Lessivée by Tiiki
Summary:



Winky est inconsolable depuis son renvoi de la famille Croupton.
Dobby craint que Winky ne se noie bientôt dans ses larmes et dans la Biéraubeurre.
Dobby veut lui montrer, à Winky, qu’ils peuvent être des elfes libres.


Première place au concours officiel "Souvenirs d'antan"

*Version anglaise au chapitre 2*


Crédits : Mneomosyne - Dobby and the socks (DeviantArt)
Categories: Tranches de vie, Epoque de Harry Characters: Autre personnage, Dobby
Genres: Amitié, Comédie/Humour, Tragédie/Drame
Langue: Anglais, Français
Warnings: Aucun
Challenges: Aucun
Series: Souvenirs d'antan, Concours
Chapters: 2 Completed: Oui Word count: 2786 Read: 615 Published: 31/07/2019 Updated: 08/04/2020
Story Notes:
Ce texte une participation au concours officiel, Souvenirs d'antan, dont vous pouvez retrouver l'intégralité des modalités sur le forum (jusqu'au 3 août 2019).

- Votre personnage retourne, volontairement ou non, sur un lieu qui a marqué son passé.
- Ce même personnage transmet un secret, un savoir, une formule, une astuce pour un sortilège, raconte une histoire, dévoile le secret d'une potion... à un personnage plus jeune que lui.
- Vous choisirez une émotion (joie, colère, peur, tristesse, surprise, dégoût) et ferez apparaître en gras 5 mots, au minimum, en lien avec cette émotion. J'ai pour ma part choisi la joie.
- Le mot antan devra être mentionné au moins une fois.
- Votre texte fera entre 500 et 5000 mots.
- Rating : jusqu'à "déconseillé moins de 12" maximum.

1. Lessivée by Tiiki

2. Watered down by Tiiki

Lessivée by Tiiki
Author's Notes:
Bonjour chers lecteurs et lectrices ! J'avoue que le concours était le prétexte parfait pour écrire ce missing moment qui me trotte dans la tête depuis quelques temps déjà, et c'est maintenant chose faite. Rien n'indiquait vraiment dans le canon les âges respectifs de Dobby et Winky, à part qu'ils avaient tous deux connu l'époque de l'apogée du Seigneur des Ténèbres, et je m'étais toujours imaginée une Winky beaucoup plus petite et chétive.

/! Je prends la précaution de mettre le rating "-12" pour prévenir la sensibilité des plus jeunes. Je ne vous apprends rien, mais la dépression, l'alcoolisme ou la dépendance quelle qu'elle soit, ça a beau parfois être romancé, c'est tout sauf glamour. Prenez soin de vous, et entourez-vous.

Bonne lecture !

Recroquevillée contre le pavé froid des sous-sols, Winky était encore saoule. Depuis plusieurs mois, la petite elfe ne s’enivrait plus que de Biéraubeurres et se liquéfiait toujours davantage dans le renfoncement des salles du château. Les autres elfes, désormais indifférents au naufrage de la nouvelle venue, allaient et venaient dans les cuisines de Poudlard sans lui jeter un regard. Seul Dobby la contemplait renifler et trembler de tout son corps en se demandant bien comment il pourrait un jour faire cesser sa peine. Résolu, il planta ses petits doigts crochus dans le bras de l’épave et transplana.



Deux elfes enchevêtrés réapparurent soudainement devant un pan de mur nu, dos à l’hideuse et ridicule tapisserie de Barnabas le Follet, et l’instant d’après une porte en bois verni était à son tour apparue dans un renfoncement du mur. Dobby ouvrit joyeusement la porte et poussa brusquement Winky à l’intérieur d’une Salle sur Demande bien plus étroite qu’à l’accoutumée, parmi des piles de chapeaux jonchant un sol curieusement carrelé et au milieu d’une demi-douzaine d’écharpes en laines colorées accrochées à des fils suspendus aux deux uniques voûtes de la pièce. Aussi, les quelques tissus étendus çà et là gouttaient encore dans un ploc! sonore.

