Lynna Potter by alrescha
Summary:
Au cours de l'année 1981, une prophétie parvient aux oreilles de Lord Voldemort. Un enfant à naître le détruira mais le mage noir a un plan. Un plan infaillible. Lynna-Potter
Crédits : Warner Bros, Kuzmin photo et Stephanie Warren. Montage par mes soins.

Categories:
Biographies Characters: Famille Potter, Personnage original (OC)
Genres: Tragédie/Drame
Langue: Français
Warnings: Aucun
Challenges: Aucun
Series: Lynna Potter She is Pure Evil
Chapters: 5 Completed: Non Word count: 8258 Read: 1609 Published: 31/10/2020 Updated: 24/10/2022
Chapitre 1 : Un soir d'orage by alrescha
Author's Notes:
Bonne lecture !
Ce soir-là, une pluie diluvienne s’abattait sur Londres depuis plusieurs heures déjà. Les citadins auraient même pu dire que toute la journée avait été ainsi. Morose. Maussade. Grise. Et humide. Depuis le matin, l’eau tombait avec une force mesurée, décourageant le moindre promeneur, le moindre badaud qui aurait eu l’idée de mettre le nez dehors. La pluie ruisselait sur les pavés du chemin de traverse, les rendant brillants et dangereux comme un leurre. Mais aucun sorcier n’était assez fou pour se risquer dehors par un temps pareil. D’ailleurs, aucun sorcier n’était assez fou pour sortir depuis que Voldemort avait déclaré la guerre au monde des sorciers.

L’averse ne faiblissait pas, ni ne gagnait en intensité. Le bruit persistant ne couvrit pourtant pas celui d’un transplanage. Un sorcier venait de se matérialiser devant le Chaudron Baveur. Momentanément déséquilibré par son atterrissage sur les pavés humides, il réajusta ses lunettes à la monture d’écaille devant ses yeux couleur noisette. Il était de taille moyenne. Ses cheveux d’un noir de jais en bataille paraissaient presque coiffés sous la pluie battante. Cet homme s’appelait James Potter.
Si James avait quitté sa femme enceinte et le confortable cottage que lui avaient légué ses parents ce soir c’était pour une bonne raison : il devait avoir une conversation très sérieuse avec Sirius Black, son meilleur ami et son frère de cœur. Il devait aussi débriefer la mission de l’ordre dont il revenait.

Ils avaient convenu de se retrouver sur le chemin de traverse. Cela avait été difficile pour James de laisser Sirius partir seul. Ils étaient toujours partis en mission ensemble mais cette fois Dumbledore ne leur avait pas laissé le choix.

Bien sûr les deux amis avaient largement communiqué, au moyen du Miroir à Double-sens dont ils possédaient chacun un exemplaire depuis leur scolarité et les nombreuses heures passées en retenue séparément. Ces dernières heures, James aurait voulu parler à son meilleur ami de ce que Dumbledore leur avait annoncé le matin même. C’était quelque chose de trop grave pour être ignoré. Pourtant, James en aurait bien ri si le directeur de Poudlard en personne ne s’était pas présenté sur le pas de sa porte pour le lui dire. Sirius devait être au courant. James avait aussi une question cruciale à lui poser. La vie des Potter était en danger et il regrettait de ne pas avoir emmené Lily avec lui.

Un énorme vrombissement fit oublier pendant quelques minutes l’averse diluvienne et sortit James de ses pensées. Une moto volante se dirigeait vers lui et pila devant James. Sa chevelure brune en désordre, son blouson en cuir noir constellé de gouttes de pluie, Sirius Black venait d’atterrir sur le chemin de traverse.

-J’ai vraiment horreur de faire ça, dit-il en sortant sa baguette magique et en la pointant sur son meilleur ami qui lui rendit la pareille.
-Moi aussi. Qu’est-ce que Sirius Black a reçu comme cadeau pour son seizième anniversaire ?
-Le meilleur cadeau qu’on puisse avoir : un lecteur de cassettes audio. Bon… Mon tour. L’autre nom que tu donnais à la lycanthropie de Lunard ?
-Ses petits problèmes de fourrure.

Ils baissèrent leur baguette. Ils partageaient tant de secrets depuis si longtemps que ces vérifications leur paraissaient inutiles. Pourtant, elles avaient déjà permis de démasquer un partisan de Voldemort au sein de l’ordre du phénix.

-Alors, qu’est-ce que tu voulais me dire qui ne pouvait pas attendre ? demanda Sirius.
-Je te le dirais à l’intérieur.

Ils entrèrent dans le pub et accueillirent la chaleur de l’établissement avec bonheur. Les deux compères s’installèrent au bar, dos au manteau de la cheminée.

-Ta meilleure brune, Tom, commanda Sirius.
-Et une Bièraubeurre pour moi.

Sirius le regarda d’un air surpris.

-C’est grave à ce point ? demanda-t-il à voix basse.
-Oui, j’ai besoin d’avoir l’esprit clair. Et toi aussi.
-Lily va bien ?
-Oui. Le bébé aussi… Dumbledore est venu ce matin. Notre enfant fait l’objet d’une prophétie…
-Une prophétie ? fit Sirius étonné.

