S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Sélections du mois


Félicitations à AliceJeanne et TeddyLunard, qui remportent la Sélection Action/Aventure !

Vous voulez revenir dans le Futur ? Lors du mois de novembre c’est possible avec la Sélection Next-Gen ! Vous avez jusqu'au 30 novembre pour lire les 10 textes proposés par les lecteurs et les lectrices et voter ici.

Et pour le mois de décembre, le thème et les textes vous attendent déjà avec la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez découvrir ces 12 histoires jusqu’à la fin de l’année et vous pourrez voter à partir de décembre. Pour en savoir plus, rendez-vous ICI !


De L'équipe des Podiums le 01/11/2022 19:00


15ème Échange de Noël


Le traditionnel Échange de fics de Noël est de retour pour sa 15ème édition !



Et cette année, vous pouvez écrire et recevoir : des fanfictions Harry Potter, des histoires originales... mais aussi des fanfictions sur d'autres fandoms ! Envie de nous rejoindre ?


Ça se passe d'ici le 31 octobre sur ce topic du forum HPF !


De L'équipe de modération le 23/10/2022 17:22


126ème Nuit d'HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 126 édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 21 octobre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De L'équipe des Nuits le 16/10/2022 11:07


Sélections du mois


Félicitations à Fleur d’épine, Ella C, Eejil9 et CacheCoeur, qui remportent la Sélection Femslash !

Vous voulez de l’action ? De l’aventure ? Ce mois de Sélections est fait pour vous ! Le Jury des Aspics vous invite à lire sur ce thème en octobre avec la Sélection Aventure/Action ! Vous avez jusqu'au 31 octobre pour lire les 5 textes proposés par les lecteurs et les lectrices et voter par ici.

Et au mois de novembre, partez dans le futur avec la Next-Gen ! Vous avez jusqu’à la fin du mois d'octobre pour nous faire découvrir sur ce thème si vaste vos deux fanfictions favorites (ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots. Pour proposer des textes, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news !

Il y a également la Sélection Fanfictions longues pour occuper vos nuits d’insomnies ! Jusqu’au mois de décembre, venez découvrir 12 histoires incroyables ! Pour en savoir plus, rendez-vous ICI.

 

 


De L'équipe des Podiums le 03/10/2022 23:05


Phénomène Leah par Xinou

[472 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Fiction initialement terminée et actuellement en cours de réécriture



Les familles Potter et Weasley, Scorpius Malefoy, Lorcan et Lysander Scamander et quelques professeurs, ainsi que l'univers HP, appartiennent à J.K. Rowling, Leah, Valda, Maeko, Cassy et les autres personnages sont mes OC.

Note de chapitre:

Cette fiction a été écrite il y a fort longtemps et certaines maladresses d’écriture et autres incohérences vis-à-vis de la saga de J.K. Rowling me poussent aujourd’hui à la réécrire un peu plus correctement.

Ce jour (le 05/01/19) je viens de réécrire ce premier chapitre, j’espère finir cette réécriture rapidement étant donnée que la majeure partie des corrections concerneront la forme et non le fond.
En espérant que cette réédition vous plaira autant si ce n’est plus que ce que j’avais écrit à l’origine !
PARTIE I

Cassy June



L’histoire qui va suivre, mon histoire, commence un matin, au milieu de l’été 2024. Nous avions eu un mois de juillet radieux, bien qu’un peu trop chaud à mon goût, et la journée qui commençait ne semblait pas faire exception. Une lumière éclatante filtrait à travers les carreaux de ma chambre londonienne, et dire que je dormais aurait été un pur mensonge. Les yeux plissés, je scrutais les détails moulés dans le plâtre du plafond tout en essayant des méthodes de respiration abdominale, a priori indiquées dans la gestion du stress. Malgré cela, la boule formée dans mon estomac ne semblait pas vouloir se dissiper.

Deux légers coups frappés à la porte de ma chambre me sortirent de ma méditation matinale.

- Leah, tu es réveillée ? chuchotât une voix familière alors que la porte s’entrouvrait légèrement.
- Mmpf, grognai-je pour toute réponse.

Il n’en fallut pas plus à ma meilleure amie pour ouvrir grand la porte et se précipiter sur mon lit. D’un bond habile elle se hissa à côté de moi, attrapa un oreiller et me l’envoya en pleine figure.

- Val !! m’écriai-je, outrée en me redressant d’un coup.
- L'avenir appartient aux louveteaux, répliqua-t-elle d’un ton sans appel. Allez, debout et plus vite que ça !

