S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Concours poésie - Musique, Choixpeau !


Vous aviez peur de vous ennuyer cet été ? Tiiki vous propose un nouveau concours de poésie en vers : choisissez une année de rentrée et écrivez la chanson du Choixpeau magique !

Pour en savoir plus, c'est par ici.

Vous avez jusqu'au 1er septembre 2022 pour publier votre texte et l'ajouter à la série dédiée… juste à temps pour la Répartition !


De le 06/07/2022 16:56


Sélections du mois


Félicitations à Sifoell et Chrisjedusor, qui remportent la Sélection Fondateurs !

Ne partez pas trop vite en vacances ! En juillet, les Animaux Fantastiques (les films !) sont à l'honneur. Vous avez jusqu'au 31 juillet pour lire les 5 textes proposés par les membres et voter par ici.

Après cela, l'équipe prendra un mois de repos bien mérité. Mais elle revient en septembre sur le thème Femslash ! Vous avez deux mois (oui, deux mois !) pour proposer vos deux fanfictions favorites (ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.

On nous souffle dans l'oreillette que si vous voulez vous occuper en août, la Sélection Fictions longues continue. Il vous reste 6 mois pour découvrir 12 magnifiques univers ! Pour en savoir plus, rendez-vous ICI.




De Equipe des Podiums le 04/07/2022 17:49


Concours hommage à Barbara - Ma plus belle histoire


De plus loin, que nous revienne
L’ombre de nos amours anciennes,
Du plus loin, de la première écoute…


Durant l'été 2022 (juin à août), nous, Juliette54 et Amnesie, vous proposons de déclarer votre amour à Barbara.
En un concours en trois manches, nous vous proposons de (re)découvrir ses chansons et son univers. Le premier chapitre (de 500 à 5000 mots) doit être écrit et mis en ligne d'ici le dimanche 10 juillet à 23h et doit s'inspirer d'une chanson de Barbara de ton choix et du thème Ma plus belle histoire...

Pour t'inscrire, nous donner le lien vers ton chapitre et pour plus d'info, nous t'invitons à consulter ce post sur le forum HPF !

Notre plus belle histoire d'amour, c'est toi, Barbara...


De le 03/07/2022 11:03


125éme édition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 125e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 22 juillet à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Délaissez le temps d'une soirée la plage et les cocotiers,
votre clavier vous appelle, vous avez plein d'histoires à raconter !

Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt !
De Équipe des Nuits le 28/06/2022 07:52


Concours officiel HPFanfic


Les 25 ans de Harry Potter

 

L'équipe de modération HPFanfic vous propose un concours d'écriture afin de célébrer dignement les 25 ans de Harry Potter.

Vous avez jusqu'au 25 août 2022 pour publier votre texte ! Les votes seront lancés dans la foulée.

Laissez-vous tenter par l'aventure en suivant ce lien ! Vous y trouverez les différentes modalités de ce concours.

A bientôt !


De L'équipe de modération d'HPFanfic le 25/06/2022 17:25


Assemblée Générale Ordinaire 2022


Bonjour à toustes,

L'assemblée générale annuelle de l'association Héros de Papier Froissé est présentement ouverte sur le forum et ce jusqu'à vendredi prochain, le 24 juin 2022, à 22h.

Venez lire et discuter, et voter pour les candidats au conseil d'administration.

Bonne AG !
De Le CA le 17/06/2022 23:08


Le chat de Van par alwyn13

[829 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Chapitre 1 : Tombée du ciel

Le bruit des vagues. L'odeur des embruns. Le vent frais sur son visage faisant rosir ses joues et emmêlant ses longs cheveux blonds. Tout cela, elle en avait l'habitude. Elle venait ici chaque été depuis sa naissance. Debout au bord de la falaise qui surplombait la mer, elle observait le soleil se coucher à l'horizon. C'était un 1er Septembre. Mais il n'était plus temps pour elle d'entrer à Poudlard. En tout cas... pas ici. Pas maintenant. "C'est le moment..." pensa-t-elle en baissant les yeux sur ce qu'elle tenait dans sa main. Une photographie. Une photo précieuse sur laquelle une vingtaine de personnes souriaient ou agitaient la main. Elle les connaissait tous. Ou plutôt... elle avait appris à les connaître. Même si elle n'avait jamais eu l'occasion de parler à certains. La plupart en fait. Mais tous la fascinaient. Et certains plus que d'autres. Du bout des doigts, elle caressa leurs visages radieux.

- C'est bizarre... mais vous me manquez. On ne s'est pourtant jamais rencontrés. Mais j'ai tellement envie de vous voir. De te voir...

Elle sourit faiblement avant de se saisir d'un petite chaîne en or qu'elle portait autour du cou. Ses doigts se crispèrent et elle pria : "Pourvu que ça marche". Puis elle rangea la photo dans sa poche et releva la tête. Le soleil venait de se coucher. Il était temps de partir. La main toujours serrée sur sa chaîne dorée, elle prit une grande inspiration. "Je dois bien me concentrer sur la destination".

- Qui est là ?

Elle sursauta. Tournant la tête, elle croisa les yeux bleus nuit de sa mère qui l'observait les sourcils froncés, une main retenant ses longs cheveux d'un blond vénitien emportés par le vent. Son visage était figé dans une expression de totale surprise et d'incompréhension.

