S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Sélections du mois


Félicitations à Sifoell et Chrisjedusor, qui remportent la Sélection Fondateurs !

Ne partez pas trop vite en vacances ! En juillet, les Animaux Fantastiques (les films !) sont à l'honneur. Vous avez jusqu'au 31 juillet pour lire les 5 textes proposés par les membres et voter par ici.

Après cela, l'équipe prendra un mois de repos bien mérité. Mais elle revient en septembre sur le thème Femslash ! Vous avez deux mois (oui, deux mois !) pour proposer vos deux fanfictions favorites (ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.

On nous souffle dans l'oreillette que si vous voulez vous occuper en août, la Sélection Fictions longues continue. Il vous reste 6 mois pour découvrir 12 magnifiques univers ! Pour en savoir plus, rendez-vous ICI.




De Equipe des Podiums le 04/07/2022 17:49


Concours hommage à Barbara - Ma plus belle histoire


De plus loin, que nous revienne
L’ombre de nos amours anciennes,
Du plus loin, de la première écoute…


Durant l'été 2022 (juin à août), nous, Juliette54 et Amnesie, vous proposons de déclarer votre amour à Barbara.
En un concours en trois manches, nous vous proposons de (re)découvrir ses chansons et son univers. Le premier chapitre (de 500 à 5000 mots) doit être écrit et mis en ligne d'ici le dimanche 10 juillet à 23h et doit s'inspirer d'une chanson de Barbara de ton choix et du thème Ma plus belle histoire...

Pour t'inscrire, nous donner le lien vers ton chapitre et pour plus d'info, nous t'invitons à consulter ce post sur le forum HPF !

Notre plus belle histoire d'amour, c'est toi, Barbara...


De le 03/07/2022 11:03


125éme édition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 125e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 22 juillet à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Délaissez le temps d'une soirée la plage et les cocotiers,
votre clavier vous appelle, vous avez plein d'histoires à raconter !

Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt !
De Équipe des Nuits le 28/06/2022 07:52


Concours officiel HPFanfic


Les 25 ans de Harry Potter

 

L'équipe de modération HPFanfic vous propose un concours d'écriture afin de célébrer dignement les 25 ans de Harry Potter.

Vous avez jusqu'au 25 août 2022 pour publier votre texte ! Les votes seront lancés dans la foulée.

Laissez-vous tenter par l'aventure en suivant ce lien ! Vous y trouverez les différentes modalités de ce concours.

A bientôt !


De L'équipe de modération d'HPFanfic le 25/06/2022 17:25


Assemblée Générale Ordinaire 2022


Bonjour à toustes,

L'assemblée générale annuelle de l'association Héros de Papier Froissé est présentement ouverte sur le forum et ce jusqu'à vendredi prochain, le 24 juin 2022, à 22h.

Venez lire et discuter, et voter pour les candidats au conseil d'administration.

Bonne AG !
De Le CA le 17/06/2022 23:08


124ème édition des Nuits


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 124e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 24 juin à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt !
De L'équipe des Nuits le 08/06/2022 18:45


Les Sorciers par alixe

[373 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

Comme vous le savez tous, mon histoire exploite la série Harry Potter de J.K. Rowling, ainsi que tous les à-côtés officiels (notamment les interviews accordées après la sortie du tome 7).

A mes côtés, j'ai une super équipe de correcteurs qui font un travail formidable. J'ai nommé : Monsieur Alixe, Fenice, Steamboat Willie et Xenon.

Chronologie :

2 mai 1998 : Bataille de Poudlard

26 décembre 2003 : Mariage de Harry et Ginny

20 juin 2004 : Election de Ron à la tête de la guilde de l'Artisanat magique

17 juillet 2005 : Naissance de James Sirius Potter

04 janvier 2006 : Naissance de Rose Weasley

26 juin 2006 : Naissance d'Albus Severus Potter

16 mai 2008 : Naissance de Lily Luna Potter

28 juin 2008 : Naissance de Hugo Weasley

décembre 2009 : Harry devient commandant des Aurors

30 juin 2011 : Inauguration du musée de la Magie

Période couverte par le chapitre : 4 juillet - 13 octobre 2011
La Gazette du sorcier l'attendait sur son bureau quand Harry y parvint le lundi matin. Le journal était ouvert sur la double page d'une tribune signée Caedmon Selwyn. Harry décida que cela pouvait attendre quelques minutes. Il commença par offrir un petit gâteau à son adjoint, venant d'une boite en fer blanc qui lui avait été donnée par Molly. Ce matin-là, tous les adultes qui étaient partis du Terrier pour travailler avaient pris la cheminée munis d'un petit paquet dont le contenu était propre à leur faire supporter leur dur labeur.