Je jetais un œil à mon réveil avant de lancer un regard excédé à la grande brune qui trépignait à côté de moi, agitant ses courts cheveux hirsutes dans tous les sens.

- Il est huit heures du matin. Explique-moi ce que tu ne comprends pas dans le concept des vacances ? Et puis c’est « l’avenir appartient aux lèves-tôt » je te ferais dire.
- « Gnegnegne je te ferais dire », répéta-t-elle en m’imitant d’une façon tout à fait grotesque. Tu ne dormais même pas !
- … Non, mais je…
- « Tu » rien du tout, me coupa-t-elle, agitant un index accusateur sous mon nez. Tu crois que je ne sais pas que tu dors mal depuis qu’on connaît la date ? Tu as une mine horrible, tout l’anticerne du monde ne saurait masquer les valises sous tes yeux !

Je fronçai les sourcils, ne sachant ce qui me contrariait le plus. Que ma meilleure amie critiquât mon aspect physique, ou que la fameuse date soit arrivée ?

- Allez, viens, ça ne sert à rien de te morfondre ici, s’enquit Val devant ma mine contrite. Vois ça comme un arrachage de pansement, une fois que ce sera fini, tu pourras souffler ! Viens je te dis, ta mère nous a préparé un petit déjeuner du tonnerre !

De mauvaise grâce, je consentis à me lever et descendis les escalier d’un pas lourd. Dans la cuisine, ma mère s’affairait avec application à nettoyer l’évier. Malgré le sourire rayonnant qu’elle me lança en me voyant descendre, je ne pus ignorer qu’elle aussi était morte d’inquiétude. Avec beaucoup trop d’empressement, elle accouru dans ma direction, un grand pichet de jus d’orange à la main.

- Leah chérie ! Un verre de jus ? J’ai fait des financiers, tes préférés, oh et j’ai ouvert un des pots de confiture de cerises de mamie, viens, installe toi !

Elle me servit un verre d’une main tremblante tandis que Val attrapait un financier et le fourrait dans sa bouche avec gourmandise. Je déjeunai en silence, laissant ma mère et ma meilleure amie discuter de choses et d’autres. Je remarquai cependant qu’elles prenaient grand soin d’éviter d’aborder le sujet.

- Oh, j’aimerais qu’ils se dépêchent, lança soudain ma mère dont le regard scrutait régulièrement le ciel à travers la fenêtre de la cuisine.

Cette réflexion me fit l’effet d’un coup de poing dans le ventre et je tentais aussitôt de reprendre la respiration abdominale.

La matinée passa à une lenteur incroyable, malgré les efforts bien visibles de mes proches pour me changer les idées. Et ils avaient presque réussi lorsque soudain, Val poussa un cri perçant, l’index pointé vers la fenêtre. Mon cœur manqua au moins trois battements et je devins livide. Deux hiboux grands ducs étaient posés sur le rebord, chacun portant une lettre savamment attachée à la patte droite. Val se précipita vers eux, ouvrit la fenêtre et entrepris de détacher les deux lettres.

- Aïe ! s’écria-t-elle alors que l’un des deux hiboux lui lançait des coups de becs hargneux. Leah, je crois qu’il veut que ce soit toi qui détache ta lettre…

Sortant de ma torpeur, je m’avançai maladroitement vers le grand duc qui me tendit docilement sa patte. Avec des gestes fébriles, je dénouai le nœud et m’emparai de l’enveloppe sur laquelle était écrit à l’encre violette « Leah Flynn, Londres ». Un sourire ironique étira mes lèvres, comme si cette dernière indication était véritablement utile au hiboux. Ce dernier me lança un regard perçant avant de s’envoler en hululant, suivi de près par son compère.

A mes côtés, Val avait déjà ouvert son enveloppe et ses yeux parcouraient à présent le parchemin qu’il contenait.

- Mince j’y étais presque, marmonna-t-elle pour elle-même avant de se tourner vers moi.
- Alors ? glapis-je d’une voix beaucoup plus aiguë que ce que je n’espérais.
- Toi d’abord, ouvre la tienne ! m’intima Val en croisant les bras.

Les mains tremblantes, je décachetais l’enveloppe et en sortis un morceau de parchemin plié en trois. Mon cœur battait tellement fort que je pouvais presque l’entendre alors que je dépliais la lettre.

