S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Retrouvailles et imprévues par michedepain

[5 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

Je me sens vraiment en feu ces temps-ci ! Donc, je vous ai concocté mon premier crossover et qui mélange, je tiens à le préciser, HP/Seigneur des anneaux, série que j'apprécie particulièrement, même si les films sont extrêmement longs.

Mélangés, ces séries font ça :
- Dobby ?

- Oui monsieur ?

- Je t’en pris, est-ce que tu pourrais m’apporter encore deux-trois tasses de chocolat chaud ?

- Bien sûr monsieur, tout de suite monsieur.

- Combien de fois te l’ai-je dit Dobby ? Tu es un elfe de maison libre maintenant, tu n’es plus obligé de m’appeler «monsieur».

- D’accord monsieur, Dobby ne le refera plus.

Le petit elfe tout crasseux aux haillons sort du bureau du directeur de son pas joyeux quasiment en sifflotant.

- Cet elfe n’apprendra jamais, soupire-t-il en se massant les tempes, amusé tout de même.

- Je peux savoir ce qui vous fait rire Albus ? demande une voix joyeuse à l’entrée du bureau.

Dumbledore relève la tête, un grand sourire prenant soudainement place sur son visage habituellement grave et sérieux. Avec la menace de Voldemort qui plane plus que jamais, il était grand temps qu’il prenne du bon temps. Et quoi de mieux que d’appeler à l’aide un vieil ami qu’on n’a pas vu depuis un bon nombre d’année dans ces cas-là ?

- Gandalf ! s’exclame le directeur en le rejoignant. Par la barbe de merlin, ce doit faire presque cinquante ans que nous ne nous sommes pas vu.

- Tu commences à perdre la mémoire vieux fou, lance le grand sage à la barbe blanche en riant et en serrant Dumbledore dans ses bras, cela fait près de soixante-dix ans ! Ah, ah. Alors, as-tu eu des problèmes avec Grindelwald après mon départ ?

- Oh, non, mis à part que j’ai dû le mettre en prison.

- Je suis désolé. Je sais à quel point il comptait pour toi.

- Ce n’est pas grave, je l’ai fait «pour le plus grand bien*». Mais ne tombons pas dans les mauvais souvenirs. Toi, parle-moi de toi. Que devient la terre du milieu ? Et Frodon ?

- Ah, ça va bien, ça va bien, répond-il en fumant sa longue pipe. Depuis que l’anneau est détruit, la plupart des gens n’ont plus été tentés par la corruption. Par contre, depuis quelques siècles, le peuple fait une rechute. Les exploits de Frodon tombent dans l’oubli peu à peu, ils prennent un statut de légende. Qu’ils sont bêtes !

- Un jour, ils comprendront. Mais assez bavarder. Nous sommes ici pour prendre du bon temps, pour tenter de se reposer. À force de stresser tout le temps à cause de Voldemort, je commence à prendre encore plus de rides qu’il y a dix ans.

- Ah, je te comprends tellement, moi, c’est pareil. J’ai toujours un truc à penser, à prendre en charge, à tenter de rectifier. Je pense que je vais devenir un vieux cinglé, doublé d’un ridé si je continue comme ça.

- Tu as l’air aussi fringant qu’autre fois, ne t’inquiète pas. Regarde-moi, je swingue encore comme dans mon jeune temps.

Pour montrer ses dires, le vieux directeur d’école se met à faire une danse tout à fait ridicule, ressemblant vaguement à quelqu’un qui est sur le point de se casser la mâchoire sur la glace.

- Aaaaaah, mon dos, crie-t-il. Gandalf, mon ami, peux-tu venir me le débloquer ?

- Absolument Albus.

Le vieux barbu s’approche de son confrère par derrière et essaie de lui débloquer les côtes. Seulement, au même moment, le professeur McGonagall entre dans la pièce et les voit dans une position plus que douteuse.

