Save me in your playlist by ECM
Coup de coeurSummary:


Ils ne se connaissaient même pas et elle ne savait pas quelle audace cachée en elle depuis toujours elle avait trouvée pour s'adresser à un garçon comme lui. A un garçon tout court. A un autre être vivant. Un autre être vivant qui n'était pas un animal.


Categories: Univers Alternatifs Characters: James Potter, Les Maraudeurs, Lily Evans, Marlene McKinnon
Genres: Amitié, Romance/Amour
Langue: Français
Warnings: Lime
Challenges: Aucun
Series: Aucun
Chapters: 26 Completed: Oui Word count: 127867 Read: 14833 Published: 20/05/2021 Updated: 30/09/2021
Hard day's night by ECM

 

 

Lily venait d'entrer dans l'amphithéâtre dans lequel elle avait cours de littérature américaine lorsque son téléphone portable vibra dans sa main.

 

 

James Littérature : Toujours ok pour ce soir ?

James Littérature : 21h00 ?

 

 

Elle s'excusa auprès de son professeur pour son retard, jeta un rapide coup d'oeil devant elle et remarqua aussitôt Dorcas avec Bertram et leurs amis dans le fond de la salle. Elle décida d'aller s'asseoir devant. Ils étaient beaucoup trop nombreux là bas et elle redoutait d'avoir à fournir des efforts pour se sociabiliser. Ils étaient probablement très sympa si Dorcas traînait avec eux, mais Lily n'était pas prête à se retrouver au milieu des élèves populaires.

 

 

Lily : Salut ! Je suis désolée, ma voiture n'a pas voulu démarrer cet après- midi, et mes cours se terminent à 20h30, je vais essayer d'attraper le dernier bus mais je ne te promets rien.

 

 

Elle posa son portable sur sa table, sortit ses affaires, et sourit légèrement à sa voisine de droite qui lui montra gentiment ce qu'ils avaient écrit avant qu'elle n'arrive. Son portable vibra une nouvelle fois, et elle vit le nom de Severus Rogue apparaître. Elle soupira et raccrocha immédiatement. Elle avait l'impression d'avoir la poisse en ce moment. Le genre de poisse qui ne s'arrête jamais. Entre Pétunia, Severus, et sa stupide voiture... Même ses Sims, qu'elle s'était pourtant bien amusée à torturer avec Mary et Marlène quand elles étaient au lycée, n'avaient pas connu une telle malchance.

 

Pourtant, quand elle sortit en première de son dernier cours ce jour là, pressée d'en finir avec cette journée et que son regard surpris tomba aussitôt sur James, adossé au mur face à l'amphithéâtre, les yeux rivés sur son portable, elle se rappela qu'il ne fallait jamais se dire qu'une journée était horrible quand elle pouvait encore s'améliorer. Il leva la tête quand il entendit le flot d'étudiants sortir derrière elle, et son sourire lui donna l'impression que le couloir venait de s'illuminer devant elle.

 

 

« Le gymnase est à côté, je me suis dit que ce serait stupide de te laisser prendre le bus alors que nous allons au même endroit, lui expliqua t-il dès qu'elle arriva à sa hauteur.

- Merci, lui dit-elle en soupirant de soulagement. Je déteste le bus. Il y a toujours trop de monde.

- Oh ! Hé ! Evans ! »

 

 

Lily se retourna et vit Dorcas arriver vers eux à grandes enjambées, les yeux rivés sur James. Elle inspira profondément. Elle voulait juste rentrer et même si elle appréciait beaucoup sa camarade de classe, elle eut soudainement envie de lui faire manger ses cahiers de cours, et cela ne s'arrangea pas quand elle ouvrit la bouche.

 

 

« Je n'avais aucune idée que tu traînais avec le capitaine de l'équipe de basket, lui dit-elle sans pour autant quitter James des yeux. »

 

 

Lily aurait certainement trouvé son comportement amusant en temps normal, mais ce soir là, elle eut les plus grandes peines du monde à ne pas lever les yeux au ciel.

 

 

« Moi c'est Dorcas, se présenta t-elle. On va boire un verre avec les autres, est-ce que vous voulez vous joindre à nous ? »

 

 

Lily jeta un coup d'oeil à James, qui lui-même s'était tourné vers elle, et elle fut profondément soulagée lorsqu'il secoua la tête de droite à gauche.

 

 

« Désolé, Lily et moi avons déjà quelque chose de prévu, mais...

- Oh aucun problème, une autre fois alors ? le coupa t-elle. Lily, tu l’amèneras, n'est-ce pas ? »

 

 

La jeune femme acquiesça plus pour clore la conversation que par réelle motivation, et dès que Dorcas leur adressa un signe de main, ils commencèrent à marcher vers le parking. Son estomac était noué et elle détestait la sensation.

