S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Sélections du mois


Félicitations à AliceJeanne et TeddyLunard, qui remportent la Sélection Action/Aventure !

Vous voulez revenir dans le Futur ? Lors du mois de novembre c’est possible avec la Sélection Next-Gen ! Vous avez jusqu'au 30 novembre pour lire les 10 textes proposés par les lecteurs et les lectrices et voter ici.

Et pour le mois de décembre, le thème et les textes vous attendent déjà avec la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez découvrir ces 12 histoires jusqu’à la fin de l’année et vous pourrez voter à partir de décembre. Pour en savoir plus, rendez-vous ICI !


De L'équipe des Podiums le 01/11/2022 19:00


15ème Échange de Noël


Le traditionnel Échange de fics de Noël est de retour pour sa 15ème édition !



Et cette année, vous pouvez écrire et recevoir : des fanfictions Harry Potter, des histoires originales... mais aussi des fanfictions sur d'autres fandoms ! Envie de nous rejoindre ?


Ça se passe d'ici le 31 octobre sur ce topic du forum HPF !


De L'équipe de modération le 23/10/2022 17:22


126ème Nuit d'HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 126 édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 21 octobre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De L'équipe des Nuits le 16/10/2022 11:07


Take the long way home par Labige

[5 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Le titre est emprunté à Supertramp et leur fabuleuse chanson, take the long way home, dont j'ai repris et modifié un tout petit peu, deux phrases au milieu du texte.
Pour répondre d'avance aux questions, cet OS ne fait pas suite à Délice du scandale et regorge de points non développés. C'est totalement intentionnel car je n'écris pas les 30 baisers dans l'ordre chronologique. Mais j'essaye de former une seule histoire, celle de Lily L. et de Scorpius. Vous connaîtrez donc les raisons du départ de Lily une autre fois, ainsi que les autres détails :)

Un grand merci à Lucette (j'ai envie de dire comme d'hab mais elle m'aide vraiment et sans elle, je n'écrirai pas autant) ainsi qu'à Aaurora pour ses remarques pertinentes. Et puis à JuliaErwelin, parce que c'était la Saint Valentin il y a quelques jours
>

            Comateuse, Lily l’est chaque matin. Elle n’arrive pas à être attentive aux allées et venues, et encore moins aux conversations qui animent la petite cuisine. Elle a vaguement conscience que Romain s’est assis à côté d’elle mais elle ne se sent pas la force de le repousser gentiment. Ni même en grognant, comme il a l’air de s’y attendre. C’est qu’il commence à la connaître celui-là… Et mine de rien, ça l’effraie. Elle n’aime pas être attachée ainsi aux gens, à ces moments de complicité qu’elle ne pourra se résoudre à abandonner. Depuis un an déjà, elle vit au jour le jour, brodant et déliant des relations qu’elle n’approfondit pas. Parce que la souffrance lui comprime la poitrine et qu’elle ne veut pas retomber dans le cercle vicieux qui l’a amenée à partir. Elle s’est trouvé cette maison où Maryse accueille les itinérants comme elle, sans poser de questions. Seulement, la proximité l’a trompée et Lily se retrouve amie avec Romain, Marc et Camille, naturellement, sans avoir cherché à l’être. Aucun d’eux ne sait grand-chose des autres et ils s’en contentent parfaitement. S’en contentaient. Les manies qu’ils ont laissés échapper au cœur des conversations, les réflexions, les manières de penser… De multitudes et infimes portes ouvertes sur eux et leur passé. Des failles par lesquelles ne peut s’empêcher de s’engouffrer leur curiosité.