Les courageux travailleurs avaient partagé leur petit-déjeuner avec Teddy qui allait passer sa première journée en tant qu'employé de Ron et George. L'adolescent, fier d'agir en adulte, avait troqué pour l'occasion son chocolat chaud contre une tasse de café. Harry avait eu l'impression que le breuvage n'était pas au goût du jeune homme qui avait retenu une grimace et avalé le fond de sa tasse d'un seul coup. Molly et Andromeda avaient échangé un regard : Harry avait eu la certitude qu'un bon chocolat serait proposé le lendemain comme si cet épisode n'avait jamais eu lieu.

Si Teddy s'était montré excité en se préparant à commencer sa nouvelle carrière, Harry s'installa sans enthousiasme à son bureau et entreprit de lire ce que le fondateur de Magie, Quidditch et Tradition avait à dire sur le musée de la Magie. Comme il s'y attendait, le politicien désapprouvait fortement que de la magie non humaine soit mise à l'honneur au côté de la magie sorcière. En effet, non seulement toute une pièce était réservée aux créations gobelines et à l'art de la divination des centaures, mais on montrait également comment les sorciers s'étaient inspirés des autres pour inventer des sorts.

"Il est bien dommage que cette entreprise, à laquelle nous avons tous participé puisque les guildes et le Ministère ont versé des gallions, ait été détournée de son objectif annoncé au profit d'une désinformation partisane, s'emportait Selwyn. C'est avec indignation que j'ai découvert que la communauté magique avait été spoliée et que ce qui aurait dû faire notre fierté est en fait un instrument de propagande anti-sorcière. Non seulement on tente de nous faire croire que les sorciers n'ont rien inventé par eux-mêmes, mais en plus ce sont des créatures non humaines - elfes et loups-garous - qui sont en charge de nous guider dans notre propre musée."

— Ce cher Selwyn est égal à lui-même, remarqua Harry en reposant le journal.

— Je suis content que tu le prennes ainsi, le félicita Pritchard.

— Bah, c'est pas ce genre de remarques qui va décourager ma femme et ses associées, assura le commandant des Aurors.

Effectivement, le soir même on commenta l'article au Terrier et Ginny jugea que c'était même plus mesuré qu'elle ne s'y attendait.

— Vu le nombre de personnes qui sont venues voir et celles qui ont donné un coup de miroir pour prendre des renseignements, on n'a pas de souci à se faire, confirma Fleur.

— Il laisse quand même entendre que vous avez détourné de l'argent pour votre usage personnel, s'inquiéta Percy.

— Mais comme tous les maîtres de guilde ont mis la main à la bourse et ont suivi de près ce que faisait Ginny, ils seront les premiers à défendre le musée, remarqua Ron. Si nous ne le faisons pas, on va passer pour des incapables.

— Surtout ne t'en mêle pas, le mit en garde Percy. Il ne manquerait plus qu'on l'accuse d'avoir fait jouer ses relations familiales pour financer son détournement.

Ron leva les yeux au ciel sans répondre. Il était évident qu'il n'avait pas besoin de son frère pour arriver à cette conclusion.

— Teddy, tu ne devrais pas trop tarder à te coucher, changea opportunément de sujet Andromeda. Tu commences tôt demain.

— Grand-mère ! protesta l'adolescent. Il n'est que neuf heures.

— Il te faut bien une heure pour être effectivement dans ton lit, soutint-elle.

— Nous non plus n'allons pas tarder à aller dormir, renchérit Ron. Les premiers jours des vacances sont toujours très chargés.

— Ah, au fait, tu es au courant de ce qu'il se passe quand on arrive en retard au travail chez nous ? demanda George.

Teddy lui lança un regard méfiant, ne sachant pas si on se moquait de lui ou non.

— Les retardataires sont désignés volontaires pour tester les nouveaux produits, continua le sorcier facétieux.

— Et c'est pas une blague, affirma Angelina d'un ton compatissant.

— Je confirme, intervint Harry. Owen a assez protesté quand Eloïse s'est retrouvée pendant trois jours avec des pattes de canard.

— Mais si personne n'est en retard, qui teste les nouveaux produits ? interrogea Teddy qui ne voulait pas s'en laisser conter.

— George et moi, sourit Ron. Privilège d'inventeurs. Mais ça nous repose quand ça tombe de temps en temps sur les autres. Au lit, jeune homme.

— C'est valable pour tout le monde, fit Ginny en regardant l'horloge. Allez, dans la tente, les petits Potter !

— Mais on ne travaille pas demain, nous, protesta James.

— Mais vous êtes plus jeunes, justifia Fleur. Les Weasley Delacour, au lit !

Bon gré mal gré, la jeune génération fut envoyée se laver les dents.

ooOoo

Le mercredi suivant, Alternatives Magiques fit paraître une interview de Ginny. En effet, Lee avait estimé qu'il serait intéressant de permettre au musée de répondre aux accusations distillées par Selwyn deux jours auparavant et Padma était venue interroger la directrice du musée.