 

 

« J'ai comme l'impression que je vais être invitée à toutes les fêtes de la promotion maintenant, lui confia t-elle avec une pointe d'ironie alors que James poussait la porte vers l'extérieur.

- Je te trouverai des alibis pour ne pas y aller s'il n'y a que ça, lui répondit-il après avoir émis un rire qui fit bondir quelque chose en elle.

- Ce n'est pas que je n'aime pas les fêtes, c'est juste... Disons qu'il faut qu'il y ait les bonnes personnes et que... Je n'en sais rien, que je ne sois pas invitée juste parce que je pourrais éventuellement ramener l'un des garçons les plus populaires du campus, expliqua t-elle alors qu'ils se dirigeaient vers sa voiture.

- Elle ne t'a définitivement pas invitée juste pour ça. Tu es quelqu'un de cool.

- Tu es cool, répliqua t-elle. Je suis... Plus du genre discrète.

- Tu me trouves cool ? »

 

 

Il avait l'air un peu surpris par cette information sans qu'elle ne comprenne vraiment pourquoi. Il était évident qu'il était cool. Il devait le savoir. Elle leva les yeux au ciel pour toute réponse, et alors qu'il lui ouvrait la porte côté passager, elle ne put ignorer le sourire fier qu'il arborait et qui dénoua totalement son estomac.

 

 

« Je te trouve cool aussi, lui confia t-il après avoir mis le contact. »

 

 

Elle réalisa à ce moment là qu'elle était assise dans la voiture d'un garçon qu'elle connaissait à peine. La voiture du capitaine de l'équipe de basket de la fac qu'elle connaissait à peine. La voiture du capitaine de l'équipe de basket de la fac qu'elle connaissait à peine et dont le souvenir avait déjà animé plusieurs de ses nuits depuis leur première rencontre, et... Merde. Pense à autre chose, Lily, pense à autre chose.

 

Elle déglutit, se tortilla légèrement sur le siège en cuir sur lequel elle était assise, et tira un peu sur sa ceinture pendant qu'il faisait marche arrière, le bras appuyé sur l'exact même siège. Elle se racla légèrement la gorge et se maudit de sentir son visage chauffer alors que vraiment, tout ne se passait que dans sa tête.

 

 

« Ta voiture sent bon. »

 

 

Est-ce qu'elle avait dit ça à voix haute ? Est-ce qu'elle l'avait vraiment complimenté sur l'odeur de sa voiture ? Les gens normaux ne faisaient pas ça. Elle était dingue. Il devait déjà la prendre pour une psychopathe. Il la trouvait bizarre, c'était sûr. Elle fronça les sourcils et inspira profondément. Pourquoi est-ce qu'elle avait l'impression de manquer d'air ? Elle se passa une main sur le front, nerveuse, puis serra un peu plus son sac contre elle. Elle recommençait à paniquer pour rien, du classique Lily.

 

 

« Je crois que tu sens bon, et que c'est ton parfum qui se répand à l'intérieur, rectifia t-il. »

 

 

Il avait les yeux rivés sur la route, mais quand elle se tourna vers lui, elle put apercevoir un sourire en coin sur son visage. Elle leva les yeux au ciel. Elle aurait dû se douter qu'il était le genre de garçon assez à l'aise pour réussir à répondre à un compliment sur l'odeur de sa voiture en flirtant. Finalement, peut-être qu'elle n'était pas la seule personne bizarre sous cet habitacle.

 

 

« Est-ce que tu vis chez Mary, maintenant ? lui demanda t-il en doublant une petite voiture qui n'avançait pas.

- Oui et non, répondit-elle avant de poursuivre. C'est provisoire. J'ai quelques problèmes avec ma sœur et tant qu'elle n'a pas déménagé de chez mes parents, je reste chez Mary.

- Désolé, s'excusa t-il en grimaçant.

- Non, non, ça va. Est-ce que tu viens de griller un stop ? demanda t-elle en réprimant un rire.

- … Probablement. Est-ce que j'ai mentionné que j'oublie parfois de regarder les panneaux quand je discute avec quelqu'un ? 

- Je suis rassurée que tu me l'avoues, ironisa t-elle.

- Je n'ai encore jamais tué qui que ce soit, pointa t-il.

- Oh je me sens définitivement mieux, pouffa t-elle. »

 

 

Elle le vit sourire, puis elle se retourna vers la fenêtre et s'y accouda, la tête posée sur son bras pendant qu'elle regardait le paysage urbain défiler. James, à côté d'elle, appuya sur le bouton de l'auto-radio et le CD à l'intérieur tourna une seconde avant qu'ils n'entendent les premières notes d'une chanson que Lily connaissait bien.

