S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

32ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 32e édition des Nuits Insolites se déroulera le samedi 18 février à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits en ce mois de Saint-Valentin. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic. A très bientôt !

 


De Les Nuits le 06/02/2023 15:45


128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


La ritournelle des proses par sakura284

[5 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Ecrit pour le concours de Kathleen "La noble famille des Black".
Note de chapitre:

J'espère que mon histoire va vous plaire.
Assise dans un coin de la cour de Poudlard avec ses compagnes de Serpentard, Narcissa Black, élève de cinquième année, observait les alentours pour y détecter la moindre anomalie qu'elle pourrait tourner à son avantage.

Cette facilité à détourner les comportements étranges l'avait propulsée dans les hautes sphères de la popularité. Mais, qu'il était difficile pour la reine du collège de rester au sommet de sa gloire. Elle devait toujours être sur ses gardes et être la première à dénicher la plus petite parcelle de défaut qu'elle pourrait dénigrer. Sans compter qu'elle devait également être attentive aux commérages de ses servantes d'amies.

Restant autour d'elle comme des abeilles protégeant la ruche, elles étaient les premières à vouloir la voir tomber pour pouvoir prendre sa place. Méfiante malgré sa proximité régulière avec ces filles, elle avait pourtant su préserver sa position hiérarchique au fil des années et avait fini par devenir plus influente que certaines septièmes années.

D'ailleurs, elle en était jalousée et si ces étudiantes, qui lui servaient de copines, ne lui avaient pas sauvée plusieurs fois la mise – dans leur propre intérêt, bien évidemment – elle se serait retrouvée amochée très rapidement.

Cependant, la pression constante qu'elle devait endurer pour rester à la hauteur était considérable et à de nombreuses reprises, elle avait fini à l'infirmerie à cause du surmenage.

Ces faiblesses, elle les camouflait sous un sourire sarcastique et une quantité de maquillage de plus en plus importante, si bien qu'elle finit par devenir superficielle aux yeux des autres élèves. Mais c'était pour la bonne cause. Si, par malheur, quelqu'un la voyait défaillir devant le poids de ses responsabilités, tout serait terminé. Et dès lors, elle tomberait de haut. C'est ainsi que ses surmenages fréquents devinrent diverses allergies.

Dans ces cas là, c'était sa plus proche collaboratrice qui reprenait le flambeau pendant une journée ou deux. Mais, même en étant sa plus fidèle, celle-ci n'avait jamais su pour les malaises de Narcissa.

Voilà la réalité quotidienne de Narcissa Black, 15 ans. Ou, comment la vie d'une collégienne populaire peut basculer dans une simple lettre.

Car plus tard ce jour-là, lorsqu'elle descendait l'escalier pour rejoindre sa salle commune avec sa bande de Serpentard, elle eut la surprise de recevoir une feuille volante en pleine poitrine. Secouée par le parchemin usé qui l'avait déstabilisée, elle fulmina avant de ramasser l'avion de papier. Elle l'entrouvrit et fut surprise par l'allure officielle de la missive écrite à la plume. Prétendant un désintérêt, elle lança un regard moqueur aux autres et fourra discrètement la lettre dans sa poche.

Plus tard, pendant que les autres s’amusaient près de la cheminée de la salle commune, Narcissa rouvrit la missive. L’écriture était soignée et sa forme chaloupée lui donnait une allure aristocratique.

Ce qu’elle avait pris, au premier abord, pour une lettre officielle se révéla être un poème. Sa curiosité piquée à vif, Narcissa entama sa lecture.


Très chère Jocelaine,

En vue du refus que vous m'avez assigné,
Je joins à ce poème la riposte résignée,
D'un homme contraint de vous abandonner.

Ah ! Ainsi, je ne vous plais point ?
Est-ce l'une de vos aversions ?
Soit. J’apparaîtrai moins vilain.
Là, changeriez-vous d'opinion ?

Malheureusement, non.

Car vous voilà ainsi faite,
Avec vos gens et vos fêtes,
Pour attirer les gens bêtes.

Alors, au grand dam des raffinés,
Peut-être semblez-vous attirante
Dans vos parures et vos mondanités,
Mais vous êtes bien insignifiante.

Bien à vous, l'inhumaine !



Le cœur battant à tout rompre, Narcissa essaya de rassembler les pensées désordonnées qui se bousculaient dans sa tête. La lettre l’avait bouleversée plus qu’elle ne saurait le dire. Chaque mot semblait peser lourd de sens et donnait un rythme identique à celui que son cœur avait pris.