Alternatives Magique : Madame Potter, vous avez sans doute lu les reproches faits à votre musée par le leader de Magie, Quidditch et Tradition. Que souhaitez vous répondre ?

Ginny Potter : Eh bien, il n'est pas tout à fait faux de souligner que c'est un choix politique que de mettre en évidence nos sources d'inspiration. Mais les ignorer aurait également été un choix politique. On oriente forcément la manière de présenter les choses. Nous l'avons fait de la manière qui nous a semblé refléter au mieux la vérité historique et magique.

AM : Vous reliez très souvent les innovations magiques à des pratiques antérieures observées chez des créatures magiques. Ce n'est pas ce que l'on nous enseigne habituellement.

GP : Mais nous n'avons rien exagéré: que les elfes se soient déplacés instantanément d'un endroit à l'autre bien avant les sorciers est régulièrement attesté dans les ouvrages portant sur les transports magiques. Que l'inventeur du transplanage ait eu cet exemple à l'esprit ne fait aucun doute. De même, aucun livre sérieux ne peut parler de l'artisanat ancien sans faire état de l'influence que le savoir-faire gobelin a eu sur l'évolution de nos techniques. Nous nous sommes contentées d'illustrer cet état de fait en montrant des pièces sorcières et gobelines classées de manière chronologique et géographique.

AM : Est-ce vrai que votre personnel est largement non humain ?

GP : Nous employons des elfes, c'est vrai, tout simplement par ce que c'est eux qui se sont présentés les premiers quand nous avons fait paraître des annonces dans la presse. Ceux qui ont été engagés présentent les compétences dont nous avions besoin. Mais il y a aussi des sorciers qui travaillent avec nous.

AM : Sont-ils loups-garous comme le pense Monsieur Selwyn ?

GP : (rires) Si Monsieur Selwyn peut reconnaître un loup-garou en plein jour, il est plus fort que moi. Autrefois, on pouvait avoir des soupçons en découvrant sur eux les griffures et morsures qu'ils s'infligeaient lors des pleines lunes. Mais maintenant qu'ils ne se transforment plus grâce à la nouvelle potion Tue-Loup, je ne vois pas comment on peut les différencier des autres sorciers.

AM : Mais en employez-vous ?

GP : Je n'en sais rien. Je ne demande pas à mes employés ce qu'ils font de leurs nuits.

AM : Etes-vous satisfaite des entrées des premiers jours ?

GP : Nous avons beaucoup de monde, c'est très encourageant. Nous avons aussi reçu des demandes de visites pour des groupes étrangers. Mes associées et moi-même sommes très heureuses de la manière dont se présentent les choses.

ooOoo

Les choses se présentaient tellement bien que Ginny débarqua le vendredi midi dans le bureau de Harry.

— Ma chérie ? s'exclama Harry surpris mais nullement inquiet car elle avait un large sourire.

— Je sors du service des Transports magiques pour demander une seconde cheminée pour le musée, indiqua Ginny. On déjeune ensemble ?

Cela faisait longtemps que le couple ne s'était pas retrouvé seul pour partager un repas et ils décidèrent d'en profiter. Harry passa un coup de miroir à la Divine Cuisine, un restaurant français renommé. Théoriquement, il fallait réserver longtemps à l'avance, mais le Survivant obtint deux couverts dans l'heure. Il souffrait assez des obligations entraînées par sa notoriété, pour estimer qu'il avait parfois le droit d'en profiter.

— Alors, tout se passe comme tu veux ? demanda Harry une fois qu'ils eurent pris la commande.

— Je suis épuisée, confessa-t-elle. Mais évidemment, pas question que je m'absente ce week-end.

— Allez-vous fermer lundi comme prévu ? s'inquiéta Harry.

Exceptionnellement, le musée avait ouvert ses portes tous les jours la première semaine.

— On ferme, sinon le personnel ne tiendra pas le coup, le rassura Ginny. Je me demande même si je ne vais pas engager des extras juste pour l'été.

— Quelques Sang-purs pour faire taire les mauvaises langues ? demanda Harry.

— S'ils s'en présente, oui, on les prendra, assura Ginny. C'est un peu vrai qu'on a favorisé jusqu'à maintenant ceux qui nous paraissaient avoir le plus de mal à trouver un travail, reconnu-t-elle en baissant la voix.

— J'en apprend de belles sur vous, mon épouse, plaisanta Harry sur le même ton.

— Si on changeait de sujet ? proposa-t-elle. J'aimerais bien redevenir le temps d'un repas une femme au foyer sans responsabilités.

