S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

112ème édition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 112e édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 22 mai à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt!
De L'équipe des Nuits le 13/05/2021 13:15


Sélections du mois


Félicitations à Amnesie, Guette et Wapa qui remportent la Sélection sur Regulus (aka le meilleur personnage de tous les temps) !

Pour juin 2021, place à la troublante Pansy Parkinson. Vous pouvez dès à présent proposer vos deux fanfictions favorites sur ce personnage en vous rendant ici ou bien en répondant à cette news.

Enfin, durant le mois de mai, suivez les pas d'une Traîtresse-à-son-Sang, la noble et audacieuse Andromeda Black-Tonks. Venez voter pour vos histoires préférées juste ici.

Très belles lectures à vous !


De L'équipe des Podiums le 02/05/2021 16:39


23ème édition des Nuits Insolites


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 23e édition des Nuits Insolites se déroulera le SAMEDI 1er MAI à partir de 20h. N'hésitez pas à venir vous inscrire !
Les modalités de participation sont disponibles sur le même topic.

A très bientôt !
De L'équipe des Nuits le 24/04/2021 16:26


Sélections du mois


À voter !

Les votes pour le thème de juin 2021 sont ouverts ! Venez choisir entre : Pansy Parkinson, Ordre du Phénix, Moldu, Folie ou Merope Gaunt.

Rendez-vous sur ce topic pour voter jusqu'au 30 avril 2021, 23h59.


De L'équipe des Podiums le 15/04/2021 17:37


111ème édition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 111e édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 17 avril à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt!
De L'équipe des Nuits le 09/04/2021 16:31


Sélections du mois


Félicitations à Jalea, SourireSmagiqueS et Roxane-James qui nous ont fait rire aux éclats et qui remportent la Sélection Comédie avec leurs pépites !

Pour mai 2021, c'est au tour d'Andromeda Black-Tonks de briller. Vous pouvez dès à présent proposer vos deux fanfictions favorites sur ce personnage en vous rendant ici ou bien en répondant à cette news.

Enfin, durant le mois d'avril, voici le beau, le sombre, le torturé, le noble Regulus Black dans tous ses états. Venez voter pour vos histoires préférées juste ici.

Très belles lectures à vous !


De L'équipe des Podiums le 07/04/2021 23:36


L'Acidité du Cassis par SourireSmagiqueS

[298 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Une jeune sorcière pragmatique qui est plus spectatrice qu'actrice dans la vie et la société de Poudlard, plongée dans sa quête incessante de la tranquilité...
seulement, tout ne marche pas toujours comme on le désirerait et Cassis va l'apprendre à ses dépends.
Note de chapitre:

Bon, et bien voilà le tout premier chapitre de cette fiction qui, j'espère, vous plaira ;)

Je vous laisse faire plus ample connaissance avec Cassis et vous souhaite une bonne lecture !
Chapitre 1 : Tinte donc dans l’écho de mon indifférence…


-Mais non, enfin, je ne sors pas du tout avec Sirius, minauda Miliana en passant une main gracieuse dans ses cheveux bruns, fins et légèrement ondulés.
-On cause que de ça, dans Poudlard ! Allez, tu peux bien nous le dire ! insista Mikaela.
-Rho…, fit-elle avec une petite moue de gamine que tout le monde trouve adorable.

Mais moi… non, moi, je la trouve hautement burlesque, cette moue. Ce visage qui se joue de mimiques d’enfants alors qu’elle est loin, ô si loin, de l’être. Toujours ces yeux coquins, ce rire cristallin et taquin, ces caprices doux et ces envies sucrées… j’y ai le droit, matin, midi et soir, depuis maintenant plus de seize ans… A vrai dire, souvent, je me fais la réflexion qu’elle a toujours été la même. Déjà à trois ans, elle menait tout le monde par la baguette –sens premier du terme-, aussi bien ses parents que les miens. Sale gamine !