 

 

« James Potter est-ce que tu es l'une des rares personnes sur cette terre à encore posséder des CDs ? s'exclama t-elle avec amusement.

- Si tu te moques de moi pour ça, attends de voir nos cassettes, répondit-il de la même manière.

- C'est Oasis ? s'étonna t-elle en pivotant de nouveau vers lui. Je ne te prenais pas pour ce genre de mec.

- Qu'est-ce que c'est censé vouloir dire ? répliqua t-il en riant.

- Je n'en sais rien, je te voyais plus écouter du Queen.

- J'aime bien aussi, dit-il en haussant les épaules. Rémus m'a dit que tu étais jalouse de notre collection.

- Clairement.

- Il faudrait que tu voies le reste un jour. »

 

 

Définitivement. Elle voulait voir le reste. Tout le reste. Notamment ce reste qui se trouvait spécifiquement dans sa chambre, comme Rémus le lui avait mentionné. Il se gara dans le parking du bâtiment, récupéra son sac à dos sur la plage arrière, le balança sur son épaule et la suivit dans l'ascenseur. Quand il appuya sur le bouton du  rez-de-chaussée, elle l'interrogea du regard.

 

 

« J'ai promis aux garçons que je leur ramènerai à manger, et il paraît qu'il y a un bon restaurant italien dans la rue, lui dit-il en lui souriant. Je t'invite ? »

 

 

Elle dut avoir l'air d'une parfaite idiote pendant quelques secondes parce qu'elle le fixa sans rien dire. C'était la première fois qu'un garçon l'invitait à manger depuis son histoire avec Severus, et il se passa quelque chose de curieux en elle. La proposition de James en elle même la rendit absolument extatique, mais le souvenir de Rogue enveloppait la légèreté du moment dans son gros manteau sombre et effrayant.

 

Elle hocha doucement la tête en essayant de repousser le stress qui la rendit muette pendant un long moment, et elle fut profondément soulagée quand James reprit la parole et qu'il brisa le silence qu'elle avait laissé s'installer entre eux.

 

 

« J'ai besoin de savoir quelque chose. Et ne réponds pas à la légère s'il te plaît.

- Ce n'est pas du tout inquiétant, lui confia t-elle avec ironie alors qu'ils marchaient côte à côte dans la rue.

- Lily, dit-il très sérieusement en s'arrêtant juste devant le restaurant. Quel est ton groupe préféré ? »

 

 

Elle lui jeta un regard dépité, prête à parier qu'il n'avait aucune idée que son cœur s'était emballé, et puis elle se retourna vers la carte du restaurant.

 

 

« J'ai cru que tu allais me demander quelque chose de sérieux, lui reprocha t-elle en cherchant ce qu'elle allait commander.

- C'est très sérieux.

- Tu me donnes envie de prendre le truc le plus cher pour me venger, plaisanta t-elle. »

 

 

Il pouffa à côté d'elle et elle se surprit à penser qu'elle voulait encore l'entendre rire. Elle voulait encore le faire rire. Pourquoi est-ce que c'était si gratifiant ? Pourquoi est-ce qu'elle était déjà en train de chercher quelque chose d'autre à dire qui pourrait l'amuser autant ?

 

 

« Alors ? J'attends, la pressa t-il, et elle sentit son regard appuyé sur elle.

- Je vais prendre ça, dit-elle en pointant une pizza quatre saisons du doigt.

- Et pour l'autre chose ? demanda t-il en entrant dans le restaurant.

- Je ne peux pas choisir un seul groupe, gémit-elle alors qu'il donnait leur commande au serveur qui leur intima d'aller s'asseoir en attendant qu'elle soit prête.

- J'aime bien cette réponse, admit-il en lui adressant un sourire qui agita ses neurones. Maintenant, imagine que je sois capable d'effacer absolument tous les albums que tu possèdes. Pour lequel est-ce que tu serais capable de me tuer ?

- No Need To Argue des Cranberries, répondit-elle immédiatement. Et je ferais en sorte que ta mort soit affreusement lente et douloureuse. »

 

 

Et ce rire, une nouvelle fois, perça ses oreilles et elle songea avec une once de naïveté qu'elle préférait ce son à n'importe laquelle des ballades de son album préféré. Elle n'avait aucune idée de la façon dont il s'y prenait, mais ses mains étaient moites et son nez piquait un peu, comme lorsqu'elle écoutait une chanson triste qui la prenait immédiatement aux tripes.

