L'union des Eléments by Jane_25
Summary:

Au temps des Maraudeurs, Lily Evans et ses amies vont se rapprocher de ces garçons qu'elles avaient méprisés pendant plusieurs années.

Une découverte qui va bousculer leurs sentiments et renforcer les liens. Cette dernière année dépassera toutes leurs attentes et elles iront de surprise en surprise au contact des maraudeurs. 

ELEMENTS-5

Images libres de droit et montage réalisé par mes soins

Pourtant, certaines menaces pèsent sur Poudlard et les sorciers. Le secret qu'elles gardent précieusement depuis leur deuxième année prend de l'importance et ne doit pas tomber entre de mauvaises mains.

 

Dans un univers alternatif, les Maraudeurs et leurs amies vivent une septième année différente des précédentes.

Il leur faudra se remettre en question pour apprendre à vivre avec leurs sentiments et appréhender la magie des Quatre Eléments qui s'imposera à eux.

Un an pour se rencontrer, se découvrir, se rapprocher, vivre, résister et devenir adulte.


Categories: Durant Poudlard, Univers Alternatifs, Epoque Maraudeurs Characters: Autre personnage, Les Maraudeurs, Lily Evans
Genres: Amitié, Romance/Amour
Langue: Français
Warnings: Aucun
Challenges: Aucun
Series: Aucun
Chapters: 9 Completed: Non Word count: 25995 Read: 1250 Published: 06/12/2020 Updated: 30/06/2022
Story Notes:

Bonjour à tous, voici une petite histoire que je réécris pour pouvoir la publier et parce qu’elle est à l’origine de presque toutes les fanfictions que j’ai écrites après. Il s’agit de la première fanfiction que j’ai écrite. J’ai commencé les premiers chapitres en 2010, si je me souviens bien, alors que je n’avais que peu ou pas d’accès à internet. J’ai donc mis beaucoup de temps à la rédiger et je l’ai ensuite laissée tomber dans l’oubli. 

 

C’est un univers alternatif qui se déroule à l’époque des Maraudeurs dans un monde où Voldemort n’est pas une menace. 

 

En la relisant, avec nostalgie, j’ai voulu la republier, mais, il est évident qu’elle nécessite un grand nettoyage. Cela va donc me prendre quelques temps pour passer tous mes chapitre en revue et vérifier la cohérence avec les autres textes de mon univers.

 

Étant donné que je n’avais pas d’accès à internet, il me manque beaucoup d’informations sur les personnages et leurs familles. J’en ai conscience, mais ce serait trop compliqué d’essayer de rentrer dans les canons, sachant que, quoi qu’il arrive, il s’agit d’un UA.

 

Je tiens également à rester fidèle à l’ambiance que j’avais créé alors que j’étais encore une enfant. Il est certes naïf, mais il m’avait donné le sourire quand j’en avais besoin. 

 

J’espère que ça vous plaira.

 

 

1. Prologue - La Magie des Quatre Eléments by Jane_25

2. 1 / Un mois de janvier à Gryffondor by Jane_25

3. 2 / Défis et excuses by Jane_25

4. 3 / Quatre nymphes et quatre amies by Jane_25

5. 4 / Dix-huit ans by Jane_25

6. 5 / Danses enflammées by Jane_25

7. 6 / Une lettre dévastatrice by Jane_25

8. 7 / Ce qui devait être une nuit normale by Jane_25

9. 8/ Révélations by Jane_25

Prologue - La Magie des Quatre Eléments by Jane_25
Author's Notes:

Bonjour, ce premier chapitre est un prologue très court, bien plus court que les chapitres suivants, qui intègre l'intigue des Eléments, mais l'histoire commence directelent au prochain chapitre donc n'hésitez pas à aller un peu plus loin que ces premières lignes si vous avez été attirés par le résumé !

 

Le 25 avril 1973 – Château de Poudlard

 

Le printemps peinait à s’affirmer en Ecosse cette année-là. Pourtant, après avoir disposé de l’émissaire qui lui avait annoncé la nouvelle, Albus Dumbledore se dirigea vers l’immense fenêtre de son bureau et l’ouvrit pour contempler l’effroyable spectacle qui s’offrait à lui. Le ciel était anormalement assombri pour un milieu d’après midi du mois d’avril, les arbres plus foncés qu’à l’accoutumée et le lac noir n’avait jamais aussi bien porté son nom. Le vent soufflait de plus en plus fort, soulevant des racines et arrachant herbes et plantes avec violence. L’eau s’agitait à la surface du lac et les vagues se faisaient de plus en plus importantes avant de s’écraser sur la rive dans un vacarme assourdissant.

Le directeur de Poudlard observait la nature se déchaîner, il entendit un cri strident qui se termina en gémissement plaintif. Sans se retourner, il savait que son phœnix, Fumseck, rendait son dernier souffle. La cendre dans laquelle l’oiseau agonisait se transforma en une flamme jaillissante qui traversa la fenêtre pour aller se mêler à la tempête qui s’accentuait à l’extérieur.

Cette vision était glaçante, et la mine déconfite du professeur Dumbledore le rendait plus inquiétant encore. Même un sorcier de cette envergure ne pouvait rien contre cela.

Des coups résonnèrent contre la porte. Dumbledore soupira avant de fermer la porte et d’indiquer à son visiteur qu’il pouvait entrer.

 

« C’est moi, s’annonça le professeur MacGonagall en avançant. »

 

Elle lança un regard rapide sur la salle, constata l’absence de Fumseck et le visage tendu du directeur.

 

« Vous êtes au courant, supposé-t-elle. »

 

Albus se contenta d’acquiescer.

 

« C’est… c’est… Je suis désolée… »

 

Encore une fois, il acquiesça sans prononcer le moindre mot. Son expression était grave, partagée entre la tristesse et l’inquiétude.

 

« Je suis là si… si vous avez… besoin, hésita le professeur MacGonagall. »

 

Alors qu’elle allait repartir du bureau, Albus se reprit, il fallait qu’il partage ses inquiétudes auprès de son adjointe. De tout le corps professoral, elle serait sans doute la plus à même de réagir.

 

« Asseyez-vous ! ordonna-t-il. »

 

La professeure de métamorphose s’exécuta, peu étonnée par le ton autoritaire qu’employait le directeur. Elle resta donc silencieuse, laissant la parole à son directeur.

 

« C’était ainsi, cela devait arriver, commença-t-il. Elighas Thiomer est mort. »

 

Sa déclaration était brutale, mais fut suivie d’un silence. MacGonagall savait déjà cela, mais l’entendre de la bouche d’Albus Dumbledore était autrement plus difficile.

 

« Je sais qu’il était votre ami, chuchota-t-elle, si vous avez besoin de temps, je… 

-Vous savez, quand on a mon âge, on a pris l’habitude de voir partir nos amis, même les plus chers, justifia-t-il, las. »

 

MacGonagall acquiesça, elle ne savait pas vraiment comment réagir face aux yeux bleus tristes du directeur. Ils avaient perdu cette lueur amusée qui le caractérisait tant.

 

« Mais ma peine n’est pas le sujet, du moins elle ne devrait pas l’être, se reprit-il. »

 

Il avait repris son air le plus sérieux, comme quand il évoquait les menaces planant sur les sorciers.

 

« Les éléments, chuchota le professeur MagGonagall.

-Oui, les éléments, répéta-t-il.

-Les autres sont … ? demanda-t-elle.

-Morts, déclara-t-il sèchement, Elighas était le dernier survivant des quatre incarnations des éléments. L’eau, le Feu et la Terre ont vu leurs derniers représentants disparaître très récemment. C’est allé très vite.

-Mais que va-t-il se passer ? s’inquiéta-t-elle. »

 

Dumbledore s’assit à son tour et posa les mains solennellement.

 

« Je ne suis pas tout à fait sûr, cela fait des siècles que ce n’était pas arrivé. Usuellement, ce n’est que la famille d’un élément qui disparait et celui-ci se réincarne dans une branche des autres familles, mais la disparition simultanée des quatre familles peut entraîner des conséquences désastreuses.

-Désastreuse ? s’enquit-elle ?

-Oui, désastreuse, insista-t-il, les Quatre Eléments ont besoin de leurs alter egos humains pour survivre, il peut y en avoir un ou plusieurs par éléments mais il en faut un, sinon l’équilibre est trop précaire pour que la nature se développe, constatez par vous-même. »

 

Il désigna la fenêtre et l’orage qui grondait de plus en plus fort. La professeure de métamorphose frissonna.

 

« C’est terrifiant comme vision, n’est-ce pas ? souffla Dumbledore, je ne sais pas comment cela va se manifester, mais les Eléments doivent trouver de nouvelles incarnations, le monde en a besoin.

-Comment cela va-t-il se passer ?

-Je ne suis sûr de rien, j’ai longuement discuté de cela avec Elighas, mais il n’était guère plus avancé que moi. On sait que la dernière incarnation a eu lieu à Poudlard, sur quatre élèves qui sont en général plutôt jeunes, mais ni lui, ni moi ne savons comment ça se manifeste.

-Des élèves !? S’exclama le professeur MacGonagall.

-Oui des élèves, répéta-t-il, affligé.

-Mais… mais… mais lesquels ? »

 

La directrice adjointe écarquillait les yeux, en attente d’une information plus agréable, qui la rassurerait quant à ses élèves et la responsabilité immense qui allait incomber sur ces jeunes adolescents qu’elle voyait grandir.

 

« Nous verrons bien, un groupe de quatre élèves sûrement… Après la perte de leurs familles d’hommes incarnés, les Eléments ne prendront pas longtemps pour choisir les élèves. Je pense qu’ils ne choisiront pas vraiment et iront vers un groupe d’amis qu’ils imaginent pouvoir fonder une famille. »

 

Le professeur MacGonagall acquiesça silencieusement, elle passait déjà la liste des élèves de Poudlard, priant Merlin que les Eléments jettent leur dévolu sur ceux d’entre eux qui avaient les épaules pour supporter ce fardeau.

 

1 / Un mois de janvier à Gryffondor by Jane_25
Author's Notes:

Bonjour à tous, je suis donc en pleine réécriture de cette histoire, elle est la base de tout ce que j'ai imaginé. 

Je vous publie le premier vrai chapitre qui présente les huit personnages.

Si vous avez lu l'union des descendants, il n'y a rien de très surprenant, mais sinon, ne la lisez pas tout de suite, chronologiquement, l'union des éléments est la premère histoire et vous l'avez sous les yeux!

Bonne lecture,

 

Le soleil faisait scintiller la neige dans le parc de Poudlard. Le froid avait découragé de nombreux élèves de sortir en ce samedi de janvier de l’année 1977. Lily Evans avait elle-même préféré rester dans sa chambre. Elle n’avait jamais froid mais ne se sentait pas d’humeur à se promener. Et puis, le parc était si beau et l’observer depuis le confort de son lit à baldaquin faisait partie des petits plaisirs qu’elle avait développé depuis son arrivée à Poudlard sept ans auparavant.

 

« Tu rêves encore Lily ! »

 

Lily sursauta en se tournant vers ses amies. Ses trois camarades de chambres étaient devenues plus que des amies au cours de leurs années à Poudlard. Sans vraiment comprendre, Lily avait tout de suite su qu’elle serait liée à Ambre, Dora et Alice pour la vie. Il ne leur avait fallu qu’un seul regard pour sceller une amitié fidèle et inépuisable. Ces trois filles étaient devenues peu à peu la famille qu’elle rêvait d’avoir. Une famille qui restait auprès d’elle quelques soient les difficultés, à la différence de ses parents qui n’avaient jamais réellement compris sa vie de sorcière et qui, avec le temps, perdaient l’intérêt qu’ils avaient pu avoir pour leur deuxième fille.

Lily sourit, repassa une mèche de ses mèches rousses derrière son oreille et écouta les filles.

 

« Je les trouve quand même plus calmes cette année… »

 

Lily soupira discrètement, en un morceau de phrase elle avait compris le sujet de conversation de ses amis : les Maraudeurs. Il s’agissait d’un groupe de quatre garçons dans leur année, et dans leur maison qui catalysaient tous les sujets de discussion de l’école.

 

« Rémus est calme, en effet, approuva Ambre.

-Mais Rémus a toujours été le plus sage, souligna Dora. »

 

Lily acquiesça. Des Maraudeurs, Rémus était celui qu’elle appréciait le plus. Il était préfet à ses côtés et ils avaient pu partager de longues conversations pendant leurs rondes. Par ailleurs, il avait, comme elle, un goût prononcé pour les études et ils passaient souvent leurs soirées loin de leurs amis respectifs à travailler silencieusement leurs devoirs. Cette attitude studieuse le rendait aimable aux yeux de Lily. Malgré son regard triste et souvent baissé, la jeune rousse était touchée par son léger sourire et sa manière de se tenir, comme s’il n’assumait pas sa grande taille ou qu’il ne voulait pas l’imposer à son entourage.

 

« Oui, mais on dirait qu’il a réussi à influencer ses amis, nota Alice. »

 

Alice était l’éternelle positive de leur groupe. Elle était celle qui accordait toujours du temps à n’importe quel élève qui viendrait lui poser une question. Elle était souvent trop naïve pour se rendre compte que les adolescents qui l’entouraient étaient souvent plus intéressas par ses yeux bleu océan, ses cheveux d’un noir de jais que par sa conversation pourtant si intéressante.

 

« Il pourrait surtout influencer Sirius, Black n’a pas décidé de devenir plus respectueux malgré la majorité, souffla Ambre. »

 

Elle faisait les cent pas en critiquant celui qu’on présentait comme son alter ego.

 

« C’est vrai que tu es un exemple en termes de respect et considération ! »

 

Ambre fixa Dora qui se permettait ce genre de réflexion. Elle regardait son amie au travers de ses yeux bleus qui se plissaient légèrement laissant apparaître une lueur amusée teintée d’une pointe de mystère. Cette lueur donnait au visage angélique de la blonde un air séducteur qui ne laissait personne indifférent. Ambre avait hérité d’un physique sulfureux qu’elle savait mettre en avant pour susciter l’intérêt des garçons qui l’entouraient.

 

« Je suis respectueuse, corrigea-t-elle.

-C’est vrai que tu largues toujours tes petits amis avant d’en draguer un autre, reconnut Dora en se moquant de son amie, c’est vraiment chic de ta part !

-Tu verras ce que ça fait de tomber amoureuse de la mauvaise personne, répliqua Ambre. »

 

Elle termina ses allers et retours dans la chambre face à une fenêtre qu’elle ouvrit pour laisser le vent frai de l’hiver s’infiltrer dans ses cheveux.

 

« En tout cas, reprit Dora, si Sirius ne semble pas changer de comportement, James, en revanche, se comporte de manière bien plus calme depuis le début de l’année, n’est-ce pas Lily ? »

 

La jeune rousse sentit immédiatement monter le rouge au niveau de ses joues. C’était une réaction qu’elle peinait à contrôler quand elle était en présence du grand brun, capitaine de l’équipe de Quidditch de Gryffondor, mais qu’elle ne pouvait cacher à ses meilleures amies.

 

« Oui, en effet, admit-elle d’une voix timide.

-C’est fou comme tu perds ton tempérament de feu dès qu’on parle de lui, s’amusa Dora.

-Tant qu’il reste en place quand tu es avec lui, c’est le principal, rassura Ambre.

-Cela doit être plus facile maintenant qu’il ne te fait pas des avances à longueur de journée, nota Alice. »

 

Lily acquiesça, pensive. Elle savait très bien que James était intéressé par elle, mais, dès le début de leur scolarité, elle avait perçu en lui un comportement immature et ne voulait prendre le risque de s’attacher à lui plus qu’elle ne l’était déjà. Ainsi, elle avait perpétuellement refusé ses avances, se contentant d’accepter les tentatives du jeune homme de la rendre jalouse avec d’autres élèves ou de nier perpétuellement l’intérêt qu’elle avait pour lui.

 

« C’est vrai, ça te fait quoi de ne plus l’avoir accroché à ta baguette ? demanda Dora. »

 

La brunette faisait secouer ses cheveux courts autour de son visage enfantin, tandis que ses yeux rieurs sondaient son amie. Dora était une petite boule d’énergie, qui animaient les conversations avec son caractère enjoué et se permettait des réflexions pertinentes, gardant toujours les pieds sur terre.

 

« Oh, ça me donne de l’air, répondit simplement Lily. »

 

En réalité, Lily était plus perturbée par l’indifférence de James qu’elle ne l’aurait pensé. Il avait toujours des regards tendres envers elle mais limitait leurs interactions à de simples échanges courtois quand il était nécessaire pour le capitaine de Quidditch de s’entretenir avec la préfète-en-chef.

L’admiration très expansive dont avait fait preuve James lors des dernières années avait exaspéré Lily mais elle s’y était finalement habituée, flattée de susciter chez lui un tel intérêt. Cette année, c’était donc une ignorance nouvelle dont faisait preuve James à l’égard de Lily. Et ce comportement plus mature et respectueux rendant le jeune homme plus désirable aux yeux de la rousse.

 

« C’est vrai que ce doit être agréable de pouvoir le croiser sans qu’il ne te demande de sortir avec toi, approuva Ambre.

-Mais je ne comprends toujours pas pourquoi tu n’as pas accepté ses avances, répéta Alice.

-Je te l’ai déjà dit, même s’il me plaît, il ne montre pas assez de maturité pour me correspondre.

-Tu es trop sérieuse, soupira Ambre, même avec les garçons tu agis comme une première de la classe.

-Nous n’avons simplement pas la même vision de ce que c’est qu’être en couple, rétorqua Lily.

-Certes, reprit Lily, mais si Frank m’avait demandé ne serait-ce qu’une fois ce que James t’a demandé des millions de fois, j’aurais accepté directement. »

 

Dora, Lily et Ambre se tournèrent vers leur amie en soupirant.

 

« Ça faisait longtemps que tu n’avais pas parlé de Frank ! remarqua Dora.

-Je ne vous en ai par parlé hier ? s’étonna Alice.

-Oui, donc ça fait longtemps ! confirma Ambre en riant. »

 

Alice était complètement amoureuse de Frank Londubat. Ce dernier était arrivé à Poudlard en troisième année, après avoir suivi des cours à domicile pendant les deux premières années de sa scolarité. Sans que personne ne comprenne pourquoi, James, Rémus et Sirius s’étaient immédiatement liés d’amitié avec leur nouveau camarade, alors qu’ils n’avaient jamais permis aux autres élèves d’intégrer le cercle très fermé des Maraudeurs. Tous les autres garçons avaient essayé, y compris Peter Pettigrew qui avait finalement quitté Poudlard pour Durmstrang quelques années auparavant, et Frank, en restant lui-même, était devenu le quatrième Maraudeur.

 

« Mais si Frank te faisait autant de déclaration, tu ne serais pas amoureuse de lui ! rappela Dora.

-Oui, enfin pas de déclaration si ostentatoire, ça me mettrait mal à l’aise, avoua Alice, mais s’il me prenait à part pour… mais il ne le fera jamais.

-Ah bon, pourquoi tu dis ça ? s’enquit Lily.

-Je ne pense pas qu’il soit amoureux de moi, soupira Alice. »

 

Les trois autres filles se regardèrent en souriant. Alice ne réalisait vraiment pas l’impact qu’elle avait sur Frank. Le Maraudeur peinait à trouver ses mots en présence de la jeune fille.

 

« Tu n’en sais rien, dit Dora, je pense même qu’il a le béguin pour toi…

-Mais comment en être sûre ?

-Tu n’as qu’à aller directement lui parler, proposa Ambre.

-Non, je n’oserais jamais. »

 

Alice ne parvenait pas à ôter le rouge de ses joues. Elle était amoureuse de Frank, mais ne se permettrait jamais de faire le premier pas, préférant rêver à une relation éternellement que de perdre l’amitié qui naissait timidement entre les deux élèves.

« Désolée de vous couper, s’impatienta Lily, mais je vais aller travailler à la bibliothèque, il faut que j’avance pour les ASPICs.

-Mais ils sont dans super longtemps ! s’exclama Dora.

-Ils vont arriver plus vite que tu ne le penses, crois-moi, se justifia Lily.

-C’est fou comme tu sais mettre une bonne ambiance, reprit Ambre, pour ma part, je vais prendre une douche et je vais aller rompre avec Jordan, je ne suis pas amoureuse de lui. »

 

La blonde se dirigea vers la salle de bain. Ses amies l’observaient en souriant, se passant de commentaires. Lily referma la fenêtre, prit son sac et sortit de la chambre. Elle descendit les escaliers rapidement pour arriver dans la salle commune.

Cette dernière grouillait d’élèves qui discutaient, jouaient ou riaient avec leurs amis. Lily se retint de leur adresser des regards de reproche. Après tout, s’ils n’aimaient pas étudier autant qu’elle, elle ne pouvait pas leur en vouloir.

Au moment ou elle allait ouvrir la porte de la salle commune, Lily tomba nez-à-nez avec Frank et Rémus qui riaient en rentrant.

 

« Bonjour Lily, comment vas-tu ? demanda Rémus entre deux éclats de rire.

-Je vais bien, répondit-elle, mais sûrement moins que vous.

-Nous avons simplement fait une petite blague à Peeves, expliqua Frank.

-Encore une blague ! s’exclama-t-elle, vous pensez aux points de Gryffondor pour la coupe des Quatre Maisons. »

 

Les deux garçons baissèrent la tête, penauds. Ils ne savaient pas quoi répondre pour justifier leur acte. Mais ils furent rejoints par les deux autres Maraudeurs.

 

« Ne t’inquiète pas, préfète Lily, on n’a absolument rien fait de répréhensible ! »

 

Sirius arborait son air malicieux, Lily ne croyait pas un mot de ce que son camarade disait.

