Les deux plumes bien plus qu’indiscrètes by Roneila20
Summary:

Gilderoy Lockhart est un célèbre écrivain du monde sorcier... Rita Skeeter est une journaliste à la recherche de scoops intéressants. Pour ces deux personnages, la carrière compte beaucoup, quitte à avoir recours à des méthodes peu conventionnelles ... Mais que se passerait-il si leurs chemins se croisaient lors d'un évènement ?

 


Categories: Romance (Het), Autres couples (Het) Characters: Autre personnage, Professeurs de Poudlard
Genres: Romance/Amour, Tragédie/Drame
Langue: Français
Warnings: Aucun
Challenges: Aucun
Series: Les associations improbables : Here we go again!
Chapters: 2 Completed: Non Word count: 2627 Read: 590 Published: 20/02/2021 Updated: 23/03/2021
Story Notes:

Cette fanfic est écrite dans le cadre du concours Les associations improbables avec le couple Rita Skeeter-Gilderoy Lockhart

Voici donc l'histoire de deux personnages pas toujours appréciables (mais qui iraient bien ensemble).

 

 

1. Chapitre 1 : Là où tout a commencé ... by Roneila20

2. Chapitre 2: La Gazette du Sorcier et Sorcière Hebdo by Roneila20

Chapitre 1 : Là où tout a commencé ... by Roneila20

Cette journée avait été un grand succès ... Si Gilderoy Lockhart avait au départ espéré un petit succès pour son livre, il constatait à présent, avec enthousiasme, que ses attentes été largement dépassées. Le premier tirage de son livre s'était écoulé en seulement un mois qu'il avait fallut en programmer d'autres pour répondre à une demande croissante de lecteurs. Et ça ne s'était pas arrêté là car certaines personnes bien curieuses avaient demandés à en savoir plus sur l'auteur, encore inconnu à ce moment-là. Cette curiosité et le succès du livre de Lockhart n'était d'ailleurs pas passé inaperçu auprès de la ministre de la magie, Millicent Bagnold, qui avait voulu le rencontrer. Après cela, elle avait décidé de consacrer à l'auteur une journée pour la promotion de son livre, avec conférence, dédicace, repas festif, bal ... Gilderoy n'en croyait pas ses yeux mais la situation avait de quoi le faire sourire. Peu de gens de son âge réussissaient aussi facilement en partant de presque rien. Il n'avait pas manqué d'attention durant cette journée. Plein d'autographes avaient été signés et de nombreuses sorcières s'étaient bousculées pour lui accorder une danse lors du bal. À seulement vingt ans, Gilderoy Lockhart était donc le plus jeune écrivain reconnu du monde sorcier britannique.

 

Et pour cet évènement, le sorcier avait choisi sa tenue avec soin. Il aurait bien aimé avoir une robe de sorcier en couleur lilas, qui était sa préférée, mais sa garde-robe actuelle n'en possédait pas. Il faudrait qu'il pense à passer chez Madame Guipur, maintenant qu'il avait les moyens de s'offrir une nouvelle garde-robe à la dernière mode. Néanmoins, il avait quand même opté pour une robe de sorciers de cérémonie bleu marine avec quelques broderies dorées, et un chapeau assorti. Un style simple mais habillé, qui mettait bien en valeur sa chevelure blonde et ses yeux bleu myosotis. Le sorcier avait jugé bon d'user de simplicité, voir d'un peu de modestie, pour ce premier évènement. L'idée principale étant de se faire apprécier par la plus grande majorité du monde sorcier, et par la même occasion de se faire une place au seins de l'élite de celle-ci.

 

Cette soirée semblait plutôt prometteuse car une femme, qu'il avait aperçut lors de la conférence, s'approcha de lui. Elle avait les cheveux blonds frisés en boucles plutôt rigides, portait des lunettes parsemées de strass et une robe verte émeraude ornée d'un col et d'une ceinture de dentelle noire, suivie de quelques froufrous sur la jupe et les manches. Elle demanda en tendant sa main, accoutrée d'ongles longs au vernis rouge :

- Monsieur Lockhart, m'accorderiez-vous une danse, s'il vous plaît ?

Le sorcier accepta tout de suite en l'entraînant sur la piste de danse. Ils valsèrent donc pendant quelques instants jusqu'à ce que le sorcier demande à la sorcière :

- J'ai oublié de vous demander, mais vous êtes ?

- Rita Skeeter, je suis journaliste à la Gazette du Sorcier et ... je souhaiterais faire un article sur vous et votre livre, si me le permettez bien sûr.

- Mais bien sûr, je vous en prie. Rien ne me fera plus plaisir.