_

BREVET UNIVERSEL DE SORCELLERIE ÉLÉMENTAIRE

Le candidat est admis s’il obtient l’une des notes suivantes :
Optimal (O)
Effort Exceptionnel (E)
Acceptable (A)

Le candidat est recalé s’il obtient l’une des notes suivantes :
Piètre (P)
Désolant (D)
Troll (T)

LEAH CAPUCINE JENNA FLYNN A OBTENU :

Astronomie : ………………………………………. E
Soins aux créatures magiques : ………….. P
Sortilèges : …………………………………………. D
Défense contre les forces du Mal : ……… D
Divination : …………………………………………. O
Botanique : …………………………………………. A
Histoire de la magie : ………………………….. A
Potions : ……………………………………………… T
Métamorphose : …………………………………. D
Arithmancie : ……………………………………… E


_


- Alors ? s’enquit Val d’un air inquiet avant de m’arracher le parchemin des mains.

Elle le parcourut rapidement des yeux avant de lancer un sifflement admiratif.

- Cinq BUSE, félicitation Miss Flynn !! s’exclama-t-elle en me tendant le parchemin à ma mère qui semblait sur le point de défaillir. Je t’avais dit de prendre l’arithmancie, ajouta-t-elle avec un clin d’œil.
- Et toi alors ? m’écriai-je, retrouvant mes couleurs, ma joie de vivre et ma capacité à parler.

Elle me tendit son propre parchemin sur lequel je pus lire :

_

BREVET UNIVERSEL DE SORCELLERIE ÉLÉMENTAIRE

Le candidat est admis s’il obtient l’une des notes suivantes :
Optimal (O)
Effort Exceptionnel (E)
Acceptable (A)

Le candidat est recalé s’il obtient l’une des notes suivantes :
Piètre (P)
Désolant (D)
Troll (T)

VALDA MCGIBBEN A OBTENU :

Astronomie : ………………………………………. O
Soins aux créatures magiques : ………….. E
Sortilèges : …………………………………………. O
Défense contre les forces du Mal : ……… E
Divination : …………………………………………. P
Botanique : …………………………………………. O
Histoire de la magie : ………………………….. A
Potions : ……………………………………………… E
Métamorphose : …………………………………. O


_


- Désolée Leah, on dirait bien que je ne t’accompagnerai par en Divination cette année, commenta-t-elle avec une moue déçue.
- « Tout le monde ne peut pas avoir le troisième œil ma pauvre chérie » répondis-je en une parfaite imitation du professeur Trelawney.

Val éclata d’un rire cristallin mais j’eus du mal à la suivre. J’avais certes sauvé les meubles grâce aux matières les plus théoriques, et à la divination, mais mes sombres exploits dans les matières où l’usage d’une baguette était requis signifiait que je passerais encore moins de temps avec ma meilleure amie, une fois que nous serions de retour à Poudlard.

Je pense qu’à ce moment de mon récit, quelques explications s’imposent. De toute l'histoire de la sorcellerie, je devais être la pire élève que Poudlard ait jamais hébergée. Et ce, toutes années confondues, comprenez par là que lors de ma cinquième année, mes performances étaient encore loin en dessous de celles des première années fraîchement débarqués dans l’école. Exception faite de la Divination pour laquelle j'avais une sorte de don qui me permettait de voir des morceaux d'avenir. Cela se manifestait le plus souvent sous la forme de flashs qui survenaient à certains moments et qui me montraient un avenir plus ou moins proche, avenir qu’il m’était alors possible de modifier en agissant autrement que dans ces visions.

Ajoutons également que ces visions pouvaient être spontanées, ou bien je pouvais les provoquer.
Je ne saurais pas vraiment expliquer comment cela marchait, mais j'arrivais à prévoir des choses assez simples comme la météo ou la réaction des personnes à une annonce. J'en avais d’ailleurs fait mon fond de commerce à Poudlard : les élèves venaient me voir et me posaient une question simple, je leur répondais en échange de quelques gallions. La plupart du temps, il s’agissait de filles qui venaient me demander si le garçon de leur rêve allait accepter leur invitation à sortir. Jusqu'ici je ne m'étais jamais trompée.

- Bon, alors, mais qu’est ce que ça veut dire ? demanda soudain ma mère, les yeux toujours rivés sur le parchemin à mon nom.
- Ça veut dire que je passe en sixième année, je ne redouble pas, répondis-je en bombant le torse.
- Oh c’est merveilleux ! Merveilleux ! s’écria-t-elle radieuse.

Les paroles du Professeur Carter, directeur de la maison Pouffsouffle me revinrent en tête. « Miss Flynn, il vous faudra au minimum trois BUSE pour espérer votre passage en sixième année » m’avait-il annoncé d’un air grave, comme s’il ne m’en avait lui-même pas crue capable.

