S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Bonne année HPF !


Bonne année !

Image

L'Équipe de Modération d'HPFanfiction vous souhaite une belle année 2022 !
Qu'elle soit meilleure que les précédentes et qu'elle vous apporte ce que vous souhaitez : en particulier, de belles lectures et plein d'inspiration pour l'écriture.

Si vous souhaitez vous fixer de bonnes résolutions, plein de projets fourmillent sur le forum : le Janvier Review dont on vous a déjà parlé, le Jeu des Neuf Familles pour vos lectures de romans, BD et autres formats, Mon Défi Écriture et Mon Défi Lecture... Il y en a pour tous les goûts !

Bonne continuation sur HPF !


De Equipe de modération HPFanfiction le 06/01/2022 17:24


27éme édition des Nuits Insolites


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 27e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 7 janvier à partir de 20h. N'hésitez pas à venir vous inscrire !
Les modalités de participation sont disponibles sur le même topic.

A très bientôt !
De L'équipe des Nuits le 02/01/2022 21:01


Sélections du mois


L'équipe de Podiums vous souhaite une très bonne année ! ♥


Félicitations à Amnesie, Lyssa7 & Fleur d'épine, et Calixto, vos coups de cœur de l'année 2021 !

En février, c'est le moment ou jamais d'encourager Neville Londubat pour lui montrer à quel point il peut être valeureux, talentueux, et digne d'intérêt ! Vous pouvez dès à présent proposer vos deux fanfictions favorites en vous rendant ici ou bien en répondant à cette news.

Et pour cette nouvelle année 2022, préparez votre sac à dos et partez en janvier à la découverte de toutes les petites (et grandes) Créatures magiques qui peuplent ce monde ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour lire les onze textes proposés et voter ici.



De Equipe des Podiums le 01/01/2022 18:27


Janvier Reviews


reviewter [v.] intr : état résultant de l’indigestion ou de la surproduction de reviews.

Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?
Découvrez le Janvier Reviews ! Un mois entier de reviews, à consommer sans modération. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Un marathon de lecture et de reviews avec un Optimal à la clé !
À bientôt !




De le 27/12/2021 21:01


Joyeuses fêtes !!!!


Hohoho

En cette période propice au renouveau, nous avons mis à jour la présentation de notre équipe. D'autres pages du site suivront bientôt alors restez attentif.ves. ;)

En attendant, toute l'équipe de modération d'HPFanfiction vous souhaite un très Joyeux Noël, rempli de douceur, de joie et de bonne humeur !
Et comme nous fêtons également Noël au Schtroumpfistan, nous tenons à vous informer que les délais de validation sont susceptibles d'être plus longs pendant les fêtes.

Joyeux Noël !!!


De Équipe de modération HPFanfiction le 24/12/2021 15:14


118ème édition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 118e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 17 décembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt!
De L'équipe des Nuits le 08/12/2021 15:36


Jamais je ne cesserais de t'aimer, Maman ! par Selsynn

[8 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

Voilà mon nouvel OS, merci à Kiwxi et Liorela pour leur bêta efficace et complémentaire !

Bonne lecture à toi, le Lecteur !

Voici ma réponse au concours de Dunne sur le forum, "Lettres à l'avenir"

Maman, je ne cesserai jamais de t’aimer

« Coucou,

Cette lettre a été écrite exactement 18 ans avant que tu la reçoives… Eh oui !

Je sais que tu n’attends sûrement plus cette lettre, je le sens. Pourtant moi, qu’est-ce que je suis excitée ! J’aimerais que tu saches tout ce qui s’est passée aujourd’hui… Tu le sais, bien sûr mais, j’aimerai juste l’écrire pour rendre encore plus réel… Anthony a fait une demande de fiançailles ! Ce matin. J’avais peur, à cause du mariage arrangé entre Amyctus Rosier et moi, mais il a cherché dans le code de loi et à dénicher une petite perle qui dit que si on fait un lien d’âme, cela surpassera le lien précédent qui sera nul et non avenu.