 

Elle espéra soudainement que leur commande n'arriverait jamais. Elle n'avait aucune idée qu'une personne pouvait procurer les mêmes émotions qu'une chanson. Elle avait déjà trop vécu l'émoi de la première écoute d'une mélodie qui semblait faite pour elle pour ne pas être capable de la reconnaître lorsqu'elle l'entendait.

 

Elle se frotta nerveusement les mains et détourna le regard vers la rue. Elle ne connaissait pas un monde dans lequel un garçon comme lui et une fille comme elle finissaient ensemble. Elle se détestait de penser de cette façon, de l'enfermer dans une case, de s'enfermer elle-même dans une autre, et d'être aussi intense à propos d'une personne dont elle connaissait si peu de choses, mais c'était plus fort qu'elle.

 

Son portable vibra, la faisant revenir sur terre, et elle vit une nouvelle fois le nom de Severus Rogue s'afficher. Ce fut la fois de trop. Elle s'excusa auprès de James et décrocha tout en sortant du restaurant.

 

 

« Si tu n'arrêtes pas de m'appeler, je bloque ton numéro, le prévint-elle aussitôt.

- Lily, s'il te plaît, ça fait un an, est-ce qu'on peut passer à autre chose ? J'ai besoin que tu me laisses m'expliquer maintenant.

- Laisse moi tranquille.

- Je veux juste te parler, même cinq minutes, laisse moi juste le temps de...

- Laisse moi tranquille ! répéta t-elle un peu plus fort. »

 

 

Elle l'entendit commencer une nouvelle phrase mais elle raccrocha et entreprit de retrouver James dans le restaurant. Il en sortit au même moment avec cinq cartons de pizza dans les mains. Elle rangea rapidement son portable dans la poche arrière de son jean et s'empressa de le délester d'une partie de la commande tout en s'excusant une nouvelle fois.

 

 

« Aucun problème.

- Cinq Pizzas... Est-ce que je vais rencontrer Peter ? l'interrogea t-elle avec un enthousiasme qui n'était pas feint.

- On dirait bien, répondit-il en souriant. Ne t'inquiètes pas, il sera probablement plus anxieux que toi.

- Ça me paraît difficile à croire, lui confia t-elle en lui rendant son sourire. »

 

 

Le retour parut à Lily beaucoup plus court que l'aller, et elle sentit son portable vibrer contre son postérieur tout le long du chemin. Ses mains étaient occupées et elle dut attendre d'arriver chez les garçons et de poser les pizzas sur la table pour pouvoir lire ses messages. Il y en avait un de sa mère, lui disant qu'elle lui manquait et qu'elle espérait que tout allait bien chez Mary, et elle y répondit aussitôt. Les autres venaient tous du groupe de discussion qu'elle partageait avec Marlène et Mary, et elle avait également plusieurs appels manqués de Severus.

 

 

Mary : STP Lily prends ton temps ce soir. J'ai réussi à convaincre cette fille de mon TD de venir à l'appart.

Mary : Je ferai tout ce que tu veux.

Mary : Mais laisse-moi au moins jusqu'à 23h.

 

 

Lily s'esclaffa quand elle vit que Marlène avait répondu par deux émojis pêche, et elle envoya un gif d'un personnage de série en train de s'éventer puis se mit à taper une réponse.

 

 

Lily : Je suis chez les garçons.

Lily : On va bientôt manger et James et moi devons travailler après, je risque d'y être un moment de toutes façons. Amuse toi bien.

Marlène : « Travailler »

 

 

Lily leva les yeux au ciel quand elle vit un émoji avec un sourire en coin apparaître dans la discussion.

 

 

« Qu'est-ce que tu veux boire ? l'interrogea James alors qu'une porte grinçait dans le couloir.

- Juste de l'eau, merci. »

 

 

Il lui fit signe de s'asseoir à la grande table qui se trouvait derrière le canapé mais elle s'attarda encore une fois devant les vinyles qu'elle n'avait pas eu le temps de regarder autant qu'elle l'aurait voulu la dernière fois, et recommença à écrire aux filles.

 

 

Lily : Il est venu me chercher à la fac ce soir.

Lily : Dorcas était folle. Je vais en entendre parler demain.

Marlène : Le voisin sexy a un petit faible pour toi, chérie.

Lily : Je ne crois pas. Il est juste gentil.

 

 

Lily risqua un coup d'oeil vers James qui était en train de sortir plusieurs verres du placard le plus haut, et elle se maudit intérieurement quand son regard glissa de ses larges épaules jusqu'à son postérieur. Non. Non. Non. Il ne fallait pas qu'elle commence à se laisser aller à ce genre de regards déplacés. Son portable vibra de nouveau dans sa main et elle s'étouffa avec sa propre salive lorsqu'elle lut les messages de Marlène.

 

 

Marlène : Tu es tellement naïve.