Ma mère, elle, n’avait pas eu l’air de comprendre à quel point ma situation était précaire, et seule mon attitude au cours de ce début d’été avait fait naître l’inquiétude chez elle. Mes parents, tous les deux Moldus, ne comprenaient que peu tout ce qui avait trait au monde de la magie, avoir une sorcière dans leur famille leur apportait une grande fierté, et peu leur importait que ses résultats scolaires soient plus que médiocres. Peut être se seraient-ils dit qu’il était normal pour moi, n’ayant pas de parents sorciers, d’être en difficulté, mais Val était là pour leur prouver le contraire.
Je connaissais ma meilleure amie depuis l’école maternelle. Ses parents, tous deux Moldus, étaient également nos voisins depuis aussi longtemps que je pouvais m’en souvenir.

C’était d’ailleurs une sacré coïncidence que deux sorcières, enfants de Moldus, soient devenues meilleures amies avant même d'avoir connu l'existence de la magie, me direz-vous. J’avais cependant une explication à cela : Val et moi nous étions les deux filles « étranges » de notre école, cela nous avait rapprochées, plus encore que toute la magie du monde. Poudlard, au contraire, avait plutôt eu tendance à nous éloigner. Val avait en effet été envoyée à Gryffondor et moi à Poufsouffle. J'avais longuement maudit le Choixpeau pour cette erreur de jugement, mais Val était restée ma meilleure amie malgré tout. Et même Lily Potter n’avait pu changer cela.

Nous avions rencontré Lily alors que nous avions 9 ans. Nous jouions dans un parc à Londres quand nous l’avions vue arriver accompagnée de sa famille. Elle avait tout de suite sympathisé avec Val et elles s'étaient mises à jouer ensemble, à partager des secrets, à faire des activités auxquelles je n'avais pas le droit de participer. Bien sur, j’ai compris pourquoi après : Lily avait bien vite deviné que Val était une sorcière. Pour moi en revanche, elle ne s'en était pas doutée le moins du monde.

Et bien qu’elle se soit excusée le jour ou je reçus ma lettre de Poudlard, il n'empêchait que Lily était à Gryffondor, que Lily était belle, intelligente, drôle, populaire et douée. Bref Lily Potter était tout ce que je n'étais pas, tout ce que je rêvais d'être et si gentille fut-elle, je la détestais irrémédiablement.

Malgré tout, je devais avouer que c'était grâce à elle que je connaissais Louis Weasley, son cousin et mon meilleur ami à Poufsouffle. Elle me l'avait présenté quand elle avait su que nous étions tous les deux dans la même maison, et même si ça m'écorchait la langue de le dire, elle avait bien fait.

_


Après réception de nos résultats, les vacances passèrent bien plus vite, et bien plus sereinement pour ma part. Sans que je ne m'en rende compte j'étais déjà en train de faire ma valise pour Poudlard.

Au milieu des livres, uniformes et autres chaudrons, je fis une belle place à Droma, ma peluche dromadaire indispensable à ma survie à Poudlard. Au moment de refermer ma lourde valise, un doute m’envahit cependant. À 16 ans je dormais encore avec une peluche et outre le fait que son nom manquait cruellement d'originalité, ne risquais-je pas de m’attirer des moqueries ? Après quelques secondes de réflexions, je haussai les épaules. Tant pis, je n’aurais qu’à la cacher.

- Val ? Opération Gros Tas ! criai-je une fois ma valise bouclée.
- Oh, attend, je me prépare mentalement et j'arrive !

Gros Tas, c'était mon chat... De son vrai nom « Imini » (parce que « Cat Imini », je pense qu’à cet instant de l’histoire, il ne fait plus aucun doute que j’avais également un don pour nommer tant les chats que les peluches), mais son obésité notoire lui avait valu ce surnom. La vie de Gros Tas se résumait à peu de chose : dormir, manger, dormir encore, se faire caresser, manger etc. Gros tas n’était donc pas un animal très compliqué. Mais ce constat volait en éclat quand il s’agissait de le transporter. Gros tas détestait tout bonnement être enfermé et le faire rentrer dans sa cage de transport se révélait toujours un calvaire. Il en devenait violent, mordant et griffant tout ce qui se trouvait à portée de griffes et de crocs, feulant et hurlant si fort qu’il en faisait sans doute profiter tout Londres et je me demandais même parfois s’il ne perdait pas au passage quelques kilos dans la bataille.

Brandissant une serviette de toilette et deux paires de gants de jardinage, Val fit soudain irruption dans ma chambre.

