S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Harry le Gryffondor par Kathleen

[6 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Cette fic est un crossover Harry Potter/Astérix, mais bien-sûr, les personnages ne se rencontrent pas. C'est une transposition.
Harry le Gryffodor

Nous sommes en 1995 après JC, tout Poudlard est occupé par les Serpentard.
Tout ? Non !
Dans une petite salle, appelée Salle sur Demande, une bande de Gryffondor résiste encore et toujours à l’envahisseur.
Une petite salle entouré de camps retranchés Serpentard
C’est dans cette salle que nous allons faire connaissance avec Harry. Tiens ! Le voilà justement qui part piquer des Chocogrenouilles dans les cuisines, son sport favori.

- Tu en as pour longtemps, Harry ? Lui demanda son meilleur ami depuis toujours Ronald, dit Ron.
- Je serai de retour pour le déjeuner, lui promit son ami.

Et il sortit en sifflotant. Quelques mètres plus loin, derrière un pan de mur, une compagnie de Serpentard, provenant du camp retranché de Lestrange. Harry s’arrêta soudainement en arrivant à proximité du mur et renifla, interessé.

- Ah ! Il ya des Serpentard par ici !

Il se glissa de l’autre côté du mur et se mit à le contourner. Le groupe de Serpentard s’avança pour voir où il allait, mais en quelques secondes, il avait atterri derrière eux. Sans-même sortir sa baguette, il les assomma tous d’un sortilège de Jambencoton qui les fit trébucher et se cogner entre eux et sur le sol. Puis il repartit en sifflotant. La patrouille de Serpentard mit une petite minute à se remettre du coup porté et à parvenir à se relever pour retourner au camp Rogue où, ils en étaient sûrs, le centumage Severus allait leur passer un savon.

Severus dormait profondément et Drago hésitait à pénétrer dans ses Appartements mais il n’avait pas le choix.

- A Serpentard, Centumage Severus, murmura-t-il.

Voyant que cela ne réveillait pas son maître, il décida d’être un peu plus injonctif.

- Hé, ho ! La patrouille est revenue des coulois du château.
- A Serpentard, bredouilla le centumage en se réveillant. Je vais aller les voir.

Il sortit doucement de la pièce, se réveillant petit à petit.

- A Serpentard ! S’écria lamentablement la patrouille qui venait de revenir, complétement cabossée des pieds à la tête.
- Mais que vous est-il arrivé ? S’étonna Severus, que cette surprise avait complètement réveillé. Avez-vous été attaqué par une force supérieure en nombre ?
- Heu Supérieure en nombre ? Hésita Crabbe.
- On peut pas dire, hein ! Avoua Goyle.
- Ils étaient un, nota Zabini.
- Oui et pas bien gros avec ça, précisa Nott.

Severus faillit entrer dans une rage indescriptible. Les Gryffondor avaient encore humilié une de leurs patrouilles. Il prit son second, Drago, à part.

- Ils doivent avoir un secret, ces Gryffondor.

Drago hocha la tête vigoureusement, d’accord avec son centumage.
De son côté, Harry rentrait à la Salle sur Demande où se trouvait toute la faction rebelle avec plein de Chocogrenouilles ainsi que de denrées de la cuisine de Poudlard. Ron, un sac de cartes de chocogrenouilles sur le dos, l’apostropha au passage :

- Alors Harry, quoi de neuf ?
- J’ai assommé quatre Serpentard, répondit Harry.
- Aaah bon, répondit Ron, comme si ce que Harry venait de lui dire était monnaie courante.

Il s’apprêtait à repartir quand Harry l’apostropha à son tour :

- Hé Ron, tu viens manger avec moi ?
- Encore deux cartes à livrer et puis j’arrive.

Parce que Ronald Weasley livrait des Cartes de Chocogrenouilles contre tout ce qui pouvait l’intéressait aux autres habitants de la Salle sur Demande. Quelques minutes plus tard, il s’approcha des appartements de Harry d’où s’exhalait une bonne odeur de rôti. Pendant qu’ils déjeunaient, il ne put s’empêcher de faire une remarque à Harry :

- Les Serpentard doivent être furieux. Ils vont sûrement lancer une nouvelle attaque.
- Bah, rétorqua Harry, pas inquiet du tout. Tant que Dumbledore nous préparera sa Potion Magique, les Serpentard ne pourront rien contre nous. Mais j’y pense, c’est le jour de ma ration, allons voir le professeur !

