S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Blue Sky par Eliah

[17 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Fiction écrite par un membre encore anonyme du fanclub de Ron sur le forum à l'occasion de son anniversaire.
Le fanart attribué à l'auteur est le suivant : http://browse.deviantart.com/?qh=§ion=&q=yethro#/d1w2n5
Blue Sky

On dit souvent qu’il suffit d’un jour pour que tout bascule. Parfois, il en faut moins que ça.

Deux secondes. C’était le temps nécessaire pour Sirius de passer derrière le voile, juste après avoir été frappé par un sortilège de mort lancé par sa cousine Bellatrix. Le parrain de Harry est sorti de sa vie aussi brutalement qu’il y était entré, et Ron est aux premières loges pour en souffrir les conséquences. Le jour, son meilleur ami est distant, encore moins bavard que d’habitude et avance dans la vie avec le dos plus courbé qu’avant, comme si l’absence de son parrain avait mis un poids supplémentaire sur ses épaules. La nuit, il fait des cauchemars qui l’empêchent de dormir. Mais Ron ne s’en plaint pas, il sait qu’il n’en a pas le droit.

Lui et Hermione sont sortis de l’infirmerie depuis deux jours. Ils ont l’impression que les examens ont eu lieu il y a une éternité, et qu’ils sont revenus du Ministère de la Magie depuis autant de temps. Tout a changé : le regard des autres, la panique dans les yeux des adultes, et leur vision de ce que la vie leur réserve. C’est la guerre, encore une fois, et elle est pire que la précédente.

Du haut de ses presque dix-sept ans, Hermione a peur. Ron, à tout juste seize ans, n’en mène pas large non plus. Et Harry, qui n’en a encore que quinze, devrait être le plus terrifié des trois, mais ce n’est pas le cas. Il se passe quelque chose, ses amis en sont convaincus. C’est surtout Ron qui s’en inquiète, parce que Hermione se préoccupe plus de la perte de Sirius. Elle veut en parler, pas Harry. Elle insiste, pourtant Ron lui a déjà dit plusieurs fois de laisser tomber. Il sait mieux qu’elle ce que Harry pense : ce n’est peut-être pas juste, mais c’est comme ça. Elle finira bien par accepter qu’il n’éprouve pas le besoin d’exprimer ce qu’il ressent.

Avec les examens terminés et les évènements récents, ils n’ont plus cours. Ils patientent jusqu’à la fin du mois que le Poudlard Express les ramène chez eux. Ron n’est pas certain de vouloir rentrer. Il a certes envie de revoir ses frères, ses parents, mais il n’aime pas l’idée de devoir abandonner Harry entre les mains de son oncle et de sa tante. Il voudrait qu’il vienne au Terrier, mais pour une raison qui lui échappe, il doit retourner à Little Winghing.

En attendant, ils passent leurs journées ensemble, redoutant l’heure où ils seront séparés jusqu’à leurs prochaines retrouvailles. Un beau matin, Ron descend dans la Grande Salle pour le petit-déjeuner où il trouve Hermione en pleine lecture. Il lui dit vaguement bonjour, elle lève à peine la tête et le silence s’installe quelques secondes entre eux tandis qu’il se sert en jus de citrouille et en bacon. Il s’apprête à avaler une bouchée lorsqu’elle se redresse brusquement :

– Harry n’est pas avec toi ? demande-t-elle, réalisant seulement que Ron est descendu sans leur ami.

– Je croyais qu’il était avec toi, répond Ron en reposant sa fourchette.

Hermione paraît tendue, même inquiète : elle ne sera pas tranquille tant qu’elle ne saura pas où est Harry. Ron ne la juge pas. Lui aussi a peur de le retrouver dans une situation impossible. Et c’est tellement vite arrivé avec lui…





– Viens, on va le chercher, propose-t-il en se levant.

Elle le considère un instant, puis regarde son assiette de bacon non entamée.

– Tu ne manges pas ? s’étonne-t-elle.

Il aimerait qu’elle arrête de croire qu’il ne peut pas sauter un repas. De toute façon, il sait à peu près où chercher Harry, et avec un peu de chance, ils seront de retour dans la Grande Salle avant que le petit-déjeuner n’ait été débarrassé.

– Je n’ai pas très faim, ment-il d’un air vague. Alors, tu viens ?

Elle referme son livre et se lève à son tour.

En arrivant dans le Hall, Ron lui suggère d’aller voir en premier vers la cabane de Hagrid. Harry y traîne souvent depuis qu’ils sont revenus du Ministère.