Ils quittèrent donc de la piste de danse pour rejoindre une table où était déjà installé un homme que Lockhart identifia comme le photographe de Rita Skeeter car ce dernier tenait un appareil photo. Il passa à la sorcière un sac en peau de crocodile. A l'adresse de Lockhart, elle dit en désignant l'homme assis :

- Voici Bozo, mon assistant et photographe.

- Je l'avais deviné. sourit Gilderoy

- Si vous le permettez. Il va vous prendre en photo pendant que je prépare mon matériel. reprit Rita

- Vous avez tout à fait le droit de me prendre en photos, M.Bozo. Donnez-moi juste un instant pour arranger ma robe, mon chapeau et ma chevelure. Il ne faudrait quand même pas faire peur aux lecteurs et lectrices. acquiesça le sorcier avec un petit clin d'œil à la journaliste. Cette dernière rit et rougie un petit peu à la réplique. Pendant que son assistant photographiait Lockhart, elle ouvrit son sac et en sortit une plume verte et un parchemin. Une fois qu'elle eu fait noté magiquement la date et le sujet son interview par la plume, la sorcière déclara :

- Nous pouvons commencer ... Tout d'abord, que représente cet évènement pour vous ? Vous devez sûrement être heureux d'un tel succès.

- Je suis plus qu'heureux, je suis fou de joie. Cet évènement est un vrai boom pour mon livre. J'ai d'ailleurs remercié plusieurs fois et je remercie encore notre ministre de la magie, Millicent Bagnold, pour l'organisation et l'investissement de cette journée.

- Avez-vous d'autres personnes à remercier ?

- Oui, une qui est dans mon cœur depuis toujours. Car sans elle, je n'y serais jamais arrivé. Elle m'a toujours soutenue. J'espère d'ailleurs qu'elle verra que le fruit de ses bonnes action a finir par mûrir. D'ailleurs si elle n'avait pas existé, je n'aurais pas existé non plus. Il s'agit bien évidement de ma mère, Madeline Baxter, une sorcière extraordinaire.

- Et votre père, qu'en pense t-il ?

- Oh lui, je ne crois pas qu'il s'en souci tellement. Ma mère et lui ont divorcés lorsque j'avais quinze ans. Mes deux sœurs, qui sont cracmoles, sont parties avec lui. Nous avons eu très peu de contact depuis, bien que mère tente de le maintenir.

- Ça a dû être une période difficile.

- Oui. Mais nous avons appris à nous y faire ... Et si nous revenions à notre interview ?

- Oui, bien entendu. Quelles ont étés vos motivations pour vous lancer dans l'écriture de votre livre ? Est-ce une idée de longue date ou plutôt récente ?

- Vous savez ... Chaque auteur a ses propres spécialités. Le projet initial pour l'écriture de mon livre a été tout d'abord de faire des recherches sur les forces du mal. Au fur et à mesure et comme je suis un grand passionné d'auteurs comme Norbert Dragoneau, j'ai voulu me spécialiser sur les créatures et phénomènes que nous classons ou relions à cette catégorie, analyser les forces et les faiblesses, explorer les lieux qu'ils fréquentent ...

- Voilà qui est intéressant. Envisagez-vous d'autres livres dans la suite ?

- Naturellement, d'ailleurs le prochain serait sur ...

- Excusez-moi de vous déranger, Monsieur Lockhart, mais vous ne m'avez pas encore accordé de danse. dit soudain une jeune sorcière aux cheveux brins et épais

- Eh bien, allons-y !!! répondit le sorcier en se levant avant de se retourner vers la journaliste pour dire :

- Veillez m'excuser, mais tout le monde en demande.

- Bien sûr, nous reprendrons cette conversation plus tard. acquiesça Rita

 

Cependant, elle regarda Lockhart accompagner sa nouvelle cavalière sur la piste de danse avec une légère pointe d'amertume. Pourquoi fallait-il que leur conversation soit écourtée par cette jeune femme tout simplement pour une danse ?

D'un côté, il fallait bien s'y attendre. Tout au long de la soirée, la plupart des sorcières avait sollicitées Gilderoy Lockhart pour danse car l'évènement était « unique ». Rita, elle même, avait dû avoir recoure à cette technique pour approcher facilement le sorcier à cause des nombreux curieux et curieuses qui le sollicitées. Il fallait aussi dire que le sorcier avait toute les qualités d'un homme idéal ... La beauté, le charme, l'intelligence ...

Rita Skeeter devait reconnaître, bien que de treize ans son aîné, elle était un peu attirée par ce sorcier. Il paraissait tellement charmant et mystérieux ... assez mystérieux à vrai dire.