- Ferme la porte ! hurlai-je alors que Gros tas, réveillé en sursaut, se précipitait vers son seul échappatoire.

Une bonne demi heure plus tard, Val et moi, couvertes de griffures, dégustions un grand verre de grenadine tandis que Gros Tas boudait et grognait au fond de sa cage.

Le voyage jusqu'à Poudlard fut aussi morne que d'habitude. Val et moi partagions un compartiment avec Lily Potter, Louis et sa sœur Dominique. Tout le monde disait de Dominique qu'elle était la douceur et la gentillesse incarnée. Personnellement elle me faisait plus penser à un dragon enragé bien que je n’expliquais pas la haine qui l’animait à mon égard. Louis avait un jour émis l’hypothèse que, étant très proche de sa sœur avant que je ne le connaisse, cette dernière avait sans doute seulement peur que je les éloigne. Bien que plausible, cette explication ne me satisfaisait pas tout à fait, mais je devais avouer n’avoir jamais cherché plus loin que cela.

En temps normal, Hugo Weasley, un de leurs nombreux cousins, voyageait également avec nous mais, à ma grande déception, il avait décidé de faire le trajet avec deux autres de ses amis cette fois ci. Je me refusais toujours à l’avouer, mais j'étais secrètement amoureuse de lui depuis ma troisième année à Poudlard, lorsqu’il avait décroché ma peluche dromadaire du plafond de la salle de Sortilèges et me l'avait rendue sans se moquer de moi. Me félicitant d’avoir réussi à garder cette attirance secrète durant toutes ces années, je me remis à écouter distraitement les conversations.

Chacun racontait ses vacances, annonçait ses notes aux BUSE et prenait les paris sur le nouveau professeur de Défense Contre les Forces du Mal – le dernier ayant démissionné un mois avant la fin de l'année, suite à sa victoire au Loto Magique. J’avais ouï dire qu’il était maintenant installé à Hawaï et la vision de ce petit bonhomme bedonnant en chemise et bermuda me fit sourire.

Pour ma part, je n'avais pas grand chose à raconter, mes vacances avaient été très calmes. J'écoutais donc d’une oreille le récit des autres tout en scrutant le paysage qui défilait par la fenêtre du train quand je sentis la réalité s'éloigner, une sensation qui m'était désormais bien familière.

_


Un grand bureau d'acajou trônait au milieu d'une large pièce lumineuse. Derrière, une femme visiblement âgée se tenait debout, face à une haute fenêtre. Elle avait les mains croisées dans le dos et semblait attendre quelque chose ou quelqu'un. Elle se retourna soudain et vint s'asseoir au bureau avant de tourner son regard vers la porte.

Entrez, fit-elle d'une voie sèche et claire.

Un instant plus tard, un petit homme très mince franchit la porte et se tint devant la directrice de Poudlard. Il avait des yeux perçants et un visage dur. Tout dans son attitude était intimidant, si bien que malgré sa maigre carrure, il en était effrayant.

- Minerva, fit-il avec un signe de tête en direction de la directrice.
- Maximus, je vous attendais. J'aimerais revoir avec vous les quelques modifications faites au programme de Défense Contre les Forces du Mal pour cette année.


_


Je rouvris les yeux. Le compartiment m'apparut encore un peu flou mais je distinguais très clairement tous les visages tournés vers moi.

- Alors, tu as vu quoi Madame Irma ? me lança impatiemment Louis.
- Quelque chose d'intéressant ? Oh, dis moi qu'ils ont prévu un voyage scolaire pour les sixièmes années ! s'écria Val

Je me redressai dans mon siège et, non sans avoir lancé un regard noir à Louis, je m'appliquai à afficher le sourire le plus énigmatique possible.

- Il se pourrait que je sache des choses que vous autres, misérables sorciers, ne sachiez pas. Des choses qui pourraient sans doute changer la face du monde, fis-je d'une voix malicieuse.
- C'est ça ouais, tu as vu le menu de ce soir ! répondit Louis.
- Ha ha, très drôle. Non, j'ai vraiment vu quelque chose d'intéressant. Bon peut-être pas au point de changer la face du monde... Mais il se pourrait bien que je sache qui est votre nouveau professeur de Défense contre les forces du Mal !

Des exclamations explosèrent de tous les côtés

- C'est un homme ?
- Il est connu ?
- Il est plutôt jeune ou plutôt vieux ?
- Il a l'air sévère ?
- Il est sexy ?

Tout le monde se tourna instantanément vers Val, les yeux comme des soucoupes.

