Sun Goes Down by jalea
Summary:


« ... Je n'y comprends rien. J'étais tranquillement assise en classe de Potions, parcourant mes notes en attendant que le cours commence, quand la porte s'est brusquement ouverte. J'ai levé les yeux, et la seconde d'après, je me suis retrouvée là, dans cette chambre avec... avec lui.

- Je vais chercher Harry, me dit-il.

- Harry ? Qui c'est, ça, Harry  ? »


Image de Maja Topcajic
Categories: Romance (Het), Voyages temporels, Jily (James/Lily) Characters: Autre personnage, James Potter, Lily Evans, Sirius Black
Genres: Comédie/Humour, Famille, Romance/Amour
Langue: Français
Warnings: Lime
Challenges: Aucun
Series: Aucun
Chapters: 4 Completed: Non Word count: 10063 Read: 5375 Published: 20/07/2018 Updated: 29/11/2020
Story Notes:
Bonsoir ! :)

Voilà enfin ma première histoire sur le couple Jily.

Cela n'a rien d'original, les voyages temporels ont déjà été abordés, c'est du vu et du revue, vous allez me dire, mais je n'arrivais pas à m'enlever cette idée de la tête et je ne pense pas avoir lu quelque chose de semblable (du mois, j’espère).
Poussière de Lutin by jalea
Author's Notes:
Je vous laisse découvrir le premier chapitre :)

N’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez,

A bientôt,
Jalea.
Chapitre 1 : Poussière de Lutin





- Qu'est-ce que c'était  ?

Je me rendais simplement en cours de Potions.

Pourquoi a-t-il fallu que je tombe sur ces maudits Maraudeurs ? Je cligne des yeux, essayant de voir à travers le brouillard étrange et épais qui s'est dressé devant moi. Je ne sais pas ce qui vient de m'arriver, mais l'impact a été si violent que je me suis retrouvée les fesses par terre.

Au beau milieu du Hall, devant une centaine d’élèves.

- En même temps, Evans, si tu n'étais pas sur le chemin...
- Ferme-là, Black !

J'ignore la main tendue de Potter et me relève toute seule, les jambes flageolantes. J'époussette ma jupe d'un geste rageur, avant de lever les yeux vers les deux abrutis notoires qui prennent un malin plaisir à me gâcher la vie.

- ALORS ? je tempête, en me tournant vers Potter qui a l'intelligence de reculer, qu'est-ce que je viens de recevoir en pleine figure ?
- Et bien... j'en sais trop rien.
- Tu n'en sais trop rien ? je répète d'une voix hargneuse.

Je serre les poings si fort que j'en ai mal aux doigts. Jamais je ne me suis sentie dévorée par tant de colère, au point de me faire perdre toute mesure, au point de vouloir en venir aux mains avec des garçons de ma classe. Potter et Black se jettent un regard en biais. Ils n'ont même pas l'élégance d'afficher une mine coupable !

- Un vieux sorcier nous a donné cette boite, au Chemin de traverse. Nous ne l'avions jamais ouvert avant aujourd'hui, m'assure le crétin à lunettes, arborant un faux air contrit.

Je fronce les sourcils en observant la petite boite en forme de losange qu'il présente sous mes yeux.

- Est-ce que c'est dangereux ? Est-ce que je dois aller à l'infirmerie et vous dénoncer au Professeur McGonagall ?

Nouvel échange de regards dans un silence inquiétant. Merlin, retenez-moi. Je vais atomiser ces deux gros bêtas. Comment puis-je garder mon calme, quand je vois qu'ils n'ont aucun respect pour le règlement ? Qu'en plus de cela, ils apportent de nombreux objets et produits illicites, potentiellement nuisibles ? Et tout ça, pourquoi ? Rien que pour épater la galerie et attirer des regards pleins d'admiration de la part des filles.

Potter s'avance doucement vers moi, d'un pas légèrement hésitant.

- Aller à l'infirmerie n'est peut-être pas une mauvaise idée, Evans. Tu veux que je t'accompagne ?
- Ne t'approche surtout pas de moi, Potter ! Tu en as assez fait ! Donne-moi ça !

Il lève aussitôt le bras en l'air, m'empêchant d'attraper l'objet du délit.

- Pourquoi ? Tu ne vas pas nous dénoncer, tout de même !

Il a le culot d'afficher un air outragé.

- Ne lui donne pas, James ! l'avertit Sirius Black, très sérieux.

Son regard oscille entre son meilleur ami et moi. Le brun reste silencieux un moment, visiblement en plein débat intérieur. Finalement, la bêtise l'emporte sur la raison. Il tente un sourire amical dans ma direction :

- Je suis certain que ce n'est rien de méchant, Lily.

Je le toise d'un air méprisant et dédaigneux. Potter vient de prononcer mon prénom. Il fait cela uniquement lorsqu'il essaie d'obtenir des faveurs de ma part. Il se fiche pas mal de mon sort, ou de m'avoir humiliée en public ! J'en ai encore les jambes qui tremblent et les poils des bras qui hérissent. Je ne sais pas ce qui est sorti de cette boite, et ne veux pas le savoir. Mais une chose est sûre, ce n'était rien de bon !

- Le vieux barbu nous a affirmé qu'en l'ouvrant, on « embrasserait notre destinée ». poursuit le brun, tentant de me rassurer sur la dangerosité de son nouveau jouet favori.
- Comme c'est adorable, je grince.