Narcissa ne put s’empêcher de relire encore et encore la missive poétique. A la fois langoureuse et cadencée, elle émettait un jugement négatif sur l’une de ses proches amies, celle à qui elle était destinée. Mais au lieu de la retransmettre à sa véritable propriétaire, Narcissa attrapa une plume et écrivit à la suite du poème :


Mes vers n’ont rien à envier aux vôtres,
Et cependant, je me fais l’apôtre
D’une réponse en espérant une autre.

Qui que vous soyez,
Excusez ces mots
Tremblant, gribouillés,
Pouvant sonner faux.

Mais à défaut d’un bel écrit
Je m’incline devant celui-ci :
Vous devenez mon favori !
Black Swan.


Ebahie par sa propre audace, elle frissonna puis tapota la lettre de sa baguette magique. Le parchemin trouva de lui-même son ancien émetteur. Elle le suivit des yeux, espérant apercevoir l’écrivain talentueux mais fut déçue. Le papier dériva vers l'escalier menant au dortoir des garçons puis flotta au dessus des marches avant de l’emprunter. Au moins ce garçon était un Serpentard !

Les jours passèrent. La réponse qu’elle attendait se fit attendre. Puis un beau matin, le parchemin atterrit sur les draps propres dans lesquels elle était emmitouflée. Elle plissa et frotta ses yeux puis tâta la couverture en quête de l’objet qui avait perturbé son sommeil. Sur le papier était inscrite une simple phrase :

Seigneurs ou saigneurs ? Essai sur la brutalité des hippogriffes

Intriguée, elle se demanda d'abord ce que le message pouvait bien signifier, lorsque soudainement la lumière se fit dans son esprit : la suite de la réponse se trouvait à la bibliothèque.

Elle se leva et se précipita hors de sa chambre après s'être préparée. Elle se rendit directement à la bibliothèque lorsque, arrivée devant la grande porte menant vers sa délivrance, elle se rendit compte qu'il n'était pas encore huit/8 heures. Irma Pince n'ouvrait pas son antre avant cette heure fatidique.

Las de sa stupidité, elle laissa ses pieds la mener à la Grande Salle où elle pourrait se restaurer... seule. Ce qui était inhabituel de sa part. D'ailleurs les quelques élèves habitués à se lever tôt – les têtes d'ampoules et les exclus - s'interrogèrent sur sa présence incongrue. Elle, qui prenait tant de plaisir à parader pour l'heure du déjeuner, se tenait à présent devant eux.

La lettre l'avait réellement bouleversée. Jamais elle n'avait autant négligé son image qu'à ce moment même. Pourtant, elle ne vivait que pour cette image qu'elle choyait habituellement tant.

Elle chassa les pensées négatives qui commençaient à l'envahir. Pourquoi aurait-elle du se soucier de ce que pouvaient imaginer les gens, lorsqu'ils ne la voyaient pas entourée de ses vassaux à huit heures trente du matin ? Malheureusement, elle ne put contenir la boule qui se formait dans son ventre. Pourtant, une fois de plus, ce sont ces peurs qui l'emporteront sur ses envies.

Elle fit demi-tour et retourna dans la salle commune de Serpentard pour attendre ses amies. Le temps passa avec une lenteur déconcertante. 7H40... 7h46... 7h51... 7h58...

Le parquet craquait continuellement au rythme de ses allés et venues devant l'âtre de la cheminée. Lorsque ses copines arrivèrent enfin, il était 8h 12. Elle soupira, excédée par le manque de ponctualité de celles-ci.

Que t'arrive t-il, ma Belle ? D'ordinaire, tu te lèves toujours avant nous...

Je vous attendais, répondit Narcissa. La grimace qu'elle arborait à cette instant n'aurait pas été différente si quelqu'un lui avait mit une bouse de dragon sous le nez. C'était le signe que la reine des abeilles était désappointée. Et elle n'aimait pas pas être désappointée.

Après son défilé journalier jusqu'à la table des Serpentard, Narcissa et les autres mangèrent puis se rendirent en cours. Mais la Belle ne prêta pas beaucoup d'attention à ces derniers : elle était trop préoccupée par la missive qui l'attendait à la bibliothèque...