« Où est W-winky ? hoquetait la petite elfe, désorientée.
— Winky et Dobby sont dans la Pièce Va-et-Vient ! se réjouit Dobby en claquant des mains d’un air excité.
— Winky sait ce qu’est la Pièce Va-et-Vient ! Winky veut savoir pourquoi la Pièce Va-et-Vient ressemble à un étendoir géant.
— La Pièce Va-et-Vient ressemble à un étendoir géant parce que Dobby va montrer à Winky comment faire sa première lessive. »

Le visage de Winky ne se résumait plus qu’à deux grosses billes vitreuses.

« Whisky doit avoir mal compris.
— Dobby va apprendre comment faire sa lessive à Winky.
— Mais c’est interdit ! s’étrangla cette dernière.
— Pas à Poudlard, pas chez les elfes libres ! »

Winky blêmit et semblait tellement sur le point de défaillir que Dobby se sentit pour la première fois de sa vie parfaitement perplexe. Cela lui semblait incompréhensible : le jour où il avait été libéré n’était-il pas le plus beau de toute son existence ? Dobby se gratta la nuque. Quelque part, il avait toujours été un elfe libre, bien avant que Lucius Malefoy ne lui « offre » sa première chaussette. Était-ce donc la différence ? Dobby se gratta le nez. Winky était-elle toujours prisonnière dans sa tête ? Les seules chaînes n'étaient-elles finalement que mentales ? Dobby trépigna. Si elle n’était pas née libre, Dobby lui apprendrait donc à le devenir.



Humant le parfum floral qui emplissait l'air, Winky titubait parmi les monticules de vêtements et explorait, tremblante mais curieuse, la pièce. Dobby songea qu’elle s’évanouirait sans doute si elle découvrait l’immense collection de chaussettes qui reposait dans la petite alcôve du fond. Winky n’était pas encore prête pour tant d’émotions. Winky était encore une enfant, elle n’avait que vingt-sept ans.

« Dobby a acheté sa bassine avec son propre salaire ! dévoila-t-il avec fierté lorsqu’elle effleura du bout des doigts la cuve en acier qui était posée sur la table du fond.
— Dobby devrait avoir honte de toucher un salaire, bégaya-t-elle en retirant sa main comme si elle s’était brûlée. Dobby devrait se sentir déshonoré de n’avoir ne serait-ce que l’idée de laver ses vêtements, cette espèce de vieux… espèce de vieux… »

Les mots se noyèrent au fond de sa gorge et elle se moucha dans ses propres mains.

« Les Moldus ont des machines rien que pour ça ! continua Dobby avec émotion, ignorant le regard furieux de son amie. Mais Dobby n’a pas besoin d’une machine, Dobby lave ses chaussettes à la main, tout seul ! Quand Monsieur Malefoy l’a libéré, Albus Dumbledore lui a proposé d’utiliser la Salle Va-et-Vient pour ça, et depuis, Dobby est un elfe heureux.
— Dobby est un elfe idiot, ricana Winky entre deux rots.
— Dobby va montrer à Winky comment il lave ses chaussettes. Dobby va dévoiler à Winky son secret, et Winky va écouter attentivement, comme ça Winky sera elle aussi une elfe heureuse. »

Il la saisit par les épaules et la déposa précautionneusement sur le coussin moelleux qui venait d’apparaître à même le sol. Devant cette rhétorique visiblement implacable pour une elfe éméchée, Winky avait cédé, et, adoucie, semblait désormais prêter à observer Dobby lui exposer son art.