Ron regarda avec tristesse le rôti qui n’était pas fini et qui lui faisait envie. Comme il ne restait pas un gros morceau, il l’emporta et, le temps d’arriver aux appartements du professeur, il l’avait terminé. Le professeur était en train de récupérer à l’aide d’une serpe, un élément de plante nécessaire pour la potion tout justement. Il sursauta quand Harry l’interpella.

- Professeur Dumbledore, ô Professeur !
- Ouille, Aie, Ouille.
- Mais qu’est-ce qui vous arrive, professeur ? Interrogea Harry pendant que ce dernier se tournait vers eux.
- Tu m’as effrayé et je me suis coupé.
- Désolé, mais… c’est le jour de ma ration de potion.
- Bon, d’accord, allons à mes appartements !

Dumbledore les conduisit dans ses Appartements où un chaudron bouillonnait sur le feu. Il se mit à touiller dedans.

- Voici la potion qui donne une puissance sursorcière. La Potion Magique qui décuple les pouvoirs.
- Quel est la recette de cette potion, ô Professeur ? Interrogea Harry.
- L’origine de cette potion se perd dans la nuit des temps, révéla Dumbledore. Elle ne se transmet que de bouche de mage à oreille de mage. Voilà, c’est prêt.
- Je peux en avoir ? Demanda Ron, goulûment.
- Non, Ronald, non et tu le sais bien ! Tu en as trop avalé d'un seul coup et ses effets sont permanents chez toi ! En boire encore serait dangereux.

Harry but le contenu du bol que lui tendait Dumbledore et lui serra fortement la main. Dumbledore sourit alors que le duo repartait, Ron boudant particulièrement fort, ce qui fit sourire le vieux mage.
Du côté des Serpentard, Severus haranguait ses hommes.

- Les Gryffondor nous narguent depuis trop longtemps.
- Ils ont certainement un secret qui leur donne cette force sursorcière, murmura Drago en aparté.
- Tu as raison, Drago. Il faut la découvrir, murmura-t-il avant de continuer à voix forte. Il me faut un volontaire pour aller espionner chez les Gryffondor !

Etrangement, tout le monde sembla soudain très affairé par ses pieds.

- Devant la quantité des volontaires, nous allons jouer aux chaises brûlantes pour désigner l’espion.

Cet ancien jeu Serpentard consiste à mettre une chaise par joueur sur lequel on a appliqué un sortilège cuisant. Quand le signal est donné, tout le monde s’assoit. Et le premier qui se relève a perdu. Ce fut un jeune Première Année qui eut l’honneur d’être le perdant.

- C’est Caligula, le minus ! C’est Caligula, le minus ! S’écrièrent avec joie tous ses adversaires.
- Bah j’irai pas chez les Gryffondor !
- Voldemort te récompensera si tu vas chez les Gryffondor, tenta Severus.
- Non, j’irai pas !
- JE TE FERAI DEVORER PAR LES SERPENTS, SI TU N’Y VAS PAS CHEZ LES GRYFFONDOR ! S’énerva le centumage
- Bon, bon, j’irai !
- Habillez-le en Gryffondor !

Pendant ce temps, chez les Gryffondor, Neville, chef des opérations, haranguait ses camarades.

- Les Serpentard se tiennent tranquille depuis trop longtemps. C’est curieux, soyez donc vigilants. Et n’oubliez pas de prendre votre potion.
- Vive Neville, notre chef ! Lança Hermione.
- Vive Neville, notre chef, reprit le groupe de Gryffondor.
- Neville, chef ! S’écria Ron.
- Qu’est-ce qui t’arrive, Ron ?
- Eh ben on ne veut pas me donner de potion. Ce n’est pas juste ! Ce n’est pas juste, moi je me sens un peu faible, protesta-t-il pendant que tout le monde se tordait de rire, sachant très bien pourquoi Ron ne pouvait pas prendre de potion.
- Faible ? S’écria soudain une voix familière.
- Ouille, ouille, ouille, ouille, ouille, marmonna Harry. Colin, notre photographe.
- Je vais prendre quelques photos de groupe pour donner du courage et de la confiance en soi à nos combattants ! S’exclama Colin d’un ton enthousiaste.

