S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


The true colors of Slytherin par michedepain

[13 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

Voici ma participation tant attendu au concours de LostInTheSun. J'ai de nouveau écrit sur Theodore Nott (et parallèlement sur Drago Malefoy, Blaise Zabini et Daphné Greengrass) et j'espère que vous apprécierez. :)
Habituellement, lorsque les élèves parlaient des Serpentards, ils les insultaient, les méprisaient. Sans même prendre le temps de comprendre, les autres maisons jugeaient sans savoir quoi que ce soit, sous prétexte que nous étions tous condamnés à finir en Mangemorts. Je m’appelais Theodore Nott, celui qui écoutait, celui qui voyait…celui qui savait ce qui se passait réellement chez cette maison déchue. L’image que l’on donne n’est pas toujours la bonne et il serait temps que les autres le comprennent à leur tour…

Assis dans un coin sombre de la bibliothèque, à moitié caché par d’innombrables livres, j’observais de mes yeux bruns ce qui se passait autour de moi. Les élèves, trop obnubilés par leur misérable petite existence et leurs problèmes plus que pathétiques, ne me voyait pas. Ils passaient à côté de moi, sans se rendre compte que, tapi dans l’ombre, un vilain Serpentard entendait tout. Rien n’était secret bien longtemps, avec moi, de toute façon. J’aurais pensé qu’en temps de guerre, ils auraient fait un peu plus attention à eux, à leurs arrières plus que menacés, mais non. Les élèves s’amusaient, rigolaient, profitaient de la vie. J’enviais leur insouciance puisque, pour plusieurs Serpentards, nous étions impliqués dans cette guerre un peu malgré nous, du moins, dans mon cas. De ce fait, je souhaitais grandement que Harry Potter sauve le monde sorcier du l’emprise de Celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom. Suivre les traces de mon paternel ne m’intéressait guerre, mais j’y étais obligé si le survivant ne réussissait pas.

Mon devoir de potions terminé, je sortis de ma cachette, surprenant les quelques personnes à proximité, dont le Survivant et ses deux amis, qui me regardèrent avec des grands yeux ronds. Oui, Potter, j’ai tout entendu : tes doutes sur Malefoy, ta peur pour Ginny Weasley, ta nostalgie face à ton parrain. Pas besoin de la cacher, je l’aurais su d’une manière ou d’une autre…

Sans bruit, je me dirigeai vers ma salle commune, longeant les murs. Sur mon chemin, personne ne me salua, personne ne me vu, du moins, je crois. Non, je n’avais pas d’amis, que des connaissances, et je m’en fichais : je ne ressentais aucunement le besoin de me joindre à un groupe officiellement. Ce n’était pas par fierté ni même par orgueil. Je le voulais, c’est tout.

Arrivé, je murmurai le mot de passe, puis m’engageai dans la sombre pièce qu’est notre salle commune. Celle-ci était loin d’être accueillante, sans lumière vive, sans grande fenêtre sur le parc. Située sous le lac, il y faisait froid les trois quarts du temps, mais c’était le seul endroit où les élèves de Serpentard étaient à peu près normaux. Parce que, il faut se le dire, les gens comme nous ne pouvaient être normaux. Nous avions grandi dans la peur de recevoir un autre sortilège Doloris, dans le respect des traditions ancestrales, dans la règle de ne se soucier que de soi-même et dans le mépris des sang-de-bourbes. Nous n’avions vu que ça. Comment pourrions-nous imaginer quelque chose de différent ? Non, nous ne pouvions être normaux et insouciants comme les autres. Si l’on tentait de se rebeller, c’était la mort que l’on risquait. Mais ça, le monde ne le savait pas. Non. Ils préféraient se boucher les oreilles, jouant aux sourds. Parce qu’il fallait bien un coupable à tous les malheurs qui arrivaient à cette bonne vieille Terre. Dans ce cas-ci, c’était nous, les coupables tous désignés.

Je m’assis sur le vieux canapé en cuir avec la ferme intention de lire Le Quidditch à travers les âges lorsque je remarquai Daphné Greengrass assise dans un coin, le regard vide, les yeux un peu rougis. Les gens disaient d’elle que c’était une trainée qui couchait avec tout ce qui bougeait. On disait qu’elle entrainait ses pauvres victimes dans son dortoir, puis les laissait en plan après avoir eu ce qu’elle voulait. C’était totalement faux, mais avec ses longs cheveux blonds et sa fine silhouette, les gens n’avaient aucun mal à y croire et ils la méprisaient pour cette raison. Ils étaient jaloux, quoi ! Pourtant, ils ne se souciaient nullement de la douleur qu’elle ressentait, comme à cet instant. Ils se foutaient de la peine qu’elle ressentait lorsque les gens la regardaient comme une bête de foire, la ridiculisant. Oh, bien sûr, elle gardait la tête haute, droite et fière, sans laisser transparaitre la moindre émotion, mais ces fausses rumeurs qui la suivaient comme son ombre lui mettaient le cœur en charpie, la blessant plus qu’elle ne le voulait. Par jalousie, le monde peut être très cruel. Mais je crois qu'elle ne montre pas ses émotions face à cette situation, car elle veut s'en sortir toute seule, comme une grande.

