S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


L'Oiseau en Cage par Eliah

[29 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

Un grand merci à Taka et LITS pour leurs avis de pros sur ma fic, et plus si affinités ;) Allez lire leurs fics pour le concours : Bons Baisers de Tatie de Taka, Des Ballons dans le Ciel de LITS et bien entendu toutes les autres XD

Bonne lecture, et n'oubliez pas d'aller voter dès le 8 mars pour votre fic préférée !
L'oiseau en cage


« A toi. »

Scorpius se redressa et attendit qu’elle lui pose la question. Il la contemplait tandis que ses yeux se perdaient au loin, comme elle le faisait souvent quand elle réfléchissait. Puis elle sourit et demanda :

« La première fois que tu as fait de la magie. »

Et aussitôt, Scorpius se replongea dans ses douloureux souvenirs d’enfance. Il ferma les yeux pour ne pas laisser entrevoir sa tristesse. Il aurait donné tout ce qu’il pouvait pour qu’elle change de question, mais c’était contre la règle du jeu : plus de secrets, plus de détournements.

Alors, il commença son récit.

*******


A six ans, il n’avait pas une grande expérience de la vie, se contentant de suivre les règles strictes imposées par son père. Même si Scorpius avait beaucoup de respect pour lui, il aurait préféré qu'il y ait aussi autre chose qui aurait rendu leur relation moins froide. Mais il ne lui en voulait pas : il savait que son grand-père lui avait inculqué la même éducation quand il était petit, et si un jour Scorpius ressemblait à cet homme droit et intègre qu'était son père, alors il en serait heureux.

Draco insistait tellement sur la chance qu’ils avaient que parfois, Scorpius n’avait pas l’impression de la mériter. Et à chaque fois, il se jurait de ne jamais baisser les bras afin de prouver à son père ce qu’il valait.

Un soir que Draco rentrait tôt du travail, il permit à son fils de dîner avec lui et sa mère. Une fois passés à table, le silence fut de mise jusqu’à ce qu’Astoria déclare :

« Scorpius, dis à ton père où je t’ai emmené aujourd’hui. »

« Non, » répondit Scorpius en jouant avec sa nourriture dans l’assiette, « je n’ai pas envie d’en parler. »

Mais son père ne l’entendait pas de cette oreille. Il reposa sa fourchette et s’éclaircit la gorge.

« Ne parle pas à ta mère sur ce ton ! » le gronda-t-il. « Elle t’a gentiment demandé quelque chose, tu lui obéis. »

Scorpius soupira. Il n’aimait pas décevoir son père, et s’empressa de parler : les mots sortaient de sa bouche avec la même amertume que la potion contre la toux.

« On est allés sur le Chemin de Traverse, si tu veux tout savoir. »

Et il avala une nouvelle bouchée.

« Eh bien, » fit Draco en fronçant les sourcils, les bras croisés, coudes sur la table, « que s’est-il passé pour que tu ne veuilles pas en parler ? »

Le jeune garçon hésita. Il craignait un peu la réaction de son père face à ce qu’il devait répondre, mais il savait que s’il ne répondait pas, ça serait pire. Il n’en avait même pas parlé à sa mère jusque-là, et elle avait du mal à contenir sa surprise, lorsque Draco chercha son regard en la fixant longuement.

« Les gens nous regardaient bizarrement, » avoua Scorpius, la tête baissée.

Il concentra son attention sur le dernier morceau de citrouille dans son assiette, attendant que son père brise le silence. Il avait du mal à savoir s’il était plus mal à l’aise à cet instant qu’en se baladant dans l’après-midi au milieu de la foule de sorciers qui les dévisageaient. Peut-être même le fait que sa mère n’ait rien remarqué était encore plus étrange, mais en y repensant, Scorpius réalisa qu’elle avait peut-être fait semblant de ne rien voir. Si elle avait voulu que son fils n’en soit pas perturbé, c’était raté.

Il redressa la tête et fut surpris de voir que ses parents n’avaient pas bougé d’un sourcil. Puis, son père se pencha vers lui.

« Ne te laisse jamais influencer par l’opinion des gens. Toi, mieux que quiconque, sais ce que tu vaux, tu entends ? »

C’était la première fois que Draco lui donnait un conseil. Il avait beau être froid avec lui, il n’en demeurait pas moins un père qui se devait de protéger son fils.

« Oui, papa, » fit Scorpius, ému.

« Il est l’heure d’aller dormir, maintenant. »

Scorpius avala la dernière bouchée et contempla un instant le motif de son assiette comme il le faisait à chaque fois : c’était un simple oiseau sur une branche, mais il ne comprenait pas pourquoi l’oiseau était immobile alors que les personnes dans les tableaux bougeaient. D’un air distrait, pour retarder de quelques secondes le moment où il devrait aller se coucher, il passa un doigt sur le bec de l’oiseau : l’animal avait l’air triste, et Scorpius se demanda si les gens le regardaient lui aussi de travers.

« Ne fais pas la sourde oreille, » le prévint son père.

Scorpius fit la moue. A cet instant, il enviait beaucoup ses cousins Greengrass : ils étaient peut-être moins riches mais leur père était plus gentil avec eux. Scorpius était comme cet oiseau finalement : formaté dans un environnement dont il ne pourrait jamais s’échapper tant qu’il ne faisait pas ses preuves. Passant le doigt sur la tête de l’oiseau comme pour le caresser, Scorpius soupira.