— Et moi un Auror de base ? s'amusa Harry. Je ne suis pas certain qu'on tienne le temps d'un repas.

Ils se sourirent. Ils savaient pertinemment tous les deux qu'ils adoraient leurs fonctions malgré les obligations intenses qui en découlaient.

— La prochaine fois que tu veux révolutionner la communauté sorcière, tu me préviens un peu à l'avance ? demanda Harry. Histoire que je me prépare à ce que tout le monde me demande des nouvelles de ma femme sans m'accorder le moindre intérêt.

— C'est ce qui se passe ? Tu me dois une faveur, alors.

— Je suis à vos ordres gente dame.

— Si on commençait par déguster nos entrées, suggéra-t-elle en voyant arriver deux assiettes magnifiquement dressées.

ooOoo

Le mois de juillet passa rapidement. Teddy avait travaillé quatre semaines sans discontinuer sous la direction de ses 'oncles'. Ces derniers n'avaient pas ménagé le jeune homme mais étaient très satisfaits de ses services. C'est avec des compliments qu'ils lui remettaient ses cinq gallions chaque samedi soir.

Ron et George avaient rassuré Andromeda. Son petit fils était tout à fait capable de faire de l'excellent travail, pour peu qu'il soit correctement encadré et intéressé par ce qu'il faisait. Même s'il ne brillait pas dans ses études, il ferait un bon artisan.

— On va le laisser prendre deux semaines de congés avec ses amis, avait proposé Ron. Ensuite, on le reprendra la seconde quinzaine d'août et on lui montrera en quoi consiste la gestion d'un magasin. Je veux qu'il comprenne que s'en tenir aux manipulations n'est pas suffisant et qu'il doit élargir ses connaissances s'il veut un jour être son propre patron. Sans compter qu'il va falloir qu'il donne un sérieux coup de collier en métamorphose et enchantements.

— Je ne sais pas ce que je ferais sans vous, avait admis Andromeda avec reconnaissance.

— Personne ne peut élever un enfant tout seul, avait remarqué Arthur. La communauté a toujours son rôle à jouer.

Cette réflexion donna à penser à Ron :

— Il est courant qu'on prenne des jeunes en apprentissage dans nos magasins, remarqua-t-il. Mais on se limite à ceux qui connaissent quelqu'un qu'on connaît. On devrait peut-être aller les piocher à Poudlard directement pour que tous les gosses aient leur chance.

— On donne une liste d'artisans intéressés et on demande aux gosses d'écrire eux-mêmes pour se dégotter un boulot, histoire de les dégourdir un peu ? développa George.

— Pourquoi se limiter à l'artisanat ? fit remarquer Hermione. Ils pourraient passer quelque temps au ministère de la Magie, dans nos fermes, chez les restaurateurs et autres.

— Et si tous les élèves de Poudlard devraient se débrouiller pour passer deux semaines dans le monde du travail durant les vacances d'été, à la fin de leur sixième année ? proposa Angelina. Cela leur octroierait des points supplémentaires pour leurs A.S.P.I.C.

— On a ce genre de stages obligatoires chez nous, leur apprit Audrey.

— Il faudrait qu'ils soient majeurs pour avoir le droit de faire de la magie hors de Poudlard, mit en garde Hermione.

— On pourra obtenir des dérogations pour ceux dont l'anniversaire tombe fin août, remarqua Arthur.

— S'ils limitent leur pratique magique à leur lieu de travail, c'est envisageable, reconnut Percy.

— Plus qu'à proposer ça au conseil d'administration de Poudlard, conclut Harry en se demandant combien d'idées naissaient dans les autres familles mais n'aboutissaient pas car leurs inventeurs n'avaient pas le réflexe d'en parler à ceux qui pouvaient les mettre en pratique.

ooOoo

Isabel et David, les amis de Teddy, arrivèrent au Terrier début août. Il était clair que la jeune fille plaisait beaucoup à Teddy et que c'était réciproque. Pour sa part, Harry les trouvait mignons. Les autres enfants semblaient assez indifférents à cette idylle. Savoir qui choisissait le jeu ou qui dirigeait les parties d'Auror et Mage noir était plus important. Victoire était très dominatrice et jalouse de son autorité mais ni Isabel ni David ne songèrent à contester sa position. L'aînée de Bill et Fleur respectait cependant la prééminence de l'âge en ce qui concernait Teddy et prenait en compte ses desideratas. Il y avait évidemment des frictions et des disputes sporadiques — notamment entre les frères et sœurs - mais, dans l'ensemble, la petite troupe jouait bien ensemble — souvent par groupes d'âge — et semblait passer d'heureuses vacances.