-T’entends ça, Cassis ! Ils ne veulent vraiment pas en démordre ! me dit-elle, ses yeux en amande et bruns pétillant de plaisir.

Et rebelote ! Ce petit rire si agaçant…

-Hum, me contentais-je de répondre, souriant.

Quoi de plus étonnant, n’est-ce pas ? Moi qui souris tout le temps. A l’instar de Miliana qui a toujours le même rire, moi je garde mon sourire, simple et banal. Un sourire passe-partout, indifférent, comme moi, à mon image. La fille passe-partout, indifférente, qui suit les exigences de son adulée de cousine parfaite. Il y va de ma santé… ce serait si fatiguant d’essayer de lui faire barrière, à ses petits envies de princesse déchue. Je n’ai ni le courage, ni la patience de tenter de tirer quelque chose de cette brunette insignifiante et exaspérante.

-En tout cas, ça ne déplairait pas à Black ! assure July, en se limant ses ongles.

A quel garçon, ça déplairait-il de sortir avec Miliana ? Même mon frère en est fou. Je regarde autour de moi, ennuyée et blasée silencieusement, en secret. J’ai envie d’aller lire.

-Oh, tu crois ? réplique Miliana, faisant mine de rougir.

Alors qu’elle sait parfaitement ce qu’il en est de sa popularité, de son attraction féminine et de tout ce qui en suit. Alors qu’elle s’en gave jusqu’à n’en plus pouvoir, jouant l’ingénue à la perfection. Bien sûr… je ne trouve rien d’intéressant à observer le parc où sont réunis tous les élèves, profitant de ce premier jour ensoleillé de février, la neige ayant fondu, la semaine dernière. Tous ces élèves gloussant et gigotant, si agaçants ! Souvent, je me demande comment j’arrive à sourire devant ce spectacle affligeant. J’en suis affligée.

Je retourne mon regard noir vers la petite troupe de jeunettes qui fait baver les garçons de l’école. Il leur en faut vraiment peu, pensais-je une énième fois en observant Mikaela Travis qui se laisse tripoter la poitrine par ce balourd de Capitaine de l’équipe de Quidditch des Poufsouffle. Pas spécialement jolie, celle-ci n’excelle que dans la manière enchantée dont, parait-il, elle écarte les jambes… Fille facile, trainée, elle collectionne les insultes de ce genre mais, à sa décharge, elle ne fait que profiter de la vie qui est, parfois, répète-t-elle, bien plus courte qu’on ne peut s’en douter ! Sur ce point-là, je ne peux que l’approuver mais est-ce une raison pour donner des tickets d’ordre passage à ceux –plutôt nombreux et inlassables- qui veulent « se la faire » ? Je ne détiens pas la vérité absolue –Quoique…- mais, me semble-t-il, ce n’est pas forcément le meilleur des passe-temps.

La seconde charmante demoiselle est July Taylor, une véritable garce qui toise tout le monde et se croit supérieure à l’humanité entière avec ses imposants cheveux châtains et ses très longues jambes. Elle, cependant, prétend se réserver pour le mariage et attendre le bijou d’homme qui saura lui être digne –ce qu’elle ne doute aucunement de trouver, un jour, tant sa personnalité est hors du commun et suffit, à elle seule, à illuminer ce Monde dénué de beauté. Diantre, que cette fille est touchante…

Mais la pire reste, certainement, en la charmante personne de ma cousine, Miliana O’Connell, parce qu’elle, elle a la présomption –tout à fait louable- de dissimuler son penchant pour le sexe et les joies de la vie –alcool, drogues et plus si affinités- derrière son masque –certifié incassable !- d’ange en bas-âge, tombé des cieux pour rendre le Monde meilleur. Amen.

Et moi, qui philosophe beaucoup, qui suis-je donc ? La cousine de Miliana et je crois bien que c’est à peu près tout… en tout cas, c’est la seule excuse qui m’arrache un semblant d’existence dans ce gigantesque château. Et je souris à tout le monde, tout le temps et n’importe où. Je dois avoir l’air bien niaise, vue de l’extérieur ! Ça ne bâtera jamais le record de certains… Merlin m’en préserve.