 

End Notes:

Voilà pour un premier chapitre, j'espère qu'il vous a plu. 

Chapitre 2: La Gazette du Sorcier et Sorcière Hebdo by Roneila20

La presse sorcière britannique possédait un système d'organisation très rigoureux. Tout d'abord, chaque revue ou journal, quel qu'il soit, devait être déclaré au ministère de la magie, avec tout un dossier qui rassemblait les différents documents administratifs, financiers ... Le ministère de la magie abritait d'ailleurs un espace dédiée à ces services au département de l'application de la loi. Chaque jour, des sorciers spécialisés devaient analyser et trier les différents dossiers. Il était aussi de leurs devoirs de veiller à ce que chaque dossier soit bien à jour pour éviter les mésaventures ... Pourtant, la presse sorcière renfermait plus de secrets que l'on ne pouvait le penser.
Et chez la Gazette du Sorcier et Sorcière Hebdo, les secrets de production étaient de rigueur. Les deux périodiques demeuraient les principaux journaux lus par le public, menant un succès qui dépassait largement les autres periodiques du pays. Le Chicaneur, dirigé par Xénophilius Lovegood, se trouvait juste derrière eux dans le classement, suivit d'autres journaux et magazines, plus diversifiés ou spécialisés dans des domaines spécifiques.

La Gazette du Sorcier et Sorcière Hebdo possédaient aussi les mêmes bureaux, situés au cœur du chemin de Traverse. Il s'agissait d'un bâtiment ancien et assez large, composé de six étages et d'un rez-de-chaussée. Celui-ci s'ouvrait sur une réception pour recevoir des personnes souhaitant consulter un ou plusieurs documents ou ayant un rendez-vous avec les différents rédacteurs. Elle réceptionnait aussi des articles à destination de la presse (écrits par des personnes extérieurs) et le courrier quotidien.
Le premier étage se composait de salles de réunion, de consultation et de rendez-vous. Un coin pratique pour le personnel et le public extérieur.
Au second étage se trouvait les ateliers d'imprimerie, de graphisme et de photographie où œuvraient des sorciers spécialisés dans ces domaines-là. C'était d'ailleurs un bel avantage pour le succès de la Gazette du Sorcier et de Sorcière Hebdo.
Les bureaux des différents personnels se trouvaient au troisième étage, ils étaient une bonne dizaine.
Les cinquième et sixième étages étaient consacrés aux archives : un pour celles de Sorcière Hebdo et l'autre pour celles de la Gazette du Sorcier.
Et le quatrième étage aménageait le bureau de Barnabas Cuffe, le directeur, ainsi que ceux de quelques journalistes hautement placés, dont faisait partie Rita Skeeter.

D'ailleurs ce matin, en poussant la porte de son bureau, la sorcière était tellement prise dans ses réflexions qu'elle sursauta lorsque, derrière elle, Barnabas lui dit :
- Bonjour Rita, cherches-tu à être discrète ?
- Non, j'étais juste distraite par mes pensées que je ne t'ai pas vu. Répondit la sorcière avec air assuré habituel en se retournant
- Quel genre de pensées ?
- Celle de mon article sur Gilderoy Lockhart.
- La nouvelle célébrité du monde sorciers ... Hum ... Il est bien jeune et possède déjà du talent et un grand succès pour son premier livre, intéressant et mystérieux à la fois ... Mais d'ailleurs où en es-tu de cet article ?
- J'ai commençais l'interview de l'auteur lors de la soirée d'hier mais je n'ai pu la finir car Lockhart été sans cesse sollicité par différentes personnes. On aurait presque dit que ce sorcier avait du sang de vélane en lui.
- Intéressante théorie ... Ne t'aurait-il pas envoûté, par hasard ?
- Toujours la réplique pour rire, à ce que je vois. Ne prend pas tes désirs pour des réalités, mon cher Barn.
- Un peu d'humour, quand même ... Tu as d'ailleurs troqué ta robe de soirée contre une robe plus « passe partout ».
- Il y a une différence entre soirée mondaine et travail.
- Pourtant hier soir, c'était aussi pour le travail que tu te rendais a cet évènement, qui durait tout la journée d'ailleurs.
- Le travail demande une bonne organisation pour récolter les meilleurs informations. Il est aussi important de se montrer discret.
- Ah ah ah ... Toujours aussi calculatrice à ce que je vois.
- Toujours ... Et si tu veux bien m'excuser maintenant, le travail pour mon article m'attend ... à moins que tu ne préfère qu'il ne soit publier que dans cent ans.
- Je t'en prie, vas-y ... Je compte sur toi pour faire un article flamboyant.
- Comme d'habitude, dit Rita en passant la porte de son bureau.

