Nuit HPF n°8 : Août by Kathleen
Summary: Voici mes OS pour cette huitième nuit d'HPF en votre compagnie.
Categories: Autres fics HP Characters: Les Maraudeurs, Regulus Black, Severus Rogue
Genres: Autres genres
Langue: Français
Warnings: Aucun
Challenges: Aucun
Series: Les Nuits d'HPF
Chapters: 4 Completed: Oui Word count: 2374 Read: 1929 Published: 21/08/2014 Updated: 07/09/2014
Story Notes:
Cette Nuit a eu pour thème global "La promotion de James Potter"

1. Chapitre 1 : Le plus rapide des deux by Kathleen

2. Chapitre 2 : Sans ménagement by Kathleen

3. Chapitre 3 : Franchir les limites by Kathleen

4. Chapitre 4 : Son inverse by Kathleen

Chapitre 1 : Le plus rapide des deux by Kathleen
Author's Notes:
Os sur le thème "Rapidité"
Etre le plus rapide, voilà comment Peter espérait échapper au regard meurtrier de Sirius qu’il voyait devant lui. Il avait un peu peur, il avait toujours été très peu courageux malgré son appartenance à la Maison Gryffondor, mais il avait toujours eu également un profond désir de survivre. Et en cet instant, c’était ce désir qui lui donnait sa force. La force de vaincre l’un de ceux qui avaient toujours été plus forts que lui. Il fallait qu’il gagne. S’il perdait, ce serait la honte pour sa famille, ce serait la crainte des Mangemorts, et surtout, ce serait probablement Azkaban et bien plus que les Mangemorts, les Détraqueurs terrifiaient Peter.

Il avait toujours su que Sirius le retrouverait après que le Seigneur des Ténèbres eût tué les Potter. Pas Remus, qui n’avait pas été informé de l’interversion entre lui et Sirius, pas Dumbledore qui n’en savait pas plus, mais Sirius. Sirius qui savait qu’il était le Gardien du Secret, le seul qui pouvait les trahir, Sirius qui comprendrait enfin que c’était lui, l’espion, depuis le début de toute cette histoire. Et ses doutes avaient été confirmés car il était là, à présent, devant lui, prêt à le tuer pour avoir livré ses amis au Seigneur des Ténèbres. Prêt à risquer sa liberté pour sa vengeance.

Peter le comprenait. Et au début, quand il avait finalement rejoint les Mangemorts, il n’avait jamais pensé que les conséquences seraient aussi graves, qu’il finirait par devoir donner aux Mangemorts ceux qui lui avaient tendu la main quand il en avait eu le plus besoin. Et pourtant, il y était venu sans se poser de questions, parce que le Maître l’avait ordonné, et qu’il n’était certainement pas bienvenu de contrarier le Maître. Alors Peter avait obéi, consciencieusement, silencieusement, opérant dans l’ombre, tel le rat en lequel il était sur le point de passer un temps indéterminé, un temps pendant lequel on l’oublierait.

Car tel était son plan, se faire oublier, que tout le monde pense qu’il était mort et qu’on retrouve un petit morceau de lui pour en être bien sûr. Il lui était douloureux de se mutiler, mais si c’était un moyen de réussir à vivre, alors il le ferait. Et il parcourait les rues jusqu’à trouver l’endroit qu’il recherchait, une maison de sorciers où il pourrait âtre au parfum des toutes dernières actualités du monde sorcier. Et peut-être qu’un jour, il reviendrait parmi les vivants pour triompher de ses anciens amis. Pour que son Maître le protège enfin à nouveau.

Peter vit que Sirius allait parler alors il se mit à geindre en pleurant bruyamment et en parlant fort pour que tout le monde l’entende alentours.

- Lily et James ! Comment as-tu pu faire ça, Sirius ?

Ensuite, tenant sa baguette dans le dos, il murmura le sortilège alors que Sirius levait sa baguette. Une immense explosion jaillit et dans la confusion, Peter se trancha le doigt d’un simple sortilège de Découpe. Le doigt sanguinolent tomba sur le sol, signant la condamnation de Sirius. Peter se changea aussitôt en rat. Puis, il disparut dans les égouts, fuyant la scène de son crime laissant Sirius seul affronter son destin.
Chapitre 2 : Sans ménagement by Kathleen
Author's Notes:
Os sur le thème Ménagement
Lily avait toujours des pensées émues en repensant à ses années d’école et à la naissance de son amour pour James. Désormais mariés, et certainement prochainement parents, ils étaient heureux, quoique inquiets de l’avenir du monde de la sorcellerie, mais il n’en avait pas toujours été ainsi. Et Lily devait bien reconnaître qu’elle n’avait pas toujours considéré James de cette façon tendre et passionnée et qu’il l’avait, pendant de nombreuses années, beaucoup ennuyée. Elle l’avait trouvé prétentieux, arrogant, sans aucune considération pour quelqu’un d’autre que lui-même. Elle s’était juré de ne jamais le laisser l’approcher et maintenant, paradoxalement, ils étaient mariés.

