S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Sélections du mois


À voter !

Les votes pour le thème d'août 2021 sont ouverts ! Venez choisir entre : Moldu ou Narcissa Malefoy.

Rendez-vous sur ce topic pour voter jusqu'au 30 juin 2021, 23h59.


De L'équipe des Podiums le 16/06/2021 18:19


2ème édition du Tour du monde des Nuits


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que le Tour du monde des Nuits d'HPF se déroulera du vendredi 25 juin à partir de 20h au samedi 26 juin jusqu'à 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt!
De L'équipe des Nuits le 15/06/2021 12:48


Sélections du mois


Félicitations à Calixto et AnthusPratensis qui remportent la Sélection sur notre Traîtresse-à-son-Sang préférée alias Andromeda Black-Tonks !

Pour juillet 2021, place aux parties d'échecs endiablées ou aux confidences dans les dortoirs avec le thème Amitié. Vous pouvez dès à présent proposer vos deux fanfictions favorites sur ce thème en vous rendant ici ou bien en répondant à cette news.

Enfin, durant le mois de juin, découvrez toutes les facettes de la troublante Pansy Parkinson. Venez voter pour vos histoires préférées juste ici.

Très belles lectures à vous !


De L'équipe des Podiums le 07/06/2021 19:51


Sélections du mois


À voter !

Les votes pour le thème de juin 2021 sont ouverts ! Venez choisir entre : Amitié, Scorose (Scorpius/Rose) ou Moldu.

Rendez-vous sur ce topic pour voter jusqu'au 31 mai 2021, 23h59.


De L'équipe des Podiums le 18/05/2021 00:06


112ème édition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 112e édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 22 mai à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt!
De L'équipe des Nuits le 13/05/2021 13:15


Sélections du mois


Félicitations à Amnesie, Guette et Wapa qui remportent la Sélection sur Regulus (aka le meilleur personnage de tous les temps) !

Pour juin 2021, place à la troublante Pansy Parkinson. Vous pouvez dès à présent proposer vos deux fanfictions favorites sur ce personnage en vous rendant ici ou bien en répondant à cette news.

Enfin, durant le mois de mai, suivez les pas d'une Traîtresse-à-son-Sang, la noble et audacieuse Andromeda Black-Tonks. Venez voter pour vos histoires préférées juste ici.

Très belles lectures à vous !


De L'équipe des Podiums le 02/05/2021 16:39


Et je serre les dents par LoveYouAnyway

[24 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

Voilà ma participation au concours de Winzing avec le personnage de Daphne Greengrass, je n'en suis pas entièrement satisfaite mais j'espère qu'elle vous plaira quand meme.
Le Potterverse appartient à JKR, les phrases précédées d'une étoiles sont tirées de Harry Potter et les reliques de la mort et les phrases en italiques sont des traductions des paroles de la chanson Kings and Queens du groupe 30 seconds to mars, qui m'a inspirée lors de l'écriture.
Et évidemment, un immense merci à Akasora pour son travail de relecture express et pour avoir publié ce texte pour moi ;)
Merci d'avoir cliqué et bonne lecture.
*─ Merci, Miss Parkinson, dit le professeur McGonagall d’un ton cassant. Vous allez quitter la Grande Salle la première avec Mr Rusard. Il serait souhaitable que les autres élèves de votre maison partent avec vous.

Je me tourne vers Pansy qui est toujours debout, à coté de moi. Je la vois qui sert les dents avant de relever le menton. C’est le signal. Dans un même mouvement nous nous levons, la tête haute, et sortons à la suite du concierge.

Personne ne parle, seul le bruit de nos talons sur la pierre froide résonne dans les couloirs. Poudlard est atrocement silencieux ce soir. Nous marchons les uns à coté des autres sans nous regarder. De toute manière, à cet instant précis, je suis seule face à mes choix. Je repense à mes actions et évalue mes chances à l’issue de ce combat.