            Ils ont tous les quatre compris que Lily n’est pas majeure, seulement ils ne savent pas qu’elle est sorcière. C’est un choix qu’elle a fait et qu’elle ne regrette pas, loin de là. Si elle était restée dans le monde sorcier, elle n’aurait eu de cesse de croiser des connaissances, parents d’amis ou amis de parents. Elle est après tout la fille du célèbre Harry Potter, non ? Evidemment, elle ne peut empêcher ses cheveux d’arborer la rousseur typique des Weasley. Reconnaissable à des kilomètres, en conclusion. C’est pourquoi elle préfère l’anonymat des rues moldues de Londres. Elle reste à la fois proche du monde dont elle ne peut se séparer, et découvre une culture qu’elle n’a pas eu le loisir d’approfondir outre mesure. Sa tante Hermione en parlait souvent mais Lily trouve qu’il est complètement différent de voir les choses par soi-même. Elle regarde avec des yeux d’enfants des éléments dont elle n’avait pas conscience, des mœurs qui, jusque-là, lui étaient inconnues. Ces nouvelles manières de penser et d’imaginer la conquièrent et elle aime se laisser emmener par la foule indolente. Ne pas contrôler sa vie, la donner volontairement aux mains des autres.

Lily se sent sereine au milieu de ces visages inconnus dont elle s’amuse à retracer la vie. Ils l’ignorent, elle les observe. Et elle ne manque pas de relever la multitude de détails qui les caractérisent. Seulement, elle a perpétué son jeu avec Romain, Marc et Camille. Ils en ont fait de même, chacun de leur côté. C’est pour cela qu’aujourd’hui elle prend la décision de faire ses bagages. Encore. Et assurément pas la dernière fois. D’un côté, elle aimerait enlever chaque vêtement qu’elle plie et glisse dans son sac. D’un autre, les liens qu’ils ont tissés l’apeurent. Si elle est partie de sa famille pour ça, pourquoi resterait-elle ici ? Ne serait-ce pas se moquer d’elle-même ? Qu’est-ce qui la retiendrait plus parmi eux qu’avec ses deux grands frères ?


Et soudain, de manière complètement inattendue, elle lâche ses sanglots. Elle éclate. Il y a ce trop-plein de sentiments et de remords qui la bouscule. Qui la broie. Son petit corps d’enfant pas encore adulte ne peut plus les retenir. Elle laisse couler. Elle éclate et ne peut que laisser ses larmes s’écraser sur ses vêtements. Une pour le rire de James, une autre pour la protection d’Albus. Une supplémentaire pour les dimanches matins réveil surprise des parents et petit-déjeuner dans leur lit. Une dernière pour Scorpius. La pensée du pathétisme de la situation n’arrive pas à se frayer un chemin jusqu’à sa conscience. Elle se retrouve confrontée au mur des souvenirs, à la barrière des remords et à la morosité qui, chaque jour, la ronge un peu plus. N’aurait-elle pas pu remonter la pente scolaire, s’acharner à retenir les sorts incompréhensibles, les batailles appartenant au passé ? Combien de fois s’est-elle répétée de ne jamais se retourner ? Doit-elle encore faiblir aujourd’hui ?

 

– Lily…

 

Une parole à peine soufflée, une caresse amorcée et deux bras qui la soutiennent. Camille retient son amie qui manque de vaciller, qui manque d’abandonner.

 

– Tu vas partir, n’est-ce pas ?

 

Question rhétorique ou affirmation, qu’importe, Camille sait et comprend. Le sac n’est encore qu’à moitié fait mais déjà les éléments de son quotidien sont écrasés sous les vêtements. Ils sont tous les quatre comme ça, itinérants. Une minute ou une seconde n’est plus la même chose pour eux, chacune d’elle compte à leur manière. Il a suffi d’une pensée pour que Lily veuille partir. Un prolongement d’un instant, pour qu’elle veuille rentrer.

 

– Tu comptes aller où ?

– Nulle part, réplique-t-elle en s’échappant des bras qui l’étouffent.

 