« Dobby doit d’abord avertir Winky : il ne faut pas mélanger les chaussettes claires et foncées, car elles risqueraient de déteindre l’une sur l’autre, lâcha-t-il d’un air faussement sévère.
— Winky n’a même pas une chaussette. Winky ne risque pas de les mélanger, marmonna-t-elle.
— Winky peut tout laver ici, et pas seulement des chaussettes. Dobby peut lui prêter des chaussettes. Sinon, Winky peut demander à Miss Granger de lui tric…
— Winky ne veut pas de nouveaux vêtements. »

Dobby acquiesça sans se départir de son immense sourire, car il savait qu’il faudrait y aller doucement.

« Voilà l’astuce : Winky doit remplir la petite bassine d’eau jusqu’aux deux-tiers à peu près. »

Winky hocha vigoureusement la tête tandis qu’il claquait de ses doigts squelettiques et que de l’eau apparaissait au fond du récipient. Il saisit alors une chaussette sale jusque-là étendue sur le sol.

« Winky doit y mettre ce qu’elle souhaite laver…
— Ici la chaussette de Dobby, intervint la petite elfe de sa voix enrouée.
— Exactement. Ensuite, Winky doit utiliser un savon doux pour ne pas abîmer le vêtement, mais Winky peut utiliser celui de Dobby si Winky veut ! », s’exclama-t-il en lui tendant un flacon rose fuchsia d’un air rayonnant.

Dobby tentait à peine de contenir sa joie, constatant qu’elle se prenait au jeu :

« Avec ses mains, Winky doit remuer doucement et frotter la saleté incrustée.
— Winky trouve ça facile.
— Winky doit ensuite rincer ses vêtements pour enlever tout le produit qu’il reste, ajouta Dobby d’une voix aiguë qui traduisait toute son allégresse. Winky peut laisser goutter ses chaussettes sur les fils que Dobby a accrochés dans la Salle Va-et-Vient ! Comme ça elles sécheront bien ! »

Interdite, Winky claqua sa langue contre son palais, fixant les quelques tissus encore humides suspendus au-dessus de leurs têtes. Elle fut alors prise d’un affreux tournis. Le bonheur était-il à portée de bras comme Dobby le prétendait ? Si elle frottait un peu sa taie sale de temps à autre, retrouverait-elle finalement le sourire ? Serait-elle aussi heureuse qu’elle l’avait été avec ses maîtres ? Ses maîtres… elle sentit ses oreilles tomber et ses yeux s’embuer.

« Oh non ! Winky ne devrait pas pleurer ! Le pagne de Winky va sentir si bon ! Winky va pouvoir être dans des vêtements tout frais et propres.
— Winky aurait tant voulu avoir la tête tranchée, sanglotait-elle de plus belle.
— Ça suffit ! couina Dobby en lui faisant les gros yeux. Personne ne tranchera la tête de Winky !
— Non, non, non. La tête de Winky aurait dû finir au bout d’une pique !
— Stupide tradition d’antan ! Stupide tradition !
— Que diraient ses maîtres s’ils la voyaient… gémit-elle. M-m-messieurs Croupton…
— Winky est la seule maîtresse d’elle-même ! s’indigna Dobby.
— Mauvaise Winky ! Mauvaise Winky ! »

Elle ne l’écoutait plus. L’elfe tentait maintenant de frapper sa tête contre le sol et poussait de petits hurlements dans l’attente de chaque nouvel impact. Cependant, son ami demandant à chaque fois à la Salle qu’un petit coussin apparaisse sous sa toute petite tête pour absorber le choc, celle-ci ne parvint pas une seule fois à se blesser. Dobby frottait doucement la chaussette rouge et or qu’il tenait entre les mains, attendant qu’elle se lasse ou qu’elle s’épuise dans son entreprise.



Au bout de longues minutes, quand la furie se fut effectivement calmée, il s’approcha doucement d’elle en caressant son dos voûté, percevant sa respiration saccadée, et murmura comme pour la rassurer :

« Un jour, Dobby et Winky parleront à la première personne ».

Elle fut prise d’un haut le cœur.

