S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Lapsus Freudien par Wynhilde

[60 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Cette fiction est la traduction de A Slip of the Tongue par AoiGensou.
Je tiens à la remercier pour sa réponse rapide à ma demande de traduction (quand ça me prend, c'est limite des envies boulimiques là tout de suite maintenant).

(J'ai été obligée de sélectionner "Après Poudlard" et non Durant Poudlard, car l'ordi me dit que cette catégorie est verrouillée, tout comme celle des slashs... J'éditerai ça dès que ce petit beug sera corrigé...)
Note de chapitre:

Coucou, oui, je sais, vous attendez le chapitre 61 de Mariage Blanc, ma directrice de recherches attend désespérément que je lui donne signe de vie, et la petite partie angélique de mon cerveau attend que je me mette à faire des progrès en allemand.
Mais.
La petite partie démoniaque de mon cerveau est la plus forte, et c'est comme ça que je me retrouve à traîner sur ff.net pour y lire des Drarrys.
Et quand je tombe sur des petites merveilles comme celles-ci,et bien... je ne peux pas résister...

Franchement, c'est jubilatoire.
J'aime bien le Drago froid et calculateur, mais ici, l'auteuse prend beaucoup de recul par rapport au personnage, et c'est hilarant.

Bonne lecture!
Drago Malefoy était en rogne. Il n’était pas juste ennuyé, pas simplement en colère, non, il était en rogne dans le genre tout-explose je-vois-rouge, je-ne-laisserai-personne-se-mettre-sur-mon-chemin-et-n’esssayez-surtout-pas-de-m’arrêter. Le genre de rages qui arrivent seulement en des temps de lune bleue. Et le truc drôle, c’est que la lune se trouvait être d’une curieuse teinte azure ce jour-là.

Qu’est-ce donc, vous entends-je demander, qui le mettait en rage ? Ce qui le mettait en rage était ce qui mettrait n’importe quel Malefoy qui se respecte en rage, bien sûr. Il enrageait d’être ignoré. On n’ignorait pas les Malefoy, jamais. (Du moins, pas depuis que l’arrière, arrière, arrière grand-père de Drago avait été ignoré par cet enfariné de Ministre de la Magie, au sujet de sa pétition pour utiliser des Moldus comme sujets d’expérimentation dans le développement de sorts). Une telle transgression ne pouvait qu’avoir des conséquences sérieuses. Et le cerveau de Drago était calmement en train de pondre autant de conséquences que possible, pendant que le reste de son être frémissait silencieusement.

Ok, j’ai menti. Le frémissement de Drago n’était en réalité pas silencieux. En fait, il était même plutôt bruyant. Drago Malefoy était quelqu’un avec qui il valait mieux ne pas avoir à faire, et quand ça arrivait, c’était douloureux. Non seulement, il y aurait des conséquences, mais lesdites conséquences se produiraient au plus haut décibel possible, de façon à être sûr que tous ceux à portée d’écoute sauraient ce qui arrivait, à qui ça arrivait, et pourquoi ça arrivait. De cette façon, les conséquences dureraient plus longtemps, se poursuivant à travers les commérages par la suite. Ajoutant du sel et du jus de citron sur une blessure ouverte. Et l’agrémentant d’une touche de menthe.

Oui, notre antihéros fulminant avait des plans de punition. Personne ne pouvait l’ignorer et s’en sortir comme ça. Non monsieur. Pas la moindre chance. Auuucune. Nada. Ainsi traçait-il son chemin à travers les couloirs du château de Poudlard, en route pour voir le transgresseur, et le faire payer pour son crime contre l’humanité.

…Ok, Drago est un petit branleur mélodramatique et grandiloquent, mais c’est pour ça qu’on l’aime.

…Non ?

Bref, poursuivons. Les gens se poussaient hors de son chemin devant cette masse d’énergie haineuse et destructrice, et se rassemblaient en petits groupes d’humanité après le choc de son passage. Il y avait des chuchotements bas mais excités, et on commençait à ouvrir les paris, les gens se demandant quelle était la cible désignée de Drago, et combien de temps ils passeraient à l’infirmerie, une fois que le nuage de poussière se serait dissipé.
Non pas qu’il y aurait de la poussière. Drago ne se compromettait pas avec la poussière. Non, ces conséquences seraient totalement exemptes de poussière.

L’influence et la hargne de Drago lui valurent un chemin facile d’accès jusqu’à la bibliothèque, où quelqu’un lui avait dit qu’il se trouverait. Peu importait que ce soit un lieu dirigé d’une main de fer par Madame Pince. Peu importait qu’il y ait d’autres étudiants assistant au spectacle. Peu importait qu’il se fasse jeter hors de la bibliothèque. Rien de tout cela n’avait d’importance. Seule importait sa fierté bafouée. Ainsi atteignit-il sa destination avec des yeux pleins de colère et une tête pleine d’idées de vengeance.

