S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Conte d'un soir par lunalice

[24 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Merci à Labige, qui a bêtaté ce texte deux fois et a éliminé d'innombrables répétitions, lourdeurs et compagnie.
Et merci à Eliah pour son aide pour le résumé ^^

Ce texte est ma participation au concours des "premiers sortilèges" de Haru Nonaka.

Les personnages appartiennent à JK Rowling, bien entendu.
Il était tard au Terrier et Molly avait encore beaucoup de travail avant d’aller se coucher. Pourtant, il ne lui vint même pas à l’idée de se dérober à la tâche qui l’attendait. Elle sourit et s’apprêta à monter dans la chambre de Ron où tous se réunissaient habituellement. Comme si ses enfants avaient perçu ses intentions, ils se mirent tous à piailler en même temps :
- Une histoire, maman, une histoire !
- J’arrive !
Molly sourit une nouvelle fois. Comment aurait-elle pu avoir envie de se dérober à la plus agréable des corvées ? De tous les moments passés avec ses enfants, c’étaient ceux éclairés à la chandelle autour d’un livre de contes qu’elle préférait. Lorsqu’elle arriva dans la chambre, elle vit les yeux de toute sa marmaille se poser sur ses mains vides.
- Où est le livre, maman ? demanda le sage Percy.
- Aujourd’hui mes enfants, je vais vous raconter une histoire qui n’a jamais été écrite, mais qui se transmet de génération en génération. Chaque famille de sorciers qui la transmet en a une version différente.
Percy écoutait avec attention tandis que les jumeaux commençaient à remuer. Calant Ginny contre son corps, elle commença :

« Dans un village dont tout le monde a aujourd’hui oublié le nom, vivait un petit garçon nommé Godric. Il habitait avec ses parents dans une petite maison au bout de la grande rue. Ils étaient très aimés dans le village : le père de Godric, Mr Gryffondor, était le cordonnier du village et le garçon jouait souvent avec les enfants de son âge. »

- Maman, c’est quoi un cordonnier ?
- C’est quelqu’un qui fait les chaussures, Fred.
- Chhhuuut ! dit Percy
Molly reprit :

« Un jour, alors qu’il allait à l’autre bout du village livrer des chaussures, il vit un groupe d’enfants qui jouaient en riant bruyamment. Il s’approcha et constata qu’ils étaient en train d’embêter une petite fille qui semblait retenir ses larmes. Lorsque les vauriens lui arrachèrent son ruban, elle éclata en sanglots. Godric se précipita vers eux mais alors qu’il allait leur crier d’arrêter, les tourmenteurs de la fillette tombèrent à terre sans aucune raison. Ils se relevèrent en criant, de surprise et de frayeur, quand Godric, qui réagit instinctivement leva la main vers un arbre dont un nid tomba sur le chef des gamins. Apparemment, l’oiseau qui y avait vécu n’avait pu prendre soin de ses œufs, car une chose verte et parfaitement répugnante dégoulina sur le garçon.

Les enfants, qui avaient clairement vu le geste de Godric, s’enfuirent en courant. Le jeune sorcier s’approcha de la petite fille.
- Comment vas-tu ? demanda-t-il.
- Va-t-en ! Tu… tu es un… un sorcier ! cria-t-elle à travers ses larmes.
Godric, désemparé, voulut parler à la fillette mais lors qu’elle le vit encore penché sur elle, elle s’enfuit comme si elle avait le diable aux trousses. »

- Maman ? Pourquoi la fille elle part si…
- Chut, George. Ecoute la suite du conte.

« Godric, tout triste, alla chercher ce pourquoi il était parti et rentra chez lui.
Il fut effaré. Devant sa porte se tenaient une foule de gens qui hurlaient des insultes à l’encontre de ses parents. Godric se cacha derrière un arbre et écouta.
- Sorciers !
- Démons !
- Suppôts du diable !