Marlène : Rémus m'a demandé si Mary et toi sortiez ensemble.

 

 

Ses messages étaient suivis d'un émoji qui pleurait de rire, et Lily dut toussoter plusieurs fois avant de réussir à s'en remettre.

 

 

Marlène : Il paraît que James voulait savoir.

Lily : Il m'a demandé si j'habitais avec Mary.

Marlène : J'ai dit à Rémus que vous aimiez vous tripoter avant de dormir.

Marlène : Ne t'inquiètes pas, ça a probablement plus émoustillé James qu'autre chose.

 

 

Elle avait ponctué sa dernière réponse d'un clin d'oeil et Lily pesta intérieurement contre elle, elle s'apprêtait à lui demander si elle était sérieuse lorsqu'un raclement de gorge juste à côté d'elle la fit revenir à la réalité.

 

Sirius était appuyé contre le mur, si près d'elle qu'elle se demanda comment elle avait fait pour ne pas le remarquer avant. Il arborait un sourire en coin qui lui fit se demander pendant un instant s'il avait lu sa conversation. Elle s'empressa de mettre son téléphone en veille et le posa sur la table derrière elle avant de le saluer.

 

 

« Hmm... Peter a raison, je n'avais pas fait attention la première fois, mais tu ressembles à la Petite Sirène, commenta t-il.

- … Je n'ai jamais vu Peter, lui fit-elle remarquer en haussant les sourcils.

- Oh non, je sais, on a juste espionné tes réseaux sociaux, lui répondit-il en faisant un geste désinvolte de la main dans sa direction avant de se diriger vers James qui lui jeta un regard ahuri.

- Vous avez fait quoi ?!

- Oh ne fais pas comme si tu ne l'avais pas fait non plus, j'ai vu ton historique de recherche instagram. »

 

 

Lily ne parvint pas à se retenir de rire quand le visage de James s'embrasa et qu'il marmonna quelque chose d'absolument inaudible avant de disparaître dans le couloir à l'opposé d'où elle se tenait.

 

 

« Quoi ? Il fallait qu'on s'assure que sa tutrice n'était pas une psychopathe, insista Sirius d'un air perplexe en ouvrant l'un des cartons de pizza avant d'esquisser une grimace dégoûtée. Mon dieu, Peter a encore osé prendre une Hawaïenne.

- Tu as l'air bien sûr de toi. Peut-être que je porte un collier des dents de toutes mes victimes sous ce pull, plaisanta t-elle. »

 

 

Il était en train de soulever les cartons un à un pour trouver sa pizza, et il se stoppa net dans son élan pour lui jeter un regard perçant. Quelques instants après, il reprit ses recherches et eut l'air positivement ravi de trouver sa commande. Ses yeux gris étaient de nouveau sur elle quand James réapparut dans la pièce, suivi de Peter et de Rémus. A ce moment là, il se tourna vers eux, pointa la part de pizza dont il s'était saisi dans la direction de Lily, et reprit la parole.

 

 

« Je l'aime bien. Est-ce qu'on peut la garder ?

- Il n'y a pas assez de place, mais j'imagine que ça dépend... Lily, est-ce que tu crois que Mary serait d'accord pour t'échanger contre Sirius ? l'interrogea Rémus après l'avoir brièvement saluée d'un sourire et d'un signe de main.

- Je ne sais pas, elle a un rituel particulier avant de dormir alors... Lily laissa sa phrase en suspend et retint un rire quand James manqua de faire tomber les pizzas en les déposant sur la grande table. »

 

 

Elle sut à ce moment là que Rémus lui avait transmis toutes les informations qu'il avait pu obtenir par Marlène.

 

 

« Quel rituel ? Quel rituel ? les questionna Sirius en les observant un par un.

- Oh rien de très compliqué, répondit-elle avant de se tourner vers le plus petit des quatre garçons. Tu dois être Peter, c'est ça ?

- C'est ça, confirma t-il. Lily, j'imagine ?

- Laisse tomber, Pete, elle sait déjà qu'on a fouillé son instagram, intervint Sirius en s'asseyant à côté d'elle. »

 

 

Les joues du garçon s'empourprèrent comme celles de James un peu plus tôt, et il bafouilla une excuse tout en tirant la chaise la plus près de lui sur laquelle il se laissa tomber.

 

 

« Tu sais que ce n'est pas juste, pointa Rémus en distribuant les pizzas. Il va falloir qu'elle aille espionner les vôtres pour contre-balancer.

- Marlène et Mary l'ont probablement déjà fait. Elles me raconteront, intervint Lily en souriant.

- Marlène, c'est cette fille marrante qui est avec toi en histoire, c'est ça ? demanda Peter à Rémus qui acquiesça.