A l'origine, Andromeda avait prévu de ne pas travailler au musée les jours où son petit-fils resterait au Terrier. Molly et Fleur parvinrent cependant à la convaincre qu'à son âge le jeune homme serait gêné par sa présence constante, surtout devant ses amis. Finalement, elle se borna à commencer plus tard le matin pour assister au petit-déjeuner des enfants, puis de rentrer plus tôt dans l'après-midi pour le voir jouer avec les autres et en profiter pour parler un peu avec lui.

L'avant-dernière semaine du mois d'août, il fallut songer à se rendre sur le Chemin de Traverse pour l'achat des fournitures scolaires. Andromeda avait pris sa journée ainsi que Fleur qui voulait accompagner sa fille pour l'achat de sa première baguette. Le soir, Victoire montra à ses cousins sa nouvelle malle, son uniforme et surtout son hibou, une chouette hulotte brune qui fut baptisée Athéna.

Victoire brûlait d'expérimenter les sorts proposés par ses livres, mais ses parents se montrèrent fermes et la baguette fut mise de côté pour prévenir toute tentation. La jeune fille était déçue qu'on ne lui ait pas acheté de balai mais Bill et Fleur avaient décidé que cela attendrait l'année suivante et qu'elle devait se contenter des cours qu'elle avait suivis durant l'été. Victoire s'était montrée une bonne élève, moins intrépide que Teddy, mais plus attentive aux conseils qu'on lui prodiguait. Ginny, qui l'avait vue voler, avait assuré qu'elle avait d'excellentes bases et que, une fois les réflexes acquis, elle serait très habile.

Bien trop vite, il fut temps de boucler les malles et de conduire les deux aînés à la gare de King's Cross. Comme à son habitude, Harry accompagna son filleul.

— Amuse-toi bien, souhaita rituellement Harry.

— Travaille pour avoir de bonnes notes, recommanda Andromeda. Rappelle-toi ce qu'ont dit Ron et George.

— Oui, Grand-mère, soupira Teddy.

— Veille sur Victoire, continua-t-elle. Les premiers jours sont un peu difficiles.

Effectivement, non loin d'eux, Victoire semblait avoir du mal à quitter les bras de ses parents.

— Vous en faites pas ! On a convenu d'un langage secret pour se parler de loin et faire savoir si on a des ennuis, révéla Teddy. Le premier qui l'embête va voir de quel bois je me chauffe.

— Tu ne dois pas te battre, rappela Andromeda d'une voix soucieuse.

— Un peu de finesse n'est pas contraire à la philosophie de Gryffondor, fit savoir Harry.

Teddy leur fit un sourire pas rassurant du tout avant de les embrasser et de monter dans le train.

— On se voit à Noël, lança-t-il avec désinvolture. Allez, Vic, on y va ! Isabel m'attend dans le troisième wagon.

Bill monta dans le train pour installer la malle de sa fille et la cage de la chouette. Il sembla à Harry qu'il donnait, lui aussi, des directives à Teddy.

— C'est loin Noël ! soupira Fleur. Je n'ai jamais compris pourquoi Poudlard garde les enfants si longtemps. Pourquoi ne leur permettent-ils pas de rentrer chaque fin de semaine comme à Beauxbâtons ?

— C'est l'influence moldue, d'après Hemione, répondit Harry. A ce que j'ai compris, quand l'école a été modernisée au XIXe siècle, ils se sont alignés sur l'habitude anglaise des pensionnats.

— Peut-être qu'il serait temps de moderniser de nouveau, suggéra Fleur.

— Tout le monde est tellement habitué à ce calendrier que ce sera difficile d'y déroger, jugea Harry. Je ne pense pas que le Conseil d'école accepterait une telle révolution.

Le sifflet du chef de gare retentit. Il y eut encore quelques exclamations de familles retardataires qui arrivèrent tout juste pour faire grimper malles et enfants dans la dernière voiture, puis le train disparut dans un panache de fumée.

ooOoo

Le lendemain, la nouvelle se répandit par les miroirs familiaux : Victoire avait intégré Serdaigle.

— C'est plutôt une bonne chose que nous sortions un peu de Gryffondor, jugea Ginny.

— Pas de pression sur nos enfants, alors ? la taquina Harry.

— Qu'ils aillent où ils veulent, pourvu qu'ils ne soient pas ensemble. Albus est trop sensible aux taquineries de son frère et sera plus heureux sans l'avoir sur le dos.

— Ils peuvent changer d'ici là, remarqua Harry.

Si James veillait sur son frère à l'école et ne laissait personne l'ennuyer, il ne se privait pas lui-même de le taquiner en lui cachant ses affaires ou en répondant de travers à ses questions à un point qui était parfois à la limite du supportable pour le pauvre Albus.

