Le Jeu de la bruine by Tiiki
Summary:



A travers les verres de ses Lorgnospectres, rieuse

Luna observe le torrent de cruauté

Essuie les moqueries, laisse couler 



Recueil de courts poèmes/Drabbles



Crédits : Anime-kelsey26 - Spectrespecs Vision (DeviantArt)
Categories: Autres fics HP, Luna Lovegood Characters: Luna Lovegood
Genres: Amitié, Famille, Poésie
Langue: Français
Warnings: Aucun
Challenges: Aucun
Series: Aucun
Chapters: 3 Completed: Non Word count: 627 Read: 604 Published: 05/01/2020 Updated: 02/05/2020
Story Notes:
Bonjour à tous et à toutes ! ♥

Voilà quelques années que j'avais envie de me lancer dans un recueil de poèmes dont j'avais une très vaste idée de la forme, et une idée encore plus floue du contenu. J'ai toujours été fascinée par les Lorgnospectres de Luna, et j'aime cette idée qu'à travers ses verres colorés on puisse voir le monde tout à fait autrement. Le "jeu de la bruine", c'est une image que j'ai depuis toute petite en tête, sur la pluie qui vient s'abattre sur le verre de nos lunettes. Et en regardant les gouttes d'eau, on s'imagine des histoires (un peu comme quand vous regardez deux gouttes de pluie faire la course sur la fenêtre de votre voiture... rassurez-moi, vous faites ça aussi ? xD)

J'espère que cela vous plaira. Bonne lecture !

1. La nouvelle année by Tiiki

2. La maison bleue by Tiiki

3. Les amis en Or by Tiiki

La nouvelle année by Tiiki
Author's Notes:
A noter que le premier poème est issu des Nuits insolites d'HPF du 3 janvier 2020. La consigne était : "Écrire un acrostiche formant "Joyeux Noël" mais sur un thème estival". C'est aussi ce premier défi qui m'a directement inspiré le second.

A noter aussi que si vous vous amusez à compter les syllabes, j'use et j'abuse des diérèses et synérèses.
LA NOUVELLE ANNÉE



1.

Jobarbilles auréolant ses cheveux blés
Obséquieuse chaleur dévorant son blond
Y a-t-il plus beau tableau que son abandon
Et songe plus vibrant que sa félicité ?
Une journée d’été comme unique témoin
Xenophilius l’appelle, elle est déjà loin

Nul ne sait ce qu’elle perçoit à l’horizon
Ou ce qu’elle s’imagine, visionnaire
Et le soleil rougeoyant, de ses rayons
Lèche à tel point la terre qu’elle se fait mer



2.

Bientôt le jour va se lever, la lune elle
Oublie parfois que le temps passe, déjà une
Nouvelle année sans elle, et toujours sans ailes
Nouvelle année sans mère, quel amer vacarme
Et derrière les Lorgnospectres, les larmes

A chaque fois c’est la même mélancolie
Nouvelle année, souvenirs fuyant à tire-d'aile
Nouvelle année, mais il s’agirait d’alunir
Étouffant sa tristesse étirant un sourire
Elle étend soudain les bras pour ceindre le ciel
La maison bleue by Tiiki
Author's Notes:
J'avais envie d'un calligramme. Pour la "maison bleue", c'est bien sûr inspiré de la chanson de Maxime Le Forestier, San Francisco.

Bonne lecture !
LA MAISON BLEUE


A
l’aube
la lumière
caresse ses cils
et la chaleur dévore
son coeur. Luna regarde
au-dehors et sourit : les Prunes
Dirigeables sont prêtes à s’envoler.
L’agile Serdaigle fond sur son père pour
lui faire part de son enthousiasme, car bientôt
de nouveaux fruits orneront ses belles oreilles et la
consacreront Reine du royaume céleste. Oui, c’est certain,
elle sera parée pour s’élancer très haut dans le ciel, là où il est
permis d’avoir de l’esprit et d’en faire usage, où la cruauté des autres
ne pourra plus l’atteindre. Un sourire s’étire sur
son visage : paisible consolation face au monde
triste, borné où tous sont esclaves, prisonniers
volontaires d’une seule et unique pensée. Qu’il
est bon d’être originale pour songer à l’univers
merveilleux qui s’ouvre à nous lorsqu’on prête
oreille aux murmures que nous porte la brise,
lorsqu’on ouvre vraiment les yeux en cessant
de faire l’aveugle face aux portes dissimulées
dans l’immense couloir de la vie, lorsqu’on se
décide à les ouvrir au gré de nos envies. Mais
chez les autres il fait encore trop sombre et il
est terrifiant de s’élancer dans l’obscurité des
maisons noires. Luna, elle a la lumière à tous
les étages. Dans le monde des gens heureux,
tout le monde vivrait dans une maison bleue.
Les amis en Or by Tiiki
Author's Notes:
Un poème inspiré des Nuits insolites du 1er mai 2020 (un brin particulier, vous verrez). Bonne lecture !
LES AMIS EN OR


Du matin jusqu’au soir, du soir jusqu’au matin,
L’enfant cicatrice risquait toujours sa vie,
Servant la justice, mais pas non plus un Saint
Brin naïf, inconscient : ainsi était Harry.

Du matin jusqu’au soir, du soir jusqu’au matin,
Jamais elle ne dort et toujours se questionne
Entêtée Gryffondor, avec un sacré grain
Brin exaspérante : ainsi était Hermione.

Du matin jusqu’au soir, du soir jusqu’au matin,
Le maladroit manquait de se répandre en mille
Excuses au monde entier, sempiternel refrain
Brin tête-en-l’air, touchant : ainsi était Neville.

Du matin jusqu’au soir, du soir jusqu’au matin,
Grincheux comme surnom, car toujours il ronchonne
Gloutonne en bon Gryffon, car toujours il a faim
Brin râleur mais attachant : ainsi était Ron.

Du matin jusqu’au soir, du soir jusqu’au matin
La rousse est déchaînée, véritable furie
Chaque jour dévouée, elle lui tend la main
Brin étonnante, oui : ainsi était Ginny.


À côté de ces visages, en lettres d’or
Est mille fois écrit le mot magique « amis »
Auprès duquel chaque soir la Lune s’endort
Et auquel chaque matin la Lune sourit
Cette histoire est archivée sur http://www.hpfanfiction.org/fr/viewstory.php?sid=37183