- Aurore ? demanda-t-elle incertaine. C'est toi ?

La jeune fille soupira doucement. Ce n'était pas prévu.

- Oui maman, répondit-elle simplement.

- Je croyais que tu étais dans ta chambre. Qu'est-ce que tu fais là ? Et... pourquoi tu as pris mon...?

- J'ai décidé d'y aller, la coupa-t-elle.

- Aller où ? demanda sa mère prudemment.

- Tu le sais bien. Là où tu ne veux pas que papa aille.

La mère d'Aurore sembla enfin remarquer la chaîne dorée. Ses yeux s'écarquillèrent et elle murmura :

- Où as-tu trouvé ça ?

- Tu devrais le savoir. C'est toi qui l'a caché.

- Oui... pour que personne ne l'utilise.

- Pour que papa ne l'utilise pas, la corrigea-t-elle.

- Et toi non plus ! Je t'en prie... enlève-le.

Sans écouter ce que sa mère lui avait demandé, Aurore tira la chaîne pour la sortir de son col. Au bout pendait un petit sablier renfermant un sable noir.

- Ne t'en fais pas. Je reviendrai, c'est promis. Je n'en ai pas pour longtemps.

- Non... attends...

- A tout de suite maman.

La jeune fille retourna le sablier alors que sa mère s'élançait vers elle. Et tandis qu'Aurore disparaissait dans l'obscurité, elle put distinctement l'entendre hurler :

- AURORE !

oOo


1er Septembre 1976. Six adolescents étaient assis dans l'une des calèches qui devait les conduire à Poudlard. D'un côté, Lily Evans, assise entre sa meilleure amie, Marlene McKinnon, et son homologue masculin, Remus Lupin. Lui encore, elle pouvait accepter sa présence. Remus était quelqu'un de responsable et de sérieux. Il n'avait pas été nommé préfet pour rien. Mais ceux qui étaient assis en face d'elle... Lily avait vraiment beaucoup plus de mal à les supporter. Peter Pettigrow, Sirius Black et... James Potter. Sûrement le pire de tous. "Pourquoi est-il assis juste en face de moi ?" se demanda-t-elle en croisant un peu plus les bras. Depuis qu'ils avaient quitté le quai, elle faisait de son mieux pour ignorer ses regards insistants. Elle se concentrait donc sur le paysage qui défilait. "Paysage..." De grands arbres sombres qui se ressemblaient tous. Aucun intérêt. Et pourtant, elle préférait s'y intéresser plutôt que croiser le regard de Potter ou même d'un de ses amis. Et c'était aussi visiblement le cas de Marlene qui observait nerveusement l'avant de la calèche. Elle jetait des coups d’œil furtifs au vide sans pouvoir y garder les yeux fixés plus d'une seconde avant de reporter son regard devant elle. Mais elle avait la tête de Peter juste en face et elle ne pouvait pas non plus se résoudre à le fixer. Marlene alternait donc entre lui et ce qui était invisible aux yeux de Lily. Mais la jeune préfète savait très bien ce qui se cachait derrière ce "vide", et la raison qui faisait que parmi les six personnes présentes, Marlene était la seule à "voir l'invisible". Elle avait pleuré dans ses bras pendant tout le voyage, jusqu'à ce que Lily soit appelée par Remus pour rejoindre le wagon des Préfets. "Ses yeux sont encore rouges..." pensa Lily en soupirant. Elle avait eu tellement de mal à consoler son amie. Et elle n'était pas certaine d'avoir réussi.

- Un problème, Evans ? demanda Sirius en levant un sourcil face à son soupir.

Elle tourna un regard furieux vers lui. Évidemment qu'il y avait un problème. Ces insensibles ne pouvaient donc pas voir l'état dans lequel se trouvait Marlene ? Elle allait répliquer quand James intervint :

- Elle s'appelle Lily.

Tous tournèrent les yeux vers lui, les sourcils levés. Mais celle qui était le plus étonnée était sans conteste la Préfète. Elle avait l'habitude d'être appelée Evans, et par James le premier. Ce revirement soudain l'avait laissée sans voix.

- Oh, dit Sirius amusé. Pardon. Un problème... Lily ?

- C'est vous le problème, répliqua-t-elle sèchement en ayant reprit ses esprits et n'appréciant pas l'accentuation qu'il avait mis sur son prénom, signe qu'il se payait sa tête.

- On nous le dit souvent, concéda Sirius. Pourtant, à part rester assis en silence, je ne vois pas quel grand problème nous avons pu te causer ce soir.

- Justement, c'était très bien. Mais il a fallu que tu l'ouvres.

- J'ai posé une simple question.

- Abstiens-toi à l'avenir.

- Hou... bon courage, James. C'est une teigne.

- Non, elle a juste du caractère, répondit James en souriant.

- Fermez-la, gronda Lily frustrée. Bon sang, Marlene, rappelle-moi pourquoi on est ici ?

- Parce que tu es préfète, répliqua son amie de but en blanc. C'est de ta faute.

-... merci Marlene.

