Entre Chien & Chat. by Guette
Summary:

Sirius Black, ou le plus sexy des élèves que Poudlard n'ait jamais connu.

C'est comme vous voulez, mais je préfère la seconde option ;)
( après, vous pouvez aussi m'appeler Patmol
Vous connaissez sans doute, ma passion pour les jolies filles que je collectionne ?
Et bien, il faut que je vous avoue quelque chose ... 
J'ai un crush.

Son prénom ? ... arf ...
Son nom ? ... vous m'en demandez beaucoup !

Bon ...ok, je vous le dis, parce que c'est vous ..
Minerva Mc Gonagall. 

Les crédits de ces magnifiques illustrations sont 
Sirius : dasstark.tumblr - Minerva : alesseajontrunfio
.tumblr


Categories: Epoque Maraudeurs Characters: Les Maraudeurs, Minerva McGonagall, Sirius Black
Genres: Amitié, Comédie/Humour, Romance/Amour
Langue: Français
Warnings: Lime
Challenges: Aucun
Series: Les associations improbables : Here we go again!
Chapters: 5 Completed: Oui Word count: 6328 Read: 2206 Published: 15/04/2021 Updated: 18/04/2021
Story Notes:

Cette petite fiction est écrite dans le cadre du concours des Associations Improbables qui me fait de l'œil depuis des mois. 
À ma plus grande joie, le concours a été relancé pour une seconde édition !! 
Problème .. la deadline est dans 4 jours. 

— Quatre jours ?!! Mais Guette ! Tu ne vas jamais pouvoir écrire une fiction en 4 jours ?!!! (s'étonne la foule en délire) 
— Donnez-m'en deux. (boum. Drop The Mic) 

Hahaha !! plus sérieusement, j'espère que la lecture vous amusera autant que l'écriture me fait rire ! 

Guette :)

1. Deux heures de retenue. by Guette

2. Aaaah... Minerva ! by Guette

3. Boules de poils. by Guette

4. Elle a dit oui. by Guette

5. Elle te veut. by Guette

Deux heures de retenue. by Guette
Author's Notes:

Bonne lecture ! :)

— Ça t'arrive de l'imaginer à poil ? demandé-je d'un ton rêveur, le menton posé dans la paume de ma main, à l'adresse du brun assis à mes côtés.

— Oh oui...! répond James en étirant un sourire amoureux en direction de la longue chevelure rousse qui nous fait dos, à quelques rangs de nous .

— Sérieux ?! Je pensais qu'il n'y avait que moi, m'étonné-je en me redressant sur ma chaise.

— Attends... Tu parles pas de Lily ?!

— Lily ? Pourquoi vous parlez de Lily ? demande le petit blond dans notre dos en sautillant avec frénésie pour se mettre à notre hauteur.

— Laisse tomber Queudver, t'as aucune chance avec Evans, lance mon meilleur ami par-dessus son épaule de son fidèle petit ton arrogant, limite méprisant.

Mais tellement amusant.

Peter se rassoit alors, la mine triste, et se remet à noter son cours de Métamorphose avec application.

— Et applique-toi, oui ! Que j'arrive à te recopier ! le menacé-je dans un rire rauque.

— Marlène...? reprend alors James en me jugeant par-dessus ses lunettes rondes.

Je secoue la tête de gauche à droite.

— Déjà fait !

— Quand ?! s'étonne mon frère de cœur.

— Après le dernier match. Tu sais bien que rien n'est plus attirant qu'un sportif transpirant... soufflé-je en levant les yeux au ciel tout en bombant le torse.

— Emmeline...?

— Hmm hmm, répété-je en agitant la tête.

— Aussi ?!

— Non, admets-je. Pas encore ! ajouté-je en riant.

— Alors Alice...? chuchote James pour ne pas se faire entendre par Franck assis à quelques chaises de nous.

— Naaaan ! T'es malade ! Je pique pas les copines des autres ! dis-je, feignant d'être outré. Pour appuyer mes dires, je place ma main au niveau de mon cœur.

James m'envoie un regard railleur.

— Bon, ok. Je le fais ! Mais franchement, elles sont bien mieux avec moi non ? Tu m'as vu ?! Pfff, personne ne m'arrive à la cheville ! me vanté-je.

Je retrousse ma manche jusqu'en haut de mon bras et le plie en contractant mon biceps.

— Touche-moi ça Cornedrue ! dis-je suffisamment fort pour que tous les regards se tournent vers moi et que tous les yeux de la gente féminine présente dans la salle de classe puisse observer le grand et beau Sirius Black.

En bon spectateur, James se lève et clame haut et fort :

— Approchez, approchez ! Venez admirer la bête ! Que dis-je le Dieu vivant. Cet Apollon vous comblera mesdemoiselles. Son pelage doux vous tiendra chaud la nuit !!

Marlène et Emmeline, assises au premier rang se mettent à glousser en nous regardant faire les pitres, Lily nous envoie un regard noir et détourne très vite ses yeux verts vers le tableau noir.

— Messieurs ! Je vous prie de reprendre votre calme ! Monsieur Black, rhabillez-vous, voyons ! nous corrige le Professeur McGonagall d'un ton sec en nous sermonnant du regard à travers ses lunettes en demie-lune juchée sur le bout de son nez.

A contre-coeur, je rabaisse ma manche, tout en envoyant un clin d'œil charmeur à Emmeline qui se met à rougir.

— Tu les auras toutes eues ! me félicite James en pouffant.

— Hahahaha presque toutes !! me vanté-je en bombant le torse.

