S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


D'un temps va l'autre par Emiwyn

[4 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

Faire du Erwan, tout en ayant de moi, sur un personnage qui n'est pas le mien, tout en tentant de ne pas froisser l'auteur, et en essayant de le respecter un minimum... Gosh, j'ai eu l'impression de redécouvrir la fanfiction, sauf que j'écrivais pour l'auteur lui-même. Flippant, et étrange XD.

Maybref, ça a plu à la dame, donc je le publie avec son aimable autorisation :canard:.

Galaad ne m'appartient donc absolument pas, mais il appartient à ErwanMalefoy, et je vous conseille vivement si ce n'est déjà fait à lire touuuuut ce qu'elle a fait sur Galaad, les Westchester, et ses autres OCs, et puis Joren appartient à une demoiselle appelée Océane.


Bonne lecture !
Le jeune homme posa son visage contre la vitre de la fenêtre. Il devait passablement avoir l'air con, ainsi contre le carreau frais, mais après tout qui pourrait le voir ? Il vivait à l'énième étage d'un vague bâtiment et il était trois heures du matin, alors bon a priori, au temps pour la honte.

Putain, mais il étouffait, dans cet appartement ! Il ouvrit d'un geste rageur la délivrance faite fenêtre, et accueillit d'un grognement l'air frais qui pénétra dans ses poumons encrassés. Il s'était mis depuis peu à fumer ces débilités moldues sur lesquelles Joren tirait à longueur de journée. C'était pas très intelligent, mais quitte à partager sa vie, autant également partager ses poumons bientôt décédés. Galaad soupira. Il prit le paquet de cigarettes posé sur l'espèce de mini balcon, et s'assit sur le rebord de la fenêtre. D'un informulé, le bout rougit, et ses yeux se fermèrent sous le bonheur devenu chaleur dans sa gorge. Il ne manquait plus qu'un Pur-Feu, et ce serait parfait. Allons bon, s'il partait par là, il ne se donnait pas longtemps à vivre. Qu'on se le dise, Galaad n'était ni un fumeur, ni un alcoolique. Il n'était même pas un homosexuel, et encore moins un étudiant menteur. Pas du tout. Il avait juste fait un choix de vie étonnant, considérant tout ce qu'il avait en main pour vivre.

Il sentait bien qu'il était en train de basculer. Il se refusait à se l'avouer, mais il sentait au fur et à mesure des jours, qu'il n'avait plus envie de quitter cet appartement qui n'était pas le sien, ces draps qu'il ne possédait pas, ce corps auprès duquel il refusait de s'engager. Pourquoi quitterait-il tout ? Pourquoi plaquerait-il sa vie, ses parents et son avenir, pour partir avec un écran de fumée ? Même pas, un écran de fumée, Joren était pire que ça. On ne s'engueulait pas avec les écrans de fumée, on les balayait. Oh et puis merde, après tout, il n'avait qu'à balayer Joren d'un coup de main... Pourquoi ça faisait si mal, de se disputer avec lui ? Même après ces années Poudlard où il s'était tant débattu contre son attirance et ses sentiments ? Galaad sourit contre le filtre. Oh, il savait pourquoi ils s'engueulaient constamment, avec Joren. La réconciliation était trop bonne.

Croire qu'on allait être seul au monde, ne plus connaître sa peau et ses soupirs, croire qu'on ne passerait plus jamais sa main dans ces cheveux blonds en bordel... Et puis soudain, l'avoir de nouveau sous ses doigts, le faire gémir comme pour la première fois. C'était ça, qui était trop bon. Parfois, en des instants de lucidité qu'il négligeait bien vite parce que c'était trop dur à envisager, Galaad se disait qu'un jour ils ne sauraient plus se réconcilier, avec Joren. Qu'un jour, ils ne réussiraient plus à exister qu'en se disputant et que plus jamais la douleur des cris ne serait palliée par la douceur des soupirs. Mais bien vite, Joren rentrait, et ces pensées déplaisantes étaient annihilées.


Galaad écouta le silence de la nuit, apaisé. Il s'était senti tellement oppressé, quelques instants auparavant... Il avait eu un tel sentiment d'étouffement et de chaleur, comme une fièvre subite qui lui serait montée au cerveau. À présent qu'il était dans l'air frais, tout allait beaucoup mieux. Enfin, mieux... Façon de parler. Il regarda les toits et leurs pointes qui se juchaient dans les nuages. C'était marrant, ce temps bizarre, londonien. C'était quoi, la pollution moldue, tous ces nuages bas ? Sa propre fumée qui montait, montait, et puis stagnait ? Se perdre dans le paysage pour mieux oublier son âge, quelle pitié, quel cliché ! Le jeune Amour ferma le premier pan de fenêtre avec énervement, et égratigna son genou nu avec le bout en bois plein d'échardes. Il étouffa un hurlement, et émit un couinement tout à fait masculin.