« Winky a envie de vomir.
— Winky peut vomir partout sur elle maintenant que Dobby lui a montré comment faire sa lessive », s’émerveilla-t-il en lui tendant la bassine avec enthousiasme.

End Notes:
Merci beaucoup pour votre lecture. Si l'envie vous en prend, n'hésitez pas à laisser un commentaire !
Watered down by Tiiki
Author's Notes:

Neuf mois plus tard, j'ai décidé un peu sur un coup de tête de me lancer dans la traduction de cet OS, à savoir que je n'écris pas et lis très peu de fanfictions en anglais de manière générale. En revanche, j'aime beaucoup l'exercice du thème, et c'était un challenge pour moi de reprendre cet OS dans une autre langue. J'ai essayé de coller au mieux au texte original et d'en conserver les structures. Je ne suis pas native, et je n'échapperai sans doute pas à quelques maladresses. Je m'en excuse par avance.

La traduction du titre est un brin différente, car la traduction littérale de "lessivée" perdait le double sens métaphorique du français, j'ai donc préféré "watered down" à "washed-out" pour conserver le sens de "fatiguée, déprimée".

Enjoy your reading!

Curled up on the cold paving stone of the basement, Winky was still drunk. For several months, the little elf had only been getting drunk on Butterbeer and was getting more and more liquefied in the recess of the castle's rooms. The other elves, now indifferent to the sinking of the newcomer, were used to dodge her in the kitchens of Hogwarts without even looking at her. Dobby was the only one watching her snort and be shaking all over, wondering how he could ever stop her pain. Resolute, he stuck his little hooked fingers into the wreck's arm and disapparated.



Two tangled elves suddenly apparated in front of a bare wall, with their backs to the hideous and ridiculous tapestry of Barnabas the Barmy, and the next moment a varnished wooden door appeared in a wall's recess. Dobby joyfully opened the door and abruptly pushed Winky into a much narrower Room of Requirement than usual, among piles of hats strewn across a curiously tiled floor and amidst half a dozen coloured woollen scarves hanging from threads suspended from the room's two vaults. Then the few cloths stretched here and there were still dripping in a loud plop!

"Where's W-winky?" the little elf hiccoughed, disoriented.

"Winky and Dobby are in the Come and Go Room!" Dobby rejoiced, clapping his hands with excitement.

"Winky knows what is the Come and Go Room! Winky wants to know why the Come and Go Room looks like a giant drying rack."

"The Come and Go Room looks like a giant drying rack because Dobby is going to show Winky how to do her first laundry."

Winky's face was just two big glazed beads. "Whisky must have misunderstood."

"Dobby is going to teach Winky how to do her laundry."

"But it's forbidden!" she suffocated.

"Not at Hogwarts, not for Free Elves!"

Winky turned pale and seemed so close to faint that Dobby felt utterly baffled for the first time in his life. It was incomprehensible to him: wasn't the day he was released the most beautiful one of his lifetime? Dobby scratched his neck. Somehow, he had always been a free elf, long before Lucius Malfoy 'gave' him his first sock. Was that the difference? Dobby scratched his nose. Was Winky still captive inside her head? At the end of the day, weren't the only chains eventually mental psychological? Dobby stamped. If she hadn't been born free, then Dobby would teach her to become so.



Smelling the floral perfume that was filling the air, Winky staggered among the mounds of clothes and explored the room, trembling but curious. Dobby thought she would probably pass out if she discovered the huge collection of socks lying in the small alcove at the back of the room. Winky was not yet ready for so many emotions. Winky was still a child, she was only twenty-seven years old.

"Dobby bought his basin with his own salary!" he proudly revealed as she touched with her fingertips the steel bowl on the table at the back of the room.

"Dobby should be ashamed of earning a salary," she stuttered as she pulled her hand out as if she had been burned. "Dobby should feel ashamed to even have the idea of washing his clothes, you stupid old... you old..." The words drowned in the back of her throat and she blew her nose with her own hands.