— Sauf Lily ! Hein ! Blague pas ... me réprimande James du regard.

— Sur ce coup, tu peux me faire confiance, mon frère ! Jamais je ne tenterai quoi que ce soit avec ta Lily, lui envoyé-je avec une tape franche dans le dos.

— Alors, avec Emmeline, ça avance ?

— Messieurs !! Soyez attentifs !! nous réprimande une fois de plus McGonagall

James baisse le ton et s'avachit sur sa table pour se faire plus discret.

— Je pense que c'est mort... admets-je en me m'affalant à mon tour sur mon pupitre.

— Tu ne vas pas lâcher l'affaire quand même ! Patmol, je t'ai connu plus combatif ! se moque mon meilleur ami.

— J'ai une autre cible, lancé-je alors.

— Sérieux ?! s'étonne tellement James que sa voix monte malgré lui dans les aigus.

— Potter ! Black ! -10 points chacun !! La prochaine fois, c'est une heure de retenue ! s'énerve McGonagall.

Peu dissuadé par les menaces de notre professeur, James poursuit son interrogatoire, l'œil brillant de curiosité.

— C'est qui ? Une Serdaigle ? Je t'ai vu tourner autour d'une jolie métisse l'autre jour ... c'est elle ?

— Non, réponds-je avec malice pour le narguer.

— Allez !! balance !!!

— Ça suffit ! Ou je vous retire 10 points supplémentaires Messieurs ! nous envoie Mc Gonagall qui commence à franchement s'agacer.

Sans nous concerter, nous affichons tous deux un air boudeur et croisons dans un même geste nos bras sur nos torses.

En un regard, nous éclatons de rire, ce qui ne manque pas de mettre notre professeur hors d'elle.

— Moins 15 points !

— Mais ! Vous aviez dit 10 ! s'offusque James en se redressant sur son dossier.

— Moins 20 points chacun ! annonce alors McGonagall, les yeux accusateurs.

— Merde, ruminé-je.

— Monsieur Black, auriez-vous des remarques pertinentes à propos du cours du jour ? me demande Mc Go avec agacement.

Je lui envoie mon sourire le plus charmeur.

— Non, Professeur McGonagall, votre cours est parfait.

— Lèche-bottes ! me chuchote James.

— Potter ! Black ! Une heure de retenue !! scande McGonagall, excédée en tapant violemment son poing contre son bureau.

Derrière nous, Peter sursaute en émettant un petit couinement qui me fait lever les yeux au ciel. Remus, assis à côté de lui, ne semble même pas s'être rendu compte de la situation, le nez plongé dans son bouquin.

— Mais Professeur !! se plaint James.

— Vous en voulez une deuxième, Monsieur Potter ?!

— Non Professeur McGonagall, s'abaisse finalement James. Fais chier... me dit-il à voix basse.

— Ouais... avoué-je, en essayant de me concentrer sur le cours. Mais mon regard se perd sur sa silhouette élancée, sur ses cheveux attachés dans un chignon haut, sur ses longues mains élancées et délicates, son allure presque féline...

— Pssst, me coupe James dans mes pensées divagantes. Alors, c'est qui ?!!

— Saches juste, que je viens de me décrocher un rencard avec elle, lancé-je avec un clin d'œil appuyé et un début de sourire carnassier.

Mon meilleur ami me regarde avec des yeux ronds, puis un éclair traverse ses iris marrons.

— Naaaaan ?!!! hurle-t-il presque.

— Fermes-là James !!

— 2 HEURES DE RETENUE !!!

— Tu fais chier Cornedrue ! Une seule était suffisante, râlé-je en feignant d'être en colère.

— Tu devrais plutôt me remercier, je viens de prolonger ton rencard ! me lance-t-il avec le sourire jusqu'aux oreilles en me gratifiant d’un coup de coude dans les côtes.

End Notes:

ALOOOORS ?!!! 

Aaaah... Minerva ! by Guette
Author's Notes:

Vous pensiez que j'allais vous laisser là dessus !
C'est mal me connaître !!! 

Bonne lecture :)

Remus respire fort et est secoué de spasmes musculaires qui me font sursauter et me réveillent du demi-sommeil dans lequel je venais tout juste de tomber.
Après notre folle nuit dans la Cabane Hurlante, nous avions porté à bout de bras notre ami bien épuisé de sa douloureuse transformation pour marcher.

James qui avait subi quelques griffures durant un combat avec le loup-garou ne s’était pas senti capable de rester à son chevet jusqu’au petit matin et donc de faire nuit blanche.
Sans rechigner, je m’étais proposé de le faire, en m’accordant quelques petites phases de sommeil.

C’est donc affalé sur mon fauteuil peu confortable, la nuque sans doute brisée par ma position, que j’entends la porte de l’infirmerie s’ouvrir dans un grincement qui me glace le sang. À côté, les hurlements de Remus pourraient passer pour une berceuse.


Instinctivement je passe ma main le long de ma bouche et essuie avec le revers de ma manche la bave qui aurait pu couler durant mon somme.
Je me redresse et passe un coup dans mes cheveux pour les discipliner un peu et me donner de l’allure. Je tire sur mon sweat noir et fais mine d’être frais et dispo.

Je tends l’oreille mais n’entends aucun bruit, personne.
Personne ne sait que Remus est là, personne sauf Dumbledore, alors mon cœur se met à palpiter dans ma poitrine et par réflexe je sors ma baguette, prêt à me défendre et à défendre mon ami vulnérable et endormi
Je secoue la tête et me dis que le manque de sommeil doit me faire halluciner, alors je me rassoie, et pousse un long soupir de soulagement.