- Eh bien quoi ? C'est une question comme une autre, se défendit-elle.
- Euh, désolée de te décevoir Val, mais c'est un vieux tout maigre et sec avec une tête de rapace. Il fait même un peu peur...

Ils étaient visiblement déçus, aussi pris-je la décision d'en dire un peu plus.

- Enfin ce n'est pas tout, d'après ce que j'ai compris, il va y avoir des modifications dans le programme de Défense contre les forces du Mal. Je n'en sais pas plus mais je me demande bien ce que c'est...

Aussitôt les conversations reprirent, plus animées encore que précédemment. Fière de mon petit effet, je me calai confortablement sur la banquette et écoutai les théories, plus invraisemblables les unes que les autres, qu'élaboraient mes compagnons de voyage.

C'est donc complètement survoltés que nous arrivâmes au château plusieurs heures après. Le moment que je détestais le plus le jour de la rentrée arriva alors : le grand banquet. En général c'est plutôt un moment que les élèves apprécient, mais moi j'avais plusieurs raisons de l'abhorrer : premièrement, c'était à ce moment là que Val et moi devions nous séparer, puisque nous n'étions pas dans la même maison. Deuxièmement, contrairement à Louis qui presque chaque année, suivait attentivement la répartition afin de voir dans quelle maison serait envoyé son énième cousin ou sa énième cousine, moi je ne connaissais jamais personne parmi les premières années, alors la répartition m'ennuyait profondément.

Les Weasley envahissaient un peu plus Poudlard chaque année. Honnêtement j'avais arrêté de compter les cousins et cousines de Louis et Lily quand ils m'avaient présenté Roxane il y a quatre ans. Et cette année encore il s'agissait d'une certaine Molly Weasley qui fut envoyée à Serdaigle.

Enfin, pour finir en beauté, il y avait le long et mortellement barbant discours de la directrice qui retardait encore l'heure du repas. Et après 8 heures de train, il allait sans dire que j'étais morte de faim !

Cette année cependant, l'interminable discours se révéla plus inattendu que ce que j'avais imaginé.

- Chers élèves, tout d'abord bonjour à tous. Vous êtes sûrement tous affamé et je m'en excuse, mais cette année la répartition n'est pas encore tout à fait terminée. En effet nous accueillons un élève qui nous arrive des Etats-Unis d'Amérique et qui intégrera une classe de septième année. N'ayant pas débuté sa scolarité à Poudlard, il doit naturellement être réparti dans l'une des quatre maisons. Monsieur Cassy June, veuillez vous avancer.

Un jeune homme que je n'avais jusqu'alors pas remarqué s'avança gracieusement dans l'allée centrale. Un murmure commença à s'élever du côté de la gent féminine de Poudlard. Le nouveau était grand, brun et rudement bien fait. J'étais trop loin pour bien distinguer son visage mais j'aurais parié ma brosse à cheveux qu'il avait les yeux bleus... Ou vert, mais un joli vert, pas l'horrible vert marais de mes yeux. À côté de moi, Louis de renfrogna.

- Tu parle d'un crâneur, tu as vu les regards qu'il jette aux filles ? Ce type n'a aucun respect, bougonna-t-il.
- Ah oui, parce que toi tu en as du respect pour les filles, c'est bien connu ! raillai-je.

Louis était connu pour cela à Poudlard : la plupart des filles rêvaient de sortir avec lui. Louis le savait, bien sûr, et il en jouait. Chaque semaine il passait d'une fille à une autre, et surtout jamais deux fois la même. « Je ne fais pas dans le recyclage » était sa phrase fétiche. La finesse avant tout, n’est-ce pas…

Avec le temps, on aurait pu espérer que son attitude rebuterait la gent féminine et qu’il aurait moins de succès, mais à mon grand étonnement ce n’était pas le cas. J’étais pour ma part convaincue que chacune de ses admiratrices espérait être celle qui le ferait changer. Et puis il y avait ce truc de Vélane qu'il faisait à chaque fois, un sourire, un clin d'œil, un mouvement de la tête et d'un coup tout vous paraissait très terne à côté de lui. Il n'avait pourtant qu'un huitième de sang de Vélane, je n'osais même pas imaginer le pouvoir d'une véritable d'entre elles... Redoutable !

Louis continua a ronchonner mais sembla satisfait lorsque June fut réparti à Serdaigle. Au moins, il ne lui ferait pas d'ombre dans sa propre maison. Aussitôt le nouveau assis entre Dominique et un autre Serdaigle, la directrice reprit.

