S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Sélections du mois


Félicitations à AliceJeanne et TeddyLunard, qui remportent la Sélection Action/Aventure !

Vous voulez revenir dans le Futur ? Lors du mois de novembre c’est possible avec la Sélection Next-Gen ! Vous avez jusqu'au 30 novembre pour lire les 10 textes proposés par les lecteurs et les lectrices et voter ici.

Et pour le mois de décembre, le thème et les textes vous attendent déjà avec la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez découvrir ces 12 histoires jusqu’à la fin de l’année et vous pourrez voter à partir de décembre. Pour en savoir plus, rendez-vous ICI !


De L'équipe des Podiums le 01/11/2022 19:00


15ème Échange de Noël


Le traditionnel Échange de fics de Noël est de retour pour sa 15ème édition !



Et cette année, vous pouvez écrire et recevoir : des fanfictions Harry Potter, des histoires originales... mais aussi des fanfictions sur d'autres fandoms ! Envie de nous rejoindre ?


Ça se passe d'ici le 31 octobre sur ce topic du forum HPF !


De L'équipe de modération le 23/10/2022 17:22


126ème Nuit d'HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 126 édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 21 octobre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De L'équipe des Nuits le 16/10/2022 11:07


Mille morts qui rient par Kuli

[27 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

Une journée d'été, des enfants qui s'ennuient, et une Rose Weasley plus qu'autoritaire, voici le résultat de ce mélange !

Ceci est mon premier OS, donc ne soyez pas indulgent :)

Merci à Erazhys d'avoir corrigé les fautes

Bonne lecture !

Mille morts qui rient

— A quoi on joue ?

La question fuse, simple et innocente. Le genre de question enfantine qui dégage une fraîcheur attendrissante.
Une question qui déclenche pourtant une pagaille monstrueuse. Des cris se font entendre, chaque enfant ayant un avis différent sur le sujet.
Aussi étrange que cela puisse paraître, c’est Lily qui crie le plus fort, du haut de ses cinq années qui font d’elle la cadette du groupe ; si bien qu’au milieu du brouhaha ambiant, tout le monde parvient pourtant à entendre distinctement sa proposition.

— On joue à la Bataille de Poudlard !
— Oh ouais !

Les treize enfants approuvent, enthousiastes. Teddy et Victoire les surveillent de loin.
Ils ont amené leurs cousins sur une colline qui surplombe Loutry Ste Chaspoule. Les adultes n’aiment pas trop que leurs rejetons jouent à la guerre. Pourtant, Teddy et Victoire ne disent rien. Ils ont quinze et quatorze ans, et aiment voir leurs cousins s’amuser. Ils aiment voir tous ces sourires, tous ces rires. Ils les voient si souvent qu’ils se considèrent comme les aînés d’une grande fratrie.

Rose se lève, et les autres se regroupent en demi-cercle autour d’elle. Elle n’est pas la plus âgée, mais pourtant, c’est elle qui commande le groupe des Potter-Weasley. C’est un droit qu’à part James ou Louis, qui n’acceptent aucune forme d’autorité, personne ne remet en doute. Car Rose Weasley est aussi colérique et tyrannique qu’elle est intelligente.

— Alors, James, toi t’es Voldemort !
— Quoi ? Non !

Le petit rouquin de neuf ans se lève, outré. Il est hors de question que lui, le fils du Survivant, le petit fils de James et Lily Potter, joue le rôle du Seigneur des Ténèbres.
La remise en question de son autorité ne ravit toutefois pas Rose.

— Si ! T’es Voldemort ! C’est moi la chef, c’est moi qui décide d’abord !
— Et pourquoi c’est toi la chef d’abord, Mademoiselle Je-Commande-Tout-Le-Monde ? C’est moi le plus grand ! Donc c’est moi qui dit qui est qui !

Dominique fronce les sourcils. C’est elle la plus âgée après James. Elle se lève à son tour, avec un air dur.

— James, arrête ! C’est Rose qui commande, on l’a décidé tous ensemble. Alors si elle dit que t’es Voldemort, c’est que t’es Voldemort, et puis c’est tout !