— C’était moins une, Lunard ! Heureusement que je suis là pour te défendre ! plaisanté-je en regardant les traits tirés de Remus, allongé sur le lit en train de combattre ses derniers démons.

Je suis prêt à fermer les yeux de nouveau pour m’accorder quelques précieuses minutes de sommeil, lorsque crois voir le lourd rideaux blanc qui isole la couchette de Remus se mettre à onduler.
Je cligne des yeux, et les frotte avec mes poings pour vérifier que je ne suis pas encore en train d’halluciner.

C’est quoi ce bordel ?
C’est à moment précis qu’un chat tigré apparaît de nul part après s’être faufilé sous le rideau en catimini.

— Putain de chat !! Vas t-en sale bête ! pesté-je en le chassant du pied. Allez ! Zou ! Dehors !! Fous le camp !

Mais le félin reste assis sur ses pattes arrière, immobile.
Il penche la tête de côté, comme s’il me jugeait.

— Tu ne veux pas partir ?! Très bien ! Tu l’auras voulu !


Je me lève de mon fauteuil et me tient debout juste à côté du lit de Remus qui ronfle désormais paisiblement.
Je fronce les sourcils pour me concentrer et vient puiser en moi une énergie enfouie. Mon corps se réchauffe, j’ai la sensation que tous mes muscles fourmillent et que mon sang circule plus vite pour irriguer tout mon corps.
J’aime cette sensation.
Ma vue se trouble et les couleurs deviennent moins vives, mon odorat, lui, se développe de manière considérable, si bien que j’arrive à sentir toutes les odeurs des produits enfermés dans les bocaux présents sur l’étagère. Le baume de dictame dont est tartiné Remus me monte au nez, ou plutôt, à la truffe.

Campé sur mes quatre grosses pattes noires, je toise désormais le chat resté impassible devant ma transformation.

Wouf ! aboyé-je doucement pour le faire fuir.

Mais le félin ne bouge pas, hormis son oreille qui frétille.
Puis, je le vois grandir, d’un coup, très vite. Ses pattes s’allongent et son corps s’humanise, les rayures de sa tête se transforment en traits de visage.

Par Merlin.

— Monsieur Black, bonjour.

En deux secondes, je reprends mon apparence de jeune sorcier séduisant.

— Pro...Professeur McGonagall, bafouillé-je tétanisée par la présence de cette femme devant moi.

— Hmm, je comprends mieux pourquoi mes cours ne vous intéressent pas. Et je présume que vous n’êtes pas déclaré auprès du Ministère.

— En effet, mais…

— Pas de mais, Monsieur Black. Je suis au courant pour Monsieur Lupin, et j’approuve vos prouesses et votre dévouement à son égard.

— Ah, réponds-je un peu sous le choc.

— Vous paraissez étonné ? Je crois bien ne vous avoir jamais vu si… silencieux ! plaisante-t-elle

— Je m’attendais à recevoir une nuée de sermons de votre part.

— Me pensez-vous si dénuée de coeur, Monsieur Black ? Et force est de constater que vous parvenez à réaliser votre Animagus sans le moindre problème, c’est un don exceptionnel que vous avez là.

— Des années de travail, confessé-je.

— Je n’en doute pas, et j’imagine que Monsieur Potter et Monsieur Pettigrew en font de même ? me questionne-t-elle en plantant ses iris vertes dans les miennes, m’obligeant ainsi à ne pas détourner le regard pour lui mentir.

— Cela se pourrait, oui, joué-je en étirant un sourire.

Minerva McGonagall lève alors les yeux au ciel et me laisse apercevoir une chose rare sur son visage toujours si stricte : un sourire.

Intérieurement, je fonds.
Parce que ma plaisanterie avec James lors de son cours, la semaine passée, avait fait son bout de chemin dans ma tête. Après tout, Minerva est une femme d’une quarantaine d’années, tout au plus, elle est athlétique, sans doute sportive dans sa jeunesse.
Peut-être a-t-elle gardé de la souplesse ? Ou de la force ? Hmmm…

— Monsieur Black, vous vous sentez bien ? m'interrompt-elle en posant sa main sur mon épaule.

— Euh oui oui, bafouillé-je en appréciant son contact à travers le tissu de mon sweat.

— Vous aviez l’air, tout à coup... parti ailleurs. Vous ne voulez pas vous asseoir ? Vous avez dormi ? m’interroge-t-elle en sortant rapidement sa baguette de la poche avant de sa longue cape et en me pointant un faisceau lumineux dans les yeux.

Ébloui par la lumière, je cligne des yeux et me recule, aveuglé.

— Vous n’avez pas dormi depuis quand Monsieur Black ? me sermonne-t-elle.

— Euh… hier ? avoué-je avec un sourire crispé.

— Allez vous coucher immédiatement ! m’ordonne-t-elle sèchement en pointant son index vers la sortie.

Je ne peux m’empêcher de faire longer mon regard le long de sa main, de son poignet découvert, puis de son long bras fin, son épaule et enfin le creux de son cou.

— Non ! protesté-je en secouant la tête pour me sortir de mes pensées, puis en regardant Remus, toujours endormi, mais dont le visage était heureusement, plus décontracté qu’à son arrivée.

— Monsieur Black, vous ne seriez pas en train de tenter de faire perdre des points à votre propre Maison tout de même ?! me menace-t-elle.

