S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

111ème édition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 111e édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 17 avril à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt!
De L'équipe des Nuits le 09/04/2021 21:17


111ème édition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 111e édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 17 avril à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt!
De L'équipe des Nuits le 09/04/2021 16:31


Sélections du mois


Félicitations à Jalea, SourireSmagiqueS et Roxane-James qui nous ont fait rire aux éclats et qui remportent la Sélection Comédie avec leurs pépites !

Pour mai 2021, c'est au tour d'Andromeda Black-Tonks de briller. Vous pouvez dès à présent proposer vos deux fanfictions favorites sur ce personnage en vous rendant ici ou bien en répondant à cette news.

Enfin, durant le mois d'avril, voici le beau, le sombre, le torturé, le noble Regulus Black dans tous ses états. Venez voter pour vos histoires préférées juste ici.

Très belles lectures à vous !


De L'équipe des Podiums le 07/04/2021 23:36


Nouvelle skin



Chers membres d'HPF,

Comme vous pouvez le constater, votre site préféré a changé de tenue aujourd'hui pour une occasion très spéciale (et non ce n'est pas un poisson d'avril en retard !)
Les éditions HPF, qui sont la maison d'édition liée à l'association Héros de Papiers Froissés, qui elle-même gère votre site de lecture, publie son premier roman !
Un fil à travers les nuages, de Anaïs Sorrentino, est un roman fantastique qui retrace le parcours de Albin et Capucine, au milieu d'un monde déroutant et intriguant, pour essayer d'en trouver la sortie.
Pendant deux jours, vous profiterez des jolies couleurs de l'illustration de Un fil, également réalisée pas notre autrice, Anaïs :)

En achetant ce premier roman, en plus de soutenir le travail d'une autrice, vous participez également au bon fonctionnement des sites HPF !

Pour commander, rendez-vous ici =D
Pendant ces deux jours, n'hésitez pas à nous dire ce que vous pensez de ce nouveau skin dans les commentaires !

A bientôt!
De Les Editions HPF le 02/04/2021 11:16


Sélections du mois


À voter !

Les votes pour le thème de mai 2021 sont ouverts ! Venez choisir entre : Andromeda Tonks-Black, Theodore Nott ou Les Fondateurs.

Rendez-vous sur ce topic pour voter jusqu'au 31 mars 2021, 23h59.


De L'équipe des Podiums le 16/03/2021 01:09


110ème édition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 110e édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 20 mars à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt!
De L' équipe des Nuits le 14/03/2021 15:29


Alice et les autres par Hedwyn

[71 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

J'espère que ça vous plaira...
1. Les petits papiers

Elle a été la première femme de ma vie. Et j'ai été l'un des hommes qu'elle a le mieux connus. Même si elle n'a été que la deuxième à me toucher de ses mains, elle a été la première à m'embrasser sur le front. Et juste après, elle s'est mise à pleurer. Alice. Maman.

Elle me donne à manger dès qu'elle m'entend crier. Elle me sourit beaucoup, et parle encore plus. Elle dit sûrement beaucoup de bêtises, même si je n'en comprends pas grand-chose pour l'instant. Elle m'embrasse les doigts dès que je tends la main pour attraper sa mèche de cheveux châtains qui refuse de rester derrière son oreille.

Elle rit un peu bêtement quand un homme l'embrasse dans le cou. Frank. Papa, l'homme qui m'apporte à Maman au beau milieu de la nuit quand je me réveille l'estomac vide, et qui me pose contre elle, dans leur lit.

Elle rit, ou alors elle le repousse, l'inspecte sous toutes les coutures, le frappe pour une raison que j'ignore. Mais souvent, c'est parce qu'il rentre tout sale, les vêtements déchirés... Il grimace quand je lui tiens son doigt tout rouge, et Maman l'empêche de me toucher davantage. Elle a l'air en colère. Et autre chose aussi, que je ne connais pas encore...

Et le lendemain elle rit à nouveau. Elle rit tellement qu'elle doit s'asseoir quand elle me voit goûter mon gros orteil pour la première fois.