- Je suis vraiment désolé de vous avoir dérangé en pleins…hum…ébats ? se risque-t-elle. Je ne connaissais pas cette facette de votre personnalité Albus. Pour être honnête, je ne suis même pas sûre d’avoir voulu le savoir. Quand vous aurez le temps, passez dans mon bureau je vous pris.

Elle referme la porte derrière elle, laissant Gandalf et Dumbledore abasourdis. Quelques secondes après cette interruption, les deux mages éclatent de rire.

- Le face qu’elle a fait ! T’as vu ?

- Oh, oui ! rit Dumbledore. Je vais en entendre parler longtemps, je peux te l’assurer !

Reprenant un peu de contenance, les deux hommes se rassoient, pendant que Dobby apporte les boissons chaudes supplémentaires que Dumbledore a demandées.

- Merci petit elfe, dit Gandalf, souriant, en prenant une tasse.

- Merci Dobby.

- C’est toujours un plaisir de vous servir monsieur. Avez-vous quelque chose d’autre à me demander ?

- Ce sera tout, merci. Tu peux aller te reposer maintenant, il est près de neuf heures du soir.

- Bien monsieur.

- Cette elfe est quelque chose, lance Albus à son ami lorsque le petit elfe est parti, il est têtu.

- Ne l’es-tu pas toi-même ?

- Peut-être un peu, avoue Dumbledore en souriant.

- Tu sais Albus, ce chocolat chaud est bon, même excellent, mais il manque ma petite touche perso.

- Et quoi donc ? s’enquit le vieux directeur.

- Une petite dose de whisky. Oh, pas le vôtre, mais plutôt celui de ma patrie.

Gandalf en glisse une bonne quantité dans chacun des verres et calle le sien à une vitesse effrayante.

- Je croyais que tu avais dis une petite dose ?

- C’est exact.

- Mais, tu as vidé près de la moitié de la bouteille dans deux tasses !

- Et alors ? C’est petit ça. Si ça ne tiendrait que de moi, j’aurais versé toute ma bouteille. Et ne t’inquiète pas, j’ai tout prévu, j’en ai apporté deux autres.

Dumbledore, un peu méfiant au début, boit une minuscule petite gorgée, mais découvre que le whisky du comté de Gandalf est franchement bon. Même si ça le peine de l’avouer, meilleur que celui de la splendide Rosemerta.

- Alors ?

- Merveilleux !

- Trinquons dans ce cas mon ami, s’exclame un Gandalf joyeux.

***

Douze chocolats chauds, deux bouteilles de whisky, trois parties d’échec version sorcier et bien de rires plus tard, les deux sages qui, finalement, ne sont peut-être pas si sages que ça, se retrouvèrent sans alcool.

- Albus, qu’allons-nous faire, qu’allons-nous faire ? crie Gandalf. Nous n’avons plus d’alcool !

- Ne me demande pas ça à moi, c’est toi le plus sage, à toi de décider.

Ils se regardèrent longuement avant de finalement éclater de rire.

- Tirons à la courte paille pour décider qui devra prendre une décision, suggère Albus avant de se remettre à rire.

- Bonne idée.

Le directeur réussi à atteindre sa baguette qui se situe sur son bureau et murmure une incantation, faisant apparaître plusieurs pailles de différentes tailles. Mains joints, ils vont se livrer une lutte sans merci.

- Un, deux, trois…, énumère Gandalf en tentant de garder un semblant de sérieux.

- Nous irons au bois, continue Albus.

- Voyons, soyons sérieux, dit le sorcier avant de repartir dans un fou rire. Donc, un, deux, trois…Ah, ah, c’est moi qui ait gagné, nananinanère !

Albus lui tire la langue puérilement, ressemblant de plus en plus à un enfant. Gandalf réplique de la même façon.

- Bon, on pourrait soit la faire apparaître ou aller aux cuisines. Seulement, la première option n’est peut-être pas la meilleure, étant donné que nos capacités sont légèrement réduites.

- Légèrement, évidemment. Donc, nous optons pour la cuisine, soit, conclut Gandalf en se dirigeant vers la porte.