Il était vrai que James ne l’avait jamais ménagée. Il l’avait poursuit de ses assiduités dès leur arrivée dans le Poudlard Express, lui suggérant d’abandonner la compagnie de Severus pour passer plus de temps avec lui et les autres Maraudeurs. Pourtant, elle avait des amis à Gryffondor, mais que James blesse Severus et n’accepte pas qu’elle fût son amie avait mis Lily hors d’elle. Personne n’avait le droit de choisir à sa place sa conduite, sa façon de faire ou ses fréquentations, James Potter encore moins qu’un autre. Et elle le lui avait bien fait comprendre à chaque fois qu’il lui avait adressé la parole.

Elle devait bien reconnaître que de ce côté-là, elle ne l’avait pas ménagé non plus. James Potter avait dû recevoir plus de gifles de sa femme que tous ses camarades de Gryffondor réunis. Il faut dire qu’elle n’appréciait pas toujours, dans ses jeunes années, l’humour particulier du Gryffondor, mais elle n’avait quand-même pas été tendre. Mais depuis sa naissance, Lily ne s’était jamais laissé faire et elle avait toujours tenu tête aux autres pour que ces idées soient reconnues. Elle avait simplement agi de même avec James. Et cette tête de mule avait préféré réitérer ses avances et ses bêtises que de réfléchir et de changer. Tout était de sa faute.

Et puis, il y avait eu la scène. L’insulte. Le moment où elle avait perdu cette amitié qu’elle entretenait depuis tant d’années. Severus ne l’avait pas ménagée en la traitant de Sang-de-Bourbe, et pour une fois, Potter avait eu la décence de ne pas parler de cet ami, devenu ennemi en l’espace d’un instant. Il lui avait simplement parlé de tout et de rien, lui avait offert le réconfort de son épaule compatissante sans rien exiger d’elle en retour. Petit à petit, elle avait découvert en lui un homme fort, courageux, qui n’hésitait pas à se sacrifier pour les autres. Elle avait découvert en lui l’homme dont elle était tombée amoureuse.

Et elle ne s’était pas ménagée pour faire de leur famille quelque chose de merveilleux. Elle avait mis toute son ardeur à combler James de ce dont il avait besoin. Elle avait fait tout ce qu’elle pouvait pour ne pas s’affoler quand il rentrait tard à-cause des missions pour l’Ordre, elle avait fait le nécessaire pour que les parents de James soient heureux jusqu’à leurs dernières heures. Lily avait transformé son amour pour James en famille heureuse et elle était presque complètement satisfaite de ce qu’ils avaient. Caressant son ventre avec un léger sourire, elle se dit qu’une fois la guerre terminée, elle aimerait bien que James et elle puissent avoir un bébé.
Chapitre 3 : Franchir les limites by Kathleen
Author's Notes:
Os sur le thème Limite
- Tu dépasses les limites !

Sirius détestait tellement sa mère qu’il était enchanté de l’avoir mise en colère. Il en vint même à penser que dépasser les limites était en soi, une très bonne chose, et que, pour le Gryffondor qu’il était, cela pouvait lui apporter beaucoup de parvenir à dépasser ses propres limites. Et bien entendu, plus il en dépasserait que sa mère avait instauré, meilleur ce serait pour son moral. Il dépassait les limites ? Eh bien, il allait vraiment les dépasser à présent et sa mère verrait de quoi il était capable. Elle s’en mordrait les doigts.

Le lendemain, Sirius se rendit dans un garage Moldu et s’acheta une moto avec l’argent que les Potter, les Lupin et les Pettigrow lui avaient donné pour son dernier anniversaire. Puis, il partit toute la journée pour tester les limites de sa moto et finit par se rendre sur la plage de Douvres. Rouler le long de la digue tout en admirant la mer lui parut particulièrement merveilleux et lorsqu’il s’arrêta un instant, deux jeunes Moldues en bikini vinrent le féliciter pour le choix de sa moto. Ces nouvelles conquêtes furent une seconde récompense pour la limite qu’il venait de franchir.

Par la suite, il évolua dans l’univers Moldu qu’il découvrit car il n’en connaissait pas grand-chose. Les filles, les motos, et tout ce qu’il y voyait de stimulant lui plaisait beaucoup. Il passa des soirées entières à danser dans des boîtes de nuits Moldues et à draguer des filles qui n’avaient aucune idée de sa véritable nature. Il dépassa les limites encore une fois en rentrant à des heures si indues que sa mère le punit sévèrement. Pour chaque punition, Sirius prévoyait une nouvelle nuit de folie dans le monde Moldu. Et la situation se répétait jour après jour, nuit après nuit. Sirius franchissait de plus en plus de limites.