Mais évidemment, j’ai tout prévu. Quel que soit le dénouement de cette soirée, je ferai partie des vainqueurs. J’y travaille depuis des années et ce soir, tous mes projets aboutissent enfin.

Si Harry Potter s’en sort vivant et arrive à vaincre le Lord, je serai de ceux qui n’ont fait que suivre, trop effrayés pour se soulever. Je serai de ceux qui n’ont pas interféré dans le combat d’une manière ou d’une autre. Je serai neutre, blanchie.

Si le Seigneur des Ténèbres sort vainqueur de cette bataille, alors je serai sa servante, fidèle et dévouée, pas celle qui s’est retrouvée incapable de combattre pour son maître. Toutes mes actions seront récompensées. Les Carrow lui conteront l’obéissance dont j’ai fait preuve, les sortilèges que j’ai su lancer, les discours que j’ai su tenir. Et le Maître m’en sera reconnaissant. Je serai sauve et ma famille aussi. Ils n’ont jamais clamé leur appartenance à un clan ou un à autre, mais je l’ai fait pour eux. Et ce soir, cela leur sauvera sûrement la vie. Quant à Asteria, lorsque le Seigneur aura vaincu, elle sera déjà morte.

Je crois que je m’en veux un peu mais je prie pour qu’elle le soit à ce moment là. L’idiote va combattre, je le sais. Elle se battra pour ses idées et ses croyances, elle combattra et mourra. Et si ça n’est pas le cas, le Maître lui fera subir bien pire que la mort. Je continue à marcher et serre les dents. Pendant un instant, je souhaite plus que tout qu’Harry Potter en sorte vainqueur.

Mon cœur bat à une vitesse folle et je suis sûre que c’est le cas de beaucoup d’autres autour de moi. Pourtant, il serait impossible de lire la moindre émotion sur nos visages. Nous marchons la tête haute.

Personne ne pense à fuir, nous ne sommes pas stupides. Chacun tient à sa vie et malgré nos talents respectifs nous ne ferons pas le poids au cœur du combat. Nous allons faire ce que tout le monde attend des Serpentards, nous allons sauver notre peau. Peu d’entre nous combattront vraiment, seulement ceux qui n’ont pas le choix, qui ne l’ont jamais eu. Je crois d’ailleurs que Drago, Blaise, Théodore, Vincent et Gregory ont déjà quitté les rangs. Mais, eux, ils sont comme déjà morts.
S’ils ne combattent pas aux cotés du Seigneur des Ténèbres et qu’il vainc, il le leur fera payer. Alors ils vont s’efforcer de se battre et prier pour que tout cela se termine vite, pour ne pas mourir.

Nous entrons dans la Salle sur Demande dont je connais l’existence depuis ma cinquième année. Je n’ai jamais su son secret mais à cet instant, je n’ai qu’un souhait, sortir de ce château avant d’être prise au milieu des combats. Nous entrons un à un dans le couloir qui est percé dans un des murs. Le silence est toujours aussi pesant et le passage secret ne fait que l’alourdir. L’avancée est lente malgré nos pas pressés. L’atmosphère humide du passage sombre m’angoisse un peu plus et je n’ai qu’une hâte, sortir enfin d’ici.
C’est étrange comme ces dernières minutes, j’ai développé l’envie, le besoin de fuir l’école, ce lieu qui m’a pourtant tant offert.

Nous arrivons dans une chambre d’une maison de Pré-au-Lard et j’ai l’impression de respirer à nouveau. L’endroit est lugubre et affreusement sale mais je remercie le ciel d’être enfin sortie de Poudlard. Les gens s’entassent dans la petite pièce et bien vite nous nous retrouvons trop serrés. Un vieil homme finit par faire sortir les plus jeunes et les emmène dans une autre partie de la maison. Etrangement, le vide qui est ainsi libéré semble m’aspirer et je me surprends à regretter ce sentiment d’étouffement qui m’avait assaillie. Au moins, je n’étais pas seule. Je m’avance en silence vers Pansy et Tracey et regarde avec elles au dehors.