Après le dîner, lorsqu'elle put enfin découvrir le contenu de la lettre qui l'attendait sagement dissimulée dans le livre que son correspondant lui avait indiqué, elle s'émerveilla des vers qui l’attendaient. Soudainement, au nom de Jocelaine, Narcissa tressaillit. Elle n'avait pas pensé à excuser l'attitude de sa camarade. Elle le fit sans plus attendre.

Dans sa prose, l'écrivain l'avait surpris davantage. Ce n'était pas une façade, cet homme était d'un bel esprit.

Le lendemain, elle réitéra la journée qu'elle avait eu la veille. De plus en plus instable et excitée par l'échange qui se déroulait dans le dos des autres élèves, elle rejoignit la bibliothèque une fois encore.

Ne blâmez pas votre amie,
Car c'est bien grâce à celle-ci
Que je vous ai attirée :

Oui, j'ai tendu un filet,
Par son intermédiaire,
Pour pouvoir vous plaire.


Elle s'étonna de la même grandeur d'âme de ce poète inconnu qui avait fait naître chez elle autre chose que du dédain. Quelqu'un avait réussi à attirer son attention après toutes ces années à attendre. Mais encore fallait-il qu'il soit bel homme, plus vieux qu'elle et surtout d'origine pur. Car même s'il déroge au deux premières règles, la dernière pourrait tout compromettre.

Rien que de s'imaginer tombée amoureuse d'un traître à son sang ou pire d'un Sang-de-Bourbe, elle était horrifiée. Mais le pire serait que les autres élèves s'en aperçoivent. Quels seraient leurs réactions s'ils apprenaient que leur douce et belle Narcissa était tombée amoureuse d'un tel personnage ? Elle serait déchue. Son trône lui serait destitué. Et là, ce serait sa fin.

Alors, il n'y avait qu'une seule solution pour y remédier : convaincre son soupirant de lui prouver sa valeur.

D'une main sure, elle écrivit à la suite du parchemin :

Etes-vous de sang pur ?

Elle replaça sa réponse dans le livre avant de rejoindre des autres Serpentard dans la salle commune.

Au fur et à mesure que la conversation par crayons interposés s'amplifiait, elle abandonnait ses responsabilités de reine du collège sans même sans soucier. Cette correspondance l'avait changée. Elle l'avait rendue plus mature.

La lettre qui répondait à sa demande la satisfit amplement :

Toujours pur, mon sang l'est comme mon cœur,
Et si vous venez à être souillée
Mon cœur se mettrait à saigner.
Car vous êtes devenu ma muse
Et nos échanges m'amusent.
Black Swan, voulez-vous faire mon bonheur ?


Mais énoncer son appartenance à une famille raisonnable n'était pas tout. Il lui fallait plus. Alors, elle ajouta :

Vous me connaissez assez pour savoir que vos dire ne sont pas suffisant. Alors prouvez-le, et peut-être accéderais-je à votre demande.

Elle s'amusait, elle aussi, à jouer au chat et à la souris avec lui. Comblée, elle attendait la prochaine lettre avec impatience.

Mais elle ne vint pas. Deux jours passèrent sans réponse et Narcissa se demanda si elle n'avait pas fait fuir son poète adoré.

Au troisième jour, elle s'inquiéta : non seulement elle avait perdu sa place en tant que reine des abeilles mais elle n'avait pas non plus d'amoureux. Ces échanges lui avaient gâchée sa vie. D'ailleurs, jamais elle n'aurait imaginé que quelqu'un puisse être assez mesquin pour lui créer un petit-ami fictif. Elle en avait les larmes aux yeux lorsqu'elle y pensait. Elle ne voulait pas croire que tout cela ne fut qu'une machination. Malgré ses craintes, elle voulait croire à son histoire à la plume.

Puis le quatrième jour, alors qu'elle cherchait dans le livre le parchemin attendu et que dans un soupir elle le reposait d'un air déçu, elle sentit des mains enserrer sa taille. Une voix chuchota à son oreille :

"Est ce que cette preuve suffit ?"

La Black Swan se retourna pour faire face à son amant de papier. Un sourire séduisant s'étala sur le visage de Lucius Malefoy. Alors, soulagée de découvrir son prince charmant, Narcissa lui sourit à son tour. Peut-être n'avait-elle pas tout perdu, finalement ?
Note de fin de chapitre :

Merci d'avoir lu. Si le texte vous a plu, n'hésitez pas à me laisser une review (même s'il ne vous plait pas d'ailleurs!) et à voter sur le forum!
(merci à Yumetonamida et extraaterrestre pour leur correction!)
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.