Aucun des deux n’avait accordé une attention particulière à la divination. D’ailleurs ils ne l’avaient pas choisi comme matière supplémentaire lors de leur troisième année.

-Apparemment, dit James en baissant la voix. Notre enfant serait capable de détruire Tu-sais-qui. Je n’y croyais pas trop mais Dumbledore est inquiet. On a du prendre des mesures comme je te l’ai dit... Est-ce que tu veux bien être le parrain de notre enfant ? Tu t’occuperas de lui s’il nous arrive… quelque chose.

Sirius se tut quelques secondes. Depuis qu’il le connaissait, James ne l’avait jamais vu aussi sérieux.

-Oui, bien sûr, répondit-il. Je lui apprendrais tout ce qu’il y a à savoir. Les passages secrets à Poudlard, comment rendre fous les professeurs… et bien sûr à quel point ses parents étaient géniaux.
-N’oublie pas ce point, sourit James. Et je t’autorise à le dire à chaque fois que tu viens.
-Quand est-ce que Lily doit accoucher ?
-Dans quatre mois.
-Et vous savez déjà si c’est un garçon ou une fille ?
-On préfère avoir la surprise.

Sirius haussa les épaules et commanda une deuxième bière. Il semblait presque triste d’un coup. Il avala son chagrin en même temps que le contenu de sa pinte.

-Je suis crevé, dit-il. Je peux dormir chez vous ?
-Oui.

Ils sortirent du pub et montèrent sur la moto.

-Direction Godric’s Hollow !

Quelques instants plus tard, ils arrivèrent devant le cottage. La lumière allumée à l’intérieur ne les inquiéta pas. Lily était peut-être encore tout simplement dans le canapé en train de lire ou de manger des fraises.
Une brise fit soudain grincer le portail, rendant l’atmosphère lugubre. Sirius se raidit. C’était son flair, un avantage de son animagus chien. Il ressentait le danger. Cela leur avait sauvé la vie plusieurs fois par le passé.

-Qu’est-ce qui se passe ? demanda aussitôt James.
-Quelqu’un est entré chez vous.

Poussé par la peur de trouver sa femme blessée ou pire, Cornedrue se précipita à l’intérieur.

-Lily ? Lily ??? hurla-t-il en entrant en trombe chez lui.

Lily était assise au bas de l’escalier, en pyjama et robe de chambre, ses cheveux roux noués en une tresse lâche et son visage luisant de larmes. Il s’était bel et bien passé quelque chose.

-James… gémit-elle.

Il la prit dans ses bras.

-Qu’est-ce qui s’est passé ?
-Il est… Il est venu.
-Il t’a fait du mal ?
-Il… m’a marquée… dit-elle en reniflant.

Elle retroussa la manche de sa robe de chambre. La marque des ténèbres brillait d’un noir brillant sur son avant-bras qui paraissait encore plus pâle que d’habitude.
James eut l’impression qu’un seau d’eau glacée se déversait le long de sa nuque et de son dos.

-Merlin… laissa-t-il échapper.

Ils avaient pris toutes les précautions possibles depuis qu’ils avaient entendu parler de la prophétie. Ils avaient soumis leur maison au sortilège Fidelitas, un sortilège qui était censé les protéger. Ils avaient choisi un Gardien du secret en la personne de Peter Pettigrew. Peter était un ami de longue date et c’était aussi un choix moins évident pour quiconque fouinerait dans la vie des Potter.

Tous leurs efforts avaient été anéantis en quelques heures. Pire : ils avaient permis que Voldemort les trouve. Rien n’arrêtait le mage noir et James commençait à ressentir la peur que celui-ci inspirait aux gens.

Un lourd silence s’installa.

-Il ne marque que ses fidèles, fit Sirius.

Lily sanglota.

-Enfin… c’est la notion que j’en ai… C’est bizarre qu’il soit venu ici exprès.

James était d’accord avec son ami. Le mage noir avait forcément un plan. Voldemort ne s’embêtait pas à marquer ses opposants, il les tuait, purement et simplement.

Un bâillement de Sirius allégea brutalement l’atmosphère.

-Désolé, dit-il. Il faut absolument que je me couche.

Moins d’une minute plus tard, il se couchait dans le canapé en cuir face à la cheminée.

Les Potter restèrent quelques instants sur les marches au bas de l’escalier.

-Je devrais m’en aller, dit Lily. Je ne suis plus digne de confiance…
-Je ne te laisserai pas faire, répliqua aussitôt James. Tu crois que cette marque me fait peur ? Pour le meilleur et pour le pire, tu te souviens ?
-… Il faut qu’on prévienne Dumbledore.
-Je vais m’en occuper. Va te reposer.
-Pas sans toi, dit-elle d’une petite voix.

James prit sa main dans la sienne et ils montèrent tous deux à leur chambre, harassés par les évènements de la soirée. Ni l’un ni l’autre n’imaginaient les conséquences que cela aurait sur leur vie.
End Notes:
N'hésitez pas à laisser votre avis (et vos pronostiques sur la suite) !
Cette histoire est archivée sur http://www.hpfanfiction.org/fr/viewstory.php?sid=37774