Pré-au-Lard est plongé dans la nuit noire et cet endroit que j’appréciais tant me terrifie à présent. Je sursaute alors qu’une explosion se fait entendre au loin et mon regard est attiré par les éclairs lumineux qui viennent du château. Dans la nuit, l’ombre de l’édifice se dessine péniblement. Les combats ont commencé.

Les explosions reprennent, plus nombreuses, plus violentes aussi. Le bruit des combats arrive jusqu’à nous et me pétrifie. Les cris me glacent. Est-ce celui de ma sœur, ou d’un de mes amis ?

Je me retourne au plus vite et m’adosse à la fenêtre. Je serre les dents et les paupières aussi fort que possible. Je dois être forte, je ne dois pas montrer mes émotions, je dois être digne de la maison Serpentard. Ma respiration est haletante et je donnerais tout pour que quelqu’un me prenne dans ses bras et me dise que tout ira bien. Mais ça n’arrivera pas. D’abord parce que je n’avouerai jamais mon trouble à voix haute et ensuite parce que personne autour de moi n’acceptera de me réconforter. On vit tous les mêmes instants, à moi de gérer la terreur qu’ils m’inspirent. Nous sommes comme cela.

J’ai l’impression que des heures ont passé et pourtant personne n’a bougé dans la petite chambre où nous nous trouvons. Je sais que l’on se pose tous la même question. Combien sont morts ? Qui prend le dessus ?

Je serre toujours les dents, je les serre si fort que ma mâchoire me fait mal. Mais je ne me détends pas, j’ai trop peur de me laisser aller à mes sentiments. J’ai passé six ans à les protéger, à les cacher aux yeux de tous, je ne peux tout simplement pas les laisser s’exprimer, là, maintenant.

Et puis une voix résonne. La même qui a parlé plus tôt. Et malgré tous mes efforts pour rester impassible, je tremble et agrippe la commode à coté de moi. Je ne veux pas l’entendre, je ne veux pas savoir ce qu’il a à dire. J’ai trop peur de savoir.

*─ Vous avez combattu vaillamment, me souffle-t-il à l’oreille, me glaçant le sang. Lord Voldemort sait reconnaître la bravoure.

Son nom me fait trembler. Je ne suis sûre de vouloir le voir vaincre. Ses idées de pureté sanguine me plaisent, celle d’une société sorcière unie et purifiée me rend rêveuse. Mais lui, lui, le timbre de sa voix glaciale et sa cruauté, ils me terrifient. Je me demande si tout cela vaut vraiment la peine.

*─ Mais vous avez subi de lourdes pertes. Si vous continuez à me résister, vous allez tous mourir, un par un. Chaque goutte versée d’un sang sorcier est une perte et un gâchis.

Je sens une larme couler le long de ma joue. Elle est brûlante et destructrice. Elle me lacère la peau jusqu’au menton avant de choir négligemment sur le dos de ma main. ‘Vous avez subi de lourdes perte’. C’est donc cela qui se passe à l’intérieur du château. Ce sont donc les cris de ceux qui se battent pour leur liberté qui retentissent entre ses murs. ‘Vous allez tous, mourir, un à un.’ Une autre larme coule sur la joue. Celle-ci me semble gelée, glaciale, comme le vent qui souffle sur mon cœur. Asteria est-elle déjà morte ? Ma petite, toute petite sœur est-elle déjà morte ?

Le reste du discours du Seigneur des Ténèbres, je ne l’entends pas. Les mots atteignent mes oreilles, j’ai même l’impression qu’il me les murmure, la tête nonchalamment posée sur mon épaule. Ils atteignent mon cerveau aussi, mais celui-ci refuse de les traduire dans une langue compréhensible. La seule pensée cohérente qui tourne en boucle dans ma tête, je refuse de l’entendre. Je ne veux pas me demander comment va Asteria, c’est trop douloureux.