Etonnamment, dès qu’il sortit son appareil photographique, tout le monde se volatilisa en prétendant avoir mille et une choses à faire.

- Méchants, s’exclama Colin avec colère. Ils ne comprennent rien à mon talent.

Chez les Serpentard, Caligula était prêt avec une robe de Gryffondor trop courte qui montrait le bas de ses jambes. Du coup, tous ses camarades riaient aux éclats. Caligula avait l’air particulièrement pitoyable. En sortant pour voir le résultat, Severus lui-même ne put s’empêcher de rire froidement.

- Enchaînez-le ! Ordonna-t-il, avant de s’approcher de lui. Une patrouille va t’emmener dans la forêt. Quand les Gryffondor te verront, ils te libéreront. Ils t'emmèneront dans la Salle sur Demande et tu pourras découvrir leur secret. Hein ! Que penses-tu de mon plan ?
- J’en pense rien, répondit bêtement Caligula. J’ai rien compris.
- Raah ! Emmenez-le ! Ordonna Severus, que la réponse de Caligula avait énervé.
- Eh doucement, doucement, je suis un faux prisonnier ! S’exclama Caligula quand Crabbe l’attrapa brutalement. Je suis un vrai Serpentard ! Je suis un vrai Serpentard !

De leur côté, Harry et Ron partaient en promenade dans les couloirs de l’école, indifférents au fait que des Serpentard veillaient pour maintenir les élèves dans leurs dortoirs respectifs en dehors des cours.

- J’aimerais bien une bonne bagarre, dit soudain Harry.
- Ouais ben faut pas trop y compter, répondit Ron. Les Serpentards sont devenus méfiants à force de recevoir des sorts.
- Chut, j’entends quelque chose, l’interrompit Harry en tendant l’oreille. On dirait que quelqu'un pleurnicha… Cachons-nous !

Quelques mètres plus loin, une patrouille Serpentard, commandée par Drago avançait en retenant Caligula.

- On va marcher longtemps comme ça, se plaignit celui-ci.
- Tais-toi, Caligula. Tu seras le seul épargné quand les Gryffondor nous tomberont dessus après tout.

Et en effet, quelques minutes plus tard, les deux Gryffondor désillusionnés assomèrent tous les Serpentard de la patrouille à coup de sortilèges sans baguette, puis entraînèrent Caligula plus loin.

On put entendre Drago bredouiller :

- Mi… Mission accomplie !

Plus loin :

- Nous allons te libérer de tes chaînes, lui annonça Harry.
- Mais il faudrait une baguette, balbutia Caligula.
- Inutile, répondit Ron. Lashlabask !

Et en un instant, Caligula fut libéré, étonné.

- Mais qui es-tu ? Interrogea Harry.
- Je suis Caligula. Je suis en Première Année. J'habite la Salle Commune de Gryffondor.
- Mais pourtant, là-bas, les Serpentard sont en paix avec les Gryffondor, s'étonna Harry.
- Oui, mais, ils pensaient que j'étais votre espion.
- Ah, ah, se moqua Ron. Les Serpentard n'ont pas les yeux en face des trous.

De son côté, l'héroïque détachement commandé revient au camp retranché de Rogue.

- Les Gryffondor sont venus, ils ont vu et ils ont emporté Caligula, annonça Drago, très amoché.
- Belle victoire pour nous ! Lui répondit Severus.
- Espérons que Caligula ne sera pas découpé en rondelles quand il reviendra.
- Je l'espère pour lui, sinon ses rondelles auront affaire à moi.
- Le sort en est jeté, conclut Drago.
- Pardon ? S'exclama Crabbe qui n'y comprenait rien.

Pendant ce temps, les deux Gryffondor et Caligula marchait en direction de la Salle Sur Demande.

- Nous arrivons à la salle, annonça Harry à Caligula. Tu y seras en sécurité. Il n'y a que des Gryffondor.
- Chic, dit Caligula d'un ton qui sous entendait que ce n'était pas chic du tout.
- Ron et Harry sont de retour, annonça Fred qui gardait avec son jumeau l'entrée de la salle.
- Avec un invité, renchérit ledit jumeau.

Un groupe d'agglutina autour de Caligula, gêné. Puis Harry annonça qu'ils allaient aller voir le chef. La réunion regroupait Neville, Dumbledore et Colin, dont on ne savait pas trop ce qu'il faisait là.