— Et vous ?! Ce n’est pas comme ça que nous allons gagner la Coupe, si vous retirez des points à chaque phrase que je prononce !

— Vous parlez trop Sirius ! me coupe-t-elle alors.

Sirius ? C’est la première fois qu’elle m'appelle autrement que par mon nom, duquel je ne serai bien passé d’ailleurs. J’avais tenté de demander aux Potter de m’adopter, mais à quelques mois de mes 17 ans, le père de James avait refusé. Prétextant que la famille était trop importante pour vouloir se débarrasser de son nom… Monsieur Potter n’avait jamais eu le plaisir de rencontrer ma très chère mère, évidemment.

— Je ne laisserai pas Remus seul, donc non. Je proteste ! dis-je en tapant du pied et en croisant mes bras sur mon torse.

— Allez dormir quelques heures, je veillerai sur lui. Et j’ai un déguisement imparable pour qu’il ne me repère pas, me confie-t-elle dans un clin d'œil.

Je dois admettre que je tombe de sommeil et que je lutte pour ne pas bailler aux corneilles devant elle.

— Vous êtes sûre ?

— Filez Sirius !

— Sûre ?

— Sirius !! rage-t-elle.

— Ok, je file ! lancé-je en fuyant de la chambrée, tout en accordant quand même un dernier regard sur mon ami endormi.

Je sors de l’infirmerie, le sourire étendu et fier.
Fier d’avoir réussi à lui faire répéter mon prénom !
Aaaah…. Minerva !

End Notes:

Et voilà ! les 2k sont publiés !
Mais, ne vous inquiétez pas, la suite arrive !!

Boules de poils. by Guette
Author's Notes:

Oh !! Je ne m'attendais pas du tout à tant de retours !!!
Je suis encore plus surexcitée ! xD

Du coup, boum 3e chapitre !!

Enjoy :)

Si vous aimez les Maraudeurs, les histoires 100% fun, et obviously Sirius et James, je ne peux que vous conseiller d'aller jeter un œil à : GillxEmmy 

— SIRIUS ! rugit Remus en entrant en trombe dans notre dortoir, les yeux révulsés de colère.

Je détourne les yeux de la couverture immobile de mon magazine de musique moldue sur laquelle est photographié un chanteur dont le visage est traversé par un énorme éclair rose et bleu qui se fait appeler Ziggy Stardust

— Hmm ? Oui, Lunard ? réponds-je avec dédain, en relevant à peine les yeux du papier glacé.

— Tu m'as laissé seul ?! Avec...

James m'adresse un regard appuyé et fait claquer sa langue contre son palais.

— J'étais claqué, désolé mon pote, le coupé-je avant qu’il n’en dise trop.

Mon excuse perturbe Remus, je le vois à l’éclat de ses yeux qui disparaissent et à son menton qui tressaille discrètement.

— Ça, c'est ok, tu le sais bien. Mais tu m'as laissé seul avec elle ?!!

Je déglutis, ma salive a du mal à passer dans ma tranchée comprimée.
Merde, il m'a grillé.

— Elle, a un nom d'abord ! claqué-je, en faisant le maximum pour ne pas paraître décontenancé.

— Sirius, ne te moque pas de moi ! s'agace le blond, aux yeux encore cernés de sa nuit.

— Qu'est-ce que t'as foutu Patmol ? me questionne James en arquant un sourcil.

— Sirius s'est métamorphosé à l'infirmerie ! balance Remus sans prendre de gants.

— Hé !! Mais comment tu sais ?! Je croyais que tu dormais ! Faut le dire quand t'es éveillé, je me ferai moins chier sur mon fauteuil ! râlé-je.

— T'AS-FAIT-QUOI ?! se met à hurler James, en se levant d'un bond pour se placer debout face à moi, le poing sur la hanche et l'index menaçant, pointé à deux centimètres de mon visage.

— Ooh toux doux bibiche ! C'est elle qui a commencé ! me justifié-je en poussant son doigt d'un revers de la main.

— ELLE ? QUI ?! Sirius ne me dit pas que tu te tapes une fille dans l'infirmerie pendant que tu veilles sur Remus ?!

— Nooon !! dis-je les yeux ronds, offusqué que mon frère puisse penser ça de moi.

Bien que...

— N'empêche qu'il drague ! ajoute Remus en s'affalant sur son lit et en croquant dans une tablette de chocolat achetée la semaine passée chez Zonko.

— PUTAIN ! MAIS VOUS ALLEZ ME DIRE DE QUI ON PARLE !!

— James, arrête de crier... gémit Peter les genoux recroquevillés sous le menton en se balançant.

— Allez, Sirius vas-y ! Je t'en prie ! Explique donc à tout le monde pourquoi je me suis réveillé avec un putain de chat assis sur les pieds ?!

— Un chat ?! Siriuuuuus ! rugit James en m'attrapant par le col.

— Ok ! C'est bon, j'avoue tout. Pas la peine de se mettre dans cet état..., dis-je en remettant mon col en place et en me recoiffant.

— Grouilles-toi, ou je t'étripe, me menace James en arrachant des mains la tablette de chocolat de Remus et en croquant à pleines dents dedans avec violence.

— Alors, j'étais tranquille à surveiller Lunard, quand un chat est arrivé d'un coup dans la chambre ! Et ce con, ne voulait pas bouger ! Alors, moi, j'ai fait quoi .. bah j'ai invoqué Patmol pour lui foutre la trouille, à ce con de chat.

— Hmm, poursuis... Ça pourrait presque devenir intéressant ton histoire, raille James, toujours en colère en mastiquant son chocolat.