Tout le monde regarde James d’un air sévère, car Dominique est au même titre que Rose une figure de supériorité, chose qu’elle doit autant à son autorité qu’à son charisme. Quand elle parle, les autres s’exécutent. Et James ne fait pas exception, car il la craint encore plus que Rose.
Ils se rasseyent, James ayant un rictus boudeur sur le visage. Il accepte cependant la sentence, de mauvaise grâce, et Rose lui tire la langue.

— Moi, je suis Oncle Fred ! s’écrie Louis
— Non ! C’est moi qu’est Oncle Fred, parce que moi j’ai son prénom ! Et puis d’abord, mon papa à moi c’était son jumeau, d’abord ! proteste Fred.
— Stop ! coupe Rose. C’est Lorcan et Lysander qui seront Oncle Fred et Oncle George, parce qu’ils sont jumeaux, et que ça fait plus vrai.

Les fils Lovegood ont l’air ravi, et jettent un regard victorieux à Louis. Ils voulaient le « rôle » depuis le début, mais n’aiment pas les conflits. Que Rose les ait choisis les comblent de joie.
 Hugo s’exclame :

— Moi j’suis Neville !
— Non, c’est moi Neville ! crie Louis.
— C’est Hugo qu’est Neville, tranche Rose.

Le visage de Louis se tord de colère ; il ne supporte pas le fait qu’on lui refuse deux fois de suite le rôle qu’il convoite. Le colérique garçon a beaucoup de mal à accepter d'être, en quelque sorte, inféodé à Rose - alors qu’il est plus âgé et plus fort qu’elle.

— Et pourquoi ? demande-t-il avec agressivité.
— Parce que c’est mon frère et qu’il est fort avec les fleurs, voilà pourquoi.
— Non ! C’est moi Neville !
— Non c’est Hugo ! Toi t’es Queudver, t’es un traître qui a une tête de Scroutt à Pétard ! Et c’est bien fait !
— Ah ouais ?!
— Ouais !
— C’est quoi un Scroutt à Pétard ? claironne innocemment la petite Lucy.
— Et pourquoi c’est moi qu’est Queudver, d’abord ?! C’est pas juste !
— Parce que tu m’énerves ! beugle Rose, dans un élan de colère effrayant, ses cheveux roux pleins d’électricité statique volant autour d’elle comme une auréole de feu.

Dominique donne un coup de pied à son petit frère pour lui dire d’arrêter. Tout le monde a peur de Rose quand elle s’énerve comme ça, même Louis.
Celle-ci reprend son calme avec difficulté, mais finit par retrouver son visage angélique, et continue finalement sa distribution des rôles.

— Albus, toi t’es Oncle Harry, et tu tues James à la fin ! Et toi, Scorp’, t’es mon Papa Ron, parce que t’es le meilleur copain de Al’, et que mon papa et Oncle Harry, y’ sont meilleurs amis !

Albus et Scorpius sourient, ravis. Ce dernier est venu déjeuner avec sa mère au Terrier,  son père refusant toujours de venir manger chez les Weasley. Sa mère Astoria est une très bonne amie de Ginny, et travaille avec elle à la Gazette du Sorcier. Son fils unique s’entend parfaitement bien avec la plupart du clan Potter-Weasley.

— Lily, c’est Luna, et Dominique, c’est Tante Ginny ! Fred, c’est Oncle Percy, parce qu’il a des lunettes, et Louis, finalement j’suis gentille, t’es Drago Malefoy !
— Ouais, mais mon Papa, il est quand même mieux que Louis… murmure Scorpius en souriant.

Scorpius a depuis longtemps compris qu’aussi merveilleux que soit son père à ses yeux, il n’est pas très aimé dans la société sorcière. Pour lui, il reste son père, mais il a à présent cessé de s’énerver lorsque les autres le critiquent. Cela ne sert à rien.

— Roxanne, c’est Mamy Molly, poursuit Rose. Et Molly, elle fait Bellatrix, mais y’a Roxanne qui te tue à la fin, parce que t’es méchante, et que tu veux tuer Tante Ginny.

Rose fait une pause, comme si elle avait fini, alors qu’une personne n’a pas encore eu de rôle. Elle sait l’effet que cela produit. La petite Lucy est inquiète d’avoir été oubliée.
Lucy a cinq ans tout comme Lily, mais c’est à elle qu’on attribue le titre de cadette, c’est elle que tous ses cousins défendent becs et ongles envers et contre tout. Car si Lily et forte et indépendante, Lucy est frêle, et a ce petit quelque chose de charmant qui fait qu’on la préfère si facilement aux autres Weasley.