- Soit le bienvenu, bonhomme, ici, tu es chez toi ! Annonça Neville.
- Je vais prendre une belle photo de bienvenue, annonça Colin.
- Va plutôt voir dans les serres si j'y suis, lui suggéra Dumbledore.

Une fois sorti des Appartements de Neville, Harry suggéra à Caligula de visiter la salle jusqu'au dîner. Caligula eut l'occasion de voir d'incroyables sortilèges réalisés sans baguettes. Aussi supposa-t-il que Severus avait raison et qu'il y avait un secret dans cette force. Au repas, en compagnie de Harry et Ron, Caligula n'hésita pas et lança :

- Il y a un secret qui vous donne cette force sursorcière ?
- Oui, répondit Harry. Mais je ne peux pas te le dire.
- Mange tes saucisses, elles vont être froides, le gronda gentiment Ron.
- Pourquoi tu ne veux rien me dire ? Insista Caligula.
- Parce que c'est un secret, répondit Harry sur le ton de l'évidence.
- Ca, ce n'est pas juste ! Il faudrait partager les informations avec nous. Moi, je voudrais retourner dans la Salle Commune. Ma sœur doit s'inquiéter, conclut Caligula en laissant couler une petite larme.

Harry se sentit troublé par la supplique du Gryffondor et interrogea Ron :

- Qu'est-ce qu'on fait ?
- On pourrait manger ses saucisses, proposa Ron.
- Viens, allons voir le professeur, décida Harry, voyant que Ron ne l'aiderait pas.

Ils se rendirent dans la plantation de la Salle où le professeur prenait soin de ses plantes.

- Professeur ! S'exclama Harry.
- Ouille, répondit le professeur. Je t'ai déjà dit, Harry, de ne pas me faire sursauter quand je travaille. Que me veux-tu ?
- Moi, rien. C'est mon ami Caligula qui aimerait être fort comme nous…
- Pas question ! Lança Dumbledore en se remettant au travail.
- Mais je dois retourner à la Salle Commune, rejoindre ma sœur, reprendre mon poste dans l'équipe.
- Mais au fait, quel est ton poste ?
- Euh… j'suis Batteur. Je démolis les équipes adverses, tu verrais ça…
- Eh bien, Professeur ? Insista Harry.
- Non, non et NON ! Conclut Dumbledore.
- Très bien, très bien, parfait, oh j'ai compris, se plaignit Caligula. Je vais quand-même essayer d'y retourner et si les Serpentards m'emmènent pour me livrer aux serpents, entre chaque morsure, je dirai "C'est la faute au Professeur Dumbledore ! C'est la faute au Professeur Dumbledore !"

Ron et Harry regardèrent avec colère le professeur qui se sentit gêné par la tournure que prenaient les choses.

- Bon, bon, ça va ! Dit-il.
- Caligula, reviens ! Cria Harry.
- Je consens, lui apprit Dumbledore, à te faire partager notre secret et même à t'y faire goûter.
- C'est un secret qui se mange ? S'étonna le garçonnet.

Harry se précipita pour prévenir tout le monde que le professeur Dumbledore préparait de la Potion Magique. Devant Caligula, sidéré, Dumbledore lui annonça qu'avec juste une louche, il pourrait faire de la magie sans baguette.

- Mais ta puissance disparaîtra rapidement, alors fais attention, lui conseilla le professeur en lui tendant un bol rempli de potion.

Caligula but le breuvage mais ne ressentit pas d'amélioration de sa force magique. Le professeur lui ordonna donc d'exécuter un sort compliqué, pas du tout du niveau de Première Année, et sans baguette. Caligula sembla paniqué à l'idée de le faire mais il exécuta le sortilège sans difficulté. De joie, il ne contrôla plus rien et le sort rebondit sur les murs avec le risque de toucher un des villageois, puis revint sur Caligula qi fut Stupefixé. Dumbledore le libéra.

- Cette potion augmente la puissance, mais si tu es touché par un sort, tu le subis quand-même.