Bon, en fait, Drago était un peu à sec, côté idées de vengeance. C’était une confrontation du type « impulsion incontrôlable ». Et puis, pour tout dire, Drago n’avait jamais été ignoré par quiconque auparavant. Il ne savait pas trop comment réagir dans une telle situation. Il allait improviser, en commençant par quelques hurlements, et il verrait bien où ça le mènerait…

Il ouvrit la porte de la bibliothèque d’une poussée, espérant entendre un bang retentissant et sonore, mais n’obtenant à la place qu’un faible grincement. C’était décevant, et pas de très bon augure pour sa tirade, mais le blond n’allait pas laisser cela lui couper le vent en poupe.

— Harry Potter ! dit-il à voix haute, grondant presque le nom.

A cette intrusion, tout murmure en fond sonore cessa dans la bibliothèque, et toutes les paires d’yeux se tournèrent vers la silhouette qui se tenait avec une allure royale, sur le pas de la porte. Toutes sauf une. Les yeux de Drago s’étrécirent quand il constata que Harry Potter avait à peine relevé la tête à son entrée. Et qu’il s’était immédiatement replongé dans ce qu’il lisait.

« Comment ose-t-il ? » pensa Drago, grinçant des dents dans sa tentative pour s’empêcher de hurler.

— Mr. Malefoy, que pensez-vous être en train de… » commença à le réprimander Madame Pince, mais un regard du garçon la réduisit au silence.

Si ceux présents dans la bibliothèque n’avaient pas été impressionnés par la présence de Drago jusqu’alors, ils l’étaient certainement après cette démonstration. On enseignait visiblement très tôt aux Malefoy à être charismatique. Ah, ce que c’est que l’éducation, tout de même !

La tension dans la bibliothèque aurait pu être coupée en tranches plutôt facilement avec un couteau à beurre rouillé, si quelqu’un en avait eu un sous la main. Mais comme tous les couverts étaient restés dans les cuisines, la tension conserva son niveau ambiant. Quelques uns des plus jeunes étudiants se tortillaient de gêne, mais ils se refusaient à partir. Ils se refusaient à cligner des yeux de peur de manquer quelque chose. Les étudiants plus âgés avaient déjà vu des choses de cette sorte à de nombreuses reprises, aussi étaient-ils moins gênés et plus amusés.

— Harry Potter, répéta Drago, cette fois à un volume dangereusement bas.

Les yeux de Harry quittèrent paresseusement le texte où il s’était enfoui, pour rencontrer lentement le regard noir d’un Drago furieux. Drago nota qu’il était sans expression, et cela déclencha quelque chose en lui. Il commença à pester comme au jour de sa naissance.
Oui, le jour de sa naissance, Drago savait parler, oui, et il savait aussi exprimer son opinion. J’oserais dire pester.
J’exagère, mais si Drago avait eu la capacité de parler le jour de sa naissance, ça aurait été très similaire à ce qui se passait à cet instant.

— Harry Potter, à quoi crois-tu être en train de jouer ?

— A rien, Malefoy, répondit Harry en retournant à son livre.

Drago nota que c’était un manuel de Métamorphose.

— Ne te fous pas de moi ! cria Drago. Qu’est-ce qui se passe ?

— Je ne comprends pas de quoi tu parles, Malefoy. Je me contente de faire mes devoirs. Ou bien t’es aveugle ? répondit paresseusement Harry, sans se soucier de le regarder.

Les pulsions de strangulation de Drago montèrent de plusieurs crans.
Et c’est au prix d’une belle démonstration de self-control que Drago ne se jeta pas sur Harry pour lui foutre une raclée, ici et maintenant. Parce que les Malefoy ont une force de volonté. Vraiment.

— Regarde-moi, Potter !

La voix de Drago n’avait pas baissé de volume. En fait, elle avait augmenté. Le blond, qui était habituellement un garçon calme et posé, poussait maintenant des braillements stridents.
Sauf que les Malefoy ne sont pas stridents. Et qu’ils ne poussent pas de braillements. Donc il serait plus juste de dire qu’il parlait un peu fort. …Hum, pas vraiment.

— Pourquoi ?

Harry était plus calme que jamais au milieu de l’orage. Drago était livide.

— Pourquoi tu…

— Mr. Malefoy ! Vous ne possédez pas, ni maintenant ni jamais, le contrôle de cette bibliothèque !

Madame Pince avait à l’évidence retrouvé sa voix et s’en servait.