— Et moi, j’suis qui ? demande-t-elle, l’air effrayé.

Rose s’approche d’elle, l’air mystérieux et grave :

— Toi, tu seras Tonks…

Des « Oh… » de déception s’échappent de toutes part, et Lucy sourit de toutes ses dents, émerveillée qu’on lui confie ce rôle si important. Teddy sourit, se lève, et apostrophe Rose en s’approchant d’elle.

— Et toi, dans tout ça, Rosie, qui tu joues ?
— Moi, j’suis ma maman ! Je suis Hermione ! Parce qu’ici, c’est moi qui commande, et que Maman elle faisait un peu pareil, et même que Tante Ginny elle dit que si Maman avait pas été là, hé ben, Papa et Oncle Harry y’ seraient morts, parce que ma Maman c’est la plus intelligente !

Personne n’ose la contredire, de peur de déclencher l’ire de la petite furie. Mais Teddy se baisse vers Rose, machiavélique.

— T’oublies pas des gens, dans ta gigantesque pièce de théâtre ?
— Non ! J’ai oublié personne ! réplique-t-elle avec un air de défi.
— Ah oui… et Rogue ? Et Fleur ?

Rose se plaque les mains sur la bouche, horrifiée d’avoir oubliée deux personnes aussi importantes. Elle réfléchit un instant, et réplique avec une diplomatie adorable :

— Mais… en fait, à part Dominique ou Victoire, y’a personne d’assez jolie pour faire Tante Fleur… Et Domi’, elle joue Tante Ginny, et Vicky elle veut pas jouer… Et pour Rogue… hé ben, il se bat pas vraiment, alors on n’a pas besoin de lui…

Elle s’arrête un instant, et semble réfléchir. Elle finit par regarder Teddy avec de grands yeux angéliques, en contraste absolu avec la tornade furieuse qu’elle était il y a une dizaine de minutes.

— Et toi, tu veux pas faire Remus ? Allez, s’te plait Teddy !
— Ha, bien essayé Microbe ! réplique Teddy en riant. Désolé, mais je ne joue pas.

Avec une moue boudeuse, Rose se détourne de Teddy, et déclare aux autres enfants d’un air sérieux :

— Maintenant, la bataille va commencer !
— BANZAÏ ! hurle James

Tous ramassent un bâton en guise de baguette, et commencent à se battre. De temps à autre, Rose s’arrête, et corrige un geste ou un combat.

— Mais non, Louis ! Tu te bas pas contre Bellatrix !
— Ah ouais, et pourquoi ?
— Mais vous êtes dans le même camp ! Vous êtes méchants !
— Hey, attends, interrompt Scorpius. Mon Papa il est pas méchant d’abord !
— Oui mais y’ se bat pas contre Bellatrix, c’est tout ! Et puis de toute façon, elle est déjà morte, y’a Roxanne qui l’a tuée !
— Mais on s’en fout ! proteste Louis.
— Non, on s’en fout pas !

Rose tient à la « véracité historique » de leurs jeux, et personne d’autre n’ose lui dire que ça n’a pas d’importance que Drago Malefoy ne se soit pas battu contre Bellatrix.

« Qui sème le vent récolte la tempête ». Voilà un concept qu’ils ont tous compris, et qui résume parfaitement les choses que l’on risque en provoquant Rose Weasley.

Arrive le grand final, l’affrontement qu’ils attendent tous. Albus et James se font face, L’Elu contre le Seigneur des Ténèbres. Rose trépigne d’excitation, comme tous les autres. Les deux adversaires lève leur baguette, et se préparent à lancer leur sortilège.

— EXPELLIA…
— AVADA…
— COMBIEN DE FOIS VOUS A-T-ON DIT DE NE PAS JOUER A CE GENRE DE JEUX ?!

Tous les enfants sursautent, et se retournent vers la voix qui les a violemment apostrophés. Ils grimacent tous. Les adultes sont arrivés, et n’ont pas l’air ravis que Teddy et Victoire aient emmenés leurs enfants sur la colline sans les prévenir, ni qu’ils les laissent jouer à leurs jeux « violents ».
Hermione est la première. Mains sur les hanches, elle a un air courroucé. Derrière elle Percy, le visage sévère, Ginny, Fleur et Angelina, mi irrités, mi amusés. Ron, Harry et George rient franchement, le plus discrètement possible pour ne pas s’attirer les foudres d’Hermione.