J’ouvre finalement les yeux alors qu’un silence de mort recouvre toutes les terres alentours. Mon cœur bat plus vite que jamais et je me demande si les autres peuvent l’entendre de là où ils sont. J’ose un regard autour de moi.

Les visages sont fermés, durs. Ils arborent cette expression de mépris qui nous sied tant. Certains imbéciles se demandent si elle serait due à une odeur qui nous piquerait le nez. Non. C’est plutôt ce goût amer, dans notre bouche. L’amertume des choix, de notre lâcheté. Je sais que je l’arbore aussi. Ce mépris qui n’en est pas, nous l'affichons tous.

Je ne sais pas combien de temps nous passons en silence. L’heure s’est-elle déjà écoulée ? Je me tourne à nouveau et tente d’apercevoir quelque chose au dehors. Depuis le temps que nous sommes là, de la buée s’est formée à la surface du verre et je l’essuie d’un revers de manche. Je me souviens de ces jeux auxquels Asteria et moi jouions. Nous soufflions sur la vitre glacée et j’y écrivais nos noms, de ma plus belle écriture, et elle dessinait un soleil à coté. Elle adore le soleil, Asteria.

Au dessus de la Forêt Interdite, je le vois se lever lentement. Il ne brille pas encore, non, il est trop tôt. On est encore à cette heure entre le jour et la nuit, à ce moment crucial qui marque la naissance d’un jour nouveau. Au loin, le ciel s’éclaire peu à peu. Toutes les teintes de bleu y figurent, c’est magnifique. Je sais que dans quelques instants, le soleil apparaîtra à l’horizon et illuminera tout. Peut-être qu’une fois levé, il me montrera que tout cela n’était qu’un mauvais rêve.

*─ Harry Potter est mort. Il a été tué alors qu’il prenait la fuite, essayant de se sauver pendant que vous donniez vos vies pour lui. Nous vous apportons son cadavre comme preuve que votre héros n’est plus.

Le soleil se lève lentement et pourtant l’aurore fait place aux ténèbres. Le soleil se lève et un jour nouveau débute. Ses rayons caressent doucement l’herbe humide mais la noirceur de la nuit semble vouloir régner à jamais.

*─ La bataille est gagnée. Vous avez perdu la moitié de vos combattants. Mes Mangemorts sont plus nombreux que vous et le Survivant est fini à tout jamais. Il ne doit plus y avoir de guerre. Quiconque continuera à résister, homme, femme, enfant, sera éliminé ainsi que tous les membres de sa famille. Sortez maintenant du château et agenouillez-vous devant moi, et vous serez épargnés. Vos parents, vos enfants, vos frères et vos sœurs vivront, ils seront pardonnés, et vous vous joindrez à moi pour que nous reconstruisions ensemble un monde nouveau.

Je me redresse mais ne desserre pas ma mâchoire. J’ai l’impression que je ne fais que cela aujourd’hui, serrer les dents. Je les serre pour retenir mes sanglots, pour retenir cette nausée qui me saisit. Je relève fièrement la tête malgré ce goût infâme qui se répand dans ma bouche. Il me noue la gorge à m’en faire mal, il me tord l’estomac et me fait frissonner de dégoût. Mais je relève la tête parce qu’après tout, il semblerait que ça soit tout ce que j’ai toujours voulu.

Un monde qui me traite comme une reine, à la hauteur du respect qui m’est dû. Pourtant, je sais que nous avons volés nos nouvelles vies. Nous les avons volées à ces enfants, à ces hommes et à ces femmes qui se sont battus pour leur liberté. Et cela rend notre victoire bien amère.