Oh, comme j’ai hâte et je t’imagine, trois enfants bruns autour de toi… Et Anthony pas loin. Peut-être en train de gérer la librairie qu’on montera ensemble ? Comme j’aimerais savoir, deviner le bonheur qui va nous entourer…

Je ne peux pas, je peux juste te rappeler quelle impatience j’ai de crier sur toute la terre entière la nouvelle. Mais je ne peux pas, évidement. Mes parents et Amyctus chercheraient à nous mettre des bâtons dans les roues, s’ils savaient. Il n’est pas un sang-pur, ni un sang-mêlé. Mais il est le meilleur en charme et potion. Et c’est avec lui que je veux passer ma vie, et pas une brute épaisse qui a cinq ans de plus que moi et qui me traitera uniquement comme porteuse d’enfant. Non, Anthony, lui, il me voit comme une sorcière compétente, belle, désirable, puissante…

J’ai l’impression d’exploser avec tout ce bonheur que j’ai à l’intérieur de moi. Demain les vacances de Pâques arrivent, nous restons tous les deux à Poudlard, nous aurons le temps de chercher ce rituel pour nous lier suffisamment afin que nos parents ne puissent pas s’interposer…

Oh comme je suis heureuse, je vais quand même dire à Elena Black la bonne nouvelle. Ce n’est pas encore sûr, on ne devrait pas en parler, mais c’est quand même ma meilleure amie… Non je ne dois  lui dire uniquement quand se sera définitif. Elle va essayer de me décourager. Oui, je le lui dirais à ce moment-là…

D’ailleurs, elle arrive. Je te laisse, ‘moi du futur’ mariée Evans !

Moi du passé ! (Mais avec encore mon nom de jeune fille)  »

***$$$***

L’adolescent se promenait dehors avec le mauvais temps de début de printemps, personne ne venait l’ennuyer tandis qu’il relisait les mots froids et factuels de la lettre du Ministère. Sa mère : morte.

Et son putain de père, hein ? Lui, est encore vivant ! La vie était trop injuste. Il avait juste une envie, d’aller à l’Impasse du Tisseur et de lui en foutre une. Peut-être même des Impardonnables. Rosier lui apprenait depuis quelques mois.

Bon, bien sûr, Lily n’aimait pas Rosier. Mais Lily n’acceptait pas vraiment les Serpentard. Sauf lui… Il repensa à elle, à son sourire d’ange et eut envie de la voir. Mais non, elle était rentrée dans sa famille. Seuls étaient restés les Maraudeurs. Pour lui faire une vie de misère. Comme si le fait que son père ait tué sa mère ne suffisait pas à ses malheurs, il fallait en plus qu’il supporte ces crétins.

Le vent et la pluie froide s’infiltrait peu à peu sous sa cape d’extérieur quelque peu ancienne et mitée. Un nouvel élan de rage envers son paternel le fit grincer des dents.

Au moment où il s’apprêtait à rentrer, une lettre apparut dans ses mains, sans qu’aucun hibou ne l’ait approché depuis six heures. Il ne reconnaissait pas l’écriture même si elle lui était familière, dans le doute il essaya de détecter des mauvais sorts, mais n’en trouva aucun. Il finit par rentrer dans le hall, à l’abri de la pluie et commença à la lire.

Il n’y comprenait rien. C’était une écriture féminine. Soi-disant de lui-même ! Mais il n’était pas une fille. Il ne pouvait pas non plus l’avoir écrite il y a dix-huit ans, même un surdoué n’écrivait pas de lettres avant sa naissance !

A  la lumière de plusieurs relectures calmes, il clarifia la situation. Ce n’était pas une blague. La lettre était authentique. Et l’auteur assez bécasse pour ne pas mettre son nom… Ce qui n’allait pas lui faciliter la tâche de comprendre pourquoi c’est lui qui l’avait reçue. Le seul indice qu’il connaissait était ce nom : Anthony Evans.

Evans, comme Lily. Peut-être était-ce un de ces ancêtres. Il songeait à Lily quand la lettre était apparu. Etait-ce pour cette raison ?

***$$$***

Il se dirigea vers la bibliothèque, sans plus penser à Potter et Black qui, heureusement pour lui, jouaient aux cartes explosives dans la salle commune de Gryffondor.

Là, Severus trouva rapidement la liste des anciens élèves. Il regarda avec tristesse la photo de classe de sa mère, quand un nom dans la liste associée retint particulièrement son attention : Anthony Evans.

Il portait la robe des gardiens de Serdaigle de l’époque et semblait dans l’ensemble plutôt beau garçon, même si Severus n’était pas la meilleure personne pour en juger. Roux, visiblement des yeux bien vifs et pétillants comme ceux de Lily, il était plutôt grand et large d’épaule. Par rapport à la mère de Severus, qui est juste à côté de lui, il faisait la taille d’un géant.

Minute… A côté de lui ? En effet, les deux adolescents avaient la tête tournée l’un vers l’autre comme s’ils partageaient un secret. Ils lui adressaient de grands sourires puis se regardaient et pouffaient ensemble.