- Désolée, Lily, soupira-t-elle en tournant enfin ses yeux noirs vers son amie. Mais j'ai attendu toute seule que ta réunion se finisse. Pourquoi ça a duré aussi longtemps ? Qu'est-ce que vous aviez à savoir de plus que l'année dernière ? Résultat, toutes les autres calèches étaient déjà parties.

Lily savait que Marlene lui en voulait pour l'avoir laissée seule dans un moment si difficile. Même si elle comprenait que cela faisait partie de ses obligations, Marlene avait du mal à faire la part des choses. Et c'était normal.

- Je voulais dire : pourquoi on est ici avec eux ? précisa Lily.

- Parce que, par le plus grand des hasards, les Préfets de Poufsouffle et Serdaigle ont sauté dans l'autre calèche en apercevant ces énergumènes. Si j'avais su qu'il n'en restait plus qu'une, j'en aurais fait autant.

- Tu m'aurais laissée seule avec eux ?

-...non. La preuve je suis là. Si j'avais vraiment voulu te laisser, je serais rentrée à pieds.

- Tu préfères marcher que voyager avec nous ? s'étonna Sirius.

- Sans le moindre doute.

- Même pas avec moi ?

- Absolument, répliqua Marlene en détournant vivement la tête et faisant secouer ses boucles brunes.

- Ce n'était pas du tout convainquant.

- Laisse-la tranquille ! intervint vivement Lily.

- Pourquoi vous êtes d'aussi mauvaise humeur toutes les deux ? rétorqua Sirius.

- Occupe-toi de ce qui te regarde !

- Eh bien ! James, occupe-toi de la caractérielle avant qu'elle nous morde. Et je ne parle même pas de l'autre qui tire une tête d'enterrement. Ça casse vraiment l'ambian...

Il n'avait pas pu finir, car Lily venait de se lever d'un bond, pointant sa baguette entre les deux yeux de Sirius. Ils écarquillèrent tous les yeux après l'avoir vue réagir si vite. Elle tremblait de rage. Lily avait très bien senti son amie se crisper à côté d'elle lorsque Sirius avait prononcé le mot "enterrement". Et de toute façon, l'état dans lequel devait se trouver Marlene à présent était évident. Ces idiots allaient de nouveau déclencher ses larmes.

- Je ne le répèterai pas... ferme-la, Black.

- T'es complètement folle, s’alarma-t-il en reculant sa tête.

- Sirius, intervint Remus pour la première fois. Fais ce qu'elle te dit et laisse-les tranquilles.

- Mais...

- Sirius, insista-t-il.

- D'accord, mais qu'elle pointe sa maudite baguette ailleurs que sur mon visage.

- Oui, dit dangereusement Lily. Il ne faudrait pas abîmer ta face d'apollon. Que diraient les filles du château ? Moi, je pense qu'elles devraient me remercier. Il y aurait un imbécile de moins pour se payer leur tête.

- Hé, je ne suis pas un baratineur. Je ne cours pas les filles ! C'est plutôt moi qui suis pourchassé...

- Mon pauvre, je vais finir par te plaindre. En tout cas, oublie un peu Marlene.

- C'est juste pour ça que tu menaces de me faire exploser la tête ?

- Je n'ai jamais parlé d'explosion, mais ça peut s'arranger.

- Lily, intervint soudainement Marlene en tirant sur la manche de son amie. C'est bon. Arrête.

Sa voix était brisée, et elle avait parlé dans un souffle si faible que les autres entendirent à peine ses mots. Mais Lily avait saisi le message. "Qu'est-ce que je fabrique ? J'aggrave les choses".

- Pardon, Marlene.

Puis, elle abaissa sa baguette et se rassit sans un mot de plus.

- Désolé pour ça, lui murmura Remus.

- Tu n'y es pour rien, soupira-t-elle.

Elle jeta un œil à son amie qui avait maintenant la tête résolument tournée vers l'avant de la calèche. Marlene ne voulait plus croiser le regard de qui que ce soit. Même pas le sien. Ses yeux devaient à nouveau s'être rempli de larmes menaçant de couler à tout instant. Lily n'avait plus la force ou l'envie de se concentrer sur le paysage. Et relevant la tête, elle eut le malheur de croiser le regard de James. Il l'observait encore plus intensément que tout à l'heure. Et il semblait porter un masque d'inquiétude. "Ce n'est pas pour moi qu'il faut s'inquiéter, espèce d'idiot".

Sous le regard réprobateur de Remus, Sirius tint parole et n'ouvrit plus la bouche. Lorsque le préfet était venu chercher Lily pour la réunion, il avait bien vu dans quel état se trouvait Marlene. Et il pouvait deviner la cause de ses larmes. Mais pour Sirius, l'attitude des deux jeunes filles restait inexplicable. Qu'avait-il bien pu dire pour les mettre dans cet état ? "J'ai bien cru qu'Evans allait vraiment me faire sauter la cervelle... Les filles peuvent être vraiment dangereuses".

Soudain, le silence fut brisé par un cri dans l'obscurité. Ils entendirent un bruit étrange, comme des branches qui se briseraient successivement.

- Là-haut ! s'écria Lily en pointant la cime des grands arbres au-dessus d'eux.