Un jour, il décida qu’il était temps de partir. Sa famille devenait impossible à vivre et les Potter lui avaient déjà proposé plusieurs fois de venir vivre chez lui. Sirius savait que la fuite et la fugue seraient, pour sa mère, la limite extrême qu’il ne devait surtout pas dépasser, sinon, il ne pourrait plus jamais revenir en arrière. Il avait donc l’intention de franchir cette limite sans hésiter. Et s’il était effacé de l’arbre, eh bien, ce serait la meilleure des nouvelles. Sirius, en quittant la maison, pensait avoir atteint la limite de ce qu’il pouvait faire subir à ses parents.

Mais il se trompait. Des années après la mort de ses parents et de son frère Regulus, après avoir été accusé du meurtre des Potter et avoir prouvé son innocence auprès de Albus Dumbledore, Sirius franchit une nouvelle limite dans le domaine de l’affrontement envers ses parents. Il offrit le 12, Square Grimmaud à l’Ordre du Phénix et savoura avec beaucoup de joie les récriminations de sa mère, que même après sa mort, il arrivait à faire enrager. Cela le consola presque de devoir rester constamment chez ses parents pendant que les autres partaient en mission. Mais presque seulement parce que, il y avait des limites.
Chapitre 4 : Son inverse by Kathleen
Author's Notes:
Os sur le thème Inverse
Il était son inverse. Et c’était la raison pour laquelle James était certain de gagner. Lily était une personne bien, une personne intelligente, sensée, courageuse et qui œuvrait pour les forces du bien, elle ne tomberait jamais amoureuse d’un homme qui était voué à servir le mal, un homme qui ne pensait déjà, à l’école, qu’à rejoindre le Seigneur des Ténèbres. Or, il était évident que c’était là le vœu le plus cher de Severus Rogue, ce sale petit Servilus juste bon à montrer sa culotte sous le Levicorpus de Sirius. Il ne méritait pas l’attention que Lily lui portait.

Il était son inverse, il était terne et taciturne quand James était joyeux et vif. Il n’appréciait pas le Quidditch, ou en tout cas c’était ce qu’il lui faisait comprendre quand James jouait avec son vif d’or. Ce qui était étrange, c’était que Lily semblait apprécier le flegme de Severus. Et elle semblait détester son côté enjoué et joyeux. James ne comprenait pas pourquoi, mais il ne parvenait pas à le supporter. Et c’était pour cela qu’il persécutait Severus depuis tant d’années. Pourtant, James était certain qu’à la longue, il gagnerait le cœur de Lily. Il en était intimement persuadé.

Car il était son inverse. Il avait choisi la voie du bien et il rêvait plus que tout d’intégrer l’Ordre du Phénix, l’organisation secrète d’Albus Dumbledore dont il avait entendu parler, et de se battre pour faire triompher la loi et la justice. Servilus, lui, avait choisi la voie du mal et intégrerait, dès qu’il le pourrait, l’organisation des Mangemorts, se mettant ainsi au service du plus sombre des mages noirs. James n’avait aucun doute quant à la voie que préférerait Lily Jolie. Elle ne serait jamais une Mangemort, de toute façon, elle était née de parents Moldus, donc elle ne pourrait pas l’être.

Et face à son inverse, il ne pouvait que s’incliner tant que Lily était proche de lui. Et puis, un jour, son inverse avait failli. Il avait insulté Lily. Et tout était devenu clair pour la jeune fille. Elle ne pardonnerait jamais à Severus de l’avoir insulté. James décida de se positionner en tant qu’allié. Il l’écouta, la laissa déverser ses larmes et sa peine sur son épaule amicale, ne tenta plus de l’approcher de trop près. Son inverse avait été éliminé et il pouvait prendre son temps pour lui apprendre à l’aimer. James eut encore davantage la conviction qu’il allait gagner.

Il était son inverse pour tout sauf pour elle. Il avait de commun avec James qu’il l’aimait. Il aimait cette petite rousse pétillante qui avait enchanté leurs vies depuis leur toute première rentrée. Et James savait que malgré leur rupture, que malgré la colère de sa bien-aimée, il ne l’oublierait jamais. Severus demeurerait à tout jamais le prétendant de Lily, même s’il était celui qui avait échoué. James espérait que son inverse ne s’approcherait plus jamais d’eux, qu’il les laisserait définitivement en paix. En effet, le risque de perdre Lily était un prix bien trop élevé.
Cette histoire est archivée sur http://www.hpfanfiction.org/fr/viewstory.php?sid=31373