S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Ephémère par Akasora

[10 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Disclaimer : Les personnages et l'univers de Harry Potter appartiennent à J.K. Rowling, je ne fais qu'écrire certains passages de mon invention.
Note de chapitre:

Ce OS est mon premier Drago/Hermione, et j'espère qu'il vous plaira ! Disclaimer : Le paragraphe de fin vient du tome 7, l'épilogue.


Enjoy it.
"Nous traversons nos ponts, quand nous arrivons à eux, et les brûlons derrière nous. Il ne nous reste rien pour trouver le chemin parcouru à part le souvenir d'une odeur de fumée et l'idée que peut être cette fois là, nos yeux ont pleurés. Tom Stoppard."



Elle courait. Les larmes coulaient sur ses joues et allaient s’écraser au sol, seuls témoins de sa tristesse. Comment avait-il osé ? Comment avait-il osé se mettre avec elle ? Alors qu’ils avaient été si proches pendant cette année, alors qu’elle était tombée amoureuse de lui. Ou peut-être avait-elle toujours été amoureuse de lui, en fin de compte, malgré leurs sempiternelles disputes.
Elle se laissa emporter dans le dédale de couloir constituant Poudlard et finit par se retrouver en haut de la salle d’astronomie. Le vent soufflait fort à cet endroit, mais la jeune sorcière n’y prêta pas attention. Elle se laissa tomber à terre et sanglota. Sa longue chevelure couleur chocolat était désordonnée, emmêlée, ses yeux noisettes, rouges et gonflés. Mais personne ne pouvait la voir, elle ne s’en souciait pas. Lentement, le temps faisant son effet, le froid gelant ses membres, ses larmes se tarirent et la tristesse laissa place à la colère. Rien ne pouvait calmer la Griffondor, rien ne pouvait apaiser son âme meurtrie, elle ne pourrait se résoudre à lui reparler. Peut-être un jour se reverraient-ils, avec leurs enfants respectifs, qu’ils emmèneraient à Poudlard. Peut-être à cet instant précis regretterait-il de l’avoir laissée tomber pour elle. Et elle serait aux côtés de son mari, tiendrait la mains de ses enfants, et serait capable de lui sourire, ou au moins de ne pas éprouver le moindre regret. Et son mari pourrait lui dire ’Je t’aime, Hermione’, sur le quai de la gare, et Ron ne pourrait rien faire d’autre que de serrer avec une certaine amertume la main de sa femme, tentant de se convaincre qu‘ils n‘auraient pas pu être ensemble, de regarder celle qu‘il aimait entendre ces mots qu‘il aurait tant voulu lui dire. Car il l’aimait, elle le savait. Et elle l’aimait. Mais l’esprit des hommes fonctionnait de façon étrange, et, au lieu de le lui avouer, Ron avait préféré se mettre avec elle. Lavande Brown. Lavlav.

Il marchait rapidement dans les couloirs. Où pouvait-elle bien être ? Il l’avait cherchée toute la soirée, en vain. D’un autre côté, il s’en moquait, mais il ne pouvait s’empêcher de se sentir légèrement responsable de ses larmes. Légèrement. Il ruminait sa colère, essayait de se convaincre qu’il aurait juste quelques mots à lui dire pour arranger les choses, et qu’il pourrait enfin rejoindre son dortoir et terminer sa nuit. Il soupira, accéléra le pas tout en maudissant son ami de l’avoir faite entrer dans la chambre. Elle était la seule qui réussissait à l’énerver rien qu’en prononçant son prénom. Il réfléchit rapidement aux endroits qu’il n’avait pas encore vérifiés et les compara avec les endroits dans lesquels elle aurait pu se rendre, avec son esprit tordu. Les toilettes des filles du deuxième étage. Vides, mise à part Mimi Geignarde qui pleurait encore dans les canalisations. La salle commune. Il en venait, il était possible qu’elle y soit retournée, mais il en doutait fort. Le sommet de la tour d’astronomie.
Il monta les marches d’un pas lourd, surveillant ses arrières, guettant le moindre signe de la présence de Miss Teigne. Mais la chatte de ce satané Rusard ne montra pas le bout de son museau.
Il poussa lentement la porte et aperçut sa silhouette, debout face au parc plongé dans l‘obscurité, la tête levée vers le ciel étoilé.