— Mais la sale bête n'a pas bougé d'un poil !!

— Hmm.

— Pourtant, je lui ai fait un Wouf ! Un truc qui fait peur ! me justifié-je en parlant avec les mains pour appuyer mes propos et rendre mon récit vivant.

Wouf... On touche le fond..., lance James en se tapant le front avec la main.

— Je confirme, appuie Remus. Attends la suite...

— Donc, j'ai fait Wouf ! repris-je. Et là, le chat s'est transformé !

— Un Animagus ?! s'étonne alors James en se redressant.

— Ah ! Tu vois que c'est une sacrée histoire ! dis-je, enjoué.

— Continue..., raille-t-il.

— Et vous devinerez jamais qui c'était ! ajouté-je pour laisser du suspense à mon histoire.

— Ah, ça, non ..., souffle Remus, débordé.

— C'était McGo ! Notre Prof de Métamorphose est un Animagus, VOUS VOUS RENDEZ COMPTE LES GARS ?!! dis-je avec enthousiasme en levant les bras.

James et Peter me regardent avec des yeux ronds, tandis que Remus lève les siens au ciel.

— QUOI ?! Et elle sait pour nous ?! s’inquiète immédiatement James.

— Pour moi, oui, du coup. Mais pour vous, je n'ai rien affirmé ! me défends-je en étirant un sourire angélique.

— Putain Sirius ! Tu fais chier !! m'assène James en tapant du poing dans le mur.

— Attends ! C'est une super nouvelle !!

— MAIS ! TU TE FOUS DE NOUS ?! m'envoie le brun en me fusillant du regard.

— J'ai un point commun avec elle ! lancé-je en étirant un sourire et en faisant dépasser ma langue entre mes dents.

En guise de félicitations, je reçois deux gros oreillers en plein dans la face et en tombe à la renverse sur mon lit, les bras étendus, en soupirant.

— On pourra discuter boules de poils... soupiré-je le ton rêveur, tandis que je me fais maltraiter par mes trois amis qui me jettent au visage tout ce qu'ils trouvent dans la pièce.

— Sirius, t'es vraiment trop con !!

— Haaaan, je crois que je suis amoureux, soufflé-je finalement en fixant le plafond et en imaginant la démarche féline de Minerva McGonagall ...

End Notes:

Je sais pas quoi dire, tant je ris de leurs anneries ! xD

Si mon humour (enfin celui de Sirius, je me dédouane de toute responsabilité !) vous donne trop de crampes au zyggomatiques, vous pouvez allez jeter un œil à la dark story de Regulus Black que j'écris en faisant le grand écart avec celle-ci ! Une Plongée dans les Ténèbres 

 

Elle a dit oui. by Guette
Author's Notes:

Parce qu'un petit bonheur n'arrive jamais seul, voici le deuxième chapitre de la journée !! 
Je pense qu'il y aura encore 2/3 chapitres maximum ! ;)

Enjoy :)

— Monsieur Potter, vous pouvez y aller. Votre retenue est terminée, annonce McGonagall d’une voix posée, après nos deux heures de retenue durant lesquelles nous avions dû ramasser à la main les grains de semoule éparpillés au sol après un cours de premières années, qui n’avaient visiblement pas réussi à les métamorphoser en théière.

Je jette un œil à la grosse horloge accrochée au-dessus de la porte d’entrée.
James fait de même et m’envoie un sourire railleur en levant le menton.

— Ça ne fait qu’une heure trente, chuchote-t-il. Elle s’est plantée ! Viens, on y va avant qu’elle ne s’en rende compte !

Silencieusement nous rangeons nos affaires, et mettons tous deux notre sac en bandoulière sur l’épaule.

— Monsieur Black, je ne vous ai pas dit de partir, résonne une voix féminine dans le fond de la salle de classe.

Je me glace, immobile, les yeux grands ouverts à la recherche d’un contact visuel avec James dont je vois, de dos, les oreilles bouger à cause du sourire qui doit lui barrer le visage.

— Désolé, mon frère ! me lance-t-il en se tournant une seconde vers moi. Bonne soirée Professeur McGonagall, cette retenue était un vrai plaisir, comme d’habitude !

— Bonne soirée Monsieur Potter. Sirius approchez, je vous prie.

James, prêt à fermer la porte derrière lui, se stoppe et passe la tête dans l’encadrement en m’envoie un sourire carnassier en se mordant la lèvre inférieure.

Le troll.
Allez Patmol, ressaisis-toi, c’est ta chance !


— Monsieur Black ?

Monsieur Black ?! Hein ? Pourquoi je n’ai plus droit à un Sirius ?

Je pivote sur mes talons, avec une certaine classe, redresse la tête et bombe le torse.

— Oui, Professeur McGonagall, je suis tout à vous, dis-je en m’approchant dans un pas lent de son bureau, derrière lequel elle était assise, le dos droit et ses petites lunettes posées sur le bout du nez.

Durant ma traversée de la salle de classe, je sens que le silence est pesant. Il crée une sorte de tension entre nous, alors je ralentis encore le pas pour la faire durer et monter.

— Dépêchez-vous voyons ! me presse-t-elle.

Le début de romance que j’étais mentalement en train de tisser, se brise en un instant.

— Oui, Professeur, soufflé-je.

— Je souhaitais m’entretenir en privé avec vous.

L’étincelle éteinte serait-elle en train de se rallumer ?