Une forme sombre était en train de tomber et les cris leur indiquèrent qu'il s'agissait d'une fille.

- Mais qu'est-ce que vous attendez ?! s'exclama Lily à l'attention des garçons. Rattrapez-la !

Sirius et Remus se levèrent précipitamment et tendirent les bras pour réceptionner la jeune fille qui s'écrasa sur eux à l'arrière de la calèche. Sur eux... elle était plus tombée sur Sirius qu'autre chose. Remus avait juste eu le temps de protéger la tête de la jeune fille avant qu'elle n'aille taper le rebord de la calèche. Quand à Sirius, il était de nouveau assis sur le banc... ou plutôt avachi, tenant dans ses bras la mystérieuse jeune fille qui était bien consciente mais qui semblait complètement perdue.

Lors du choc, la calèche s'était arrêtée brusquement, et ils avaient tous été secoués. Peter avait poussé un cri suraigu en manquant de tomber par dessus bord et Marlene s'était retenue à la croupe du Sombral immobilisé. Elle avait ensuite rapidement retiré sa main avant de retomber sur le banc, se poussant le plus loin possible de l'animal. Le voir c'était une chose, mais le toucher... Ça ne le rendait que plus réel. Quant à Lily, elle était tombée en avant, atterrissant dans les bras de James qui l'avait rattrapée comme s'il avait répété cette scène des milliers de fois. "Je suis maudite" pensa Lily. "Je suis aux anges" pensa James.

- Lâche-moi immédiatement, Potter, dit-elle les dents serrées et la main déjà crispée sur sa baguette. Ou tu vas le sentir passer.

- Je voulais juste m'assurer que tu ne te fasses pas mal, dit-il en relâchant son étreinte.

- La prochaine fois, laisse-moi me vautrer par terre sans t'en mêler, dit-elle rageusement en se reculant.

- Et si tu meurs ?

- Je préfère...

Elle se retint de finir sa phrase. Marlene observait toujours le Sombral et ne semblait pas faire attention à ce qu'ils disaient mais... prononcer le mot "mourir" dans ces circonstances n'était pas ce qu'il y avait de plus correct.

- Laisse tomber, dit-elle donc simplement. Tu m'as comprise.

- Wow ! Je ne pensais pas que mes chances avec toi étaient à ce point négligeables.

- Quelles chances ? Elles sont inexistantes !

- On verra ça plus tard, dit-il en reportant son attention sur Sirius.

Celui-ci gémissait faiblement, la tête renversée en arrière.

- Ça va, Sirius ? s'inquiéta James en ne le voyant pas bouger.

- Elles veulent toutes ma peau... grogna-t-il.

- On dirait bien, rit son ami.

- Et toi, tu vas bien ? demanda Lily à l'inconnue en voyant toutes ses égratignures dues à sa chute dans les arbres.

Mais la jeune fille ne répondit pas. Sirius baissa les yeux sur elle pour voir où était le problème. "Je l'ai pourtant bien rattrapée". Il avait un bras derrière son dos et l'autre sous ses genoux. Elle s'était agrippée à sa chemise lorsqu'il l'avait réceptionnée, sûrement par réflexe. Le jeune homme pouvait sentir sous ses doigts la douceur de ses longs cheveux blonds vénitiens dans lesquels quelques feuilles s'étaient glissées. Mais il ne pouvait pas voir la couleur de ses yeux. Pourquoi ? Tout simplement parce qu'elle avait la tête tournée vers Remus et qu'elle semblait l'observer avec fascination. Ce détail énerva passablement Sirius. "Je la rattrape et elle ne me calcule même pas. Je ne mérite pas deux secondes de son attention pour un merci ?"

En fait, Aurore s'était cognée la tête contre l'une des branches et elle luttait pour rester consciente. "Je ne dois absolument pas m'endormir !" pensa-t-elle en serrant la chemise de Sirius entre ses doigts. Sa vue était trouble et elle essayait de se concentrer sur deux orbes ambrées dansant sous ses yeux. Ce ne fut que lorsqu'elle sentit la douleur cinglante de ses ongles s'enfonçant dans ses paumes qu'elle comprit qu'il s'agissait de prunelles. Celles d'un jeune garçon penché sur elle. Et elle écarquilla les yeux lorsqu'elle le reconnut. "C'est lui..."

- Hé, l'apostropha Sirius en la secouant légèrement. Ça va ?

Toujours aucune réponse. Elle s'obstinait à fixer Remus, ignorant royalement le jeune Black qui serra les dents d'exaspération.

- Tout va bien ? demanda Remus à son tour.

Et à lui, elle consentit à répondre :

- Très bien...

- On ne dirait pas, dit James perplexe en retirant une feuille de ses cheveux. Ça t'arrive souvent de tomber des arbres ? Heureusement que Sirius t'as rattrapée.

- Sirius...?

Elle tourna enfin la tête vers le jeune Black et il put apercevoir l'éclat de ses yeux bleus.

- Oui, Sirius, confirma-t-il énervé. Le mec sur lequel tu viens de t'écraser.

Elle continua de l'observer sans rien dire. Puis elle jeta un œil au reste des personnes présentes. Un étrange sourire se dessina sur ses lèvres et elle murmura :

- J'ai réussi.