— Allez, venez tous ! s’exclame celle-ci. On rentre au Terrier !
— Mais Maman ! gémit Rose, qui a perdu son air autoritaire face à sa mère. On a presque fini, c’est la Bataille Finale ! S’te plait !
— Ne commence pas à me faire un caprice, Rose Weasley ! réplique-t-elle d’un ton menaçant. Je t’ai déjà expliqué qu’on ne plaisantait pas avec les morts !

Les enfants ont tous perdus de leur superbe. Rose trépigne, supplie sa mère, qui reste catégorique. Louis, comme à son habitude, bougonne. Les Potter essayent de marchander, en vain, avec leurs parents.
Ils finissent cependant tous par se lever et à redescendre la colline, à regret, grognant que « c’est pas juste », et qu’ils n’ont pas fini de jouer. Tous sauf Lucy, si discrète, et qui reste assise par terre à l’endroit où elle s’était écroulée après que Tonks ait été touchée par le sortilège de mort. Victoire finit cependant pas s’approcher d’elle.

— Allez Lucy-Jolie, on rentre.
Elle secoue la tête, avec un air désespéré.
— Moi je veux pas. Je veux continuer. En plus Albus il a pas vaincu Voldemort, le jeu il est pas fini.

Victoire la regarde d’un air désolé. Personne n’aime décevoir Lucy, et le faire lui brise le cœur.

— Si c’est fini Lucy, on rentre. Allez, viens.
Lucy fond en larmes.
— Mais, hoquète-t-elle entre deux sanglots. Moi, je… Je veux… Je veux pas rentreeeeer !

Victoire regarde Lucy d’un air désolé, et triste de la voir pleurer. Molly remonte la colline, étonnée que sa sœur ne l’ai pas suivie, suivie de son père, Percy, et de Dominique qui reste rarement éloigné des deux sœurs.
Lorsqu’il voit que sa fille est en larmes, Percy s’approche d’elle et tente de la prendre dans ses bras. Mais Lucy se lève d’un seul coup, repousse son père, et se jette dans les bras de sa sœur ainée, qui tente de la réconforter. Dominique finit par la porter, et elle et Molly redescendent la colline - non sans avoir jeté un regard à la fois outré et furieux à Percy et Victoire. Car aucune des deux ne pardonnent facilement d’avoir fait pleurer leur Lucy chérie. Percy les suivent, en tentant d’expliquer à sa benjamine pourquoi ils ne peuvent plus jouer.

Reste Victoire et Teddy, seuls. Victoire s’allonge dans l’herbe, et Teddy la rejoint. Il est resté en retrait depuis qu’Hermione a commencé à crier.
Pour lui, la guerre a beau être une chose sérieuse, les jeux d’enfants sont quelques chose de tellement candide qu’il est inutile de chercher à les interrompre. Il aime à voir tous ces fantômes ressuscités dans une bataille fictive, grâce à ces enfants qui leur insufflent un peu de vie et de joie, qui leur redonnent un peu d’humanité.

Parce que Teddy sait qu’en jouer avec tant de légèreté et d’innocence, ses cousins rendent hommage aux morts, certes à leur façon, certes d’une manière totalement différente de celle des adultes. Mais tellement mieux. Car qui a part eux en ce monde peut se vanter d’avoir fait revenir à la vie les combattants de la Bataille de Poudlard ?

Personne.

Non, Teddy n’a pas vu en ce jeu un mépris de la mort et des défunts. Il n’a pas vu l’irrespect que s’obstinent à chercher les adultes, qui, eux, s’accrochent à ces morts jusque dans les prénoms de leurs enfants, qui leur enlèvent ce soupçon de dignité qu’il leur reste encore en essayant de les retenir désespérément sur Terre.

Non, Teddy lui, a vu mille morts qui rient.

Et il n’y a rien de plus beau au monde.

Victoire lui prend la main, et il croise les deux grands yeux bleus de son amie. Ils se comprennent. Elle pense comme lui.

Allongés dans l’herbe, Victoire et Teddy écoutent les derniers rires des morts de la Bataille de Poudlard, qui retentissent encore sur la colline à présent déserte.

 

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.