Un horrible doute s’installa dans l’esprit du jeune garçon. L’écriture familière mais différente, un  sort qui envoie une lettre du passé mais qui lui arrive à lui. Evans. Sa mère qui lui dit d’être gentil avec Lily. Sa mère qui le met en garde de ne pas se faire de mal à aimer de cette manière Lily.

Non, il repousse la pensée qui était venu l’importuner. Ce n’est juste pas possible.

D’autres reviennent, plus insidieuses que les premières. Sa mère qui aide les Evans à s’installer dans le voisinage, et qui leur rends visite… Lily le lui a dit plusieurs fois. Le manque de surprise de la part sa mère quand il lui a appris qu’il avait une copine sorcière. La douleur dans les yeux de sa mère à regarder Lily.

Il secoue la tête et repart dans des recherches. Il veut trouver ce sortilège miracle dont elle parle. Il saura ainsi ce qui s’est réellement passé. Il savait qu’il n’aurait de répit que quand il connaîtrait la vérité.

***$$$***

Deux jours plus tard, Severus fit le bilan de ses recherches. Oui, sa mère était fiancée à Amyctus Rosier. Mais les fiançailles avaient été brusquement rompues quand sa mère avait été répudiée de sa famille et de son héritage. Cette même semaine, Anthony Evans, septième année, gardien à Serdaigle, et fils d’une famille parfaitement moldue mourrait à Pré-au-lard de raison inconnu, lors d’un week-end prolongé du mois de mai.

Il ne pouvait plus se le cacher. Sa mère avait aimé Anthony Evans. Il se demanda si Lily le connaissait. Puis l’autre sujet ne lui plaisait pas plus que cela… La seule manière de casser des fiançailles étaient que la femme soit l’âme-sœur d’une autre.

Mais on nait âme-sœur. On ne le devient pas… On doit faire une potion  de révélation d’âme, qui indiquera le nom de la personne qui est l’autre moitié de son âme. S’il reste blanc, c’est que soit l’union a déjà été consommé, et donc la potion de révélation ne sert à rien, soit qu’il n’y a simplement pas d’âme-sœur pour la personne en question.

Severus savait qu’il tenait le fait d’être têtu et obstiné de sa mère. Il ne doutait pas qu’un an après qu’elle ait dit avoir trouvé une solution, elle l’ait en effet trouvé. Après tout, cela ne lui avait pris que deux jours de recherches acharnées…

Il entendait presque sa mère lui dire comment on pouvait tout faire avec des potions, y compris des amours et des mensonges. On pouvait tuer et ressusciter… Haïr et détruire.

C’était uniquement d’elle qu’il tenait cet amour des chaudrons et de leur contenu.

Au moins, songeait-il en descendant les escaliers pour se restaurer, il savait pourquoi il avait toujours vécu dans la misère. Parce que sa mère avait été déshéritée. Il avait certainement fallu que sa faute soit importante… Elle avait réussi son objectif, mais cela lui avait couté beaucoup… énormément même.

Il ne fit pas attention aux sorts qui fusaient vers lui, alors qu’il arrivait au niveau de la tour de Gryffondor.

« Alors, sale serpent, encore à préparer des sales coups dans notre dos ? »

La voix appartenait immanquablement à Black. Cela lui rappelait d’ailleurs quelque chose…

Oui, sa mère lui avait toujours dit de se méfier des Black. Surtout s’ils semblaient amicaux, c’était simplement pour mieux frapper. Elena BLACK, il était écrit dans la lettre. Il comprit que c’était cela qui lui donnait cette impression de déjà vue.

Elena, l’ancienne meilleure amie de sa mère. Elena qui l’a trahie, certainement quand Eileen lui a dit ce qu’ils comptaient faire. Ce qu’ils feraient… Ce qu’ils avaient fait, ou faillis faire, il y a une quinzaine d’années. Mais cela ne résolvait toujours pas le cœur du mystère.

Il avait le temps de songer, pétrifié dans le couloir, alors qu’il n’y avait quasiment personne d’autre que les Maraudeurs à aller dans cette partie du château.

***$$$***

Quelques jours plus tard, il put exceptionnellement rentrer chez lui, afin d’assister à l’enterrement de sa mère.

Il attrapa ses affaires, uniquement pour la cérémonie. Il ne voulait pas rester plus longtemps que ça en présence d’un meurtrier. Car même s’il n’avait aucune preuve, il savait que c’était son père qui avait assassinée sa mère. Sûrement même sans s’en rendre compte.

