S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Puisque leurs bras par Emiwyn

[19 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

Valà, je continue la publication des ptits OS que j'ai pu écrire pour Noël. Celui-ci était pour Lunalice.

C'est une tite saynette, mais je pense que je réécrirai quelque chose avec ces personnages. J'ai étonnamment beaucoup aimé écrire sur eux.

Bonne lecture à vous !
Dans ses bras

Rose s'éveilla doucement lorsque le rayon de soleil taquin traversa ses rideaux et caressa ses paupières. Elle s'étira rapidement, et regarda le réveil qu'elle avait conjuré la veille. Elle sourit lorsqu'elle vit qu'il sonnerait d'un instant à l'autre. Elle bascula vers le bout du lit, attrapa un vague tee-shirt. Vite, la nouvelle chanson des Bizarr' Sisters résonna et déclencha un nombre de grognements incroyables.

Elle éclata de rire, et d'une voix de stentor, déclara :

-Allez les gros, bougez-vous faut qu'on se lève !

-Tu fais chieeeeeeeeeeeer, Rose !

Rose, campée sur ses deux pieds et les mains sur les hanches, ressemblait à s'y méprendre à leur grand-mère Weasley ; Louis, Dominique et James écarquillèrent un peu les yeux, et commencèrent à émerger. D'autres... D'autres gardèrent leur tête enfouie dans leur oreiller, et seuls leurs cheveux en bataille étaient visibles. Rose eut un petit cri lorsqu'un bras l'attrapa à la taille, et la ramena dans le lit. Le tee-shirt qu'elle avait revêtu partit dans tous les sens, et son ventre se découvrit. Elle se retrouva contre un torse, les cheveux dans le visage, et une joue toute chaude du sommeil contre la sienne. Des baisers cascadèrent sur son crâne, et un grognement résonna contre sa peau.

-Albuuuus, t'es lourd !

Elle repoussa son cousin qui se leva et passa ses bras en travers de son ventre. Ses mains étaient bien à plat sur sa peau tendre, et jouaient contre le nombril, chatouillaient, en caressaient le velouté. Les lèvres d'Albus furent vite dans le cou de Rose. Elle ne résista plus, et se laissa aller contre le torse nu de son cousin, presque frère, meilleur ami, et.

-Sérieux les gars, prenez une chambre, quoi. Vous devenez indécents, et y'a des petits, ici.

James avait un large sourire aux lèvres, et désignait Louis du doigt. Il prit son blond cousin dans les bras, et lui frotta le cuir chevelu avec vigueur.

-Hein, p'tit Louis ? T'es tout petit ! T'es un bébé ! Tu viens me faire des bisous et des câlins comme Albus fait à Rose ?

Louis se débattait en souriant, tandis que tout le monde se levait en riant. Quelques coups furent frappés à la porte. Lorsque Harry passa sa tête par l'entrebâillement difficile parce qu'un matelas gonflable coinçait l'ouverture, un concert de protestations s'éleva.

-Papaaaaa on t'avait dit de rester couché !

-Non mais les gosses, j'en reviens pas ! Ok, faites votre surprise, mais baissez d'un ton s'il vous plaît !

Ils promirent de parler moins fort, et se levèrent, cahin-caha. Rose se détacha d'Albus, qui la rattrapa bien vite.

-Attends, ça fait des mois qu'on s'est pas vus, reste-là, tu me manques.

-Albus, sérieux t'exagères, ça fait trois jours qu'on a quitté Poudlard. Et faut que je m'habille.

Elle sentit les lèvres de son cousin s'incurver en un sourire goguenard, tout contre son épaule.

-Nan. Et si tu pouvais enlever ce tee-shirt, je serais pas contre non plus.

-Roh, arrête, on a une famille qui se fout pas trop de nous, on va éviter d'en faire trop, aussi ! On n'a plus cinq ans, on ne peut plus se balader dans la piscine à poil sans que ça paraisse suspect.

Albus eut un soupir à fendre l'âme.

-Ah, que je regrette cette époque où je pouvais prendre ma douche avec toi, me battre dans l'herbe avec toi, te faire des bisous tout le temps, sans que ça paraisse bizarre... Pourquoi quand on grandit, faut que tout prenne une dimension étrange, faut qu'on retienne les gestes d'amour qu'on a, sous prétexte qu'on est de la même famille ?

-Al, ta poésie et ta philo dès le matin, s'tu veux, j'ai un peu de mal.

Il l'embrassa une dernière fois, et se leva pour s'habiller. Rose avait raison, et puis, il fallait qu'ils se bougent.

Rose regarda son cousin, et se mordit les lèvres. Il avait raison, mais... Mais elle savait aussi que sa famille les regardait un peu de travers, quand même. Sa mère, surtout, avait du mal avec sa relation avec Albus. Ils n'avaient jamais... Rien fait de répréhensible, ou de vraiment trop glauque, mais... Mais elle ne pouvait pas avouer ne jamais y avoir pensé. Parfois, quand Albus l'embrassait sur la joue en passant tout près de ses lèvres, quand il déposait des lignes de baisers dans son cou et que sa langue pointait derrière ses dents, quand il caressait son ventre nu, elle frissonnait de désirer autre chose. Pas parce qu'elle voulait quoi que ce soit d'étrange avec lui, mais parce qu'elle aimait la sensation de ses lèvres sur sa peau, et de sa chaleur autour de son cœur. Elle n'était pas amoureuse de lui. Elle l'aimait, c'était tout.