– Bonne idée, fait Hermione.

Ils sortent dans le parc, surpris de la différence de température entre l’intérieur et l’extérieur du château. Ron laisse le soleil lui caresser le visage en fermant les yeux. Il sait que cette météo favorable ne sera pas éternelle, parce qu’avec le retour de Vous-Savez-Qui, les Détraqueurs vont se multiplier et apporter un temps exécrable.

Ils ne parlent pas en chemin, et alors qu’ils n’ont pas encore dépassé le Saule Cogneur, Hermione tire le bras de Ron, l’empêchant de continuer à avancer. Elle tend l’autre bras vers le lac, il regarde dans la direction qu’elle indique et le voit. Il y a plusieurs groupes d’élèves assis tout autour du plan d’eau et Harry s’est installé sur la berge, de l’autre côté de la Forêt Interdite. Et il est seul.

Hermione s’élance en avant, elle a accéléré le pas et Ron la suit. Il veut lui dire de ne pas courir, de ne pas précipiter leur arrivée pour ne pas effrayer Harry…

Il ne les voit pas venir vers lui, parce qu’il a la tête tournée en direction du grand arbre qui borde le lac.

– Qu’est-ce que tu regardes comme ça ? fait Ron d’un ton enjoué.

Harry tourne la tête brusquement, et le considère un instant sans dire un mot.

– On peut s’asseoir avec toi ? demande timidement Hermione.

Harry hausse les épaules. Ron n’a pas attendu son consentement pour s’asseoir avec lui, et Hermione pince les lèvres comme lorsque quelque chose la contrarie. Pourtant, elle ne dit rien et s’installe avec eux. Elle scrute Harry du coin de l’œil, et il soutient son regard comme pour la défier de parler de Sirius. Si c’est le cas, de toute évidence, elle a compris le message et garde le silence. Elle se contente d’ouvrir son livre là où elle en était et reprend sa lecture. Harry tourne à nouveau la tête vers l’arbre. Quant à Ron, il se sent subitement fatigué.

Il ne dort pas beaucoup la nuit, régulièrement réveillé par les cris de Harry lorsqu’il fait des cauchemars, ce qui est de plus en plus fréquent depuis la mort de Sirius. La plupart du temps, ses mauvais rêves ne l’extirpent même pas de son sommeil, et Ron se demande s’il se souvient de ce dont il a rêvé au petit matin. Et puis, il est bien curieux de savoir comment Neville, Dean et Seamus font pour ne rien entendre. Peut-être qu’ils font semblant, ou alors ils ont une potion, un sortilège qui leur permet de dormir sur leurs deux oreilles. Mais peu importe, car lui ne cherchera pas à faire comme si les soucis de Harry n’existaient pas. C’est son ami, et il n’est pas question de le laisser tomber.

Pourtant, tandis qu’ils sont là, à profiter du beau temps, Ron se dit qu’il saisirait bien l’occasion de faire une petite sieste. Alors il recule un peu et pivote sur lui-même pour tourner le dos à ses amis. Enfin, il s’allonge sur l’herbe, pose les mains en croix sur sa poitrine et ferme les yeux. Il a vu que Hermione l’a regardé du coin de l’œil, mais il ne dit rien et s’endort, bercé par la brise qui chatouille les feuilles des arbres et les cris des élèves tentant d’ignorer la guerre qui se prépare en dehors des murs de l’école.


Lorsqu’il reprend peu à peu conscience, il ignore combien de temps il a dormi, mais il fait encore jour. Il entend Hermione tourner une page et Harry tousser légèrement. Puis il ouvre les yeux.

Et soudain, il éclate de rire.

– Qu’est-ce que tu as, Ron ? fait Hermione, légèrement agacée.

Il a du mal à s’arrêter de rigoler, mais il tend le bras vers le ciel et entame une explication :

– C’est le nuage, là…

Il montre du doigt un cumulus juste au-dessus d’eux, et Harry lève la tête.

– On dirait Ombrage qui se fait botter le derrière par un Centaure, s’écrie Ron.

Il entend Harry marmonner quelque chose et tord le cou pour voir un sourire s’afficher sur le visage de son ami.

– Ton Centaure est un peu petit… Je trouve qu’il ressemble plutôt à Malfoy, transformé en fouine…

Ron explose à nouveau de rire.

– N’importe quoi, murmure Hermione en soupirant.

– Hermione, la gronde Ron, tu ne peux pas donner ton avis tant que tu n’auras pas regardé le nuage. Alors lâche ton fichu bouquin, pour une fois, et viens t’allonger.