 

« Comme d’habitude, continua-t-il, n’aie pas peur !

-Justement si c’est comme d’habitude, j’ai des raisons d’avoir peur.

-Je t’assure, tu peux nous faire confiance, ce n’est jamais grave d’énerver uniquement Peeves, confirma James. »

 

Lily les regarda avec un air méfiant, comme si elle doutait de leurs propos. Elle en profita pour observer James mais ne put se permettre de rester trop longtemps face à ses yeux brillants.

 

« Tant qu’on ne perd pas de points bêtement, souffla Lily pour cacher son émotion.

-Ne t’inquiète pas ! On a tout fait pour éviter ça, promit Frank.

-Et on sait que tu es tellement douée que tu peux rattraper tous les points qu’on perdrait, renchérit Sirius. »

 

Lily sourit. Malgré tout, cette remarque la faisait assez rire.

 

« Je dois aller à la bibliothèque pour ramasser des points alors, s’amusa-t-elle, à plus tard les garçons ! 

-A plus tard, répondirent-ils. »

 

Lily s’en alla, se faisant violence pour ne pas se retourner afin de vérifier que la sensation du regard brûlant de James sur son dos était réelle.

Quand elle fut assez loin, les Maraudeurs rentrèrent dans la salle commune.

 

« Elle est toujours aussi belle, souffla James, c’est tellement frustrant de ne pas le lui dire.

-Oui, mais tu as déjà tenté de le lui dire et ça ne marche pas, rappela Rémus.

-Je sais, je sais, mais c’est difficile ! »

 

Sirius soupira. James n’arrêterait de parler à Lily que le jour où elle cèderait, mais la rousse n’était pas facilement accessible.

Les Maraudeurs s’assirent autour d’une petite table, ignorant le regard effrayé ou admiratifs des élèves des autres années. Ils reprenaient leur discussion quand Alice et Dora descendirent de leur dortoir. Elles ne semblaient pas s’attarder sur les élèves présents dans la salle commune car ils étaient assez nombreux, mais Alice parvint à croiser le regard de Frank. Elle lui adressa un signe de la main discret auquel ce dernier s’empressa de répondre, arborant son plus joli sourire.

 

« Frank, tu regardes qui comme ça ? demanda Sirius pour la forme… Non ne me dis pas, je connais déjà la réponse.

-Tu deviens de pire en pire quand elle est là, nota Rémus.

-Tu devrais essayer de lui parler, suggéra James.

-Mais si elle me rembarre comme Lily l’a si souvent fait avec toi ?

-Non, ne t’inquiète pas, assura Sirius, tu ne peux pas être aussi ridicule que James le jour où il a arrosé Lily de fleurs. »

 

Les quatre amis rirent en évoquant ce souvenir. Même James reconnaissait qu’il avait eu des réactions extrêmes quand il s’était rendu-compte qu’il était amoureux de Lily.

 

« Et puis, au moins, je t’ai fait la liste de tous les trucs à ne pas faire, ajouta James.

-Mais ça ne me met pas en confiance… soupira Frank.

-Il faudrait que tu aies confiance en toi, s’impatienta Sirius, tu ne fais que parler d’Alice donc ça ne devrait pas être compliqué d’agir. »

 

Frank secoua la tête. Il se demandait vraiment comment il avait pu atterrir à Gryffondor, il était loin d’avoir le courage de ses meilleurs amis.

 

« Bref, changea-t-il de sujet, quelqu’un a fini son devoir de potion ? Je n’ai pas eu le temps de m’y mettre.

-Sérieusement, mais il est à rendre à la fin de la semaine ! s’inquiéta Rémus.

-Surtout qu’il y a la pleine lune cette semaine, rappela Sirius.

-Justement si vous me filez un coup de main, je pourrais faire la nuit avec vous et rendre correctement mon devoir.

-Je te filerai le mien, Goup, s’engagea James.

-Merci, comme ça, j’aurais aussi le temps de me promener par « inadvertance » devant le lac lundi, Alice y est souvent entre ses cours de Runes et de Divination. »

 

Sirius soupira. Son ami était encore plus atteint que James quand il était tombé amoureux de Lily. Frank ne parlait que d’Alice et ramenait tous les sujets à elle. C’était fatigant pour tout le groupe mais aussi inquiétant parce que tous les mois, Frank accompagnait Rémus dans ses transformations. A l’instar de James et Sirius, il avait décidé de se transformer dès qu’il avait appris la condition de Rémus. Grâce aux enseignements des deux autres, il était parvenu à se transformer en renard en seulement un an. Depuis ce jour-là, les Maraudeurs se soutenaient à chaque pleine lune, mais il était nécessaire d’être complètement concentré.

Frank avait le droit d’être intéressé par Alice, c’était même plutôt une bonne nouvelle car il était évident que la jeune fille partageait ses sentiments, mais Frank ne le réalisait pas alors, au lieu de vivre avec elle l’histoire qui les attendait, il se faisait du mal en la regardant sans oser l’approcher.

Sirius devait agir. Il chercha ses amis du regard pour voir s’ils partageaient ses idées mais James avait déjà suffisamment à penser en s’éloignant de Lily pour lui donner de l’air et Rémus prendrait mal le rappel du danger que courraient les Maraudeurs à chaque pleine lune.

Ensuite il pensa aux amies d’Alice, elles seraient peut-être volontaires pour aider leur amie. Lily ne voudrait sûrement pas influer sur leur histoire, elle était bien trop raisonnable pour cela. Dora quant à elle serait tout simplement incapable de tenir sa langue. Sirius soupira, il ne lui restait qu’une seule option et ce n’était pas celle qu’il préférait. Mais Sirius savait que Frank avait besoin d’aide et tant pis si cela se traduisait par une collaboration entre lui et Ambre Dollaty.

Il se leva donc pour s’éloigner de ses amis, au moment même où il aperçut Ambre qui arrivait dans la Salle Commune. Ses cheveux blonds étaient plaqués contre sa tête après la douche qu’elle venait de prendre.

Jordan Baker se leva pour aller vers sa petite amie. Sirius grimaça en les voyant s’embrasser mais ne leur laissa pas le temps de parler.

 

« Ambre, il faut qu’on parle ! »

 

Ambre se tourna vers Sirius, étonnée d’être interpelée par celui qui ne faisait généralement que la critiquer publiquement.

 

« Ah bon ? première nouvelle ! s’exclama-t-elle. »

 

Elle n’alla pas plus loin dans la discussion et préféra retrouver les bras chaleureux de Jordan. Elle ne pourrait peut-être pas rompre avec lui directement après cela mais au moins il lui permettait d’éviter Sirius.

 

« Eh bien, tu ne veux pas entendre la nouvelle ? provoqua-t-il.

-Non, sans façons, rétorqua-t-elle sans quitter Jordan des yeux. »

 

Le pauvre sixième année se sentait soudainement pris à parti entre sa petite amie et Sirius qu’il fallait ne pas se mettre à dos pour éviter les représailles.

 

« Mais comme il faut que je te parle, je vais rester avec vous. »

 

Malgré le respect que Sirius Black inspirait aux autres élèves de Gryffondor, Jordan ne put s’empêcher de lui lancer un regard noir. Il n’était pas avec Ambre depuis longtemps et avait envie de passer du temps seul avec elle. C’était suffisamment rare de la voir sans Dora, Lily et Alice pour ne pas se faire prendre ses moments par Sirius.

Ambre soupira, prit le bras de Jordan et tenta de bouger vers la porte mais Sirius se plaça immédiatement devant elle, l’empêchant d’avancer.

 

« C’est mature ça ! reprocha Ambre.

-Tu me connais, répliqua Sirius, je suis un exemple de maturité. »

 

Il plongea des yeux malicieux dans ceux d’Ambre et ne put s’empêcher un sourire de victoire quand cette dernière intima Jordan de les laisser tous les deux quelques instants. Il retourna donc vers un canapé, tentant d’ignorant le regard défiant et satisfait de Sirius.

 

« Bon, de quoi veux-tu parler ? 

-De ta copine !

-Laquelle, souffla-t-elle. »

 

Elle avait un regard méfiant, Sirius qui parlait d’une fille c’était rarement bon signe.

 

« Alice !

-Oh, n’y pense même pas ! protesta Ambre, tout en essayant de garder la voix basse pour ne pas inciter les autres à les écouter.

-Oh, je n’y pense pas du tout moi, mais mon pote y pense un peu trop. »

 

Ambre leva un sourcil, faisant mine d’en demander plus, mais elle avait clairement compris de qui il voulait parler.

 

« Frank ne fait que parler d’elle ! avoua-t-elle.

-Il doit être ravi que tu m’en parles, sourit-t-elle en se disant qu’il fallait vraiment qu’elle motive Alice à se livrer à lui.

-Il ne le sait pas ! Mais il est tellement timide qu’il n’abordera jamais Alice, souffla Sirius.

-Alice est un peu dans la même humeur, admit Ambre, que proposes-tu ?

-Je n’y ai pas réfléchi, avoua-t-il en se passant une main gênée dans ses cheveux. »

 

Il laissait ainsi place à un léger regard d’excuse à la place de la malice qui l’habitait usuellement. Ambre trouva cela touchant pendant un très court instant.

 

« Je te reconnais bien là, parler sans réfléchir, se plaignit-elle.

-Premièrement, je n’ai pas agi encore puisque je viens simplement te parler, rétorqua-t-il. Deuxièmement, il ne sert parfois à rien de réfléchir parce que c’est exactement ce que font Alice et Frank et tu vois par toi-même que ça ne sert à rien ! »

 

Le regard malicieux était revenu sur le visage du jeune homme. Il savait qu’il avançait des arguments irréfutables et le regard passablement énervé d’Ambre le satisfaisait au plus haut point.

Ambre inspira profondément, tentant de maîtriser le rouge qui menaçait de colorer ses joues et ses oreilles. Elle savait qu’une réaction ostentatoire serait une aubaine pour Sirius qui en profiterait pour lui lancer à nouveau son regard fier et mystérieux.

 

« Si tu n’as rien prévu, tu peux disposer, j’y réfléchirai… »

 

Elle tourna les talons et se dirigea immédiatement vers son petit ami. Il ne se fit pas prier pour la prendre dans ses bras tandis qu’elle riait à gorge déployée à chacune de ses remarques.

End Notes:

Et voilà, qu'en avez-vous pensé ? Je serai vraiment curieuse d'avoir votre avis sur ce début d'histoire, je compte la terminer avant de reprendre l'Union des Descendants (rassurez-vous, elle sera plus courte ^^)

Merci d'avance de vos retours,

A bientôt pour un nouveau chapitre !

2 / Défis et excuses by Jane_25

« Encore ce mage noir ? s'enquit Lily en constatant l'air sérieux que Rémus arborait face à la gazette. »


 


Si elle avait suivi Ambre dans son incompréhensible choix de s'assoir aux côtés de se Maraudeurs, elle ne comptait pas faire plus d'effort en discutant avec Sirius ou James. Ces deux abrutis ne méritaient pas son intérêt, malgré toute l'attirance que le capitaine de quidditch pouvait générer en elle.


 


« Oui, c'est vraiment effroyable, ce qu'il fait, souffla Rémus. »


 


Il releva les yeux vers ses amis et les fixa avec un regard inquiet.


 


« Heureusement que nous sommes bien au chaud à Poudlard, rassura Ambre.


-C'est vrai qu'ici, nous ne risquons rien, renchérit Sirius. »


 


L'accord entre les deux ennemis de Gryffondor étonna leurs amis. Ambre et Sirius avaient passé tellement de temps à ne se parler que pour se provoquer qu'un échange si cordial, aboutissant sur un accord, ne pouvait être que surprenant.


 


« Calmez-vous, s'amusa Sirius, Ambre a juste dit quelque chose d'évident, ce n'est même pas intéressant d'être d'accord avec elle. »


 


Ils rirent tous plus ou moins ostensiblement à cette remarque, à l'exception d'Ambre qui fusilla Sirius de regard.


 


« Je me mets à ton niveau, rétorqua-t-elle, être aussi diminué intellectuellement impose à l'entourage une adaptation constante pour être compris. »


 


A nouveau, les Maraudeurs, Lily, Dora et Alice explosèrent de rire.


 


« Donc tu te considères dans mon entourage ? insinua-t-il, ou tu rêves juste de te rapprocher de moi.


-Jamais de la vie, protesta Ambre, je ne pourrais jamais vouloir de toi !


-Personne n'a jamais résisté à Sirius, rappela Frank. »


 


S'il se voulait discret en chuchotant à Alice, cette dernière sursauta au contact de son souffle et se fit remarquer par tout le groupe.


 


« Tu as dit quoi ? demanda Ambre.


-Euh juste que personne n'avait résisté à Sirius, balbutia-t-il. »


 


Alice s'excusa du regard mais Frank ne lui tint pas rigueur. Bien au contraire il adressa un clin d'œil qui menaça de faire fondre la jeune fille.


 


« Et personne n'a jamais résisté à Ambre, ajouta Dora. »


 


Le silence qui suivit fut l'occasion de constater les lueurs de défi sans les yeux de Sirius et Ambre.


 


« Il me semble qu'il y a un défi à lancer, profita James pour ajouter du piment dans leur échange.


-Un pari ? Renchérit Rémus en digne Maraudeur.


-Le premier qui craque a perdu ! conclut Frank, et devra admettre publiquement le charisme de l'autre.


-Oh, j'imagine déjà la scène, rit Dora. »


 


Ambre et Sirius continuaient de se fixer. Ils ne pouvaient plus reculer. L'adversité dont ils faisaient preuve les empêchaient de constater que le rapprochement entre leurs deux groupes d'amis fonctionnait bien au-delà de leurs espérances. Entre Lily qui acceptait presque sans broncher la présence de James, Dora qui renforçait les idées des Maraudeurs et Alice qui prenait chaque remarque de Frank comme une déclaration, on pouvait déjà voir les prémices d'un groupe d'amis qui se formait doucement.


 


« Mais… et Jordan ? Se souvint subitement Frank. »


 


Ambre aurait bien saisi l'occasion pour se débarrasser de ce pari stupide qu'elle était certaine de remporter, mais qu'elle ne voulait pas faire valoir face à l'élève qu'elle aimait le moins de toute sa maison, mais Alice, trop heureuse de répondre à Frank, ne lui laissa pas le choix.


 


« Oh, ce n'est pas grave, assura-t-elle, ils ont rompu hier soir. Ambre est libre comme l'air.


-Cela ne va pas durer ! Ironisa Sirius.


-Eh bien, si je suis séduite par quelqu'un d'autre, c'est que tu n'es pas aussi irrésistible que tu le prétends… »


 


Sirius soupira.


 


« Tu as tort, je le sais déjà, et je vais le prouver.


-On verra bien… »


 


Les deux élèves continuaient de se fixer avec une intensité dont eux seuls pouvaient faire preuve tandis que James et Dora pariaient déjà sur l'issue de ce match. Même Lily esquissa un sourire face à la fierté dont Ambre et Sirius faisaient preuve.


 


« Vous êtes vraiment bornés, se permit-elle de commenter.


-Tu es pas mal dans ton genre, rétorqua Sirius.


-Certes, mais je ne serai jamais capable de faire ce genre de pari. »


 


Rien qu'à la pensée de Lily séduisant allègrement le moindre élève, James se sentit trembler. Il avait certes accepté d'être plus calme cette année et de ne pas harceler Lily avec ses avances, mais il n'en restait pas moins amoureux et l'idée qu'un autre obtienne d'elle ce que lui n'avait jamais pu avoir autrement que par le rêver lui était insupportable.


 


« C'est sûr que toi c'est plutôt l'inverse qui te caractérise, taquina Dora.


-Disons que je n'ai pas besoin d'un homme pour m'épanouir, corrigea Lily.


-Aucune de nous n'en a besoin, approuva Dora.


-C'est juste agréable de temps en temps, reconnut Ambre en riant. »


 


Les Maraudeurs écoutaient les filles parler librement, étonnés de la franchise qu'elle témoignait à leur égard. La discussion à laquelle participaient également les garçons les mena jusqu'à la fin de leur repas.


Ils se dirigèrent ensemble vers leur cours de potion.


 


James marchait à l'arrière du groupe, calmement. Il ne savait pas comment se comporter avec Lily si près de lui. Il sentait qu'elle attendait sa réaction pour agir librement, mais ne voulait pas lui faire plus peur qu'il ne le faisait déjà. Rongé de culpabilité à cause de la haine qu'il lui avait fait ressentir à son égard, James décida de prendre son courage à deux mains.


 


« Lily, appela-t-il discrètement alors qu'elle tournait la tête vers lui, je peux te parler. »


 


Dans un premier temps, Lily s'en voulut d'avoir tourné la tête pour vérifier qu'il les suivait, mais elle n'avait pu se retenir, elle avait eu besoin d'être fixée car la possibilité de son regard derrière elle l'obnubilait au point qu'elle ne parvenait pas à se concentrer sur autre chose. Mais la voix douce qu'avait utilisé James et son regard fuyant qui lui laissait le choix quant à sa réponse attendrirent Lily. La jeune femme laissa le reste du groupe partir et James arriver à sa hauteur.


 


« Oui, l'encouragea-t-elle. »


 


Elle savait que ce n'était pas une bonne idée d'être ainsi près de lui. Certes, les autres n'étaient que quelques mètres devant eux mais elle n'avait jamais été seule avec lui dans ce contexte. L'attirance qu'elle ressentait pour lui rendait cette situation hautement risquée, que ce soit pour elle car elle se sentait extrêmement vulnérable à ses côtés, ou pour lui qui avait malheureusement la fâcheuse tendance à agir bêtement quand il était en sa présence.


 


« Euh… je voulais te dire que j'étais désolé ! déclara-t-il.


-Désolé ? s'étonna-t-elle.


-Oui, cela fait quelques années que j'agis comme un gamin avec toi.


-Oh. »


 


Lily était stupéfaite. James avait raison. Elle ne comptait plus les fois où son comportement avait été puéril ou immature, mais le reconnaître aussi directement ne faisait pas partie des habitudes du fier capitaine de quidditch.


 


« Je n'ai pas été correct avec toi, tu méritais que je te laisse tranquille, continua-t-il. Je ne sais pas trop ce qui m'est passé par la tête, mais j'ai clairement été insensible à l'impact que ça pouvait avoir sur toi. »


 


Ses aveux étaient abrupts mais ses yeux faisaient ressortir toute la sincérité. Son habituelle lueur de malice dans le regard avait été substituée par une expression coupable et profondément désolée.


 


« Voilà, donc je voulais te présenter mes excuses pour ça, reprit-t-il, je ne sais pas si tu as remarqué, mais j'essaie de ne plus t'importuner depuis le début de l'année, je me dis que j'ai suffisamment gâché tes années à Poudlard donc je te laisse profiter de celle-là. »


 


Ils s'étaient maintenant arrêtés, Lily avait plongé son regard dans ses yeux noisette. Elle sentit son cœur se comprimer à l'idée de le rendre malheureux ou de le faire culpabiliser. Elle savait qu'elle pensait sous le coup de l'émotion qu'il faisait naître en elle et que les prochains jours seraient l'occasion de prendre du recul sur cette déclaration, mais elle ne pouvait s'empêcher de s'en vouloir de le mettre dans un tel état. Pourtant, elle était soulagée que l'éloignement récent de James soit dû à sa prise de recul et à un gain de maturité plutôt qu'à une quelconque lassitude ou un désintérêt.


 


« Euh… Merci, souffla-t-elle.


-Je suis vraiment désolé, répéta-t-il, je n'avais pas le droit de te faire ça et le fait que j'avais des sentiments pour toi ne t'obligeait pas à en avoir, d'une part, et, d'autre part, ne me donnait pas le droit de te faire autant de mal… Je ne te demande pas de me pardonner, si tu n’es pas prête à le faire, mais je voulais juste que tu sois plus sereine car je ne me permettrais plus de te parler comme j'ai pu le faire auparavant… »


 


Si cette phrase de James se voulait rassurante, elle eut l'effet inverse pour Lily. Non seulement, il évoquait clairement le fait que ses sentiments étaient passés, mais il annonçait également qu'il ne lui témoignerait plus l'intérêt qu'elle avait reçu, certes malgré elle, avec satisfaction ces dernières années.


 


« Je te pardonne, coupa-t-elle. »


 


Cette interruption était pour Lily un moyen de rassurer James qui s'empêtrait dans un monologue qu'il ne maîtrisait plus et de couper court à ses arguments qui, malgré leurs bienfondés, la blessaient légèrement. James sourit, malgré des propos secs et directs, il n’avait jamais ressenti autant de joie quand elle lui parlait.


 


« Je suis soulagé, d'autant que j'ai l'impression que Sirius et Ambre ont décidé de nous impacter directement avec leur défi.


-Il n'y a qu'eux pour se lancer des challenges comme ça, ajouta Lily, trop heureuse de pouvoir changer de sujet.


-Mais ça va leur faire du bien à l'un et à l'autre de se voir opposer un peu de résistance. C'est sûr qu'ils n'ont pas l'habitude. »


 


Lily acquiesça, se rappelant que la seule fois qu'un garçon avaient refusé les avances d'Ambre, il avait cédé en moins d'une heure. C'était un objectif qui grisait la jeune fille.


Quand ils arrivèrent aux cachots, la porte de la salle de potion était déjà ouverte. Lily fut soulagée de rentrer directement pour aller s'installer aux côtés de son binôme sans avoir à répondre aux regards interrogateurs de Dora ou à supporter les allusions de Sirius. James, en revanche, eut moins de chance en se rendant vers son meilleur ami.