- Et Mary, c'est la voisine que tu ne vois jamais parce que tu es toujours en train de réviser tes stupides cours, expliqua Sirius qui avait déjà englouti sa première part.

- Facile à dire, quand on est en Arts, répliqua Peter.

- Tu es en Arts ? demanda Lily à Sirius en se tournant légèrement vers lui. »

 

 

Il acquiesça et pointa du doigt plusieurs tableaux, dont un juste à côté de la porte sur lequel l'on pouvait voir un chien, un rat, un loup, et un cerf au cœur d'une immense forêt. Elle lâcha une exclamation admirative alors qu'il reprenait la parole.

 

 

« Et toi ? A part la littérature, qu'est-ce que tu fais quand tu n'es pas en train de fabriquer des colliers de dents ? lui demanda t-il alors qu'elle entamait sa pizza.

- Hum... J'ai fait du basket... commença t-elle après avoir laissé échapper un bref rire. »

 

 

James, qui n'avait pas pris la parole depuis qu'ils s'étaient tous assis autour de la grande table, leva immédiatement la tête vers elle. Il avait l'air à la fois étonné et ravi, et elle esquissa un sourire dans sa direction avant de reprendre.

 

 

« J'ai arrêté cette année parce que j'avais peur de ne plus avoir assez de temps avec les cours. Globalement, c'est tout ce qu'il y a à savoir à propos de moi.

- Ce n'est pas tout, réfuta Rémus. Elle a les mêmes goûts musicaux que nous.

- Elle ne peut pas être SI parfaite, marmonna Sirius en plissant les yeux.

- Pourquoi est-ce que tu ne m'as pas dit que tu jouais ? l'interrogea James qui semblait avoir perdu tout intérêt pour sa pizza.

- L'occasion ne s'est pas présentée, lui avoua t-elle honnêtement. »

 

 

Ils discutèrent tous les cinq pendant une petite heure, et même si Lily détestait habituellement être entourée d'autant de personnes qu'elle ne connaissait pas, ou peu, elle fut un peu surprise de la facilité avec laquelle elle s'intégra au groupe de garçons ce soir là. Il n'y avait rien de désagréable, rien qui la faisait se sentir anxieuse dans la façon qu'ils avaient de s'adresser à elle. Ils étaient juste sympathiques et bienveillants, et par dessus tout, drôles, et elle oublia pendant un instant qu'elle n'était pas avec Marlène et Mary.

 

 

« Laissez, laissez, je vais ranger, allez travailler, leur intima Peter alors que Lily et James commençaient à débarrasser la table.

- Sirius et moi allons faire un tour aux Trois Balais, si vous voulez nous rejoindre après, leur proposa Rémus alors qu'il était en train d'enfiler sa veste.

- A moins que la Petite Sirène ne tienne pas l'alcool, la taquina Sirius.

- La Petite Sirène tient très bien l'alcool, démentit Lily, mais peut-être pas ce soir.

- Petite joueuse, répondit-il. Si tu changes d'avis, tu sais où nous trouver. »

 

 

Il leur adressa un clin d'oeil et disparut derrière Rémus pendant qu'elle récupérait son sac près de l'étagère où se trouvaient tous les vinyles. Elle le posa sur la table et en sortit son cahier d'Histoire de la littérature.

 

 

« Je vais chercher mon PC, lui indiqua James avant de disparaître dans le même couloir où il avait été chercher Rémus et Peter un peu plus tôt. »

 

 

Il y eut un bref silence dans la pièce pendant lequel elle relut ses notes, et elle sourit quand elle entendit Peter siffloter à quelques mètres d'elle en faisant la vaisselle.

 

 

« Est-ce que c'est du Taylor Swift que j'entends ? s'enquit-elle et il s'arrêta aussitôt, réalisant brutalement qu'il n'était pas seul.

- Ne le répète pas aux autres, sinon je vais en entendre parler pendant des mois.

- Un peu de pop n'a jamais tué personne.

- La prochaine fois, assure toi de dire ça devant les garçons s'il te plaît.

- Ce sont des musiques littéralement faîtes pour plaire au plus grand nombre. Nous sommes les gens normaux, Peter, et tes amis sont...

- Des énergumènes, compléta t-il en souriant. »

 

 

Elle pouffa et James réapparut au même moment. Elle déglutit quand il s'installa à côté d'elle et ouvrit son ordinateur portable. Son parfum vola tout autour d'elle et elle se jura de dire à Mary qu'elle voulait mourir en reniflant cette odeur. Elle retint un pathétique soupir lorsqu'elle vit son fond d'écran : Une adorable photo de ses parents qui posaient sur la plage. Et puis elle remarqua Sirius et lui juste derrière, chacun avec un grand seau dans les mains et un sourire machiavélique sur le visage.