A la base l'attitude de James dénotait un naturel taquin et expansif, ce qui n'avait rien de répréhensible en soi. C'était un enfant vif et charmeur, qui avait bon cœur mais qui aimait bien se faire remarquer par ses facéties. Ces dernières n'étaient pas toujours bien supportées par Albus, qui se montrait particulièrement sensible. Ginny et Harry devaient donc régulièrement intervenir pour rappeler leur aîné à l'ordre.

Albus était beaucoup plus calme, plus observateur, plus discret. Au contraire de son frère, il pouvait rester un long moment sans faire de bruit, absorbé par un jeu, se suffisant à lui-même. Ses yeux verts hérités de Lily et son air doux faisaient des ravages parmi les adultes qui le prenaient volontiers dans leurs bras pour le câliner, ce qui le comblait d'aise. Il s'entendait particulièrement bien avec Arthur dont la douceur tranquille correspondait à son tempérament.

Durant l'été, les deux frères avaient passé beaucoup de temps avec Louis et Rose qui avaient réagi placidement aux bouffonneries de James, et Albus avait réussi à calquer son attitude sur celle de ses cousins. Les relations fraternelles s'étaient donc améliorées mais Ginny craignait que l'effet des vacances ne s'estompe rapidement.

Après la rentrée des classes, la fréquentation du musée chuta brusquement. Certains sorciers avaient attendu la fin des vacances pour découvrir le nouvel endroit en toute quiétude, mais on était loin de l'afflux du début. Il fut décidé de n'ouvrir que quelques heures par jour et de permettre au personnel, qui n'avait pas compté ses heures durant l'été, de prendre du repos. Comme ils se l'étaient promis deux mois auparavant, Ginny et Harry firent un long voyage qui les éloigna d'Angleterre durant trois semaines. Molly fut ravie de garder James, Albus et Lily, contente de ne pas voir sa maison se vider complètement après deux mois aussi actifs.

Ils commencèrent par l'Europe avec l'Espagne où Ginny devait voir un collectionneur qui était spécialisé dans les témoignages de chasse aux sorcières du XVIIe siècle. Il leur montra notamment des pierres qui étaient dressées sur le faîte des cheminées moldues pour empêcher les sorcières de s'y poser. Il refusait de prêter ses pièces à un musée mais il acceptait de les faire admirer à ses visiteurs, agrémentées de passionnantes explications.

— Tu envisages de montrer ce genre de choses chez toi, demanda Harry à son épouse une fois qu'ils en eurent terminé.

— Pourquoi pas ? Cela fait partie de notre histoire et de nombreux sorts, comme celui de Chatouillis ont été inventés à cette époque pour échapper aux persécutions. Pareil pour les sortilèges importants que sont les repousse-moldus et l'incartabilité. Je sais que tu ne souhaites pas qu'on rappelle ce que nous pouvons reprocher aux Moldus, mais je donnerais entièrement raison à Selwyn si j'écartais ce pan essentiel de notre histoire pour des raisons politiques.

— Je comprends, reconnut Harry. Mais dans ce cas, pourquoi n'est ce pas déjà dans le musée ?

— Nous avons dû faire des choix et certains sujets ont été repoussés, pour des raisons de temps et d'argent. Mais c'est sur notre liste et, un jour, ce sera exposé. Notre collectionneur m'a donné plein de pistes et d'adresses pour trouver ce dont j'ai besoin.

Leur étape suivante était en Italie, à Venise où la tradition sorcière était très forte. La magie notamment permettait à la ville de ne pas sombrer dans la lagune et les sorciers se mêlaient chaque année à la population lors du célèbre carnaval. Ils visitèrent l'île incartable de Santa Morgana puis Harry se promena dans les rues moldues tandis que Ginny se rendait à la bibliothèque de la Scuela, l'université sorcière italienne.

Ensuite, ils partirent pour Genève pour visiter le siège central des banques gobelines. C'était un privilège rarement accordé aux humains. Bill avait été fort étonné et un peu jaloux quand il avait appris que leur demande de rendez-vous avait été acceptée et en avait conclu que le département gobelin du musée avait beaucoup plu aux créatures magiques. Harry fut fort impressionné par ce qu'il apprit des défenses pour garder les bâtiments. Il réalisa à cette occasion que l'établissement du Chemin de Traverse, bien qu'il soit jugé inviolable par la plupart des sorciers, avait des protections qui étaient loin de refléter l'étendue du savoir-faire gobelin.

— Vous n'auriez pas pu pénétrer ici, et encore moins en sortir, fit d'ailleurs remarquer leur guide à Harry, avec une mimique que ce dernier interpréta comme un clin d'œil.

— Je m'en rends compte, répondit-il humblement. D'ailleurs, je n'ai absolument pas l'intention de recommencer, précisa-t-il. C'était une manœuvre désespérée dans une situation très spéciale.