Camille ne la connait pas, n’existait pas pour elle avant ces dernières semaines. La proximité dégoûte et répugne Lily. D’où vient cette fille ? D’où vient-elle ? Les seuls bras qui ont le droit de la réconforter sont ceux de Scorpius. Scorpius. Scorpius. La folie martèle ce prénom dans sa tête, l’articule, le frappe. N’arrive pas à le briser. Est-ce ce qu’elle recherche ? La certitude qu’il ne la laisse pas indifférente ? Elle n’a jamais supporté un autre contact physique, et c’est comme ça que leur histoire a commencé. Est-elle pour autant finie ? Elle ne supporte pas la main sur son dos, le regard sur sa nuque, les doigts qui jouent avec les cheveux. Que veut-elle ? Lily se presse, se dépêche, fourre ses dernières affaires dans la place vide du sac qui menace d’éclater. Elle ne veut plus être ici, elle veut partir. Ce n’est pas chez elle, ça ne l’a jamais été. Comment a-t-elle pu supporter de vivre tous les jours avec ces personnes ? La colère est en elle, imprononçable, inévitable. Sa vivacité rivalise avec la magie qui n’est pas sortie depuis ce jour-là, la magie qui enfle et grandit en elle.  Alors Lily sent que la perte de contrôle n’est pas loin, et qu’elle peut être dangereuse. Elle enfile son manteau, remercie Maryse du mieux qu’elle peut, dans toute la splendeur de sa timidité, et part. Sans se retourner, à nouveau. Sans dire au revoir, encore une fois.

 

            Si ses pensées allègent son sac, chacun de ses pas rajoute une pierre dedans. Ainsi, son poids augmente et son ventre se tord. Inconsciemment, elle ralentit et s’attend à se voir marcher à reculons. Elle se connaît, ou du moins pense se connaître, et se doute que si elle laisse son dos s’affaisser, elle n’y retournera jamais.  Il est si aisé de faire demi-tour et de prendre ses jambes à son cou. Après tout, n’a-t-elle pas déjà abandonné face à la vie ? Face à ces journées que façonnait habilement le quotidien ? Mais elle avance, et la lassitude reprend peu à peu ses droits. Ce qu’elle a fui lui revient doucement en mémoire alors qu’elle pensait avoir tourné la page. Où s’est donc envolée sa détermination du matin ? Elle a cru un instant avoir eu sa place à Gryffondor et dans sa famille, mais le doute a remis le monde sans dessus dessous. Le temps tourne à l’envers, un an vient de disparaître, elle est à nouveau cette fille qui porte une terreur sans nom. Avec la peur du lendemain dans la peau.

            Lily… murmure le vent à son oreille. Lily, take the long way home… Son souffle glisse dans ses cheveux, les emmène dans une valse tumultueuse puis les repose ; il n’est qu’un long soupir qui se prend au jeu. Il devient la force contre laquelle elle doit se battre, la vague qu’il faut contrer, des assauts qu’il faut éviter. Alors Lily entre aussi dans cette valse sans fin, elle se surprend à danser d’un pied à l’autre, à pencher son sac d’un côté, à le redresser, à sourire face à la douceur de ses caresses sur son visage. Il est une partie d’elle-même, celle qui veut rester en arrière, qui regrette déjà d’être partie de la maison de Maryse. Mais, après tout, que fera-t-elle si elle se dérobe au moindre combat ? Il n’est plus temps de faire une promenade parmi les lumières de la ville, ni de prendre le détour pour rentrer à la maison. Droit devant elle jusqu’à Newgate. Elle connait le chemin sur le bout des doigts et ne craint pas de l’oublier. Malgré sa réticence, le vent ne la trompe pas et la conduit pas à pas. Et, elle se demande, quelle est l’étoile qui illuminera son matin ? Sûrement celle, illusoire, qu’elle côtoyait avant, car comment les choses auraient-elles pu changer depuis son départ ? Où tout cela va-t-il la mener, elle qui cherchait la liberté, l’indépendance, qui ne souhaitait que des ailes pour s’en aller ?

            Rassembler tout son courage pour se confronter à ce qu’elle a cru avoir abandonné est difficile ; peut-être même compliqué, mais chercherait-elle encore la solution de facilité ? Idéalement, elle aimerait retrouver l’insouciance de ces derniers mots, la légèreté de son bagage et le bonheur de ses explorations quotidiennes, elle dormirait dans un lit, dans une maison inconnue, vide sûrement, où la douceur des rayons du soleil la réveillerait. Sentirait-elle le vide dans son cœur, dans sa vie ? Le vide présent chaque jour, le vide que Romain, Marc et Camille n’ont pas pu combler. Mais ont-ils seulement essayé ? A-t-elle vu leurs tentatives d’approche ? A-t-elle compris que leurs sourires étaient un baume à ce trou en elle ? Ils ont essayé, mais ils n’étaient pas lui. Lors de ces nouvelles rencontres, elle a toujours évité les garçons blonds. Trop blonds. Trop ressemblants. Pourtant, elle n’a eu aucun problème à se lier avec une rousse qui aurait pu prétendre appartenir à la famille Weasley. Il y a des choix contradictoires que personne ne peut expliquer.