 


« Alors, tu te permets de parler à Lily… nota-t-il, et elle ne ressort pas énervée comme à chaque fois que tu lui demandes de sortir avec elle.


-C'est parce que je ne lui ai pas demandé de sortir avec elle, expliqua-t-il en haussant les épaules. »


 


Sirius écarquilla les yeux, ignorant totalement les instructions de Slughorn sur la potion du jour.


 


« Quoi ? Mais tu as dû lui parler cinq ou dix minutes, jamais tu n'avais tenu aussi longtemps sans lui demander.


-Très drôle, souffla James.


-Sérieusement, il faudrait que je vérifie avec Rémus, mais tu as sûrement battu ton record, Cornedrue!


-De toutes façons, je lui ai dit que j'arrêtais de lui demander de sortir avec moi.


-Quoi ! s'exclama-t-il. »


 


A nouveau, il ignora le regard de Slughorn qui lui reprochait son indiscrétion mais James lui lança un regard menaçant au moment où tous leurs camarades se tournaient vers eux.


 


« Désolé, chuchota-t-il, mais c'est une première, je ne pensais pas que tu serais capable de lui annoncer cela.


-J'avais besoin de m'excuser pour tout ce que je lui ai fait.


-C'est que tu deviens de plus en plus mature, rit Sirius.


-C'est sûr que ce n'est pas toi qui fais preuve de maturité, répliqua James. »


 


Sirius tapa gentiment son meilleur ami avant de se concentrer sur la potion. James lui, laissait son regard voler vers Lily, elle avait la tête penchée sur sa potion et tournait minutieusement la spatule dans son chaudron. Ses cheveux étaient relevés dans un chignon lâche qui laissait apparaître sa nuque délicate.


 


« Oh, tu rêves là, fais attention parce que comme Lily est la meilleure de la classe en potion, elle va vite réaliser que tu la fixes quand elle aura fini sa potion bien avant tout le monde.


-C'est ça, les potions, c'est ça qu'il faudrait que je lui offre pour son anniversaire. Quelque chose en rapport avec sa passion, décida James.


-Mais tu ne vas pas lui offrir un cadeau pour son anniversaire… Elle le refuse tous les ans, soupira Sirius.


-Ce sera anonyme, je veux simplement lui faire plaisir, et pas sûre que ses parents moldus lui donnent accès à toutes les opportunités que les potions sorcières donnent. »


 


Sirius acquiesça, comprenant que son ami avait développé pour Lily un amour inconditionnel et qu'il ne pourrait lutter contre.


 


« Bon, faut juste que je trouve avant la semaine prochaine, se concentra James.


-La semaine prochaine ! répéta Sirius.


-Oui, ce sera son anniversaire…


-Oh ! Il faut absolument fêter ça. »


 


Sirius se dépêcha de terminer sa potion. Il fallait qu'il parle avec Ambre pour évoquer avec elle l'idée qui germait en lui de faire de cet anniversaire un évènement détendu qui permettrait sûrement à Frank et Alice de se laisser aller.

End Notes:

Voilà pour ce chapitre. Qu'en pensez-vous ?


Ambre et Sirius trouvent vraiment n'importe quelle occasion pour s'affronter.


Alice est vraiment sous le charme de Frank, il faudrait juste qu'il le réalise.


James qui s'excuse auprès de Lily, il est si chou, non?


N'hésitez pas à me laisser votre avis,


A bientôt pour un nouveau chapitre,


Jane

3 / Quatre nymphes et quatre amies by Jane_25
Author's Notes:

Bonjour cher lecteur,

Merci beaucoup de me lire, je te mets un nouveau chapitre qui, j'espère, te plaira.

Bonne lecture

Alors que l’approche du couvre-feu ramenait les élèves dans leurs salles communes, quatre élèves de septième année prenaient un chemin bien différent de la salle commune de Gryffondor. Lily, Ambre, Alice et Dora tentaient de se faire discrète en se rendant vers le sixième étage. A cette heure-ci, plus aucun élève ne s’aventurait dans cette partie du château, à l’exception peut-être des quelques rêveurs qui bravaient les interdits pour contempler les étoiles depuis la tour d’Astronomie.

Mais les quatre filles n’allaient pas dans cette direction. Enfin leur destination se trouvait simplement dans un couloir, peu éloigné de la tour. C’était d’ailleurs leur présence dans la tour d’astronomie en avril de leur deuxième année qui avait été le tournant de leur scolarité.

Ce jour-là, plus de quatre ans après avoir été frappée par les Eléments pour les incarner, les quatre filles se rendaient dans leur repère.

Une porte apparut dès que Dora, plus rapide que ses amies, fit face à ce grand mur vide. Rapidement, les pierres grises laissèrent place à des pans de bois mis en valeur par de délicates reliures en fer qui évoluaient le long des battants formant tour à tour une goutte d’eau, un souffle d’air, une flamme et un arbre.

 

« Ça fait un bout de temps qu’on n’est pas venue toutes les quatre, souffla Lily en contemplant les lettres se former sur le montant de la porte. »

 

Dans le silence du couloir déserté de Poudlard, l’inscription apparaissait, toujours accompagnée d’un souffle mystérieux.

 

Salle des Quatre Eléments, entrez-y dignes représentants

 

Comme à son habitude, Alice frissonna. Elle était pourtant accoutumée à se trouver face à l’imposante porte d’entrée sur cette salle. Mais c’était à chaque fois un moment particulier de pénétrer à nouveau dans l’antre qui avait changé leurs vies.

 

oO0°0Oo Flash-back oO0°0Oo

 

25 avril 1973

 

« Je ne sais pas si c’est vraiment raisonnable, chuchota Lily en suivant ses amies.

-Mais si, tu as toi-même dit que la vue était magnifique, insista Dora.

-Oui, reconnut Lily, mais j’y suis allée une fois par curiosité et j’étais seule, il ne faut pas que nous nous fassions prendre.

-Nous ne faisons rien de mal, relativisa Ambre.

-Mais nous sommes en dehors de notre salle commune après le couvre-feu, ça c’est mal, objectiva Alice. »

 

Dora soupira, elle accéléra le pas, profitant des escaliers qui semblaient plus conciliants qu’à l’accoutumée pour courir vers la tour d’astronomie.

 

« De toutes façons, on ne l’arrêtera pas, comprit Lily, autant la suivre et, surtout, ne pas se faire prendre par Rusard ou les préfets.

-Tu peux te permettre de faire perdre quelques points à Gryffondor, personne ne t’en voudra, sourit Alice.

-Mais je n’en ai pas envie, je dois rattraper les pertes causées par James, Rémus et Sirius.

-Oh, tu exagères, je ne comprends pas pourquoi tu ne les aimes pas, souffla Alice.

-Ils se prennent pour les rois de Gryffondor alors qu’ils ne sont qu’en deuxième année… enfin Rémus ça va, parce qu’il est vraiment intelligent, mais James, ce n’est pas possible, il est arrogant et se permet n’importe quoi.

-Tu ne dis pas ça parce qu’il essaye de t’impressionner de temps en temps ? s’enquit Ambre en arquant un sourcil.

-Absolument pas, s’énerva Lily, je ne vois pas où tu vas chercher ça. »

 

Alice adressa un clin d’œil à Ambre, mais ne relança pas Lily qui semblait suffisamment irascible pour ne pas en rajouter.

 

« En tout cas, il fait vraiment un mauvais temps pour un mois d’avril, la tempête sera impressionnante depuis la tour d’astronomie, s’enthousiasma Dora quand ses amis l’eurent rejoint sur le palier du sixième étage. »

 

En effet, le vent traversait les couloirs, parfois chargé des gouttes d’eau de pluie. Les quatre filles de deuxième année marchaient aussi rapidement qu’elles le pouvaient vers la tour d’astronomie. Pourtant Dora s’arrêta soudainement.

 

« Les filles, regardez ! »

 

Les quatre amies se tournèrent vers un couloir sombre. L’obscurité habitait cette allée qu’elles n’avaient sans doute jamais empruntée. Pourtant c’était comme si une lueur invisible les appelait.

 

« Que se passe-t-il ? s’inquiéta Lily. »

 

Curieusement, alors que le vent soufflait un air glacial et que la pluie parvenait à arriver sur son visage en petites gouttes éparses et drues, elle sentait une vague de chaleur l’envahir et la lueur se transformait en flamme qui l’attirait comme un aimant.

Sans prononcer le moindre mot, elles se tinrent par la main et avancèrent vers cette lueur qui grossissait à mesure qu’elles s’en approchèrent. Il n’était plus question de s’interroger, de douter ou de revenir en arrière. Elles n’avaient même pas besoin de communiquer pour savoir que chacune expérimentait une sensation particulière à la fois propre et partagée avec les trois autres.

Soudainement, la lueur les engloba dans un halo de lumière tellement puissant qu’elles perdirent connaissance.

 

oO0°0Oo Fin du Flash-Back oO0°0Oo

 

Alice enclencha la poignée et poussa lourdement la porte. Elle fut suivie par ses trois amies. Le courant d’air occasionné par l’ouverture de la porte, fit voler un parchemin posé sur une commode.

 

« Mon devoir de sortilège ! s’exclama Lily. »

 

Ses amies rirent mais l’aidèrent à rassembler ses notes.

 

« Tu viens vraiment ici pour travailler ? s’étonna Dora.

-Je te l’ai déjà dit, souffla Lily, mais tu ne me croyais pas.

-Je pouvais concevoir que tu viennes pour les potions, après tout, la salle des Quatre Eléments a un laboratoire de potion donc tu as raison d’en profiter mais les autres devoirs, ce n’est vraiment pas nécessaire.

-Surtout qu’on n’a pas de devoirs de sortilèges à rendre en ce moment, renchérit Ambre.

-Ce n’est pas un devoir général, c’est juste moi qui ai proposé à Flitwick d’échanger sur mes lectures et de lire l’essai que j’écris actuellement.

-Ben voyons ! s’amusa Alice.

-Vous ne pouvez pas comprendre, souffla Lily.

-ça c’est sûr ! s’exclama Ambre en ouvrant la porte qui menait vers la cour intérieure de la salle des Quatre Eléments. »

 

Un nouveau courant d’air remplit la salle avant de laisse place à la chaleur confortable qu’insufflaient huit nymphes qui se dirigeaient vers les filles.

 

« Oh, on aurait cru que vous nous aviez oublié ! se plaignit l’une d’elle.

-Vous savez que nous allons partir l’année prochaine, rappela Dora.

-Mais vous reviendrez, s’enthousiasma une nymphe bleu translucide qui voletait autour d’Alice, accompagnée de sa paire.

-Et vos enfants aussi, ce ne sera pas comme vos prédécesseurs qui n’ont pas mentionné la salle à leurs descendants si bien qu’on a vu personne ici pendant des siècles. »

 

Les quatre filles acquiescèrent. Elles savaient que la fin de leur septième année marquerait l’éloignement entre elles et leurs nymphes.

Depuis qu’elles avaient découvert la salle des Quatre Eléments, chacune d’elle avait apprivoisé son élément à l’aide des deux nymphes associées, deux êtres absolument purs qui étaient l’incarnation animée de la magie de l’élément.

Avec le temps, elles étaient devenues des confidentes des quatre filles et les voyaient grandir avec autant de fierté que d’appréhension quant à leurs départs.

 

« On verra pour les enfants, rit Dora, il faudrait d’abord trouver des pères pour ces enfants.

-Oh, que s’est-il passé ? s’intéressa une des nymphes vertes.

-Rien de plus que d’habitude, soupira Alice, les yeux dans le vague.

-As-tu échangé avec l’élu de ton cœur ? demanda une nymphe bleue

-Si tu veux savoir s’ils ont parlé, oui, répondit Ambre, mais il faudrait qu’Alice arrête de se tendre à chaque fois qu’il s’approche d’elle parce que sinon il n’osera rien.

-Mais tu ne sais même pas s’il veut oser quelque chose, rétorqua Alice. »

 

Ses trois amies se regardèrent du coin de l’œil. Les quelques jours qu’ils avaient passé auprès des Maraudeurs avaient été peu communs mais avaient clairement montré que l’attrait d’Alice envers Frank était réciproque.

 

« Je pense qu’il est vraiment intéressé par toi, assura Dora.

-Je le pense aussi, ajouta Lily. »

 

Ambre acquiesça mais ne dit rien, elle avait plus d’information que ses amies et ne voulait pas qu’Alice sache qu’elle avait mis le nez dans ses affaires, même si techniquement c’était plus Sirius qui avait initié leurs discussions à ce sujet.

 

« Vous avez l’air bien sûre de vous, constata Alice, on a déjeuné une fois à leur table et depuis vous les connaissez par cœur ?

-Vous avez déjeuné avec des garçons ! s’exclamèrent les nymphes.

-Oui, avoua Ambre, mais je vous rappelle que les dernières élèves étaient d’une autre époque. Aujourd’hui c’est totalement normal de discuter avec des garçons.

-Mais pas avec les Maraudeurs, nota Dora.

-Moi j’ai plutôt apprécié, admit Alice.

-Toi ça ne m’étonne pas, mais je reconnais que je n’ai pas compris pourquoi tu t’asseyais à leurs côtés Ambre, s’étonna Lily.

-Je ne sais pas vraiment, je me suis dit qu’Alice aurait plus de facilités à se détendre si on était avec elle.

-C’est sûr que si tu avais su quel défi ça occasionnerait avec Sirius, tu te serais sûrement retenu !

-Je sais que je vais gagner de toutes façons, répliqua la blonde d’un ton assuré. »

 

Ses amies s’amusèrent de son assurance qui ressemblait étrangement à celle de Sirius.

 

« Tu as parlé à Sirius Black, mais tu n’arrêtes pas de le critiquer ? s’enquit une nymphe.

-Oui, mais elle s’est assise face à lui à déjeuner, expliqua Dora.

-Et vous m’avez suivie sans rien dire, se souvint Ambre.

-Oui, mais je ne voulais pas blesser Frank ou Rémus, justifia Dora, et puis ce n’est pas un scoop que Lily n’aime pas trop passer de temps près de James.

-Tu as déjeuné avec James ? s’étonnèrent les nymphes.

-Pas vraiment, éluda Lily, nous étions certes tous ensemble mais nous étions aux deux extrémités du groupe, j’ai uniquement discuté avec Rémus et je parle souvent avec Rémus. »

 

Même la pénombre engendrée par la nuit tombée ne permettait pas à Lily de cacher ses joues rosies par l’allusion.

 

« Oui, c’est ça, ironisa Dora, même toi tu ne te crois pas quand tu dis cela.

-Surtout que nous t’avons toutes vue. Tu étais en train de lui parler pendant tout le trajet pour aller aux cachots.

-Je l’ai surtout écouté, pour tout vous dire.

-Ecouté ? s’étonna Alice, mais il ne t’a pas demandé de sortir avec lui justement.

-Non, pas du tout. »

 

A présent assise sur un des quatre majestueux canapés de la salle, Lily fixait intensément le feu face à elle. Elle n’avait cessé de repenser aux excuses de James à ce qu’elles avaient fait résonner en elle et à ce qu’elle visualisait comme leurs échanges dans le futur.

 

« Pas du tout, mais normalement il est incapable de te parler sans te déclarer sa flamme, insista Ambre.

-Bah visiblement il a changé, dit Lily en haussant les épaules.

-C’est un gros changement, commenta Dora, mais que t’a-t-il dit ?

-Il s’est juste excusé, annonça Lily.

-Excusé ? s’enquit Alice, pourquoi ?

-Pour tout ce qu’il m’a fait subir avec ses déclarations intempestives et son comportement immature depuis des années. »

 

Ambre, Dora et Alice fixaient Lily avec les yeux écarquillés. Ce n’était pas dans l’habitude de James de reconnaître ses torts et encore moins de regretter les tentatives qu’il avait eues envers Lily.

 

« Il t’a vraiment dit ça comme ça ?

-Non mais c’était l’idée, il a dit qu’il n’avait aucun droit de faire ça et qu’il comptait me laisser tranquille.

-C’est incroyable, souffla Dora.

-C’est plutôt positif, non ? précisa Alice, je veux dire, il montre clairement qu’il est plus mature.

-C’est vrai que j’ai été assez étonnée, reconnut Lily, mais je l’ai laissé faire. Je ne sais même pas s’il va tenir cet engagement.

-Tu doutes ? demanda Dora.

-Curieusement, pas tellement, avoua Lily, j’ai eu l’impression qu’il était sincère.

-Et, en plus, il ne te harcèle plus depuis quelques mois, nota Alice.

-C’est vrai, mais c’est bizarre de le voir ainsi, il est tellement différent. Au moins avant, c’était facile de le détester…

-Tu n’es pas obligé de le détester, intervint Dora, je n’ai jamais approuvé ses méthodes pour se faire remarquer auprès de toi, mais j’aime bien James, il est rigolo et s’amuse facilement.

-On raconte qu’il a recueilli Sirius chez lui car ce dernier a fui ses parents, ajouta Alice.

-Et l’équipe de quidditch l’adore, conclut Ambre qui était elle-même membre de cette équipe de quidditch.

-Je verrai bien comment il agit, je ne peux pas m’empêcher de me méfier… »

 

« Et de ne pas trop espérer, pour ne pas être déçue » pensa Lily pour elle.

 

« Il faudrait que vous preniez le temps de vous connaitre dans des conditions normales, vous pourriez être amis, suggéra Dora.

-A ce point ? il ne faut pas aller trop loin.

-Si, renchérit Alice, je suis sûre que si vous vous laissez aller vous pourriez vous apprécier. Pour le reste, je n’en sais rien. »

 

Alice savait que la tension entre ses amies et les Maraudeurs venait principalement de Lily. Si Ambre et Sirius se vouaient une guerre de fierté, ils ne s’opposaient pas à passer du temps ensemble. Il n’y avait que Lily qui fuyait James et évitait toutes confrontations.

 

« J’ai une idée, on pourrait inviter les Maraudeurs à la soirée qu’on fait pour ton anniversaire, Lily ! »

 

Alice, Dora et Lily se tournèrent vers Ambre avec stupéfaction. Cette dernière tentait de garder le masque innocent et ne pas dévoiler qu’elle tenait justement cette idée de Sirius qui voyait là une belle occasion de passer du temps détendu pour décrisper Alice et Frank.

 

« Mais on ne peut pas les inviter ici ?

-Non, mais tu peux faire ça dans l’appartement des préfets en chef, tu le laisses à ton homologue toutes les nuits et il y ramène n’importe qui, ça peut être une occasion pour lui rappeler que tu as aussi le droit de l’utiliser, proposa Ambre.

-On dirait presque que tu as réfléchi, se méfia Lily.

-Ambre, réfléchir à l’avance ! reprit Dora, c’est sûrement parce qu’elle voit l’occasion de faire une soirée.

-Ou d’énerver Sirius, ajouta Alice.

-Ou les deux ! compléta Lily. »

 

Les quatre amies éclatèrent de rire avant de reprendre leur discussion. Elles passèrent une bonne partie de la nuit à discuter, profitant de ce moment pour se détendre. Elles étaient initialement venues pour prendre l’air, mais le confort de la salle et de l’échange entre meilleures amies avait rendu leur soirée plus simple mais plus agréable encore. Les nymphes ponctuaient leurs conversations de leurs commentaires curieux et passionnés avant de les laisser rentrer dans leur dortoir, c’était plus sûr que de rester dormir dans la salle.

End Notes:

Et voilà, qu'en pensez-vous?

On en apprend plus sur les circonstances qui ont menées les filles vers leur destin en lien avec les Eléments. J'ai juste une question pour vous : vous voulez en apprendre plus sur l'origine de l'incarnation des éléments (genre des historiques plus complets, ou d'autres flash backs sur la découverte des filles) ou vous préférez que je me concentre sur l'histoire en cours et la septième année des filles et des Maraudeurs ?

Merci de votre retour, il me permettrait d'adapter mes chapitres!

4 / Dix-huit ans by Jane_25
Author's Notes:

Bonjour cher lecteur,

 

Voici un nouveau chapitre, j'espère qu'il te plaira !

Dix-huit ans ! Lily s’était réveillée, ce 30 janvier 1978, avec un sentiment étrange. Pendant les dix premières années de sa vie, elle avait pensé que le jour de ses dix-huit ans serait le plus important de sa vie, qu’elle le fêterait avec ses parents, fiers de leur petite dernière, et de sa grande sœur, qui l’accueillerait avec joie dans le monde des adultes. Pourtant, il n’était rien de tout cela, la majorité moldue importaient peu les sorciers qui voyaient en cette date un anniversaire comme il y en avait tant dans une vie.

Pourtant, la journée de Lily avait commencé par la réception d’un paquet dans sa chambre. Aucun nom n’avait été associé au cadeau qu’elle avait déballé, intriguée. Elle fut surprise de recevoir un livre dont les reliures dorées témoignaient de sa rareté et son ancienneté. L’ouvrage était intitulé : Essais sur les Associations des Potions Oubliées et des Magies Ancestrales. Lily était persuadée que ses amies étaient à l’origine de ce cadeau. Elles étaient les seules à connaître sa passion pour les potions, son goût pour l’histoire et son lien avec les magies ancestrales, enfin avec la Magie des Eléments.

Mais les trois amies avaient nié toute implication dans ce présent. Elles se disaient même déçues de ne pas avoir eu l’idée de ce cadeau qui réjouissait tant Lily.

 

La journée se déroula calmement. Lily acceptait les sollicitations de ses camarades et même de certains professeurs qui se voulaient particulièrement tendres avec leur meilleure élève pour son anniversaire. Le professeur MacGonagall avait même ajouté une petite note pour lui souhaiter son anniversaire sur la copie qu’elle lui rendait.

 

« J’ai eu Optimal ! s’était-t-elle exclamée en se tournant vers Dora, sa voisine.