Je me demande ce qu’il convient de faire. Faut-il descendre et rejoindre le maître ? Doit-on attendre qu’il nous appelle ? Je suis perdue et au loin, les cris de ceux qui ont perdu espoir me transpercent. Mon esprit nage dans un brouillard épais fait de mes doutes et de mes craintes. Des milliers de questions tourbillonnent dans ma tête et me donnent mal au cœur. Je ne sais plus dire si je fais partie ou non des vainqueurs, je suis là, quelque part entre le ciel et l’enfer.

Autour de moi personne ne semble se décider à quitter la petite chambre. Elle est presque devenu notre recueil, notre antre, notre cachette. Parce que, oui, nous cacher, c’est ce que nous faisons le mieux.

Mon cœur bat fort dans ma poitrine. Pas particulièrement vite, mais terriblement fort. Ses battements puissants me donnent le tournis et résonnent en moi.

Au loin, les cris ont repris. Les idiots, s’ils continuent ainsi, ils vont tous mourir. Mais les cris ne meurent pas comme ils le devraient. On dirait même qu’ils sont plus forts, plus puissants, plus assourdissants. Plus effrayants.

Je vois briller une lueur inquiète dans les yeux des autres élèves autour de moi. On en est tous là. Comment se fait-il que les combats aient repris ? Harry Potter est mort, les Mangemorts sont en surnombre, c’est insensé, la guerre devrait être terminée.

L’attente est intenable, et peu à peu, je sens les esprits s’échauffer. Les Serpentards sont connus pour leur patience mais là, c’en est trop. L’impatience et l’anxiété se lisent sur tous les visages qui n’arrivent plus à rester impassibles. Un cinquième année marche lentement, les plus vieux, eux, sont plus discrets, mais rien ne m’échappe. Celui-là a les bras croisés mais son index tambourine contre son bras, celui-ci passe d’un pied sur l’autre, Tracey enroule une de ses mèches autour de son doigt et la mâchoire de Pansy se serre et se desserre à intervalles réguliers. Moi seule semble garder tout contrôle.

Mais bien vite, je me rends compte que je mordille sans arrêt ma lèvre inférieure. Je n’y tiens plus. C’est à cet instant que je réalise que depuis quelques minutes, le silence nous a enveloppés. Plus de cris ni de bruits de combats, plus rien.

Les secondes semblent s’égrener au ralenti et me paraissent durer des heures. Que se passe-t-il donc ? Je n’ose rien dire, je ne bouge pas, j’ai trop peur de me retrouver au milieu de l’apocalypse que doit être Poudlard à l’heure actuelle.

Et puis une lumière blanche arrive par la fenêtre et nous éblouis. Elle prend peu à peu la forme d’un animal et mon cœur s’arrête. C’est un cygne. C’est le cygne d’Asteria.

─ Daphne, me dit-il avec la voix de ma sœur, c’est fini ! Nous avons gagné. Il est mort, Potter l’a tué. C’est fini.

Le cygne s’évapore et je me laisse aller pour la première fois depuis mon entrée à Poudlard. Pour la première fois depuis des années, je laisse mes sentiments s’exprimer. C’est terminé, il n’y aura plus de guerre, il n’y aura plus de terreur ni de morts. C’est fini. Et Asteria est vivante.

A coté de moi, Pansy serre toujours les dents et je sais ce qu’elle pense. Nous étions les futurs rois et reines, enfants d’une promesse. Mais le futur qui naît ce soir est peut-être le meilleur qui soit. Alors malgré tous nos principes, toutes nos règles tacites, toutes nos heures passées à apprendre les bonnes manières, je saisis Pansy par les épaules et la serre de toutes mes forces contre moi.

Mes larmes coulent abondamment sur mes joues et je me sens bête. Jamais avant ce soir, je n’avais douté d’appartenir à la maison de Salazar, mais à cet instant, je me demande si le Choixpeau n’aurait pas mieux fait de m’envoyer chez Helga.
Note de fin de chapitre :

Merci d'avoir lu, n'hésitez pas à laisser une review et pensez à voter pour le concours ;) A bientot, LYA.
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.