Caligula sourit, gêné, pendant que Neville organisait un match de Quidditch pour fêter l'évènement. Caligula fut inquiet, positionné en batteur avec Dennis Crivey. Et en effet, quand après plusieurs minutes, il eut été atteint par trois Cognard sans les renvoyer, Harry interrompit sa recherche du Vif d'or pour se rapprocher de lui, soupçonneux :

- Tu es sûr que tu es Batteur ?
- Bah euh…
- J'ai comme l'impression que tu as inventé ça, et j'ai l'impression que tu n'as pas inventé que ça. Ne serais-tu pas un espion Serpentard ?

Paniqué, son identité découverte, Caligula se sauva de la Sale sur Demande. Les Gryffondor voulurent le pourchasser mais Dumbledore les arrêta.

- C'est inutile. Il a bu de la potion et possède une incroyable force magique.
- C'est à cause de cela qu'il s'échappe, dit Harry. C'est donc votre faute, Professeur.
- Par Merlin ! S'exclama Dumbledore. C'est toi qui m'as demandé de le faire.
- De toute façon, ce n'est pas grave, assura Harry. L'espion n'a pas eu beaucoup de choses à apprendre et la potion n'a pas d'effets permanents.

Néanmoins, Caligula rentrait en vitesse au camp Rogue. Il surgit dans les Appartements du centumage.

- Ca y est, je sais ce qu'ils ont qu'on n'a pas. C'est une potion magique !
- Tu l'as volé ?
- Je n'en ai pas eu le temps. Mais j'en ai bu.
- Viens, je veux voir ça, dit Rogue en l'amenant près de Drago et des siens. Lance-leur un sortilège puissant.

La patrouille qui l'avait emmenée chez les Gryffondor éclat de rire d'une seule voix, mais le centumage insista. En quelques minutes, la patrouille se retrouva au sol et Caligula était super fier.

- Prodigieux ! S'exclama Severus. Mais l'ennui, c'est que nous ne pouvons pas étudier les ingrédients de la Potion. Sinon, je pourrais la refaire.
- On n'a qu'à lui ouvrir le ventre, suggéra Drago, déterminé à se venger.

Caligula se fit menaçant , ce qui empêcha Severus de considérer cette option. Il décida de prendre les choses différemment et ordonna à Caligula de produire une lumière autour de lui.

- Parfait ! Ne fais plus rien ! Quand la lumière disparaîtra, c'est que la potion n'aura plus d'effet.

Il se passa plusieurs heures avant que la lumière s'éteigne, mais à l'instant où ce fut le cas, Drago et ses comparses se jetèrent sur le malheureux Caligula pour se venger. Ils n'eurent pas besoin de baguette pour le mettre au tapis. Severus, lui, rêvait à cette potion qui pourrait lui permettre de détrôner Lord Voldemort et de prendre sa place.

- Half-Blood Prince ! Songea-t-il.

Pendant ce temps, chez les Gryffondor, le Professeur Dumbledore se rendait aux serres pour prendre de nouvelles plantations. Harry lui proposa de l'accompagner mais le professeur refusa, arguant que Harry serait bien mieux à rester pour défendre les Gryffondor. Puis il partit dans la forêt en sifflotant. Mais soudain, il tomba dans un piège habilement dressé par une patrouille Serpentard qui le ramena au Camp Rogue. Severus l'enferma dans un des cachots à sa disposition et exigea de lui le secret de sa potion qu'il refusa de lui révéler. Severus fit donc appel au plus dur de ses élèves pour une petite séance de Chatouillis.

- Tu vas parler ?
- Non.
- Enfin, ce n’est pas loyal. Nous te chatouillons depuis des heures et ça ne te fais rien.
- Si, ça me fait passer le temps.
- Si tu parles, Voldemort fera de toi un homme puissant.
- Non.
- Tu auras des Gallions, des tas de Gallions !
- Non.

Severus retourna à sa tente complètement épuisé.

- Les pouvoirs de Dumbledore sont trop forts pour moi. Et il est tellement têtu.

Dans la Salle sur Demande, Harry était entrain de se poser tout un tas de questions sur le professeur et surtout la raison pour laquelle il ne rentrait pas. Ron l’interrogea et Harry décida de partir à la recherche du Professeur.

- Fais attention, Harry. Ca fait un moment que tu n’as pas bu de potion.
- Bah ! Lança Harry. Je me fie à ma ruse.

Il l’appela dans toute l’école quand soudain, une chanson parvint à ses oreilles.