-Et un bon anniversaire de la part de ton professeur préféré, avait-elle souligné en lisant la copie, ça veut tout dire. »

 

Lily était devenue toute rouge, fière d’être ainsi considérée mais gênée que cela puisse être mal interprétée.

 

« Le cours est fini, annonça le professeur, passez une bonne soirée. »

 

Les élèves ne se firent pas prier pour sortir de la salle. Enchanté, Sirius accourut vers les filles en s’exclamant.

 

« C’est sûr qu’elle va être bonne la soirée ! J’ai tout rapporté pour qu’elle soit au top.

-Super Sirius, s’enthousiasma Dora, on va passer une super soirée.

-On verra si c’est au niveau, défia Ambre.

-C’est toujours au niveau une soirée organisée par Sirius ! assura Frank.

-Ah bon ? demanda Alice.

-Vous avez vu les fêtes après les victoires de Gryffondor, c’est toujours lui qui les organise, annonça Frank.

-Et dire qu’on fait ça pour celle qui a le moins l’habitude de fêter son anniversaire, s’amusa Dora.

-Oui mais elle est née fin janvier et c’est important de faire la fête fin janvier, souligna Frank.

-C’est important de faire la fête pour son anniversaire comme pour tous les autres ! ajouta Ambre

-Et elle a un accès à l’appartement des préfets en chef, renchérit Sirius.

-Et elle vous entend, et elle a un prénom ELLE ! protesta Lily. »

 

Ils explosèrent de rire et continuèrent leur chemin.

 

« Je vous laisse, on se retrouve dans une vingtaine de minutes devant l’appartement des préfets en chef, déclara Sirius en filant. »

 

Un a un, les Maraudeurs partirent chercher un objet ou met absolument nécessaire à la fête.

 

« Mais nous ne sommes que huit, nous n’avons pas besoin de tant de préparation… »

 

Ambre haussa les épaules. Elle trouvait en effet que les garçons en faisaient trop mais sentait une certaine satisfaction en les voyant s’affairer pour elles. Elle savait que Lily – et, dans une moindre mesure, Alice – était la raison principale de cet engouement mais ne pouvait s’empêcher de se sentir flattée de mobiliser ainsi les quatre Maraudeurs pour une soirée.

Ambre était également soulagée de voir Lily se prêter au jeu. Elle avait pensé qu’il serait plus difficile de convaincre la préfète raisonnable et casanière de se laisser aller à une soirée avec les plus indisciplinés des élèves du château. Certes, Lily exprimait des réticentes ou des craintes quand Sirius annonçait les plans les plus farfelues qu’il pouvait mettre en place, mais elle ne s’opposait pas à leur intervention.

 

« Il vaut mieux en avoir trop que pas assez, commenta Dora en pénétrant dans leur chambre. »

 

Elles avaient décidé de prendre le quart d’heure dont les Maraudeurs leur avait fait grâce pour se changer et se présenter à cet anniversaire dans des tenues plus adéquates à l’évènement.

 

« De toutes façons, il s’agit d’un soir de semaine, rappela Lily, nous n’allons pas nous coucher trop tard.

-Lily… souffla Ambre, il serait bon pour toi de te laisser aller de temps en temps.

-En plus nous avons histoire de la magie demain matin… renforça Dora. Tu pourras dormir tant que tu veux, personne ne le verra.

-Et tu connais déjà le cours pas cœur, compléta Alice. »

 

Lily contempla ses trois amies en souriant. Elles pouvaient parfois exercer une mauvaise influence sur elle. Pourtant, il n’y avait rien de plus confortable que de suivre leurs conseils. Il n’y avait qu’avec Ambre, Dora ou Alice que Lily se détendait et se permettait de retirer les contraintes qu’elle s’imposait depuis qu’elle était arrivée à Poudlard.

Rejetée par sa sœur, puis progressivement délaissée par ses parents qui peinaient à comprendre sa vie, Lily avait trouvé refuge dans une carapace d’élève parfaite qui compensait son manque de connaissance du monde sorcier par un travail acharné et des études rigoureuses. Cependant, cette carapace avait pris plus de place au fil des années et était devenue partie intégrante de la personnalité de Lily, lui empêchant de ressortir le relâchement et les sourires qui pouvaient être les siens originellement.

Heureusement, Lily avait rencontré ses trois amies et elles avaient accepté tous les aspects de son caractère complexe en lui permettant de garder son sérieux qui était une forme de sécurité pour elle mais en la poussant à retrouver ce qui la rendait réellement heureuse, de temps en temps. C’était principalement ce qui faisait peur dans le rapprochement des derniers jours avec les Maraudeurs. Aujourd’hui, elle avait de moins en moins de raison de les détester, mais ils étaient quand même hors de son cercle de confiance, et elle ne savait pas si elle était prête à se livrer à eux comme elle pouvait le faire avec ses amies. Lily devait reconnaître que le temps passé en leur compagnie était plutôt amusant avec l’entrain de Dora, les réflexions intelligentes de Rémus qui s’accordaient avec les siennes, les défis puérils mais amusants de Sirius et Ambre, les sourires d’Alice qui écoutait aveuglément Frank dans ses remarques ponctuelles mais toujours à propos. Et puis il y avait James, qui restait un mystère pour elle, mais dont les yeux noisette qu’elle croisait de temps en temps lui donnaient un sentiment de sécurité qui lui manquait cruellement dans son quotidien.

 

Alors que ses amies se lançaient sur une énième discussion sur la nécessité de ne pas prendre la vie trop au sérieux, Lily passa un pull et un jean et les pressa :

 

« On peut y aller, on va être en retard sinon !

-Tant mieux, ils nous attendront ! proposa Ambre.

-Et je suis loin d’être prête, paniqua Alice.

-Et toi non plus, reprit Ambre en se dirigeant vers Lily. »

 

Avant que la rousse n’ait son mot à dire, elle se retrouva assise sur une chaise avec Dora qui ouvrait tous les placards de la chambre pour trouver une tenue adéquate tandis qu’Ambre se concentrait sur ses cheveux.

Malgré le caractère de garçon manqué de Dora, cette dernière avait un goût particulier pour la mode et les belles tenues. La taille fine et les jambes élancées de Lily l’inspiraient car elles permettaient d’imaginer des vêtements originaux qui s’accordaient avec ses cheveux flamboyants. Quant à Ambre, elle savait sublimer les traits fins de son amie et avait pris l’habitude de s’occuper d’elle avant chaque évènement.

 

« C’est juste une petite soirée, pas la peine d’en faire des tonnes ! s’inquiéta Lily.

-Ne t’inquiète pas, je sais exactement ce qu’il te faut. »

 

En disant cela, Dora sortit un ensemble composé d’une jupe et d’une blouse qu’elle ajusta à la taille de son amie. D’un coup de baguette, elle adapta le décolleté pour qu’il convienne aux formes de Lily. Elle laissa la jupe noire tomber au-dessus de ses genoux et tendit les vêtements.

 

« Voilà, tu n’as plus qu’à t’habiller, je vais m’occuper d’Alice, elle est toujours aussi indécise. »

 

En effet, Alice hésitait encore entre les deux chemisiers qu’elle avait disposés sur son lit.

 

« Celui-là, définitivement ! choisit Dora, tu en penses quoi Ambre ?

-Complètement d’accord, tu peux l’assombrir pour qu’il s’accorde avec ses yeux. »

 

Dora acquiesça en jetant le sort correspondant et laissa Alice passer ta chemise sur le jean qui mettait en valeur ses jambes et son fessier.

 

« C’est toujours la même chose avec vous, se plaignit Ambre en maquillant Alice, on passe de temps à vous rendre irrésistibles et on n’a plus une minute pour nous.

-Je ne t’ai obligé à rien, rappela Lily en prenant tout de même le temps de se regarder dans le miroir. »

 

Il fallait reconnaître que ses amies avaient effectué un travail remarquable en soulignant légèrement son regard émeraude et sa silhouette. Lily sourit face à son reflet, elle se sentait simplement mise en valeur, sans fioriture ou tenue trop habillée et cette apparence lui convenait parfaitement.

 

« Pourtant tu as l’air d’apprécier ton image, rétorqua Dora en sortant de la salle de bain.

-Je dois reconnaître que vous êtes douées.

-Ne t’inquiète pas, c’est normal, c’est toi la star de la journée, assura Dora.

-Et Alice doit être magnifique pour faire craquer Frank, rappela Lily.

-C’est vrai, mais ça devrait le faire, admit Dora en jetant un clin d’œil à Lily qui contemplait le visage d’Alice. »

 

Ses yeux si mystérieux ressortaient sur son visage délicat. Elle adressa un sourire à ses deux amies, laissant Ambre aller se préparer à son tour. Ses cheveux noirs lâchés sur ses épaules tranchaient avec le sourire éclatant qu’elle présentait.

 

« Il va forcément craquer là, tu es magnifique, félicita Dora. »

 

Alice rougit légèrement, retrouvant sa timidité naturelle.

 

« Et si tu le regardes comme ça, il va être subjugué par ton expression, tu es trop mignonne, se moqua gentiment Dora. »

 

Lily rit légèrement devant la gêne d’Alice mais ne renchérit pas. Ambre ouvrit soudainement la porte de la salle de bain et apparut vêtue d’un pantalon moulant ses formes sur un débardeur léger, volant délicatement.

 

« Waw, je n’ai rien dit, c’est Ambre la star de la soirée ! s’exclama Dora.

-Tu mets vraiment de l’énergie dans ton pari, dit Lily.

-Oui, je vais le faire craquer à l’usure… Il se rendra compte trop tard qu’il a perdu le pari, s’amusa Ambre.

-Là, c’est sûr qu’ils vont tous être bouche bée, renforça Dora.

-Tous ? demanda Alice d’une petite voix.

-Ne t’inquiète pas, assura Ambre, je suis sûre que Frank n’a d’yeux que pour toi. »

 

Alice soupira. Elle n’avait jamais vraiment eu confiance en elle et la relation amicale qu’elle avait avec celui dont elle était amoureuse lui était si précieuse qu’elle s’était toujours interdit de tenter un rapprochement définitif. Elle avait beaucoup trop à perdre. Pourtant, depuis quelques jours, ses amies l’encourageaient avec plus d’entrain à se déclarer. Avaient-elles des informations supplémentaires ? Se fiaient-elles à leurs impressions ? N’avaient-elles aucune idée réelle sur les sentiments de Frank à son égard ? Lui conseillaient-elles l’honnêteté uniquement pour la soulager, quelle que soit l’issue de la conversation ? Alice n’avait pas de réponse à ces questions, mais ce dont elle était certaine, c’était que chaque phrase de Frank résonnait en elle avec un sens particulier et que cette situation devenait de plus en plus difficile à cacher.

 

« Bon, ce n’est pas tout, mais il faudrait y aller ! »

 

Ambre avait coupé Alice dans ses réflexions en faisant claquer ses talons pour se rendre jusqu’à la porte de leur chambre. Elle se saisit d’un manteau qui cacherait son accoutrement trop visible pour ne pas attirer les curieux qui y verraient un comportement inhabituel pour une soirée classique en semaine à Poudlard.

Elle sortit rapidement, suivie par ses amies. Elles traversèrent la salle commune sans adresser un regard aux élèves qui admiraient l’élégance avec laquelle elles marchaient. Lily se permit simplement d’arborer son air sérieux de préfète en chef qui apeurerait les quelques élèves qui chercheraient à les suivre ou à les dénoncer, car il était évident que les quatre amies n’allaient pas se rendre dans la Grand Salle pour dîner comme elles le devraient.

 

« Je pense que tout le monde a compris qu’on avait quelque chose ce soir, paniqua Lily.

-Peut-être, mais il est fréquent pour les plus jeunes de voir les septièmes années braver les interdits.

-Et puis, personne ne sait vraiment ce que l’on fait, souligna Dora, donc on ne court aucun risque.

-Tu penses que les autres Gryffondors vont se rendre compte qu’on n’est pas là ? se demanda Alice.

-Sûrement, nous sommes quand même huit septièmes années à disparaître, nota Lily.

-Mais personne ne nous dénoncera, l’absence des Maraudeurs va uniquement effrayer les Serpentards qui vont se demander s’ils ne préparent pas une blague mais ça s’arrête là. »

 

Peu rassurée, mais animée par une excitation nouvelle, Lily accepta les arguments de Dora et suivit ses amies vers cette soirée qui leur réservait tant de surprises.

Leur mouvement vers l’appartement des préfets déclencha le déplacement de leurs noms sur la carte du Maraudeur. James, qui la gardait à la main depuis quelques minutes, annonça :

 

« Elles sont parties ! »

 

Dans le salon de l’appartement des préfets en chef, Rémus, James et Sirius terminaient les derniers préparatifs avant l’arrivée des filles.

 

« Si on m’avait dit que je ferai autant d’efforts pour l’anniversaire de Lily, bougonna Sirius, je ne l’aurais pas cru.

-C’est pourtant toi qui es l’instigateur de tout cela ! rappela Rémus.

-Oh, je sais très bien que vous êtes tous les trois ravis de cet évènement, précisa Sirius, même toi Rémus.

-Je dois admettre que les filles sont sympas… Mais je me suis toujours bien entendu avec elle.

-C’est vrai, insista James, tu as toujours su comment leur parler pour qu’elles ne se braquent pas, Lunard !

-Il faut dire que toi tu as fait exactement tout l’inverse, se moqua Sirius.

-Oui, je n’ai pas été très subtile, souffla James, mais maintenant j’ai compris, alors que toi tu continues à leur montrer un visage bien plus arrogant que tu ne l’es réellement.

-Mais ce n’est pas ma faute si la vanité d’Ambre me fait sortir de mes gonds, se justifia-t-il.

-Oui, c’est ça, rit Rémus, surtout que tu te lances à chaque fois dans des défis avec elle, donc tu n’es pas près d’arrêter de la fréquenter.

-De toutes façons, dans quelques mois, elle ne pourra plus se passer de moi ! annonça-t-il avec fierté.

-Tu dis cela tellement vivement qu’on va croire que tu attends vraiment cela au point qu’elle est devenue importante à tes yeux. »

 

Sirius eut une expression choquée puis explosa de rire face à l’absurdité de ces propos. Pourtant, alors que ses amis le rejoignaient dans son fou-rire, il se mit à penser plus en profondeur à ce qu’il venait d’entendre. Il n’était sûrement pas attaché à Ambre comme Rémus l’insinuait, mais il se demandait ce que serait sa vie sans ses regards hautains et leurs affrontements qui apportaient du piquant dans son quotidien.

 

« Moi, je ne serais pas si confiant à ta place, Ambre a beaucoup de ressource, avisa Rémus.

-Mais je suis imbattable dans cette catégorie, assura Sirius sous le regard amusé de ses amis. »

 

Ils venaient de finir d’accrocher la dernière lettre du prénom de Lily sur le mur quand Frank entra à son tour.

 

« Je croyais que Lily avait prévenu le tableau de notre venue, s’énerva-t-il en pénétrant dans le salon. »

 

Il traînait derrière lui une énorme caisse de nourriture et boisson. Les elfes avaient été très généreux et avaient préparé bien plus qu’ils auraient dû pour seulement huit élèves.

 

« Ne t’inquiète pas, le vieux mage du tableau nous a aussi ignoré pendant cinq minutes quand nous sommes arrivés, se souvint Sirius.

-Tu arrives juste à temps ! s’exclama James, on vient de finir.

-Mais je te rappelle que nous ne sommes pas censés manger sans les filles, souligna Rémus.

-C’est vrai que ça va être compliqué de me retenir, heureusement qu’elles sont en route. »

 

Les yeux de James s’écarquillaient déjà devant les mets que Frank entreposait sur la table dressée pour l’occasion.

 

« Ça a vraiment l’air délicieux, huma-t-il. »

 

Les trois autres explosèrent de rire et Sirius permit même de le provoquer :

 

« Même Lily tu ne la regardes pas comme ça !

-J’essaie surtout de pas trop la regarder, même si c’est difficile, avoua-t-il.

-C’était déjà un bon point de s’excuser comme tu l’as fait, nota Rémus, ça lui a permis de se calmer et même de t’inviter à son anniversaire.

-Techniquement c’est plus Ambre qui nous a tous invités, se souvint James. D’ailleurs, c’est peu commun qu’Ambre nous invite à un évènement comme ça.

-Oh, elle ne t’aurait jamais invité si Lily n’avait pas validé avant, se précipita Sirius afin d’éviter de faire réaliser à ses amis la motivation soudaine d’Ambre et lui à vouloir passer du temps ensemble. »

 

Ils n’eurent cependant pas le temps d’aller plus loin dans leurs suppositions parce que la porte s’ouvrit sur les quatre « invitées » de la soirée.

 

« Si je n’avais pas validé quoi ? s’enquit Lily qui n’avait entendu que la fin de la phrase. »

 

Elle était la première à rentre, interrompant la discussion dont elle était le sujet principal, James peina à cacher la gêne qui montait à ses joues mais Sirius fut plus habile et se tourna vers la rousse.

 

« Si tu ne nous avais pas autorisé à faire cette petite soirée tous ensemble ici, nous ne pourrions pas fêter ton anniversaire.

-Bon anniversaire ! s’exclamèrent les trois autres pour soutenir leur ami. »

 

Tandis que James se délectait de pouvoir fixer Lily qui approuvait la décoration de la salle par un sourire dont elle seule avait le secret, Sirius peina à cacher son désarroi face à l’allure d’Ambre. Elle n’avait changé que peu de chose par rapport à se tenue d’écolière, mais la voir ainsi détendue et vêtue était surprenant. Dans le détail, rien n’était particulièrement extravagant mais chacun de ses vêtements lui allait à merveille et laissait deviner des formes que Sirius commençait à imaginer avec envie. Il reluqua sa tenue pour arriver sur son visage resplendissant, accompagné d’un sourire en coin qui en disait long sur la fierté qu’elle avait à faire ainsi de l’effet. Sirius se sentit galvanisé face à cette pointe de contentement et répliqua aussitôt, d’une voix séductrice :

 

« Vous êtes magnifiques les filles ce soir ! N’hésitez pas à vous servir, tout cela est pour nous, invita-t-il en désignant la table.

-Mais c’est beaucoup trop ! s’étonna Lily, nous ne sommes que huit.

-Tu n’as jamais entendu parler de l’estomac de James, toi, intervint Rémus.

-Il est si légendaire que cela ? demanda Dora.

-Parce que Dora aussi a un potentiel fou, précisé Alice, j’ai toujours l’impression qu’elle peut avaler plus que son propre poids. 

-C’est de la pure gourmandise, expliqua Dora, mais je dois avouer que le repas a l’air excellent. »

 

Ils s’assirent tous autour de la table, riant et profitant simplement d’un délicieux dîner et d’une ambiance joviale en cette occasion si particulière. Sirius et Ambre ne s’adressaient pas un mot directement, se contentant de s’observer discrètement mutuellement à chaque remarque générale afin de détecter l’effet qu’elle produisait à l’autre.

 

« C’est excellent ! félicita Alice.

-Oh, tu sais, avoua Frank, ce sont les elfes des cuisines qui ont concocté tout ça, je suis seulement allé le chercher…

-… Mais il les a convaincus de faire tout ça, c’est quand même du beau travail, coupa Sirius, fatigué de voir Frank se dévaloriser devant Alice.

-Tu es déjà allé dans les cuisines de Poudlard ? s’exclama-t-elle.

-Oui, ce n’est pas compliqué, répondit Frank en haussant les épaules. »

 

Si Lily et Rémus continuaient de discuter de la meilleure manière d’obtenir un extrait d’amortentia sans disposer de feuilles séchées aux poussières de champifleurs, les quatre autres tendaient une oreille très intéressée à la discussion qui prenait place entre Frank et Alice. Ambre lança même un regard très équivoque à son amie pour qu’elle réagisse :

 

« J’aimerais beaucoup visiter les cuisines, déclara-t-elle avec entrain. »

 

Frank devint tout rouge alors que James et Dora faisaient mine de se concentrer sur leurs plats respectifs pour ne pas exploser de rire. Sirius adressa un clin d’œil à son ami pour l’encourager.

 

« Si tu veux, je t’y emmènerai un jour, tu verras ce n’est pas vraiment si secret pour un passage secret.

-Oh, c’est une super idée ! s’enthousiasma-t-elle sincèrement.

-Et les plats sont vraiment excellents, j’ai même l’impression qu’ils sont encore meilleurs que dans la grande salle alors que ce sont les mêmes… »

 

Alice rebondit sur les propos de Frank, ils avaient laissé partir la pression engendrée par les observations fréquentes de leurs amis qui suivaient leur manège avec amusement. Les regards équivoques de leurs amis ne les touchaient plus, ils discutaient tous les deux et n’accordaient plus aucune importance aux autres, jusqu’à ce que Dora mette fin à toutes les conversations qui l’entouraient :

 

« Ce serait peut-être le moment de passer au dessert ! »

 

En un coup de baguette, Sirius fit disparaître les plats et, ignorant la protestation de James qui était ainsi empêché de se resservir une cinquième fois, fit léviter un gâteau appétissant. Alors que ses amis s’étaient mis à chanter, Lily voyait ses dix-huit bougies se rapprocher et peina à masquer l’émotion que cela faisait naître en elle. Certes, elle n’avait pas sa famille à côté d’elle, mais elle avait l’impression que ses amis devenaient également sa famille, une famille qui acceptait ses origines moldues et qui la reconnaissait en tant que sorcière.

 

« Fais un vœu ! S’exclama Sirius.