Maman est une gourmande. C'est ce que Papa dit souvent, parce qu'elle sourit toujours en croquant dans des grosses boules roses ou mauves qu'elle mèche ensuite pendant des heures. Elle froisse souvent le papier qui les entoure, et me laisse jouer avec ce petit papier, tout en le tenant pour s'assurer que je ne le mangerais pas.

C'est vers elle que je me dirige quand je fais mes premiers pas, tout de même cerné par deux mains plus ridées que les siennes, par peur que je ne retombe une fois de plus. C'est elle qui me couvre de baisers quand je l'atteins enfin.

Un jour, nous passons l'après-midi tous les trois en compagnie de trois autres personnes, à l'ombre de grands arbres. Maman apporte un gâteau avec deux bougies, et le pose sur la couverture de pique-nique, entre moi et l'autre petit garçon. Ce dernier essaye de toucher la flamme, mais sa mère lui retient la main et y pose un baiser, ses longs cheveux roux cachant un moment le visage de son petit. Papa et l'autre homme finissent par éteindre eux-mêmes les bougies.

Nous les revoyons souvent, ces trois personnes ; les adultes discutent plus ou moins sérieusement, parfois ils sont rejoints par un homme aux cheveux et aux yeux noirs, toujours mal rasé mais souriant. Parfois, c'est par un homme gigantesque aux mains trop grandes, parfois par un troisième monsieur à la longue barbe blanche. Enfin, à quelques reprises, ils sont trop nombreux pour que je les connaisse tous, je lâche les barreaux du parc, me rassois, et reste avec l'autre petit garçon.

Il me pique parfois mes jouets, mais j'arrive aussi à lui piquer les siens.

Un soir, alors que le monsieur barbu discute calmement avec Maman et Papa, Maman se lève brusquement et se met à crier sur le vieux monsieur. Elle a l'air très en colère, je ne la vois presque jamais comme ça, et je suis inquiet. Je me mets à gémir, et elle se précipite sur moi pour me prendre dans ses bras.

- Alice, écoute-moi...

- Non, vous, vous allez m'écouter. Je ne laisse personne me dicter ma conduite, surtout pas une voyante. Je vous croyais plus sensé que ça, depuis quand faites-vous confiance à ces affabulatrices ?

- Alice, reprend Papa à la place du monsieur, tu vas trop loin...

- Je vais où ça me plaît ! Neville est tout ce qu'il y a de plus normal, il ne sauvera jamais le monde et c'est très bien comme ça ! Et d'ailleurs, il peut venir, l'autre crétin, je l'attends de pied ferme !

- Lily a réagi de la même manière que toi, reprend le monsieur en se rasseyant.

Ces mots calment Maman aussitôt. Et elle reprend cette expression que je ne déchiffre toujours pas. Elle se rapproche de la table faiblement éclairée par quelques chandelles, et se laisse tomber sur sa chaise. Elle m'assoit sur ses genoux, et je me mets à jouer avec l'une de ses mèches de cheveux, ma préférée, celle qui se laisse attraper le plus facilement.

- Oh mon Dieu, Harry aussi... La fin du mois de juillet...

Un soir, alors qu'une autre femme plus âgée que Maman me recommande de dormir pour devenir grand et fort, et que je lutte contre le sommeil parce que Maman est en retard, celle-ci rentre dans la pièce, me prend enfin dans ses bras et me fait danser tout doucement dans la chambre. Je ris aux éclats, mais pour la première fois elle ne rit pas avec moi. Elle fond en larmes, de même que cette femme qu'on me demande d'appeler Grand-mère.

- Lily et James Potter... Harry...

Papa nous rejoint, nous serre tous les trois dans ses bras, et nous restons ainsi un long moment. Je finis par m'endormir contre son sein, bercé par les bruits de son coeur qui me murmure des choses douces à l'oreille. Je suis bien, le monde est en ordre.

Maman met du temps à se remettre de cette soirée. Mais elle sourit toujours. Elle ne rentre plus avec des vêtements déchirés. Et elle a perdu cette drôle d'expression que je ne comprends toujours pas, mais que j'ai presque oublié à présent.