- Pardon ? s'étonna Sirius. Réussi quoi ? Si tu parles de ton atterrissage, je suis septique. Et je suis bien placé pour te le dire.

- Désolée, dit-elle en se redressant vivement pour se relever.

- Argh... ! se plaignit-il face à son mouvement brusque qui avait ravivé la douleur de son ventre. Doucement...

- Pardon, dit-elle une fois debout. Ça va ?

- Ça pourrait aller mieux, dit-il en se tenant les côtes. Mais d'où est-ce que tu sors ? Pourquoi tu es tombée de cet arbre ?

- Heu... transplanage raté.

- Raté ? Tu veux dire, complètement foiré.

- Tu peux transplaner ? s'étonna Marlene.

- Oui... pas vous ?

- On n'a pas encore 17 ans, expliqua Remus.

- Ah bon ? dit-elle perplexe. Alors vous êtes en 6e année ?

- Oui.

"Et mince... je suis arrivée un an trop tôt. Le cri de maman a dû me perturber. Génial Aurore... il va falloir trouver une histoire cohérente. Bon sang, pourquoi il a fallu que je tombe comme ça dans le vide ? Je n'avais pas besoin d'une entrée spectaculaire ! Mais bon, le principal c'est qu'ils soient là. Et à en juger par la calèche, nous sommes toujours le 1er Septembre. Ça, c'est une chance".

- Et toi ? Tu es aussi de Poudlard ? demanda Peter. Pourquoi tu ne portes pas d'uniforme ? Je ne t'ai jamais vue. Enfin... je m'en souviendrais.

Aurore le fixa un long moment en silence. "Lui". Voilà la seule pensée qui lui avait traversé l'esprit en apercevant Peter Pettigrow. Enfin... celle qui émergeait. Bien sûr, toutes sortes d'idées de tortures applicables aux rongeurs lui étaient aussi passées par la tête en une fraction de seconde. Surtout lorsqu'elle avait vu ses joues rougir en prononçant sa dernière phrase. "Dégoûtant..." Mais elle devait rester calme. Peter n'avait encore rien fait. Elle ne devait pas changer le futur. Elle n'était pas venue ici pour ça. "Non... Je voulais juste les voir. Leur parler. Les connaître. Ensuite, je repartirai". Elle toucha rapidement son cou et s'assura que la chaine dorée était cachée dans son col. Puis elle répondit :

- Moi aussi j'entre en 6e année. On m'a transférée de Beauxbâtons.

- Transférée ? s'étonna Lily. Pourquoi ?

- Je suis anglaise à l'origine. Ma famille a migré en France. Mais on est revenus en Angleterre cet été. Maintenant, je dois continuer mes études ici.

- Mais tu as déjà 17 ans puisque tu sais transplaner, remarqua Remus. Pourquoi tu n'es qu'en 6e année ?

- Vous allez vous moquer de moi si je vous dit que j'ai redoublé ma 5e année ? dit-elle l'air gêné.

- Tu as eu des résultats à ce point horribles à tes BUSE ? demanda James. Même Peter n'a pas redoublé.

- Sympa James, lui fit remarquer Remus.

- Désolé, Peter, mais il faut dire ce qui est.

- Il n'y a pas de mal, répondit celui-ci.

- C'est juste que... intervint Aurore, je n'étais pas dans les meilleures conditions pour les passer.

Ils restèrent un moment silencieux, se demandant ce qu'elle voulait dire par là.

- En tout cas, je t'envie de déjà savoir transplaner, dit Lily par égard pour la jeune fille en sentant qu'il ne fallait pas s'éterniser sur le sujet. Même si ta technique n'est pas tout à fait au point, si je peux me permettre.

- Je crois que c'est le stress du transfert d'école. Je ne connais personne ici.

Aurore soupira intérieurement. Apparemment, son histoire semblait être bien passée. Bien sûr, elle n'avait pas réellement redoublé sa 5e année. Elle avait même totalement terminé sa scolarité. Mais il n'était pas faux qu'elle avait été perturbée lors du passage de ses BUSE.

- Mais pourquoi tu n'as pas pris le train ? demanda Lily.

- Je l'ai raté, répondit-elle gênée.

- C'est pas de chance, dit Remus.

- En effet. Je m'appelle Aurore. Aurore Devan.

- Remus Lupin, dit-il en lui tendant la main.

Elle la prit délicatement pour la lui serrer. Et elle ne put s'empêcher de sourire.

- Oui... murmura-t-elle sans le quitter des yeux. "Je sais".

- Je te présente Lily Evans et Marlene McKinnon, dit-il en fronçant légèrement les sourcils un peu perplexe face à cette jeune fille qu'il connaissait à peine et qui lui souriait chaleureusement comme si le fait qu'ils aient fait connaissance était le summum du bonheur pour elle. Si tu es envoyée à Gryffondor, ce seront sûrement tes camarades de chambre.

- Enchantée, dit Lily en lui tendant la main à son tour. Remus et moi, nous sommes préfets, alors si tu as le moindre problème, tu peux t'adresser à nous.

- Merci.

- Moi, c'est James Potter, intervint-il en passant son bras autour des épaules de Lily. Le futur époux de la demoiselle.