-Mais surtout ne le dis pas à voix haute, ajouta Ambre en lui adressant un clin d’œil. »

 

La magie des Eléments, qui coulaient désormais dans les veines des quatre filles, leur permettait de communiquer en silence, de partager les pensées qu’elles souhaitaient partager. Pourtant, Lily ne souhaitait pas partager son souhait. Elle en parlerait à ses amies un jour, si tout se passait bien, mais elle n’était pas prête à reconnaitre que ces quelques jours aux côtés de ses amies et des Maraudeurs faisaient réfléchir Lily et que la relation qui naissait entre les huit élèves la rendait profondément heureuse. Ainsi, c’est en espérant sincèrement que les prémices d’une amitié deviendraient des liens forts qui souderaient leur groupe que Lily souffla ses bougies, non sans apprécier le regard brûlant de James qui l’applaudissait.

 

Ils se partagèrent le gâteau en soulignant la facilité de partager un met en huit parts. Comme si leur nombre était parfait et suggérait une réelle association des deux groupes d’amis. En quelques minutes, les parts de Dora et James furent englouties et ce dernier ne se fit pas prier pour terminer la part d’Alice qui se plaignait déjà de la quantité astronomique de nourriture qu’elle avait avalé lors de ce repas.

 

« Je sais ce qui peut t’aider à digérer, proposa Dora, on peut mettre de la musique ! »

 

En bon organisateur de la soirée, Sirius acquiesça à Dora, appréciant l’énergie débordante de la jeune fille. Elle se révélait une alliée de taille quand il s’agissait de faire la fête. Sirius jeta un sort sur les meubles qui se déplacèrent pour laisser place à une piste de danse tandis que les premières notes de musique résonnaient.

 

« Super ! s’exclama Dora en se levant. »

 

Elle entraina Alice avec elle et les deux amies se déhanchaient allègrement sur la musique. Frank servit des Bierraubeurres à ses amis qui se levaient à leurs tours pour rejoindre les deux filles. Seul James resta en retrait, trop heureux de terminer les parts de gâteau que ses amis avaient laissé sur la table.

 

« Il mange vraiment tout le temps, constata Lily.

-Nous pensons qu’il a deux estomacs, parfois, rit Rémus. »

 

Lily la rejoignit dans son fou-rire. Elle trouvait très amusant d’observer James manger avec délectation, comme si chaque bouchée était importante. Il avait les yeux fixés sur le gâteau et se concentrait en découpant les morceaux avant de sourire béatement quand il les apportait à sa bouche.

 

« C’est fascinant ! souffla Lily.

-C’est inquiétant oui ! reprit Sirius, mais bon c’est James, on l’aime quand même ! »

 

Lily sourit, ne voulant pas rebondir sur cette phrase qui était clairement un terrain glissant pour elle. Elle préféra accepter la main d’Alice qui l’amenait au milieu de la piste de danse. Lily se laissa aller au son de la musique. Celle-ci était entraînante et, visiblement, assez connue puisque Dora et Ambre s’égosillaient en chantant les paroles.

Sirius ne tarda pas à rejoindre le cœur de la fête. En posant une main sur l’épaule de Dora, il s’assurait une vue directe sur Ambre dont les formes se mouvaient sensuellement au son de la musique. Elle tourna sur elle-même et croisa son regard quelques instants. Satisfaite de l’effet qu’elle semblait lui faire, elle accrocha ses yeux en plissant les siens, pour faire monter chez lui une légère excitation. Sirius reconnut intérieurement l’attirance qu’elle pouvait générer en lui car elle mêlait parfaitement dignité, élégance et attrait physique. Il secoua la tête pour ne pas se laisser encore une fois aller à contempler ses hanches en mouvement et lui adressa un léger signe de tête. Ambre ne rencontra aucune difficulté à interpréter son geste et, alors que Frank se permettait enfin de poser une main sur l’épaule d’une Alice plus rouge que les tapisseries de Gryffondor, elle referma le cercle pour leur laisser un peu d’intimité.

End Notes:

Alors ? Envie de connaître la suite, elle arrive la semaine prochaine!

A bientôt,

Jane

5 / Danses enflammées by Jane_25
Author's Notes:

Hello,

Me revoilà pour un chapitre supplémentaire,

La suite de la fête pour faire plaisir à Mounou11!

 

Alice ne pouvait cacher le rouge qui avait envahi ses joues qu’en fixant le sol. La manège d’Ambre ne lui était pas inconnu mais elle n’avait eu d’autre choix que de la laisser faire. Frank avait levé un sourcil en se voyant exclu du cercle mais il s’était finalement tourné vers Alice en souriant.

 

« A croire qu’ils l’ont fait exprès ! rit-il. »

 

Pour se faire entendre, il avait dû placer sa bouche juste au-dessus de l’oreille d’Alice. Le souffle chaud de Frank la fit frissonner et elle acquiesça sans oser le regarder. Touché par cette timidité, Frank ne put réfréner le sourire qui lui montait aux lèvres.

Il posa ses mains autour de la taille fine d’Alice, appréciant ce contact plus sensuel que ceux qu’ils n’avaient jamais eus, et la sentit se détendre progressivement.

 

« C’est vraiment une super idée, cette soirée ! s’exclama-t-il, fier de déclencher chez la jeune fille un nouveau frisson. »

 

Il ne voulait pas la mettre mal à l’aise et essayait de lui parler le plus discrètement possible pour qu’elle ne se sente pas observée par leurs six amis. Ils avaient beau continuer à hurler les paroles de la chanson, il y en avait toujours un qui se permettait de leur jeter des coups d’œil pour observer leur rapprochement. Frank ne brusqua pas Alice, la laissant s’ouvrir dans ses bras au rythme qu’elle voulait. Lorsqu’elle releva la tête, il ne put s’empêcher de rougir à son tour. La timidité exprimée sur son visage le faisait craquer. Il lui adressa son sourire le plus séduisant alors qu’il la sentait se détendre. Poussée par son regard protecteur, Alice monta ses mains pour les placer de part et d’autre de sa nuque. Elle avait désormais les yeux plongés dans les siens et rien ne pouvait la perturber.

Alice n’avait que faire de ses joues rouges, elle se savait amoureuse de Frank et, soudainement, cela lui paraissait plus réel que jamais. Il pouvait la voir dans tous ses états, elle lui faisait confiance. Alors, elle se laissait frissonner quand il exerçait une pression plus importante sur son dos, ou quand ses mains se déplaçaient sur ses hanches. Elle ne se sentait plus gênée de rougir face à chacun de ses sourires ou de trembler quand il lui murmurait quelques mots à l’oreille.

 

« Tu es très belle, ce soir, la complimenta Frank. »

 

Il se sentait un peu maladroit dans ses propos mais le sourire sincère que lui renvoya Alice le rassura. Elle était visiblement touchée et il n’en fallait pas plus pour que Frank soit soulagé. Il prenait même la confiance en la guidant plus fermement sur la piste de danse. Elle suivait chacun de ses mouvements. S’ils avaient été tous les deux, il l’aurait sûrement dirigé doucement vers une danse plus sensuelle mais la présence de leurs amis, aussi accessoire fut elle, risquait de mettre mal à l’aise Alice s’il allait plus loin. Par ailleurs, il comprenait par l’attitude de la jeune fille qu’elle n’était pas indifférente à ses charmes, et il voulait lui en parler de manière sérieuse et directe au lieu de simplement l’embrasser dans l’euphorie d’une danse.

Frank choisit donc de continuer à danser de manière légère avec Alice. Leur association apparaissait déjà comme évidente et il la faisait tournoyer avec une facilité déconcertante. Alice suivait, au rythme de la musique, les pas de son cavalier. Elle appréciait son relâchement et son sourire communicatif. Ils riaient même presque en échangeant des regards complices.

 

« Ils sont quand même beaux ! admira Dora.

-Ils se sont embrassés ? demanda James, directement.

-Non, ils n’oseront jamais le faire si on est tous là… se plaignit Ambre.

-Mais si nous ne sommes pas là, ils n’osent pas se parler, rappela Sirius.

-Laissez-les faire, tout le monde sait qu’ils sont amoureux, ils vont bien s’en rendre compte aussi, chuchota Lily. »

 

Les autres acquiescèrent, touchés par la vision de ces deux adolescents dans les prémices de leur histoire.

 

« C’est vrai ! ajouta Sirius, et en attendant, on a bien le droit de s’amuser aussi ! »

 

Il monta le son et se saisit de la main de Dora. Il avait terriblement envie de prendre celle d’Ambre mais savait qu’elle verrait déjà cela comme une victoire. Quant à Lily, il était tout simplement impossible pour lui de l’inviter ainsi à danser, du moins si rapidement car il savait que James en serait vexé.

Rémus dut aboutir au même raisonnement car il se précipita vers Ambre pour la guider à son tour. La jeune blonde n’avait pas compris ce qu’il se passait mais accepta avec joie la main de Rémus. Cela lui permettait de ne pas ruminer l’attitude de Sirius qui l’avait ignorée en emmenant une Dora sautillante sur la piste.

 

« Je ne suis pas très doué, en revanche, la prévint Rémus.

-Ne t’inquiète pas, je vais t’apprendre si tu as besoin. »

 

Alors, se joignant aux autres, Ambre et Rémus profitèrent de cet instant tous les deux pour apprendre à se connaître en riant. Rémus suivait les gestes qu’Ambre lui conseillait de faire en fronçant les sourcils, ce qui amusait sa cavalière. Dora et Sirius les regardaient parfois en riant avec eux. Cependant, aucun de ces quatre élèves ne porta son attention sur James et Lily, qui étaient restés sur le côté, tous les deux. Tous savaient que la situation était complexe entre les deux élèves. Ils avaient assisté à tant de conflits entre eux, mais, malgré le fort caractère de Lily qui passait ses nerfs sur les Maraudeurs quand ceux-ci ne respectaient pas le règlement du château et la personnalité sans filtre de James, ils s’étaient attachés aux deux élèves et souhaitaient qu’ils trouvent un moyen de s’entendre. Leur relation restait un mystère, mais les savoir cordiaux et respectueux l’un envers l’autre serait un vrai confort. C’était à James et Lily d’enterrer la hache de guerre et ils étaient en bonne voie pour le faire.

 

« Il ne reste plus que nous, proposa James en tendant sa main, mais ne te sens pas obligée, je comprendrais que tu…

-James, je t’ai dit que tu étais pardonné ! coupa Lily en se levant du canapé sur lequel elle s’était assise quand ils observaient Frank et Alice. »

 

Un sourire niais apparut immédiatement sur le visage de James alors qu’il accompagnait Lily sur la piste.

 

« Tu vas voir, les Potter sont d’excellents danseurs, annonça-t-il.

-Je demande à voir, attendit-elle en riant. »

 

James ne répondit pas, du moins pas verbalement. Il lui adressa un clin d’œil assuré qui fit sourire Lily. Elle aimait ce comportement assuré. Il parvenait à faire de son arrogance une source d’amusement. Cependant, alors que Lily se laissait aller aux mouvements guidés par James, elle dut s’avouer qu’il n’avait pas eu tort. Il la guidait à la perfection.

Lily ne pouvait décrocher le sourire de son visage. Danser avec James avait un aspect inédit, comme si elle s’autorisait ce qu’elle s’était toujours interdit. Elle se sentait mise en valeur alors qu’elle tournait à ses côtés au rythme de la chanson qui passait. Une connexion naissait inexorablement de leurs échanges de regards et de leurs mouvements, comme si leurs corps les guidaient tous les deux. Ils agissaient instinctivement et se laissaient aller avec délectation à ce moment de partage. Lily remercia Merlin de la fixette que faisaient leurs amis sur Frank et Alice, elle lui permettait de danser avec James sans être observée.

James la fit tourner une fois de plus alors que la musique ralentissait, occasionnant un rapprochement plus fort. Il plaça sa main dans le dos de Lily et fut parcouru du frisson le plus intense qu’il n’avait jamais ressenti, cette fille le rendait fou. Il lui adressa à nouveau un sourire sincère qui la fit rougir. Elle sentait sa main contre elle. C’était une sensation grisante, comme si son dos se consumait dans un frisson brulant et perpétuel.

James plongea dans le regard émeraude de Lily, ses yeux l’accueillaient sans barrière et, pour la première fois, il distingua au milieu de ce vert si mystérieux une flamme intense qui l’attirait encore plus. Lily ne pouvait plus détourner le regard. James la fixait si intensément qu’elle ne savait plus se maîtriser. Elle sentait la pièce se réchauffer, la chaleur enveloppait leur corps et le feu crépitait de plus en plus fort dans la cheminée des préfets.

Ni Lily, ni James ne sut combien de temps ils restèrent ainsi, à se fixer, électrisé par leur contact mais se forçant à garder une distance minimum entre leurs deux corps pour ne pas déraper. C’était tellement intense que l’échange parut ne durer qu’un court instant mais, quand ils furent sortis de leur bulle par les exclamations de leurs amis, il était déjà minuit passé.

 

« Waw, le feu se rebelle, on dirait ! s’était écrié Sirius quand il avait fait face aux flemmes. »

 

Les autres s’étaient tournés vers Sirius et le mouvement avait entraîné Lily et James dans le groupe. Rapidement, le feu avait repris une allure habituelle.

 

« C’était magnifique ! s’exclama Sirius, je n’avais jamais vu ça. »

 

Alors que Frank et Rémus appuyaient leur ami, Ambre lança un regard lourd de sens à Lily qui s’empressa de s’éloigner du groupe. L’intensité de ses sensations lui avait presque fait perdre le contrôle d’elle-même et de son élément. Elle ouvrit la fenêtre pour aérer la salle, et, tandis que ses amis s’asseyaient sur les canapés pour terminer la soirée plus calmement, la jeune fille resta face à la nuit, après avoir regardé sa montre en soupirant.

 

« Je te dérange ? interrogea James au bout de quelques minutes. »

 

Il avait essayé de participer à la discussion avec ses amis, mais il n’avait pu s’y consacrer pleinement. A plusieurs reprises, il avait laissé son regard fuir vers la fenêtre au bord de laquelle se tenait Lily. Elle était calme, complètement silencieuse et son attitude contrastait à avec celle qu’elle avait eue quelques instants auparavant, comme si ce retour à la réalité l’avait brusquement ramené face à une situation difficile.

 

« Non, répondit-elle simplement.

-Je peux te laisser seule, insista James, mais je sens qu’il y a quelque chose et, si tu as besoin, je suis là. »

 

Lily lui adressa un sourire reconnaissait. Cette soirée était vraiment l’occasion d’apprendre à connaître James. Depuis le début de la journée, il l’avait fait rire, avait déclenché une attirance plus forte qu’avant et se présentait en oreille attentive. Lily se demandait réellement ce qu’était devenu l’adolescent puéril auquel elle avait affaire quelques temps auparavant.

 

« Je ne veux pas t’ennuyer avec ça, ce n’est pas très grave.

-Si c’est important pour toi, alors c’est grave et tu as le droit de m’en parler sans m’embêter puisque je te le propose. »

 

Son regard était chaleureux, accompagné d’un sourire rassurant qui réconfortait Lily. Elle avait changé d’humeur en quelques secondes. La réalité de cette journée folle était revenue face à elle en constatant l’heure et surtout la date. Ils étaient déjà au 31 janvier.

 

« Tu vas trouver ça ridicule, mais je suis un peu triste que mes parents aient oublié mon anniversaire.

-Quoi ! s’exclama-t-il surpris, comment c’est possible ?

-Ils ne sont pas sorciers, ils n’ont pas d’horloge qui les alerte à la moindre occasion. »

 

James acquiesça, conscient que sa réaction avait été un peu excessive, mais il ne pouvait penser fêter son anniversaire sans recevoir de lettres de ses parents. Il était très proche d’eux et leur soutien faisait partie des piliers de sa vie. Cependant, il savait que certaines familles fonctionnaient différemment, Sirius en était un parfait exemple avant qu’il ne soit recueilli chez les Potter. Et Lily était née moldue, elle avait donc grandi différemment.

 

« Je suis désolée, j’ai du mal à visualiser comment les moldus fonctionnent, avoua-t-il.

-Je comprends ne t’inquiète pas, mais c’est la première fois qu’ils oublient.

-Ils y penseront sûrement demain, encouragea James. En effet s’ils n’ont pas une horloge sorcière pour le leur rappeler, ils peuvent se tromper d’un jour ou deux sans que ce soit très surprenant. »

 

Lily haussa les épaules, elle esquissa un sourire face à l’optimisme de James mais ne parvint pas à faire disparaître ses craintes. Elle les confia donc à son interlocuteur.

 

« Je ne sais pas, depuis que je suis arrivée à Poudlard, je les sens s’éloigner. J’étais très proches d’eux quand j’étais enfant et ils m’avaient soutenue dans mes premières années de sorcière. Pourtant, depuis quelques années, je sens qu’ils ont du mal à me comprendre, à cerner mes intérêts. Ma sœur me déteste et vit chez eux toute l’année donc cela doit les influencer.

-Oh, comprit James, je vois. »

 

En réalité, il ne savait pas vraiment s’il voyait réellement de quoi il était question, mais il percevait le désarroi de Lily et cela lui suffisait pour compatir.

 

« Tu sais, Lily, je ne connais pas ta famille, mais je te connais un peu et je sais que tu as ta place avec nous. Regarde, incita James en se tournant vers le centre de la pièce, tu as tes amis ici, à Poudlard, et nous, on t’accepte pour tout ce que tu es. »

 

Lily remercia James du regard. Il passa sa main derrière son épaule en l’entraînant avec lui vers leurs amis. La discussion était joyeuse et lui permit de se changer les idées. Elle y participa avec entrain, se permettant ponctuellement un regard vers James, qui avait vraiment transformé cette soirée d’anniversaire en souvenir inoubliable.

Malheureusement, la nuit continuait d’avancer et malgré la joie qu’avaient les huit adolescents à apprendre à se connaître enfin, il fallait rentrer. Sirius jeta un regard rapide sur la carte du Maraudeur dès qu’il en eut l’occasion et invita ses amis à le suivre. Ambre et Dora se levèrent à sa suite et, alors qu’elle s’apprêtait à les accompagner, Alice sentit son bras la tirer. Elle se tourna vers Frank qui lui tenait la main.

 

« Euh… ça te dit qu’on reste un peu le temps qu’on discute ? »

 

Si le jeune homme était en confiance jusque-là, il prenait un risque en l’invitant ainsi. Peut-être Alice aurait-elle peur de rester seul en pleine nuit à ses côtés.

A son plus grand soulagement, Alice acquiesça en se rasseyant. Sirius posa la carte sur la table basse qui faisait face à Frank et Alice tandis que les autres quittaient à leur tour la salle.

Frank expira, soulagé d’être enfin seul avec Alice. Il fallait maintenant prendre son courage à deux mains et avouer ce qu’il s’était interdit de révéler pendant tant de temps.

 

« Alice, souffla-t-il. »

 

Il chuchotait presque. Il avait compris, quelques heures plus tôt, que l’attirance qu’il avait envers Alice était réciproque mais il ne savait pas si elle était prête à assumer ses sentiments.

 

« Je… je voulais te parler, balbutia-t-il. En fait, ça fait quelques temps que… que je te vois différemment. »

 

Il prit une inspiration puis, encouragé par le regard tendre d’Alice, il continua :

 

« J’ai toujours considéré notre amitié comme la relation la plus précieuse que je pouvais avoir, mais maintenant, je vois tout cela différemment. Je te vois différemment, plus importante que tous ceux que je peux croiser, plus belle aussi, enfin je ne sais pas l’expliquer mais j’ai l’impression que tout tourne autour de toi alors… »

 

Il n’eut pas besoin d’aller plus loin. Chacun de ses mots avait fait vibrer Alice et la gêne qu’elle avait un temps ressenti s’était évaporée en un instant. Elle n’avait jamais osé rêver de recevoir une telle déclaration de sa part et le voir ainsi, à se libérer en lui révélant ses sentiments avait eu raison de ses barrières.

Alice l’interrompit en sautant sur lui pour l’embrasser. Elle était à l’initiative de leur premier baiser. Lorsque leurs lèvres entrèrent en contact, Frank se sentit frissonner de tout son être. Il n’avait plus de doute, Alice était celle qu’il lui fallait et il ne pouvait dire à quel point il était heureux de pouvoir l’embrasser ainsi.

Ils s’étreignirent quelques secondes avant de s’éloigner. Alice avait les larmes aux yeux, tant l’émotion déclenchée par ce baiser était forte. Elle inspira à son tour :

 

« Frank, je crois que je suis amoureuse de toi… Depuis toujours. »

 

Elle ponctua sa déclaration par un petit rire nerveux qui faisait complètement craquer Frank. Il prit son visage entre ses mains et l’embrassa délicatement.

 

« Je t’aime Alice.

-Moi aussi ! »


 

 

End Notes:

Alors?  c'est un peu un chapitre romantique, mais je ne peux pas nier ma nature profonde^^

Qu'en pensez-vous?

 

6 / Une lettre dévastatrice by Jane_25
Author's Notes:

Hello mes chers lecteurs,

Je vous prie de m'excuser pour ce retard, j'ai complètement oublié de publier la semaine dernière... Mais voilà un petit chapitre pour me faire pardonner.

Bonne lecture,

 

« Debout les filles, on va à Pré-Au-Lard, aujourd’hui ! »

 

Alice avait tiré les rideaux de la chambre et s’attaquait désormais aux lits à baldaquins de ses trois amies.

 

« C’est le week-end, bougonna Dora, on ne devrait pas avoir à se réveiller si tôt.

-Si on veut arriver avant tous les élèves de Poudlard il faut partir tôt, insista Alice.

-Et James voudra absolument passer un temps fou au petit-déjeuner avant de s’en aller, rappela Ambre.