"Most Muggles have machines just for that!" Dobby carried on with emotion, ignoring his friend's angry look. "But Dobby doesn't need a machine, Dobby washes his socks by hand, alone! When Mr Malfoy freed him, Albus Dumbledore offered to use the Coming and Going Room for this, and since then, Dobby has been a happy elf."

"Dobby is a silly elf," Winky laughed between burps.

"Dobby is going to show Winky how to wash her socks. Dobby will tell Winky his secret, and Winky will listen carefully, so Winky will be a happy elf too."

He grabbed her by the shoulders and carefully placed her on the soft cushion that had just appeared on the floor. Faced with this apparently relentless rhetoric for a drunken elf, Winky yielded, and, softened, now seemed ready to watch Dobby expose his art.

"Dobby first has to warn Winky not to mix light and dark socks, as they could rub off on each other," he said in a falsely stern way.

"Winky doesn't even have a sock. Winky won't mix them up," she muttered.

"Winky can wash everything here, not just socks. Dobby can lend her socks. Otherwise, Winky can ask Miss Granger to knit—"

"Winky doesn't want new clothes."

Dobby nodded without letting go of his huge smile, because he knew that he would have to take it easy.

"Here's the trick: Winky has to fill the small basin with water about two-thirds full."

Winky nodded vigorously as he snapped his skeletal fingers and water appeared in the container. He then grabbed a dirty sock that had been lying on the floor.

"Winky has to put in what she wants to wash—"

"Here Dobby's sock," the little elf intervened with a hoarse voice.

"Exactly. Next, Winky must use a mild soap so as not to damage the garment, but Winky can use Dobby's if Winky wants!" he exclaimed, handing him a fuchsia-pink bottle with a beaming face. Dobby was barely trying to contain his joy, noticing that she was eventually playing the game. "With her hands, Winky must gently stir and rub the embedded dirt—"

"Winky finds it easy."

"Then, Winky has to rinse her clothes to remove any remaining product," Dobby added in a high-pitched voice reflecting his joy. "Winky can let her socks drip on the threads that Dobby suspended in the Coming and Going Room! That way they will dry well!"



Muzzy, Winky clicked her tongue against her palate, staring at the still damp cloths hanging above their heads. She then felt awfully dizzy. Was happiness within reach, as Dobby claimed? If she occasionally rubbed her dirty pillowcase, would she eventually smile again? Would she be as happy as she had been with her masters? Her masters... she felt her ears drooping and her eyes misting up.

"Oh no! Winky shouldn't cry! Winky's loincloth will smell so good! Winky will be able to be in fresh, clean clothes."

"Winky would have wanted her head cut off so badly…" she sobbed.

"Enough!" Dobby squealed, glaring at her. "No one is going to chop Winky's head off!"

"No, no, no. Winky's head should have ended up on a spike!"

"Stupid old tradition! Stupid tradition!"

"What would her masters say if they saw her..." she moaned. "M-m-misters Crouch…"

"Winky is the only mistress of herself!" Dobby became outraged.

"Bad Winky! Bad Winky!"

She wouldn't listen to him anymore. Now the elf was trying to hit her head on the ground and was howling, waiting for each new impact. However, her friend asked the Room to make a small cushion appear under her tiny head to absorb the shock every time, and she didn't manage to hurt herself once. Dobby softly rubbed the red and gold sock he held in his hands, waiting for her to get tired or to get worn out in her business.



After long minutes, when the fury had effectively subsided, he gently approached her, caressed her hunched back, perceived her jerky breathing, and murmured as if to reassure her: "Someday Dobby and Winky will speak about 'I' and 'Us'."

She suddenly felt like retching. "Winky feels like vomiting."

"Winky can vomit all over her now that Dobby has shown her how to do her laundry," he marvelled as he enthusiastically handed her the basin.

End Notes:
J'espère que la lecture vous aura plu ! :)
Cette histoire est archivée sur http://www.hpfanfiction.org/fr/viewstory.php?sid=36983