Je tire une chaise et m’y assois en m’affalant dessus, puis je fais basculer le dossier contre le bureau qui se trouve derrière moi et pose nonchalamment mes pieds sur celui qui me fait face.

McGonagall lève les yeux au ciel face à mon manque de tenue.
Elle se lève de son bureau et défroisse sa longue robe de sorcière en passant ses mains fines et élégantes sur le tissu fluide.

Je tâte la poche avant de son jean noir et en sort un paquet de cigarettes Lucky Strike que j’ouvre dans un mouvement agile du poignet, et m’apprête à en prendre une, quand je remarque le regard outré de mon professeur.

— Vous en voulez une ? demandé-je en tendant le paquet ouvert vers elle.

— Sirius ! Rangez ça immédiatement !

— Dommage, réponds-je en baissant le visage pour masquer mon sourire.

Bonheur, elle vient de m’appeler de nouveau par mon prénom.

À regrets, je range le paquet bleu et blanc dans ma poche. Je m’en serai bien grillée une…


Dans le dortoir, Remus est intransigeant là-dessus, il dit que ça lui prend les bronches, et quoi encore ? C’est quand qu’il se trouve quelqu’un lui ? Ça le détendrait un peu…
Pour fumer, je dois sortir sur le balcon de la Salle Commune et aller me les geler dehors... Sauf que j’ai souvent envie de m’en faire une, juste avant de dormir, et que je dors à poil.
J’ai bien tenté de traverser le dortoir dans mon simple appareil, mais Remus, toujours lui, s'était mis râler.
— Mais tu vas pas te trimballer comme ça ?!
— Bah si !
— Non !
Quel rabat-joie. Il doit être jaloux, il n’y a que ça.

— Sirius ? me reprend McGo.

— Oui ?

— Vous étiez encore… ailleurs ?

— Hum, oui. Excusez-moi. De quoi vouliez-vous me parler ? demandé-je en me redressant et en posant les pieds à terre.

— De vous.

— De moi ?! répété-je, en passant ma main dans mes cheveux pour les ébouriffer à la façon Potter.

— Oui, de vous, mais surtout de vos aptitudes, ajoute-t-elle en se déplaçant autour de moi, comme si j’étais sa proie.

Lesquelles ? raillé-je avec un sourire en coin.

— Je voulais avoir des informations sur la manière dont vous vous étiez pris pour devenir un Animagus, annonce-t-elle sans détour.

Mes épaules se baissent et je soupire de déception.

— Ah. Cette aptitude…

— Oui, Sirius. De quoi pensiez vous que j’allais vous parler ? m’interroge-t-elle alors, sans attendre de réponse de ma part.

— Des mes prouesses en... commencé-je.

— Ça vous a pris longtemps ?

— Hmm, en quelques séances pratiques j’étais rodé ! lancé-je dans un éclat de rire. Mais j’étais toujours accompagné ! Ça m’arrive aussi de le faire seul, mais c’est beaucoup moins…

— Coopératif ?

— J’aurais dit… agréable, conclus-je en observant son regard face à mon discours plein de double sens, que j’espère suffisamment subtils pour qu’elle les saisisse.

Mais visiblement non, puisqu’elle se frotte le front, dubitative.

— Seulement quelques pratiques vous dites ?! Mais la métamorphose humaine est une prouesse que seul un sorcier de haut niveau arrive à réaliser ! s’étonne-t-elle.

— Quelques heures de pratique ? grincé-je entre mes dents.

— Quelques heures ?!! Par Merlin !

— Bon, ok… Il nous a fallu plusieurs années, avec énormément de ratés, avoué-je finalement. Vous vous souvenez sans doute de mon séjour à l’infirmerie pour une soudaine éruption de poils ? Et bien, ce n’était ni un sortilège amusant de mes camarades, ni ma virilité qui s’était exprimée de façon excessive, c’était un petit loupé…

Vous a fallu ? Intéressant… raille-t-elle en m’adressant un regard au-dessus de ses lunettes.

Oups. James va me détruire s’il l’apprend.

— Pourriez-vous me faire une démonstration ? me demande-t-elle, presque timidement.
Je ne peux m’empêcher de sourire à sa demande et commence à placer mes mains au niveau de ma ceinture, avec une petite idée osée, derrière la tête.

Son regard étonné me percute lorsque mon pantalon se retrouve au niveau de mes chevilles et que je m'apprête à croiser les bras pour faire passer mon sweat par-dessus ma tête.

Monsieur Black, glapit-elle en déglutissant.

Hmm, oui appelle-moi Monsieur.

J’imagine le bruit de son cœur qui palpite dans sa cage thoracique lorsqu’elle aperçoit mes abdominaux parfaitement dessinés.

— Qu’est-ce que vous… ? bafouille-t-elle en remontant ses lunettes d’un geste sec, alors que je vois sa gorge se gonfler.

— Vous vouliez une démonstration de mes aptitudes non ?! demandé-je en pliant avec lenteur mon sweat sur le bureau.

— Hum, oui mais est-ce nécessaire ? Tout… euh… ça ? demande-t-elle en faisant courir ses iris vertes le long de mon corps d'Apollon en sous-vêtements.

Toc toc toc

Nous nous figeons tous les deux et envoyons un regard paniqué vers la porte.

Je m’habille brusquement en sautillant sur place pour passer la jambe dans mon jean, tandis que McGo défroisse une fois de plus sa robe avec ses mains.

Elle m’adresse un coup d'œil furtif pour s’assurer que je suis présentable, et hoche la tête pour se donner de l’assurance.