-Hey, les filles ! nous salue James Potter en s’asseyant entre Mikaela et Miliana.
-Salut, James ! réplique Sammy Jonson, le petit-ami très actuel de Mikaela. Salut, Sirius !

Et en effet, le meilleur ami du premier –grand, brun, costaud, lunettes rondes, séducteur et ébouriffé… le profil parfait pour un tueur en série, à mon humble avis- vient nous rejoindre à son tour, accompagné de Peter Pettigrow.

-Il est où, Remus ? s’enquit Miliana.
-A l’infirmerie… il est malade, lui apprend Sirius avec agacement.
-Oh nooon..., ronronne-t-elle en prenant un petit air attristé mêlé à une moue boudeuse.

Le résultat est à la hauteur de sa réputation. Je suis certaine que Mikaela, derrière son immense sourire, écume de jalousie. Tout autant que July qui, derrière son manteau de grande dignité et d’implacable dédain, n’en mène pas plus large… La concurrence est ardue face à ma cousine. Elle sait trop charmer et attendrir pour leur laisser la moindre chance de l’égaler. Pauvres petites choses…

Et, comme il fallait s’y attendre, Sirius n’apprécie que peu l’affliction de Miliana pour son ami convalescent. Il est, en effet, de notoriété publique –si on prend l’enceinte de Poudlard comme unique univers- que le beau Maraudeur en pince pour elle et que celle-ci, par contre, a porté son tout innocent dévolu sur l’énigmatique et sérieux Remus Lupin. Oh, quel splendide triangle amoureux ! Au moins, ça me divertit un peu… Ah, l’adolescence, que cette période soit sanctifiée ! Elle est tellement désopilante…

Je me retrouve alors une spectatrice éternellement souriante de cette espèce de mascarade d’adolescents pleins d’hormones –refoulés ou non-, observant avec quel méticuleux effort, ils m’ignorent, Pettigrow et moi. On est un peu de la même espèce, lui et moi. A la petite différence près que je suis prête à parier qu’il ne fait pas exprès d’être insignifiant.

Alors que moi, je déborde d’intelligence, de présence d’esprit et de sens de la réflexion, bien que je garde tous ces bijoux pour moi. Car, sur ce point-là, je m’accorde à July ; la tristement célèbre humanité ne mérite pas que je me dévoile à elle. Et c’est ça aussi qui nous oppose, July et moi, parce que pour elle, c’est un fantasme, pour moi, c’est la réalité…

xOxOxO

Voulez-vous connaître la plus grande farce de toute ma vie ? Je suis à Gryffondor. Avouez que c’en est d’un cocasse… Moi qui prône la raison avant l’action. Ou plutôt la raison sans l’action. L’inaction raisonnée, en d’autres termes. A quoi sert-il de se démener, de s’acharner, de s’enquiquiner pour des causes perdues d’avances ? Dans le podium des causes soutenues par mes camarades héroïques, j’ai le grand déplaisir de vous présenter « la libération des Elfes-de-maison » sur la troisième marche, « la non-existence de la pureté du sang » sur la seconde et tout, tout, tout en haut « l’écrasement définitif et absolu des Serpentard ». Des causes perdues d’avance, l’ai-je dit ? Car, oui, en plus d’être turbulents et surexcités, les Gryffondor ont cette affreuse manie de ne jamais –jamais !- réfléchir –ne serait-ce qu’un tout petit peu- avant d’agir. Ce qui fait donc qu’il y a un lot gigantesque d’abrutis vivant vingt-quatre heures sur vingt-quatre à un périmètre ignoblement réduit de moi. Alors, si j’en avais l’opportunité, je demanderais bien au Choixpeau de me fournir les raisons pour lesquels il a tant tenu à ce que je finisse dans cette maison...