- Bien, ne perdons pas plus de temps, je vais tout de suite vous exposer les quelques changements effectués cette année par rapport aux années précédentes. Tout d'abord je tiens à vous présenter votre nouveau professeur de Défense Contre les Forces du Mal, le Professeur Maximus Beetson.

Le vieil homme maigre à l'allure de hibou se leva et toisa l'assemblée d'un air entre l'amusement et le sadisme avant de se rasseoir dignement. Ce type me faisait décidément froid dans le dos.

- Cette année le programme dans cette matière a été un peu modifié, mais le Professeur Beetson vous en reparlera en temps voulu. Je finirai ce discours sur une mise en garde : pour des raisons de sécurité, le troisième couloir de l'aile ouest du septième étage sera interdit d'accès aux élèves. Si l'un d'entre vous s'y aventurait, alors sachez qu'il risquerait les pires sanctions. Sur ce, je vous souhaite à tous un bon appétit. Soyez les bienvenus à Poudlard.

Aussitôt les tables croulèrent sous les victuailles et des exclamations admiratives se firent entendre chez les premières années. June par contre, n'avait pas du tout l'air surpris, étrange. Peut-être avaient-ils le même système aux Etats-Unis.

- Arrête de le fixer comme ça, il n’a vraiment rien d'exceptionnel ! lança Louis avec mauvaise foi.
- Oh non tu as raison, il est plus laid qu'un pou.
- Tsss tu me déçois Leah, je ne pensais pas que tu tomberais si facilement dans son piège.
- Et toi tu me déçois Louis, je ne pensais pas qu'il t'en fallait si peu pour être jaloux, répondis-je en levant les yeux au ciel.
- Moi ? Jaloux ? Mais ma pauvre amie...
- Si tu le dis, conclus-je avec un sourire moqueur. Bon plus sérieusement, je remarquais juste qu'il n'a pas eu l'air étonné quand les plats sont apparus, tu ne trouve pas ça étrange toi ? Et puis aussi qu'est ce qui peu pousser quelqu'un à quitter les Etats-Unis pour venir faire sa 7ème année à Poudlard ?
- La curiosité est un vilain défaut, lança-t-il d'un ton dogme. Et puis si tu veux mon avis, il était grillé avec les filles des Etats-Unis alors il a voulu repartir à zéro ici.
- Oui, c'est bien connu, raillai-je, les Etats-Unis sont un pays tellement minuscule que tout le monde y connaît tout le monde.

C'était comme ça entre Louis et moi, une suite sans fin de sarcasme, à celui qui aurait le dernier mot. De l'extérieur on aurait presque pu croire que nous nous détestions. La vérité était toute autre, nous nous adorions véritablement et ces piques n'avaient pas pour but de blesser l'autre. C'était notre façon à nous de vaincre l'ennui de notre morne existence.

À la fin du repas, alors que je me dirigeais vers ma salle commune, une main se posa sur mon épaule.

- Tu n'es pas venue me dire bonjour aujourd'hui, annonça simplement une petite voix que je retrouvais avec plaisir.
- Maeko ! m'exclamai-je en prenant l'intéressée dans mes bras.

J'avais rencontré Maeko Lee-Ylang dans le Poudlard Express en première année. Maeko était tout le contraire de Val, elle était toujours très calme et posée. Elle ne parlait pas beaucoup mais quand elle ouvrait la bouche c'était toujours pour dire quelque chose d'intéressant. Ses parents étaient chinois... ou coréens je ne savais plus trop, à vrai dire elle ne parlait pas très souvent d'elle.

Quand Lily et Val avaient été envoyées à Gryffondor et elle à Serpentard, j'avais prié pour que le Choixpeau m'envoie dans l'une de ces deux maisons, pour que je ne sois pas toute seule, mais il en avait été autrement. Malgré tout nous étions restées amies et depuis maintenant cinq ans elle était ma partenaire en Sortilèges.

J'aimais beaucoup Maeko parce qu'elle était très patiente avec moi. Elle n'était jamais exaspérée quand je ratais un sort pour la quinzième fois et tentait toujours de m'expliquer comment réussir. Le peu de sorts que je maîtrisais, je les réussissais grâce à elle.