Mon empathie ressortant un peu trop, je me levai sans même avoir ouvert livre et partis vers les cuisines : j’avais besoin d’un petit remontant. En chemin, je croisai Blaise Zabini, un noir assez populaire, bizarrement seul. J’allais lui demander pourquoi, mais la douleur que je lisais sur son visage à cet instant, par contre, me fît rappeler ma réaction à la mort de ma mère, tout le contraire de ce qu’il montrait d’habitude, freinant mon envie. Aussi invraisemblable que cela puisse être, Blaise Zabini n’était pas intouchable. Quand on le voyait, habituellement, il agissait impeccablement, un parfait petit aristocrate. Il avait, selon l’opinion publique, la vie que les gens rêvaient. Une mère aimante, ayant perdu tous ses maris (sept, au total) dans des conditions mystérieuses, beaucoup d’argent, une beauté exotique hallucinante, une répartie à toute épreuve, un sourire éblouissant, etc. Trop beau pour être vrai. Les gens le détestaient pour toutes ces raisons. Mais en vérité, il était vidé et songeait souvent à s’enfuir à l’étranger pour ne pas rejoindre les rangs des Mangemorts. C’était son pire cauchemar, mais ne pouvait le montrer. Pourtant, jour après jour, il remettait son masque souriant, comme si de rien n’était, camouflant sa peine derrière son sourire.

Il agissait comme son meilleur ami, Drago Malefoy. Lui, par contre, sa situation était un peu plus délicate. Ce gars, comme son nom l’indique, était un Malefoy. Blond, la posture droite et distinguée, Drago Malefoy était une beauté froide et il le savait. Il tenait ça de son père, je crois. En tout cas, il agissait comme si le monde était à ses pieds, satisfaisant le moindre de ses désirs. La plupart du temps arrogant et distant, les élèves de Poudlard le trouvait snob et condescendant, survolant les gens du haut de son regard gris acier…ils avaient raison, en partie, mais Drago Malefoy ne s’arrêtait pas à ça, il était plus complexe. Sa suffisance et sa froideur n’était que défense, un peu pour sauver les apparences parce que, aussi difficile que cela puisse paraître, Drago Malefoy voulait être aimé pour ce qu’il était et non pour son nom. Je savais que, si une seule personne réussissait à briser la carapace qu’il s’était forgé, le blond pouvait être quelqu’un de sympathique…et j’avais raison, comme toujours. Par contre, contrairement à Zabini, il avait déjà rejoint Voldemort à cause de son père. J’avais entendu, entre les branches, qu’il avait une mission à accomplir pour le Lord noir. Quoi ? Je n’en savais rien, mais ça ne devait pas être du gâteau.

Arrivé aux cuisines, je me laissai choir sur un banc. Un petit elfe de maison du nom de Dobby vint me servir un whisky pur-feu, que je calai immédiatement, mais étrangement, même avec ce verre dans le corps, je ne me sentais pas plus heureux. Du moins, pas comme lorsque je prenais un verre. Je me sentais peiné, triste, désorienté. J’avais le goût de pleurer, ce qui ne m’arrivait jamais.

Les yeux dans le vide, je me mis à réfléchir. Puis j’en vins à cette conclusion : je me cachais tout simplement derrière les autres. Je l’avais toujours su, au fond de moi, que la personne que j’étais, en ce moment, n’était pas le vrai Theodore. Je crois que, en décortiquant le comportement des gens, j’essayais d’oublier ma peine, en quelque sorte. D’oublier que mon père ne m’accordait que très peu d’attention et qu’il servait le plus effrayant sorcier de tous les temps, d’oublier que personne ne se souciait réellement de moi, d’oublier que ma mère n’était plus là pour l’enfant que j’étais toujours. D’oublier que c’était de ma faute si elle était morte. D’oublier que si je n’avais pas été aussi égocentrique étant jeune, j’aurais vu sa peine, j’aurais vu qu’elle n’allait pas bien. J’aurais vu qu’elle voulait mourir…
Note de fin de chapitre :

J'ai vraiment peur de n'avoir pas suivi à la lettre les restrictions du concours et/ou de mettre planter, alors je capote littéralement! C'est la première fois que je participe à quelque chose sur HPF. En tout cas, j'ai essayé de jouer avec la haine que les maisons portent aux Serpentards (totalement inaproprié) et de vous faire découvrir ma vision de quelques Vert et Argent, mais sinon, comment avez-vous trouvé ? Theodore Nott était-il crédible ou j'ai tout faux ?
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.