 

            La danse de son corps s’arrête. Net. Cisaille le vent. Une femme vient de passer à côté d’elle et de prononcer distinctement son adresse. L’adresse de la maison de ses parents. Lily sait que Poudlard est en vacances scolaires et que, par conséquent, Albus doit être à la maison. Mais pourquoi  cette femme va-t-elle chez eux ? Chez elle ! Elle presse alors le pas, augmente le rythme tranquille sur lequel elle voguait jusque-là, et refuse d’imaginer qu’ils aient déménagé. Cette femme n’est pas une sorcière, Lily le sent. Le devine à sa démarche. Et soudain dans son esprit, le pire se forme, elle imagine un incident, elle imagine le désespoir.

Elle ne marche plus, elle court.

Le sac tambourine contre sa jambe, son cœur contre la poitrine.

Elle ne court plus, elle vole.

La panique a remplacé la colère face à Camille, Camille qu’elle oublie. Rien ne compte plus que l’angoisse d’Albus, le rire de James, la douceur du regard de sa mère, l’amusement de son père. Et les lèvres de Scorpius. Non, sa famille passe avant tout, avant des quelconques retrouvailles. Elle le sait rancunier. Qu’en sera-t-il d’eux deux ? Que vont-ils devenir ? S’est-il posé ces questions l’année dernière ? A-t-il vécu ce départ comme un abandon ? C’est une évidence. Et si… et s’il a succombé au charme d’une Poufsouffle ? A la sagesse d’une Serdaigle ? A la ruse d’une Serpentard ? Comment pourrait-elle se regarder dans la glace en refusant de se mettre à sa place ? Son égoïsme l’écœure, elle le balaye du revers de la main. Harry, Ginny, James et Albus. Soudain, le silence dans son esprit. Elle est arrivée sur la place où ils habitent. Elle s’attendait à tout, sauf à ça. Les enfants crient, rient, s’amusent, passent devant elle et ne la voient pas. Elle est invisible à leurs yeux et cela lui convient, ils ne doivent pas voir la stupeur et l’étonnement qui peignent son image. 

 

            Ginny Potter a relevé ses cheveux dans un chignon parfait, quoique quelques mèches rebelles s’en échappent. Elle sourit, d’un sourire naturel et spontané auquel elle ne pense plus. Un sourire machinal qui remplace celui crispé qu’elle affichait pendant des mois après son départ. Ses mains semblent assurées, ses gestes précis et mesurés, mais personne n’arrive à croiser son regard. Qu’y aurait-il à voir en dehors du vide des yeux d'une mère qui cherche sa fille ? Qu’une lueur de tristesse devant les jours qui passent ? Harry la seconde, il alterne entre la maison et la place sur laquelle plusieurs tables sont déposées. Un repas de quartier. Ils préparent un repas de quartier. Lily est assez étonnée qu’ils aient réussi à convaincre autant de monde de venir, à ce qu’elle peut en juger avec les enfants nombreux. Et bien sûr, Albus aide son père tandis que James parle avec les Smith, leurs voisins immédiats. Il est dans la même classe que leur fille, Jessica. Enfin, il était…  Les souvenirs affluent, repartent, persistent. Lily aimerait déposer son sac et les aider, rire avec Albus de la maladresse de leur père, sourire à sa mère…

 

            Et, alors qu’elle craint avoir été aperçue par James - serait-elle la cause de son froncement de sourcil ? - une main caresse doucement ses cheveux. Le même contact que plus tôt dans la journée. Pourtant, une sensation complètement différente. Lily se sent à sa place ici, devant cet homme dont elle entend la respiration, dont elle sent l’odeur.  Ainsi, lorsqu’il pose ses lèvres sur sa chevelure rousse, elle murmure : « Je suis de retour à la maison. »

 

 

 

 

 

Note de fin de chapitre :

Bon, et puis tout le monde s'en moque, mais U2 va sortir un nouvel album o/
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.