- Bas les pattes, Potter ! s'ulcéra Lily en le poussant. Touche-moi encore une fois et j'appliquerai sur toi le plan que je destinais à Black ! Et c'est quoi cette histoire de futur époux ? Ta nouvelle farce ? En tout cas, jamais de la vie !

- C'est le grand amour, tu vois ? dit James en souriant. Sinon, je te présente Peter Pettigrow. Et le charmant garçon sur lequel tu t'es si joliment écrasée... c'est Sirius Black.

- Salut... marmonna-t-il.

Aurore aurait voulu lui serrer la main, mais Sirius semblait de mauvaise humeur. C'était compréhensible. "Il est un peu remonté contre moi..."

Le jeune homme avait remarqué le malaise d'Aurore et il soupira avant de lui tendre la main. "Je ne peux pas être le seul à ne pas le faire... Dans l'absolu, elle n'a pas choisi de me tomber dessus. Et puis, c'est moi qui me suis levé pour la rattraper. Bon sang, si j'avais su, j'aurais laissé Remus se démerder. Apparemment, elle est tellement contente de faire sa connaissance".

Heureuse qu'il consente à lui serrer la main, Aurore lui tendit la sienne. Mais avant qu'ils n'aient pu se toucher, la calèche se remis en branle.

- Fais attention ! la prévint-il.

Aurore qui était la seule sans place vacilla et serait tombée par dessus bord si Sirius ne s'était pas vivement saisi de son poignet avant de la tirer dans l'autre sens. Mais l'autre sens... c'était vers lui. Et la jeune fille tomba sur lui pour la deuxième fois de la soirée. Il grogna de nouveau, et d'autant plus lorsqu'elle s'appuya sur lui pour se redresser.

- Oh pardon, s'excusa-t-elle de nouveau.

- Je ne savais pas qu'une poignée de main faisait aussi mal...

- Oh, arrête de te plaindre, Black, soupira Lily. Viens t'asseoir devant, Aurore. Avant qu'il ne t'accuse de lui avoir porté un coup mortel.

- On voit bien que tu ne t'es pas pris 70 kilos en plein ventre, Evans.

- C'est Lily... marmonna James.

Mais sa voix fut couverte par celle d'Aurore :

- PARDON ?! s'emporta-t-elle en se retournant et plus du tout encline à se montrer gentille avec lui. J'en fais même pas 60, espèce de mufle ! Moi qui n'arrêtais pas de m'excuser, je m'en serais bien gardée si j'avais su, pauvre chochotte !

- DE QUOI ?! Chochotte ? Je t'ai rattrapée et tu ne m'as même pas dit merci !

- Ben tu peux toujours attendre !

- Mais je n'attends rien de toi, espèce de tarée ! Tu peux te le garder ton merci, j'en veux plus.

- Tant mieux, parce que je vais le donner à Remus pour avoir au moins eu le bon sens de me protéger la tête d'un coup qui m'aurait tuée malgré ta réception. Merci, Remus !

- De rien... dit-il un peu gêné d'être pris dans la dispute.

- Oh mais oui, remercie Remus, lança vertement Sirius. Et remercie Merlin de ma réception du reste de ton corps. Parce que même avec ta tête sauve, sans moi, tu serais paralysée ! Et en parlant de bon sens, je me demande où avait rangé le sien l'examinateur qui t'a donné ton permis de transplanage !

- Dans ton c...

- STOP ! intervint James en levant les mains pour les empêcher de se sauter dessus mais gardant un sourire amusé aux lèvres. Arrêtez ou ça va devenir aussi chaud entre vous qu'entre Lily et moi.

- Boucle-la, Potter, répliqua la préfète en tirant sur la manche d'Aurore pour l'obliger à se détourner de Sirius. Allez viens, Aurore. Ne fais pas attention à cette bande d'idiots. Tu as raison, le seul qui en vaille la peine, c'est Remus.

- Alors là, tu me brises le cœur, Lily, dit James en posant une main sur son torse. Tu n'en pinces pas pour Remus quand même ?

Elle l'ignora et força Aurore à aller s'asseoir à la place qu'aurait dû occuper le cocher s'il y en avait eu un.

- Lily ? appela James qui désirait une réponse.

Mais elle s'était rassise et avait reporté son regard sur le paysage.

- Lily ?

-...

- Lily ! dit-il en agitant sa main devant ses yeux.

-...

- LILY !

- BON SANG ! cria-t-elle en lui donnant une tape sur la main. Non, je n'en pince pas pour Remus et pour personne, d'accord ? Alors tu vas immédiatement arrêter ton petit jeu, parce que je préférais encore quand on s'insultait et que tu m'appelais Evans ! Par Merlin, mais qu'est-ce qui a pu changer en si peu de temps, Potter ? Tu as décidé de me pourrir deux fois plus la vie ? J'ai jamais autant détesté entendre mon prénom sortir de la bouche de quelqu'un !

- Oh, par contre lui... il pouvait t'appeler Lily autant de fois qu'il le voulait ? demanda James vexé. Ça te faisait plaisir ? Même après qu'il ait osé te traiter de...