— Aussi, si vous ne baissez pas la voix et ne vous comportez d’une manière appropriée pour une bibliothèque, je serais obligée de vous demander de partir.

Et par « demander de partir » elle voulait bien entendu dire « jeter dehors ». Avec un soupçon de « en utilisant la force si nécessaire ».
Avec une rage à peine contrôlée dans la voix, Drago répondit suavement :

— J’ai besoin de parler à Potter, là.

— En ce cas, vous pouvez l’emmener avec vous. Maintenant dehors !

Gloire à Madame Pince.

Drago prit la mesure de la menace, et décida de ne pas pousser sa chance. Saisissant la main de Harry, il entraîna le garçon hors de la bibliothèque, contre sa volonté.

— Malefoy, bordel de Dieu, qu’est-ce que tu fais ? Lâche-moi !

Harry essayait de récupérer sa main, sans succès.

— On va régler ça, Potter, maintenant ferme-la !

Harry soupira et eut un regard de regret pour les livres auxquels il était arraché.

— Y a intérêt que ça en vaille la peine… murmura-t-il.

Drago fit comme s’il ne l’entendait pas. Drago souffrait d’une forme de surdité sélective.

Alors voilà, Drago traînait Harry. Il le traînait derrière lui. Pour une « discussion ». Pas vers un de ces endroits clichés où on va normalement pour trouver un peu d’intimité et une absence de surveillance de la part des adultes. Ils n’allèrent pas au bord du lac. Ils restèrent loin de la tour d’astronomie. Les cachots n’étaient pas envisageables, et la Salle sur Demande ne traversa même pas l’esprit de Drago. Vous voyez, c’était précisément les endroits où on s’attendrait à les trouver en premier. A la place, ils gagnèrent la plus grande pièce de tout Poudlard. Et oui, c’est ça. La Grande Salle.

Il y avait deux raisons à ce choix. La première était, bien sûr, que Drago avait subitement changé d’avis et ne voulait plus que les conséquences aient lieu en public mais en privé. La seconde raison, c’était que, lorsqu’elle était vide, la Grande Salle possédait un Grand Echo. Drago avait envie d’entendre sa voix réverbérée par les murs pendant qu’il hurlerait à s’en rendre aphone sur Celui-Qui-L’avait-Ignoré-Mais-Qui-Arrêterait-De-Survivre-Après-Les-Conséquences. Il se disait que ça serait comme plusieurs Dragos criant en même temps sur Harry Potter. Une pensée qui fit naître un sourire sur son visage.

Harry souleva un sourcil :

— La Grande Salle ?

Drago se trouvait maintenant non seulement en présence de quelqu’un qui ne jouait plus le jeu et l’ignorait, mais aussi de quelqu’un qui regimbait quant à son choix de champ de bataille. S’il n’avait pas été là pour une raison bien précise, et bien, il se serait mis à hurler sur Harry Potter.

Attendez une minute, il était là pour hurler sur Harry Potter. Bien joué !

— Alors maintenant écoute, Harry Potter. Je ne sais pas à quoi tu joues, mais tu vas arrêter tout de suite.

Drago avait eu raison, la réverbération du son était parfaite.

— De quoi tu parles, Malefoy ?

Harry passa une main dans ses cheveux avec exaspération.

— Tu as déjà dit ça à la bibliothèque, mais je ne vois toujours pas où tu veux en venir !

— Tu ne peux pas être aussi aveugle, Harry ! cria Drago.

De surprise, Harry recula d’un pas.

— Pardon ?

— Tu es sourd ? J’ai dit : « tu ne peux pas être aussi aveugle, Potter ! ».

Un léger rictus apparut sur le visage de Harry :

— Oh, vraiment ?

— Oui, Potter. Il faut des mots plus courts pour que tu comprennes ?

Le Sourire Ironique Officiel des Malefoy (© 1594) illumina les traits de Drago. Harry roula des yeux.

— Bon, dis-moi juste ce que j’ai fait, Malefoy, que je puisse retourner à ma vie, dit Harry d’une voix lasse.

Ho, ho, cette fois, son compte était bon.

— C’est exactement ça le problème, Potter ! Ton évident désintérêt pour moi. Personne ne peut ignorer un Malefoy et s’en sortir comme ça ! Si tu ne cesses pas immédiatement cette ignoble attitude de… de… de ça (Drago eut de grands gestes agités en direction de Harry) alors, je serai forcé de prendre des mesures !

Harry cligna des yeux, ouvrit la bouche pour parler, la referma, et cligna à nouveau des yeux. A l’évidence, les mots lui manquaient.

— Et bien, qu’as-tu à dire pour ta défense, Harry ?