-Mais on peut prendre le petit déjeuner plus tard, protesta à nouveau la brunette.

-Tu n’aurais pas dû veiller si tard hier, raisonna Alice, tu fais la fête avec Sirius et après vous êtes toujours fatigué.

-Roh, bouda Dora, on a bien le droit de s’amuser, et puis d’abord tu n’as qu’à aller à Pré-Au-Lard avec ton amoureux au lieu de tous nous embrigader dans votre sortie de couple.

-On vous propose pour justement passer du temps tous ensemble sinon vous allez nous reprocher de nous exclure, souligna Alice.

-Laisse tomber Alice, Dora est de mauvaise humeur et ça ne risque pas de changer avant qu’elle ait avalé sont petit déjeuner, expliqua Ambre en se précipitant vers la salle de bain. »

 

Comme chaque sortie avec les Maraudeurs était une occasion de faire fondre Sirius, elle ne se faisait pas prier pour y assister. Il fallait cependant qu’elle maintienne son allure irréprochable qui, chaque fois, brisait un peu plus la carapace du séducteur de Poudlard.

Dora finit enfin par sortir du lit alors qu’Alice descendait déjà dans la salle commune. Elle sautillait de joie comme tous les matins depuis qu’elle s’était mise en couple avec Frank Londubat, il y a quelques jours. Et, comme tous les matins depuis ce mardi 31 janvier 1978, Frank se tenait debout dans la salle commune. Le sourire naquit sur son visage à l’instant même où il aperçut sa petite amie. Elle se précipita dans ses bras pour recevoir son baiser matinal.

 

« Bonjour mon amour, souffla Frank, tu as bien dormi ?

-Très bien et toi ? Tu n’as pas trop rêvé de moi ? »

 

Leur rapprochement lors de la soirée de Lily avait donné à Alice une assurance nouvelle qui devenait de plus en plus assumée au fil des jours. Et ce n’était pas pour déplaire à Frank.

 

« A quoi bon rêver quand la réalité est plus délicieuse encore, sourit-il en posant ses lèvres sur le bout de son nez. »

 

Alice rougit légèrement mais n’eut pas le temps de répondre. Sirius arrivait déjà aux côtés de James et Sirius.

 

« Alors vous deux, on force pendant des semaines pour que vous vous mettiez ensemble et après vous ne vous lâchez plus, se plaignit-il.

-Ne faites pas attention, il s’est levé du mauvais pied, justifia James.

-Ah, tu n’es pas le seul, nota Alice en désignant Dora qui arrivait à son tour, accompagnée de ses amies. »

 

Elle avait la tête baissée et ne la relevait que pour lancer un regard noir à celui qui l’interpellerait.

 

« C’est ça de faire la fête toute la soirée, se moqua encore Ambre. »

 

A l’inverse de son amie, la jeune blonde se tenait droite, toute souriante. Elle se permit même de jeter un clin d’œil à Sirius qui avait soudainement beaucoup moins envie de bouder. Il apprécia de contempler sa nuque, puisqu’elle avait relevé ses cheveux en un chignon simple mais distingué.

 

« Oh, nous étions accompagnés des Serdaigles et d’autres élèves, raconta Sirius, mais nous ne nous sommes pas couchés très tard.

-Tu n’as pas à te justifier, Sirius, cracha Dora.

-Ouh, là, il faut que nous descendions rapidement au petit déjeuner si on veut en finir avec la soupe à la grimace de Dora, proposa Lily.

-Oui, j’ai vraiment faim ! encouragea James. 

-Le contraire m’aurait étonné, s’amusa Lily. »

 

Elle suivit James qui se précipitait déjà vers la porte de la salle commune, sous le rire des autres qui arrivaient également. La Grande Salle était encore peu remplie à cette heure matinale. Seuls les élèves les plus âgés, fatigués de devoir faire la queue avec les plus jeunes pour se rendre à Pré-Au-Lard étaient déjà présents.

 

« Il n’y a pas foule, se plaignit Dora.

-Tant mieux, rebondit James, il y aura plus de nourriture pour nous !

-Comme si Poudlard te laissait mourir de faim ! Souffla Lily en souriant. »

 

Comme tous les matins depuis son anniversaire, Lily était anxieuse. Elle attendait impatiemment le courrier. Elle avait eu dix-huit ans et sa majorité moldue aurait dû être notée par ses parents. Pourtant, elle n’avait eu aucun signe de vie et hésitait même à leur envoyer un hibou. Sans vraiment comprendre ce qu’elle ressentait, Lily avait un mauvais pressentiment concernant l’absence de nouvelles de ses parents. Elle était restée à Poudlard pour les vacances de Noël mais n’avait échangé qu’une ou deux lettres avec sa famille depuis le début de sa septième année.

 

« Oh, les hiboux sont là ! s’exclama Dora en levant les yeux au ciel. »

 

Sirius ne leva pas un sourcil. Il savait pertinemment que personne en dehors des parents de James ne se souciait de lui hors des murs de Poudlard. Les autres attendirent l’arrivée du courrier avant de se lancer dans le petit déjeuner. Même James qui avait la fâcheuse habitude de se jeter sur son repas avant l’arrivée des hiboux – il se retrouvait fréquemment à jurer contre ceux-ci lorsqu’une lettre tombait dans son jus de citrouille – ne s’était pas encore servi dans les plats appétissants posés sur la table. Il attendait avec impatience la lettre qui tomberait dans l’assiette de sa voisine. Lily, de son côté, essayait de repérer une chouette connue qui s’avancerait verre elle. Elle avait la respiration coupée et sentait l’anxiété montée en elle.

James avait une main posée dans son dos, pour partager avec elle cette appréhension. Son soupir de soulagement fut au moins aussi fort que celui de Lily quand elle vit une enveloppe arriver dans son assiette.

Si Lily observa immédiatement l’écriture penchée de sa maman, elle ne se jeta pas sur la missive.

 

« Ça vient de chez moi ! Assura-t-elle. »

 

Mais elle n’en dit pas plus, elle rangea immédiatement la lettre dans son sac. Personne n’osa lui poser de question mais James sentait bien la crainte qui se logeait dans les yeux de Lily. Il était curieux de connaître le contenu de cette lettre mais plus pour aider Lily au mieux à le supporter. Il était déjà prêt à valoriser cette initiative auprès de son amie pour que cette dernière garde espoir en sa famille.

 

« Je l’ouvrirai plus tard, chuchota-t-elle à James. »

 

Ce dernier ne lui avait pas demandé d’informations particulières, mais elle sentait son investissement à ses côtés. Elle appréciait de se savoir soutenue, et se sentait naturellement à l’aise à lui parler de ce sujet qu’elle avait tant gardé pour elle.

 

James acquiesça silencieusement, en espérant que son sourire la réconforterait. Le petit déjeuner suivit alors son cours normal. Dora avait enfin retrouvé le sourire après s’être rempli l’estomac et son énergie communicative ne tarda pas à entraîner tout le groupe vers Pré-Au-Lard.

Le vent soufflait légèrement sur le chemin enneigé, mais les élèves progressaient hâtivement vers les différents magasins qui jonchaient les rues du village sorcier. Dora et Ambre menaient le groupe, soufflant aux remarques puériles de Sirius qui attendait avec impatience le réapprovisionnement de son stock de dragées surprises.

 

« Je dois tester mon nouveau sort, Rémus a déjà trouvé une potion qui fait ressortir les dragées au goût de poubelle.

-Ce n’était pas très compliqué, ce sont les seules qui réagissent en présence de larmes de lucioles, se justifia l’intéressé sous les regards étonnés.

-C’était très amusant, se souvint Sirius, surtout la tête de Servillius quand il enchaînait les dragées en essayant d’en trouver une avec un goût plus acceptable. »

 

Si Dora et Ambre explosèrent de rire, James se retint de tout commentaire, il savait que Rogue avait été un ami pour Lily et qu’elle n’appréciait guère les divers traitements que lui avaient infligés les Maraudeurs.

 

« Je suis désolé, s’excusa-t-il calmement, je peux lui dire d’arrêter. »

 

De la tête, il montra Sirius qui mimait une énième blague réalisée à l’encontre du Serpentard.

 

« Oh, surtout pas, Sirius réagirait sûrement en comprenant que ça vient de moi donc on en prendrait pour notre grade.

-Tu n’as pas tort, reconnut James en haussant les épaules. »

 

Il enfonça la main dans ses poches, jeta un regard derrière lui. Frank et Alice avaient déjà laissé le groupe prendre une avance considérable. Ils n’étaient maintenant plus visibles par leurs amis. James ralentit. Il fallait qu’il aborde avec Lily le sujet de la lettre. Ils étaient seuls et James ne parvenait pas à se changer les idées.

 

« Alors ? s’enquit-il, tu l’as lue ?

-Tu n’en démords pas, rétorqua Lily avec un sourire crispée. »

 

Elle était partagée entre l’amusement de l’acharnement de James au sujet de sa famille, la satisfaction de le voir s’intéresser à elle et la tension qui naissait au fond d’elle dès qu’elle pensait à cette lettre.

 

« J’ai un mauvais pressentiment, souffla-t-elle en montrant l’enveloppe encore cachetée dans sa main, je ne l’ai pas lue, je ne veux pas gâcher la journée à Pré-Au-Lard avec mes histoires.

-Tes histoires ? répéta James, tu sais, je pense qu’on peut dire que tous ici, ajouta-t-il en désignant Rémus, Sirius, Ambre et Dora quelques mètres devant eux, nous sommes tes amis et nous voulons être à tes côtés si tu en ressens le besoin, que ce soit la journée à Pré-Au-Lard ou non. »

 

Lily tenta de raffermir son sourire, elle était touchée par cette petite déclaration d’amitié.

 

« Je sais que je ne devrais pas te dire quoi faire, s’excusa presque James, mais je pense qu’il faut que tu ouvres cette lettre, au moins, tu en auras le cœur net… Tu ne pourras pas te libérer si tu ne l’as pas lue.

-Mais je ne vais pas la lire ici ? s’étonna Lily.

-Alors, pourquoi as-tu emporté la lettre avec toi. »

 

Le regard de James était parfaitement équilibré entre la pointe de défi et de malice qui donnait à Lily la fierté nécessaire pour se saisir fermement de son enveloppe et la lueur douce et compatissante qui lui témoignait son soutien.

 

« Pas ici ! s’exclama-t-elle en empruntant une ruelle moins fréquentée. »

 

Ils traversèrent le village, et quand ils ne croisaient plus aucun élève ni même auror venu les protéger, elle se tourna vers lui.

 

« Tu… tu…

-Je vais rester en retrait, au moindre geste, je viens vers toi… Mais pas les temps qui courent, je préfère te voir de loin, nous sommes hors du périmètre défendu par les aurors, rappela James. »

 

Lily acquiesça, elle laissa James debout contre une barrière. Il se sentait mal de la voir ainsi affronter seul cette épreuve. Il avait voulu lui dire que des parents ne pouvaient pas être méchants, que la lettre contenait forcément une bonne nouvelle et serait une preuve d’amour de leurs parts, mais il n’avait pas pu. Il s’était contenté de lui adresser un sourire discret, pour lui donner la force d’ouvrir cette lettre.

Le temps lui parut anormalement long. Le froid laissé par Lily se glaçait alors qu’il la voyait s’assoir directement dans la neige, comme si elle n’était absolument pas consciente de l’inconfort que cela pouvait provoquer. Elle était immobile. Avait-t-elle fini de lire ? Avait-elle une bonne nouvelle à annoncer ? Une mauvaise à digérer ? Le suspense tenait James plus que jamais. Il ne s’était jamais senti aussi tendu et cette fois, il ne pouvait rien faire. Il se força à compter le temps dans sa tête, se disant qu’au bout de dix minutes il avait bien le droit d’intervenir. Mais, alors qu’il dépassait à peine les cinq minutes, il vit la jeune rousse s’allonger dans la neige, laissant sa lettre tomber de sa main.

James s’approcha donc de Lily, il s’annonça timidement alors qu’elle se relevait doucement.

 

« Tu es encore là ? s’enquit-elle.

-Je n’allais pas te lâcher, annonça-t-il avant de voir les larmes sur les yeux de la jeune fille. Oh, Lily ! »

 

Il était bloqué. La voir ainsi était si déchirant. Il voulait la prendre dans ses bras, lui assurer qu’il était auprès d’elle, mais il n’osait pas.

La présence de James réconforta imperceptiblement Lily, mais elle n’avait pas la force de lui expliquer, d’un geste, elle désigna le morceau de papier qui s’humidifiait dans la neige. Suivant la main de Lily, James sortit de son mutisme et se précipita sur la lettre.

 

« Lis ! put enfin murmurer Lily. »

 

Sans dire un mot James s’exécuta. La lettre était brève.

 

Tu es majeure, tes affaires sont désormais rangées au grenier et nous avons besoin de cet espace pour le mariage de ta sœur, passe quand tu peux !

A bientôt,

Tatiana Evans.

 

C’était clair, Lily n’était plus la bienvenue chez elle. Si ces parents ne rompaient pas complètement le contact avec leurs filles, ils statuaient définitivement sur l’appartenance de leur cadette à un univers qui n’était pas le leur et avec lequel ils ne voulaient plus cohabiter.

 

« Je suis désolé, Lily, souffla James. »

 

A nouveau Lily éclata en sanglot, le regard dépité de James en lisant la lettre avait eu raison de ces dernières barrières mentales. James fut témoin de cet état qui lui déchirait le cœur. Il ne put alors lutter contre son instinct et s’approcha de la jeune fille. Elle était trop mal pour être laissée ainsi pleurant dans la neige.

 

« Ne t’inquiète pas Lily, tout tes amis sont là, chuchota-t-il. »

 

Lily finit de se coller contre le torse de James, elle avait besoin de se sentir entourée plus que jamais et se laissa aller à ce qu’elle s’était toujours interdit de faire. Elle apprécia quand les bras du capitaine se renfermèrent autour d’elle, elle se sentait un peu plus en sécurité.

Silencieusement, elle s’autorisa à pleurer avant d’évacuer toute la crispation que sa relation conflictuelle avait engendrée avec sa famille.

James restait autour de Lily. Il avait rêvé de la prendre ainsi dans ses bras mais aujourd’hui, ce n’était pas un rêve qu’il réalisait, c’était Lily qu’il consolait. Il ne pouvait pas la laisser ainsi, il serait là pour elle quoi qu’il arrive et il allait tout faire pour qu’elle garde la joie de vivre qui la caractérisait quoiqu’en pensaient ses parents.

 

« Ne t’inquiète pas Lily, répéta-t-il, tout tes amis sont là. »

 

Alors qu’elle calmait ses sanglots, il se permit de passer une main dans ses cheveux en répétant les mêmes mots qui semblaient l’apaiser.

 

« Tous tes amis sont là Lily… Je suis là, Lily. »

 

Et, dans le silence qui suivit ces propos, Lily sécha ses larmes.

End Notes:

Alors, qu'en pensez-vous, James tout sensible pour sa Lily, touchant, non?

7 / Ce qui devait être une nuit normale by Jane_25
Author's Notes:

Hello mes chers lecteurs,

Merci de me lire, le compteur de lecture qui s'incrémente me fait trop plaisir ^^.

Voici un chapitre très important pour mon histoire!

Bonne lecture

Le mois de février se poursuivit dans la légèreté qui était offerte aux élèves de Poudlard. Alice et Frank ne voulaient plus se lâcher, entraînant leurs amis avec eux. Ils passaient le plus clair de leur temps tous les huit. Ambre et Sirius continuaient de mettre tout en œuvre pour se faire craquer mutuellement, sous les regards amusés de leurs amis. Ils enchaînaient les conquêtes de leurs côtés, espérant susciter chez l’autre plus de jalousie qu’ils en ressentaient. Pourtant, dès que les repas arrivaient ou que les soirées avançaient, ils se retrouvaient tous les deux, auprès de leurs amis, déjà lassés par la compagnie des autres élèves.


Lily, de son côté, avait rencontré des difficultés à ne pas se focaliser sur sa famille. Elle savait qu’elle avait des choses incroyables à vivre en tant que sorcière – et incarnation du feu – mais ne parvenait pas à accepter que sa famille se tienne si loin d’elle. Pourtant, les jours avaient laissé place à des semaines et le soutien indéfectible de James lui avait redonné le sourire, comme si ce dernier lui offrait l’espace de discussion dont sa famille l’avait privée. Ainsi, elle accueillait désormais les Maraudeurs avec plaisir dans son entourage. Elle avait intégré leur présence et profitait des discussions à leurs côtés comme s’ils avaient toujours été dans le paysage.


Progressivement, il naissait un groupe soudé formé de ces huit élèves qui ne se rendaient même plus compte qu’ils prenaient de l’importance les uns pour les autres.


En attendant la reprise des entraînements fréquents de quidditch, ils passaient leurs après-midis ensemble, souvent dans le parc de Poudlard à alterner entre batailles de boules de neige et promenades revigorantes.


 


« Les filles ! appela Alice un jour qu’ils marchaient calmement, je peux vous dire deux mots ? »


 


Elle s’excusa auprès de Frank qui la lâcha enfin pour avancer avec les autres Maraudeurs.


 


« Que se passe-t-il ? demanda Lily. 


-Rien, enfin… pas grand-chose… Mais je voulais vous demander parce que, même si ça ne fait pas longtemps avec Frank… j’ai l’impression de lui mentir.


-Mentir ? demanda Ambre.


-Sur qui je suis.


-Ah, je vois, comprit Ambre qui était la seule à avoir déjà été en couple.


-Pas moi, s’énerva Dora.


-Sur les éléments, expliqua Ambre.


-Oh ! s’exclama Lily.


-En fait, je suis complètement amoureuse de Frank, mais je ne sais pas s’il m’aime pour tout ce que je suis, si ça ne lui ferait pas peur de savoir que quand je veux, des ailes me poussent dans le dos, ou que je suis si liée à l’océan ou à l’eau. Je dois sans cesse me cacher, tout à l’heure, j’attirais tous les flocons de neige sans me rendre compte et il me l’a fait remarquer. »


 


Ses autres amies acquiescèrent. Ambre n’avait jamais été amoureuse de quelqu’un donc n’avait jamais eu besoin d’être pleinement elle-même avec ses nombreux petits amis. Mais révéler un tel secret impliquait les quatre filles et même la magie des éléments.


 


« Je ne vous demande pas de me donner votre avis dès maintenant, mais j’aimerais qu’on discute de ce point quand nous pourrons, peut-être avec les nymphes… pour voir ce qu’elles en pensent. »


 


Lily acquiesça, elle était déjà en train d’évaluer tous les scénarios envisageables pour pallier ce problème.


 


« De toutes façons, on se voit ce soir ! rappela Dora.


-Oui, c’est soirée dans la salle ce soir, insista Ambre, pas de mecs !


-Ne vous inquiétez pas, Frank a un truc de prévu avec les garçons.


-Ce sera d’autant plus facile de s’éclipser, sourit Dora… et on pourrait voler ! »


 


La magie des Eléments avait été très généreuse avec les jeunes filles. Il fallait dire que cela faisait des siècles que les quatre incarnations ne s’entendaient pas aussi bien. Ainsi, elles développaient des pouvoirs communs alors qu’ils n’auraient dû qu’être propre à une seule d’entre elle. Les quatre filles pouvaient donc déployer de magnifiques ailes à la couleur de leurs éléments propres et voler librement la nuit dans le parc de Poudlard grâce à un filtre qui empêchait les curieux de les reconnaître.


 


« C’est vrai que ça fait longtemps, reconnut Ambre, enfin surtout pour vous.


-Pour toi aussi, si on ne compte pas le quidditch, signala Alice.


-Je ne sais toujours pas comment tu fais pour supporter de ne voler que sur un simple balai.


-Ce sont des sensations différentes, expliqua Ambre, voler sur un balai et déployer ses ailes apportent des interactions avec le vent et l’air diverses, il faut aimer les deux. »


 


Elle avait levé les yeux au ciel avant de les fermer. Le vent souffla légèrement plus fort pour la faire frissonner. Ses cheveux se laissèrent aller tandis qu’elle ressentait un réel sentiment de bien-être. Elle se délectait de cette sensation qu’elle était la seule à ressentir. Ses amies souriaient, partageant le confort de leur amie, tandis que les garçons, désormais avancés d’une vingtaine de mètres par rapport à leurs amies, se retournèrent, comme appelés par une curiosité nouvelle.


 


« Waw ! s’exclama Sirius à la vue d’Ambre, pleinement revigorée par ce souffle de vent. »


 


Elle avait rouvert les yeux et souriait pleinement, percevant l’intérêt que les Maraudeurs lui portaient. Elle avança vers eux, suivie de ses amies, et adressa un clin d’œil séducteur à Sirius. Ce dernier secoua la tête pour se reconcentrer sous le regard amusé de ses amis.


Lily soupira. Entre la culpabilité d’Alice à mentir à Frank, la vision que James avait eue d’elle dans la neige sans avoir froid le jour où il l’avait accompagnée dans la lecture de la lettre de ses parents et le comportement d’Ambre s’imprégnant du vent, les Maraudeurs n’allaient pas tarder à faire le lien. Elle ne savait pas ce qu’elle en pensait. Il était à la fois confortable de n’être que quatre dans la confidence car elles ne s’exposaient pas à des éléments perturbateurs ou d’autres sorciers intéressés qui souhaiteraient profiter de la magie des Eléments pour les mauvaises raisons, mais il était parfois lourd de porter ce fardeau seules. Les professeurs McGonagall et Dumbledore, seuls adultes connaissant l’identité exacte des nouvelles incarnations des éléments, ne pouvaient les supporter trop ostensiblement sans attirer les questionnements des plus observateurs.