Cependant, à tout bien y réfléchir, je n’aimerais pas non plus être parmi ces Serpentard. Ils sont adorables avec leur ruse et leur perfidie mais leur ambition et leur désir incessant de gravir les échelons pour atteindre le sommet m’épuise rien qu’à imaginer être plongée dans cette ambiance guerrière. La guerre, c’est comme l’amour ou l’amitié, de l’énergie gaspillée à ne plus savoir quoi en faire et qui rend tout à fait impossible la jouissance inépuisable de la tranquillité. Que ne ferais-je pour préserver ce calme ronflant qui enjolive ma vie ? Ni ennemi, ni ami, ni petit-ami, ni amour enchanteur, ni sexe, ni alcool, ni jalousie, ni envie… seulement cette réflexion perpétuelle, sans quête d’aboutissement, ni de changement. Non, non, je ne serais pas à ma place à Serpentard.

Et ces Serdaigle ! Merlin, ces Serdaigle ! La survie me serait impossible parmi eux ! Eux, ce n’est certainement pas la paix dans le monde ou l’amour dans les cœurs qui les anime mais ce désir colossal de toujours tout savoir, tout analyser, tout comprendre… ce qui ne veut pourtant pas dire qu’ils aient plus de jugeote que les Gryffondor ! Je serai même tentée d’ajouter « surtout pas ! » mais ce serait surement un peu trop mesquin, malheureusement, mes pauvres camarades m’obligent à l’être ; mesquine. Ce qui, en soit, n’est pas une grande tragédie, je le vis bien… m’enfin, tout de même… toujours est-il que cette curiosité exacerbée et cette ambition farouche me tueraient à petit feu si je devais la subir chaque jour, comme je subis la fougue crétine des Gryffondor.

Mais le pire –le pire !- serait d’être à Poufsouffle. Merlin sauve mon âme mais je ne pourrais pas tenir plus d’une demi-seconde dans cette maison ! C’est tout à fait exclu… si les Gryffondor ne savent pas tenir en place, eux, ne font que se prendre les uns les autres dans les bras, se proférer d’aussi fausses déclarations d’amour et d’amitié que leur gloussement est intolérable. Pas qu’ils soient moins finauds que les autres, non… j’ai mon avis sur la question qui veut, qu’à peu de chose près, toutes les maisons ont une moyenne de Quotient intellectuel, en leur sein, ne dépassant pas les 70, ce qui équivaut à la capacité à réfléchir d’un moineau… donc, non, non, contrairement à la rumeur, les Poufsouffle sont tout aussi bêtes que les autres mais ni plus, ni moins. Ils sont juste plus expressifs, plus extravertis mais loin d’être aussi gentils –voir littéralement niais- qu’ils s’aiment à le faire paraître. Il suffit de regarder Mikaela… non, mauvais exemple… Miliana ou July, plutôt.

J’en ai donc conclu à plusieurs reprises que si j’ai été envoyée à Gryffondor, ce n’est pas pour mon courage ou je-ne-sais-quelle autre blague, mais simplement pour que je parvienne à survivre sept ans d’affilée sans me droguer à l’aspirine. Grâce soit faite au Choixpeau… bien que la possibilité que je fasse partie de ses ratés ne soit pas totalement exclue, non plus…

-Milie est si… Wow ! Franchement, Groseille, j’arrive pas à l’oublier…, poursuivit Tommy, le regard scotché sur ma cousine qui piaille comme une gamine à sa table, en compagnie de July et de Mikaela.
- Oh, elle non plus, si ça peut te rassurer, dis-je en me resservant de la laitue, souriante.
-Je sais, Groseille, que je suis peut-être trop collant mais…, se remet-il à déplorer.