- James ! l'interrompit Remus alors que la jeune fille à ses côtés s'était crispée. Je te conseille d'en rester là.

James ne répliqua pas. Voir l'expression de tristesse sur le visage de Lily était suffisant pour qu'il se taise à présent. La jalousie était sur le point de lui faire prononcer le mot interdit. Interdit à prononcer devant Lily.

Le silence s'était réinstallé. Remus soupira imperceptiblement en voyant que la tension avait haussé d'un cran comparé au début du voyage. Sirius avait maintenant lui aussi les bras croisés, son regard tourné vers l'arrière, c'est à dire à l'opposé d'Aurore. James n'osait même plus regarder Lily qui continuait de s'obstiner à fixer les arbres. Peter était muet et restait tranquillement assis comme à son habitude. Présent mais effacé. Quant à Marlene, elle avait recommencé à jeter des regards au Sombral en se triturant les mains. Enfin... on avait plutôt l'impression qu'elle essuyait discrètement sur sa robe la main qui avait touché l'animal quelques minutes au paravent. Aurore avait remarqué son manège. Et notamment les regards successifs qu'elle lançait au cheval noir ailé.

- C'est un Sombral.

Marlene tourna des yeux exorbités vers Aurore. Et Lily, ainsi que Remus, en firent de même car ils savaient parfaitement que les calèches n'avançaient pas seules bien qu'ils soient dans l'impossibilité de voir les animaux. Les autres s'étaient contentés de lui lancer des regards perplexes, se demandant de quoi elle parlait.

- Tu ne dois pas être effrayée, continua Aurore en fixant Marlene. Ils ne sont peut-être pas très beaux à voir... Non, en fait personne n'a envie de les voir. Mais ils ne sont pas dangereux. Au contraire. Ils sont très intelligents et dociles.

Aurore tendit la main pour caresser la croupe du Sombral. Tout le monde à part Marlene eut l'impression qu'elle caressait le vide.

- Tout le monde a peur d'eux. Peur de les voir. Et pourtant, eux n'ont pas demandé à naître avec ce pouvoir.

Marlene continuait à la regarder caresser le Sombral, les yeux écarquillés et la bouche entrouverte. Aurore s'en rendit compte et elle retira aussitôt sa main en s'excusant :

- Désolée. Je ne voulais pas... j'ai vu qu'ils avaient l'air de t'effrayer alors...

- Ce n'est pas grave, lui assura Marlene. Merci.

Étrangement, savoir qu'elle n'était pas la seule à être capable de voir les Sombrals venait d'alléger le poids qu'elle avait sur le cœur. Elle n'était pas seule. D'autres avant elle avaient pu voir la mort et d'autres la verraient plus tard. Aurore l'avait vue. Et elle n'était pas en train de pleurer, à se lamenter sur son sort, comme elle-même l'avait fait durant tout le trajet du train, dans les bras de Lily. Aurore avait appris à connaître les Sombrals. Elle pouvait même les caresser, chose que Marlene ne pouvait pas se résoudre à faire. Pas encore. Mais elle espérait qu'un jour, comme Aurore, elle puisse l'accepter. La mort de son frère qui lui pesait tant sur le cœur.

- Sombral ? demanda James. Ce sont eux qui tirent les calèches ?

- Oui, répondit Lily en lançant un regard à Sirius.

Celui-ci venait de comprendre. Tout comprendre. La réaction de Lily, l'étrange comportement de Marlene... Il avait fait une énorme gaffe.

- Je suis désolé, Marlene, s'excusa-t-il sincèrement. Je ne savais pas.

- Je sais, Sirius, sourit-elle faiblement.

- C'est quoi un Sombral ? demanda Peter perplexe.

Personne n'avait envie de lui expliquer. Et surtout pas devant Marlene. Alors James répondit :

- Ne cherche pas.

Comme le bon petit soldat qu'il était, Peter ne broncha pas. C'était comme si James lui avait dit de se taire et il devait obéir. En tout cas, s'il voulait continuer à faire partie de leur cercle d'amis.

Ils arrivèrent enfin devant les portes de l'école et furent accueillis par le concierge et son horrible chatte qui surveillaient les entrées.

- Bonsoir, le salua Aurore.

"Bonsoir ?" pensèrent les autres étonnés.

- Hum ? se contenta de répondre Rusard méfiant car peu habitué à ce genre de politesse de la part des élèves.

- Est-ce que je pourrais parler au directeur, s'il vous plaît ?

"S'il vous plaît ?" crièrent presque les autres stupéfaits.

- Pourquoi ? demanda Rusard encore plus méfiant.

- Je suis une élève transférée de Beauxbâtons.

- Je n'ai jamais entendu parler de transfert.

- Oui... mais peut-être qu'il ne vous a tout simplement pas mis au courant.

Aurore n'avait jamais rencontré Rusard jusqu'à maintenant. Mais elle en avait beaucoup entendu parler. Et elle savait qu'il ne fallait surtout pas le vexer. "À quoi tu joues, Aurore ? Ce n'est pas le moment de le mettre en rogne. Mais peu importe l'époque... apparemment, il est toujours aussi désagréable".

- S'il vous plaît, répéta-t-elle en faisant un pas vers lui et le fixant droit dans les yeux. Il faut absolument que je lui parle.

