S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Les larmes dans ta bière par Emiwyn

[5 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

Valà le ptit cadeau écrit pour ma chère Charlène, une fille aussi douce qu'adorable, aussi intelligente que marrante.

C'pas grand chose parce que je sais pas faire les grandes choses. Y'a juste un peu d'elle, un peu de nos trucs de filles, nos trucs d'enfants et nos trucs d'adulte. Et puis du Renaud, aussi, parce que de Rimbaud à Renaud, il n'y a qu'une bière et des larmes dedans. Et trois ans, aussi.

J'espère que ça vous plaira un ptit peu à vous aussi, et puis que ça lui a plu à elle.

Bonne lecture !
-Qu'est-ce que tu fous là ?

-A ton avis ?

Il se tut. Après tout, y'avait rien à dire. Il était gêné par la présence de l'autre sur le tabouret à côté du sien, il n'aimait pas le savoir en train de le regarder, en train de voir sa déchéance et sa douleur dans ses doigts serrés. Il laissa le silence s'installer. C'est pas grave, le silence, c'est pas important. Le silence, ça peuple, ça existe. Ça meuble là où il n'y a rien. Finalement, il devait y avoir du silence dans son cœur et dans ses yeux, puisqu'elle était partie, et que depuis il ne sait plus comment on vit.

-T'as pas l'impression d'être pathétique, là ?

Il eut un rire. Pathétique ? Sa vie en était remplie. Oh si, il ne le savait que trop.

-Là, tout de suite ? Pas exactement. Moins que ces trente-cinq dernières années, en tous les cas.

C'était vrai, en plus. Il ne s'était jamais senti plus à sa place que dans un bar, entouré d'amis. Sauf que là, il avait sa bière, et sa tristesse pour seule compagnie. C'était pas vraiment le luxe, et c'était pas vraiment le bonheur, mais ça faisait passer le temps.

-Harry, sérieusement, regarde-moi.

Harry regarda Drago. Pourquoi pas, après tout. De quoi avait-il peur ? Que Drago sache ? Qu'il voie ? Il était à peu près sûr que rien que dans sa posture, dans son dos courbé et dans ses joues creusées, il avait vu. Alors quoi, lui ouvrir ses yeux ? Ce n'était rien, après tout, c'était bien peu.

-Elle est partie.

-Je sais.

Bah tiens, évidemment. Et à tous les coups, il était là parce qu'elle le lui avait demandé.

-Elle ne m'a rien demandé.

-J'ai parlé à haute voix ?

-Depuis quand j'ai besoin que tu parles pour savoir ce qui se passe dans ta tête ?

-Fais pas comme si tu me connaissais si bien, Malefoy, arrête ton jeu. Et j'ai besoin d'être seul.

-Foutaises, t'as jamais eu autant besoin d'amis. Et Ron c'est délicat, et Hermione est en Hongrie. Tu as besoin de moi.

-Putain, dégage, Malefoy, tu sais pas ce que c'est, toi. Dégage, retourne avec ta femme bien jolie, bien mise, dans ta petite vie parfaite, et... Et... Putain mais dégage, quoi.

-Tu parles comme un adolescent, Harry.

Bordel, qu'il voudrait en être un de nouveau, là. Avoir des problèmes d'ado, et toute la vie devant soi. Quand il avait dix-sept ans, et qu'il construisait. Quand il n'y avait plus de guerre, plus de combat, qu'il y avait peut-être Ginny, qu'il y avait de toute façon la vie.

-Rentre chez toi, viens. Et puis, ça va bientôt fermer.

La nuit était tombée sur les quais, les lumières de Londres ornaient la Tamise des plus belles parures, et la rumeur du monde qui ne s'arrête jamais chuchotait dans les rues. Drago avait eu peur, il avait écumé tous les bars sorciers, quand il avait appris. Heureusement qu'il savait mentir, même à Harry ; il n'aurait pas supporté qu'il l'apprenne de Ginny. Drago serra les dents. C'était difficile, d'être ami avec Ginny. Il aurait voulu la détester de le quitter, la haïr de lui faire du mal. Mais il comprenait.

-Le pire, c'est que je ne l'ai jamais aimée.

Ah, le déni, à présent. Drago soupira.

-Arrête, bien sûr que si.

-Non. Quand... Quand tu m'as quitté, j'ai juste eu besoin de compassion, et de réconfort. C'était facile, c'était tellement évident.

-T'as bien dû l'aimer un peu, pour lui faire trois enfants.

Drago plissa les yeux. Il n'aurait pas dû dire ça, il n'aurait pas dû rentrer dans son jeu.

-Comme une amie. Une amie avec qui il n'était pas si compliqué de coucher, puisqu'autrefois, j'en avais eu tant envie. Et puis sur la fin, de toutes façons...

-Arrête, je veux pas savoir. C'est ta vie.

-Qu'est-ce que tu fous là, alors, si tu veux pas que je te la raconte, ma vie ?

Drago soupira, c'était tellement niais, toutes ces histoires. Mais il ne pouvait pas laisser Harry dans cet état-là. Il l'avait aimé, autrefois, et aujourd'hui il était l'homme le plus proche de lui, un frère, par bien des aspects, un amoureux encore, par certains autres. Un ami. Et il était toujours là quand il découvrait le nouvel amant d'Astoria, alors à son tour d'être présent. Il le regarda.