- Je suis le Concierge
Et vraiment très malheureux
Si les élèves sont couchés
Qui vais-je pouvoir torturer ?
Je suis le Concierge
Et vraiment très malheureux
Je n’aime pas le couvre-feu
Les élèves restent chez eux.
Pour moi c’est un vrai cauchemar
A cause des Serpentard !
*

Harry vit avec stupeur un étrange individu accompagné d’une chatte aux yeux froncés qui marchait tristement dans les couloirs de l’école. Il s’approcha avec hésitations.

- Change de métier, lui suggéra-t-il.
- Pardon ?
- Fais-toi engager par les Serpentard. Tu tortureras leurs ennemis et tu n’auras plus de soucis.
- Lumineuse, prodigieuse idée.
- Dis-moi, tu n’aurais pas vu passer le professeur Dumbledore ?
- Si, des Serpentard l’emmenaient au camp Rogue.
- Quoi ? Conduis-moi immédiatement au camp Rogue.

L’homme semblait inquiet mais Harry le convainquit.

- Le camp Rogue est le plus grand camp de recrutement de la région. Tout le monde le sait.
- Quel chance pour moi de vous avoir rencontré.

Quand ils furent sur le point d’arriver, Harry se désillusionna sous le regard stupéfait du concierge. Il lui expliqua qu’il voulait faire une petite blague à ses amis de Serpentard et le concierge se mit à s’esclaffer. En arrivant aux abords du camp, cette hilarité surprit la sentinelle.

- Qui est avec toi ? Demanda-t-il, soupçonneux.
- Personne, répondit le concierge sans se départir de son hilarité.
- Par Salazar ! Te moques-tu de moi ?

Le concierge ne répondit pas tant son rire l’étouffait. Un jeune Serpentard qui passait par là demanda ce qui se passait. Quand on lui présenta le concierge, il rassura la sentinelle sur on inoffensivité et il put passer sous le soupir de Harry, persuadé que le concierge avait failli tout faire rater. Une fois dans le camp, la nuit tombant, le concierge s’installa dans un coin tandis que Harry partait à la recherche du professeur. En s’approchant d’un appartement privé, il surprit une curieuse conversation.

- Viens déjeuner avec moi, Drago. Nous avons à parler.
- Merci, Severus.
- Il faut que nous obtenions la recette de la potion de Dumbledore. Avec cette potion, nous deviendrons invincibles et nous prendrons la place du Seigneur.
- Le Seigneur des Ténèbres ?
- Parfaitement, des Ténèbres. Et à nous deux, nous dominerons les Mangemorts.

Mais en lui-même, Severus songeait qu’il dominerait seul les Mangemorts et Drago n’en pensait pas moins. Pour Harry, tout cela était très intéressant, mais ça ne lui donnait pas d’informations sur la localisation de Dumbledore. Il fallait donc continuer à chercher. Il repéra des appartements bien plus gardés.

- Vous permettez ? Lança-t-il en avançant vers la porte. Je viens délivrer le Professeur Dumbledore. C’est un ami.

Et il rentra sans souci, les deux Serpentard étant trop éberlués pour réagir. Mais à-peine furent-ils entrés que l’un des deux envoya l’autre prévenir Severus. Celui-ci regroupa ses troupes devant les appartements pendant que Harry, tout enjoué, proposait à Dumbledore de s’amuser aux dépens des Serpentard. C’est ainsi que, quand Severus le menaça, Harry se rendit immédiatement à la grande surprise des Serpentard. Severus se promit de faire torturer Harry pour faire parler Dumbledore. Aussi, le lendemain matin, furent-ils convoqués par Severus.

- Toi, dit-il à Harry, connais-tu le secret de la potion ?
- Moi ? Non.
- Pour la dernière fois, Dumbledore, donne-moi cette formule où je fais torturer Harry.
- Je ne crains pas la torture, lança courageusement Harry.
- J’ai confiance en le courage de Harry, lança Dumbledore.
- Nous allons voir !

Et un Serpentard impressionnant arriva et attacha Harry à une table. Il leva sa baguette pour lancer un sortilège mais Harry se mit à hurler avant même qu’il ait pu prononcer un mot. Aussitôt, Dumbledore accepta de coopérer et le Serpentard, déçu, dut remettre à plus tard sa séance de torture. Ensuite, des Serpentard escortèrent Dumbledore jusqu’à la serre où il récolta ce dont il avait besoin. Il revint et prépara une potion. La potion prête, Severus se précipita pour boire mais s’interrompit rapidement.