Ils partirent vite en direction de la cuisine, tous les cousins, et c'était un joyeux bordel. Ils essayaient tant bien que mal de ne pas faire de bruit, et les « ssssht » répétés trahissaient la peur de Rose que quelqu'un ne se lève. Teddy, astucieux et adulte, lança un silencio sur les chambres des parents, et ils purent parler un peu plus haut.

Arrivés dans le lieu de tous leurs désirs, ils lancèrent un Lumos collectif. Il faisait encore nuit, il était bien tôt. Ils évitèrent le coup d’œil dans le salon, c'était la tradition. Bien entendu, James et Hugo y dérogèrent, juste pour voir les montagnes de cadeaux brillants illuminés par le sapin. Bien entendu, ils se prirent une tape sur le crâne de la part de Rose et Lily.

Les uns après les autres, ils sortirent poêles, casseroles et ingrédients, et préparèrent un petit déjeuner massif. Ils avaient entendu les parents emballer les cadeaux jusqu'à pas d'heure, la veille au soir, et rire, rire tant qu'ils s'étaient mis à rire eux aussi. Ils étaient heureux, de vivre dans une famille si unie, même si Rose et Hermione étaient en crise depuis l'adolescence de cette première, même si George et Ron étaient en froid, même si Fleur et Bill avaient divorcé deux ans auparavant. Ils étaient unis, ils étaient une famille, et ils s'entendaient fondamentalement bien.

-Bon... Je crois que c'est bon.

Rose jeta un dernier regard à la tablée rouge et verte, aux assiettes bien ordonnées et aux jus d'orange dûment pressés. Elle sourit, et ce sourire s'élargit plus encore quand elle sentit les bras d'Albus se refermer sur ses épaules. Encore. Elle tourna, et enfouit son visage dans son cou. Elle regarda sa montre, rapidement, et leva les yeux au ciel en constatant qu'ils avaient tenu à peine une heure et demi sans être collés l'un à l'autre. Tous les autres montèrent réveiller les parents et leur offrir leur premier cadeau de Noël, tandis que Rose et Albus restaient dans la cuisine.

Rose leva les yeux. Rencontra ceux d'Albus. Frissonna, parce qu'il y avait cette intensité dans son regard qu'elle refusait de voir depuis toujours. Elle fit comme d'habitude, détourna les yeux, l'ignora, l'oublia. Albus saisit son menton, et elle eut froid de sa main qui avait quitté ses reins. Il la força à le regarder, et elle rougit. Il passa ses mains sur ses épaules, puis dans son cou en soupirant et en riant un peu nerveusement.

-Ah Rose, Rose, Rose... Tu accepteras, un jour.

-Quoi ?

-Tu sais très bien.

Ils murmuraient, leurs souffles étaient chauds, l'un contre l'autre, et leurs respirations se mêlaient. C'était maintenant ? Maintenant, qu'ils devenaient adultes, et qu'ils devaient s'avouer les choses ? Ils ne pouvaient pas rester dans l'indicible encore un peu, juste encore un peu, encore quelques années ? Rose ne répondit pas, alors Albus embrassa son front.

-Tu ne peux pas...

Elle s'interrompit. Prendre la parole n'était pas une bonne idée, sa voix rauque trahissait les fourmillements qu'elle ressentait dans le bas-ventre.

-Quoi ? Quoi, Rose ?

-On ne peut pas...

Albus desserra son étreinte, et Rose crut qu'il allait la lâcher et remonter, peut-être dépité. Elle ferma les yeux, parce qu'elle voulait surtout ne pas voir qu'elle laissait son cousin s'éloigner. Elle ne le vit pas s'approcher. Tout ce qu'elle sentit, ce fut des lèvres contre sa joue, si près, toujours si près de ses propres lèvres. Il ne l'embrassait pas sur la bouche, et pourtant, il mouvait ses lèvres de façon tellement sensuelle, que le message était passé. Elle avait envie de hurler de déchirement. Alors il le sentit, et parce qu'il l'aimait, il arrêta. Elle ne vit pas le regard de profonde affection, de profond amour, et de profonde douleur qu'il lui lança. Elle ne sentit que sa langue contre sa clavicule, parce qu'il aimait trop son odeur et le goût de sa peau pour se refuser à ces gestes simples et un peu plus en deçà de la limite claire et fixée que ce qu'il venait de faire.

Il entendit du bruit, et leva la tête. Dans l'encadrement de la porte, Hermione. Elle fusillait un peu du regard les enfants, et pleurait un peu aussi. Parce que ce n'était pas normal, comme relation, et qu'en même temps elle ne voulait que leur bonheur. Elle fronça un peu les sourcils, eut un hochement de tête que Rose ne vit pas, et remonta les escaliers doucement. Albus se sépara de Rose, fit semblant d'aller chercher quelque chose d'autre dans le frigo, et Hermione et le reste de la famille finit par descendre avec plus de fracas.

Bien sûr, ils les regardaient, et bien sûr, ils savaient. Mais ils étaient leurs enfants, et après tout.
Note de fin de chapitre :

Pas trop choqués ? XD
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.