Lily aurait aimé partager ses doutes et ses interrogations à une personne extérieure à cette histoire. Curieusement, elle avait presqu’envie de se confier à James à ce sujet. L’oreille attentive qu’elle découvrait en lui la mettait à l’aise et lui donnait confiance en elle.


 


« C’était une super après-midi ! lança Dora pour ne pas laisser Ambre se faire trop remarquer alors qu’elle s’appuyait sur son élément pour briller.


-On a eu de la chance qu’il fasse beau, renchérit Frank.


-C’est vrai qu’en ce moment, ça fait du bien une balade comme celle-ci, reconnut Alice. »


 


Ils acquiescèrent silencieusement. L’année qu’ils vivaient étaient paradoxale, ils savaient bien que Poudlard les protégeait d’un monde de plus en plus obscur où la magie noire prenait du pouvoir.


Lily frissonna même de manière ostentatoire. Pourtant ce n’était pas à cause du froid, Lily ne frissonnait jamais à cause du froid. C’était la peur particulière due à la montée de ce mage noir qui s’attaquait en priorité aux nés-moldus, et aux moldus… Sa famille. Lily soupira en pensant à eux. Malgré la distance qu’ils avaient installé à son égard, elle ne cesserait de s’inquiéter pour eux.


 


« Ça va aller, chuchota James. »


 


Devant les autres, ils ne pouvaient montrer plus. Mais Lily le remercia du regard pour ce soutien bienvenu.


Alors que le silence devenait pesant pour les huit adolescents qui franchissaient les portes de Poudlard en imaginant les pires horreurs, Dora se força à changer de sujets.


 


« Alors comme ça vous vous faîtes une soirée entre mecs ce soir. »


 


Rémus se releva imperceptiblement, tendu par cette insinuation. Il savait que ses amies n’auraient aucun mal à imaginer un mensonge qui justifierait leur nuit dehors pour l’accompagner dans sa transformation, mais il avait été perturbé par le ton de Dora. Cette dernière nota cette tension.


 


« Oups, je suis désolée si j’ai dit quelque chose qu’il ne fallait pas dire, s’excusa-t-elle sans réellement comprendre. »


 


Si elle n’avait visiblement pas toutes les cartes en main pour saisir les sous-entendus des regards entre les Maraudeurs, elle se sentait légèrement coupable de déclencher chez Rémus une telle réaction. Rémus tenta de masquer son désarroi face à la réaction de Dora.


 


« Ne t’inquiète pas, assura-t-il en implorant Sirius du regard pour qu’il poursuive la conversation à sa place.


-Ou alors, tu devrais t’inquiéter ! menaça faussement Sirius, quand les Maraudeurs se retrouvent, ce n’est généralement pas sans danger pour les élèves de Poudlard.


-Arrête, tu me donnerais presqu’envie de participer à vos plans ! tenta Dora.


-Au moins, ça nous assurera de ne pas en être les victimes ! souligna Ambre.


-Vous comptiez nous prendre pour victimes ? s’inquiéta Alice.


-Mais non, mon cœur, la rassura Frank en l’embrassant. »


 


Sous le regards attendris de leurs amis, les deux amoureux se laissaient aller à une étreinte partagée.


 


« On ne peut pas vous toucher, bouda Sirius, entre Frank qui ne veut pas blesser Alice, Dora, toi, tu comprendrais directement que cela vient de nous et Lily nous remonterait les bretelles que j’en regretterai presque ma mère et ses reproches incessants. 


-Tu exagères ! se retourna Lily.


-Juste un peu, nargua Sirius. »


 


Ce dernier arborait un sourire satisfait alors que le rouge montait aux joues de la préfète en chef. Lily se dit qu’elle n’avait pas été tendre avec les Maraudeurs. Outre les avances de James qu’elle avait refusées de plus en plus violemment au fil des années, elle avait les réprimés pour nombre de leurs blagues, alors qu’elles les trouvaient souvent amusante.


Fréquenter les Maraudeurs au cours de ces derniers mois lui avait permis de changer d’avis sur ce groupe. Ils aimaient s’amuser certes, mais ne cherchaient pas à se faire remarquer ou à embêter réellement les autres, du moins la plupart du temps. L’humour qu’ils témoignaient faisait réellement rire Lily et elle appréciait se laisser aller avec eux, sans craindre pour sa réputation de préfète.


 


« Si ça vous dissuade, mentit-elle, ça me va. 


-Arrête de dire ça, sourit James, on va prendre ça comme un défi à relever. »


 


Lily laissa échapper un rire léger et cristallin, sous le regard pétillant de James.


 


« Vous n’oseriez pas vous attaquer à nous, déclara Ambre, vous avez beaucoup trop à perdre.


-Et vous ne pourriez pas bénéficier de mes conseils pour rendre vos blagues plus amusantes encore, renchérit Dora.


-Parce que tu penses que tu peux nous apporter quelque chose ? s’enquit Sirius. »


 


Tout comme James et Rémus, il avait levé un sourcil. Les trois Maraudeurs toisaient la jeune femme avec attention, comme s’ils allaient percevoir un détail qui indiqueraient son potentiel.


 


« Je le sais, nuance ! affirma Dora. »


 


Elle adressa un clin d’œil à Rémus, qui voyait cette implication nouvelle de Dora avec amusement. Il y avait longtemps qu’il n’avait pas été si détendu un soir de pleine lune.


 


oO0°0Oo


 


Le couvre-feu était déjà passé depuis quelques heures quand Lily, Ambre, Dora et Alice descendirent dans leur salle commune. Les derniers élèves éveillés chez Gryffondor ne leur prêtèrent aucune attention et elles ne rencontrèrent aucune difficulté à franchir la porte de la salle commune. Elles joignirent leurs mains en souriant. Ces instants de complicité qui leurs permettaient d’exercer leurs pouvoirs étaient toujours amusant.


Puis, elles fermèrent les yeux et, soudainement, disparurent. Le pouvoir des Eléments les rendait invisibles.


Accentuant leurs concentrations, elles ouvrirent un canal de discussion silencieux à travers leurs pensées.


 


*Lily, tu nous guides, si on réapparait ce sera moins grave si c’est toi en tant que préfète, pensa Dora*


 


Lily acquiesça, oubliant presque que personne ne pourrait la voir. Elle lâcha la main d’Alice et prit la tête de leur groupe. Rapides et discrètes, les quatre filles se déplaçaient imperceptiblement dans les couloirs. Il était impossible de les voir ou de deviner leur présence.


Enfin il était impossible pour ceux qui ne possédaient pas la carte du Maraudeur. Devant la porte de la chambre de la cabane hurlante, Frank suivait les pas des quatre filles. Il attendait avec James la transformation de Rémus avant d’aller le rejoindre. Sirius supervisait, sa forme de chien étant la plus proche du loup-garou, il parvenait généralement à calmer « naturellement » le lycanthrope lors de ses mutations.


 


« Tiens, pointa Frank, que font-elles ? »


 


Il eut à peine le temps de montrer les quatre noms qui déambulaient dans un couloir de sixième étage qu’ils s’effacèrent.


 


« Oui, j’avais remarqué cela à plusieurs reprises… Mais je n’en sais pas plus que toi, à chaque fois les noms disparaissent exactement ici.


-Tu penses qu’elles cachent quelque chose ? s’inquiéta Frank.


-Sûrement, et ça doit être assez incroyable pour que Lily s’autorise à ne pas respecter le couvre-feu. »


 


James disait cela plus pour lui-même que pour Frank, mais son ami ne put s’empêcher de poser sa main sur l’épaule. Pourtant, Frank était un peu tendu. Il était inquiet de savoir qu’Alice n’était pas dans sa chambre. Même si la carte ne la montrait pas dans le parc, Frank craignait de la voir trop proche de Rémus. Si le loup-garou savait s’éloigner des hommes quand il était en présence de ses amis, il ne voulait pas mettre cette faculté fragile à l’épreuve sur la femme qu’il aimait. Par ailleurs, il se sentait un peu vexé. Visiblement, Alice connaissait un secret de Poudlard qu’il ignorait et il ne comprenait pas pourquoi cette dernière ne lui partageait pas cela.


 


« Tu vas bien ? nota James. »


 


Il avait perçu la tension chez son ami. Normalement, il aurait laissé passer ce stress passager peu étonnant chez Frank, mais la situation était complexe, dans quelques minutes, ils devraient être concentrés pour emmener Rémus dans la forêt interdite. Les années avançant, le lycanthrope explosait dans sa cabane hurlante et ils avaient trouvé pour lui un moyen de s’évader pour courir dans la forêt. Il parvenait même à jouer avec ses amis ou avec d’autres animaux.


 


« Euh… oui ! Enfin, je ne sais pas si je veux en parler… Souffla Frank.


-Tu sais que je suis là pour t’écouter quand tu en as besoin, mais je pense qu’il faudrait que tu vides ton sac maintenant, conseilla James. Il faut éviter d’avoir l’esprit occupé ce soir. »


 


Frank acquiesça, il n’avait rien à cacher à James, il s’agissait d’un de ses meilleurs amis. Il était, en outre, amoureux de Lily donc serait sans doute le plus à même de répondre à ses doutes :


 


« Je n’aime pas savoir Alice hors de sa chambre ce soir…


-Oh, comprit James, tu sais qu’elle n’est pas dans le parc, ni dans la forêt, regarde la carte, il n’y a aucun risque que nous tombions sur elle, ni sur ses amies. »


 


James avait dit tout cela avec aplomb. Il s’était parfois répété ce discours quand il ne voyait pas le nom de Lily dans sa chambre.


 


« Je sais, je sais, soupira Frank.


-Il y a autre chose…


-Non… enfin oui, reconnut Frank. Je suis simplement déçue de ne pas savoir ce qu’elles font. Je ne comprends pas pourquoi Alice m’a caché cela.


-Ecoute, assura James, je ne suis pas entre Alice et toi et je ne prendrai jamais cette place, mais vous êtes ensemble depuis plus d’un mois, et tout se passe bien, si je ne me trompe pas ?


-Merveilleusement bien, admit Frank, les yeux dans le vague.


-C’est sur ça que tu dois te focaliser, Alice t’aime, ça crève les yeux. Je pense même que si ça ne tenait qu’à elle, tu serais déjà au courant de tous ses secrets.


-Si ça ne tenait qu’à elle ? s’enquit Frank.


-Eh bien, elle ne sait pas que tu es un animagus.


-Oui, parce que c’est un secret qui nous lie tous les quatre… »


 


Les yeux de Frank s’illuminèrent. Il avait compris.


 


« Tu penses qu’elles partagent quelque chose de plus grand que leur chambre ?


-Je n’en sais rien, avoua James, mais j’ai le sentiment que si elles sont si proches, c’est que ce secret les lie plus que nous le pensons.


-Un peu comme nous.


-Oui, mais à leur manière… et si tu veux mon avis, il y a bien un jour où nos secrets seront partagés… Il faut juste attendre que Rémus soit prêt. »


 


Frank acquiesça en souriant. Par acquis de conscience, il inspecta à nouveau la carte avant de rentrer dans la salle où Rémus était déjà transformé.


Evidemment, il ne put trouver les filles. Elles avaient déjà pénétré dans la salle des Quatre Eléments qui ne pouvait apparaître sur la carte du Maraudeur. La discussion avait été rapide avec les nymphes.


Les créatures mythiques avaient demandé à Alice des détails sur son idylle. Ravie de conter les sentiments qu’elle éprouvait envers Frank et qui s’intensifiaient à chacun de ses baisers, Alice narra les moindres détails de son histoire.


 


« Oui, oui, c’est magnifique, souffla Dora, mais on avait dit qu’on sortait !


-Vous sortez ? s’étonnèrent les nymphes, mais c’est la pleine lune.


-Oh, ça va être super beau ! s’exclama Alice.


-Et on a aucun risque de nous faire repérer, le secret des Quatre Eléments nous protège, assura Lily.


-Il est bien pratique lui… souffla Ambre.


-D’ailleurs, demanda Alice aux nymphes, ce secret, il fonctionne comment, si quelqu’un l’apprend ?


-Quelqu’un est au courant ? s’étonna une nymphe d’eau.


-Non, pas encore, insinua Dora.


-Je voudrais en parler à Frank, expliqua Alice. »


 


Les nymphes ne répondirent pas immédiatement, elles s’immobilisèrent en flottant dans la cour, puis une nymphe d’eau s’approcha d’Alice.


 


« Nous comprenons, et si ce Frank est l’élu de ton cœur, celui que le destin a choisi pour partager ton Elément, alors il est primordial qu’il soit au courant.


-Mais sache que quel que soit celui qui sait, il n’aura plus de filtres concernant la Magie des Eléments, continua une nymphe de l’air.


-Plus de filtre ? s’enquit Lily.


-Il pourra, s’il passe dans ce couloir, découvrir la salle, par exemple, expliqua une nymphe de feu.


-Ou vous voir s’il regarde à la fenêtre et que vous volez à ce moment.


-Et s’il révèle ce secret à des sorciers obscurs, vous serez en danger, les éléments également.


-Notre Magie est très puissante, insista une nymphe de terre, il est important qu’elle ne tombe pas entre de mauvaises mains. »


 


Les quatre filles étaient silencieuses, essayant d’intégrer les informations qui leur parvenaient. Elles imaginaient déjà leurs pouvoirs tomber entre les mains du puissant mage noir qui terrorisait toute l’Angleterre.


 


« Cependant, l’élu de votre cœur est l’élu du destin, expliqua à nouveau une nymphe d’eau. Il partage votre vie et, après votre union, il partagera votre élément.


-Comment ? s’enquit Alice, quelle union ? et comment il peut partager l’élément ?


-A chaque incarnation, le partage s’est effectué différemment, il est important que le partage soit sincère et imprégné d’amour pour qu’il agisse pour le bien.


-Je ne comprends rien ! s’énerva Dora.


-C’est en vivant que vous comprendrez, justifia une nymphe de terre. »


 


Les nymphes avaient pris position autour de la fontaine, en devenant plus translucide encore qu’à leur habitude. C’était le comportement qu’elles adoptaient quand leurs propos relevaient de la prophétie. Leurs dires étaient des vérités générales qui incombaient à chaque incarnation des éléments.


 


« Bon, écoute Alice, tu fais comme tu veux, si tu as confiance en Frank, tu peux lui dire, mais du moment où il est au courant, il faut qu’il reste dans notre entourage afin de contrôler ce qu’il peut dire, traduisit Lily.


-Oui, je pense que c’est cela, renchérit Ambre. Ensuite, je pense qu’il faut qu’on décide ensemble si on accepte de le dire aux Maraudeurs. Ils fonctionnent de la même manière que nous, je ne sais pas s’ils seront capables de garder un secret les uns pour les autres.


-C’est un peu plus engageant ça ! souligna Dora. C’est une chose d’admettre que Frank et Alice sont faits l’un pour l’autre mais les autres, on ne sait pas ce qu’ils vont devenir. Par exemple, supposons que Sirius perde son pari contre toi, Ambre.


-Il va perdre, affirma Ambre avec un sourire machiavélique.


-Ce n’est pas la question reprit Dora, supposons qu’il perde, il pourrait être atteint dans sa fierté qu’il révèlerait ton secret… Ou James si un jour il est vexé parce que Lily est amoureuse de quelqu’un d’autre.


-Je ne vois pas pourquoi ça le vexerait, coupa Lily. »


 


Dora ignora cette remarque, elle n’était pas là pour parler de James à Lily. Elles auraient bien l’occasion de le faire plus tard.


 


« Enfin rien de tout cela n’est sûr, conclut Dora, mais si jamais quelque chose dans ce genre arrivait, on devrait les réduire au silence d’une manière ou d’une autre et je ne sais pas encore ce que j’en pense.


-On peut se laisser la soirée pour y réfléchir, proposa Ambre.


-Oui, allons voler pour se changer les idées ! s’exclama Alice. »


 


Joignant le geste à la parole, Alice sortit sa baguette pour remplacer son uniforme par un haut improvisé, composé de torrents d’eau opaque qui lui permettait de couvrir sa poitrine. Les filles utilisaient leurs éléments pour ne pas révéler leurs corps de femme lorsqu’elles volaient. Les ailes qu’elles déployaient empêchaient tous vêtements classiques de rester sur leurs corps. Leurs éléments protégeaient donc leur pudeur en rendant leurs corps cachés.


Alice déploya deux ailes bleu clair qui s’écartaient à mesure qu’elle prenait de la hauteur. Déjà, ses amies partageaient le sentiment de liberté de leur amie avant de la rejoindre. Les ailes rouges et l’habillement de feu de Lily perçaient la nuit éclairée par la pleine lune, tandis que le blanc immaculé d’Ambre, vêtue d’un simple nuage, reflétait avec intensité l’éclairage de la nuit. Dora était plus discrète, plus énergique. Ses ailes vertes s’agitaient rapidement pour lui permettre de se dépenser.  Les quatre amies se laissaient aller à leur instinct. Leur élément les imprégnait pleinement, prenant parfois le dessus pendant un court instant sur leur humanité, puis les laissait savourer l’ivresse de la vitesse.


N’importe quel élève qui se penchait à la fenêtre de sa chambre ne voyait que des créatures aussi magiques que magnifiques qui volaient dans le parc. Si cela attirait les curieux, ils ne pouvaient se rapprocher des filles sans être éblouis par un halo de lumière trop puissant. Les filles savaient que, tant que personne ne croiserait leur regard alors qu’elles laissaient parler leur magie élémentaire, elles ne seraient pas reconnues.


 


*ça faisait si longtemps, pensa Dora, merci les filles.*


*C’est la première fois que nous sortons sous la pleine lune ? se demanda Alice.*


*Sûrement, approuva Ambre, parce que je ne me souviens pas d’avoir vu le parc sous cet éclairage.*


*Avec la lune sur la neige, c’est sublime ! renchérit Lily.*


 


En effet, il s’agissait bien de la première fois qu’elles volaient un soir de pleine lune. L’atmosphère était tout simplement incroyable et elles profitèrent de chaque instant de la nuit. Elles sentaient que le soleil ne tarderait pas à poindre et que la lune disparaissait à son tour quand elles entendirent un hurlement strident.


 


« Qu’est-ce qu’il se passe ! s’exclama Dora. »


 


La surprise était telle qu’elle s’était exprimée à haute voix. Ses amies la rejoignirent alors qu’elles observaient la lisière de la forêt.


 


« On dirait le cri d’un loup, analysa Dora. »


 


Les autres acquiescèrent et, au moment où elles allaient repartir vers la salle des Eléments, Dora s’élança vers la forêt interdire. C’était comme si elle était appelée par ce cri animal.


 


« Dora ! s’écrièrent les filles. »


 


Elles partirent rapidement à sa poursuite mais ne parvinrent pas à la rejoindre avant que quatre animaux sortent de la forêt. Un petit renard s’élançait pour repérer avant de laisser passer un immense cerf, un gros chien et un loup. Dès que les animaux perçurent la présence des quatre filles ils levèrent la tête. Ces dernières les surplombaient de quelques mètres, mais elles pouvaient clairement distinguer les quatre museaux levés vers elles.


 


*Vous pensez que les animaux peuvent nous voir ? s’inquiéta Alice.*


*Ce ne sont que des animaux, rationnalisa Lily, ils peuvent peut-être nous voir mais ils ne diront rien à personne.*


*C’est quand même peu commun de voir un cerf, un renard, un loup et un chien, nota Dora.*


 


Les quatre animaux ne bougeaient pas, toujours obnubilés par la grâce et la majesté dont témoignaient les quatre créatures face à eux. Mi-femmes, mi-muses, elles étaient magnifiques. Mais leurs yeux affutés d’animaux leur permettaient clairement de distinguer leurs visages. Même le loup-garou avait identifié les quatre filles qui étaient récemment devenues ses amies. Pourtant, sous cette forme, elles lui paraissaient inattaquables.


Si les filles ne savaient pas réellement à qui elles avaient à faire, elles ne pouvaient bouger, comme s’il était important qu’elle reste. Le loup grogna. La lune disparaissait à vue d’œil et la transformation n’était plus très loin. Il s’élança donc vers la cabane hurlante, suivi du chien qui aboyait.


Curieusement, les deux autres animaux ne bougeaient pas. Le cerf la fixait toujours avec intensité. Pourtant son regard dépassait les simples observations animales d’un cerf. Il y avait dans ses yeux quelque chose de plus fort, de plus humain. Ce fut en reconnaissant la lueur malicieuse qui trônaient dans les yeux de la bête fauve qu’elle comprit.


 


*Ce ne sont pas des animaux ! partagea-t-elle.*


 


Au même moment, parvenant sûrement aux même conclusion, Alice réduisit la distance entre elle et le renard et se posa face à lui.


 


« Frank ! s’exclama-t-elle. »




 


 


 


 


 

End Notes:

Alors, qu'en pensez-vous? et comment vont-ils réagir selon vous?

A bientôt pour la suite immédiate de ce chapitre

Jane

8/ Révélations by Jane_25
Author's Notes:

Me voilà de retour, je suis désolée pour cette absence interminable, mon boulot me prend tellement de temps. Si j'arrive à garder le temps d'écrire, parce que c'est important pour moi, il est compliqué de trouver le temps de publier.

Sinon, voici un chapitre crucial pour cette histoire, on en apprend plus sur les Eléments, sur les filles et sur les Maraudeurs.

J'ai pris pas mal de temps à écrire ce chapitre, alors n'hésitez pas à me donner un retour!

Merci et bonne lecture!

 

25 avril 1973 – Château de Poudlard

 

Lily fut la première à émerger, le halo l’éblouissait toujours, mais elle prenait progressivement conscience de son corps. Quand elle sentit l’intensité lumineuse diminuer, elle entreprit d’ouvrir les yeux.