- NOOOOOOON, ATTEEEEEEENDS ! crie Albus. Il faut qu’on se mette en pyjama.

- Quoi !? s’exclame Gandalf. Non, non, non, non, non, il est hors de question que je fasse ça. De toute façon, je n’en ai pas apporté.

- J’ai peut-être une idée…

Gandalf le regarde grandement, appréhendant grandement l’idée saugrenue qu’Albus a pensée.

***

- J’étais vraiment obligé d’enfiler ça ? demande Gandalf à son ami une fois arrivés devant la porte des cuisines.

- Oui, il fallait passer incognito dans les couloirs pour ne pas se faire repérer.

- On a surtout l’air de vrais crétins, si tu veux mon avis. Qui pourrait nous manquer avec ça ?

En effet, les deux grands hommes ont l’air particulièrement idiot ce soir-là.

Gandalf a troqué ses vieilles affaires poussiéreuses pour un bonnet de nuit rose à pompons parcouru de multitudes petits cœurs roses. Son haut de pyjama est à rayure mauve, rose et bleu poudre. Dessus, on peut apercevoir des petits hippogriffes voletants partout de couleur jaune. Son bas, nullement assorti au haut, a de légères spirales vertes flash sur fond orange criard. Pour compléter l’ensemble, le vieux sorcier a, dans ses pieds, de magnifiques pantoufles rose pâle fleuri à tête de lapin.

- Viril à souhait, pense Gandalf. Comment se fait-il que Dumbledore ait osé avoir acheté…non. Comment se fait-il que Dumbledore ait daigné regarder ce pyjama à l’origine plus que douteuse. «C’est à la mode chez les moldus», m’avait-il dit. Pfffff, ils ne sont surement pas aussi idiots que ça. Du moins, je l’espère.

Du côté de Dumbledore, l’ensemble n’est pas mieux. C’est exactement le même, mais au lieu des hippogriffes sur le haut, ce sont des phénix. Fa-bu-leux.

- Rentrons avant de se faire voir, intime Gandalf.

Une fois rentrés, les deux hommes s’aperçoivent que la cuisine est entièrement vide. Les elfes de maison sont tous partis se coucher ou faire le ménage dans les salles communes. Gandalf et Albus se regardent d’un air complice.

- Tu penses à ce que je pense mon cher ?

- Oh oui.

Les deux mages se lancent aussitôt à la recherche de bouteilles d’alcool. Cependant, au bout de trente minutes de recherche intensive, ils n’ont réussi qu’à ramasser deux bouteilles de Bièraubeurres et une bouteille de whisky.

- Pas très concluant.

- En effet Albus, en effet. Cependant, j’ai une bonne idée de la façon que l’on pourrait s’occuper après les avoir vidées ces bouteilles.

- Ah, et quoi donc ?

Gandalf lui fait un sourire énigmatique ne laissant rien présager de bon. Eh oui, les grands hommes tels que Dumbledore et le très grand Gandalf le blanc peuvent s’amuser et abuser de l’alcool. On a tous nos petits secrets.

***

- Chut Albus, chut, tu vas la réveiller.

- Elle ne sera pas contente si elle nous attrape ici…

- C’est ça, donc deux mots : la ferme.

- Où as-tu entendu ça ? demande le directeur. On ne parle pas comme ça chez toi.

- Non, mais dans tes couloirs, si.

- Aaaaah, je vois.

Gandalf lui fait un signe signifiant qu’il est grandement le temps de se taire et ils pénètrent dans le repère de la stricte directrice de Gryffondors. À pas de loups, ils s’approchent du lit de McGonagall et Dumbledore sort sa baguette silencieusement. D’un hochement de tête, Gandalf lui donne l’accord pour commencer leur plan plus que machiavélique.

Le directeur lève la main quand un «Expelliarmus» retentit dans la salle, désarmant les deux mages aux facultés affaiblies.