Il ne passa pas de temps à se poser trop de questions. De toute façon, même si Slughorn ne partirait pas pour l’Impasse du Tisseur sans lui, il préférait se tenir à l’heure, comme il avait été prévu par son maître de maison. Il n’aimait pas arriver en retard, c’était l’apanage de ceux qui s’en foutaient. Lui était respectueux des gens et des convenances. Il avait de l’honneur et de la force morale.

Il toqua à la porte du bureau et le professeur Slughorn sortit, tout à fait prêt lui aussi. Severus ne garda pas de souvenirs de son voyage. Il avait juste besoin de se retrouver le plus tard possible là-bas. C’est pourquoi, alors que la nuit était tombée depuis une demi-heure, il fut surpris, quand il passa dans le petit parc attenant à sa maison, d’entendre chuchoter son nom.

Lily.

Elle était là. Il n’y avait  pas que son père qu’il verrait pour ce funeste évènement. Sa présence amena un maigre sourire sur les lèvres de Severus.

« Je serais là demain, Sev. Mais je peux demander à mes parents… On peut sûrement t’héberger… Tu n’as pas besoin d’aller… là-bas.

— Non, je dois aller à la maison. Avec de la chance, mon père sera un peu plus sobre que d’habitude… »

Sa voix tremblait d’émotion, mais il ne dit rien, ni un merci, ni un bonsoir… Lily avait appris à le décoder, et savait qu’il avait apprécié qu’elle soit là… et qu’il était malade d’appréhension de ce qui se passerait le lendemain. Elle glissa sa main dans celle de son ami et la lui serra fort.

« Cela va bien se passer. Nous serons là, nous aussi. »

Severus hocha la tête et Lily le sentit se décontracter un petit peu. Elle lui déposa un baiser sur le coin des lèvres et courut rejoindre sa maison où les lumières brillaient dans le noir.

Severus resta immobile, sa main là où elle l’avait serrée, arrêtée dans les airs. Il se demandait si cela s’était réellement passé. Lily l’avait-elle embrassé ? Le froid le convaincu de rentrer au sec… même s’il se sentait plus en sécurité dans leur parc.

Il se retira dans sa chambre sans faire un bruit. Il n’entendait pas son père mais ne voulait pas prendre de risque…

***$$$***

Le lendemain, l’enterrement se passa très bien, en petit comité. Tobias n’avait pas vraiment d’amis, Severus encore moins. Quelques voisins étaient venus, mais ils plaignaient plus l’enfant qui devait continuer à vivre avec seulement son père que le contraire. Et puis, rapidement, la foule se dispersa. Il ne resta auprès de Severus que Lily, et leurs pères respectifs. Tobias étrangement sobre commença à insulter Mark, le père de Lily, quand elle intervint pour les séparer. Severus fut formellement invité à venir chez eux avant de repartir pour Poudlard. Tobias l’encouragea à partir tout de suite chez les Evans.

Lors du repas, avec la grande sœur de Lily, Pétunia, et la mère des deux filles, il demanda du plus innocemment qu’il pouvait s’ils connaissaient un Anthony Evans.

Cela jeta un froid dans la cuisine qui ne disparut pas de la soirée. Severus se sentait un peu gêné d’avoir gâché un peu de temps qu’il pourrait passer loin de son père, mais en même temps, on pouvait difficilement trouver plus têtu que lui. Il avait décidé de savoir ce que cette lettre signifiait… Il le saurait !

Le reste du repas se passa dans un silence que seule Pétunia ne semblait pas trouver gênant. Elle parlait de son petit-ami du moment, un certain Vernon, qui voulait faire carrière comme chef d’entreprise. Severus observait tout autour de lui, en se demandant si c’était réellement mieux que sa famille à lui. Ici, la première règle semblait l’hypocrisie. Chez lui, tout était avoué, chacun savait très bien ce que les autres pensaient de lui.

Au moment où il s’apprêtait à rentrer, Mark le raccompagna.

« Ta question au repas, je suppose que c’est parce que Eileen t’avait parlé de lui ? »

Il jetait fréquemment des regards autour de lui, comme pour éviter que sa famille ne sorte… pour éviter qu’elle n’entende. Il continua sans attendre la réponse évidente.

« Anthony est mort. Il y a longtemps. On ne sait pas exactement pourquoi… »

Severus sourit alors à l’homme.

« Vous le connaissez, alors ?

— Oui, c’était mon frère. »

Severus ouvrit la bouche, puis la referma… Puis murmura doucement :

« Je pensais bien que vous étiez apparenté, mais… je veux dire, je n’ai jamais… pensé… que c’était si proche.