Leur guide haussa les épaules :

— Personnellement, je vous trouve moins à blâmer que le directeur de l'établissement de l'époque qui a laissé faire une chose pareille. Il a d'ailleurs été rétrogradé et envoyé dans un pays tropical — nous n'aimons pas trop la chaleur, vous savez.

Harry comprit pourquoi les gobelins anglais l'appréciaient si peu. Il était le symbole d'une profonde humiliation pour leur banque de Londres.

— Je suppose que la protection de la banque du Chemin de Traverse a été revue, avança Ginny.

— De fond en comble, confirma le gobelin.

Ils partirent ensuite en Europe centrale. Dans les Carpates, ils visitèrent une colonie de vampires puis se rendirent en Russie où il firent un détour pour voir la maison de Baba Yaga, soigneusement préservée en mémoire de la plus célèbre sorcière de la région. Ils descendirent ensuite dans le sud jusqu'à la Chine où ils visitèrent la Cité Interdite Sorcière. En Inde, un cousin de Parvati et Padma Patil les hébergea et leur fit rencontrer un fakir avec qui ils eurent une discussion passionnante.

Repartant vers le sud-ouest, ils firent plusieurs étapes en Afrique où ils eurent la chance d'être les spectateurs de danses et rites animistes. Harry apprécia d'autant plus ces manifestations qu'il avait, grâce à son épouse, des connaissances lui permettant de comprendre les opérations magiques auxquelles il assistait. Il espéra que d'autres familles, instruites pas le musée de la Magie, seraient curieuses d'en connaître davantage sur les magies étrangères et viendraient en voir les manifestations sur place.

Ils auraient bien continué leur périple dans les Amériques, mais les trois semaines de vacances étaient passées et il était temps de rentrer en Angleterre, pour retrouver leurs enfants et leurs obligations professionnelles.

ooOoo

A leur retour, ils retrouvèrent une vie paisible. Leurs trois enfants étaient désormais scolarisés. Harry les voyait le matin quand il ne partait pas trop tôt, ainsi que le soir si rien ne l'avait retenu au bureau.

Ginny avait retrouvé des horaires plus sereins. Le musée continuait à recevoir quelques visiteurs chaque jour, mais elle n'avait plus à s'en occuper, les elfes gardiens remplissant parfaitement leur tâche. Il lui restait à améliorer certaines pièces que la pratique avait révélé moins fonctionnelles que prévu. Avec Andromeda et Fleur, elle travaillait également sur des projets d'expositions temporaires qui pourraient amener les sorciers à revenir les voir.

A sa grande satisfaction, cela lui donnait largement le temps de s'occuper de ses enfants matin et soir. Si son travail était moins enthousiasmant que les derniers temps, elle retrouvait un calme qui était fort appréciable après l'année passée sous pression. Les trois enfants étaient ravis de retrouver leur mère quand ils rentraient chez eux.

ooOoo

Le mois d'octobre était bien entamé quand Harry reçu un message de Sarah, l'épouse de Dudley, par une des notes volantes du Ministère, en début de matinée. Elle lui demandait s'il pourrait prendre un moment pour la voir. Il lui donna rendez-vous deux heures plus tard dans un café du Chemin de Traverse.

Il arriva le visage transformé, se fit reconnaître de la voix, puis suggéra qu'ils commandent leur repas au comptoir avant de s'installer dans une table du fond, où il put reprendre sa physionomie normale. Une fois qu'ils furent assis, il réalisa qu'elle paraissait très ennuyée :

— Un problème ? s'enquit-il avec inquiétude.

— Je pense, oui, grimaça-t-elle. Markus a fait de la magie involontaire devant sa grand-mère.

Harry qui venait de prendre sa première sa bouchée faillit la recracher.

— Tu veux dire Pétunia ? demanda-t-il inutilement après avoir laborieusement dégluti.

Sarah confirma d'un signe de tête.

— Et ? demanda Harry s'attendant au pire.

— Elle s'est excusée, répondit Sarah.

— Quoi ?

— Elle s'est mise à pleurer et m'a demandé pardon. J'ai réussi à l'entraîner dans la cuisine avant qu'elle ne traumatise Markus, et elle m'a dit que tout était de sa faute, que c'était dans son sang et qu'elle était désolée.

Harry en resta sans voix, partagé entre le fou rire et la consternation. L'air troublé de sa cousine par alliance le dissuada de laisser pointer son hilarité.

— Oh ! parvint-il à éructer. Et qu'as-tu répondu ?

— Rien. J'étais tellement surprise que j'en suis restée sans voix un moment, puis Vernon est rentré du jardin, et elle m'a supplié de ne rien lui dire avec un air tellement terrifié que j'ai pas pu faire autrement qu'accepter. Elle est ensuite allée à sa rencontre en tentant de faire comme si de rien n'était et cela m'a mis tellement mal à l'aise que j'ai inventé un prétexte pour partir le plus vite possible.