« Ecoute, commença-t-il. Je disais ça pour rire tu sais ? Ce n’était pas pour être méchant, tu me connais, Pansy ! »

Elle se tourna lentement vers lui, le visage sans expression, la tête légèrement inclinée vers le côté. Il ne la reconnut pas, mais devinait avec aisance ses formes généreuses, et son visage paraissait beau, finement tracé. Et elle n’était définitivement pas Pansy.

« Malfoy ? Demanda-t-elle d’une voix cassée mais assurée. »

Le blond eut un mouvement de recul et put enfin mettre un visage sur ce corps qu’il avait trouvé, encore quelques secondes plus tôt, si beau. Granger, la sang-de-bourbe. Il fut cependant étonné de ne pas ressentir cette vague de dégoût qui l’envahissait dès qu’il la voyait. Elle était pourtant là, devant lui, comme à son habitude. Mais quelque chose avait changé. Elle semblait triste. Et terriblement séduisante.

« Pansy n’est pas là, continua-t-elle en levant à nouveau la tête pour observer la voûte stellaire.
-Qu’est-ce que tu fais là ? Demanda-t-il sèchement.
-Je ne vois pas en quoi ça te regarde, rétorqua calmement la jeune femme. »

Elle avait raison. Comme toujours.
Un silence pesant s’imposa entre les deux sorciers. Elle observait encore et encore les étoiles, ne pouvant détacher son regard de ces points lumineux si proches et pourtant si lointain. Elle se demandait souvent s’ils était immortels. Ou si au contraire, ils étaient éphémères. Peut-être une étoile ne brillait-elle que l’espace d’une nuit, peut-être allait-elle disparaître de la voie lactée dès le levé de l’astre du jour. Ou peut-être disparaissait-elle aux yeux de ceux qui ne la voyaient pas, mais peut-être était-elle toujours présente pour ceux qui la cherchaient, qui l’avaient aperçue, qui l’avaient connue.

« Qu’est-ce que tu fais encore ici ? S’enquit la jeune femme en se tournant vers lui, soudain légèrement en colère. Tu vas encore me ridiculiser ?
-Tu n’as pas besoin de moi pour ça, Granger, assura Malfoy avec un sourire narquois, ses paroles semblables à du venin. Le seul fait que tu sois une sang-de-bourbe suffit à … »

Il ne termina pas sa phrase et bloqua sa main droite à quelques centimètres de son visage. Sa bouche s’étira en un rictus mauvais.

« Tu pensais peut-être réitérer ton exploit de la dernière fois, Granger ? Cracha-t-il en la toisant avec un air hautain. Mais tu oublies une chose …
-C’est toi qui oublies quelque chose, Malfoy, le coupa-t-elle en le fusillant du regard.
-Ah oui ? S’enquit le blond avec amusement. Et quoi ? »

Le bruit de la main de la sorcière frappant sa joue résonna dans l’obscurité de la nuit, et l’échos sembla dominer pendant une fraction de seconde les cris du vent.

« J’ai encore ma main gauche, lança-t-elle simplement. »

La gifle qu’elle venait de lui asséner lui parut plus douloureuse que celle à laquelle il avait eu droit trois ans plus tôt et il fut obligé de lâcher son autre main. Il se tint longtemps sa joue brûlante, la considérant avec un regard inexpressif, la détaillant comme s’il la voyait pour la première fois. Après plusieurs longues minutes, elle leva la tête vers le ciel.

« Tu penses que les étoiles sont éphémères ? Ou Immortelles ? »

Surpris par sa question, il ne répondit pas immédiatement.

« Tu délires Granger ? Et puis, toi tu sais tout, n’est-ce pas ? Tu devrais le savoir.
-Et pourtant, murmura-t-elle. Je ne sais pas. »

Il la regarda encore. Comment avait-il pu passer à côté de sa beauté ? Ses lèvres rosies par le froid l’appelaient, ses mains qui semblaient si faibles et pourtant si solides, sa peau blanche, ses courbes si féminines, magnifiquement dessinées sous ses vêtements moldus, ses yeux qui riaient si souvent, lorsqu’elle se trouvait en compagnie de Potter et Weasley, ses cheveux si indomptable qui lui donnaient ce petit air sauvage. Désir. Voilà ce qu’il ressentait en cet instant.
Il se mordit la lèvre inférieure tout en se maudissant de penser ainsi.