 

« Les filles, nous ne sommes plus dans le couloir ! annonça-t-elle. »

 

Ambre releva alors la tête lentement.

 

« Quoi ? s’enquit-elle. »

 

Lily tenta de se lever mais elle était encore trop faible. Elle s’assit donc, contemplant la cour dans laquelle elle se situait. Dora et Alice, de leurs côtés, sortaient de leur inconscience.

 

« Où sommes-nous ? demanda Dora.

-C’est toute la question ! répondit Lily.

-C’est magnifique, souffla Alice. »

 

Les quatre filles se situaient aux quatre coins d’une fontaine en marbre, ornée de sirènes qui ondulait au rythme de l’eau.

 

« Le bruit de l’eau est si harmonieux, chuchota Alice. »

 

Les sirènes augmentèrent leur cadence en se fondant progressivement dans le corps de la fontaine qui s’allongea. Cette déformation s’épaissit et prit de plus en plus de place.

 

« Un arbre ! s’exclama Dora. »

 

Un tronc prenait place au milieu de la fontaine, sous le regard ébahi des quatre élèves, il était massif, droit et laissait apparaître des branches feuillues. La plante majestueuse s’affermit dans la petite cour avant de se consumer directement. Une immense flemme embrasait le bois. Le feu crépitait avec intensité et se reflétait dans les yeux captivés de Lily.

 

« Du feu, murmura-t-elle. »

 

Alors, la flemme prit de la hauteur et disparut, chassé par un souffle vif qui aérait la cour. Le vent résonnait dans l’enceinte, mais il ne faisait pas froid, aucun frisson n’émanait des filles. Elles étaient immobiles et silencieuses à l’exception d’Ambre qui laissait sortir un souffle dans une sorte d’expiration interminable.

 

Enfin, un nouveau halo se forma autour de ce souffle, de cette flemme, de ces feuilles et de ces flots d’eau qui lévitaient au-dessus des quatre élèves. Dans le silence de la nuit, le halo s’explosa en quatre parts et chaque élément fut projeté vers une fille. D’elles-mêmes, Lily, Ambre, Dora et Alice se levèrent, comme si elles étaient appelées par leur éléments. Elles accueillirent donc leurs halos qui s’ancrèrent définitivement en elles.

Sans rien dire, les quatre jeunes adolescentes, âgées de douze ou treize ans, avaient compris que leurs vies venaient de changer et que leur destin entrait dans une nouvelle dimension. Dans le silence de la nuit, la fontaine retrouva son marbre initial et laissa apparaître huit nymphes translucides aux couleurs des Quatre Eléments.

 

oO0°0Oo

 

12 mars 1978 – Parc de Poudlard

 

« Frank ! »

 

Ainsi interpellé, Frank ne put s’empêcher de reprendre forme humaine. Sous les premiers rayons du soleil, ce dernier se transformait, accompagné de James. Les filles n’en croyaient pas leurs yeux.

 

« Je crois qu’il faut qu’on discute, parvint à prononcer James. »

 

Sous sa forme humaine, il ne percevait pas l’angoisse de Rémus qui reprenait doucement forme humaine, ou les sons de la nature, mais il était uniquement stupéfait face à ce qu’il voyait. Il ne parvenait pas à décrocher son regard de Lily, drapée de feu. Elle le surplombait de quelques mètres et ses grandes ailes rouges tranchaient avec la neige rosée par le lever du jour. Elle avait les joues rougies par la vitesse qu’elle avait dû prendre lors de cette nuit. Ses yeux gardaient ce mystère et cette intensité que James aimait tant mais il percevait dans son regard quelque chose qui le dépassait et qui dépassait l’humanité de Lily.

Acquiesçant, Dora et Ambre furent les premières à s’avancer vers les garçons. Ils ne réagirent pas immédiatement car ils étaient obnubilés par celles dont ils étaient amoureux. Ce ne fut que quand Alice et Lily se décidèrent à suivre leurs amies qu’ils daignèrent réagir.

Ambre et Dora avaient regagné la terre ferme et troqué leurs ailes et leur revêtement élémentaire par des tenues moldues simples.

 

 

*Heureusement qu’on a appris à se changer magiquement, souligna Dora.*

 

Elle partagea à ses amies le souvenir d’Alice, qui peinait à de cacher des nymphes quand elle voulait se rhabiller après une de leurs premières séances nocturnes.

 

Alice et Lily imitèrent leurs amis sous les regards ébahis de James et Frank.

 

« Vous voulez qu’on se pose quelque part ? demanda Dora, pas forcément encline à leur montrer la salle de Quatre Eléments.

-Vous pouvez nous suivre, proposa James. »

 

Elles marchaient dans la neige, mais le froid n’atteignait pas les quatre filles. La chaleur que Lily ressentait en s’imprégnant du feu les réchauffait toutes les quatre.

 

« La cabane hurlante ! s’inquiéta Alice en s’approchant.

-Ne t’inquiète pas, il n’y a rien à craindre, la rassura Frank. »

 

Maladroitement, il posa une main sur son épaule. Il avait douté de sa petite amie et comprenait, même s’il avait mille questions qui lui venaient à l’esprit, que le secret qu’elle lui avait caché dépassait son simple engagement.

 

« Je te jure, je voulais t’en parler, chuchota-t-elle, mais j’avais besoin de l’accord des filles !

-Chut, souffla-t-il, il n’y a aucun problème. »

 

Les quatre autres étaient silencieux. Dora regardait ses pieds avec concentration. Si elle avait accepté l’idée qu’Alice se confierait à Frank dans les mois à venir, elle comptait s’assurer de son silence d’une manière ou d’une autre, mais l’inclusion de tous les Maraudeurs dans ce secret était beaucoup plus grave. Même si elles avaient évoqué cette idée un peu plus tôt, Dora ne l’avait pas approuvée, loin de là. Elle aurait même eu tendance à la réfuter purement et simplement. Mais elle n’avait plus le choix.

Dora lança un regard à ses amies. Alice avait une expression désolée tandis que les deux autres acquiesçaient en partageant les doutes de leur amie. A nouveau, elles avaient ce sentiment de vivre un changement capital dans leurs vies. Après près de cinq ans à porter ce secret toutes les quatre, elles allaient y intégrer les Maraudeurs.

En arrivant devant la cabane hurlante, elles constatèrent que Sirius se tenait debout devant la porte.

 

« Comment va-t-il ? S’enquit James d’une voix grave.

-Plutôt bien, assura Sirius. »

 

James souffla, soulagé. Il sentait son ami sérieux. Si les Maraudeurs appréciaient les quatre filles depuis qu’ils s’étaient rapprochés d’elles quelques temps auparavant, ils étaient maintenant devant le fait accompli et devaient eux aussi partager leur secret.

 

« Il se souvient de tout, ajouta-t-il. »

 

Frank écarquilla les yeux. Il était déjà arrivé que Rémus se souvienne de bribes de ses nuits sous forme animale, mais jamais clairement.

 

« De tout ? demanda James.

-De tout ce qu’il s’est passé depuis que nous sommes sortis de la forêt, dans les moindres détails. 

-Mais ça n’est jamais arrivé ? s’étonna Frank.

-On ne comprend pas pour l’instant, expliqua Sirius en poussant la porte, il y avait sûrement des évènements notables qui ne peuvent pas être oublié… »

 

En disant sa dernière phrase, Sirius avait haussé les épaules en regardant les filles. Elles étaient restées silencieuses mais leur présence face à lui confirmait que la vision de quatre déesses portant leurs traits n’était pas une hallucination. Il n’avait pas rêvé face à elles.

 

« D’ailleurs, continua-t-il, je pense qu’on peut rentrer pour discuter ? »

 

Lily acquiesça sérieusement. Cette réaction suffit à Sirius pour ouvrir la porte et inviter les quatre filles à rejoindre la salle principale de la cabane hurlante.

 

Rémus les attendait. Il avait les traits tirés de fatigue et ne disait rien. Assis dans un des quatre fauteuils déchirés de la salle, il adressa un timide sourires aux nouveaux arrivants.

 

« Bienvenue ! accueillit-il. »

 

Il émit un petit rire nerveux, sans doute pour éviter de se crisper face à ses amis. Il allait révéler ce qu’il avait de pire en lui.

 

« Hello ! répondit Dora de sa voix fluette. »

 

Elle se força à sourire plus qu’elle ne l’aurait fait dans cette salle vétuste. L’état de Rémus, le loup qu’elles avaient aperçu dans le parc et les cours de créatures magiques résonnaient dans sa tête. Elle n’osait partager ses pensées à ses amies mais sentait par leurs comportements hésitants qu’elles partageaient ses réflexions.

Le ton grave de la situation ne lui allait pas du tout, il fallait être sérieux, certes, mais ils étaient amis et devaient désormais se faire confiance. Il était trop tard pour regretter que les secrets soient révélés, il fallait avancer… et avancer ensemble.

 

« Je ne vous demande pas si vous avez bien dormi ! blagua-t-elle pour détendre l’atmosphère.

-Nous non plus, rétorqua Sirius. »

 

Lily s’assit sur le radiateur derrière Rémus. Elle fut suivie par tous ses amis qui trouvèrent un rebord de fenêtre, un accoudoir ou un autre support pour s’installer afin d’écouter ce que Rémus avait à leur dire.

 

« Bon, je vais commencer, annonça-t-il, je suis vraiment triste de vous annoncer cela, je comprendrais vos réactions si vous vous éloignez ou que vous ne voulez plus me parler, mais, je vous implore de garder cela pour vous… La circulation de cette information au sein de Poudlard me détruirait. »

 

Sirius peina à ne pas soupirer. Il savait que son ami le prendrait mal mais il était parfois un peu agacé par la tendance qu’avait Rémus à rendre sa lycanthropie détestable. Les filles étaient intelligentes et compatissantes, il n’y avait, pour Sirius, aucun risque qu’elles témoignent d’un quelconque dégoût et, avec ce qu’ils avaient vus, il y avait encore moins de risque qu’elles divulguent le secret, car ils pourraient riposter en révélant à leur tour ce qu’ils avaient vu.

 

« Ne t’inquiète pas, assura Dora qui était désormais certaine d’avoir compris de quoi il en retournait, tu peux compter sur nous. »

 

Rémus la remercia du regard, puis reprit :

 

« Voilà, je suis Loup-garou depuis que j’ai été mordu quand j’étais enfant. »

 

Face à lui, Alice se contenta d’acquiescer. Des milliers de questions se bousculaient dans sa tête, mais elle sentait le poids qu’elles infligeraient à Rémus. Ambre sourit plus sincèrement, elle était la plus assurée des quatre et savait que sa réaction était la plus attendue.

 

« Merci de t’être confié à nous, ça nous touche !

-Vraiment, renchérit Dora en se dressant soudainement, et encore une fois, il n’y a aucune raison qu’on le raconte à qui que ce soit… ni qu’on s’éloigne, tu nous manquerais beaucoup trop. »

 

Pour appuyer les propos de son amie, Lily s’approcha de Rémus et posa une main sur son épaule. Progressivement, des sourires naissaient chez les Maraudeurs, l’annonce était passée et, quand Rémus se redressa sur son fauteuil en souriant. Il semblait soulagé et le bonheur transparaissait malgré son teint pâle et fatigué.

 

« Merci, souffla-t-il.

-Mais il me semble que nous n’avons pas vu qu’un loup cette nuit, souligna Ambre. »

 

Elle avait le sentiment que la révélation de Rémus était suffisante pour lui, il fallait donc changer de sujet, et les trois animagi qu’elle avait vus – car il était désormais évident que le chien correspondait à Sirius – n’étaient autres que les trois autres Maraudeurs.

 

« Nous, mais ce n’est plus vraiment un scoop, expliqua James, nous sommes des Animagi.

-Depuis quand ? s’interrogea Lily.

-Depuis que nous avons appris pour Rémus, nous l’accompagnons, répondit Sirius, et Frank nous a rejoint dès qu’il en est devenu capable.

-C’est courageux ! dit Alice en se rapprochant encore de Frank. »

 

Son regard amoureux s’intensifia. Elle était fière de son petit ami qui prenait encore plus de place dans son cœur avec cet acte de bravoure.

 

« Et je suppose que vous en profitez pour vous amuser un peu, sourit Dora.

-Oh, avoua James, tu aurais dû voir la tête de Rusard quand il s’est retrouvé face à un chien en plein milieu des couloirs du château.

-Je crois que c’est quand même ton cerf qui lui a fait le plus peur, Cornedrue, répliqua Sirius.

-Je comprends beaucoup de choses, affirma Lily, cela devait être facile pour vous de faire les quatre cents coups, si vous vous métamorphosiez dans les couloirs.

-A ton plus grand déplaisir, nargua Sirius.

-Mais je pense que Rusard ne vous a pas beaucoup croisé, tant d’animaux dans à Poudlard l’aurait étonné et il l’aurait reporté à Dumbledore, raisonna Lily.

-Oh, nous avons encore d’autres secrets qui font la réussite des Maraudeurs, ma belle ! précisa James dans un clin d’œil séducteur. »

 

Lily peina à cacher le rouge qui lui montait aux joues ainsi que le sourire qui naissait réellement sur ces lèvres. L’humour de James l’atteignait de plus en plus, mais il ne fallait pas qu’il s’en rende compte.

 

« Mais ne vous inquiétez pas, assura Frank, ce sont de petits secrets, que vous découvrirez en temps voulu. »

 

Il chuchota quelques mots à Alice, pour éviter qu’elle doute de lui et de son honnêteté. Sirius reprit la conversation :

 

« Surtout que c’est à vous de nous révéler votre secret ! 

-C’est vrai, on avait presqu’oublié ! s’exclama Dora.

-Parle pour toi, moi je ne suis pas sûr d’oublier ce que j’ai vu de toute ma vie, souffla James »

 

Tous se tournèrent vers James. Il avait les yeux dans le vague et se repassait mentalement l’image de Lily volant vers eux avec ses ailes rouges, ses cheveux flamboyants, ses yeux éclatants et son revêtement enflammé qui la rendait si sensuelle.

 

« Mais je voudrais bien savoir ce que vous êtes exactement ? s’enquit James en se reprenant. »

 

Il se redressa et fixa Lily. Il était pendu à ses lèvres. Cependant, ce fut Ambre qui démarra l’explication.

 

« Vous en avez vu trop pour que l’on vous mente, mais, en vous révélant ce secret, vous devenez en partie responsable. Il est très important que certaines informations ne tombent pas entre de mauvaises mains. »

 

Frank frissonna ostensiblement, tandis que les autres Maraudeurs prenaient un air sérieux.

 

« Ce n’est rien de grave, assura Alice d’une voix douce, mais c’est assez inédit et cela doit vraiment rester secret. »

 

James acquiesça pour ses amis. Il n’avait pas cessé de regarder Lily depuis qu’il avait recentré la discussion sur les filles. Les autres suivirent James et les filles confiaient à Lily la responsabilité la plus importante depuis qu’elles avaient appris leur état.

 

« Nous sommes l’incarnation magique des Quatre Eléments ! »

 

Evidemment, elle ne reçut que des regards perplexes de la part des Maraudeurs. Cette déclaration qui résonnait au plus profond des filles nécessitait des clarifications pour les garçons.

 

« Quand nous étions en deuxième année, raconta Dora, on voulait aller voir la nuit depuis la salle d’astronomie. On est donc sorties après le couvre-feu.

-Lily tu as bravé le couvre-feu une fois dans ta vie ! s’étonna James.

-Elle l’avait même déjà fait, rappela Dora, puisque c’était elle qui nous avait dit que le spectacle de la nuit depuis la tour valait le détour.

-Oh, mais c’est qu’on en apprend tous les jours sur notre préfète parfaite ! se moqua gentiment Sirius. »

 

Lily préféra ne pas réagir. Rémus jetait déjà un regard blasé à Sirius. Il y avait vraiment mieux à faire que de se moquer de Lily alors que les filles expliquaient un mystère qu’il ne parvenait pas à comprendre. Il sentait la fatigue emmagasinée pendant la nuit qui se battait avec son cerveau curieux et intéressé par les propos de Lily.

 

« C’était une nuit de tempête, il faisait vraiment froid, il y avait plein de vent et, sans vraiment que l’on comprenne pourquoi, nous avons été attirées par une lumière intense…

-… c’était comme si on savait toutes les quatre, sans se parler qu’on devait y aller. Nous étions appelées par ce halo de lumière, continua Dora.

-Puis, on ne sait pas vraiment ce qu’il s’est passé mais nous avons perdu connaissance et quand nous nous sommes réveillées, nous étions face à des formes d’éléments et, quelques secondes après. Il y avait en nous quelque chose de plus, continua Ambre.

-En fait, c’est très étrange comme sensation, c’est tout un élément qui exprime sa magie à travers nous, enchaîna Alice.

-Oui, affirma Ambre, il y a, en nous, un élément que l’on peut manipuler. »

 

Rémus acquiesçait, tentant d’intégrer les informations qu’il recevait avant de se prononcer. Plus spontané, James demanda :

 

« C’est pour ça que vous pouvez voler ?

-Oui, notre élément s’exprime parfois de manière très vive et notre état à ce moment-là est un peu particulier, expliqua Alice, je deviens, dans mon cas, autant eau qu’humaine. C’est une sensation unique, je ne sais pas trop comment la décrire.

-Et vous avez d’autres pouvoirs ? s’enquit Sirius, et vous avez des pouvoirs individuels ? ou ils sont tous partagés ? »

 

Il sautillait sur son siège, impatient d’en connaître plus. Ses yeux s’illuminaient en imaginant tout ce que cela impliquait. Son entrain était amusant et arracha même un sourire à Ambre qui lui répondit avec tendresse :

 

« Ça fait beaucoup de questions !

-Oups… s’excusa Sirius, mais je suis curieux.

-J’avais remarqué… Pour te répondre, nous avons pris beaucoup de temps à apprendre à maîtriser les éléments. Au début, nous parvenions à peine à les influer et c’étaient plutôt les éléments qui contrôlaient notre magie.

-C’est vrai, se souvint Dora. Nous nous entrainions, sans vraiment savoir comment cela se manifestait.

-Nous n’avions pas de professeurs, tous les hommes qui ont incarnés les éléments sont morts et c’est pour cela que nous avons été choisies par les éléments, précisa Lily. Normalement, la transmission est héréditaire. Donc nous avons juste écouté nos corps et les éléments, ils ne voulaient pas prendre le contrôle mais s’exprimer à travers nous. Et maintenant, nous vivons ensemble.

-Et c’est plutôt agréable ! s’exclama Dora. »

 

Elle appuya ses propos en fermant les yeux pour prendre une grande inspiration. Quand elle les rouvrit, elle pinça les lèvres en souriant avec malice. Dans le silence de la cabane hurlante, les vieilles planches de bois craquèrent et se scindèrent pour laisser apparaître un tronc fin et délicat qui donna naissance à un arbuste.

 

« Je vais m’arrêter là pour ne pas détruire la cabane… sourit-elle.

-Waw ! Mais vous pouvez toutes faire ça ? s’étonna Sirius.

-Non, nous avons des pouvoirs spécifiques liés à notre élément et quelques pouvoirs communs qui se développent quand nous partageons des moments forts, expliqua Lily.

-C’est pour nous pousser à nous unir. L’union des Eléments rend la magie plus forte, renchérit Dora. »

 

Les Maraudeurs acquiescèrent. James ne disait toujours rien, stupéfait de la découverte qu’il venait de faire. Rémus se permit se sourire quand il intégra enfin ce qu’impliquait la condition des filles.

 

« C’est un don prodigieux, souffla-t-il.

-En effet, mais il y a des risques, annonça Lily, si l’information tombe entre de mauvaises mains, on pourrait avoir des problèmes.

-Et si nous nous séparons, ou les futurs porteurs des éléments se déchirent, l’équilibre magique dans lequel nous vivons sera menacé, continua Alice avec un ton grave. »

 

Alice et Lily étaient un peu dures, sans doute plus sèche qu’elles ne l’auraient été en temps normal pour alerter les Maraudeurs sur le besoin de garder cette information secrète. Ambre laissa un silence s’installer pour marquer le coup puis reprit joyeusement.

 

« En attendant, on cherche toujours comment améliorer nos pouvoirs et les utiliser avec bienveillance. »

 

Elle pinça les lèvres avant que la fenêtre ne claque pour s’ouvrir dans un courant d’air qui enveloppa Sirius. Lily la suivit en faisant naître un feu vif dans la vieille cheminée de la cabane hurlante, tandis qu’Alice créait de flocons de neige dans la salle.

 

« Waw, c’est magnifique ! s’enthousiasma Frank. »

 

Les filles terminèrent leurs sorts en ne laissant dans la salle qu’une petite plante à l’emplacement de l’arbre de Dora.

 

« C’est fou, souffla Sirius. »

 

Dans un silence réconfortant, les huit amis se regardèrent en souriant. Il était temps d’aller se reposer après cette nuit mouvementée. Chacun, en rentrant dans sa chambre, faisait résonner en lui tout ce qu’il venait d’apprendre. Des secrets avaient été révélés, des mystères avaient été expliqués mais, ce qu’il restait de plus fort au fond des huit élèves, c’était le lien indéfectible qu’ils créaient ensemble.

 

End Notes:

Et voilà, il n'y a plus deux secrets distincts mais un secret commun. Les filles s'exposent-elles à des risques en partageant tout cela?

Et Remus, comprendra-t-il un jour qu'il n'est pas l'animal qui s'anime aux pleines lunes?

Je vous laisse à vos remarques,

Merci et à bientôt 

Cette histoire est archivée sur http://www.hpfanfiction.org/fr/viewstory.php?sid=37851