-Putain, chiale pas, Harry, parce que là je me barre.

Harry fut secoué d'un petit rire. Du genre de rire qui fait mal, qui sort quand même, qui râpe la gorge, écorche les lèvres, et se cogne contre les dents.

-Qui parle en adolescent, là ? Ah, le grand Malefoy, troublé par quelques larmes. Quoi, t'as peur que j'aie besoin d'un câlin ?

-Ce n'est absolument pas drôle.

-Mais si, voyons. Bien sûr que si !

Sa voix s'était haussée, d'un coup. Et quelques personnes s'étaient tournées vers eux. Drago le saisit par le col, et pencha sa tête vers la sienne.

-Baisse d'un ton !

Leurs visages étaient tout près, et alors qu'il n'y avait plus eu d'ambiguïté entre eux depuis vingt-cinq ans, Harry eut un sourire goguenard et chuchota :

-Tu ferais quoi, si je t'embrassais, là ?

Il avait des yeux de fou. Des yeux immenses, verts, et remplis d'une lumière enragée. Drago frissonna. Quand ils étaient jeunes, c'étaient les yeux qu'il portait tout le temps. Il avait sans cesse ce regard de perdition, ce regard de garçon qui a trop vu, trop vécu, et qui n'en peut plus. C'était comme ça qu'il l'avait aimé. Le terrain était terriblement dangereux. Drago se dégagea rapidement.

-Déconne pas, Harry. Je suis ton ami, je viens t'aider, et tu rends les choses bien difficiles.

-N'importe quoi. Et qu'est-ce que je vais faire, moi, maintenant ? Maintenant qu'elle m'a quitté, maintenant que tu me repousses ? Il va se passer quoi, dans ma vie ? C'est quoi cette connerie de tout se dépeuple quand un être vous manque, parce que putain, j'ai l'impression que le monde est vide, sans elle, sans toi, sans personne. J'ai foutu quoi, toutes ces années pour me retrouver malheureux à trente-cinq piges, avec trois gosses que je vois jamais, et un job qui ne me plaît plus ? Je vais faire quoi, maintenant ? Hein ? T'en as, une idée ?

Drago eut un peu le cœur brisé, en entendant Harry. Il baissa la tête, camoufla les larmes, parce qu'un homme, ça pleure pas, ça a la carcasse dure et ça affronte la vie. Lorsqu'il regarda son meilleur ami, il le vit la tête dans ses mains, au dessus de sa bière. Les larmes filtraient à travers les doigts trop peu serrés, et tombaient en doux ploc ploc dans la mousse. Il se tut un moment. Il ne savait pas quoi dire. C'était tellement con, aussi, ces moments. Ces instants où votre ami se confesse, où il raconte son malheur, explicite sa douleur, et vous vous êtes là, pas très heureux non plus, dans une vie qui ne réjouit pas exactement, et vous cherchez les paroles qui le réconforteront. Vous êtes sur un fil, sur un muret. Il est haut, ce muret, putain qu'il est haut, et vous n'avez que le précipice des deux côtés. Il va falloir trouver les bons mots, ceux qui donneront le feu dans le cœur, qui diront « vas-y, tu peux vivre à nouveau ». Il ne faut pas minimiser, mais réussir à ne pas dramatiser. Il faut avancer, pas à pas, et en face, il y a l'autre qui a les jambes tremblantes, le pied mal assuré, et vous, vous avez peur de tomber, mais vous êtes concentré sur lui, sur sa traversée. Et puis vous tendez la main.

Drago ne savait pas quoi dire. Il aurait dû, il aurait peut-être réussi. Il aurait pu lui expliquer qu'il ne l'aimait plus tant que ça, et que c'était l'inconnu, qui lui faisait peur. Qu'il avait vingt ans à nouveau, et tout à reconstruire, et que c'était terrible, cette sensation d'avoir perdu quinze ans dans des chimères, mais qu'il fallait y aller, et puis foncer, et qu'un jour, il regarderait cette période avec Ginny avec nostalgie et bonheur de ne plus en faire partie. Drago aurait pu, dire tout ça, mais les mots se perdaient, il avait un peu trop peur de parler de lui, dans ce discours, alors il resta silencieux. Harry avait vingt ans à nouveau, et lui avait l'impression d'en avoir quatre-vingt. N'auraient-ils pu valser sur ce tango étrange ? C'était quoi, ces idées qui se perdaient ? Drago pensait à mille choses en même temps, et ne réussissait pas à se focaliser sur Harry.

Parce qu'il avait posé sa main sur sa cuisse, il avait pris sa bière dans une autre, il avait choqué le verre contre celui de son ami, et avait descendu son demi. Harry leva les yeux, et là, dans l'océan vert, une lumière s'alluma. Drago n'avait pas de mots, mais il avait des livres sterling. Après tout, allons-y. Les bières n'étaient-elles pas là pour ça ?

Une bouteille de whisky plus tard, les larmes de Harry couleront, mais Drago trouvera les mots. Vingt ans de nouveau, ils seront allongés, et Drago racontera l'océan vert, le muret et les précipices. Il racontera les amants, le tango, la douleur, et puis les larmes dans la bière.
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.