Et soudain, l’oiseau prit vie. Il secoua ses ailes et siffla joyeusement. Scorpius n’en revenait pas.

« J’ai fait de la magie, » annonça-t-il, comme si en le disant tout haut, ça l’aiderait à y croire vraiment.

Et il le répéta à nouveau. Oui, il avait réalisé un sortilège pour la première fois de sa vie. Il était un sorcier, et il irait à Poudlard dans quelques années pour apprendre à utiliser la magie. Secouant la tête, il fixa son père, attendant que celui-ci lui adresse un sourire et le félicite. Mais Draco n’eut pas la réaction escomptée :

« Au lit, je ne le répèterai plus. »

Dépité à l’idée qu’il n’aurait aucune reconnaissance, Scorpius manqua de tomber de sa chaise. Il ne comprenait pas : il venait de prouver à son père qu’il était digne de lui, non ?

« Allons, Scorpius, » intervint Astoria, « obéis à ton père. »

Il contempla sa mère d’un air désabusé : il avait l’impression de recevoir un coup au cœur. Il acceptait la froideur de son père, mais sa mère, non !

C’est avec des pieds de plomb qu’il alla dans sa chambre, et prit tout son temps pour mettre son pyjama et se glisser dans son lit. Il attendit que sa mère vienne l’embrasser, et lui confia sa déception.

« Voyons, Scorpius, c’est normal que tu aies fait de la magie, puisque tu es né dans une famille au Sang-Pur. »

La réponse était d’une logique implacable. Du haut de ses six ans, Scorpius l’acceptait sans discuter, et il hocha la tête quand sa mère le sonda du regard. Elle plaça sa main sous son menton en déclarant :

« Tu ne dois pas te vanter d’avoir fait de la magie, mon fils, mais n’oublie jamais que le Sang, c’est important. »

Elle se pencha pour l’embrasser et lui adressa un sourire sincère.

« Ceci étant dit, on va mettre ton assiette à part, maintenant, je crois que ton petit oiseau n’acceptera plus de recevoir de la citrouille sur le bec ! »

*******


Depuis ce jour-là, Scorpius avait fait tout ce qu’il pouvait pour que son père soit fier de lui…

Le Choixpeau avait voulu l’envoyer à Serdaigle, et il était parvenu à le convaincre de le nommer chez les Serpentard. Il s’était attendu à recevoir une lettre de ses parents pour le féliciter, mais Draco n’y avait vu aucun intérêt puisque toute la famille avait été à Serpentard avant lui.

Il avait étudié à Poudlard pendant sept longues années, suant à grosses gouttes devant les listes d’ingrédients nécessaires à la préparation de Potions et la chronologie de la révolte des Gobelins. Il avait obtenu d’excellentes notes, qui lui avaient valu des lettres de ses parents dans lesquelles ils s’étaient indignés que Scorpius n’ait pas tenté sa chance ni dans l’équipe de Quidditch, ni au tournoi des Trois Sorciers.

« Et lorsque je suis rentré chez moi avec mes sept ASPICS en poche, mon père était fou de rage d’apprendre que j’allais t’épouser, » conclut Scorpius.

Ses mains tremblaient et une larme roula le long de sa joue.

« Qu’est-ce que tu lui as répondu ? » demanda-t-elle.

Il s’essuya les yeux, et un sourire goguenard étira les commissures de ses lèvres lorsqu’il déclara :

« Qu’un jour, un homme pour qui j’avais beaucoup de respect a dit ‘toi, mieux que quiconque, sais ce que tu vaux’. »

Sans dire un mot, elle pencha la tête sur le côté et lui adressa un de ces sourires dont elle avait le secret.

« Il a fracassé l’assiette en mille morceaux, tu sais, » fit-il comme pour essayer d’alléger sa douleur, « il disait que l’oiseau piaillait à longueur de journées… »

Elle murmura quelques paroles de réconfort qui lui firent du bien.

« Si seulement j’avais essayé de le comprendre… Mais quoique j’aie pu faire, jamais mon père ne m’a dit qu'il était fier de moi. »

« Mais il le pensait, j’en suis sûre. »

Scorpius la contempla un instant : il avait parfois du mal à comprendre comment elle arrivait à sentir les choses comme ça. Elle avait peut-être raison, mais de toute façon, aujourd’hui, il était trop tard pour savoir si elle avait vu juste, parce que son père était mort. Scorpius avait envie de pleurer, et il baissa la tête.

Et elle se pencha, lui relevant le menton, comme l’avait fait sa mère, le soir où il avait donné la vie à l’oiseau dans l’assiette.

« Tu regrettes de m’avoir épousée ? » demanda-t-elle d’un ton plein de malice.

Il la considéra un instant : il savait qu’elle n’était pas sérieuse, mais il réalisa que tenter de comprendre son père ne l’aurait jamais conduit jusqu’à elle.

« Jamais de la vie, Rose. »

Note de fin de chapitre :

Merci d'avoir lu ;)
Sainte Inspi qui m'avez donné la force d'écrire cette fic jusqu'au bout, insufflez votre talent dans le bout des doigts de mes lecteurs pour leur donner envie de me laisser une review XD Amène !
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.