« Pourquoi tu me regardes depuis avant ? Demanda-t-elle avec un air suspicieux.
-Je ne sais pas, avoua-t-il en un soupir. »

Elle avança d’un pas vers lui, réduisant légèrement la distance qui les séparait. Drago ne bougea pas.
Pour la première fois depuis qu’elle le connaissait, Hermione pouvait le détailler. Si l’on enlevait son sourire narquois et moqueur, il pouvait être plutôt bel homme. Elle remarqua également sa carrure imposante, et se demanda soudain s’il était agréable de toucher son torse si musclé, d’être pris dans ses bras si forts.
Elle avança à nouveau. Elle leva sa main et effleura le torse du blond. Il resta, une fois encore, immobile. Un dernier pas en avant et elle se retrouva presque collée à lui. La brune laissa sa main parcourir le buste de celui qui devait être son ennemi, oubliant pour un temps ce qu’il lui avait fait subir pendant les six ans qu’ils avaient passés à s’insulter. Ses doigts remontèrent sur sa pomme d’Adam, il réprima difficilement un frisson. Ils caressèrent sa carotide, tracèrent la ligne de sa mâchoire, suivirent le contour de ses lèvres, de son nez, passèrent sur ses yeux, avant de se perdre dans ses cheveux.

« Qu’est-ce que tu cherches à faire ? Demanda-t-il sans pour autant se dégager. »

Elle sourit mais ne répondit pas. Il lui sourit à son tour. Le pacte était scellé. Cette nuit serait à eux. Il attrapa violemment ses deux mains, les tint en l’air d’une main et la plaqua contre la porte qu’il avait fermée à son arrivée. Sa bouche parcouru alors le corps de la jeune femme à la manière des doigts de cette dernière, quoi que de façon plus brutale, pleine de désir. La respiration de la Griffondor se fit saccadée et elle réprima un gémissement lorsque la main du blond passa sur son sein gauche.
Sa bouche remonta le long de sa gorge, il embrassa sa carotide, sa mâchoire et mordit la lèvre de la brune. Il commença ensuite à la déshabiller, profitant de chaque geste pour caresser son corps si parfait, de chaque moment pour lui voler un baiser. Il n’aurait su dire d’où venait ce sentiment de satisfaction lorsqu’elle répondait à chacun de ses baisers, lorsqu’elle gémissait de plaisir sous ses caresses, lorsqu’elle souriait en le regardant avec la même satisfaction. Il n’aurait su dire d’où provenaient ces frissons lorsqu’elle prononçait son prénom dans un soupir.
Il ne restait plus que son soutien-gorge pour couvrir le haut de son corps, et il observa sa conquête plusieurs secondes avec un petit sourire, avant de partir à la découverte de sa peau froide, embrassant son ventre, jouant avec son nombril, s’amusant avec le dernier bout de tissu recouvrant sa poitrine, attrapant ensuite son boxer avec les dents après avoir baissé un peu son pantalon, la mordant à plusieurs endroits. Et elle soupirait d’aise, passant ses mains dans ses cheveux, ramenant parfois sa tête à sa hauteur et l’embrassant avec fougue. Toute sa colère s’envolait, elle ne ressentait plus qu’une seule chose : du désir.

Vingt ans avaient passé depuis cette nuit. Elle se trouvait sur le quai de la gare, tenant la main de son mari, riant avec son meilleur ami, embrassant sa fille une dernière fois avant qu’elle ne parte avec le train. Ron fit alors un signe de tête discret à Harry et lui montra un endroit du quai situé à une dizaine de mètres. Pendant quelques instants, la vapeur s’était un peu dissipée et trois personnes se détachaient nettement parmi les volutes de fumée.

« Regarde qui est là. »

Drago Malfoy tourna la tête dans leur direction, lança un coup d’œil à Hermione qui le lui rendit, et pendant une fraction de seconde, le souvenir de cette nuit leur revint en tête. Le blond lui adressa un bref signe de tête et se détourna.

« Je t’aime, Hermione, lui dit Ron en se penchant sur son oreille. »

Elle observait toujours Drago qui s’était légèrement redressé et qui serrait la main de sa femme. Elle sourit légèrement et répondit à son mari en lui volant un baiser.

Cette nuit passée ensemble, ces soupirs, ce désir, ces baisers, tout était exactement comme les étoiles. Ephémères.
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.