Rusard l'observa plus d'une minute en silence, sans décrocher son regard de celui de la jeune fille. Aurore leur tournait le dos et les autres se demandaient si elle n'était pas en train d'essayer de l'hypnotiser. Peine perdue.

- Très bien... concéda-t-il enfin à la surprise générale. Mais dépêchez-vous. Le banquet va bientôt commencer.

- Merci, dit-elle soulagée.

Mais étrangement, Miss Teigne se mit à feuler contre la jeune fille alors que Rusard faisait demi-tour pour prendre l'escalier. Aurore lui jeta un regard avant de décider de l'ignorer. Puis elle se tourna vers les autres et dit en leur faisant signe :

- J'y vais.

- Tu devrais d'abord aller à l'infirmerie, lui fit remarquer Lily.

- Ce ne sont que des égratignures. À tout à l'heure !

- On te garde une place au cas où tu serais envoyée à Gryffondor, dit Marlene en souriant.

Alors qu'Aurore s'éloignait avec le concierge, James s'exclama :

- Eh ben ! Cette fille est pleine de ressources. Elle fait une chute de plusieurs mètres et s'en tire avec quelques égratignures. Une chance qu'on soit passés là au bon moment d'ailleurs. Puis elle s'engueule avec Sirius alors qu'il est considéré comme l'idole des filles du château et qu'il est son sauveur par dessus le marché.

- J'ai pas demandé à être leur idole, marmonna le principal concerné. Ni à la sauver...

- Et enfin, continua James, elle réussit par miracle à obliger Rusard à faire ce qu'elle demande. Je vous le dis, on ne va pas s'ennuyer avec elle.

- Elle a l'air géniale, approuva Marlene.

- C'est vrai, dit Lily heureuse de voir qu'Aurore avait réussi à rendre le sourire à son amie. Mais Miss Teigne n'a pas l'air de l'apprécier.

- Est-ce que cette satanée chatte apprécie quelqu'un d'autre que Rusard ? demanda Remus qui avait lui aussi déclenché plus d'une fois les feulements de Miss Teigne du fait de sa lycanthropie. C'était sûrement parce qu'Aurore a obtenu de Rusard ce qu'elle voulait sans problème.

- On aurait peut-être dû lui dire qu'elle avait encore des feuilles dans les cheveux, vous ne croyez pas ? demanda James.

- Peut-être, rit Lily.

- Ah, ajouta James. Et chose non négligeable, elle a réussi à faire en sorte que ces demoiselles se rapprochent de nous.

- Qui s'est rapproché de vous ? demanda dédaigneusement Lily en se rendant compte de qui était la personne avec laquelle elle venait de rire et entraînant Marlene vers la grande salle. Ne prends pas tes rêves pour des réalités, Potter.

- Tu as le don pour tout gâcher, fit remarquer Remus à son ami. Tu n'aurais rien dit, tu serais peut-être assis à côté, ou au moins en face d'elle, à l'heure qu'il est.

- Parce que tu crois que ça va m'empêcher d'aller m'asseoir en face d'elle ? rit James. On est Maraudeur ou on ne l'est pas.

- C'est vrai, concéda Remus. Mais pas de bêtises le premier soir, je ne veux pas de problèmes. Alors rien de spectaculaire, d'accord ?

- OK. Je vais montrer à Lily que je peux me tenir à table sans qu'il ne se passe rien, décida James.

- Tu veux dire que tu vas ranger les mauvais coups au placard ? s'étonna-t-il.

- J'ai jamais dit ça. Ce sera seulement pour ce soir.

- Hum... tu m'as presque fait peur.

- On y va ? demanda Peter impatiemment.

- Oui, avant qu'un idiot ne prenne ma place, répondit James en tendant le cou pour essayer de trouver Lily. Dépêche, Sirius !

-...

Alors que James se précipitait dans la salle avec Peter, l'un pour une rousse, l'autre pour la nourriture, Remus se tourna vers le dernier des Maraudeur qui n'avait pas encore bougé et qui restait maintenant étrangement silencieux. Il fixait l'escalier de marbre en haut duquel Aurore avait disparu avec Rusard, une main serrée sur le devant de sa chemise. Il avait remarqué de toutes petites tâches de sang là où Aurore l'avait agrippé. S'était-elle blessée dans sa chute ou avait-elle serré les poings tellement fort qu'elle s'était ouvert les paumes avec ses ongles ? Difficile à dire... même s'il avait cru sentir qu'elle tirait sur sa chemise lorsqu'elle fixait Remus.

- Sirius ? dit celui-ci en posant une main sur son épaule. Tu viens ?

- Ouais, répondit-il en se détournant enfin.

Alors qu'ils entraient dans la salle, Remus jeta lui aussi un œil en direction de l'escalier. Ce soir, ils avaient fait une étrange rencontre. Très étrange. Seulement, ils ne savaient pas à quel point. Car ils étaient loin de se douter que cette rencontre... pourrait un jour changer radicalement leur vie.

Non... Plus que leur vie. Leur destin.
Note de fin de chapitre :

Oh ! la pro des phrases mystérieuses xD suspens suspens. Que va-t-il se passer ?
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.