Les deux hommes partent en courant dans tes directions différentes en criant et en levant leurs bras dans les airs. On dirait qu’ils ont vu un monstre.

- LOCOMOTOR MORTIS ! crie Minerva. Bonjour Albus, Gandalf.

- Bonjour Minerva, toujours aussi resplendissante à ce que je vois, sourit Gandalf couché par terre sans pouvoir bouger.

- Même sous l’effet de l’alcool, vous ne pouvez vous empêcher de me harceler. N’avez-vous donc pas compris le message la dernière fois ?

- …

- Votre silence de stupeur est très rassurant.

- Minerva, laisse-nous t’expliquer, commence Albus. Mais avant, je veux savoir comme ça se fait que tu saches que nous allions venir. Tu nous espionnais, c’est ça ?

- Evidemment Albus, comme si je n’avais que ça à faire. Non, je vous ai entendu venir. Disons que vous étiez très bruyant dans les couloirs, surtout que vous chantiez une horrible chanson moldue. Donc, expliquez-vous maintenant.

- Eh bien, disons que Gandalf et moi avions décidé de vous jouer un tour.

- Arrête de me vouvoyer.

- Nous avions mis au point un plan qui consistait, avant que vous…tu nous entendes, à rentrer dans ta chambre, te mettre une énorme tarte à la crème dans ta main et de ta chatouiller le nez avec une plume, faisant en sorte que la tarte s’écrase sur ton visage.

- Vous saviez que cette blague avait déjà été faite auparavant et que, maintenant, elle n’est plus du tout original.

- Je…oui, peut-être bien, concède Gandalf, mais…

- Je suis vraiment désolé messieurs, mais il faut que je le fasse pour que vous appreniez.

- Que veux-tu dire Minerva chérie ? demande Gandalf.

- Oh, vous allez voir ça dès demain…

***

- Oh, mais qu’est-ce que… ? demande une élève de Poufsouffle.

- Je n’ai jamais rien vu d’aussi ringard comme pyjama, vraiment.

- J’approuve, renchéri un élève de Gryffondor ayant entendu la réplique précédente.

- Il faudrait peut-être les réveiller, suggère une première année.

- Non, il faut surtout prendre des photos, lance Colin Crivey en le faisant à l’instant même.

***

La Gazette du Sorcier, 7 janvier 1996

Dumbledore veille ou sommeille ?

Dumbledore et Gandalf le blanc portant des pyjamas plus que douteux dorment d’un sommeil profond couverts de furoncles dans les couloirs de l’école – Des informations importantes nous ont été transmises très tôt ce matin par nul autre que le jeune Drago Malefoy au sujet de cette nouvelle plus que stupéfiante. Alors que Dumbledore nous avait affirmé hors de tout doute qu’il veillerait jusqu’à son dernier souffle pour protéger la population même s’il devait garder à tout jamais ses deux yeux grands ouverts, il semblerait que le grand mage ait pris une pause de son engagement. En effet, ce matin, vers les sept heures et quart, de nombreux élèves ont aperçu leur directeur entrain de sommeiller dans les bras de nul autre que Gandalf. Pour ceux qui ne le connaissent pas, celui-ci a aidé le jeune Frodon à détruire l’anneau de pouvoir, il y a de cela très longtemps. C’est ce que racontent les légendes.

La photo en première page** nous montre Dumbledore et Gandalf sous un jour glorieux lors d’un célèbre affrontement. Cependant, peut-on dire que, maintenant, ces hommes ont grandement changé ? Quels sont les réactions du conseil des Grands Mages ? La suite en page 13 de votre gazette.
Note de fin de chapitre :

*Pour le plus grand bien était la devise de Grindelwald et de Dumbledore lorsqu'ils étaient jeunes, pour ceux qui l'ignoraient.

**Pour la photo de la première page, c'est l'image dans le résumé.

Est-ce que j'ai le droit à une petite review ? :)

P.s.: Ceci n'est PAS ma première fic, ne soyez PAS indulgent.

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.