Il fit demi-tour et alla par les rues du village, rasant les murs. Il prit une route qui le mena à la clôture du jardin de ses voisins qu’il escalada et, par ce chemin, arriva dans l’arrière cour de sa maison. Il y entra et trouva ses parents. Son père préparait des paquets et sa mère était effondrée sur une chaise. En le voyant, elle se précipita sur lui un disant :
- Oh Merlin Godric, tu es sain et sauf… Merci, merci.
Prenant une grande inspiration, son père lui annonça :
- Nous partons, Godric.
- Mais… pourquoi ? demanda faiblement l’enfant, chamboulé par l’attitude de ses voisins et par cette nouvelle.
- On ne veut plus de nous ici, répondit son père, le visage fermé.
Sa mère l’entraîna alors dans la cuisine.
- Raconte-moi ce qu’il t’est arrivé.
Alors Godric raconta la course à faire, la petite fille, les méchants garçons et la force invisible qui avait poussé ceux-ci, puis parla du nid d’œufs pourris. Sa mère soupira.
- Que se passe-t-il, maman ?
- Tous les trois, nous formons une famille un peu particulière, Godric. Nous sommes capables de choses qui sont impossibles aux autres. On nous appelle des sorciers. Cela nous rend différents, et les gens n’aiment pas la différence. Il faut cependant que tu saches que tous ne sont pas comme ces gens qui hurlent devant notre porte. Certains savent que les différences sont une richesse et qu’il ne faut pas blâmer son voisin à cause de celles-ci. C’est toujours ainsi que tu devras vivre, Godric. Ne jamais juger les gens car ils sont différents, mais au contraire savoir que tous méritent ton attention et doivent être traités de la même façon.
Godric écouta sa mère attentivement. Il ne comprit peut-être pas tout, mais la façon de vivre qu’elle lui enseigna ne le quitterait jamais.
- Pour ne pas attirer l’attention de ceux qui sont intolérants, tu ne dois jamais recommencer ce que tu as fait à ces garçons.
- Mais je n’ai rien fait, maman, je te le jure ! se défendit Godric, catastrophé que sa famille doive partir par sa faute.
- Je sais que ce n’était pas volontaire, mais tu as bel et bien utilisé ce pouvoir qui caractérise notre famille. Ne t’en veux pas, tu ne pouvais pas éviter cela. Ton père et moi aussi avons eu des problèmes quand nous étions petits. Nous allons partir de ce village, nous allons t’apprendre à canaliser cette force pour que tu puisses décider si tu veux ou non t’en servir.
Pendant une heure, le petit garçon se tint dans un coin de la pièce, remuant dans sa tête les paroles de sa mère, pendant que ses parents rassemblaient le strict nécessaire. En les observant de plus près, il se rendit compte qu’ils arrivaient à réduire leurs meubles de telle façon qu’ils soient facilement transportables. Il se concentra alors sur les murs de pierre de sa maison, sa chère maison qu’il n’allait plus revoir.

Dehors, les villageois s’étaient lassés de hurler et attaquaient maintenant la porte à la hache. Godric tremblait mais la porte ne semblait pas ébranlée par les assauts répétés des outils.

Après une éternité, ses parents déclarèrent :
- Nous partons.
- Mais, comment…
- Viens ici, Godric, dit sa mère d’une voix apaisante.
Son père prit les bagages, étonnement réduits, tandis qu’elle le prit dans ses bras. Godric glapit de surprise en voyant son père tourner sur lui-même et disparaître.
- On va le rejoindre Godric, ne t’en fais pas, tout est normal. Je vais te transporter avec moi mais c’est très désagréable, il faudra que tu sois courageux.
Courageux, Godric l’était. Pour preuve, il n’avait pas versé une larme durant tous les évènements de la journée, il n’allait pas avoir peur d’un simple voyage !
- Oui maman, c’est bon.
Sa mère tourna sur elle-même. Godric ne put soudain plus respirer, il commença à paniquer mais déjà ils arrivaient dans une jolie clairière au milieu d’une forêt. Se tenait là une petite maison en bois, avec une pancarte qui indiquait « Ollivander, fabricant de baguettes magiques ».

- Tous les sorciers connaissent cet endroit, Godric, murmura sa mère à son oreille.
Son père se tenait un peu plus loin.
Tous ensemble, ils avancèrent jusqu’à la porte de la cabane. Ils frappèrent et elle s’ouvrit toute seule sur une pièce remplie d’un incroyable bric-à-brac de boîtes en bois. Au milieu de ce fouillis se tenait un vieil homme.
- Bonjour Ollivander, dit le père de Godric de sa voix grave. Nous avons besoin d’une baguette pour notre fils.
Godric sentit la main de sa mère le pousser dans le dos. Timidement, il s’avança. »

L’histoire était finie, mais ce n’était pas au goût de tous.
- Il se passe quoi après ?
- Il a quoi comme baguette Godric ?
- Ils ont fait quoi à la maison de Godric les moldus ?
Molly sourit. Elle regarda tendrement Ginny qui s’était endormie dans ses bras et répondit :
- Godric est devenu un des plus grands sorciers de tous les temps, un des quatre fondateurs de Poudlard. A chaque difficulté qu’il rencontrait, il s’est souvenu de cet épisode de son enfance et il a pensé que les enfants sorciers devaient vivre en paix.

Cette histoire fut une de celles que les garçons demandèrent le plus souvent au coucher. Tous eurent à jamais gravé en eux la leçon de la mère de Godric. Celle-ci eut été heureuse de savoir que son enseignement traversa les siècles pour se planter dans l’âme d’une si belle fratrie.
Note de fin de chapitre :

J'accepte toutes les critiques, alors n'hésitez pas à reviewer ! Et lisez les autres participations, puis votez sur le forum si le coeur vous en dit ;)
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.