaisir d'y aller avec toi, conclut-elle en souriant.

Neville sourit aussi. Il allait avoir une cavalière. Et même si ce n'était pas tout à fait celle qu'il aurait voulue... il était sûr de passer une bonne soirée.
End Notes:
Pauvre Neville, tellement peu sûr de lui... Mais la seconde histoire le montrera davantage courageux, rassurez-vous.
Cette histoire est archivée sur http://www.hpfanfiction.org/fr/viewstory.php?sid=27764