 

Elle devina que la photo avait dû être prise juste avant que les pauvres parents ne se retrouvent trempés de la tête aux pieds par les deux garçons qui semblaient avoir autour de quinze ou seize ans. Son père et sa mère paraissaient largement plus âgés que les siens.

 

 

« Vous avez l'air plutôt proches, Sirius et toi, constata t-elle.

- Comme des frères, affirma t-il en ouvrant une page Word.

- Mary et moi sommes pareilles, lui confia t-elle avant de tapoter son cahier. Hmmm... Je pensais débuter avec de l'Histoire de la littérature.

- Ça a l'air horrible.

- Je sais. Et ça l'est, lui dit-elle en pouffant. Je préfère commencer par le pire.

- C'est toi le prof.

- Très bien. Allons-y pour la période coloniale... »

 

 

Elle ignora sa grimace puis commença à lui parler du puritanisme aux Etats-unis, de cette ère pendant laquelle les écrits étaient surtout des sermons, de l'obsession pour la bible, de la censure des théâtres et de l'art en général et elle fut agréablement surprise de l'attention qu'il portait au moindre de ses mots.

 

Elle apprit à ce moment là qu'il était très simple de faire du tutorat avec James contrairement à ce que le professeur McGonagall lui avait laissé entendre, et puis il y eut ce moment où elle commença à évoquer la littérature de la deuxième moitié du 18ème siècle...

 

 

« Tu changes de chapitre ? On part sur le romantisme et le gothique ? l'interrompit-il en fronçant les sourcils.

- Heu... Non. Je faisais juste une petite parenthèse sur Charles Brockden Brown et...

- Dont les romans sont basés sur la peur, bien loin du puritanisme et du reste de la période coloniale, la coupa t-il d'un air intelligent qui lui donna à la fois envie de l'embrasser et de lui claquer la tête contre la table.

- C'était juste une parenthèse, lui rappela t-elle en le regardant droit dans les yeux.

- D'accord, mais qu'est-ce que Brockden Brown vient faire sur la période coloniale alors que...

- Bon sang, McGonagall avait raison, soupira t-elle en laissant sa tête reposer sur son poing.

- Quoi ?

- Rien.

- Est-ce que McGonagall t'a dit quelque chose sur moi ? s'enquit-il. »

 

 

Il retira ses mains de son clavier d'ordinateur et s'accouda à la table en se tournant légèrement vers elle pour mieux la regarder. Elle avait l'impression que deux énormes projecteurs étaient braqués sur elle alors que ses yeux bruns parcouraient son visage à toute allure. Il était évident qu'il ne lâcherait rien. Elle avait deux options : être cash ou embellir le tableau, et ce fut ce petit air arrogant qu'elle avait lu sur son visage quelques secondes plus tôt qui l'aida à prendre sa décision.

 

 

« Elle a dit que tu étais très au courant de tes propres capacités, lui avoua t-elle en s'efforçant de soutenir son regard.

- C'est une mauvaise chose ?

- Pas si tu te tais jusqu'à ce que je finisse mon cours et que tu gardes tes questions sur la structure pour la fin. »

 

 

Elle sut au moment où elle termina sa phrase qu'il ne l'interromprait plus. Il resta de marbre pendant quelques secondes puis son regard dévia sur sa bouche et elle se demanda brièvement s'il pouvait entendre son cœur taper contre sa poitrine comme s'il voulait en sortir. Un regard. Un seul regard. Un bref coup d'oeil vers ses lèvres. Rien d'autre. Aucun mot. Aucun sourire. Un foutu regard et elle était perdue.

 

 

« … Je peux reprendre ? demanda t-elle après s'être brièvement raclée la gorge. »

 

 

Il hocha la tête, et, alors qu'elle essayait de se re-concentrer sur ses notes, elle le vit se masser la nuque du coin de l'oeil. Elle regretta profondément d'avoir pu penser une seule seconde que cette histoire de tutorat serait facile. Elle eut toutes les peines du monde à se ressaisir mais elle y parvint au prix d'un grand effort, et ils passèrent les deux heures qui suivirent à travailler dans l'ambiance la plus studieuse qu'elle put instaurer compte tenu du fait que son cerveau semblait insister pour qu'elle l'imagine sans vêtement à chaque fois qu'elle osait un coup d'oeil dans sa direction. C'est à dire, approximativement toutes les dix secondes.

 

 

« Ok, je pense qu'on va s'arrêter là, lui dit-elle lorsqu'elle sentit sa vision se brouiller à cause de la fatigue.