Et puis un soir, je suis réveillé en sursaut par des cris, de l'autre côté de la porte. J'entends Papa, et Maman, crier très fort. Je crie aussi, je veux qu'ils viennent, je veux que Maman vienne me voir. Et puis, le silence. Plus rien.

Je continue à crier. Quelque chose ne va pas. Mais elle ne vient pas.

Après cela, je passe toutes mes journées chez Grand-mère. Ce n'est que bien plus tard que je peux enfin revoir Maman. Mais pour la première fois de ma vie, elle ne sourit pas. Et elle a les cheveux tout blancs. Elle ne me prend pas dans ses bras. Elle ne me regarde plus dans les yeux, ne me caresse plus les cheveux. Je proteste avec véhémence quand Grand-mère veut me soulever du lit de Maman, mais cette dernière ne réagit pas. Tout au plus se couvre-t-elle les oreilles pour ne plus m'entendre.

Elle n'est plus là. Maman est partie.

Je garde un mince espoir dans les années qui suivent. Mais elle ne me regarde toujours pas. Je ne peux pas la toucher ou elle se met à gémir plaintivement. Elle m'offre des petits papiers de toutes les couleurs, c'est tout. Je finis par accepter ce qu'elle me donne. Je finis par être fort, devant Grand-mère. Et je pleure dès que je referme la porte de ma chambre, une fois rentré.

Elle me rend visite la nuit. Elle m'embrasse sur la joue, me murmure de rester fort, me dit et me répète qu'elle m'aime de tout son petit coeur. Je lui parle parfois, en rêve. Elle sourit à nouveau.

Mais elle me manque cruellement pendant des années. Je ne sais rien des filles, et je finis par en avoir presque peur, à certains moments.

Elle n'est plus là pour s'inquiéter pour moi.

Un jour, quand Grand-mère me laisse exceptionnellement seul avec mes parents, je ne peux me retenir plus longtemps et fond en larmes devant eux. Alice ne fait rien, je sais qu'elle ne me regarde pas. Mais quand je me remets quelque peu et que je relève les yeux, elle a posé un papier de chewing-gum devant moi, alors que j'avais la tête baissée.

Pris d'une rage que je ne m'explique pas, je me saisis du papier, le froisse et lui jette sur les genoux. Et elle ne réagit pas. Frustré, impuissant, je quitte la chambre en tirant violemment le rideau derrière moi. La tringle ne tient pas le coup, tombe, et le bruit se répercute contre les murs trop blancs, trop vides. Les patients paniquent, peu habitués à un tel vacarme. Je sors de la pièce après m'être énervé contre la porte, et laisse les cris des patients mourir derrière moi quand celle-ci se referme. Grand-mère me demande de m'arrêter, mais je ne réponds pas, je reprends les escaliers et rentre à la maison par le réseau de Cheminette.

Je refuse de revoir Alice pendant plusieurs mois. Mais elle continue à me rendre visite pendant mon sommeil. Et je finis par lui pardonner.

Elle n'est pas là le jour de la chute de Voldemort. Elle ne sait pas que je pars faire le tour du monde à la fin de mes études, et que je ne reviens que trois ou quatre fois par an, juste pour les voir, Papa et elle et ce, pendant plusieurs années.

Elle ne me reconnaît pas davantage si je porte une barbe ou non, même si tout le monde me dit que je ressemble plus encore à mon père quand je ne me rase pas. Elle ne reconnaît jamais celle que je lui présente comme ma fiancée, puis comme ma femme. Elle ne reconnaît pas davantage les enfants que je lui amène régulièrement. Mais elle m'offre des petits papiers.

Et puis un jour, elle part vraiment. Trois semaines après la mort de Papa, emporté par une crise cardiaque. Un jour, je pleure en silence sur la tombe toute fraîche qu'ils partagent.

C'est la première fois depuis bien longtemps que je pleure devant elle. Je ne suis pas tout seul, plus maintenant, mais un jour, elle n'est vraiment plus là.

Alice. Maman.
Note de fin de chapitre :

Alors ? Il y en aura quelques autres, de ses femmes toutes si spéciales. Pour les lecteurs de Résistants, vous retrouverez quelques similitudes ^^. A bientôt !
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.