— Pourquoi t’arrêtes pas de m’appeler comme ça ? demanda Harry avec un léger amusement.

Drago lui jeta un regard noir, pensant visiblement qu’il se moquait de lui.

— Quoi, Potter ? C’est ton nom, crétin.

— Non, je voulais dire… Laisse tomber.

Harry laissa échapper un petit rire.

— Quelque chose de drôle, Potter ? cracha Drago, qui n’appréciait pas du tout qu’on se fiche de lui.

Harry secoua la tête.

— Rien, Malefoy. C’est juste que j’arrive pas à comprendre ce que tu me veux, exactement.

— Je veux que tu arrête de m’ignorer, abruti.

— Ouais, mais pourquoi tu fais ça ? Pourquoi moi ? Tu n’es pas ignoré par le reste de l’école.

— Pourquoi ? Parce que tu m’énerves.

— Et ? répliqua Harry.

— Et c’est insultant d’être ignoré par un ennemi.

— Et ?

— Et je ne veux pas que tu le fasses.

— Pourquoi ?

— C’est quoi comme question ça ?

— Une question valide. Maintenant réponds avant que je parte.

— Parce que.

— Parce que quoi ?

— Parce que je t’aime.

La dernière réplique fut criée à un volume plutôt élevé, et les mots étaient tels que Harry fut définitivement et complètement pris par surprise. Plusieurs fois, en fait, à cause du Grand Echo.

— Waouh, attends… Tu peux répéter, là ?

— Mais t’es idiot ou quoi ? J’ai dit : « je te déteste ». Autant que je sache, ce n’est un secret pour personne, acheva Drago avec un sourire cruel.

— Tu es sûr que c’est ce que tu as dit ?

Le rose venait aux joues d’Harry, et c’est un fait qui n’échappa pas à son interlocuteur.

— Je sais encore ce que je dis.

Le rictus maléfique de Drago s’élargit.

— Pourquoi tu rougis, Harry ?

— Heu, je… hum. Pour rien. Mais si tu as à peu près fini, je pense que je vais y aller. J’ai toujours mes devoirs à faire.

Harry fit un signe de tête rapide et essaya de s’esquiver en vitesse. Cependant, il fut rattrapé par la manche avant d’avoir pu accomplir sa sortie.

— Qu’est-ce que j’ai dit pour te faire rougir ?

La voix de Drago était curieusement douce et ses yeux s’étaient étrécis, pleins d’irritation et de confusion.

— Je ne pense pas que tu ais réalisé que tu l’avais dit, mais je suis sûr que si tu y penses suffisamment longtemps, ça va te revenir.

Là-dessus, Harry se libéra en douceur de la prise de Drago et quitta la Grande Salle en courant presque. Il laissa Drago en pleine confusion. Il resta là quelques minutes, essayant de retrouver ce qu’il avait dit, ou ce qui pouvait bien avoir causé une telle réaction.

Lorsqu’il se rejouait le scénario, ça devenait un peu confus au niveau des réponses données aux stupides questions de Harry. Il se rappelait quelques « et ? » une ou deux excuses boiteuses, et une bonne dose de cris. Ah, et puis l’écho.

…Une minute. L’écho. Drago se remémora le magnifique écho que sa voix sophistiquée avait fait naître.

Oui, il est imbu de lui-même. C’est une découverte.

Un mot jaillit immédiatement dans son esprit. Il se remémorait distinctement disant « je te déteste », mais pour une quelconque raison, il se rappelait le son du mot « aime » amplifié par l’acoustique des murs.

« Aime… aime… aime AIME. »

Les yeux de Drago s’agrandirent d’effroi.

— MERDE !

Le mot répété par l’écho poursuivit Drago tandis qu’il s’enfuyait de la salle.
Note de fin de chapitre :

Voilà voilà, c'est tout pour aujourd'hui...
ça vous a plu?

Je précise que c'est une fic très courte, deux chapitres en tout.
J'ai pas commencé à traduire le suivant, j'étais trop pressée de poster celui-ci.
(Néanmoins, nul doute que si vous me laissez pleeeeeins de reviews - oui, pour ça aussi, je suis boulimique - ça me motivera sûrement à avancer rapidement. Mais nan c'est pas du chantage. *Regard angélique*)

Non, sérieusement, je vous encourage vivement à laisser des commentaires, car bon, non seulement, ça me fera plaisir à moi, de voir que je ne passe pas mes soirées à traduire pour rien, mais d'autre part, l'auteuse a dit qu'elle viendrait sûrement jeter un coup d'oeil...
Alors un petit clic et vous ferez deux heureuses.

(Quoi, comment, j'en rajoute trop et ça se fait pas de mendier? Bon, ok, j'arrête.)
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.