Elle donne l’impression de vouloir rétorquer quelque chose, et elle interroge Harry du regard. Mais celui-ci ne dit rien et se couche sur l’herbe, plaçant la tête presque en face de celle de Ron.

– Tiens, vu de cet angle, on dirait Hagrid en difficulté avec un de ses Scroutts à Pétard…

Ron ne fait pas de commentaire, il attend en silence que Hermione finisse par comprendre le but de sa diversion. Il attire son regard et écarquille les yeux pour l’inciter à consentir à s’allonger. Elle finit par saisir ce qu’il cherche à faire, mais elle ne se retient pas de lui adresser un air exaspéré avant de s’allonger.

– Vous n’avez aucune imagination, vous deux ! s’exclame-t-elle d’un ton ferme. Ce n’est ni un Centaure, ni un Scroutt : c’est moi, en train de donner une claque à Malfoy.

Harry émet un petit rire, et Ron ne peut s’empêcher de sourire. Il se souvient très bien du jour où Hermione a frappé ce petit prétentieux sans cervelle. Il en a même été impressionné et s’est juré de ne jamais la mettre en colère à ce point, sous peine de subir son courroux.

– Donne-moi ta place, fait Ron.

Il se tortille jusqu’à elle, attrapant au passage avec sa bouche un brin d’herbe qu’il se met à mâchouiller, et donne de petits coups de coude pour qu’elle prenne la place de Harry. Elle avait raison : vu de cet angle, le bout de nuage qu’il a pris pour le sabot d’un Centaure est devenu le bras tendu de son amie, en plein vol vers la tête de Malfoy.

– Je ne vois toujours pas ton Centaure, annonce Harry qui a rampé jusqu’à l’endroit où Ron a fait sa sieste.

– Qu’est-ce que tu vois, alors ? demande Hermione.

Harry ne répond pas tout de suite. Il lève mollement son bras gauche et fait pivoter son poignet pour tracer du doigt un contour particulier du cumulus.

– Sirius, dit-il dans un souffle. Il glisse quelque chose au creux de l’oreille de mon père. Vous voyez la traînée de petits nuages sur le haut ? Une coupe de cheveux pareille, ça ne peut-être que mon père.

– Que disent-ils ?

Ron tourne la tête. Hermione est en train de se mordiller la lèvre inférieure, attendant la réponse. Il a l’impression d’entendre son cœur battre plus fort.

– Ils sont en train de préparer un mauvais coup contre Snape. Sirius propose de lui plonger la tête dans un chaudron de bave de veracrasse, et mon père veut rajouter du poil à gratter.

Cette fois, Ron rit tellement qu’il se plie en deux en se tenant le ventre. Il met plusieurs minutes à reprendre son souffle, et à côté de lui, Hermione rit de façon contagieuse. Elle est la première à se redresser.

– Venez, on va déjeuner.

Ron réalise subitement que ses crampes d’estomac sont dues à la faim. Il n’a pas mangé depuis la veille, après tout. Il se relève et tend la main à Harry pour l’aider à en faire autant. Ils échangent un regard complice qui se passe de mots. L’un est reconnaissant du subterfuge que l’autre a trouvé pour lui faire oublier ses soucis pendant quelques minutes.

Et tandis qu’ils retournent vers le château, Ron ne peut s’empêcher d’être fier de lui. Il fourre ses mains dans les poches et repense à Fred et George, qui sont bien loin de Poudlard et qui se préparent à ouvrir une boutique de farces et attrapes alors que la communauté se prépare au pire.

Ils ne peuvent pas ignorer cette guerre, mais tant qu’ils peuvent se le permettre, ils vont la mettre de côté le temps d’une partie de Quidditch, d’échecs ou entre deux révisions. Pour ne pas oublier qu’ils sont des adolescents et qu’ils ont le droit de s’amuser, eux aussi.

Ron jette un coup d’œil par-dessus son épaule et regarde le nuage changer de forme à vue d’œil. Harry s’est retourné lui aussi, non pas pour voir le cumulus, mais parce qu’il attend son ami.

– On reviendra après le repas pour savoir si Sirius et ton père ont réussi leur coup.

Note de fin de chapitre :

Ce texte sera réattribué à son auteur à la fin du mois ; en attendant, n'oubliez pas de lui dire ce que vous en avez pensé via les reviews ! Vingt-six autres textes seront ou ont été publiés dans le cadre de ce projet.
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.