— Oui, mon grand-frère… il avait dix-huit ans quand il est mort. D’après ce qu’il nous avait expliqué, il était amoureux d’une jeune fille sang-pur… Il était prêt à tout pour elle. Alors quand elle a fugué de chez ses parents… Nous l’avons accueillie, chez nous. Je les ai vus ensemble. C’est comme s’ils étaient deux moitiés d’un même ensemble. Ils étaient amoureux comme il est difficile d’imaginer qu’on puisse l’être. »

Severus avala sa salive. Il savait qu’il parlait de sa mère. Cela ne pouvait être que ça… Et il avait un peu des larmes dans les yeux, des saletés de poussières qui ne voulaient pas s’en aller.

« Je dois avoir une photo de cet été, quelque part. Et puis, quelques jours après la mort de mon frère, j’ai reçu une lettre. De la jeune fille… Elle m’expliquait quelque chose…. Mais, cette lettre, je crois que c’est mieux que tu la lise, Severus… Et si un jour tu décides de prendre un autre nom, sois le bienvenu, Lily t’acceptera aussi comme son cousin… Ma femme et Pétunia devraient s’y faire… Tu n’as pas à continuer à vivre dans cette maison qui ne représente rien pour toi. »

Severus remercia, et se détourna, tournant et retournant les mots… Que voulait-il dire ?

***$$$***

Une fois retourné à Poudlard, il s’était à nouveau plongé dans les études, laissant de côté la résolution des énigmes. Un jour où il avait finalement réussi à oublier cette discussion, une lettre lui tomba dans les mains.

Les examens étaient là… Il n’avait pas le temps de la lire, et continua à réviser son examen de défense…

Quatre heures plus tard, il sortait de la salle d’examens. La lettre s’imposa dans ses mains, tandis qu’il rangeait ses affaires. Il sortit pour la lire tranquillement. Il avait passé Défense et Potion, les autres épreuves n’importaient plus vraiment…

La lettre lui semblait aussi bizarre que la précédente.

« Monsieur Severus ……,

Il a été porté à notre attention que la mort de votre mère a enlevé un sort de dissimulation sur vos origines. Vous trouverez joint votre actuel et votre véridique certificat de naissance.

Merci de ratifier celui que vous souhaitez conserver. (Comme vous avez au-delà de 14 ans, il vous revient le droit de décider par vous-même.)

Département de l’Enfance Magique,

Ministère de la Magie. »

Les deux certificats de naissance le déclaraient soit fils d’Eileen Prince et d’un moldu, Tobias Rogue, né avec deux mois d’avance, soit l’enfant d’une union magique, d’Eileen Prince et de son âme-sœur, Anthony Evans.

Il était en fait le fils d’Anthony Evans.

C’est ce moment que choisirent Potter et Black pour sortir de leur examen de défense. Trop choqué pour faire attention à son environnement, il ne fit pas attention au sort qui le frappa. Il était simplement perdu dans la pensée qu’il était le cousin de Lily.

Et qu’il l’aimait.

Comme on n’a pas le droit d’aimer un cousin, à moins de vouloir faire dans la consanguinité, comme la majorité des Sang-Pur.

Il était le cousin de Lily.

Cousin, presqu’un frère.

Il ne prenait pas garde aux Maraudeurs qui le ridiculisaient, voyait simplement que Lily venait le défendre.

Il n’avait pas le droit de l’aimer.

Savait-elle qu’il était son cousin ?

Il comprenait enfin ce que voulait dire sa mère. Il comprit aussi, et malgré tout qu’il aimait toujours autant sa mère. Qu’il ne cesserait jamais de l’aimer. Comme il ne pourrait pas cesser d’aimer Lily.

Alors, ce n’est pas par lâcheté qu’il l’insulta, ni par haine. C’est par amour.

« Sang-de-bourbe ! »

Lui, il savait qu’elle n’en était pas… Son oncle avait été un sorcier. Mais il ne pouvait pas rester son ami. Pas en se souvenant qu’il était son cousin. Et qu’il l’aimait…

Tellement qu’il renonçait à toute vie facile chez son oncle, qu’il resterait le jeune prodige de potions qui a insulté celle qui fut sa meilleure amie, celle qui sera la porte de son âme. En ratifiant ce soir-là, le nom de Severus Rogue, fils de Tobias Rogue, il avait l’impression de mourir.

Mourir par amour. Mourir pour l’amour de sa mère.

 

Note de fin de chapitre :

J'espère que vous avez appprécié la lecture, n'hésitez pas à laisser un petit mot !

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.