Une fois qu'elle eu refermée la porte, elle souffla un coup. Barnabas pouvait être quelqu'un de compétent, mais quelque fois il lui arrivé d'être limite un peu lourd. Depuis sa nomination au poste de directeur, il semblait avoir un peu pris la grosse tête. Mais si il croyait que son air semi-séducteur le rendait imposant et supérieur, il ne risquait pas d'impressionner Rita, tant elle en avait vue passer. Le poste de directeur était occupé par un sorcier ou une sorcière, nommés par le prédécesseur. Il fallait avoir une bonne stratégie et une bonne ruse pour pouvoir accéder à ce poste très qualifié. Rita songea qu'il ne serait pas étonnant que Barnabas, malgré ses grandes compétences et sa carrure avantageuse, est un petit peu jouer sur quelques ruses pour pouvoir obtenir la place plus facilement. Ambitieux et rusé comme il était, cela était vraiment possible. A poudlard, il avait réussi à être préfet de Serpentard, batteur de l'équipe et faire parti du club de Slug. Et comme pour elle, ce club avait permis de leur ouvrir une porte sur la presse du monde sorcier, notamment sur la Gazette du Sorcier et Sorcière Hebdo. Ils y avaient fait leur débuts entant que simples journalistes avant de gravir peu à peu quelques échelons. Barnabas était allait jusqu'au poste le plus haut, tandis que Rita avait préféré s'arrêter un peu avant, maintenant tout de même un statut hautement placé. Elle était l'une des journaliste les plus reconnue car ses écrits étaient lus et appréciés par un grand nombre de personnes. Et pour cela, elle avait adoptée une technique très particulière, mais qui toutefois demandait la plus grand discrétion et le plus grand secret ... Elle était animagus, mais non déclaré, ce qui passible d'un emprisonnement à Azkaban si elle était découverte. Sachant que ce processus avait été assez long et complexe, la sorcière ne souhait surtout pas se retrouver derrière les barreaux ... Ce serait le pire scandale du monde sorcier. Voilà pourquoi personne n'était au courant, même pas quelques un des membres du personnel, on ne sait jamais.

Néanmoins, la possibilité de se métamorphoser en scarabée était un atout majeur qui lui avait permis de rédiger des articles bien intéressants. Sa méthode consistait à toujours chercher chez une personne le moindre défaut ou secret qui serait susceptible de faire sensation auprès des lecteurs. Mais pour Lockhart, quelque chose l'empêchait d'employer sa méthode habituelle. Elle s'assit à son bureau, tout en réfléchissant. La sorcière se doutait que ce sorcier cachait quelque chose, quelque chose d'intéressant, mais quoi ? Bien que cela paraisse extraordinaire, un succès à seulement vingt ans pour un livre qui s'appelait Vadrouilles avec les goules était tout de même surprenant ... voir un peu suspect.
- Je dois découvrir son secret de production ! Dit-elle soudain à voix haute.

Mais avant, elle devait finir l'entretient inachevé qu'ils avaient eus la veille. Cela lui permettrait d'en savoir plus. Elle attrapa donc une plume et un morceau de parchemin et écrit quelques ligne dessus avant de se relire :

« Cher M.Lockhart,

Comment allez-vous ?

Je me permet de vous contacter pour vous demander si vous accepteriez que nous nous revoyons dans le but de finir l'entretient pour l'article sur votre livre pour la Gazette du Sorcier. Si oui, pourriez-vous m'indiquer vos disponibilités pour que nous puissions planifier un rendez-vous, s'il vous plaît ?

Bien cordialement
Rita Skeeter
 »

Elle roula le parchemin et se dirigea vers le perchoir où sa chouette effraie dormait paisiblement. Elle la réveilla doucement en lui caressant les plumes et lui accrocha le message à la patte. Ouvrant fenêtre, elle dit :
- Ce message doit être amené à Gilderoy Lockhart au plus vite.
La chouette partit aussitôt sous le regard pensif de Rita avant qu'elle ne retourne s'asseoir à son bureau. Il ne resté plus qu'à attendre la réponse du sorcier, en espérant qu'il puisse lui accorder un rendez-vous.

La réponse ne mit cependant pas longtemps à arriver. Environ une demi-heure plus tard, la chouette revint. Elle posa un parchemin roulé de couleur lilas devant Rita, qui lui donna un petit brin de nourriture comme récompense. L'animal le mangea et fit un petit cri de joie avant d'aller se reposer sur son perchoir tandis que la journaliste déroulait le parchemin lilas.

 

Cette histoire est archivée sur http://www.hpfanfiction.org/fr/viewstory.php?sid=37977