- Qui me prouve que cette potion n’est pas du poison ?
- Je veux bien en boire, proposa Harry.
- Non, si cette potion est la vraie, tes pouvoirs décupleraient. Il me faut un volontaire !
- Severus, confia Drago, plutôt que de risquer la vie d’un Serpentard, il vaudrait mieux un être inoffensif qui nous servirait pour l’expérience.
- Mais oui ! S’écria Severus en voyant apparaître le concierge qu’il approcha doucement. Alors, l’ami, tu vas bien ?
- Non, je vais pas bien. On m’a dit que je pouvais torturer des gens au camp Rogue mais personne ne veut que je torture qui que ce soit et je peux pas torturer d’élèves à cause du couvre feu. Et tout ça, c’est de sa faute, conclue-t-il en montrant Harry.
- Je n’ai pas très bien compris ton histoire, avoua Severus. Mais pour te consoler, goûte donc ce breuvage.
- Non merci, sans façons !
- Goûte ! Insista Severus.

Et il but alors que tout le monde le regardait avec stupéfaction. Il s’en étonna et Harry lui expliqua qu’il possédait plus de pouvoirs magiques que n’importe qui ici. Il ne le crut pas et Severus lui ordonna de lancer un sort sur quelqu’un.

- Mais je ne suis fâché avec personne, protesta le Concierge.
- Un volontaire ! Réclama Severus.

Mais les Serpentard firent ceux qui n’avaient pas entendus. Ils avaient assez subis des Gryffondor. Harry s’approcha.

- Je suis volontaire.
- Excellente idée ! Lança Severus. Lance-lui un sort.

Le concierge hésita avant de prononcer Stupéfix. Harry se figea et fut rattrapé par Dumbledore qui lui lança un Enervatum.

- Ca va ?
- Je me suis senti partir, reconnut Harry.

Le concierge s’éloigna, se disant qu’on n’avait plus besoin de lui, quitta le camp avant de se rendre compte du potentiel de ce pouvoir. Il allait pouvoir torturer qui il voudrait quand il voudrait.

- Je suis le concierge Rusard, chanta-t-il
Du monde entier, le plus veinard,
Avec mes capacités, je vais pouvoir torturer
Tant pis pour le couvre feu,
Je me débrouillerais bien sans eux.
Pour moi, fini le cauchemar,
J’torturerai des Serpentard.
*

Et alors qu’il chantonnait, il ne remarqua pas qu’une moustache et une barbe lui poussaient, ainsi que ses cheveux.

Dans le camp, tous les Serpentard se servait de la potion capillaire de Dumbledore, tandis que Severus tentait de lancer un sortilège de lévitation sur un banc, sans succès. Il pensa avoir vu trop gros et tenta successivement sur une chaise et un chaudron et ne réussit qu’à lancer le sort sur une fiole.

- Ca y est, je suis un sursorcier !
- Heu, Severus, lança Drago, il n’ya pas vraiment de prodige à soulever une fiole.
- C’est vrai, ça ! Vous m’avez trompé ! Lança-t-il à Dumbledore. Cette potion n’est pas magique !
- Oh que si ! S’écrièrent Harry et Dumbledore en riant.

Et tandis qu’ils riaient, Severus et Drago se couvraient de poils. Ce fut également le cas de tous les autres soldats du régiment. Dumbledore expliqua qu’ils avaient tous bu une potion capillaire extrêmement puissante. Fou de rage, le centurion les menaça de mort s’ils ne lui donnaient pas un contrepoison. Logique, Harry remarqua :

- Si tu nous tues, nous ne pourrons pas préparer de contrepoison.
- D’ailleurs, aujourd’hui, nous sommes un peu fatigués, commenta Dumbledore. Nous allons nous retirer dans nos Appartements.
- Attendez ! Lança Severus.

Mais il ne put aller bien loin, il se prit les pieds dans sa barbe et tomba sur le sol brutalement. Il finit par conclure qu’il n’avait plus qu’à traiter avec les Gryffondor pour réussir à avoir ce qu’il voulait.