— Entrez ! annonce-t-elle d’une voix qu’elle tente de maîtriser.

J’étire un sourire malin, en comprenant que ma petite démonstration lui a fait de l’effet.

La porte s’ouvre alors devant un James, haletant, le front trempé de sueur.

— Re-bonsoir Professeur, je suis désolé de vous interrompre mais j’ai absolument besoin de Sirius pour régler un problème urgent. Il lève alors les yeux vers l’horloge qui indique que les deux heures de retenue sont désormais terminées.

— Hmm, oui, oui, très bien. Vous pouvez partir Monsieur Black, m'envoie-t-elle en me faisant un geste de la main en direction de la sortie.
— Nous pourrons remettre notre discussion à plus tard, éventuellement ? tenté-je avec un sourire charmeur.

— Sortez, Monsieur Black ! m’ordonne-t-elle alors.

Les joues contractées par le sourire que j’essaie de réprimer, j’attrape mon sac et rejoins mon meilleur ami sur le pas de la porte.

— Putain, James ! T’as gâché tout mon plan ! râlé-je, une fois seul dans le couloir.

— Ton plan pour quoi ?! Ne me dis pas que tu es encore sur ton idée de te faire McGo quand même ? me questionne James.

— Et bien figures-toi, que j’étais à deux doigts de conclure ! me vanté-je

— Ah ouais… Vous n’aviez pas l’air super proches en tout cas… raille-t-il.

— Parce qu’à cause de toi, j’ai dû me rhabiller en vitesse !

— Tu te fous de moi ?!

— Non !

— T’es vraiment pas croyable, par Merlin ! soupire James en levant les yeux au ciel.

— Bon alors, c’était quoi ton urgence ultime ?!

— C’est Lily…

— Quoi Lily ?! Elle t’a encore rembarré ? Pour changer…

— Non, elle a dit oui.

Elle te veut. by Guette
Author's Notes:

Ha, les meilleures blagues sont les plus courtes ! Voici le dernier chapitre et donc la conclusion de la romance improbable entre Sirius et Minerva ! 

Est-ce que leur relation va rester à sens unique ? Comment Minerva va réagir après la démonstration de Sirius ? 

Bonne lecture :)

— Sirius, à quoi tu penses ? me demande la voix fluette de Peter alors que nous sommes en train de déjeuner dans la Grande Salle.

— Miaou miaou ! imite James en se léchant le dessus de la main.

— Oh ça va les mecs ! Je suis sûr que j’aurais pu mettre mon plan diabolique à exécution si James ne m’avait pas interrompu pour rien.

— Pour rien ?! s’offusque le brun en bondissant de son banc, envoyer valser au passage son assiette dont le contenu coule sur la robe de sorcier de Remus. Lily Evans m’a enfin accordé un rendez-vous ! Et tu dis que ce n’est rien ?!! Patmol ! Ne redis jamais ça, ou je te renie de la famille Potter !

— Oh noooon, pitié Cornedrue… le supplié-je. Je pourrais être le parrain ?! demandé-je avec un sourire étiré.

— Le parrain de ? bloque James.

— De votre gamin !

— T’es vraiment trop con… pouffe le brun en haussant les épaules tout en adressant un regard en coin à la jolie rousse qui nous surveillait du coin de l’œil. Mais, c’est d’accord, ajoute-t-il en lui envoyant un baiser par la voie des airs, auquel elle répond en rougissant.

— Oh !! Suuuuper !! Je vais être le parrain d’un bébé Potter !!! me mis-je à hurler en me levant d’un bond et en étirant les bras.

— Il me fatigue… soupire alors mon meilleur ami en se tapant le front avec le plat de la main.

— On fait une soirée ?! demandé-je alors les yeux brillants d’excitation.

— Encore ?! interpelle Remus, l’air fatigué.

— Il n’y a jamais trop de soirées, Lunard ! Allez !!! Jaaaaaames steupléééé, le supplié-je en lui envoyant un regard implorant.

— C’est vraiment une question ? raille le brun. BIEN SUUUR QU’ON FAIT UNE SOIRÉE !! s’exclame-t-il en tapant du poing sur la table et faisant trembler les assiettes.

— YEEAAAAH ! Tope-là mon frère !! m’enjoué-je en lui tendant ma main pour qu’il vienne y taper la sienne.

— On invite McGo ? demande-t-il dans un chuchotement, l’air si sérieux qu’il arrive à me mettre le doute sur ses intentions.

— Naan, tu déconnes ?

— Bien sûr que je déconne !

— Ah. Oui bien sûr… soufflé-je un peu déçu.

Il est vrai que McGo ne m’avait plus adressé un regard depuis notre petite entrevue où j’avais, il est vrai, peut-être été un peu loin dans ma démonstration.
J’avais bien vu son trouble lorsqu’elle avait posé les yeux sur mon corps de rêve, en même temps, qui n’aurait pas été pertubé par mon physique parfait ?

— Hé Sirius ! J’ai cru comprendre que vous organisiez une petite soirée, m’interpelle Emmeline en courant après moi dans le couloir qui menait à la salle de classe de Sortilège.

— Ouais ! C’est pour aider James.

— James ? interroge-t-elle en arquant un sourcil.

— James et Lily… allô ! T’es pas au courant ?! dis-je étonné par son manque de réaction face à LA nouvelle de l’année.

— Quoi ?! Lily a dit oui à James ?!!

— Oups, dis-je l’air innocent. Il parait oui… tenté-je alors.