Et si je lui enfonçais sa maudite boite de la destinée dans la gorge, pour voir ?

- Ça l'était beaucoup moins quand il s'est effondré dans la ruelle comme un troll. raille Black.

Son voisin lui fait aussitôt les gros yeux.

- Je... je crois qu'il avait un peu bu. baragouine Potter.
- Tu plaisantes, ce type était un vrai pochtron !
- Vous avez accepté le cadeau d'un vieil inconnu complétement saoul ? Vous êtes... vous êtes des IRRESPONSABLES ! je hurle littéralement, effrayant quelques première année au passage.

Je ne sais pas pourquoi je m'égosille comme un chat qu'on égorge. Ça n'a pas le moindre effet sur ces deux là, ils n'ont font qu'à leur tête. Sirius Black- le tombeur de ces dames qui se prend pour le nombril du monde - me gratifie d'un sublime sourire.

- Ne t'inquiète pas pour nous, Evans. On sait ce qu'on fait.
- C'est pour moi que je m'inquiète, espèce d'idiot ! je riposte sèchement.
- Comment tu te sens, Lily ?

Je dois faire un effort surhumain pour ne pas arracher les lunettes de James Potter et les piétiner de toutes mes forces. Je récupère le sac qu'il me tend, non sans le fusiller du regard.

En voyant le Professeur Slughorn approcher dans notre direction, je change totalement de comportement. Je regarde Potter en souriant, comme si j'étais véritablement enchanté de papoter avec lui.

- Comme une fille qui se retient de t'écorcher vif ! je susurre à son intention. Oh, bonjour, Professeur Slughorn !
- Bonjour, Miss Evans. Belle journée, n'est-ce pas ?

Bof. J'ai connu mieux.

******



Je profite de l'absence du Professeur Slughorn pour relire mes fiches. Je trouve surprenant qu'il soit en retard, mais ne lui en tiens pas rigueur; je suis trop contente de pouvoir relire mes notes de cours avant l'examen. Plus le temps passe. Plus le stress monte. Pourtant, je me suis bien préparé ! Cela fait trois semaines que je potasse mes cours. J'ai même refusé à plusieurs reprises d'accompagner mon amie Mary à Pré-au-lard, préférant réviser à la bibliothèque.

Je jette un coup d’œil à ma montre, de plus en plus anxieuse, quand une main tape sur mon épaule. Sachant pertinemment qui est assis derrière moi, je l'ignore. « Eh, Evans ! » souffle la voix appartenant à cette main. Quelques minutes passent, et je me dis que James Potter à abandonné. Grossière erreur. Ce Gryffondor est d'une obstination, d'un entêtement sans égal ! Il a trop l'habitude de voir les gens céder à ses caprices dès qu'il claque des doigts. Et bien moi, je ne suis pas de celles qui idolâtrent les " Maraudeurs". Qu'il continue son petit manège, je m'en soucie autant que son vif d'or.

Mes doigts se crispent sur mon manuel de Potions lorsque je sens la chaleur de son corps contre mon dos.

- Evaaans ! insiste-t-il en se penchant vers moi. Ce vieux barbu... il appelait ce qu'il y avait dans sa boite de la « poussière de lutin ». Un truc comme ça ne peut être qu'inoffensif. chuchote-t-il près de mon oreille.

Une bouffée de furieuse colère me monte au visage. Je m'agrippe à la table pour éviter de me retourner lui jeter un sort. Je déteste quand il fait ça. Je déteste quand il envahit mon espace personnel- et corporel- comme s'il avait une sorte de droit divin, comme si un jour je lui avais dit : « Eh, Potter ! Ne te gênes surtout pas si tu veux te coller à moi, me toucher ou me parler. Tu sais que j'attends ces moments là avec impatience ».

- Tu ferais bien de la laisser tranquille, James.

Potter ne répond à ces paroles que par un soupir découragé. J'esquisse un sourire reconnaissant. Heureusement que mon amie Mary McDonald est là, elle m'évite de céder à mes pulsions meurtrières.

Je sursaute lorsque la porte s'ouvre brusquement, et lève la tête.

- Bonjour à tous !
- Bonjour Professeur Slughorn, chantonne en chœur les élèves.

Soudain ma vue se trouble, mes oreilles tintent. J'ai le vertige. Je me frotte les yeux, mais rien à faire, le Professeur Slughorn m'apparaît en double.

- Merci de ranger vos manuels de Potions. Seul vos plumes et pots d'encre sont autorisés.

Oh, ma tête... J'ai l'impression qu'elle va exploser. Ma vue s'obscurcit, mon cœur palpite... Merlin, qu'est-ce qui m'arrive ? Tout ce qui m'entoure s'agite devant mes yeux. Mon esprit s'embrume de plus en plus. Je sens que je vais mourir là, en classe de Potions. Avant même d'avoir pu passer le contrôle pour lequel j'ai tant révisé !

Tandis que je sombre doucement, attendant de voir la lumière blanche au bout du tunnel, je ne peux pas m'empêcher de penser que tout cela est la faute de James Potter. Et de Sirius Black. Sans oublier le vieux barbu, et sa foutue boite de la destinée.

Il faut croire que ma destinée était de mourir.
Cette histoire est archivée sur http://www.hpfanfiction.org/fr/viewstory.php?sid=36273