- Trois-mille quatre cent cinquante, lança Harry en l’apercevant.
- Pardon ?
- Nous avons inventé un nouveau jeu. Chaque fois que nous voyons un barbu, nous comptons quinze points. Celui qui a le plus de points gagne.
- Tu te moques de moi ! Nous devons faire le point !
- D’accord, parlons sans couper les cheveux en quatre, comme diraient les Moldus.
- Je ne veux plus qu’on parle de cheveux, râla Severus.
- Puisque c’est comme ça, la barbe ! Lança Harry en se levant.
- Non, ne pars pas !
- D’accord, mais ne prend plus à rebrousse poil, s’écria Harry, tandis que Dumbledore éclatait de rire.
- Donnez-moi du contrepoison. Si vous le faites, je vous rendrai la liberté, je vous le promets.
- Oui, dit Dumbledore, mais je n’ai pas très envie de travailler.
- Il a un poil dans la main, résuma Harry, ce qui plongea Dumbledore dans un nouveau fou-rire. Parfois, il a un cheveu sur la langue aussi.

Severus commença à piquer une crise de nerf et Dumbledore le calma aussitôt en acceptant de faire le contrepoison. De son côté, Severus leur promit de leur envoyer des Serpentard pour les accompagner à la serre. Au retour, ils s’enfermèrent dans leur Appartements et le professeur prépara le contrepoison d’un côté et de l’autre, une marmite de Potion Magique. Dès que le moment fut venu, Harry but la marmite de potion magique et invita le reste du groupe pour ingurgiter l’autre potion. La marmite fut amenée au centre du camp et tout le monde but dedans après que Harry en eut pris une gorgée pour prouver que ce n’était pas du poison. C’est alors que Drago se jeta sur Harry.

- Stupefix !
- Allons-y ! Lança Dumbledore en courant vers la sortie.
- Juste quand je commençais à m’amuser, se plaignit Harry.

Mais en arrivant devant le camp, ils s’immobilisèrent, affolés.

- Des Mangemorts !
- Des tas de Mangemorts !
- Il en vient également de par là, lança Dumbledore.
- Et par là, le camp est encerclé, renchérit Harry.
- Voilà des renforts qui arrivent à point nommé, s’écria Severus.

Mais il se rembrunit quand un de ses Serpentard lui apprit qu’il était attendu d’urgence dans ses Appartements. Une cape l’y attendait.

- Qui laisse traîner sa cape chez moi ?
- Veux-tu rendre à Lord Voldemort ce qui lui appartient ?
- Lord Voldemort ?
- Eh oui ! Je suis venu pour voir où tu en étais avec ces Gryffondor. Quelle est cette agitation qui vous a empêché de me recevoir avec les honneurs dus à mon rang ?
- C’est que justement, nous sommes en train de lutter contre des Gryffondor.
- Des Gryffondor ? Combien de Gryffondor ?
- Euh deux…
- Par Salazar ! Que l’on me montre ce duo capable de mettre en émoi tout un camp de mes Serpentard.

Et Lord Voldemort se retrouva face à Dumbledore et Harry.

- Ah ! Les voici donc, ces terribles Gryffondor ! Expliquez-moi ce qui se passe ici.
- Severus était fort impatient de se procurer la recette de notre potion qui lui aurait des pouvoirs sursorciers et lui aurait permis de prendre votre place.
- Tiens, tiens, fit Voldemort en direction de Severus, penaud.
- Je… je peux tout expliquer…
- Ce n’est pas la peine. Va te raser ! Ensuite tu partiras avec ton camp vers la Salle Commune Poufsouffle. Il paraît qu’il y a des élèves qui s’agitent là-bas. Quant à vous, ajouta-t-il en se tournant vers les Gryffondor, en échange du service que vous venez de me rendre, je vous accorde la liberté. Mais ce n’est que partie remise, Gryffondor ! Nous nous retrouverons !
- J’y compte bien, Voldemort, lança Harry, avant de partir avec Dumbledore.

- Par Gryffondor, les voilà, s’écria Ron, enchanté, en les voyant rentrer.

Et durant toute la nuit, sous le plafond magique créé par la Salle sur Demande magnifiquement étoilé, les Gryffondor fêtèrent le retour de leurs héros et la défaite des Serpentard.

FIN de l’épisode
Note de fin de chapitre :

* Voici la chanson extraite du dessin-animé et dont les paroles ont été adaptées pour convenir à Rusard.
http://www.youtube.com/watch?v=cCG8yVL0sIM
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.