- Ce n'était pas si terrible, remarqua t-il après avoir refermé son ordinateur portable.

- Oh, attends qu'on rentre dans le vif du sujet et tu vas voir à quel point cette partie là était horrible comparée au reste. »

 

 

Il haussa les épaules alors qu'elle récupérait son téléphone puis rangeait son cahier dans son sac, et quand elle jeta un bref regard à l'horloge et qu'elle constata qu'il était déjà presque une heure du matin, elle bondit de sa chaise.

 

 

« Oh merde. Je suis désolée, je n'ai pas vu le temps passer.

- Ne t'en fais pas Evans, je ne pars qu'à dix heures demain. Tu veux boire quelque chose avant de rentrer ? »

 

 

Il y eut un bref instant pendant lequel elle fut tentée de dire oui. Elle voulait rester boire un verre, puis un deuxième, et un troisième, et peut-être descendre une bouteille entière avec lui, mais elle devait se lever dans six heures et elle savait que la Lily du futur lui en voudrait si elle n'allait pas se coucher maintenant.

 

 

« Merci, c'est gentil, mais il faut absolument que je rentre me reposer. Merci pour la pizza, et pour... Le cours. C'était bien. C'était sympa, bredouilla t-elle en se dirigeant vers la porte.

- C'était vraiment bien, confirma t-il les mains dans les poches alors qu'elle ouvrait rapidement la porte de l'appartement.

- Je... Est-ce que tu peux juste attendre deux secondes que je sois rentrée ? lui demanda t-elle. Mary avait un rencart avec cette fille et je ne veux pas... Tu sais... Si elles sont en train de... »

 

 

Elle ne termina aucune de ses phrases, mais elle devina à son rire qu'il l'avait parfaitement comprise, et, alors qu'elle tournait sa clé dans la serrure, elle sentit son regard sur sa nuque et c'était assez pour qu'elle se dise qu'elle allait finir en enfer parce qu'elle l'imaginait la retenir de toutes sortes de façon. Il n'en fit rien, et quelque part, cela la vexa un peu et elle s'insulta mentalement de lui avoir dit qu'elle devait rentrer dormir. Elle aurait pu dormir chez lui. Dans son lit. Clairement.

 

Elle lui adressa un petit signe de la main en refermant soigneusement la porte derrière elle, puis elle alluma la lampe torche de son portable pour se diriger jusqu'à la salle de bain sans allumer la lumière et risquer de trouver des sous-vêtements éparpillés dans le salon. Mary était un animal, et elle laissait des traces. C'était l'une des choses que Lily avait apprise en étant amie avec elle aussi longtemps.

 

Elle enfila rapidement un pyjama, se lava les dents et dénoua ses cheveux avant de se hâter vers sa chambre sur la pointe des pieds et de se glisser dans la fraîcheur agréable de ses draps. Elle déverrouilla son portable une dernière fois pour lire ses messages et répondre à ceux de Marlène qui s'inquiétait visiblement de savoir si elle était rentrée saine et sauve ou si les garçons avaient eu raison de sa santé mentale, et alors qu'elle allait éteindre, son portable vibra dans sa main.

 

 

James Littérature : Au fait, je finis à 18h demain. Je te ramène ?

 

 

Elle s'était mise à respirer un peu plus fort sans s'en rendre compte et elle fixa longuement l'écran de son portable avant de commencer à taper une réponse.

 

 

Lily : Si tu changes de musique, pourquoi pas ?

 

 

Elle ajouta un smiley qui riait à la fin de son message et ne se rendit compte qu'elle attendait sa réponse que quand son portable vibra de nouveau et qu'elle réalisa qu'elle le tenait encore étroitement dans sa main.

 

 

James Littérature : Il n'y a rien de mal à écouter Oasis.

James Littérature : Ne m'oblige pas à supplier Evans.

Lily : C'est bon, c'est bon. Je rentrerai avec toi. Merci.

James Littérature : Parfait. Bonne nuit.

 

 

Elle fixa l'émoji qui souriait et elle posa son portable sur sa table de chevet en songeant qu'elle allait définitivement passer une bonne nuit, pour une fois.

 

 

End Notes:

Bon, comme j'ai été très productive ce week-end (une autre façon de dire que je n'ai absolument pas bougé de chez moi xD), que j'ai terminé d'écrire un nouveau chapitre, et que j'ai bien avancé sur le suivant, je me suis autorisée à poster celui-ci plus tôt que prévu :)

Je vous préviens, je crois que Sirius est pire que tout sur cette fic, et c'est ce que je préfère écrire huhu :D

ET merci x1000 pour vos reviews, rohlala :')

Cette histoire est archivée sur http://www.hpfanfiction.org/fr/viewstory.php?sid=38156