Nuits étoilées by Eurydice
Summary:

Il s'agit ici de mes textes écrits durant les Nuits d'HPF.

 

 


Categories: Durant Poudlard Characters: Hermione Granger, Professeurs de Poudlard
Genres: Missing Moments
Langue: Français
Warnings: Aucun
Challenges: Aucun
Series: Les Nuits d'HPF
Chapters: 3 Completed: Non Word count: 1070 Read: 1021 Published: 23/07/2017 Updated: 19/02/2018
Story Notes:

Il n'y a pas vraiment d'ordre logique dans mes textes, chacun peut donc être lu seul. 

1. Nuit du 22 Juillet 2017 : Partir by Eurydice

2. Prédiction by Eurydice

3. Les matins de Rogue by Eurydice

Nuit du 22 Juillet 2017 : Partir by Eurydice
Author's Notes:

Ceci est mon premier texte. 

Je ne vous demanderai pas d'être indulgent, au contraire. Chaque remarque constructive sera la bienvenue, je ne demande qu'à m'améliorer ! 

Il s'agit du thème de 20h, avec l'image (http://img02.deviantart.net/76c2/i/2014/313/5/6/la_chambre_de_guy_by_lartiste_punk-d85w9vu.jpg). 

Ce premier texte concerne donc Hermione, et se situe au tout début du tome VII. 

Bonne lecture ! 

Partir. Me jeter à corps perdu dans le monde extérieur. M’y abandonner. Quitter ceux que j’aime, ma famille. Ce lieu si rassurant qu’est ma chambre. Que fut ma chambre, maintenant. Au passé.

Faire un pas au dehors. Déterminée. Et avancer. Toujours plus loin.

Mon regard survole l’ensemble de ma chambre. A chaque objet est attaché un souvenir, voire plusieurs. Je déglutis. Ma gorge se serre. Et pourtant, au fond de moi, je sais que je n’ai pas le choix. Mais j’ai peur, peur ! Ma respiration se fait haletante. Ma gorge est toujours plus serrée, presque à m’en faire mal.

Mon lit en est la pièce principale. Je passe une main tremblante sur la couette étirée. Sur ce matelas dans lequel plus aucune silhouette n’est imprimée. Sur cet oreiller qui a recueilli tant de larmes, qui a étouffé tant de rires, vide de sens désormais.

Je dois partir, je le sais, et je ne m’en sens pas le courage.

Au dessus de mon lit, mes parents me font signe, sur les photographies. Je les regarde en retenant un sanglot. Oubliée, bientôt. Je ne serai qu’une chimère. Pourquoi, voudrais-je hurler, pourquoi est-ce si dur ?

Mais je sais que je n’ai pas le choix.

Soudain, je détourne le regard. Je me force à relever la tête. Je dois être forte. Presque malgré moi, je place un pied devant l’autre, et j’avance dans le couloir.

 

En haut de la mezzanine, je les observe, tous les deux. Ils ne se doutent de rien. Ils ignorent que dans quelques instants, ils n’auront plus d’enfant. Et que je serai morte, à leurs yeux. Morte ? Inexistante serait plus exact.

J’attrape ma baguette d’un geste sec en descendant les escaliers. Les regarde une dernière fois. Et, avant de perdre courage, efface tout souvenir de ma personne, de leur fille.

 

 

End Notes:

En espérant que cela vous aura plu... 

Une review ?

Prédiction by Eurydice
Author's Notes:

Et voilà le petit dernier, intitulé "Prédiction" ! Il répond au thème "hypnotique". 

Vous remarquerez qu'il ne correspond pas tout à fait au dernier en terme de style... J'espère qu'il vous plaira néanmoins ! 

Nous retrouvons donc le professeur Trelawney à Poudlard... 

Bonne lecture ! 

Sybille Trelawney ramena son châle sur ses épaules. Prenant une inspiration, elle commença à ranger sa salle, pestant à voix basse contre ses élèves si peu soigneux. Alors qu’elle se penchait avec passion sur une pauvre tasse de thé ébréchée, une lueur jaillit de sa propre table. Intriguée, le professeur Trelawney laissa tomber sa chère tasse, laquelle se brisa en percutant le sol, et, les yeux roulant dans leurs orbites, se précipita vers la source de la lueur claire.