-Putain mais qu'est-ce que tu fous ?!

La tête de Joren émergea de sous les draps, le visage froissé de sommeil. Galaad baissa la tête, ennuyé de le trouver si bandant. Il ne voulait pas trop que ça se voie, après, Joren aurait encore ce sourire insupportable d'assurance et il se sentirait complètement stupide. Pour changer, en même temps. Il essaya de se souvenir un instant du pourquoi du comment il s'était levé en pleine nuit avec la sensation d'étouffement. Ah oui, c'est vrai.

Il secoua la tête, et tourna le visage vers l'air frais et l'infini du ciel de nuit.

-Recouche-toi, j'arrive juste pas à dormir.

Galaad soupira, et laissa sa tête reposer contre le mur qui encadrait la fenêtre, son genou n'ayant pas quitté le pan à présent fermé. Il n'arrivait pas à s'y faire. C'est con, hein, de baliser à ce point pour un âge. C'est que dalle, vingt ans, c'est deux décennies. C'est rien, c'est juste sa vie. Il ne pouvait s'empêcher de faire comme un bilan, de réfléchir à ces vingt années passées. Aux mensonges qui peuplaient sa vie, à l'amour à qui il refusait tout, aux sacrifices, qu'il n'avait jamais faits. La lucidité est traître, à trois heures du matin. Elle est coutelas, et ne souffre aucun faux-semblant, aucun déguisement. C'est la première fois, que Galaad se confronte lui-même sans se cacher derrière une mauvaise fois qu'il manie comme d'un bouclier meurtrier. Il n'a jamais rien à se reprocher puisque lui-même ne se reproche rien.

Pour autant, en ce petit matin de quatorze février du nouveau siècle, il trembla de se rendre compte. Le siècle nouveau commençait, sa nouvelle décennie démarrait. Quelque chose était nouveau, dans sa vie, quelque chose s'était modifié. Ce petit « deux » apparu dans son âge avait changé son adolescence en âge adulte. Tant de vieux en rêvaient, des vingt ans, tant de jeunes les attendaient. Vingt ans, c'était la liberté, la jeunesse éternelle, la beauté nouvelle. Vingt ans, on lui avait rabâché ce bonheur, cette sensation d'appartenir au monde et d'exister. Conneries. Conneries, conneries, conneries. Lui, il avait vingt ans, ses idéaux s'écroulaient, sa vie n'était que pantomime, et son existence se dévidait comme une bobine de fil. Il ne croyait en rien, ne voulait rien, n'avançait pour rien. Vingt ans ? Conneries, il ne voulait pas les avoir. Il voulait rester ado pour toujours, vivre à Poudlard à jamais. Il ne voulait pas s'engager, il ne voulait pas devenir adulte, devenir Bâtisseur, devenir grand. Il voulait rester pour toujours dans le Parc de Poudlard, dans les bras de Joren, dans leurs draps entortillés. Il ne voulait pas de ces vingt ans. Qu'ils les prennent ! Qu'ils les prennent, tous ces envieux, tous ces enfants, tous ces vieux, qu'ils s'en saisissent, et qu'ils existent avec cette prétendue jeunesse heureuse. Lui, il n'en voulait pas.

Un instant s'était écoulé seulement depuis sa discussion avec Joren, mais il était déjà perdu dans l'immensité sous ses yeux. Les toits de Londres, les étoiles dans l'ombre, il n'y avait plus que ça qui comptait. Il mesura les battements de son cœur, soupira. Tout irait bien. Ce n'était qu'une journée à passer. Une nuit à oublier.

Il ne sentit pas les bras de Joren, au début. Il ne sentit rien, jusqu'à ce que ses lèvres se posent dans son cou. Il frissonna, comme à chaque fois. Il crevait d'aimer cet homme, c'était fou, après toutes ces années à bouffer son odeur, à l'embrasser jusqu'à le mordre, à l'aimer jusqu'à lui faire demander grâce, il ne s'en lassait pas. Il avait vingt ans, et connaissait Joren depuis un certain nombre d'années. Sa vie était marquée de lui, et plus jamais il ne pourrait le laisser s'échapper.

Il n'y eut pas de parole échangée, mais Joren le tint dans ses bras jusqu'à ce qu'il se laisse vraiment aller. Il l'embrassa, jusqu'à ce qu'il ait suffisamment d'air pour fermer la fenêtre. Il le tira avec ce qu'il fallait de douceur pour qu'il accepte de retourner se coucher. Et enfin, il l'aima suffisamment pour qu'il oublie ses vingt ans, ce quatorze février, son nom et ses ignobles idées. Galaad revécut un instant, aima encore, vécut un peu, et puis se réveilla. Avoir vingt ans dans les bras de Joren ne lui semblait plus si insupportable, finalement.
Note de fin de chapitre :

Fidèle or not fidèle ? x)
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.