Navrant. Et je ne parle pas du fait qu’il m’appelle Groseille depuis la première fois où j’ai eu la mémorable aventure de faire sa rencontre. C'est-à-dire, en cours de Potion, car avant, bien qu’il se fût passé deux semaines depuis notre rentrée en Première Année, je ne m’étais même pas aperçu de son existence. Il était juste derrière moi et il ne savait plus quel ingrédient mettre dans son chaudron alors il a commencé à m’appeler… seulement, tous ce qu’il avait retenu dans mon prénom c’était son appartenance à l’espèce des fruits. J’ai eu le droit aux « Citron ! Cerise ! Framboise !... Banane ? » pendant les deux heures qu’on avait d’affilée. Mais, à l’époque, j’étais déjà tenacement indifférente et je ne me suis pas retournée une seule fois pour lui demander de la fermer. Je l’ai juste royalement ignorée. Cependant, ça n’avait pas été assez clair pour cet énergumène et à la sortie du cours, il m’avait retenue en me lançant, victorieux :

-Groseille, hein, c’est ça ? C’est Groseille ?

Et comme je me suis contentée de lui sourire avec indifférence et que je m’en suis retournée –la plus grosse erreur de toute ma vie…-, il s’est dit qu’il avait eu juste et depuis, il ne m’appelle qu’ainsi alors que tout le monde n’a pas cessé de lui dire que je m’appelais Cassis, moqueurs –autant pour moi que pour lui. Mais le pire dans l’histoire, c’est qu’il est persuadé que je suis son amie… ce qui est parfaitement faux… mais ce serait une perte de temps de le lui expliquer.

-Tu sais, depuis notre rupture, je souffre en silence…

Que le silence se montre assourdissant en sa présence ! Je le vois se servir un bout de dinde et je détourne le regard, assez écœurée. Je suis la seule végétarienne de l’école mais je sais que c’est moi, le progrès… la viande, tout d’abord, c’est infect, mais en plus c’est fait pour les carnivores. Mais, surtout, c’est infect. Je lance un regard à ma cousine qui, en compagnie de ses deux copines, se sont aussi servies de la dinde… espèces de cannibales ! A ce même moment, Miliana lève ses yeux de biches vers moi et me fais un geste de la main, je reste stoïquement souriante.

-Ya pas si longtemps que ça, elle me faisait des p’tits coucous, à moi aussi…, se lamente Tommy.
-Six mois et trois jours, précisé-je le « pas si longtemps que ça ».
-Ah, quand même…

xOxOxO

-Samantha Ecolpia, A, c’est bien mieux que d’habitude, énonce Slughorn en déposant sa copie devant la blonde. Justin Sventell, ça ne pourrait être pire ; T. Votre camarade, Oliver Dual, tout autant… Ah et voilà donc la copie de Cassis O’Connell.

Le professeur gras et doucereux change instantanément d’expression et s’arme de ce petit air déçu et sévère qu’il me réserve tout spécialement. J’ai P.

-Toujours, ce P ! se désole-t-il. Et je ne comprends pas, vous avez toutes les bonnes réponses mais vous ne formulez qu’à peine des phrases, vous n’expliquez rien, vous ne justifiez rien… Là où des copies répondent à une question en un parchemin entier, vous le faites en deux lignes… Cassis…
-Oui, monsieur ? m’enquis-je, souriant mais intimement blasée.
-Pourquoi ne prenez-vous donc pas en compte, mes nombreux conseils et consignes ? Vous pourriez avoir bien mieux.
-Oui, monsieur, répondis-je sur le même ton, tout, sauf concerné.

Il fait la moue, me remet ma copie à contrecœur et passe au tour de Sirius Black à qui il passe consciencieusement de la pommade pour son O. Je ne jette même pas un coup d’œil à ma copie et, geste de la baguette, je la fourre dans mon sac. Je n’ai aucune ardeur au travail et je n’ai aucun intérêt pour le savoir… qu’il soit magique ou non. Alors, les cours de Potion, je les connais seulement parce que j’ai une mémoire excellente et que je n’ai même pas besoin d’être attentive pour me souvenir de tout, que ce soit auditif ou visuel. Et si ça ne tenait qu’à moi, je ne me rendrais même pas aux cours...
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.