 

Il s’agissait de sa chère et tendre boule de cristal, héritée de son illustre aïeule Cassandra Trelawney. Son bien le plus précieux émettait donc une étrange lumière blanche. Fascinée, le professeur Trelawney se pencha vers l’artefact au sein duquel dansait une flamme argentée. C’était une danse étrange, aux mille mouvements hypnotiques. Le professeur Trelawney fronça les sourcils. Elle était persuadée d’avoir déjà vu cette flamme quelque part, quoique savoir où eût été une autre affaire. Elle se saisit de la boule, les yeux perdus dedans. Qu’est-ce que cela pouvait donc signifier… La mort fut sa première idée, mais, étonnement, le professeur Trelawney la rejeta aussitôt. Cette flamme si passionnante était trop pure. La souffrance ? Le malheur ?

 

 

Enfin, le professeur Trelawney parvint à se détacher de sa boule de cristal, un sourire enfantin plaqué sur le visage. Il allait neiger.  

End Notes:

Et voilà ! 

Il était un peu court, mais j'espère qu'il vous a tout de même plu ! 

Les matins de Rogue by Eurydice

Titre : Les matins de Rogue
Thème (écrit ou image) : Savonner
Fandom : HP
Nombre de mots : 544
Personnages : Severus Rogue
Rating : tout public


Severus Rogue jeta un coup d’œil au miroir qui lui renvoya un regard sceptique. Indépendamment de la volonté du potionniste, son reflet haussa un sourcil moqueur avant d’esquisser un sourire navré. Ce sourire que le professeur Rogue réservait d’ordinaire aux élèves incapables de préparer la moindre potion d’amnésie, pourtant basique. Ou à Potter, mais celui-ci était une exception à laquelle le professeur n’aimait pas penser dès le lever. 
— À ta place, susurra une voix nasillarde, j’effacerais ce sourire niais de mon visage et j’irais me savonner les cheveux.
Rogue lança un regard noir à son miroir qui, au lieu de se ratatiner comme l’aurait fait l’un des cornichons qui lui servait généralement d’élève, ricana tranquillement. 
— Quoi ? lâcha le maître des potions.
Son reflet ne frémit pas le moins du monde. 
— Je ne souris pas, grogna Rogue. Et encore moins de la façon dont tu le dis.
— J’ai dit niais.
— Je le sais bien, répliqua-t-il.
— Certes, mais tu ne sembles pas connaître la signification de ce mot, fit son reflet en se fendant d’un sourire goguenard. C’est quelque chose qui est sot et gauche par excès de simpli…
— Je sais ! gronda Rogue.
— …cité, acheva son reflet. Par ailleurs, je t’ai subtilement conseillé d’aller te laver les cheveux et, fit-il en voyant qu’il allait être interrompu, ne fais pas comme si tu n’avais pas entendu.
Rogue lui lança un nouveau regard noir. Le miroir laissa échapper un rire. 
— Non, grinça l’autre. Mes cheveux sont très bien ainsi.
Son reflet feint une grimace de dégoût avant de reprendre, narquois : 
— C’était quand ?
— De quoi ?
— La dernière fois que tu te les ai lavés ? Sincèrement, Sev ?
Rogue poussa un soupir en entendant le surnom, puis leva les yeux au ciel. Au plafond, se reprit-il. Lequel plafond méritait bien un nettoyage, se dit-il en constatant le nombre de toiles d’araignées qui le décoraient, mais il n’avait ni le temps, ni le courage de s’en occuper. Il lui suffisait pourtant d’un coup de baguette, lui murmura fourbement ce qui lui servait de conscience, bien souvent absente pendant ses cours avec les Gryffondor. 
— Alors ? insista le miroir en voyant que le sorcier ne répondait pas.
— Je te l’ai déjà dit ! s’énerva celui-ci. Fous-moi la paix maintenant !
— Ah oui… sourit le reflet. Il me semble… oh, que c’était avant que tu ne traite la petite Lily de Sang-de…
— La ferme !
Rogue avait désormais perdu son calme. Lui qui était pourtant rompu à l’Occlumencie ne supportait pas les face à face avec son miroir chaque matin et ce dernier avait le don de le faire sortir de ses gonds. 
— Ne t’avise… plus jamais… de prononcer… ce mot… devant moi !
— Ce qui fit que, continua le miroir sans se défaire de sa splendeur, perdu par sa culpabilité, le pauvre petit Severus Rogue fit le serment de ne plus laisser ses précieux cheveux d’ébène toucher le moindre shampoing tant que sa belle ne lui aurait pardonné. Et il vécut malheureux et terrorisa de nombreux élèves. Fin ! Moralité…
Rogue grinça des dents. Le miroir lui fit un clin d’œil et acheva d’une voix doucereuse, satisfait : 
— Ne faites jamais de promesses que vous pourriez tenir, cela vous amènerait à devenir aussi acariâtre que laid.

Cette histoire est archivée sur http://www.hpfanfiction.org/fr/viewstory.php?sid=35401