— Nom d’un Scrout à Pétard ! Elle s’est bien gardée de me le dire…

— Tu seras donc là à la soirée ? demandé-je.

— Sirius, la soirée va se dérouler dans la Salle Commune, ai-je vraiment le choix d’y participer ? raille-t-elle.

— Pas faux ! dis-je en lui envoyant un clin d’œil.

Je regarde la blonde me dépasser et ne peux me retenir de laisser glisser mon regard sur sa chute de rein et sur ses jambes interminables.

— Alors Patmol, je croyais que c’était plutôt les félins qui t'intéressaient en ce moment ? se moque James en m’envoyant un coup dans les côtes.

— Pff, je crois que c’est mort.
— Tu penses ?! Impossible ! Vraiment McGo est vraiment connue pour tomber amoureuse de ses élèves…

— Arrête de te foutre de moi James… dis-je la mine renfrognée.

— Allez ! Je suis sûr qu’en bourreau des cœurs que tu es, tu vas bien réussir à recoller ton petit cœur brisé ! C’était bien avec Emmeline que tu discutais, non ?

— Hmm oui…

Je dépose mon sac sur ma table de cours et commence à déballer mes affaires, lorsque le Professeur Flitwick vient de poster devant moi, la tête dépassant tout juste de mon pupitre.

— Monsieur Black, le Professeur McGonagall souhaite vous voir, m’annonce-t-il.

— Ah oui ?! dis-je surpris et en ne pouvant empêcher mon coeur de faire un bond dans ma poitrine.

— Immédiatement, précise-t-il sèchement.

Sans perdre une seconde, je ramasse mes affaires et sors de la salle en trombes pour rejoindre ma professeure préférée dans son bureau.

Arrivé devant la porte close, je reprends mon souffle, recoiffe mes cheveux et remonte mon col.

Je toque contre la porte lourde et attends une réponse.

— Entrez Monsieur Black, résonne la voix féminine en même temps que la porte s’ouvre devant moi.

Je croise mes mains derrière mon dos et avance la tête haute vers le bureau.

— Professeur, la salué-je poliment avec une large sourire.

— Monsieur Black, j’ai à vous parler.

— Nous nous parlons décidément beaucoup depuis quelques temps, professeur, appuyé-je.

— En effet, me lance-t-elle en claquant la langue en signe d’agacement. Votre comportement lors de notre dernier entretien était …

— Troublant ? tenté-je en soutenant mon regard dans le sien.

— Inapproprié, cingle-t-elle.

Ouch.
McGo 1 - Black 0.


— Vous m’aviez demandé une démonstration de mes aptitudes, je n’ai fait qu’obéir à votre demande.

— Monsieur Black ! Ça suffit ! Je ne sais à quel petit jeu vous vous amusez, mais mettez-y un terme dès maintenant !

— Je ne joue pas ! me défends-je.

— Si, vous jouez ! Vous faites votre… votre Sirius !!

Ah ! On y revient au prénom.

— Mon Sirius ?! dis-je en haussant un sourcil.

— Ne faites pas le malin avec moi, Monsieur Black, cingle-t-elle en tapant son bureau du plat de la main, ce qui me fait sursauter.

Elle se lève et vient se planter juste devant moi, ses pupilles sont dilatées par la colère, si bien que ses iris vertes deviennent presque inexistantes.
Son visage n’est qu’à quelques centimètres du mien.

— Monsieur Black, je suis votre professeur de Métamorphose. Vous connaissez à présent ma capacité d’Animagus, bien qu'elle ne soit pas secrète, car je suis déclarée auprès du Ministère de la Magie depuis de nombreuses années, et je connais à présent la vôtre, ainsi que celle de vos camarades de dortoir, qui eux n’ont aucune autorisation.

Son regard en dit long sur le fait qu'elle me menace de nous dénoncer.
Je déglutis douloureusement.
Elle me fait flipper.
Son ton me fait redescendre sur Terre et la femme qui se tient devant moi ne me fait plus aucun effet.

— C’est entendu, Professeur McGonagall.

— Très bien, dans ce cas, retournez immédiatement en cours de Sortilège, conclut-elle en haussant le menton.

Je tourne les talons et sors du bureau sans dire un mot.

***

— Ça va Sirius ? me demande une petite voix dans mon dos.

— Hmm… bougonné-je sans prêter attention à la personne qui me parle.

— Il vient de se faire recaler, l’informe James.

— MERCI ! Ce n’est pas la peine de le crier sur tous les toits ! m’agacé-je, toujours vexé par mon dernier entretien avec McGo.

— Ah… appuie la petite voix que j’identifie comme étant celle d’Emmeline.

Je replonge le nez dans mon assiette en triturant avec ma fourchette mes petits pois.

— Hey Patmol ! me chuchote James après quelques secondes de silence.

— Quoi.

— T’as entendu ?

— Quoi.

— Emmeline !! Elle avait l’air hyper ravie que tu te sois fait recaler.

— Super.

— Tu entends ce que je te dis ?!! Sirius !! me secoue-t-il.

— QUOI ?!

— Emmeline ! Elle te veut.

End Notes:

Et oui .. le petit coeur de Sirius a été brisé par McGo ! 
Mais, il retombe vite sur ses pieds avec la jolie Emmeline ;)

Je me suis beaucoup amusée à écrire cette petite fiction absurde en quelques jours ! 
Merci Hazalhia pour ce super concours !! 

J'espère que vous aurez apprécié ;)

Guette :)

Cette histoire est archivée sur http://www.hpfanfiction.org/fr/viewstory.php?sid=38085