Harry reprit son sandwich en tentant d'imaginer les suites de cette révélation. Sarah lui demanda :

— A ton avis, je dois lui dire la vérité à mon sujet ?

— Qu'en pense Dudley ? demanda Harry sans trop se mouiller.

— Il pense que je devrais me taire. Mais pourquoi ? Elle avait l'air affreusement malheureuse, elle se sentait tellement coupable. Les choses se passeraient sans doute mieux si on lui révélait tout.

Harry se donna le temps de réfléchir avant de trancher :

— Tu n'as pas à prendre en compte la tranquillité d'esprit de Pétunia. Elle ne le mérite pas. C'est à Markus que tu dois penser et à lui seul. A mon avis, elle se conduira mieux envers lui en pensant qu'elle est responsable de sa nature plutôt qu'en réalisant que tu es sorcière et qu'il tient de toi.

Le regard surpris de la jeune femme lui fit prendre conscience de la sécheresse de sa réponse. Il avait visiblement moins bien réglé ses comptes avec son passé qu'il ne le pensait.

— Tu penses qu'elle ne va jamais accepter le fait que Markus soit un sorcier ? s'inquiéta-t-elle.

Harry se dit qu'il valait mieux parler franchement :

— Non, elle n'acceptera jamais une chose pareille. A mon avis, elle va s'arranger à partir de maintenant pour voir Markus le moins possible. Elle aura bien trop peur qu'il recommence devant Vernon.

— Je peux m'arranger pour qu'elle vienne le voir sans son mari, commença Sarah.

— Sarah, elle déteste autant la magie que Vernon, si ce n'est plus, expliqua sans fard Harry. Elle n'a jamais avalé le fait que sa soeur soit sorcière et pas elle.

— C'est à ce point ?

— Tu ne te rappelles pas de ce que tu as entendu quand je l'ai croisée par accident chez Dudley, il y a quelques années ? Tu étais venu m'en parler. Ce jour là, tu as entendu ce qu'elle en pense réellement.

— Mais là, il s'agit de son petit-fils ! Elle lui est très attachée.

— Et moi, je suis son neveu. Ne te fais aucune illusion. Elle craint et déteste tout ce qui se rapproche de la sorcellerie. A partir du moment où elle a compris qu'elle ne serait jamais comme ma mère, elle a réussi à se convaincre que c'était anormal et elle ne veut rien avoir à faire avec l'anormalité.

Sarah dévisagea Harry avec surprise. Ce n'était pas la première fois qu'ils abordaient le sujet mais jamais Harry ne s'était montré aussi péremptoire au sujet de sa tante.

— D'accord, murmura-t-elle. Je ne lui dirai rien.

Ils terminèrent de manger en silence. En son for intérieur, Harry ne pensait pas que c'était une grande perte pour Markus de perdre le contact avec ses grands-parents paternels. Il avait une piètre estime pour leurs talents d'éducateurs. Il était d'ailleurs étonnant que Dudley s'en soit si bien tiré. Mais en y repensant, ce dernier s'était éduqué tout seul après l'électrochoc causé par le Détraqueur venu pour Harry. C'était d'ailleurs à sa connaissance la seule bonne action qu'on pouvait mettre au crédit des ignobles créatures.

C'est sur cette pensée dérangeante qu'il quitta Sarah pour retourner travailler.

ooOoo
Note de fin de chapitre :

: Je sais que la grande Jo a dit qu'elle n'imaginait pas que Dudley puisse avoir un enfant sorcier car aucune magie ne pouvait résister aux gènes de Vernon. Mais je n'ai pas résisté à l'envie d'écrire cette scène. J'espère qu'elle vous a plu et que vous me pardonnerez cette entorse au canon.

Si j'imagine Beauxbâtons comme un pensionnat laissant ses élèves rentrer chez eux chaque semaine, c'est influencée par La Ligue de Ruth Dedallime (fanfiction.net/s/2201796/1/La_Ligue).

Quand à la bibliothèque de la Scuela à Venise, elle appartient à Fénice et à sa merveilleuse "Distinction" (fanfiction.net/s/6393365/1/).

Caedmon SELWYN (Les Réformateurs) : Fondateur et président du mouvement Magie, Quidditch et Tradition (MQT). Candidat opposé à Kingsley Skacklebolt pour le poste de Ministre de la Justice. Inspiré de Seylwyn, famille dont Dolores Ombrage se prévaut pour justifier son médaillon et de celui qui répond à l'appel de Xenophilius Lovegood.

Toute la liste des personnages : docs.google.com/document/d/1AkzV4KGGRY6lD0fZc4k7io8_Dq5WrBc2bQ8-4NB8G1w/edit?authkey=CPWcrt8D
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.