Malheureusement, nous ne pûmes discuter très longtemps puisque nous devions rejoindre nos salles communes respectives. Elle prit donc la direction des cachots tandis que je pris celle des cuisines. Non pas que notre salle commune fut dans les cuisines, malheureusement, mais après les avoir passées, il suffisait de parcourir encore deux couloirs. Là, on se trouvait devant une grande porte ronde semblable à l’avant d’un gros tonneau en bois. Il suffisait alors de frapper quelques coups dans un rythme bien défini et qui changeait chaque mois afin que la porte s’ouvre. Une sorte de mot de passe qui n’était pas sans me rappeler un code en langage Morse, mais lorsque j’en avais parlé à Louis, il avait aussitôt éclaté de rire, arguant que les morses étaient des animaux beaucoup trop stupides pour inventer des codes. Ce souvenir me fit lever les yeux au ciel sous le regard interrogateur de mon ami.

Une fois dans la chaleur familière de la salle commune, Louis et moi nous installâmes proche de la fenêtre qui donnait sur le parc. Celle-ci était encadrée d’une multitude de plantes grimpantes qui fleurissaient au printemps et baignaient la salle commune d’une douce odeur fleurie. En cette saison, elles se contentaient d’arborer de larges feuilles vertes qui pendaient mollement le long du mur de pierre.

- Alors, demandai-je une fois que nous fûmes installés confortablement dans deux gros fauteuils aussi usés que moelleux, qu’est-ce que tu fais cette année ?
- Mes parents veulent que je continue toutes les matières que j’ai réussies, me répondit-il d’un air sombre. « Pour ne pas me fermer des portes » ajouta-t-il en mimant des guillemets.
- Super, tu continueras à m’accompagner en Divination alors ! m’exclamai-je ravie.

Louis me regarda d’un air grave, tapotant des doigts son accoudoir, ce qui était chez lui un flagrant signe de nervosité.

- Qu’est-ce qu’il y a ?
- C’est-à-dire que… commença-t-il gêné. C’est la seule matière qu’ils me permettent de laisser tomber, alors… Et tu comprends, ajouta-t-il précipitamment devant mon air déçu, je devrais déjà suivre les Potions, La Défense contre les forces du Mal, les Sortilèges et la Metamorphose, en plus de l’Histoire de la Magie et des Soins aux créatures magiques, je veux dire, il faut que je garde du temps pour les devoirs, j’ai du retard à rattraper en Métamorphose, je n’ai eu qu’un « Acceptable », et l’an prochain on aura les ASPIC, et…
- C’est bon, c’est bon, j’ai compris, le coupai-je en tâchant de cacher ma contrariété.
- Au moins, on sera ensemble en Histoire de la Magie !

Ce fut à mon tour d’être embarrassée.

- À vrai dire… je ne comptais pas continuer cette matière… avançai-je d’une voix hésitante.
- Quoi ? Mais…
- Enfin Louis ! Ce sont les cours les plus ennuyeux du monde, et on sait tout les deux que ma vocation c’est de devenir voyante, pas historienne ! C’était intéressant pour moi jusque là uniquement pour avoir une BUSE de plus puisqu’il est encore dans les cordes d’apprendre des choses par cœur, mais ça s’arrête là…

À la suite de cette conversation, Louis ne quitta pas sa mine boudeuse et ne me répondit plus que par monosyllabes, aussi je décidai de le laisser et de rejoindre mon dortoir. Quittant la salle commune, je gravis rapidement les marches de pierres menant à ce dernier que je trouvai vide. Je fis une rapide inspection, mes valises étaient là, intactes, et Gros Tas dormait paisiblement sur mon lit auquel il ne manquait aucune couverture. Bien.

Depuis cinq ans, je partageais ma chambre avec Maryna Van Hogen et ses trois meilleures amies. Ces quatre là devaient avoir juré de me pourrir la vie ou quelque chose comme ça. Pourtant du plus loin que je me souvienne, j'avais toujours été gentille avec elles... Au début nous nous entendions même plutôt bien. Mais après que j'eus refusé de rayer Louis de ma liste d’amis lorsqu’il eut largué Van Hogen en fin de 3ème année, elles étaient devenues réellement mesquines. Je ne pouvais pas vraiment leur en vouloir, Louis avait vraiment été détestable sur ce coup là.

Je poussai un long soupir. La vie reprenait son cours... Ou plutôt les cours reprenaient tout court, ce qui pour moi n'était pas une perspective des plus réjouissantes.
Note de fin de chapitre :

Vous n'en avez pas encore marre de Leah Flynn? Je vous propose d'aller lire un petit OS sur elle, nommé de façon très originale "La répartition" (il vous suffit de cliquer ici)

Et puis, pour que vous vous fassiez une petite idée, je vous présente Leah en compagnie de sa peluche Droma et de son chat Gros Tas

(dessins par moi même, il faut juste imaginer Leah avec des cheveux plus gris et moins blonds)
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.